Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales gothiques et constructions fin-de-siècle

 | 
Fiona McIntosh-Varjabédian
, 
Karl Zieger

I. Désacralisation du monument – un indice de la modernité désenchantée

Maisons brûlées. De quelques destructions fin-de-siècle

Guy Ducrey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ils étaient assis, tous les deux, dans leur maison si douillette
Pendant l’automne et les journées d’hiver.
Mais la maison a brûlé. Tout est en ruine.
Et tous les deux, ils fouillent les cendres.
Ibsen, 18921

L’incendie hante le théâtre européen de l’époque 1900. Ibsen, Maeterlinck, Claudel, Tchékhov, Strindberg surtout – combien sont-ils, les écrivains à avoir fait de la destruction par le feu un ressort majeur, parfois le seul ressort, de drames quotidiens ? Tandis que le continent entier, sous l’effet de la prospérité industrielle et du triomphe de la bourgeoisie, remodèle les villes, modernise les immeubles, élève des tours, creuse des canaux, donne à ses théâtres et opéras des proportions de vastes temples illuminés, les dramaturges ne cessent de faire flamber les maisons, et de montrer des vies dévastées par les flammes. Comme si la scène moderne accueillait, entre 1880 et 1910, le refoulé de l’aventure architecturale du siècle écoulé, en voulant montrer la destruction toujours pos...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540