Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'institution plurielle

 | 
Yves Bonny
, 
Lise Demailly

Conclusion générale. Institutions, changement social, incertitudes

Lise Demailly

Texte intégral

1Quel bilan pouvons-nous tirer du travail présenté dans cet ouvrage, tant sur le plan théorique qu’empirique ?

2Il faut d’abord retenir la grande fécondité heuristique d’une analyse sociologique des institutions.

3Prendre pour objet les institutions, et l’Institution, c’est, dans le paysage actuel de la sociologie française caractérisé par de fortes segmentations et spécialisations, réarticuler des domaines de connaissance clivés.

4Travailler de façon collective sur les institutions, c’est en effet s’efforcer de dépasser le clivage entre des sociologies empiriques qui tendent à se cloisonner sous l’impact des logiques de la commande sociale de recherche, car celle-ci est elle-même cloisonnée, par ministère par exemple. De plus le financement par « appel d’offres » pousse les chercheurs à « rentabiliser » leurs terrains pour répondre en ayant quelque chance d’être retenus, l’effet pervers étant que le changement de terrain est très coûteux. Au rebours de cette tendance, qui marque aussi l’édition, voire même la formation des jeunes sociologues, le présent ouvrage manifeste un effort de réarticulation des connaissances, en mobilisant des chercheurs qui ont, pour écrire, longuement échangé en séminaire sur leurs domaines empiriques respectifs : santé mentale, prison, éducation familiale, école, environnement. D’autres domaines pourraient être bien sûr ajoutés dans les travaux ultérieurs du groupe.

5C’est aussi dépasser les clivages entre sous-disciplines de la sociologie. Ces dernières sont dues, elles, aux logiques de la construction d’écoles, à la recherche de profits de distinction, aux effets pervers de la structuration concurrentielle de la recherche et donc du profilage des postes universitaires : sociologies des organisations, des professions, des politiques publiques, du travail, de la socialisation, de l’éthique, de la déviance, des normes, etc. Il s’est agi, autour des institutions, de retrouver un « fait social total » qui convoque et met en relation ces multiples sous-disciplines. Nous avons donc renoué avec des préoccupations classiques de sociologie générale : fondements du lien social, dynamique du changement social, articulation entre subjectivités, interactions, groupes et structures.

6Enfin, travailler sur les institutions, c’est faire de la sociologie politique, et ceci sans dissoudre le politique ni dans l’organisation, ni dans la morale, ni dans de simples rapports de domination ou jeux de pouvoir entre acteurs.

7Pour autant, le projet n’était pas de proposer une nouvelle théorie codifiée. Prendre pour objet d’étude les institutions peut se faire dans des cadres théoriques différents, dont l’histoire et le tableau nous ont été bien présentés dans l’introduction de l’ouvrage. On peut en effet mobiliser, pour étudier les institutions, aussi bien un cadre interactionniste qu’une théorie des champs ou des configurations sociales, avec des bénéfices différents et complémentaires en matière de construction de l’objet scientifique et de pertinence par rapport à l’objet empirique. Ces nuances sont perceptibles dans les différentes contributions présentées, ainsi que les goûts de leurs auteurs, plus ou moins sensibles au quotidien présent, plus ou moins sensibles à l’histoire ou à l’espace sociétal.

8Mais par-delà ces nuances, deux points communs ont fondé le travail collectif.

9D’abord notre décision de focaliser notre intérêt sur la pluralité qui configure les institutions et sur les tensions qu’elle engendre. Nous ne reviendrons pas ici sur les motifs possibles (au double sens de raisons et de variations) de cette décision, largement exposés en introduction, mais nous en éclairerons quelques dimensions transversales qui traversent les six chapitres de l’ouvrage.

10Ensuite ce principe : dans tous les cas, l’objet institution oblige le sociologue à se préoccuper de tenir ensemble quatre niveaux d’investigation, de théorisation et d’analyse : la subjectivité des acteurs, les situations et interactions, les cadres normatifs et symboliques, les structures sociales.

  1. La subjectivité des acteurs (aussi bien publics que professionnels, voire « profanes »), c’est-à-dire leur capacité à interpréter les contextes institutionnels où s’ancre leur activité, à identifier des finalités, des principes, des ressources matérielles, symboliques, à décrire des limites, des failles, des insuffisances, à ressentir des contradictions entre normes : égalité, individuation, reconnaissance des minorités, esprit de service public, esprit gestionnaire, etc.
  2. Les situations et interactions concrètes, quotidiennes. Il s’agit d’affirmer un point de vue théorique sur l’importance des « situations », un des lieux où les professionnels « mettent en musique » et en scène l’action institutionnelle sur les assujettis, usagers, clients ou partenaires, et où ceux-ci en retour la modèlent, la négocient, la rendent possible, effective ou inopérante.
  3. Les discours, les idéologies, les cadres normatifs de référence, les cadres symboliques de l’action : ces cadres, que le sociologue identifie, catégorise, typifie, orientent ou même parfois contraignent l’action, mais il n’y a là rien d’intangible. D’une part, leur sensibilité aux évolutions sociétales les rend mouvants, d’autre part, leur pluralité est source de jeu, voire même d’invention.
  4. Les structurations sociales (sociotechniques, socioéconomiques, sociopolitiques), les configurations d’hégémonie avec leur épaisseur historique (l’idéal démocratique, l’esprit gestionnaire...), le mode de régulation qui accorde plus ou moins de pouvoir aux professionnels, à la technostructure, aux « clients » ou à certains groupes de clients.

11Il s’agit là d’un principe épistémologique exigeant et délicat à mettre en œuvre. Tenant ensemble ces quatre niveaux, il s’agit alors de penser leur dialectique, leur dynamique, leur mode d’articulation : influences réciproques, décalages, distorsions, inventions, translations, métamorphoses…

12Pour travailler les articulations, les auteurs de l’ouvrage ont été amenés à proposer ou remobiliser plusieurs concepts : « paradigmes », « schèmes », « cadres de référence », « logiques d’action », « dispositifs », « mode d’hégémonie », « tensions », « contradictions »…, à mobiliser des méthodes qui vont de l’histoire à l’ethnographie.

13Au-delà des apports théoriques et méthodologiques de l’ouvrage, que nous apprend-il du changement social dans la société française, depuis une trentaine d’années (compte tenu des limites de l’ouvrage, qui s’est intéressé pour l’essentiel aux institutions publiques françaises) ? Quelles grandes tendances transversales sont-elles dessinées par les contributions, dans un cadre d’incertitudes sociales accrues ? On en retiendra quatre.

1-La prise de parole et l’intervention active des usagers des institutions.

14Les usagers des services sociaux, de l’école, de la psychiatrie, de la santé, contribuent maintenant à faire les institutions autant qu’ils sont faits par elles, c’est un des résultats de cet ouvrage. Sans doute certains groupes déviants restent-ils dominés et préfèreraient-ils que les institutions les oublient. Mais la pratique institutionnelle des usagers ne peut quasiment jamais être pensée comme passivité. Leur intervention peut être collaborative, elle peut aussi constituer une résistance à la bureaucratie, à la violence institutionnelle, à la domination symbolique.

15Mais il ne faut pas l’idéaliser, elle n’est pas nécessairement démocratisante. Elle peut servir les intérêts de groupes les plus habiles à prendre la parole ou à faire du lobbying (les parents des classes moyennes et supérieures plutôt que les parents de milieux populaires, les associations de familles de malades mentaux plutôt que celle des malades mentaux eux-mêmes). Elle peut favoriser des logiques ségrégatrices (défense de l’entre-soi social, spécialisation des accueils et des services offerts en fonction des goûts et des budgets des clientèles), des inflexions sécuritaires et autoritaires de l’action (le retour à une discipline scolaire serrée, la légitimation des « soins sous contrainte »), ainsi que des appropriations privées de biens publics.

16Autant dire que l’intervention des usagers est à la fois source de tensions pratiques dans la quotidienneté de l’action professionnelle, occasion d’innovations mais aussi source de renforcement de contradictions sociales préexistantes.

2-De nouvelles négociations autour de la production des normes et des stigmates

17L’ouvrage documente abondamment les tiraillements normatifs que connaissent les professionnels, et dont la source est dans la sédimentation historique de cadres normatifs successifs et différents et/ou dans les contradictions sociales du présent.

18L’intervention active de ceux avec lesquels ou sur lesquels on travaille, notamment parce qu’ils exigent du « respect » de la part des professionnels et une personnalisation du service, complexifie la question du stigmate et de la relation aux stigmatisés : malades mentaux, détenus, mauvais parents, mauvais élèves, mauvais citoyens non éco-responsables. Sans doute, les groupes professionnels agents des grandes institutions poursuivent-ils leur contribution à la production ou la désignation du stigmate (ils ont un mandat et une autonomie relative pour ce faire). Mais comment ces professionnels se débrouillent-ils avec la contradiction structurelle selon laquelle ils doivent chercher à lutter contre le stigmate au sein d’institutions qui le produisent ?

19Globalement les chapitres empiriques de l’ouvrage contribuent à une étude empirique fine de la production des normes. Tout un espace d’analyse s’ouvre sur la production des normes (règles de conduites, catégorisations, classifications, négociation locale des systèmes normatifs) dans la conception concrète ou le déroulement quotidien de l’activité professionnelle. Les contributions de l’ouvrage montrent comment les « usagers » font avec le stigmate, autrement dit comment ils l’endossent (parfois même participent à sa construction), le retournent, et/ou lui résistent, au quotidien ou dans l’espace public.

3-Le changement des modes de régulation de l’action publique

20Les professionnels « organiques » des institutions voient s’effriter leur mandat (Hughes). Leur sentiment du déclin des institutions pour lesquelles ils travaillent renvoie en fait au sentiment de déclin de leur autonomie et de leur autorité propres, de remise en question de leur expertise, en tant que groupes professionnels, déclin objectif celui-ci, concernant leur capacité de production autonome de normes, comme on peut le voir de façon très claire sur le cas des médecins et des universitaires pour ne citer que des professions « établies » (Demailly et De la Broise, 2009). Ils subissent de plein fouet l’augmentation des régulations de contrôle dans le cadre de la montée conjointe des régulations d’État (gestionnaire, sécuritaire) et des régulations de marché (rentabilité à court terme), définissant un régime de légitimité « néobureaucratique », qui les laisse souvent « sidérés » (Demailly, 2011c) et avec des capacités de résistance faibles.

21Autant dire que, si les institutions ont beaucoup changé, si elles déroutent leurs professionnels et leurs usagers au point de créer des conflits de valeurs (par exemple avec celles du « service public »), des « malaises », des « souffrances », elles n’en sont pas pour autant devenues « liquides ».

4-Une nouvelle configuration du gouvernement des conduites

22Le livre, enfin, montre la montée de nouvelles thématiques d’action publique : la santé publique (prévention, épidémiologie), le « care » (« réhabilitation »), le développement durable (écologie). Cette convergence est remarquable.

23La première et la troisième thématiques relèvent du même paradigme : celui d’une biopolitique, qui tire parti du développement sociotechnique et de sa capacité d’agréger de grandes quantités d’information dans des bases de données, épidémiologiques et écologiques, censées éclairer, de manière en principe « transparente » et donnant lieu à médiatisation, la décision politique dans une logique de prévention des risques. Ce paradigme entre en tension avec d’autres conceptions de la qualité, plus centrées sur la singularité (que ce soit celle des sujets ou celle des territoires), la discrétion de l’action, les valeurs artisanales du travail bien fait.

24La seconde est à référer à une « politique de la relation », où le travail relationnel est commis à raccommoder en permanence un lien social fragile ou défait et devient une composante centrale du gouvernement des conduites (Demailly, 2008).

25Ces trois thématiques sont donc en affinité avec une nouvelle configuration des modes de gouvernementalité, autour des biopouvoirs et de l’intervention relationnelle, qui viennent s’ajouter aux anciennes logiques et techniques disciplinaires, ce qui ne va pas forcément sans grincement dans les institutions publiques, notamment en termes de remplacement de configurations organisationnelles et professionnelles devenues obsolètes.

26En même temps – et ces deux aspects sont liés – elles ont une bonne capacité à entretenir des résonances avec les préoccupations actuelles des usagers, car elles sont bien adaptées, d’une part, aux caractéristiques de l’individualisme contemporain (demandes de respect, de reconnaissance, d’écoute et de personnalisation des « services »), d’autre part, aux exigences du principe de précaution. Elles sont donc potentiellement fort légitimes.

27Nous espérons que ces quatre résultats de nos investigations croisées se montreront heuristiques pour d’autres travaux sociologiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540