Version classiqueVersion mobile

L'institution plurielle

 | 
Yves Bonny
, 
Lise Demailly

Chapitre 5. Des institutions publiques à l’épreuve du développement durable

Ou comment sauver la planète avec de vieilles recettes

Denis Laforgue

Texte intégral

  • 1 En s’inspirant librement des définitions de Dubet (2002) et du réseau thématique 40 « Sociologie d (...)

1Face à l’urgence déclarée des risques climatiques pour le devenir de l’humanité, les responsables politiques, élus nationaux ou locaux, ont développé des politiques de développement durable, dont un des volets consiste à traiter le problème public des « consommations d’énergie » et de la réduction des « émissions de CO2 ». Dans ce cadre, ils entendent développer des interventions publiques en faveur de l’adoption par les Français de « bonnes pratiques énergétiques » au quotidien (en matière de déplacement, de consommation d’électricité, de chauffage…). Ce faisant, tout un ensemble d’institutions publiques1, dont le statut juridique (agences publiques, structures intercommunales) tout comme l’ancienneté varient sensiblement, ont été mandatées officiellement pour « mettre en œuvre » les décisions politiques prises. Ainsi, des structures comme les Parcs naturels régionaux (PNR), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) ou encore les Agences départementales d’information sur le logement (ADIL) – à travers la mise en place, en leur sein, d’Espaces info énergie (EIE) – ont été saisies, par des autorités politiques nationales ou locales, de cet enjeu d’économies d’énergie au quotidien, défini politiquement en termes d’intérêt général.

2Dans le cadre du questionnement de cet ouvrage consacré à la pluralité dans les institutions contemporaines et à l’analyse des tensions qui les traversent, il semble intéressant d’étudier ces institutions qui sont en cours de constitution, de stabilisation et de légitimation. On peut en effet considérer ces institutions comme des « entreprises collectives », au sens d’E. Hughes (1971) : elles ont une origine récente et doivent tout particulièrement faire face à des environnements problématiques, i. e. qui résistent aux tentatives d’emprise de ces institutions et qui remettent en cause leur légitimité ; elles sont donc amenées à lutter pour leur survie et, si besoin, à se transformer. Or, il s’avère que la pluralité constitutive de ces institutions émergentes et de leurs environnements est à la fois ce qui les déstabilise, les contraint à évoluer, et ce qui leur permet de faire face, à travers des processus d’auto-organisation (Garfinkel, 1967), à des occurrences problématiques – en provenance de ces institutions elles-mêmes et de leurs environnements politiques et sociaux. Ainsi, à partir d’études de cas, on montrera qu’on peut appréhender la vie de ces institutions comme étant animée par une double tension :

  • d’une part une tension exogène, les acteurs de ces institutions étant pris entre une régulation hiérarchique (et politique) paradoxale et un environnement social (les populations auprès desquelles ils sont censés intervenir) qui s’avère problématique.
  • d’autre part, une tension endogène qui tient au fait que les acteurs de ces institutions mobilisent dans leur quotidien de travail des finalités et des modes de faire « contraires » (Weber, 1920) entre lesquels ils oscillent, ou encore qu’ils combinent de manière instable.

L’enquête
Les analyses conduites dans ce chapitre s’appuient sur une enquête dans un territoire rural de moyenne montagne.
Les instances institutionnelles étudiées (entretiens avec les acteurs, observations de réunions de travail, d’information des habitants, étude de documents iconographiques à destination des habitants) sont au nombre de deux, situées sur un même territoire. D’une part, un Parc naturel régional – une structure intercommunale – qui, dans le cadre de sa mission générale de préservation, de valorisation et de développement du territoire considéré, dans les domaines économique, touristique, culturel, voire identitaire, cherche à développer un scénario « facteur 4 » (soit l’objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre) sur ledit territoire : le projet est en particulier de contribuer à un développement raisonné de l’éolien et de développer la filière bois-granulé (comme équipement de chauffage pour les particuliers), ce qui permettrait aux yeux des responsables du Parc d’allier ambition écologique et stratégie de développement économique du territoire dont ils ont la charge. Au quotidien, le projet, dans ses différentes dimensions, est porté par des chargés de mission, ayant souvent une formation universitaire (Master) dans le domaine de l’aménagement du territoire, de l’écologie, du tourisme ou encore de la culture. D’autre part, un Espace Info Énergie, structure départementale, cofinancée par le conseil général et l’ADEME et dont les professionnels – des techniciens spécialistes des usages domestiques de l’énergie – ont pour mission d’accueillir, d’informer, de conseiller des habitants souhaitant engager des travaux à leur domicile, dans la perspective de contribuer à des économies d’énergie.
L’enquête auprès des populations a été menée de manière ethnographique (entretiens, observations) dans un petit village du territoire étudié (200 habitants toute l’année), Queyrières, accroché à mi-pente (900 mètres) de monts culminant à 1 700 mètres d’altitude. C’est un village caractérisé par la diversité de sa population : se côtoient des habitants qui sont là depuis des générations (qui travaillent dans des exploitations agricoles, l’exploitation du bois – 200 ha –, mais surtout dans la plaine, d’où une mobilité pendulaire), des jeunes qui « reviennent au pays », alors que leurs parents étaient partis travailler dans la grande ville industrielle du département, des gens qui sont arrivés à la fin des années 1970 (devenus apiculteurs, fabricants de fromage, mais aussi menuisiers, électriciens…), des « étrangers » (Europe) travaillant dans le milieu artistique, des populations françaises tout récemment arrivées, parfois précaires. Le village compte aussi beaucoup de maisons secondaires (300) et une importante activité touristique (gîtes, tourisme vert, ski de fond, raquettes l’hiver…).

1. La définition politique des institutions du développement durable : contraintes paradoxales et incertitudes

1.1. L’émergence d’institutions publiques dans le domaine du développement durable

3Des instances telles que l’ADEME, les Espaces Info Énergie ou les Parcs naturels régionaux sont des structures qui ont toutes été créées par les pouvoirs publics en réponse à un problème construit politiquement et apparu sur l’agenda des décideurs publics : le développement (durable) des territoires et la diminution des consommations d’énergie des Français.

4Ainsi l’ADEME a-t-elle été créée (en partie par regroupement de structures antérieures) au début des années 1990, pour « exercer des actions notamment d’orientation et d’animation de la recherche, de prestation de services, d’information et d’incitation dans chacun des domaines suivants : […] 4 ° la réalisation d’économies d’énergie et de matières premières et le développement des énergies renouvelables […] » (Code de l’environnement, article L. 131-3).

5Concernant les Espaces info énergie, ils ont certes été mis en place par l’ADEME au niveau local, mais avec un double appui politique :

  • national, puisque c’est bien le ministère de l’Environnement qui, hier, a invité l’ADEME à développer ce type de dispositif et aujourd’hui demande à l’ADEME « d’amplifier son effort et de passer de 400 à 500 conseillers d’ici 2010 » (discours de la secrétaire d’État V. Létard, en novembre 2009) ;
  • local, puisque les Espaces info énergie sont montés en partenariat avec les collectivités locales compétentes du territoire considéré, ces dernières contribuant au financement de ces dispositifs afin de « promouvoir l’utilisation rationnelle de l’énergie et le recours aux énergies renouvelables pour les particuliers notamment » (Bulletin officiel d’une commune).

6Concernant les Parcs naturels régionaux, qui sont engagés, depuis peu, dans des politiques locales d’économie d’énergie (scénario « facteur 4 »), on peut rappeler, sans entrer dans le détail, qu’ils doivent leur existence et leurs grandes orientations stratégiques (contenues dans la charte de chaque PNR, cette dernière étant périodiquement redéfinie) à une mobilisation des acteurs politiques locaux, départementaux, régionaux dans la perspective d’une préservation, d’une valorisation et d’un développement du territoire considéré ; ce projet de développement des territoires devant être entériné (et reconduit régulièrement) par les instances étatiques compétentes (Lajarge, 2007).

7Il convient donc d’analyser le mode de fonctionnement quotidien et les productions de ces institutions au regard, d’une part, de leur subordination à un état de l’agenda politique (national et local) et, d’autre part, de leur inscription récente dans différents mondes sociaux (et en particulier le monde de la vie quotidienne des citoyens ordinaires).

1.2. Logiques et contradictions des rapports entre les instances politiques et ces institutions

8On peut caractériser la relation entre les responsables politiques et les acteurs de ces institutions par deux dimensions.

9Les instances politiques assignent tout d’abord à ces institutions des finalités. Pour bien comprendre les dynamiques de ces institutions publiques, il faut relever qu’elles sont destinataires, par-delà la diversité des objectifs fixés, de deux grands types de finalités en tension, chacun engageant une définition propre de « ce qu’est le Bien commun » et du rôle du politique (au sens large) dans la réalisation de ce Bien commun. Afin de saisir cette tension, on peut s’appuyer sur une distinction proposée par L. Boltanski (2009).

10Certaines attentes des instances politiques relèvent ainsi d’un « schème idéaliste ». Dans cette perspective, les instances politiques définissent des « types », des « idéaux » (en matière de pensée, de valeurs, d’actions des individus dont l’institution a la charge) et attendent de ces institutions qu’elles parviennent à rendre les individus et les populations (pensées comme des agrégations d’individus) conformes à ce sens, ces normes, ces comportements institués et prédéfinis. C’est à ce type de schème idéaliste que correspondent les discours et injonctions politiques visant à ce que les citoyens ordinaires se conforment aux « bonnes pratiques énergétiques », i. e. sobres et économes, définies par les pouvoirs publics.

11D’autres injonctions politiques relèvent d’un « schème analogique ». Dans cette perspective, les instances politiques fixent aux institutions, non pas la tâche de traquer et de « réduire » l’anormalité individuelle (ici en matière de consommation d’énergie), mais de veiller à ce que chaque être, en dépit des changements qui peuvent l’affecter (ici d’ordre énergétique, éco-citoyen, écologique), reste inséré, conserve sa place dans un environnement social, économique, politique ; la population est pensée ici non pas comme agrégat d’individus isolés, mais comme un réseau d’individus à la fois différents les uns des autres (chacun ayant ses singularités en matière d’aspirations, de modes de vie, d’intérêt…) mais aussi reliés les uns aux autres par des jeux de ressemblance et d’interdépendance, ce qui est censé assurer la cohésion sociale. C’est à ce type de schème que se réfèrent les instances politiques lorsqu’elles attendent des institutions qu’elles veillent, par exemple, à ce que la mise en œuvre sur un territoire d’un scénario « facteur 4 » ne bouleverse pas, ne fragilise pas trop différentes sphères d’activités humaines instituées – économique, privée, familiale, professionnelle, etc. – afin de garantir à la fois la reconnaissance des personnes et le maintien d’une cohésion sociale. Dans une perspective analogique, le changement des comportements, des tendances en matière de consommation énergétique ne doit pas se faire au mépris des expériences et attentes propres des individus et ne doit pas mettre en danger la cohésion sociale (à travers par exemple la multiplication des conflits, des oppositions entre des individus qu’on obligerait à changer).

12On voit alors que, pour les institutions étudiées (ou plutôt leurs membres), mener de front, à la demande des instances politiques, ces deux ordres de finalités s’apparente à une forme de double bind, puisqu’elles doivent à la fois (ou tantôt) inciter les populations à modifier leurs comportements énergétiques sur le mode du « changement-rupture contraint » (schème idéaliste) et à la fois (ou tantôt) veiller à ce que toute évolution se fasse dans la continuité, de manière à ne pas menacer la croissance économique, les identités individuelles ou collectives revendiquées ou encore la cohésion sociale (schème analogique). L’appropriation de chacun de ces schèmes téléologiques (idéaliste et analogique) par les acteurs institutionnels génère alors des modes d’intervention institutionnelle auprès des populations distincts et en tension réciproque : le schème analogique favorise l’émergence de formes de travail avec autrui (Astier, 2007), qui entrent en tension avec des formes de travail sur autrui (Dubet, 2002), découlant de la traduction du schème idéaliste par les acteurs institutionnels. Il convient donc d’étudier comment se manifestent, se déploient et s’articulent ces diverses formes de travail institutionnel auprès des populations dans le quotidien de ces institutions.

13D’un point de vue organisationnel, il faut noter que les pouvoirs publics adoptent dans leurs rapports avec ces institutions la posture dominante de « l’État-stratège » (Bezes, 2005b) ; les responsables politiques « se contentent » de décliner quelques grands objectifs, si possible chiffrés, que les institutions considérées doivent réaliser – comme l’illustre par exemple le texte de la loi portant engagement national pour l’environnement dite « Grenelle 2 ». Ils associent à ces « contrats d’objectifs » l’allocation de ressources humaines et financières, mais ces instances politiques ne déterminent pas, de manière bureaucratique par exemple, des procédures, des modes de faire précis que les agents institutionnels devraient « suivre à la lettre ». Par contre, une régulation de contrôle est bien présente à travers une évaluation des résultats obtenus par l’institution, régulièrement menée, à partir de critères définis à distance, de façon non négociée, par exemple sous la forme d’un bilan annuel pour les Espaces Info Énergie (nombre de particuliers reçus en entretien et contactés par téléphone, description des actions de sensibilisation menées sur le territoire…), ou à travers la révision de la charte pluriannuelle pour les PNR.

14Dans ce contexte politique, organisationnel et professionnel, on peut s’interroger sur les manières dont les agents institutionnels s’y prennent pour configurer leurs actions, leurs situations de travail s’avérant marquées par de multiples zones d’incertitude. En effet, comment élaborent-ils des traductions pratiques (« concrètement comment faire ? ») suffisamment conformes aux objectifs politiques fixés, alors même que ces derniers sont non seulement inédits mais de plus pluriels, en tension et ne sont pas associés à des modes opératoires précis (tout en faisant l’objet d’une évaluation). Ces acteurs doivent donc élaborer, à partir de leurs ressources propres, des actions qui à la fois soient « rapportables » (Garfinkel, 1967) comme acceptables, rationnelles, logiques au regard des injonctions politiques, et permettent d’avoir prise sur les situations sociales, les usagers, les acteurs du territoire rencontrés, dans leurs singularités.

15Nous allons voir que, face à ces tensions, paradoxes et contraintes, un premier fondement des actions des agents institutionnels est constitué de catégories d’action instituées, légitimées politiquement et « éprouvées » dans d’autres domaines de l’action publique, qui donnent lieu à des formes de travail avec les populations. Nous verrons ensuite que, confrontés au « bruit » (Atlan, 1979), au potentiel de « désordre » (Balandier, 1988) d’occurrences issues de leur environnement social et politique, les acteurs de ces institutions peuvent adapter leur prise de position à l’égard des populations, en ayant recours, à première vue de façon paradoxale, soit à des tentatives de normalisation des comportements des populations en matière de consommation d’énergie (travail sur autrui), soit à des formes de « travail sans autrui » (Laforgue, 2009), mêlant posture technocratique « en surplomb » et indifférence relative à l’égard des expériences quotidiennes et prétentions des citoyens ordinaires.

2. Mettre en œuvre un scénario « facteur 4 » : le travail avec autrui au fondement de ces institutions ?

16Pour agir au quotidien en situation de travail, les acteurs de ces institutions s’appuient (en partie) sur les idées, normes et schèmes pratiques qui ont présidé à la création politique desdites institutions. Certaines de ces catégories de pensée et d’action relèvent de ce que l’on a appelé un schème analogique et donnent lieu à des formes de travail institutionnel avec les populations (Astier, 2007).

2.1. Le travail avec autrui de ces institutions : formes, légitimité et portée pratique

17Cette forme de travail institutionnel, que l’on peut envisager comme la traduction pratique des finalités analogiques de ces institutions, suppose que les acteurs institutionnels considèrent l'individu, l’usager, l’habitant comme d’emblée capable de participer à la définition et à la résolution du problème public : à quelles formes d’intervention publique cela donne-t-il lieu ?

18Ces acteurs publics cherchent bien à avoir une emprise sur les populations (ici en l’occurrence s’assurer que les habitants adoptent des énergies renouvelables), mais cela passe par des incitations à l’« auto-modulation » (Deleuze, 1990) : il est demandé aux individus concernés d’orienter leurs comportements (énergétiques) à partir d’un raisonnement tenant compte à la fois des informations diffusées par les institutions publiques, de leur intérêt privé et de leur sens moral. Par exemple, les acteurs du PNR étudié cherchent à intéresser, à informer, voire à faire participer à la prise de décision (en matière d’économies d’énergie) divers acteurs publics (État, collectivités locales…), mais aussi des acteurs privés (entreprises, associations, artisans, agriculteurs) ainsi que les citoyens ordinaires du territoire, à travers l’organisation de forums, de réunions d’information, d’ateliers de travail associés à la révision de la charte du Parc. Par ailleurs, les acteurs de ce PNR n’entendent pas imposer des décisions aux habitants : ils cherchent à les informer (des scénarii possibles, des coûts, des avantages de telle action ou décision, qu’il s’agisse de l’implantation d’un parc éolien sur leur commune ou de la décision d’acquérir tel ou tel équipement de chauffage domestique), à les sensibiliser (à tel ou tel problème environnemental, aux risques encourus et aux solutions existantes), mais laissent aux habitants (ou à leurs représentants) le soin de choisir ou de faire.

19Pour favoriser l’auto-modulation des habitants, ces acteurs institutionnels s’appuient sur un cadre légal et réglementaire censé favoriser certains comportements de la part des populations. C’est le cas des dispositifs d’attribution d’aide économique qui visent par exemple à inciter les gens à s’équiper individuellement de panneaux solaires, au motif qu’ils peuvent « jouer » sur des subventions à l’achat et sur des stratégies de revente à EDF, comme l’explique un dépliant de l’ADEME – disponible dans le Point info énergie – à l’attention du grand public : « des aides financières vous permettent de monter votre projet […] vous avez droit à des avantages fiscaux : un crédit d’impôt […] et la TVA à 5,5 % […] et n’oubliez pas la vente de votre courant ! ». Un autre exemple est celui des subventions associées à l’achat d’un poêle à granulés – mesure dont les agents de l’Espace Info Énergie informent les particuliers intéressés : il est attendu de la part des habitants qu’ils effectuent, à partir des informations fournies par les professionnels de l’institution, un calcul coûts-avantages afin de maximiser leur satisfaction individuelle ; là encore, il s’agit d’une logique de contrôle par auto-modulation des citoyens ordinaires.

20Il faut insister sur la forte légitimité sociale et politique de ce cadre de pensée et d’action, qui explique en partie sa mobilisation au quotidien par les acteurs institutionnels étudiés. Le travail avec autrui permet en effet à ces derniers de respecter et garantir la liberté des « sujets », entendue comme « la jouissance paisible de l’indépendance privée » (Constant, 1980). C’est ce que semble rappeler la brochure de l’ADIL, ayant pour titre « Ma maison, ma planète. Rendez-vous pour un habitat durable » : cette plaquette présente le Point Info Énergie comme une structure diffusant de l’information à des individus, avant tout libres (« ma maison »), mais qui ont des préoccupations propres (construire, rénover) que l’ADIL peut aider à « résoudre » (« Mieux construire ou mieux rénover… »). Le travail avec autrui permet aussi, tout en valorisant une vision légitime de l’individu, en tant qu’être capable de suivre son intérêt propre, d’orienter le comportement des individus – dans l’exemple ci-dessus, il s’agit, dit l’ADIL, de « faire les bons choix pour ma maison », de « diminuer sa facture énergétique de 20 % » –, afin, à un niveau collectif et par effets agrégés, de contribuer au bien commun : ainsi l’ADIL, sur sa plaquette, souligne « Faire les bons choix pour ma maison, c’est agir pour ma planète ».

21Mais par-delà sa légitimité sociale et politique, quelle est la portée pratique du travail avec autrui ? Dans quelle mesure permet-il aux professionnels de réaliser le mandat à l’origine de l’existence de leur institution (juridique, humaine, matérielle, financière…) et dont la réalisation conditionne peu ou prou la survie ? Dans un certain nombre de cas, le travail avec autrui permet aux agents institutionnels d’avoir prise sur leurs situations de travail et de cadrer leurs relations avec les populations. C’est le cas, par exemple, des professionnels des Espaces Info Énergie lorsqu’ils accompagnent un particulier dans une décision d’équipement, comme l’illustre la séquence d’interaction suivante :

Conseiller (C.) : « Alors qu’est-ce qui vous amène ? »
Usager (U.) : « Alors, j’ai pour projet d’isoler les combles de ma maison… avec de la laine de verre et du placo… mais je n’ai pas de notions de budget… et puis je voulais aussi voir pour des panneaux solaires… pour produire de l’eau chaude ! »
C. : « Bon… au niveau de l’isolation… c’est des combles perdus ou aménageables ? »
U. : « Ils peuvent… mais pour le moment… il y a rien ! »
C. : « Pour le moment, il n’y a rien comme isolation ? »
U. : « Non… »
C. : « D’accord… donc le maximum de déperdition de chaleur, ça se situe effectivement au niveau du toit, c’est de l’ordre de 30 %… »
U. : « D’accord ! »
C. : « Donc ensuite le choix de l’isolant va dépendre de votre budget… Il y a trois grands types : classique, c’est la laine de verre, des matières saines comme le chanvre ou des isolants minces, du type mille-feuille… que vous avez déjà vus ? »
U. : « Oui sur des salons »
C. : « Donc il n’y a pas de matériau idéal… les matériaux sains vont être plus chers pour un degré d’isolation identique… par contre ils sont recyclables… sains… ce sont des matériaux hydroscopes, qui absorbent l’humidité comme une éponge avec rediffusion lente… donc s’il y a beaucoup d’humidité, c’est bien… »
U. : « Moi je suis en altitude… à 680 mètres, donc il fait pas chaud ! »
C. : « Vous commencez juste ? »
U. : « Oui je vais faire faire les devis »
C. : « Oui il faut faire faire trois devis pour éviter les pièges… et puis voir ce qui vous intéresse… Bon et puis on va voir les subventions possibles… »

22Ce type d’interaction, lorsqu’elle débouche pour le particulier sur une décision d’équipement (que l’agent institutionnel juge) « éclairée », et favorisée par les mesures de subventions, correspond tout à fait à la logique d’auto-modulation promue par l’institution et attendue par les instances politiques.

2.2. Se confronter aux acteurs ordinaires : des occurrences problématiques

23Toutefois, malgré la légitimité du travail avec autrui à un niveau tant politique que strictement institutionnel, les citoyens ordinaires ne se comportent pas forcément comme attendu par les professionnels : le travail avec autrui, en exigeant des acteurs institutionnels qu’ils « se rapprochent » des populations pour agir en tenant compte de leurs besoins, confronte alors ces acteurs institutionnels à des occurrences problématiques au regard des finalités qu’ils sont censés poursuivre.

24Premièrement, on peut distinguer, grâce à l’enquête auprès des citoyens ordinaires, des postures distanciées à l’égard des mesures institutionnelles visant à l’auto-modulation des habitants en matière de consommations d’énergie quotidiennes.

25On peut ainsi repérer des acteurs critiques, rejetant les informations et mesures institutionnelles, tel cet enquêté qui doute des solutions proposées par les institutions pour diminuer mécaniquement sa consommation d’électricité : « Et puis sinon sur le type d’ampoule… on y réfléchit, mais je suis sceptique : certaines ampoules, cela produit des déchets pour les fabriquer… et puis j’ai fait mes calculs, c’est pas si probant ! Pour ce qui est des LED, il faut 12 V partout… donc ça veut dire qu’il faut un transfo ! donc les ampoules à économie d’énergie… je demande à voir ce que ça coûte à produire, à recycler… et puis les conséquences pour la santé… on dit que ça produirait des ondes maléfiques ! » (René, 55 ans, apiculteur, vit depuis 30 ans à Queyrières). Il existe aussi des acteurs indifférents, qui ont connaissance des dispositifs publics mais qui, sans y être hostiles, ont des raisons personnelles de ne pas y faire appel. À titre d’exemple, ces raisons peuvent être économiques : « Après j’ai des projets, si j’ai plus d’argent… je voudrais installer un chauffe-eau solaire… J’ai aussi pensé à l’éolien mais c’est aussi très cher… En fait c’est très bobo la démarche écolo ! Moi en fait je suis éco-citoyen parce que j’ai pas un rond donc je me chauffe avec mon poêle à bois ! » (Armelle, 45 ans, formatrice à temps partiel, emploi précaire, vit depuis deux ans à Queyrières). Elles peuvent aussi renvoyer à l’« identité pour soi » (Goffman, 1963) de l’individu : « Moi je ne suis pas d’accord pour faire les choses parce qu’elles sont subventionnées… […] Certaines aides sont conditionnées : il faut faire ceci ou cela ou comme ci ou comme ça pour avoir les subventions. Donc là si j’ai décidé que je voulais faire comme ça OK, mais sinon non ! » (Lionel, 40 ans, éleveur de vaches laitières, enfant du pays).

26Les acteurs des institutions étudiées font l’expérience de ces postures distanciées de citoyens ordinaires. Ce peut être sur le mode de l’absence : ainsi très peu d’habitants se rendent aux réunions d’information et aux ateliers de réflexion mis en place par le Parc ; de même une infime partie de la population du département étudié sollicite chaque année les services du Point Info Énergie. Ce peut être aussi sur le mode de la dispute : un citoyen mécontent peut interpeller, souvent publiquement, les acteurs institutionnels quant au caractère inacceptable de leur projet de développement durable, à l’instar de cet habitant qui s’adresse aux responsables du PNR : « Vous parlez de démarche citoyenne… mais la démarche de l’habitant… ? Celui qui vit tous les jours face à une éolienne… 700 mètres c’est quoi ? C’est la distance entre le cimetière et l’Église… et 180 mètres de haut… c’est inhumain… un arbre, c’est 40 mètres… la cathédrale de Chartes, c’est 150 mètres !… Et vous parlez de beauté du paysage ! A-t-on vraiment besoin de l’éolien pour produire de l’énergie ? »

27Deuxièmement, des citoyens ordinaires peuvent certes manifester une certaine loyauté à l’égard des cadres institutionnels du « travail avec autrui », mais ne pas le faire dans les termes prévus par les acteurs publics ! On peut ainsi évoquer le « décalage » entre ce que les professionnels de l’Espace Info Énergie attendent des particuliers qui sollicitent cette agence et les comportements réels de ces derniers. L’expérience professionnelle de ces agents est, par exemple, marquée par la confrontation à des habitants qu’ils perçoivent à la fois comme intéressés par l’enjeu des économies d’énergie mais désorientés : « Et puis certains arrivent avec… rien… ! Il faut tout leur expliquer… c’est un peu pénible… ils demandent sur tout : "Qu’est-ce que je fais pour l’isolation ?", "Quel chauffage je mets ?" ». Une autre figure récurrente semble être celle du « citoyen intéressé-obnubilé », décrite ainsi par l’agent : « Certains sont juste là pour vérifier qu’ils entrent bien dans les critères [d’aide publique] pour l’achat d’une pompe à chaleur par exemple… […] mais nous, notre but, c’est pas de faire vendre des équipements ! »

28Confrontés à des usagers ainsi typifiés, les agents institutionnels se voient contraints d’adapter leurs modes de faire. En effet, d’une part, un engagement situé sur l’unique mode du travail avec autrui n’est plus possible : comment travailler avec autrui lorsque ce dernier est absent (d’une scène de concertation par exemple), car indifférent au problème soulevé par l’institution (les économies d’énergie), ou bien tellement critique qu’aucun compromis quant à l’action qui convient ne semble possible aux yeux des agents institutionnels, ou encore agit selon une rationalité propre difficilement compatible avec les attentes et impératifs de l’acteur institutionnel ? D’autre part, l’émergence de ces usagers dans le champ d’action des professionnels entre en tension avec le schème idéaliste qui sous-tend (aussi) ces institutions : le fait qu’un certain nombre d’habitants n’adoptent visiblement pas les modes de consommation d’énergie promus pose problème aussi bien aux acteurs institutionnels qu’aux décideurs politiques dans la mesure où ils ont tous pour perspective (idéaliste) que les populations se conforment à plus ou moins long terme aux normes éco-citoyennes instituées. Quelles sont alors les ressources et stratégies alternatives dont disposent ces agents institutionnels pour faire face à ces désordres en provenance de l’environnement social ?

3. Bruit environnemental et ajustements institutionnels

29Confrontés à cet environnement social « désordonné », i. e. qui réagit, de manière diverse, mais toujours en fonction de ses logiques propres, distinctes de l’ordre visé par le schème analogique, les acteurs institutionnels, tout en continuant à tenir compte des finalités relevant du schème analogique (ce qui les conduit à ne pas délaisser les modes de faire associés au travail avec autrui), vont ajuster leurs pratiques de manière à tenter de réduire le « potentiel de désordre » des réactions des populations (i. e., en fait, tout citoyen ordinaire habitant, se déplaçant, travaillant, vivant sur le territoire sur lequel l’institution déploie son action).

3.1. L’éco-citoyenneté comme discipline : le travail sur autrui au secours des professionnels de ces institutions ?

30Pour faire face à des occurrences problématiques en provenance de leur environnement, les acteurs de ces institutions vont parfois mobiliser, à première vue de façon surprenante, des formes beaucoup plus traditionnelles de l’intervention publique, fondées sur un schème idéaliste et relevant de ce que l’on peut regrouper sous le terme de « travail sur autrui » (Dubet, 2002). Dans ce cadre, le travail des acteurs publics se caractérise en particulier par la production de « mots d’ordre » (Deleuze, 1990) à l’attention des populations ou des acteurs du territoire, perçus comme étant dans l’incapacité d’adopter, par eux-mêmes, des usages appropriés de l’énergie en l’absence d’une intervention institutionnelle fortement normative et sur un mode asymétrique. Le travail sur autrui est donc un ensemble de modes de faire par lesquels les professionnels entendent poursuivre des finalités fondées sur un schème idéaliste : ces modes de faire sont censés permettre de transformer les comportements des usagers en matière de consommation d’énergie en les alignant sur les normes édictées par ces institutions. On trouve un bon exemple de cette logique institutionnelle dans le fait qu’une agence publique comme l’ADEME publicise la nécessité de « bonnes pratiques énergétiques » par divers media – discours, textes, dépliants illustrés, affiches, images – en tentant à chaque fois d’instaurer une relation pédagogique avec ce qu’elle désigne comme ses publics : il peut s’agir de « se déplacer malin […] avec des transports moins gourmands et moins polluants » ou encore d’avoir « de la lumière sans gaspillage […] c’est une affaire de comportement : éteindre en quittant une pièce, valoriser la lumière du jour, dépoussiérer les lampes et les abat-jours [et] une affaire d’équipement : les lampes basse consommation consomment 4 à 5 fois moins que les ampoules classiques et sont recyclables en quasi-totalité, ce qui permet d’économiser des matières premières et de préserver l’environnement » (extraits de dépliants ADEME à l’attention du grand public).

31Quelle est la portée, quelles sont les conséquences de la mobilisation d’une telle forme traditionnelle de l’intervention publique ?

32Premièrement, dans certaines situations, le travail sur autrui permet, aux yeux des acteurs institutionnels, d’avoir prise, mieux que le travail avec autrui, sur des occurrences problématiques en provenance de l’environnement social. Le travail sur autrui permet en particulier aux acteurs institutionnels d’espérer avoir davantage prise sur des habitants du territoire qu’ils considèrent comme pas assez impliqués ou trop critiques ou encore trop décalés dans leur appréhension des enjeux de développement durable (pour travailler d’emblée avec eux). Ainsi, le travail sur autrui offre la possibilité aux professionnels d’adopter (lors de réunions publiques ou à travers des messages écrits ou iconographiques : plaquettes, affiches, slogans…) la posture de celui qui va, de manière unilatérale, au nom d’une légitimité scientifique et technique, dévoiler la réalité, révéler la vérité sur l’état de la planète, du climat, sur les risques encourus, à ces citoyens ordinaires perçus comme peu concernés ou en position de défiance ou encore « mal informés ». Le travail sur autrui autorise alors les professionnels à reléguer ces prises de position dans la sphère de l’irrationalité, de l’illusion (de l’idéologie) ou encore de l’intérêt étroit (égoïste) et leur permet de poser comme une évidence et une nécessité le changement (si possible radical) des pratiques quotidiennes en matière de consommation d’énergie.

33Deuxièmement, hybridé à des formes de travail avec autrui, le travail sur autrui peut permettre aux acteurs d’un PNR de faire face à la difficulté d’intéresser une partie de la population à un projet de territoire (scénario « facteur 4 ») : cela va leur permettre de s’engager dans la définition d’une action à long terme, mais qui d’emblée s’affirme (auprès de tous) comme attentive aux réactions et évolutions de l’environnement local et donc modifiable, réorientable en fonction des circonstances, de la conjoncture, car comme l’explique un chargé de mission : « Pour réaliser ses objectifs, le PNR n’a pas de pouvoir coercitif : il ne peut pas prendre de décisions, il n’a pas de moyens de contraintes. Ce sont les communes, les communautés de communes, la Diren, la Drire, la Préfecture, etc., qui ont des prérogatives et des moyens d’action sur ces questions. Le PNR ne peut que "sensibiliser", inciter…, expliquer, informer sur les problèmes, les enjeux, les solutions possibles… ».

34Troisièmement, le recours au travail sur autrui peut relever d’une logique de survie de la part des professionnels de ces institutions : ainsi les acteurs du PNR peuvent être conduits à adopter cette posture compte tenu de ce qu’attendent d’eux différents responsables politiques. C’est ce que laissent penser les propos d’un élu local, à l’attention des professionnels du PNR : « Deux choses en plus qui peuvent alimenter notre discussion [en vue de la révision de la Charte du PNR]… La volonté nationale, c’est qu’un Parc c’est un territoire qui a dix ans d’avance sur ce qui se fait ailleurs en matière de développement durable, d’éco-citoyenneté… sinon on n’aura plus de raison d’être Parc… ! […] Par ailleurs il y a le cadrage de la Région et celui du département qui représentent à eux deux 80 % de nos financements, donc il vaut mieux en tenir compte ! […] au niveau des contraintes, il faut mettre le curseur assez haut, on n’a pas le choix. » Compte tenu de cette « pression politique » – qui repose sur un schème idéaliste : changer rapidement et radicalement les comportements de la population –, certains acteurs institutionnels peuvent adopter une posture de « travail sur autrui », au regard des bénéfices matériels et symboliques qu’elle procure, mais sans forcément adhérer fortement à la logique qui la sous-tend. On a alors affaire à un « travail sur autrui formel », qui, tout en se déployant pratiquement (production de mots d’ordre, diffusion de normes de comportement), n’atteint pas forcément ses objectifs en matière d’emprise et de transformation des modes de pensée et de faire des populations. Mais ce type de travail sur autrui peut assurer la survie de l’institution, en permettant aux agents de base de donner à voir à leurs instances hiérarchiques un programme d’action sur le « mode de l’évidence », du « ça va de soi », tout en neutralisant la « zone d’incertitude » que constituerait le fait de prendre en compte les désaccords des citoyens ordinaires ; ces derniers seraient en effet potentiellement générateurs d’une crise de légitimité, d’un retard dans les objectifs fixés par les instances décisionnelles, d’un coût économique problématique au regard de la pression gestionnaire.

35Toutefois, il s’avère aussi que, au quotidien, le travail sur autrui de ces institutions n’a pas toute la portée attendue sur les populations. Il prend en effet, bien souvent, une forme faible ou affaiblie, dans la mesure où les professionnels ne peuvent pas s’appuyer sur les dispositifs disciplinaires classiques, permettant de normaliser les individus : enfermement, exercice, surveillance… (Foucault, 1975). Ce faisant, lorsque les professionnels sollicitent cette logique institutionnelle, ils s’exposent parfois à une fin de non-recevoir de la part des acteurs du territoire, dont les propos d’un chargé de mission au sein du PNR donnent un exemple : « Par exemple, je suis en charge d’un atelier sur les déplacements, les transports, l’idée c’est de poser un diagnostic, un état des lieux et les enjeux liés au climat et à l’énergie... mais bon quand, en face, on a des gens qui nous disent "le changement climatique on n’en est pas sûr", "on a déjà connu des changements de climat… donc on s’adaptera !", "il faut pas dramatiser… l’environnement on s’en tamponne…", donc vraiment des discussions de comptoir… ils remettent en cause… Donc nous on a un gros travail d’information ! ». Face à ces difficultés à avoir prise sur les populations, certains acteurs institutionnels peuvent alors être amenés à développer, au fil du temps, une autre posture professionnelle.

3.2. Tentations, bénéfices et dilemmes du travail sans autrui dans les institutions

36Confrontés à des occurrences environnementales problématiques (réactions des populations) sur lesquelles ils ont trop peu de prise, certains acteurs institutionnels en viennent parfois à mobiliser des formes de travail sans autrui (Laforgue, 2009). Cette posture consiste pour ces acteurs à renoncer (temporairement, partiellement) à traduire les finalités idéalistes ou analogiques au niveau de la vie quotidienne des populations (en matière de consommation d’énergie). Par ce terme de « travail sans autrui », nous voulons pointer toutes les situations dans lesquelles les acteurs institutionnels se perçoivent comme impuissants à configurer l’action qui convient (Thévenot, 1990) auprès des populations, à partir d’un bien commun institutionnellement défini, tout en considérant qu’ils ne peuvent pas non plus définir une ligne d’action à partir des points de vue des populations. Dans ces cas de figure, aux yeux des acteurs de l’institution, leur impuissance ne tient pas à un défaut de capacités, mais au fait qu’ils sont pris, « empêtrés » dans des contraintes sociales qui leur paraissent non maîtrisables. Ils insistent plutôt sur le fait que la société (et/ou le politique) ne leur fournit pas les conditions nécessaires pour agir auprès des citoyens ordinaires : en particulier, les acteurs de l’institution perçoivent les populations comme durablement « résistantes », « réticentes » à une action éventuelle de leur part, d’où cette perception de soi en termes d’impuissance. Cette posture conduit alors ces acteurs, d’un point de vue pratique, à coupler des formes de laisser-faire institutionnel (il n’y a plus de travail sur/avec les populations) et une posture technocratique en surplomb consistant à se replier sur des missions, des projets ne nécessitant pas de travailler directement au contact des populations. D’un point de vue subjectif, le travail sans autrui est associé à des dilemmes moraux, à une souffrance au travail ou, au contraire, à une « réification » des populations dont l’institution finit par ne plus se préoccuper.

37On trouve des exemples de ce travail institutionnel dans le PNR étudié, qui a cherché initialement à développer des formes de « travail avec autrui », et ce sous la forme de dispositifs de participation des populations du territoire concerné. Lorsque ces populations ne s’engagent pas à la hauteur ou selon les formes attendues par l’institution, ceci occasionne fréquemment un sentiment d’impuissance à agir de la part des professionnels (« que faire ? », « avec quels moyens ? »), face à ce qui est perçu comme des formes d’indifférence ou de désintérêt de la part des habitants à l’égard du projet institutionnel. Peu à peu, au fil des mois, le travail des acteurs institutionnels peut se poursuivre sans que le « public » (initialement visé) ne constitue l’horizon de l’action institutionnelle, sans réellement se soucier de la façon dont les populations locales s’approprient les actions institutionnelles. C’est alors avant tout au regard des enjeux propres de l’institution que se développe le travail institutionnel : il s’agit de mettre en place des actions prouvant l’engagement de l’institution dans un scénario « facteur 4 », justifiant de son existence auprès des décideurs politiques, éventuellement alimentant le renouvellement de la charte du PNR, permettant d’honorer un partenariat financier, etc. Par exemple, certains acteurs du PNR vont s’engager dans une collaboration avec des services techniques de l’État, les élus locaux et des associations de protection de la nature pour définir des zones d’implantation d’éoliennes sur le territoire ; d’autres acteurs vont chercher à mobiliser les représentants du secteur du bâtiment et les chambres de commerce et d’industrie afin de mettre en place des plans de formation à destination des professionnels souhaitant se spécialiser dans l’installation d’équipements (électricité, chauffage, isolation des bâtiments…) respectant les nouvelles normes environnementales (éco-habitat).

38Si ce travail sans les populations peut être vu par les acteurs institutionnels comme le seul moyen de faire face aux impératifs pragmatiques, temporels, gestionnaires auxquels ils sont soumis (sur le mode du « cela permet d’avancer »), éventuellement de façon temporaire (« peut-être qu’en avançant de notre côté, les populations finiront par s’y intéresser… » se disent certains acteurs institutionnels), il est très souvent envisagé comme une solution « par défaut », non exempte de dilemmes ou de regrets : « C’est sûr que le Parc n’est pas toujours bien connu par la population… et on nous voit souvent comme des empêcheurs de tourner en rond ou alors qu’on est payé à rien faire ! […] il faut que les gens se réapproprient le PNR, mais pour cela il faut retrouver du direct, de l’animation de terrain. Avant, à la belle époque, on le faisait, mais ce n’est plus ça… Aujourd’hui on est plus en retrait par rapport à la population, nos interlocuteurs c’est davantage les élus… » (un chargé de mission du PNR)

39On trouve une autre forme de mobilisation du travail sans autrui, là encore non exempte de dilemmes professionnels, dans les Espaces Info Énergie, lorsqu’un professionnel est confronté en situation à un usager qui n’est pas en mesure de « prendre les bonnes décisions » à partir des nouvelles informations que lui donne l’agent institutionnel : « Souvent les gens viennent car ils ont été démarchés pour une pompe à chaleur ou du photovoltaïque… donc nous notre travail c’est de voir avec eux globalement leur habitat, on les aide à décrypter : si leur maison est sans isolation, sans double vitrage… mais parfois des gens, avec leurs questions sur la pompe à chaleur, c’est impossible de leur dire autre chose, donc là on se contente de vérifier qu’ils sont dans les critères… donc là on leur a bien vendu des panneaux et des pompes à chaleur, mais notre but c’est pas de faire vendre des équipements ! » (un agent d’un EIE) Comme on le voit dans l’exemple ci-dessus, après quelques tentatives infructueuses, le professionnel adopte une posture de laisser-faire à l’égard des prétentions de l’usager, jugeant ne pas avoir de prise sur ses certitudes ; l’acteur institutionnel se contente alors de vérifier de façon purement réglementaire (posture technocratique) l’acceptabilité du dossier du demandeur.

Conclusion

40Loin d’être des appareils de pouvoir impersonnels, simples supports d’une nouvelle idéologie, celle du développement durable (Le Goff, 2009), les institutions en charge de ce mandat inédit qui prend la forme de mesures en faveur des économies d’énergie apparaissent comme relativement fragiles. Elles sont en particulier prises entre des injonctions politiques contradictoires et un environnement social problématique : leur public-cible – potentiellement tout citoyen ordinaire, tout habitant – est en effet largement insaisissable et toujours susceptible de comportements désordonnés (au regard des finalités institutionnelles).

41Pour échapper à des formes de laisser-faire et un sentiment d’impuissance, les acteurs de ces institutions sont amenés à articuler, toujours sous tension, des formes « modernes » et politiquement légitimes d’intervention publique – fondées sur le principe d’une intelligence distribuée avec leur environnement – et des modes de faire technocratiques qui conduisent les acteurs de ces institutions à adopter une posture en surplomb. Ainsi, la légitimation chaotique de ces institutions en charge du développement durable des territoires semble aller de pair avec l’émergence puis la stabilisation d’un mode de faire institutionnel hybride, que l’on pourrait nommer un « travail avec autrui normatif » : les acteurs institutionnels cherchent à instituer (auprès des populations) des modèles normatifs de comportement (en matière de transport, de chauffage, d’éclairage), mais en privilégiant l’incitation (plutôt que l’imposition), i. e. en faisant appel aux facultés cognitives, à l’intérêt matériel et à la responsabilité morale des citoyens.

42Le caractère hybride de ce type d’institutions paraît tout particulièrement intéressant à étudier car cela vient confirmer la thèse selon laquelle l’action publique contemporaine, dans sa diversité, ne se caractérise pas par un mouvement univoque de mutation des institutions publiques telle qu’une désinstitutionnalisation de l’action publique. Elle doit au contraire être étudiée au regard de ses évolutions contradictoires, ambiguës et réversibles (Demailly, 2008).

Notes

1 En s’inspirant librement des définitions de Dubet (2002) et du réseau thématique 40 « Sociologie des institutions » de l’AFS, on entendra par le terme d’« institution publique » : un ensemble, pas forcément cohérent, de lieux, de moments, d’organisations « incarnés » (c'est-à-dire que des humains de statuts divers y déploient leurs actions, s’y rencontrent, échangent, se disputent, s’entendent, etc.), dont les acteurs visent à instituer un « Bien commun » (sous la forme de finalités instituées plurielles, sous tension, voire contradictoires) et ce à travers des formes de travail institutionnel s’exerçant sur des populations et des individus et toujours mises à l’épreuve par la réalité sociale compte tenu de son caractère irréductiblement « désordonné » (Balandier, 1988) – désordonné au regard de l’« ordre » que l’institution prétend instaurer à travers la poursuite de ses finalités instituées.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search