Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'institution plurielle

 | 
Yves Bonny
, 
Lise Demailly

Introduction. Les institutions publiques au prisme de la pluralité

Yves Bonny

Testo integrale

1Si l’on observe la production sociologique des dernières décennies, l’on peut remarquer que le thème de la pluralité y occupe une place significative, et ce à différents niveaux. Il est de plus en plus central dans les théories de l’action, qu’elles se centrent sur les principes et valeurs soutenant les opérations critiques de justification des acteurs (Boltanski et Thévenot, 1991), sur les logiques d’action structurant « l’expérience sociale » (Dubet, 1994) et la vie des organisations (Bernoux et alii, 1996), ou sur les « régimes d’engagement » (Thévenot, 2006). On le trouve déployé du côté des théories de l’acteur, en particulier chez les auteurs qui se sont donné comme visée de reprendre à nouveaux frais la théorisation de la socialisation, comme Lahire (1998) ou Kaufmann (2001), ou plus largement de développer une « sociologie de l’individu », notamment en combinant plusieurs « grammaires » pour en saisir la constitution (Martuccelli, 2002). Il est également présent de façon évidente au plan structurel à travers l’ensemble des contributions à l’analyse de la différenciation des univers sociaux, qu’elles raisonnent en termes de « systèmes et sous-systèmes » (Luhmann, 1995), de « mondes sociaux » (Strauss, 1992), de « cadres de l’expérience » (Goffman, 1991), etc. Car si le thème de la différenciation a une longue histoire en sociologie, il était jusqu’à récemment centralement associé à une théorie de l’ordre social et de la société et par là à une idée d’unité, que ce soit dans les approches fonctionnalistes combinant différenciation en sous-systèmes et intégration dans un système social d’ensemble ou dans les théorisations critiques visant à repérer dans les différents univers sociaux des rapports de domination transversaux et des contradictions centrales. Or ce thème est aujourd’hui fréquemment associé à une idée de pluralité irréductible, conduisant du coup certains auteurs à critiquer le concept de société tel que la sociologie l’a forgé depuis sa naissance (Latour, 2006 ; Dubet, 2009). Et si nous élargissons encore la focale, nous retrouvons l’idée de pluralité dans certaines théorisations des dynamiques de transformation à l’échelle planétaire, par exemple à travers le paradigme des « modernités multiples » opposé aux théories unilinéaires de la modernité (Eisenstadt, 2002). Elle est aussi centrale en philosophie politique dans des théories de la justice critiques de l’universalisme abstrait (Walzer, 1997). L’ouvrage qui suit s’inscrit donc à cet égard dans un mouvement d’ensemble marqué par un déplacement du regard sociologique de l’unité vers la pluralité, un déplacement qui ne relève vraisemblablement pas du hasard et qu’il convient d’interroger.

2Mais avant de nous engager plus avant dans l’examen de cette thématique, il convient d’expliciter l’objet d’étude à propos duquel nous la déployons, à savoir les « institutions », et plus précisément ici les institutions publiques. Pour cela, remarquons d’abord que par-delà les différentes institutions dont il traite, relatives à la protection de l’enfance, à l’éducation, au système pénitentiaire, à la psychiatrie, à l’aménagement du territoire, à l’écodéveloppement, l’ouvrage qui suit a un caractère autoréférentiel, si l’on considère que la sociologie relève elle-même d’une institution publique majeure, l’institution universitaire, et qu’elle est traversée et travaillée par la pluralité et les tensions qui l’accompagnent sous différents aspects : pluralité des missions, des disciplines, des conceptions de chaque discipline, des découpages infra-disciplinaires, des postures professionnelles, des entrées analytiques et thématiques, pluralité théorique, conceptuelle, méthodologique, etc. En prenant comme objet d’étude les institutions et en promouvant la réhabilitation du concept d’institution dans un cadre d’analyse sociologique, les auteurs réunis ici partagent une lecture quelque peu critique de cette pluralité-là, considérant que si celle-ci constitue à différents égards une richesse et une source de stimulation intellectuelle, elle représente aussi un danger majeur de fragmentation, d’hyper-spécialisation, de perte de toute perspective synthétique.

3Le projet intellectuel d’une « sociologie des institutions » tel que nous l’entendons se présente comme transversal par rapport à différentes sociologies plus spécialisées, ne faisant que redoubler les découpages de la vie sociale – telles que la sociologie de la famille, la sociologie de l’éducation, la sociologie de la santé, la sociologie de l’intervention sociale, etc. –, ou se focalisant sur des dimensions spécifiques des rapports sociaux, comme la sociologie des organisations, la sociologie des professions ou la sociologie des politiques publiques. Il se situe ainsi du côté d’une sociologie générale visant à s’interroger à partir de ces différentes entrées sur « l’institution de la société ». Par-delà les critiques à bien des égards justifiées adressées au concept de société tel qu’il a été théorisé dans la discipline depuis deux siècles, nous considérons en effet essentiel de conserver une perspective d’ensemble sur « la vie sociale » et « les rapports sociaux », et le concept d’institution, pour peu qu’on en précise les contours, nous paraît à cet égard incontournable.

4C’est ce projet intellectuel qui a donné naissance au réseau thématique n ° 40 de l’Association française de sociologie, que les différents auteurs réunis ici animent avec d’autres. Créé à l’occasion du congrès fondateur de l’AFS à Villetaneuse en 2004, le RT 40 a pour objectif de développer une approche des institutions qui s’efforce de circonscrire quelque peu son domaine d’investigation, sans pour autant s’enfermer dans une définition trop précise qui interdirait de rester en permanence attentif aux transformations sociétales. Il a au cours des dernières années exploré différentes thématiques à l’occasion de congrès, de colloques ou de journées d’études – les questions de réflexivité, de sens critique et de sens de la justice, de désinstitutionnalisation, de violence, la voix des acteurs faibles –, qui ont donné lieu à plusieurs publications (Payet, Giuliani et Laforgue, 2008 ; Éducation et sociétés, 2010 ; Laforgue et Rostaing, 2011). Le thème de la pluralité et des tensions qui est au centre de cet ouvrage s’inscrit donc dans cette perspective d’ensemble, d’où se dégage une certaine problématisation de la notion d’institution.

1. Le concept d’institution : éléments de problématisation

  • 1 Dans la préface à la seconde édition des Règles de la méthode sociologique, qui date de 1901, soit (...)

5Le projet de développer une sociologie des institutions se heurte à un obstacle majeur, à savoir l’important discrédit dont cette notion fait l’objet au sein de la discipline. On sait en effet qu’après avoir été proposée comme concept central de la discipline par Mauss et Fauconnet (1901) et par Durkheim, au point d’être jugée consubstantielle à son programme scientifique1, elle a fait l’objet de critiques récurrentes relatives à son caractère polysémique, ambigu, vague, à la fois trop large et trop étroit, amenant Gurvitch à écrire dans les années 1950, marquées à la fois par un usage massif et instable du terme dans la sociologie étasunienne et par sa définition réductrice et problématique dans la tradition fonctionnaliste, en particulier chez Parsons, que « ce terme d’institution est le plus confus et le plus flottant dont dispose la sociologie » et que « la sociologie [a] tout à gagner à se débarrasser du concept d’institution » (Gurvitch, 1963, p. 82). Si les années 1960 et 1970 ont vu ce concept remis à l’honneur en France – citons en particulier le courant dit de « l’analyse institutionnelle » (voir notamment Lapassade, 1965, et Lourau, 1970), l’analyse des « institutions totales » par Goffman (1961, traduction française en 1968) et des « institutions disciplinaires » par Foucault (1975) ou Castel (1976), celle du « système institutionnel » par Touraine (1973), et la publication par Castoriadis de L’institution imaginaire de la société (1975) –, il n’est pas redevenu pour autant un concept majeur de la discipline. C’est cet objectif que nous entendons développer, ce qui suppose en particulier de circonscrire un domaine d’investigation un tant soit peu précis, plus spécifique que tout ce qui est institué (signification donnée par Mauss, Fauconnet et Durkheim) ou tout ce qui est institutionnalisé (signification juridique du concept).

6L’une des raisons principales de la polysémie attachée à la notion d’institution et des critiques justifiées que son emploi suscite en tant que concept sociologique tient en effet au fait qu’elle est employée aussi bien a) en un sens culturaliste, pour désigner l’ensemble des valeurs, des normes, des modèles de conduite ou d’organisation des rapports sociaux dotés d’une certaine régularité, que b) du point de vue du positivisme juridique, centré sur l’ensemble des processus de formalisation par le droit, c) dans des perspectives anthropologiques s’intéressant aux modalités de prise en charge d’enjeux sociétaux jugés universels par les collectivités humaines, ou enfin d) selon une approche plaçant au centre de l’analyse la mise en forme et l’encadrement des rapports sociaux par le pouvoir politique. C’est cette dernière approche, combinée à la perspective anthropologique, que nous privilégions, dans la mesure où nous mettons l’accent sur la portée sociétale des institutions et où le pouvoir politique constitue dans les sociétés modernes le foyer majeur de la mise en forme structurelle des rapports sociaux. Dans cette perspective, l’institution trouve sa source première dans le processus par lequel le pouvoir structure, encadre et régule la vie sociale à travers des principes et des valeurs, des missions et des finalités, des domaines de compétences, des qualifications professionnelles, des mandats, des statuts et des rôles, des formes organisationnelles, des cadres matériels d’exercice, des référentiels et des paradigmes, des modes de régulation. Ainsi, Freitag (1986) définit le pouvoir politique comme « capacité d’institutionnaliser », c'est-à-dire d’établir, notamment à travers le droit, un ensemble de principes, d’orientations, de définitions, de règles, de statuts, d’organes et de modes d’organisation qui encadrent les pratiques et les rapports sociaux, découpant ainsi différentes sphères plus ou moins autonomes, dont le pouvoir est chargé d’assurer l’intégration et la régulation d’ensemble. Nous nous centrons plus spécifiquement dans cet ouvrage sur les institutions publiques, qui constituent l’une des manifestations majeures de cet encadrement politico-institutionnel de la vie sociale, lorsque le pouvoir politique prend en charge par lui-même la mise en forme des rapports sociaux, autour de certaines finalités et missions. Le concept d’institution est alors à comprendre comme l’une des formes que peut prendre le rapport établi entre la puissance publique et la société (Rosanvallon, 1993), lorsque la première vise à prendre en charge la production du lien social, de l’unité et de l’intégration sociétales à travers la structuration et la régulation d’une grande fonction collective telle que la sécurité, l’éducation, la santé, la protection et l’action sociales.

7Il nous paraît d’autre part important d’établir une distinction un peu claire entre institution, administration, organisation et établissement, souvent confondus aujourd’hui. L’on peut à cet égard s’appuyer notamment sur l’approche dialectique développée par Lourau (1970) à travers le rapport dynamique permanent entre institué et instituant et la référence à différents « moments » ou différentes « dimensions » de l’institution, tout en abandonnant le cadre de référence hégéliano-marxo-freudien dans lequel il situait sa théorisation. L’on peut en particulier reprendre sa distinction entre la dimension structurelle et topique de l’institution, correspondant aux finalités, aux valeurs, aux fonctions, aux modèles de conduite, etc., et sa dimension morphologique, correspondant aux formes sociales effectives dans lesquelles elle se réalise. Comme il l’écrit, l’institution est « présente-absente », ne se confondant jamais « avec les objets réels qu’elle désigne dans l’idéologie courante » (p. 143). Boltanski (2009) parle pour sa part de la dimension sémantique de l’institution (« aux institutions revient la tâche de dire et de confirmer ce qui importe », p. 117), couplée à une dimension déontique, dans la mesure où l’autorité institutionnelle édicte des définitions « dont l’ignorance entraîne des sanctions » (p. 123). Elle implique ce qu’il appelle un « être sans corps », qui transcende l’ensemble des organes administratifs et des agencements organisationnels ou matériels qui la font vivre et se situe à un niveau qu’il nomme métapragmatique. Il est essentiel d’analyser ces dimensions idéelles, sémantiques, symboliques, axiologiques et déontiques de l’institution, par-delà ses manifestations morphologiques et pragmatiques, que ce soit sous la forme d’une administration régulatrice, d’une structuration organisationnelle et professionnelle ou d’une matérialisation dans des établissements, des services, des dispositifs, des normes.

  • 2 Rappelons ces quelques phrases d’Asylums (1961), qui sont très explicites : « Social establishment (...)
  • 3 Qui a débouché sur un ensemble de courants dits « anti-institutionnels », autour notamment de l’hô (...)
  • 4 Ceci étant dit, l’appellation « institutions totales » faisant aujourd’hui partie de la terminolog (...)

8Ces distinctions conceptuelles conduisent en particulier à ne pas confondre la sociologie des institutions avec la sociologie des organisations ou de « l’action organisée » (Friedberg, 1993), et à éviter d’employer le terme institution dans un sens très large et du coup théoriquement sans intérêt à propos de tout ce qui est institué, c'est-à-dire « établi de façon durable », ou à propos de n’importe quel groupement institutionnalisé par le droit. Elles conduisent d’autre part à dépasser l’ambiguïté qui est attachée au concept devenu classique d’« institutions totales », que Goffman associe explicitement à des établissements prenant en charge intégralement leurs membres2. Si ce type d’établissement, tel que l’asile pour l’institution psychiatrique ou la prison pour l’institution pénitentiaire, peut en effet à certaines époques occuper une telle importance du point de vue des déclinaisons organisationnelles de l’institution qu’il peut paraître légitime de désigner celle-ci par métonymie à partir de l’établissement emblématique qui encadre son public-cible, il n’en demeure pas moins souhaitable d’éviter de confondre l’institution et l’établissement. Cette confusion est manifeste dans le recours éminemment problématique à la notion de « désinstitutionnalisation » pour désigner la mise en cause de cette forme organisationnelle de prise en charge intégrale dans le cadre d’un établissement spécialisé3. Cette forme correspond en effet à un agencement historique de l’institution, et sa remise en cause ne signifie pas du tout la disparition de celle-ci, mais son remodelage, qu’il s’agisse par exemple du « virage ambulatoire » pour la psychiatrie ou du bracelet électronique ou des travaux d’intérêt général pour l’institution pénitentiaire. En distinguant, tout en les articulant, l’institution, l’administration, l’organisation et l’établissement, on gagne en clarté4.

9Une théorisation pertinente des institutions se doit enfin de prendre en considération la tension dialectique entre instituant et institué et de penser l’institution tout autant au sens de l’action et de la capacité d’instituer ou d’institutionnaliser, et donc du potentiel de création et de transformation des pratiques sociales, qu’au sens d’un ensemble d’entités établies. En particulier, soutenir que le concept d’institution déborde les administrations, les organisations, les établissements, les agencements concrets, les interactions situées, etc., est parfaitement compatible avec l’idée selon laquelle c’est en permanence dans ce qui se joue à ces différents niveaux que le sens de l’institution s’élabore. Il importe pour le dire autrement d’éviter d’opposer des approches structurelles à des approches pragmatistes, créant des dualismes factices, afin d’élaborer une approche dialectique de l’institution, que les notions de « moments » ou de « dimensions » employées par Lourau rendent bien. L’enjeu est de développer des analyses attentives aussi bien à la structuration a priori de la vie sociale par les complexes institutionnels forgés par l’histoire qu’aux agencements locaux et aux interactions situées à travers lesquels les acteurs les actualisent, les prennent en charge et les transforment en permanence.

2. Pluralité et tensions dans les institutions publiques

10Le thème de la pluralité des finalités, des principes et des logiques qui traversent et travaillent les institutions publiques et des tensions qu’elle engendre constitue l’entrée analytique de cet ouvrage. Il convient de préciser ce que nous entendons par là. Où se situe la pluralité ? Quelles en sont la source et la substance ? Et comment se manifestent les tensions qu’elle engendre aux différents niveaux d’analyse de l’institution ?

11La pluralité et les tensions peuvent concerner en premier lieu les finalités, les missions, les objectifs ou les référentiels configurant l’institution et les mandats confiés aux professionnels. L’on peut parler à ce propos de logiques institutionnelles. L’on met ici l’accent sur les orientations plurielles et plus ou moins contradictoires qui caractérisent l’institution dans ses fondements mêmes ou à travers les couches sédimentées de son histoire. La pluralité peut se situer au niveau des missions dévolues à l’institution, des référentiels qui les explicitent, des modalités de mise en œuvre des finalités institutionnelles. Loin de se présenter comme des univers lisses et fonctionnels définis par des finalités, des cadres de référence et des modalités d’action clairs et univoques, les institutions publiques apparaissent dans une telle perspective comme des mondes sociaux complexes et contradictoires, marqués par des tensions fortes au cœur même de leur constitution. Cette lecture de la pluralité et des tensions associées est présente dans chacun des chapitres de cet ouvrage : tensions entre orientations sécuritaire et humaniste pour les institutions psychiatrique (chap. 1) et pénitentiaire (chap. 2) ; entre habilitation et contrainte pour la protection de l’enfance (chap. 3) ; entre les logiques d’égalité formelle, d’équité par individualisation des traitements et de reconnaissance de spécificités catégorielles pour l’école (chap. 4) ; entre le « travail avec autrui », le « travail sur autrui » et le « travail sans autrui » comme modalité d’intervention institutionnelle pour l’écocitoyenneté (chap. 5) ; entre les référentiels « équipement » et « développement durable » pour l’aménagement du territoire (chap. 6).

12La pluralité et les tensions peuvent renvoyer plutôt aux orientations portées par les acteurs-clés de l’institution. L’on parlera à ce propos de logiques d’action. Ceci recouvre tout d’abord les référentiels et paradigmes divergents mobilisés pour réaliser les missions institutionnelles, qui s’expriment à travers les rationalités explicatives, les modes d’organisation, les dispositifs opératoires, les postures professionnelles, etc. La pluralité ne se situe pas ici au niveau des finalités et orientations d’action assignées à l’institution, mais renvoie à des positionnements divergents à l’égard d’une finalité donnée et du public-cible de l’institution, que ce soit concurremment ou successivement. L’on peut examiner ces référentiels et ces positionnements soit comme un espace des possibles dans lequel circulent à des degrés divers l’ensemble des agents institutionnels, selon les contextes, les situations, les dynamiques interactionnelles (voir le chap. 4), soit en termes de divergences, d’oppositions, de conflits et de rapports de domination entre catégories d’acteurs (en particulier du point de vue des cultures et identités professionnelles : voir le chap. 6).

13L’analyse centrée sur les logiques d’action peut également mettre l’accent sur la pluralité sous une autre forme, liée non pas à des divergences d’interprétation des finalités institutionnelles, mais aux multiples discordances qui existent entre le discours officiel de l’institution et l’ensemble des orientations d’action qui la mettent en œuvre en permanence. La pluralité renvoie ici notamment à la différence de perspective selon que l’on considère l’institution à partir de la façade qu’elle présente, de sa mise en scène, de sa « présentation de soi » à visée de communication externe comme d’intégration interne, ou à partir de la multiplicité des agencements concrets, des interactions situées ou des engagements d’acteurs à travers lesquels elle existe en actes (voir les chap. 3, 4 et 5). L’on peut adopter à ce propos plusieurs cadres d’analyse. Compte tenu de notre objectif de distinguer une sociologie des institutions d’une sociologie de l’action organisée, nous ne nous intéresserons à cette pluralité que dans la mesure où les logiques d’action renvoient non pas à des intérêts et des stratégies extérieurs à l’institution mais à des modalités de mise en œuvre ou de prise en charge des finalités institutionnelles, par exemple sur le mode de la contradiction entre les discours officiels de l’institution sur elle-même et les formes opératoires qu’elle promeut ou de la résistance de certains acteurs à des injonctions critiquées. Ainsi, C. Rostaing souligne au chapitre 2 la contradiction majeure existant entre le discours institutionnel récurrent sur la réinsertion des détenus et les faibles moyens qui sont attribués à cette mission. Une perspective complémentaire consiste à analyser les décalages entre la présentation de soi de l’institution et la pluralité des logiques d’action auxquelles elle est confrontée dans ses rapports avec son « environnement », au sens de la théorie des systèmes, en examinant en particulier les stratégies institutionnelles mises en œuvre pour faire face aux manifestations de l’environnement interne comme externe qui lui posent problème. Ainsi, dans le chapitre 5, D. Laforgue examine la manière dont les agents des différents organes publics relevant du projet institutionnel du développement durable et de l’éco-citoyenneté ajustent leurs pratiques organisationnelles et professionnelles à des acteurs ignorants, indifférents, hostiles ou stratèges.

14La pluralité et les tensions peuvent en troisième lieu renvoyer à l’inscription de l’institution dans la société globale (l’on peut parler à ce propos de logiques sociétales). Quand bien même toute institution vise à développer son autonomie à l’égard de son « environnement », elle n’y parvient jamais que relativement et doit constamment intégrer dans sa rationalité spécifique des pressions et régulations externes qui ne relèvent pas des finalités intrinsèques de l’institution ou des divergences d’interprétation et de mise en œuvre de celles-ci, mais de ses modalités d’inscription sociétale. Ceci recouvre en particulier les régulations en provenance des pouvoirs publics, les contraintes associées aux interdépendances entre institutions et aux rapports de domination qui les caractérisent, ou encore les valeurs ou les références ambiantes lorsqu’elles sont en décalage avec celles qui ont configuré historiquement l’institution. Ainsi, dans le chapitre 1, L. Demailly montre comment l’institution psychiatrique est fragilisée et marginalisée par son inscription croissante par l’État dans un cadre général de « santé mentale », elle-même composante parmi d’autres de la « santé publique ». Dans le chapitre 2, C. Rostaing examine les tensions liées à la pression des valeurs démocratiques-individualistes sur l’institution pénitentiaire. Et dans le chapitre 6, B. Milly met en évidence la mutation majeure qui touche le projet institutionnel d’aménagement du territoire avec la montée en puissance d’un référentiel de développement durable en lieu et place de l’ancien référentiel de « l’équipement » de la nation sous les trois volets principaux de l’urbanisme, du logement et des transports.

15La pluralité qui traverse et travaille l’institution, quelle qu’en soit la source, engendre pour les différents paliers et acteurs de l’institution des tensions avec lesquelles ils doivent composer. Comment aborder cette pluralité et ces tensions ? Dans la perspective fonctionnaliste, les tensions (strains) constituent en général des problèmes d’ajustement fonctionnel momentanés et sont appelées à être gérées et dépassées, ou en tout cas contenues dans certaines limites, car elles représentent une menace pour l’unité et l’intégration de l’ensemble. Dans les perspectives hypercritiques, toute tension est rapidement inscrite sous l’égide de la contradiction centrale caractérisant le système de domination ou du conflit pouvant amener à sa remise en cause. Dans la perspective où nous nous situons, les tensions n’ont pas nécessairement vocation à être dépassées, ni à se muer en contradictions ou conflits majeurs. Tout d’abord, une tension peut être féconde, constituer pour l’institution et ses membres une source de questionnement et de stimulation, comme le souligne en particulier L. Demailly à propos de la tension entre autonomie et aliénation en psychiatrie. La notion de tension pointe cependant vers ce qui est susceptible de poser problème, ce à quoi il faut faire face ou par rapport à quoi il faut trouver des réponses, elle constitue donc un enjeu et une épreuve pour les institutions et les acteurs qui les incarnent, afin de ne pas verser dans la fragmentation, l’éclatement, l’incohérence, la contradiction trop flagrante et la perte de légitimité. Le travail des acteurs consiste pour une part importante à construire de la cohérence, au niveau où ils se situent, sur la base de cette pluralité, et donc à faire avec les tensions qu’elle génère et leurs différentes modalités d’expression. Nous considérerons donc les tensions associées à la pluralité comme un analyseur privilégié de l’institution, qui se manifeste et que l’on peut examiner sous plusieurs formes : contradictions structurelles, « contradictions », au sens étymologique du terme, c'est-à-dire positionnements divergents d’acteurs, dilemmes, ambivalences, malaises, etc.

16L’on peut également les analyser à plusieurs niveaux. Au niveau officiel de l’institution, celui de la présentation de soi, de l’auto-légitimation et de la mobilisation des acteurs à travers des référentiels, des discours, des cérémonies, l’enjeu est de produire de l’unité, de la cohérence, et pour cela de gommer tout ce qui peut faire apparaître des contradictions trop marquées. L’on peut considérer ici l’identité institutionnelle comme un travail permanent de gestion des tensions, tant à l’égard de l’extérieur qu’à l’interne, dont l’analyste peut chercher à schématiser les modalités, les orientations et les dynamiques. Au niveau organisationnel (division sociale et technique du travail, agencements matériels, dispositifs pratiques, procédures et procédés opérationnels, modalités d’évaluation, etc.), l’analyse porte sur les modalités de traduction des référentiels et paradigmes dominants, les discordances avec les proclamations officielles, les formes de compromis élaborées entre orientations contradictoires. Il s’agit également d’examiner la manière dont des orientations divergentes sont traitées sur le mode de la segmentation organisationnelle (chap. 4) ou professionnelle (chap. 6). Au niveau actionnel et interactionnel, les tensions constituent pour les agents institutionnels des enjeux pragmatiques de gestion d’orientations et d’injonctions divergentes configurant et régulant les situations, les pratiques et les relations, des épreuves lorsqu’ils sont confrontés à des occurrences dérangeantes ou problématiques – à leurs yeux – en provenance de leur environnement (voir chap. 4 et 5), elles peuvent également se manifester sous forme de conflits. L’analyse porte sur la manière dont les acteurs s’y prennent effectivement, dans le cours des actions et des interactions en situation, pour prendre en charge la pluralité constitutive de l’institution et faire avec les tensions qu’elle engendre. Enfin, lorsque l’on se situe au niveau des acteurs, l’on se centre sur la pluralité des logiques d’action qui structurent leur expérience sociale, sur les enjeux et les épreuves auxquels ils sont confrontés, sur la construction des identités et des postures professionnelles, sur le travail effectué par l’acteur pour donner cohérence à ses engagements subjectifs. La pluralité peut être abordée ici aussi bien sous la forme d’une multiplicité de ressources, de références, dont les acteurs disposent pour donner sens aux situations dans lesquelles ils sont plongés et aux positionnements qu’ils adoptent qu’en termes de circulation entre logiques contradictoires, de dilemmes, d’ambivalences, de malaise, de souffrance psychique, d’expérience plus ou moins intégrée ou éclatée.

3. La pluralité et le déplacement du questionnement sociologique

17Comme nous l’avons souligné en commençant, le thème de la pluralité est omniprésent dans la production sociologique récente et relève à cet égard d’un air du temps qu’il convient d’interroger. L’explication qui vient spontanément à l’esprit est que la sociologie s’intéresse à la pluralité parce que celle-ci est de plus en plus manifeste dans ses objets d’étude. Mais une autre hypothèse demande à être approfondie au préalable, qui associe plutôt cet intérêt à un déplacement du questionnement sociologique, pour des raisons internes à la discipline, indépendamment des transformations sociales et culturelles.

3.1. L’affaiblissement du paradigme de l’unité

18L’hypothèse selon laquelle la montée en puissance du thème de la pluralité renverrait d’abord à des transformations du questionnement sociologique et à la dynamique interne de la discipline peut être développée sur des bases à la fois historiques et ontologiques. L’on peut en effet soutenir que la sociologie a depuis ses débuts mis l’accent de façon massive sur la thématique de l’ordre social et s’est inscrite dans un imaginaire de l’unité et de la totalité : l’on a théorisé la rupture introduite par la modernité en termes de passage d’une forme d’ordre social à une autre (Martuccelli, 2005), à travers le concept de société, qui semblait trouver dans l’État-nation une concrétisation historico-empirique évidente. Dans ce cadre de pensée, il est fort compréhensible que la vie intellectuelle se soit pendant longtemps focalisée sur la recherche d’un principe explicatif central permettant de rendre compte de l’unité de la vie sociale au sein des sociétés modernes et de chaque État-nation. L’on peut rappeler à cet égard quelques oppositions idéal-typiques célèbres que nous a léguées l’histoire intellectuelle : entre capitalisme et féodalisme (Marx), principe démocratique et principe hiérarchique (Tocqueville), contrat et statut (Maine), société et communauté (Tönnies), solidarité organique et solidarité mécanique (Durkheim), domination rationnelle-légale et domination traditionnelle (Weber), « achievement » et « ascription » (Parsons), individualisme et holisme (Dumont).

  • 5 Il convient en effet de distinguer deux volets successifs de la théorisation de l’institutionnalis (...)

19La sociologie a largement participé de cette orientation, en mettant l’accent sur les structures macrosociales productrices de cette unité, sur l’articulation entre dynamiques de différenciation et principes d’intégration, sur les modes de socialisation assurant la correspondance entre structures et actions et par là, la reproduction de l’ordre social. Cette visée d’explication de l’ordre social s’est développée dans deux directions principales : du point de vue de la théorisation des collectivités humaines, pour en dégager les caractéristiques structurelles et la dynamique historique et pour analyser les relations entre les différents domaines différenciés de la vie sociale ; et du point de vue de la théorie de l’action et de l’acteur, pour rendre compte de l’articulation entre « l’acteur » et le « système social », que celui-ci renvoie à la société globale ou à l’une de ses composantes. Le fonctionnalisme et le marxisme ont représenté au XXe siècle les deux principales théories concurrentes qui ont développé cette double perspective. Or, que l’on raisonne en termes de différenciation fonctionnelle, associée soit à l’intériorisation d’un système de valeurs partagées assurant l’intégration normative, soit à une hiérarchie cybernétique de contrôle assurant l’intégration systémique5, ou en termes d’autonomie relative des différents univers sociaux mais de détermination en dernière instance par les rapports de production et d’intériorisation d’une structure de domination, la représentation de la vie sociale et des institutions développée met l’accent sur l’unité d’une totalité (ce que Castoriadis a appelé l’imaginaire identitaire-ensembliste) et non sur la pluralité, quand bien même elle est marquée par des tensions, voire des contradictions structurelles et des conflits centraux. C’est aussi dans cette perspective que les institutions ont été traitées, en tant que composantes de la totalité sociétale lui apportant une contribution et une rationalité spécifiques, d’où l’accent placé ici aussi sur l’unité, tant du point de vue de l’inscription de l’institution dans la société que du point de vue de son organisation et de sa dynamique internes.

  • 6 L’on peut souligner que ces dimensions de la vie sociale sont clairement mises en relief par diffé (...)

20Le paradigme de l’unité sociétale a permis à la sociologie d’asseoir son autonomie disciplinaire et de développer nombre d’idées et d’orientations importantes, afin de s’opposer notamment à l’utilitarisme, d’analyser les caractéristiques structurelles et fonctionnelles des collectivités humaines ainsi que leurs dynamiques de transformation, d’approfondir les questions d’intégration normative des rapports sociaux comme celles de domination. S’il est aujourd’hui affaibli, c’est dans une large mesure sous l’effet de la dynamique interne de la discipline, qui a conduit à questionner un certain nombre de schèmes jugés erronés ou beaucoup trop mécanistes d’appréhension des rapports sociaux et des acteurs – schèmes de la totalité englobante et bien circonscrite, de la différenciation fonctionnelle, de la domination univoque et de la contradiction centrale, de la correspondance entre l’acteur et le « système social », de la détermination directe de l’action par la position sociale –, et à mettre davantage l’accent sur les ensembles flous, les configurations à géométrie variable, les divergences d’orientation, les contradictions, les décalages, les discordances, la contingence des dynamiques interactionnelles et la créativité de l’agir (Joas, 1999)6. D’où l’accent mis sur le « travail » des sociétés (Dubet, 2009) et des acteurs, sur la vie sociale comme « accomplissement pratique » (Garfinkel, 2007) ou comme ensemble d’« ordres locaux » contingents produits par les jeux d’acteurs dans le cadre de « systèmes d’action concrets » (Friedberg, 1993), et la montée en puissance de concepts tels que ceux d’« expérience sociale », de « logiques d’action » ou d’« épreuve ». Le thème de la pluralité correspondrait dans cette perspective non seulement à une dynamique historique mais aussi à des caractéristiques du réel auxquelles la sociologie contemporaine serait beaucoup plus attentive que la sociologie héritée. Cela conduit à analyser les institutions publiques moins en termes de contribution fonctionnelle à un « système social » ou de courroies de transmission d’une domination centrale que de missions et de finalités plus ou moins contradictoires impulsées par les autorités et inscrites en permanence dans la controverse politique et le débat public, leur organisation moins en termes de traduction rationnelle des finalités institutionnelles que de jeux d’acteurs impulsant toutes sortes de ré-agencements permanents et de déplacements, les acteurs moins en termes de statuts et de rôles que de logiques d’action plurielles, d’épreuves et de réflexivité.

21L’hypothèse selon laquelle l’accent placé sur le thème de la pluralité correspond pour partie à un déplacement du questionnement sociologique plutôt qu’à des transformations historiques dont celui-ci se ferait le témoin et l’interprète conduit notamment à considérer la pluralité, l’hétérogénéité et les tensions associées comme des traits récurrents de la vie des institutions. Ceci contrevient en particulier à certains récits caricaturaux qui sont proposés de l’opposition classique entre tradition et modernité. Sous un certain regard, les institutions sont depuis toujours constitutivement plurielles, parce qu’elles portent des finalités contradictoires et sont en permanence traversées par des divergences et des conflits quant à la manière de les interpréter et de les mettre en œuvre. L’on peut dégager à cet égard des tensions transhistoriques dans la vie de nombre d’institutions, de portée anthropologique, comme le souligne L. Demailly au chapitre 1 à propos du traitement de l’anormalité liée à une aliénation du sujet. Par ailleurs, chaque institution ne se constitue comme entité collective que sur la base d’un travail d’unification constant, relevant parfois du bricolage et du colmatage, que produisent les agents institutionnels par rapport aux décalages incessants entre l’image qu’elle veut donner de sa maîtrise du monde et tout ce qui lui échappe, quelle que soit la sophistication du travail d’encadrement normatif des conduites. Ceux qui la font vivre développent aussi des stratégies, défendent des intérêts matériels et idéels, sont en quête de reconnaissance, etc., de sorte qu’elle est marquée par des logiques d’action plurielles et divergentes, et ce de tout temps. L’idée de forte unité et stabilité interne que nous associons à des concepts tels que la culture, la tradition et la religion doit être précisée et nuancée. La structure des références normatives communes qui assure la régulation des rapports sociaux dans les sociétés traditionnelles laisse place à toutes sortes de variations et d’ajustements locaux, et les institutions sont caractérisées par des décalages, des désajustements, des innovations, même infinitésimales. D’autre part, les institutions ont une histoire, elles se sont forgées progressivement en se coulant dans le tissu de la vie sociale et en s’inscrivant dans la société globale à travers toutes sortes de frottements avec d’autres institutions, elles ont dû de la même façon construire leur unité et le sens de leur existence via la sédimentation toujours fragile de finalités, de formes organisationnelles, de référentiels d’action variés, de sorte que l’institution effective est toujours nécessairement plurielle et hétérogène dans sa configuration dès l’instant où elle a une certaine durée historique. Ceci est particulièrement manifeste s’agissant des institutions religieuses, constamment traversées de querelles théologiques, d’hérésies, de schismes, de mouvements sectaires. Mais l’on pourrait développer le même type d’analyse à propos d’autres institutions des sociétés dites traditionnelles : celles-ci sont marquées par toutes sortes de tensions et de contingences historiques et ne sont pas des totalités lisses et homogènes.

22Ces différents développements théoriques ont des implications importantes. Ils conduisent à problématiser l’institution en l’abordant selon plusieurs perspectives, en accordant une attention majeure à la complexité de fait qui la caractérise, à la pluralité d’orientations en tension qui la constituent et l’animent, aux discordances inter-institutionnelles, aux décalages existant entre la représentation idéaliste, unifiée et cohérente qu’elle peut donner d’elle-même sous sa face la plus officielle et cérémonielle et la pluralité de logiques d’action contradictoires ou centrifuges qui caractérisent sa dynamique effective à d’autres niveaux d’analyse. Ils incitent à mettre l’accent sur les spécificités des agencements et des engagements pratiques, sur la contingence des dynamiques interactionnelles, sur les épreuves et dilemmes rencontrés par les acteurs et la façon dont ils y font face. L’institution perd de sa rationalité apparente pour gagner en complexité et en hétérogénéité lorsqu’on l’examine sous l’angle de sa mise en œuvre ordinaire par les agents institutionnels. La gestion du pluriel, des tensions, de l’hétérogène, le compromis instable entre principes et orientations sont ici la norme. Et le sociologue se doit de suivre cette pluralité sans chercher à en rendre raison a priori.

3.2. Un tournant pragmatiste ?

23Ces différentes analyses ont conduit certains auteurs à désigner les transformations du questionnement sociologique par l’idée d’un « tournant pragmatiste ». S’il s’agit de mettre en évidence une réorientation visant à accorder beaucoup plus d’importance que par le passé aux dynamiques actionnelles et interactionnelles en situation à travers lesquelles se construit en permanence la vie sociale, aux ordres locaux contingents qu’elles génèrent, aux formes d’expérience des acteurs, à leurs épreuves, à leur engagement réflexif et critique dans le monde, cette idée est pleinement recevable. Mais elle est en même temps profondément ambiguë si elle revient à soutenir une forme de nouveau sens commun disciplinaire considérant les accomplissements pratiques, les interactions en situation et les agencements locaux comme le nouveau lieu de vérité du social. L’accent pertinent placé sur la dynamique incertaine et contingente de l’action située ne doit pas conduire pour autant à verser dans la célébration postmoderniste de la fragmentation et du désordre ou l’adoption d’une posture microsociologique négligeant les lignes de force structurelles qui configurent les rapports sociaux. La limite d’une telle lecture est en effet de dissoudre la spécificité de l’institution dans le foisonnement organisationnel, situationnel et interactionnel, dans la mise en évidence d’« effets » spécifiques à certains agencements ou systèmes d’action concrets (par exemple, pour la sociologie de l’école, effet établissement, effet classe, etc.) et de nous faire percevoir partout du complexe, du spécifique, et à la limite du singulier.

24L’attention indispensable qu’il convient d’accorder aux agencements situationnels, à la réflexivité permanente engagée par les acteurs, doit par conséquent être articulée avec une analyse des lignes de force qui structurent les rapports sociaux et configurent les expériences et les épreuves auxquelles sont confrontés les acteurs. Ces lignes de force relèvent de logiques structurelles supralocales se situant à des échelles variables, qui se localisent moyennant toutes sortes de médiations et de manifestations contextuelles spécifiques interdisant d’en proposer une lecture mécaniste, tout en obligeant en même temps à dépasser les approches microsociologiques. C’est ainsi que l’on peut viser par exemple à formaliser des « grammaires » de l’action, de la justification ou des « épreuves-types » (Dubet, 1994 ; Thévenot, 2006 ; Boltanski et Thévenot, 1991 ; Martuccelli, 2006). D’autres approches, davantage sociohistoriques, s’efforcent de mettre en relief des dynamiques et des logiques macrosociales de large amplitude temporelle, comme nous le proposons nous-mêmes ci-dessous. Il nous paraît en effet essentiel d’inscrire chaque institution dans ses interdépendances avec d’autres institutions et dans la société globale, de chercher à identifier des logiques plurielles à ce niveau-là déjà, des tensions à caractère transversal, en s’efforçant de faire en outre la part des choses entre des transformations structurelles durables et des manifestations conjoncturelles.

  • 7 L’un des aspects de ce dépassement consiste à éviter de confondre comme on le fait trop souvent in (...)

25Ce qu’il convient donc d’engager, c’est moins un tournant pragmatiste qu’une réorientation pleinement dialectique de la perspective sociologique. Il faut en particulier insister sur l’importance de dépasser une forme de division de fait du travail associée à l’ignorance réciproque et aux critiques croisées entre partisans d’approches structurelles macrosociologiques et partisans d’approches situationnelles microsociologiques7. L’institution n’existe qu’en actes, et pour autant elle ne se réduit pas à une juxtaposition sans fin d’agencements situés et d’ordres locaux. Un double effort s’impose donc : de formalisation et de modélisation des caractéristiques et configurations typiques par lesquelles l’institution se spécifie structurellement, d’un côté ; de contextualisation et d’attention aux actions et interactions en situation par lesquelles elle s’actualise, de l’autre. C’est ainsi que l’on pourra proposer un regard plus complet sur l’institution, s’éloignant aussi bien des lectures idéalistes que des lectures hypercritiques surplombantes en termes de dévoilement d’un réel caché (celui de la domination), qui n’en sont que la figure inversée. Comme on pourra le voir à la lecture des différents chapitres qui composent cet ouvrage, les auteurs insistent davantage selon leur sensibilité propre sur l’importance des phénomènes de structuration supra-locaux ou sur la capacité productive des actions et interactions en situation. Mais ils partagent tous une approche visant à appréhender la vie sociale de façon dialectique dans sa complexité effective, au plus loin de toute lecture univoque et réductionniste.

26Nous voudrions insister pour finir sur les implications épistémologiques et éthico-politiques de la perspective développée ici. Considérer l’institution sous l’angle de la pluralité irréductible qui la constitue revient à accorder de l’importance du côté structurel aux orientations divergentes qui la définissent et la régulent, aux médiations multiples et aux agencements toujours spécifiques par lesquels s’élaborent la dynamique effective de l’institution et l’expérience sociale des différents acteurs qui en sont partie prenante, et du côté pragmatique aux épreuves, aux dilemmes éthiques, aux ambivalences, aux opérations critiques à travers lesquels ces derniers la font vivre et la prennent en charge. Cela conduit à rejeter tout positionnement en surplomb du chercheur, toute prétention à dévoiler en pure extériorité la vérité de ce qui se joue dans la vie sociale. Il convient au contraire de s’engager dans une interprétation compréhensive des configurations et dynamiques institutionnelles, visant à en saisir sans réduction les multiples lignes de sens. Une telle posture comporte aussi des enjeux éthico-politiques, car si elle n’exclut aucunement de développer un regard critique, elle en spécifie les conditions d’exercice. En s’intéressant aux orientations plurielles qui configurent les institutions, aux enjeux qui les traversent, aux contradictions qu’elles connaissent, aux dilemmes pratiques rencontrés par les acteurs, à leur réflexivité, à leur expérience, à leurs épreuves, à leurs justifications, le sociologue ne se place plus hors jeu, il est pris dans le va-et-vient indépassable entre distanciation et implication, entre la posture compréhensive de l’observateur s’obligeant à la neutralité axiologique comme condition de saisie des configurations sociales et la posture critique du participant qui ne saurait être indifférent à ce qu’il étudie. Car l’institution de la société nous concerne tous, que ce soit en tant qu’agent institutionnel, qu’usager, que citoyen ou qu’analyste par profession. À cet égard, si une tension n’est pas nécessairement un problème, l’une des questions majeures qu’elle pose à l’institution est celle de l’intégration, tant « sociale » que « systémique », ce qui ouvre sur des interrogations critiques à l’égard de la manière dont l’institution traite ses agents et son public-cible ou dont elle « fait société » ou non.

4. La pluralité dans une perspective sociohistorique

4.1. Pluralité et modernité

27Parallèlement à l’hypothèse selon laquelle la montée en puissance du thème de la pluralité et des tensions renverrait à un déplacement du regard sociologique, nous voudrions suivre à présent l’autre fil interprétatif évoqué plus haut, visant à associer celle-ci à des transformations sociohistoriques significatives, à des échelles temporelles variées. Revenons en premier lieu, mais cette fois-ci dans l’autre sens, sur l’opposition entre modernité et tradition, en insistant à présent sur l’idée de discontinuité. L’une des façons de schématiser cette opposition renvoie très directement à la problématisation du concept d’institution que nous avons développée, mettant l’accent sur la régulation politique des rapports sociaux. L’on peut en effet soutenir que cette régulation est dans les sociétés traditionnelles difficilement pensable en tant qu’activité essentiellement humaine, étant donné la prégnance d’un imaginaire social de type holiste inscrivant l’ordre social dans l’ordre du monde et le rapportant à des garants méta-sociaux de nature cosmologique ou religieuse (Dumont, 1983), ce qui va de pair avec un régime d’historicité (Hartog, 2003) mettant l’accent sur la fidélité à un passé socialement valorisé. À l’inverse, la notion de modernité renvoie à l’idée que la capacité d’institutionnalisation qui caractérise en propre le pouvoir politique apparaît dorénavant à des degrés divers dans sa contingence historique en tant que produit de décisions et d’actions humaines, ce qui va de pair avec un régime d’historicité tourné vers l’avenir. Il existe ainsi un lien logique entre régulation politique de type moderne des rapports sociaux et pluralité, dans la mesure où elle va inévitablement de pair avec des conflits accrus de finalité, de normativité et de légitimité. La société moderne est de façon constitutive ouverte aux divergences d’interprétations et d’orientations, traversée par des débats, des conflits, et donc des « contradictions », à tous les niveaux.

28Ces divergences d’orientations sont présentes dès les débuts de la modernité, sous plusieurs formes. Mentionnons en particulier l’opposition entre libéralisme (promouvant la limitation du pouvoir par les droits et libertés individuels) et républicanisme civique (promouvant la participation au pouvoir comme expression et condition mêmes de la liberté) et celle entre orientations capitalistes (promouvant le libéralisme économique et l’égalité formelle des chances) et socialistes (promouvant la régulation politique de l’économie et la limitation des inégalités). Une autre contradiction initiale centrale alimentant de nombreuses dynamiques historiques ultérieures renvoie à la discordance entre l’universalité de certains principes affirmés et la minorisation de fait de différentes catégories d’acteurs – dont au premier chef les ouvriers et les femmes – selon toutes sortes de critères définissant l’autre du sujet dominant (Wagner, 1996). La modernité se constitue ainsi d’emblée sur des bases contradictoires, renvoyant à des doctrines et à des dynamiques d’origines différentes, qui ne vont cesser de se manifester jusqu’à aujourd’hui, générant au fil de l’histoire et selon les configurations nationales des compromis plus ou moins stables ou engendrant de façon récurrente des conflits majeurs.

  • 8 Cette diffusion renvoie par ailleurs également à des orientations idéologiques : voir en particuli (...)

29Une autre source historique majeure de la pluralité et des tensions associées à la modernité nous paraît résider dans ce que nous proposons d’appeler de façon très générale des dynamiques d’objectivation. Depuis l’œuvre de Max Weber, l’une des manières centrales d’interpréter les dynamiques de la modernité mobilise le concept de rationalisation. Si la perspective de Weber se voulait axiologiquement neutre – quel que soit le jugement que l’on peut porter sur son œuvre à cet égard – il est clair qu’il a fréquemment été employé avec une orientation fortement normative en sociologie, la plupart du temps positive. Nous proposons de substituer à celui-ci le concept à la fois beaucoup moins chargé idéologiquement, moins ambigu et plus large d’objectivation, afin de désigner l’ensemble des processus et des procédés par lesquels un sujet individuel ou collectif se distancie d’une entité quelconque pour l’examiner et l’analyser de façon systématique et critique (objectum, « ce qui est placé devant »), la connaître, la contrôler ou la transformer. Comprise en ce sens, l’objectivation ne doit être confondue ni avec l’objectivité ni avec la rationalité et la rationalisation, quand bien même les acteurs peuvent se revendiquer de ces valeurs. Nous proposons comme hypothèse de transformation macrohistorique d’interpréter la modernité sous l’angle d’un développement exponentiel des activités d’objectivation du monde, qu’il s’agisse de la « nature » ou des acteurs et rapports sociaux. Ce développement exponentiel renvoie en particulier d’un côté à la division du travail, à la spécialisation, à l’accumulation de savoirs experts et aux visées d’intervention technologique et technocratique qu’elles nourrissent, de l’autre à la désacralisation du rapport à l’autorité, à la démystification de la science et de la technologie, à la propension accrue des différentes « parties prenantes » d’une action sociale ou publique à se mobiliser, contester, critiquer, revendiquer, développer une contre-expertise. Ceci permet notamment de rendre compte des dynamiques d’accélération mises en évidence par Rosa (2010), qui en distingue trois formes centrales : l’accélération technique, l’accélération du changement social et l’accélération du rythme de vie. L’on peut développer l’hypothèse selon laquelle les institutions contemporaines sont traversées par des orientations et des pressions d’horizons différents visant à objectiver, c'est-à-dire à placer sous la lumière, l’ensemble des dimensions de leur activité et des acteurs impliqués par celle-ci. Cette hypothèse peut être articulée avec la thématique aujourd’hui omniprésente de la complexité, que l’on peut analyser ici en termes de pluralité proliférante issue des objectivations parallèles ou croisées des discours et pratiques institutionnels par une multiplicité d’acteurs, et avec la diffusion fulgurante en très peu d’années de la notion de « gouvernance », qui peut pour partie être interprétée comme le signe d’un sentiment d’insuffisance du concept classique de gouvernement pour prendre en compte l’ensemble des « parties prenantes » impliquées dans les processus politiques8.

30De nombreux analystes proposent de situer le point de rupture ou d’inflexion engendrant un pluralisme croissant des orientations traversant les institutions moins dès l’avènement de la modernité que dans une période beaucoup plus récente, correspondant aux lectures en termes de modernité avancée (Bonny, 2004). Cette idée d’inflexion historique significative peut être développée de plusieurs points de vue. Elle renvoie en premier lieu à l’entrée en crise du rationalisme triomphant et de l’idée et de l’idéologie du progrès, et à l’affaiblissement concomitant de la rhétorique de l’intérêt général naturellement incarné dans l’État et les institutions publiques, ce qui a des conséquences majeures pour nombre d’entre elles. Une autre perspective met l’accent sur une seconde révolution individualiste touchant l’ensemble de la culture et des mœurs, transformant en profondeur les formes du lien social et du lien politique, mettant au centre du débat public des revendications d’égalité et de respect des droits, de reconnaissance des particularités, de participation, de liberté de choix. Une troisième entrée renvoie à l’avènement de nouveaux mouvements sociaux thématisant des questions extrêmement variées, démultipliant les lignes de clivage et de conflit entre acteurs et affaiblissant la représentation d’un conflit surdéterminant centré sur les seuls rapports de production. Soulignons encore une dernière expression majeure de l’idée de modernité avancée, autour de ce que Beck (2001) a appelé la réflexivité du processus de modernisation, par quoi il entend non pas la progression d’une réflexivité critique de la part des acteurs sociaux à l’égard du développement technico-économique, mais un ensemble de conséquences imprévues, d’incertitudes, de problèmes et de risques faisant retour sur la société (la réflexivité comme feedback), dont le risque environnemental est le prototype, mais qui intègre plus largement les différents problèmes, menaces, controverses et catastrophes associés à la technoscience et aux modèles de développement et de régulation dominants.

  • 9 Ce contresens est rendu possible par les ambiguïtés de l’analyse de Dubet lui-même, qui entretient (...)

31C’est à l’intérieur de cette interprétation d’ensemble que l’on peut situer en particulier les analyses développées par Touraine (1997), Dubet et Martuccelli (1998) et Dubet (2002), avançant une interprétation historique mettant l’accent sur la notion de « désinstitutionnalisation » et ce que Dubet a appelé le déclin du « programme institutionnel ». Cette locution désigne un modèle historique configurant les institutions publiques et les métiers pouvant se revendiquer d’une activité de socialisation à l’égard de leurs publics-cibles. Ce modèle repose en son cœur sur une asymétrie clairement établie entre l’agent socialisateur que constitue le professionnel et le sujet-objet de son action, caractérisé par sa défaillance et son inadaptation sociale, posées comme provisoires dans le cadre d’un référentiel socio-éducatif, au regard des normes capacitaires du sujet autonome et des valeurs et normes de la société démocratique et de la société industrielle. Nous assistons aujourd’hui selon Dubet au déclin de ce modèle, pour de multiples raisons : progression de l’individualisme et impossibilité de continuer à confondre socialisation et subjectivation, critique des orientations normalisatrices des institutions et affaiblissement des formes disciplinaires de socialisation, complexité accrue des rapports sociaux et pluralité des valeurs, des intérêts, des demandes sociales, des principes de justice, conduisant à penser de façon profondément renouvelée le rapport des individus aux principes, aux valeurs et aux normes, en termes de coproduction sociale et non d’intériorisation en profondeur. Cela se traduit par une dissociation toujours plus grande entre le « système » et les « acteurs », auparavant définis par leur correspondance. L’on peut être globalement d’accord avec ce diagnostic portant sur l’affaiblissement et l’entrée en crise d’un modèle historique d’encadrement institutionnel, ce qui n’est aucunement synonyme de déclin des institutions ou de désinstitutionnalisation9, mais signifie qu’elles doivent se recomposer en intégrant une hétérogénéité accrue des principes et logiques qui les traversent et qui structurent l’expérience sociale des acteurs.

4.2. Des logiques macro-sociales en tension

32Les développements qui précèdent permettent de donner de la crédibilité à la thèse selon laquelle un ensemble de sources de la pluralité et des tensions qui caractérisent les institutions contemporaines sont d’origine historique et renvoient à la fois à l’ouverture de la modernité aux divergences et aux conflits, aux orientations contradictoires qui en sont constitutives, et aux dynamiques de transformation ultérieures, liées en grande partie au travail de ces contradictions et au renouvellement de leurs manifestations, mais aussi à l’entrée en crise de plusieurs des fondements de la première modernité, comme les idéologies du progrès ou de l’intérêt général incarnées dans l’État ou l’opposition entre l’homme et la nature. Nous nous proposons de repérer au sein de cette pluralité croissante quelques logiques macro-sociales majeures qui traversent et travaillent les institutions publiques contemporaines et sont abordées par les différents auteurs réunis dans cet ouvrage. Il importe bien sûr d’articuler cette perspective macro-historique transversale avec une attention soutenue aux spécificités des configurations sociohistoriques et des conjonctures, à différentes échelles géographiques, ainsi qu’aux particularités de chaque institution, elles-mêmes examinées à partir de plusieurs niveaux d’analyse, en cohérence avec la perspective dialectique soulignée plus haut.

33Un premier ensemble de logiques peut être rapporté à la dynamique historique de l’individualisme libéral-démocratique. L’on peut en pointer deux composantes majeures. Tout d’abord, des orientations relevant d’une logique d’inclusion sociale et politique toujours plus grande et de réduction des figures de l’altérité (voir déjà Gauchet et Swain, 1980) : impulsions en direction de la démocratie participative, accent placé sur le respect et la reconnaissance des personnes (ex : passage du paradigme du déficit à celui de la citoyenneté dans le champ du handicap, du paradigme du placement à celui du soutien à la parentalité dans le champ de la protection de l’enfance, lutte contre les discriminations, interpellation des institutions quant aux droits et au respect des usagers), mise en place de médiateurs, exigences accrues pour les agents publics de favoriser l’accès à l’information et de rendre des comptes, passage d’une normativité hiérarchique ou imposée à une normativité négociée ou incitative (Timsit, 2006), modalités de gouvernement mettant l’accent sur le partenariat et la concertation. D’autres orientations, symétriques, vont plutôt dans le sens de la valorisation de la différence et de la diversité. Elles promeuvent notamment, en réaction à l’universalisme abstrait exigeant l’uniformité de traitement des situations et des personnes, la personnalisation des modalités institutionnelles de réponse aux enjeux sociétaux (voir les notions de projet, de parcours, d’accompagnement, de proximité), où pointe l’utopie d’une institution déstandardisée dans une société ouverte aux singularités (Martuccelli, 2010), ajustée aux spécificités des personnes et des territoires, à travers une myriade de dispositifs sur mesure (Ion et Ravon, 2005 ; Astier, 2007).

34Ces deux orientations font pression sur les institutions dont l’histoire est restée jusqu’à récemment largement fermée aux exigences démocratiques, comme la prison (chapitre 2) ou la protection de l’enfance (chapitre 3). Elles jouent comme le montre D. Laforgue (chapitre 5) un rôle majeur au niveau des modalités d’intervention institutionnelle qui s’inventent et se cherchent aujourd’hui, traversées par une tension centrale entre une visée d’orientation des conduites dans le sens désiré et l’obligation croissante en régime démocratique avancé d’agir « avec autrui » selon des modalités d’intervention incitatives, persuasives et participatives plutôt que directement prescriptives, mais sans garantie de succès. J.-P. Payet (chapitre 4) examine quant à lui une autre source de tension, interne au référentiel libéral-démocratique, entre l’égalité formelle comme traitement indifférencié et l’équité, que l’on peut elle-même entendre comme il le souligne de deux façons différentes, comme individualisation ou comme reconnaissance d’une spécificité catégorielle.

35Ces orientations ne constituent cependant qu’une facette des manifestations contemporaines de l’individualisme, et elles sont fortement contrecarrées par des logiques renvoyant à d’autres impulsions. L’on peut en pointer au moins deux. En premier lieu, si la notion d’individualisme libéral-démocratique est parfaitement justifiée pour désigner différentes formes de compromis historique entre la valorisation de la liberté et celle de l’égalité, il n’en demeure pas moins que ces deux valeurs centrales des sociétés modernes s’inscrivent fréquemment en opposition l’une avec l’autre (Bobbio, 1996). De nombreuses institutions sont ainsi traversées par des pressions proprement libérales, centrées sur le choix, l’effort, le mérite, qui s’accompagnent et s’accommodent d’inégalités socioéconomiques et statutaires importantes, à travers des versions divergentes de l’égalité, comme on le voit avec les débats actuels autour de la méritocratie républicaine dans le champ de l’éducation et l’opposition entre égalité des chances et égalité des places (Duru-Bellat, 2009 ; Dubet, 2010). L’une des façons de gérer les tensions entre orientations libérales et orientations démocratiques au sein de l’institution scolaire consiste, comme le montre J.-P. Payet, à développer des processus de segmentation en fonction des publics.

36Une autre tendance significative de l’individualisme contemporain faisant fortement pression sur les institutions publiques relève de ce que nous proposons de désigner par la locution « individualisme sécuritaire », qui renvoie à ce que Lianos problématise comme un processus de « cindynisation » (du grec « kindynos », danger) du monde. Voici comment il le caractérise : « Paradoxalement, c’est le haut niveau de sécurité du sujet postindustriel qui l’encourage à cindyniser son monde. Si les dangers sont réduits, la tolérance aux dangers l’est beaucoup plus. La maîtrise de tout environnement, naturel, technique et social, exemplifie et confirme une modernité toujours plus avancée, plus novatrice et plus récente » (Lianos, 2003, p. 29-30). Cette extrême sensibilité du sujet contemporain aux dangers et aux risques de toutes natures pouvant caractériser son environnement conduit à revendiquer un « droit à la sécurité » qui touche les institutions de multiples façons : en particulier, pression de l’opinion relayée par différentes politiques publiques allant dans le sens d’une réduction des risques que représentent certaines catégories d’acteurs jugées potentiellement dangereuses ou défaillantes. L. Demailly et C. Rostaing soulignent ainsi combien le thème de la sécurité est omniprésent aujourd’hui dans la régulation des institutions psychiatrique et pénitentiaire, et entre en tension forte, et souvent en contradiction flagrante, avec la promotion des principes et valeurs libéral-démocratiques. Dans le même esprit, F. Giuliani met en évidence la tension majeure qui traverse les dispositifs d’accompagnement à la parentalité, entre l’habilitation des parents en tant que dotés de compétences à renforcer et un contrôle de leur agir marqué par une suspicion de défaillance. Elle montre cependant que cette tension peut être atténuée dans la relation d’accompagnement à travers la coproduction entre le professionnel et la mère de critères communs d’évaluation en situation des conduites parentales jugées acceptables.

37Parallèlement à ces différentes manifestations en tension de l’individualisme, d’autres orientations centrales qui caractérisent les institutions publiques contemporaines renvoient à une logique technobureaucratique visant à objectiver et à contrôler l’ensemble des variables de l’environnement interne comme externe de l’institution à travers différentes techniques de management et de gouvernement (Le Goff, 1999). Cette logique de contrôle peut s’établir entre les autorités politico-administratives qui pilotent l’institution et les différents acteurs et entités qui l’actualisent ou entre le management et les agents professionnels, à l’échelle d’une organisation ou d’un établissement. Elle est soutenue par une production massive de modèles, d’instruments, d’outils, de procédures, d’indicateurs, et alimentée par les possibilités phénoménales offertes par les technologies de l’information et de la communication en matière de recueil de données, de transfert, de stockage, de calcul. L’une des techniques de gouvernement qui se développe énormément passe par l’appel à projets et la contractualisation, qui permettent au donneur d’ordre de gouverner à distance (Epstein, 2005). Le passage d’une culture de moyens à une culture de résultats à tous les niveaux de l’action publique peut s’inscrire dans la même perspective si le pilotage est autoritaire et unilatéral. L’une des facettes importantes de cette logique est la remise en cause de l’autonomie professionnelle, notamment à travers des référentiels, des contrats d’objectifs, des procédures et instruments standardisés, des guides de « bonnes pratiques », des progiciels de gestion intégrée, des indicateurs de performance et des évaluations externes. Ces orientations technocratiques et néo-bureaucratiques (Demailly, 2008, et chapitre 1 ci-dessous) ne doivent pas être confondues comme telles avec les orientations néolibérales, elles renvoient à une dynamique historique en grande partie autonome, même si elles peuvent se rejoindre dans une configuration sociohistorique spécifique. D. Laforgue montre dans le chapitre 5 comment, à côté du « travail avec autrui » et du « travail sur autrui », les agents institutionnels chargés de promouvoir l’éco-citoyenneté mettent aussi en œuvre des formes de « travail sans autrui » leur permettant de s’autonomiser à l’égard de publics-cibles réticents ou indifférents.

  • 10 L’usage du terme « institutions » ici est délibéré. Nous considérons en effet essentiel d’analyser (...)

38Les dynamiques de la globalisation néolibérale constituent précisément une autre logique majeure à l’œuvre aujourd’hui. Le néolibéralisme place idéologiquement les institutions du « marché » et de la « liberté d’entreprise » au centre des rapports sociaux10, en tant qu’horizon naturel du lien social, et redéfinit l’ensemble des missions des institutions publiques à cette aune. Il se traduit par des pressions d’horizons divers promouvant l’expansion de l’emprise des institutions de l’économie libérale, à travers la libéralisation à l’échelle planétaire de l’ensemble des activités économiques et des flux de capitaux, la flexibilisation du marché de l’emploi, le développement de la propriété intellectuelle, la privatisation des entreprises publiques, la remise en cause de la notion de service public au profit d’un principe de libre concurrence sur le « marché des services », tempéré par une notion de services d’intérêt général au périmètre strictement balisé. L’une des manifestations centrales du néolibéralisme en matière de pilotage des institutions publiques renvoie aux différentes facettes de ce que l’on appelle le New Public Management. L’on peut en distinguer trois composantes principales, qui se sont sédimentées au fil du temps (Bezes, 2005a) : 1) une orientation doctrinaire visant à réduire le périmètre de la puissance publique au profit des régulations marchandescapitalistes ; 2) une orientation issue de travaux d’économie politique (théorie du public choice, théorie des coûts de transaction, théorie de l’agence) visant à renforcer le pouvoir des élus politiques et hauts fonctionnaires nommés par le pouvoir politique sur l’ensemble des administrations publiques ; et 3) une orientation technocratique et néo-taylorienne issue des sciences de la gestion et de la promotion des pratiques de contrôle gestionnaire et financier mises au point dans les grandes entreprises privées, visant à développer les systèmes de pilotage et de contrôle à distance dans le sens examiné au paragraphe précédent. L. Demailly souligne fortement à propos de la psychiatrie l’impact des orientations néolibérales et néobureaucratiques, dans une conjoncture marquée par ailleurs par de fortes restrictions budgétaires, allant dans le sens de la dépendance croissante de l’institution psychiatrique à l’égard d’une logique de gestion centralisée de la santé publique, tandis que parallèlement se développe en dehors des institutions publiques un marché florissant pour les publics solvables. B. Milly souligne quant à lui au chapitre 6 combien les professionnels de l’aménagement du territoire sont déstabilisés par l’interdiction qui leur est dorénavant faite de s’engager dans des activités d’ingénierie pouvant entrer en concurrence avec le secteur privé.

Conclusion

39Les deux lectures proposées pour rendre compte de la montée en puissance du thème de la pluralité en sociologie peuvent parfaitement être combinées. D’un côté, l’on peut faire l’hypothèse que la discipline est dans l’ensemble beaucoup plus attentive que par le passé à la pluralité et aux tensions qui caractérisent depuis toujours les institutions publiques, qu’il s’agisse de missions et de cadres de référence contradictoires définissant l’institution, de divergences de positionnement entre acteurs chargés de la mettre en œuvre, de discordances entre le discours officiel et la réalité des pratiques, ou encore de pressions externes associées à l’inscription sociétale de l’institution. De l’autre, l’on peut aussi soutenir qu’une source majeure de la pluralité et des tensions caractérisant les institutions publiques contemporaines renvoie à des dynamiques et des logiques macrohistoriques qui n’ont rien d’éternel, d’échelles temporelles variées, correspondant en particulier à l’entrée dans ce que nous avons coutume d’appeler la modernité, aux orientations divergentes qui en sont constitutives ou aux transformations plus récentes qui la configurent.

40Quelle que soit l’hypothèse que l’on privilégie, l’on est conduit à analyser les institutions publiques sur le mode de la complexité, de l’impureté et de la non-rationalité, comme coexistence de principes, de valeurs, de références, de logiques divergents et contradictoires, comme décalages et désajustements entre les différents niveaux de manifestation de l’institution, comme conflits, compromis instables, ambivalences, paradoxes, dilemmes. L’entrée par les tensions permet de mettre l’accent sur la façon dont les agents institutionnels font face à cette pluralité et à ces divergences, dont ils les reconnaissent ou pas, s’en accommodent ou pas, et dont ils les prennent en charge selon la position qu’ils occupent à l’égard de l’institution considérée. Raisonner en termes de pluralité et de tensions conduit le chercheur à se rendre attentif au travail permanent réalisé aux différents paliers de l’institution pour tenter de lui donner de la cohérence et de la cohésion en dépit de tout ce qui lui échappe et des contradictions qui la traversent.

41Une perspective complémentaire consisterait à raisonner moins en termes de pluralité que de formes hégémoniques, tout en conservant les acquis de l’approche précédente, en évitant de confondre hégémonie et logique univoque. L’hypothèse étant que la pluralité des logiques traversant les institutions ne signifie pas qu’elles ont toutes la même importance dans le cadre d’une configuration sociohistorique donnée ou du point de vue des dynamiques de longue durée. La notion de formes hégémoniques peut se décliner à plusieurs niveaux : quant aux orientations macrosociales, aux institutions centrales d’une société (comme l’école hier), aux « registres d’action » et aux « régimes symboliques » (Demailly, 2008, p. 114-127). De nombreux travaux soulignent ainsi l’hégémonie du néolibéralisme dans les orientations données à plusieurs institutions contemporaines (pour une démarche en ce sens portant sur les institutions du champ social, voir Chauvière, 2007). L’ouvrage qui suit met par ailleurs en évidence, de façon indirecte, la centralité croissante de deux institutions, la santé publique et l’éco-développement, et de certains registres d’action, comme celui de l’intervention ou ce que D. Laforgue appelle le « travail avec autrui normatif ». Il y a là clairement des pistes stimulantes à approfondir du point de vue de la sociologie des institutions. Ce sera possiblement l’objet d’un autre ouvrage.

Note

1 Dans la préface à la seconde édition des Règles de la méthode sociologique, qui date de 1901, soit la même année où paraît le texte de Mauss et Fauconnet, Durkheim écrit que « la sociologie peut […] être définie la science des institutions, de leur genèse et de leur fonctionnement » (1983 : XXII).

2 Rappelons ces quelques phrases d’Asylums (1961), qui sont très explicites : « Social establishments – institutions in the everyday sense of that term – are places such as rooms, suites of rooms, buildings, or plants in which activity of a particular kind regularly goes. […] When we review the different institutions in our Western society, we find some that are encompassing to a degree discontinuously greater than the ones next in line. […] These establishments I am calling total institutions, and it is their general characteristics I want to explore » (p. 1-2). « A total institution may be defined as a place of residence and work where a large number of like-situated individuals, cut off from the wider society for an appreciable period of time, together lead an enclosed, formally administered round of life » (p. xiii).

3 Qui a débouché sur un ensemble de courants dits « anti-institutionnels », autour notamment de l’hôpital psychiatrique ou de la prison.

4 Ceci étant dit, l’appellation « institutions totales » faisant aujourd’hui partie de la terminologie ordinaire des sociologues, elle continuera à être employée dans certains chapitres.

5 Il convient en effet de distinguer deux volets successifs de la théorisation de l’institutionnalisation chez Parsons : le premier est centré sur l’articulation entre structure sociale et structure de la personnalité et la question de l’intégration sociale, à travers une théorie de la socialisation ; le second porte sur la différenciation du « système social » en sous-systèmes fonctionnels et la question de l’intégration systémique. Voir l’introduction de Mayhew à Parsons (1982).

6 L’on peut souligner que ces dimensions de la vie sociale sont clairement mises en relief par différents auteurs et courants tout au long de l’histoire de la sociologie, comme Tarde, Simmel, le pragmatisme étasunien, l’École de Chicago. Mais il s’agit d’auteurs et de courants ignorés ou minorés par les paradigmes dominants.

7 L’un des aspects de ce dépassement consiste à éviter de confondre comme on le fait trop souvent interactionnisme et microsociologie. Il existe, en effet, plusieurs traditions interactionnistes, dont certaines s’inscrivent pleinement dans la perspective historique et dialectique ici défendue. Voir notamment Strauss (1992) et Hughes (1996), ainsi que les chapitres de F. Giuliani, J. -P. Payet et D. Laforgue.

8 Cette diffusion renvoie par ailleurs également à des orientations idéologiques : voir en particulier la notion de « bonne gouvernance ».

9 Ce contresens est rendu possible par les ambiguïtés de l’analyse de Dubet lui-même, qui entretient la confusion en parlant parfois indifféremment de « déclin du programme institutionnel », de « déclin de l’institution » (titre de l’ouvrage) et de « déclin des institutions ».

10 L’usage du terme « institutions » ici est délibéré. Nous considérons en effet essentiel d’analyser l’autonomisation du champ économique comme une émergence sociohistorique impliquant un ensemble d’institutions inédites établies, garanties, encadrées et régulées par le pouvoir politique et par le droit : institutions de la « propriété privée », de « l’entreprise » et de la « liberté d’entreprise », de la « responsabilité personnelle », de « l’intérêt », du « contrat », du « marché » et de l’auto-régulation par « l’offre » et « la demande », etc. Aucune de ces notions ne va de soi et il est essentiel de les dénaturaliser. À cet égard, la sociologie des institutions ne doit pas se cantonner aux seules institutions publiques, elle doit couvrir l’ensemble des complexes institutionnels pouvant être rapportés au pouvoir politique. Voir Freitag (1986 et 2002).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540