Version classiqueVersion mobile

Culture ouvrière – Arbeiterkultur

 | 
Dominique Herbet

V. Croisement des disciplines et des méthodes dans la construction d’une thèse en études germaniques : introduction à la table ronde des doctorants

Introduction à la table ronde de doctorants

Elise Lanoë

Texte intégral

1Lors de son congrès annuel de cette année 2010, l’AGES a accueilli une table ronde de doctorants. Conçue comme ouverture aux jeunes chercheurs de la germanistique française, cette table ronde a élargi le thème spécifique de ce 43e congrès – Arbeiterkultur – à une réflexion méthodologique d’ordre général. Les six doctorants qui ont présenté leurs travaux représentaient trois sous-disciplines : linguistique, littérature, civilisation (voir le tableau ci-dessous). Deux d’entre eux – Bénédicte Terrisse et Julien Sellier – ont participé à la fois à la table ronde de doctorants et aux ateliers scientifiques du congrès, tissant ainsi un lien entre le thème de la culture ouvrière et notre débat méthodologique.

2Le thème de la table ronde était le suivant : « les croisements des disciplines et des méthodes dans la construction d’une thèse en études germaniques ». Quelques mots sur ce choix : nous avons souhaité traiter un sujet qui puisse d’une part fédérer les diverses orientations de la germanistique et d’autre part créer un lien générationnel entre doctorants et chercheurs confirmés. La problématique de l’interdisciplinarité, en effet, est centrale dans notre champ d’études, que nous soyons linguistes, historiens des idées, littéraires ou civilisationnistes. Nous nous frottons constamment avec les grandes disciplines que sont l’histoire, les sciences du langage, la littérature, la philosophie. Mais cette problématique est centrale aussi en ce qu’elle suscite les mêmes questions méthodologiques pour chaque nouvelle génération de germanistes. Car l’interdisciplinarité est difficile à mettre en œuvre : d’une part, en effet, elle prétend dépasser les frontières tracées entre les disciplines et en faire des passerelles ; d’autre part, cependant, elle n’existerait pas sans ces frontières : elle s’en nourrit même. Voilà l’ambivalence à laquelle se retrouve confronté chaque jeune germaniste, et que connaissent bien les chercheurs expérimentés. Un échange très fructueux s’est créé entre ceux-ci et les participants de la table ronde.

3Enfin, l’interdisciplinarité est devenue, ces dernières années, une question épistémologique cruciale en sciences humaines. La tendance à renforcer l’interdisciplinarité n’est pas une caractéristique des seules études d’aires culturelles (études germaniques, anglaises, hispaniques, slaves, etc.). Elle se situe maintenant au cœur d’une réflexion d’ensemble sur les limites disciplinaires et la refonte du paysage des sciences humaines. La politique des écoles doctorales françaises est le reflet de cette évolution. La rédaction d’une thèse de doctorat s’accompagne aujourd’hui d’un cahier des charges étendu. Un doctorant en sciences humaines doit être capable de brasser les recherches effectuées en diverses langues et de varier les approches méthodologiques : il est appelé à participer à des séminaires interdisciplinaires, à prendre des cours de langues, intervenir dans des colloques ou publier à l’étranger. Prenons l’exemple de l’historien : il doit savoir intégrer à sa recherche les études issues d’autres pays – anglo-saxons, entre autres, mais pas uniquement –, et se faire aussi, à l’occasion, politiste, sociologue, anthropologue, économiste. Or, ce qui vaut pour l’histoire vaut à plus forte raison pour le domaine de la civilisation étrangère. Être germaniste, en effet, c’est déjà partager ses compétences entre littérature, langue et civilisation. Etre civilisationniste, c’est, de plus, s’affilier à d’autres disciplines aussi variées que l’histoire, la géographie, les sciences politiques, l’histoire culturelle. La même chose pourrait être dite du rapport entre littérature allemande et littérature comparée, ou de celui entre sciences du langage et linguistique allemande.

4En matière d’interdisciplinarité, les études germaniques ont pour ainsi dire une longueur d’avance. Contrairement à d’autres disciplines de tradition plus autarcique, la germanistique a l’avantage d’avoir déjà expérimenté et réfléchi une pluralité de méthodes, de théories et de disciplines. Aujourd’hui où les notions d’hybridation, de métissage et de croisement sont dans l’air du temps, l’interdisciplinarité, loin d’être perçue comme une entrave méthodologique et institutionnelle, apparaît plus que jamais comme porteur d’avenir pour les sciences humaines.

Doctorants

Sujets de thèse

Sous-disciplines représentées

Bénédicte Terrisse (Rémy Colombat, Paris IV)

« Prose et poésie dans l’œuvre de Wolfgang Hilbig (1941-2007) »

* Littérature (prose et poésie)
* Histoire

Agathe Mareuge (Rémy Colombat, Paris IV)

« L’œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp »

* Littératures allemande et française
* Arts plastiques et histoire de l’art

Ève Vayssière (Irmtraud Behr, Paris III)

« L’activité de traduction sous-titrante des années 1920 à nos jours »

* Linguistique
* Traductologie
* Études cinématographiques

Britta Jallerat (Martine Dalmas, Paris IV)

« Styles de vie et façons de parler : Etude du lexique et des formes de discours dans différents milieux socioculturels en Allemagne contemporaine »

* Linguistique
* Sociologie

Julien Sellier (Daniel Azuélos, Université de Picardie)

« Les populations immigrées à Lauenburg (Schleswig-Holstein) et Noyon (Picardie) : une étude comparative »

* Civilisation allemande
* Sociologie
* Ethnologie

Elise Lanoë (Jérôme Vaillant, Lille 3)

« Les politiques culturelles extérieures de la RFA et de la France en direction du Brésil (1961-1973) »

* Histoire
* Sciences politiques
* Sociologie de la culture

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search