Version classiqueVersion mobile

Culture ouvrière – Arbeiterkultur

 | 
Dominique Herbet

IV. Questions d’identité et d’intégration de la classe ouvrière, évolution vers les questions de mémoire et la culture du souvenir

Les pronoms de solidarité dans le discours revendicatif d’ouvriers français et allemands

Cyrille Granget

Texte intégral

  • 1 Anne-Catherine Wagner, « Syndicalistes européens. Les conditions sociales et institutionnelles des (...)
  • 2 Georges Gougenheim, « Le nous de solidarité et de substitution », In Etudes de grammaire et de voca (...)
  • 3 Cet usage du on est simplement mentionné par Gougenheim, op. cit. p. 99. Il fait l’objet d’analyses (...)
  • 4 Sans les multiples manifestations de solidarité de Norbert Dittmar et Christin Wannagat, cette étud (...)

1Malgré les délocalisations des sites de production et la mise en concurrence des salariés face à l’emploi1, la solidarité reste une notion centrale des cultures ouvrières, mise en avant dans les mouvements ouvriers, notamment transfrontaliers, pour montrer l’unité des travailleurs face aux patrons et aux logiques du marché. Nous envisageons d’étudier de façon contrastive comment se construisent discursivement ces solidarités ouvrières en allemand et en français, en analysant l’usage des pronoms de solidarité dans une manifestation commune d’ouvriers français et allemands contre la destruction de leurs emplois au printemps 2009. Le « pronom de solidarité » désigne un pronom de première personne du pluriel qui se substitue à des fins ostensives à un pronom singulier comme la première personne et s’explique par « le sentiment de la solidarité du sujet parlant avec son groupe alors qu’il ne s’agit que de lui seul »2. Cette notion rend compte de l’usage de certains pluriels grammaticaux (le nous de majesté, les emplois professionnels d’un nous corporatiste) ou sémantiques (les nous/on de la personne en couple pour répondre à des questions la concernant personnellement3), et pourrait également expliquer l’alternance pronominale dans les discours revendicatifs de manifestants, non seulement en français mais aussi en allemand parlés. C’est du moins une hypothèse que nous4 nous proposons de vérifier empiriquement.

  • 5 Josiane Boutet, « Le conseil par téléphone : un travail énonciatif », in Galazzi et Molinari (Eds), (...)

2Dans un premier temps, nous montrerons la pertinence de la notion de pronom de solidarité pour une étude linguistique du discours revendicatif en français et en allemand. Puis après avoir argumenté en faveur d’une équivalence sémantico-pragmatique entre on et wir, nous montrerons que les variations dans la fréquence d’usage du pronom de solidarité en français et en allemand pourraient renvoyer à des degrés distincts de « formatage de l’activité de langage » des ouvriers5.

Perspectives et équivalences

  • 6 Cf. J. Rey-Debove, « De on à je vers le nom propre : des pronoms personnels en français » in P. Bog (...)
  • 7 Joffroi de la Maussan, paru en 1932 dans le recueil Solitude de la pitié, environ 4600 mots.
  • 8 Cf. C. Viollet. « Mais qui est on ? Etude linguistique des valeurs de on dans un corpus oral ». LIN (...)

3L’établissement de correspondances entre les pronoms en fonction de leur nombre et de leur personne témoigne de la dominance de la perspective grammaticale. Les pronoms on et man, grammaticalement singuliers, dits impersonnels ou indéfinis en raison de leur valeur référentielle floue ou indéterminée, sont aussi équivalents d’un point de vue étymologique car ils sont des grammaticalisations d’un lexème désignant l’humain, respectivement mann et homo. Ces équivalences en langue sont toutefois remises en question dans les études en discours. Le pronom on apparaît ainsi comme un pronom omnipersonnel n’ayant de ce point de vue aucun équivalent dans les langues germaniques6. L’étude de Jacques François, qui constitue à notre connaissance la seule étude contrastive des pronoms français et allemands, examine les équivalents traductionnels des cinquante occurrences de on dans la traduction allemande d’un conte de Giono7. François dénombre seulement neuf emplois de man contre trente et un emplois de wir, ce qui montre que des items équivalents sur le plan lexical et grammatical ne sauraient donc se comporter de façon équivalente en discours, confirme la flexibilité référentielle de on par rapport à man et établit une équivalence à probabilité élevée entre on et wir. D’autres études ont mis en relief des emplois susceptibles d’être analysés en termes gougenheimiens de « pronom de solidarité », par définition une sous-catégorie des pronoms inclusifs/sprecherinklurierende Pronomen. Viollet relève ainsi la valeur déictique de on désignant un ensemble d’individus définis par leur présence hic et nunc. Dans l’exemple ci-dessous8 issu d’un débat télévisé hommes/femmes, on représente un ensemble d’individus impliqués dans le débat télévisé :

4(1) on parle pas d’politique/on parle de la libération d’la femme

5De la même façon, dans le discours d’ouvriers et d’ouvrières de la métallurgie, on peut désigner les collègues :

6(2) toutes les cartes qui sont faites sur la chaîne nous on les regroupe par lots

  • 9 Bernard Gardin, « Discours patronal et discours syndical », Langages 41, 1976, p. 33.
  • 10 Les rares cas de dominance du nous inclusif dans un discours s’expliquent selon Söll par le statut (...)
  • 11 Ludwig Söll, Gesprochenes und geschriebenes Französisch, Berlin, Erich Schmidt Verlag, 1980, p. 137
  • 12 Hanne Leth Andersen, « Transposer les études sur le français parlé à l’enseignement du français lan (...)
  • 13 Ces données sont répertoriées par Söll 1980, op.cit. p. 138.
  • 14 Cf. Ursula Bredel, Erzählen im Umbruch. Studie zur narrativen Verarbeitung der « Wende » 1989, Tübi (...)

7Il peut aussi, dans le discours syndical, être un substitut personnel qui permet de « constituer le locuteur comme groupe »9. Le pronom nous est également observé dans les corpus oraux, mais beaucoup moins fréquemment10. Dans le discours d’enfants de 9 ans par exemple, le pronom à valeur inclusive est sans exception on11. Dans le discours de deux adolescentes parisiennes, nous pronom sujet conjoint n’est utilisé qu’à deux reprises en vingt minutes12. 210 on contre 2 nous apparaissent dans le corpus d’Argenteuil13. En allemand, le pronom wir est le pronom déictique inclusif. Cependant, certaines occurrences de man peuvent aussi être considérées comme des pronoms inclusifs, par exemple dans le discours de locuteurs en situation de rupture, lors des souvenirs d’expériences problématiques14, comme dans l’extrait suivant d’un Berlinois de l’Est après la réunification :

8(3) und dann drinnen/drinnen wars ja ganz schnell ; […] man musste nur den Ausweis vorzeigen ; […] und dann kriegte man die hundert mark

9Le pronom man permet ici de désingulariser l’expérience du locuteur.

L’étude des pronoms de solidarité

Corpus et contexte

  • 15 EXMARaLDA est un acronyme de Extensible Markup Language for Discourse Annotation. Il s’agit d’un sy (...)
  • 16 GAT est l’acronyme de GesprächsAnalytische Transkription. C’est un système de transcription de donn (...)

10Nos analyses s’appuient sur un ensemble d’entretiens guidés de 2 à 15 minutes environ, menés avec des ouvriers français et allemands d’une entreprise de pneumatiques. Ils ont été enregistrés puis transcrits au moyen du logiciel EXMARaLDA15 et des conventions de transcriptions GAT16 adaptées (cf. Annexe 1).

11Ce 23 avril 2009, quasiment tous les salariés du site industriel de Clairoix rejoignent ceux du site de Stöcken, à Hanovre, à l’occasion d’une manifestation hautement symbolique devant le Palais des Congrès où se réunissent les actionnaires du groupe. En effet, la manifestation, organisée par un comité central européen, dénonce la fermeture des sites alors que le groupe affiche d’importants bénéfices.

12D’un côté, les salariés allemands et français semblent unis par les mêmes événements. Ils travaillent dans la même multinationale, occupent au quotidien les mêmes postes de travail et sont menacés depuis un mois de licenciements. De plus, les tracts, banderoles, discours des syndicalistes contribuent à créer une communauté de destin entre ouvriers français et allemands. Toutefois, sans même s’attarder sur les différences de formation et de culture ouvrière et syndicale, les ouvriers français et allemands affichent des attitudes et discours distincts. Tandis que les ouvriers de Clairoix ont cessé le travail dès l’annonce de la fermeture de l’usine, le 11 mars, et ont participé depuis à plusieurs actions publiques visant à interpeller les politiques et l’opinion publique, à Stöcken, les ouvriers se rendent tous les jours à l’usine, et le rassemblement du 23 avril est leur première journée de grève. De plus, tandis que les ouvriers de Clairoix se disent tous déterminés à se battre, certains de Stöcken admettent que les manifestations ne peuvent pas stopper les licenciements.

Cadre théorique et méthode de la sociolinguistique comparative

13Même si le salarié se trouve dans un groupe de collègues, l’enquêtrice s’adresse à lui au moyen du pronom singulier de deuxième personne afin d’obtenir une réponse personnelle. Néanmoins, les réponses des salariés sont ancrées dans une situation énonciative polyphonique. Leur discours est en effet marqué par la présence immédiate de collègues, émetteurs et destinataires potentiels, susceptibles d’influencer la forme et le contenu du discours. La manifestation est en outre un espace dédié à l’expression, sous diverses formes écrites et orales, ce qui renforce la propension des discours individuels à la polyphonie et l’effacement de la subjectivité. De plus, l’enquêtrice apparaît, à l’instar des journalistes présents, comme un destinataire susceptible de transmettre la situation auprès de l’opinion publique. Par conséquent, les locuteurs soumis à des incitations contradictoires, entre une demande de discours personnelle et une injonction plus latente de représenter la voix revendicative et combative de leur communauté.

  • 17 Cf. Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Ha (...)
  • 18 Bally distingue entre le mode intellectuel, ou pur, et le mode vécu, cf. Charles Bally, Le langage (...)
  • 19 Cf. Karl Bühler, Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache, Jena, Verlag von Gustav Fisch (...)
  • 20 Cf. Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963.
  • 21 Cf. Bühler, op. cit., p. 135.

14Ces discours revendicatifs sont constitués de nombreux « énoncés émotifs »17, distincts d’énoncés purement descriptifs en ce qu’ils signalent les aspirations et évaluations du locuteur pour influencer le comportement des autres18, et distincts aussi d’énoncés émotionnels non intentionnels. Intrinsèquement stratégique, intentionnelle et interactionnelle, la communication émotive dont relève le discours revendicatif est moins un phénomène intrapsychique qu’un phénomène discursif et interpersonnel. Dans le modèle de l’Organon de Bühler19 qui intègre la dimension émotive du langage et constitue une référence pour tous les modèles fonctionnels de la communication20, une fonction centrale du langage, aux côtés des fonctions de représentation et d’expression, est la fonction d’appel : le locuteur parle pour convaincre, par le raisonnement (demonstratio ad oculos) ou par les émotions (Phantasiesteuerung)21. La parole des ouvriers français et allemand de l’entreprise Continental lors de la manifestation du 23 avril est dans ce sens une parole émotive dont la fonction sociale est de convaincre et d’interpeller l’opinion publique, et ce faisant les politiques et décideurs économiques.

  • 22 P. Encrevé, De Fornel, op.cit. p. 23.

15À la suite de Encrevé et de Fornel qui montrent la pertinence de la notion de pronom de solidarité pour rendre compte des habitus d’hommes et de femmes en couple, nous montrerons que ces pronoms constituent des éléments centraux de configuration d’une réalité propre à émouvoir le destinataire et à se situer socialement. Si l’usage d’un pronom de solidarité est un phénomène discursif « tout à fait banal, naturel », au cours duquel l’individu répond « en s’insérant dans un réseau de relations sociales », l’emploi d’un référent singulier à une question personnelle est en revanche socialement marqué selon les auteurs. En effet, le pronom singulier ou pluriel est « gouverné, au moins en partie, par la représentation du monde social de chacun des locuteurs, c’est-à-dire aussi par l’expérience du monde social qui est au principe de cette représentation »22 Ainsi, l’étude des pronoms de solidarité nous permet, non seulement de saisir de façon contrastée les fonctionnements des pronoms en discours, mais aussi d’analyser la deixis sociale, et d’accéder à l’expérience du monde social des ouvriers.

Analyses

Le « pronom de solidarité », notion pertinente

16La notion de « pronom de solidarité » s’avère pertinente pour rendre compte des paroles des ouvriers interrogés durant la manifestation.

En allemand

17En (4a), l’enquêtrice s’enquiert de l’impact d’une fermeture d’usine sur son interlocutrice. Celle-ci exprime sa persönliche Betroffenheit au moyen du pronom pluriel de première personne wir.

18(4a) CW [v] die persönliche aber- die persönliche betroffenheit wie sieht es da aus?

19(4b) Conti 7 [v] ALso betroffen sind wir all:: e- dass es ÜBerhaupt die letzte zei: t soo rückwärts geht- mit unsern gANZen ARBeitsplätz enˆ es iss’ ja nicht blo: β ICH oder mein MANN oder dIE familie- es ist och unsere ZUkunft die HIER kapUTT gemacht wird mit solchen entscheidungen- (.) das sind UNSERe KINder unsere ENKelkinderˆ dAS ist alles

20Elle insiste sur l’impact collectif : présupposition d’un objet singulier écartée dans l’énoncé restrictif (nicht blo : β ICH oder mein MANN oder dIE familie), emploi de wir, mais aussi all : : e, énumération des victimes et répétition du possessif pluriel unsere. On pourrait penser que l’emploi d’un sujet collectif est lié à l’absence dans la question de l’enquêtrice d’un pronom de deuxième personne. Toutefois cette hypothèse est invalidée par l’échange suivant, initié par une question que l’enquêtrice adresse à un manifestant, Conti 6, au moyen du pronom de deuxième personne du singulier. Le topique personnel de la réponse attendue est explicité prosodiquement par l’accentuation de la deuxième occurrence du pronom.

21(5a) CW [v] und jetzt wenn sie äh zur arbeit gehen was fühlen SIE dabei- wie ist die Motivation?

22(5b) Conti 6 das BE: STE ge: ben- WIR wollen ni:: cht na::: chlassen (.) bis zum Schluss

23L’ouvrier ainsi interrogé dans le contexte de la manifestation répond d’abord au moyen d’un énoncé non fléchi puis enchaîne avec un énoncé dont le sujet est le pronom pluriel accentué WIR. Enfin, un dernier exemple en (6a) et (6b) montre que la réponse en wir à une question en sie est loin d’être un cas isolé, quand bien même d’autres indices déictiques viennent s’ajouter au pronom d’adresse pour spécifier l’ancrage personnel et singulier de la réponse attendue.

24(6a) CW [v] was empfinden sie denn jetzt gerade wenn sie hIER ste: hen jetzt kurz bevor die demonstration beginnt

25(6b) Conti 5 [v] JA: a wASˆ soll man dA DENN schon empfindenˆ (-) im prinZIP man ge: ht zwar hin- (.) ABER äh ÄNdern werden wir <<cresc>sowieso nichts> (---) seh ich mal so (--)

26Dans l’extrait ci-dessus le pronom sie contribue avec les adverbes déicitiques jetzt gerade, hIER, jetzt kurz bevor à réduire la portée de la question à l’interlocuteur considéré dans le hic et nunc du moment de l’énonciation. En dépit de ces incitations, celui-ci ne répond pas au moyen d’un pronom singulier de première personne, mais au moyen d’un énoncé en man et d’un énoncé en wir. La formule seh ich mal so doit être analysée, comme nous le ferons ultérieurement, comme une expression modale.

27La notion de pronom de solidarité est donc pertinente pour rendre compte du fait que les ouvriers allemands interrogés peuvent répondre aux questions personnelles qui leur sont posées durant la manifestation au moyen d’un pronom pluriel. Si wir semble s’imposer dans ce contexte, il conviendra néanmoins de s’interroger sur le statut et la valeur du pronom man.

En français

28Le même phénomène de substitution pronominale est observable en français. L’enquêtrice en (7a) interroge le salarié au moyen du pronom singulier de politesse vous et de l’adverbe déictique maintenant qui ancre l’l’interlocuteur dans la situation d’énonciation et l’invite à une lecture personnelle de la question.

29(7a) CW [v] comme vous vous sentez maint’nANt e dans la situatION d’être en Allemagne avecE

30(7b) Conti 1 ch’crois ben ch’crois qu’on est tous dans la même situatION hein

31Celui-ci répond toutefois au moyen d’un énoncé composé du pronom personnel sujet on, dont la référence plurielle est explicitée par le pronom tous. On pourrait penser que cette réponse est due à une interprétation plurielle du pronom ambigu vous. Or l’échange en (8a) et (8b) montre aussi que l’ouvrier répond au moyen d’un pronom on, dont la valeur plurielle est explicitée par l’emploi ultérieur du pronom disjoint nous (nous on veut pas...), alors que l’enquêtrice emploie, avant de se reprendre, le possessif singulier ton (boulot).

32(8a) CW [v] et e : les perpectivE : est-ce qu’i est-ce qu’i sont les perspectives pour vous, em de : de ga : der ton boulot votre boulot à clairoix

33(8b) Conti 4 [v] ben e : ben on va on va essayer de de de d’le garDER nous on veut pas d’licenciement ; on est tous su’l’site quoi doncEx objectif c’est d’garder not emploi e : minimum jusqu’en deux mille DOUze minimum si on peut pluss après e : tant mieux quoi

34(8c) CW [v] mais est c’que vous avez des e : peur e : de perdre votre

35(8d) Conti 4 [v] ah ben tout l’monde xx depuis qu’on a qu’on nous a annoncé le onze mars la fermeturE : e : c’était une nouvelle qu’étai : t bruTAle pour tout l’monde e : e : mainteNANt tout l’mond’a peur hein

36tout l’monde a peur par rapport à à : nos faMIlles par rapport au créDIt qu’on a les maisons à rembourser et puis l’avenir aussi doncE : e : maint’nant on est tous dans la même galère donc xx tous solidaires et puis on continue l’mouv’ment voilà

37Les sept occurrences de on en (8b) et (8d) constituent des substituts pluriels de la première personne du singulier, comme l’attestent l’emploi du pronom tous et d’autres expressions sémantiquement plurielles : tout le monde, à quatre reprises, nos familles, et les maisons.

Pronoms de solidarité, ON = WIR

38Si les quelques extraits ci-dessus ont montré la pertinence de la notion de pronom de solidarité, il convient d’examiner les valeurs de ces pronoms en allemand et en français. Autrement dit, dans quels cas les premières personnes du singulier ich/je et leurs allomorphes j’, ch’ peuvent-ils être considérés comme l’instance locutive principale de l’énoncé ? Les pronoms on et wir sont-ils invariablement les seuls pronoms de solidarité dans le discours des ouvriers ou observe-t-on des occurrences de nous et man dans ces co (n) textes ?

Les emplois de première personne dans le discours revendicatif

39Les ouvriers emploient aussi la première personne du singulier. Pour autant, toutes ces occurrences ne peuvent être considérées comme des instances locutives principales. Les pronoms de première personne apparaissent dans trois types d’énoncés. Premièrement, comme nous l’avons observé en (6b) et (7b), dans des constructions courtes de type ich/je + verbe + particule (mal, so ou hein, quoi) ou, en allemand uniquement, verbe + ich + particule (denk ich mal). Les constructions de ce type sont homogènes d’un point de vue sémantique. Les verbes d’opinion ou à valeur modale (ich finde, ich hoffe, ich glaube kaum, ich meine) expriment l’attitude du locuteur par rapport au contenu de son énoncé et traduisent une prise en charge plus ou moins assumée de l’énoncé. Toutefois, l’assertion qui est faite ne vaut pas pour ich/je mais pour un autre sujet grammatical, man, on, nous, wir, et ich ne peut donc être considéré comme le topique de l’assertion. Le pronom de première personne est d’ailleurs parfois omis dans des formules comme « kann leider nicht, find das nicht in ordnung ». Le deuxième type d’énoncé dans lequel apparaît préférentiellement la première personne du singulier est un énoncé dans lequel le locuteur décline son identité, indique son âge, sa profession, son ancienneté ou sa situation familiale. Dans certains discours, ce sont les seules occurrences du pronom de première personne. Enfin, le pronom ich apparaît aussi dans un troisième type d’énoncé au titre d’instance locutive principale. En (9a) ci-dessous par exemple, l’enquêtrice interpelle un ouvrier de la façon suivante :

40(9a) CW [v] wie fühlen sie sich jetzt in dem augenblick der demonstrationjetzt wo es doch ein bisschen dem ende zugeht/ (.) die franzosen sind da: a/ sind auch- wie ist das so für SIE (--) empfindungen (-) also im bezug auf die werkschlieβung

41Celui-ci, la cinquantaine, se tient en retrait et fait part au moyen de la première personne de sa difficulté à s’exprimer sur ce sujet :

42(9b) Conti 12 [v] (---) <<dim>joach> ja was soll ich dazu sagen wieso sag ich gar nichts weil wenn ich was sage dann werde ich wahrscheinlich ausfallend’ und das möcht ich nicht sei

43Lorsque CW l’invite à exprimer ce qu’il ressent, en (9c),

44(9c) CW [v] also ist es so schwer für sie ja/ oder

45il emploie en 9d le pronom man et une forme délocutive d’énoncé, es iss es ist, alles ist.

46(9d) Conti 12 [v] na (-) man sieht ja keine keine keine zukunft mehr ne/ <<dim>es iss’ äh>ich meine gut (.) es ist die einstellung an sich- die soli’ solidarität der franzosen und alles ist alles wunderbar/ aber im grunde genommen […]

47Une minute plus tard, l’enquêtrice redemande à l’ouvrier s’il se sent personnellement concerné par l’annonce de fermeture :

48(9e) CW [v] und SIE/ also wie fühlen sie sich persÖnlich betroffen (-) also (-)

49À ce moment-là, il répond au moyen de la première personne

50(9f) Conti 12 [v] ja ich fühl mich auch so betroffen- ich wart jetzt ab was kommtˆ ich fühl mich von der belast- äh von der entlassung bedroht iss klar ne

51L’emploi de ich avec un verbe de sentiment (ich fühl mich) puis un verbe d’attente sémantiquement plein (ich wart jetzt ab, distinct de la construction modale hoffe ich mal) avec un adverbe déictique, atteste ici d’un emploi du pronom de première personne comme instance locutive principale.

On, pronom de solidarité en français

52Nous observons plusieurs occurrences de nous en tant que pronom disjoint ou en tant que pronom objet (« nous on veut pas d’licenciement/ on nous a annoncé le onze mars la fermeturE »), mais n’observons aucune occurrence du pronom sujet conjoint nous. Donc on est la seule forme de pronom sujet de solidarité dans le corpus : il se substitue à la première personne du singulier, réfère au groupe ouvrier comme ensemble de plusieurs individus et est employé dans des énoncés avec des expressions de nombre.

Wir, pronom de solidarité en allemand

53Si wir, ou sa variante wa en (10), apparaît dans le corpus comme un pronom pluriel inclusif de substitution, man est aussi un pronom de substitution dans le discours et pourrait a priori être considéré comme un pronom de solidarité.

54(10) Conti 9 jetzt werden wa nicht nur erpresst jetzt werden wa an die WAND gestellt

55Toutefois nous rejetons cette hypothèse pour trois raisons. D’abord, contrairement à on et wir, man n’est pas un pronom sémantiquement pluriel. wir s’emploie avec alle en (11) et (12), avec gemeinsam, zusammen, ce qui n’est pas le cas de man, qui est employé dans des énoncés à valeur générique comme « so geht man nicht mit menschen um » ou des énoncés évidentiels qui indiquent la façon dont l’information assertée est parvenue au locuteur (man weiβ nie, man hört ja, man merkt, das muss man einfach sehen).

56(11) Conti 13 ich glaube WIR Continentäler sind alle eine groβe Familie wir halten alle zusammen

57Ensuite, man ne s’emploie pas avec les adverbes déictiques temporels et spatiaux déictiques comme wir en (12a) ci-dessous :

58(12a) CW [v] hmmˆm hmm (--) und heute/ noch mal richtig/ heut’ trotzdem nochmal demonstriert?

59(12b) Conti 4 [v] ja natürlich klar natürlich wir MÜSSen alle zusammenhalten JEtzt hier

60Le pronom man est souvent employé à l’inverse avec des adverbes de généralisation temporelle ou spatiale comme immer ou überall. Enfin, le pronom utilisé avec les verbes d’activité comme kämpfen, auftreten en (13) et (14) est wir.

61(13) Conti 13aber wir werden kämpfen bis zum letzten Blutstropfen

62(14) Conti 11 das schaffen wir natürlich nur wenn wir hier zusammen STARK auftreten

63En ce sens, man ne peut être considéré comme un pronom de solidarité.

64Le discours d’un représentant syndical de l’usine de Stöcken illustre bien les trois fonctions différentes des pronoms ich, man et wir en allemand. Lorsque le syndicaliste rappelle sa fonction après 58 secondes d’entretien, il emploie la première personne du singulier :

65(15a) [0: 58] GWK: ich bin gewerkschaftsfunktionär- von daher bin ich natürlich betroffen

66Après deux minutes d’entretien, il souligne l’avantage des représentants syndicaux, emploie le pluriel gewerkschaften puis un wir inclusif.

67(15b) [01: 59.7] GWK [v] <<p>das ist ja der vorteil von gewerkschaften> wir wissen wirklich WAS an der basis passiertˆ

68Enfin, après trois minutes d’entretien et une question provocatrice de l’enquêtrice qui insinue qu’il ne serait pas touché personnellement par la fermeture de l’usine, le syndicaliste rappelle sa fonction en général, als gewerkschafter, au moyen du pronom man accentué et suivi d’une référence à l’action, MAN ist AKTIv. Aussitôt il enchaîne en employant le pronom wir suivi du verbe organisieren.

69(15c) [3: 00: 4] CW [v] Aber für SIE stellt jetzt sozusagen diese ganze sache keinen umbruch dar für SIE persönlich (.) also sie sind jetzt so gar nicht betroffen sondern sie sind jetzt auch also in der beobachterperspektive- treten aber ein

70(15d) GWK [v] ähm also- als gewerkschafter ist man nicht in der beoba’ äh beobachterperspektive sondern MAN ist AKTIv (.) äh WIR organisieren ja die ganzen sachen mit- das ist ja auch mit unsere aufgabe ne/

71L’alternance pronominale est parallèle aux glissements sémantiques successifs, de l’assertion à valeur générique (MAN) à l’appel à l’action plurielle (WIR). Ainsi, nous pouvons conclure que les pronoms wir et man sont en distribution complémentaire et que wir et on sont des équivalents fonctionnels dans les discours étudiés, eu égard à leur référence plurielle.

Les variations intergroupes, phénomène socialement signifiant

72La fréquence du recours à un pronom de solidarité dans l’entretien est variable d’un locuteur à un autre. Un résultat frappant de l’analyse contrastive français-allemand est que les variations interindividuelles en termes de fréquence d’usage du pronom de solidarité sont importantes en allemand et quasi nulles en français, comme cela apparaît dans les deux tableaux ci-dessous. Ainsi, le pronom de solidarité wir est très fréquent dans le discours du représentant syndical GWK : il l’emploie douze fois en 3 minutes 20 secondes, tandis que Conti 12 l’emploi 2 fois seulement en 4 minutes 54 secondes d’entretien. Face à des questions similaires, le représentant syndical défend l’idée que la lutte pour le maintien de l’emploi est nécessaire et exige que tous les salariés participent aux manifestations organisées. À l’opposé, Conti 12, proche de la soixantaine, affirme qu’il est touché par le rassemblement et les manifestations de solidarité mais qu’il ne croit pas à l’action collective (« die soli’ solidarität der franzosen und alles ist alles wunderbar/ aber im grunde genommen weiβ ja JEDer wenn er ehrlich zu sichselber istˆ dass es KAUm was bringt »). Il qualifie les syndicats qui organisent la manifestation de menteurs (die lügen uns was vor) et est globalement très pessimiste. Ses seuls emplois de wir, en (16a) et (16b), désignent les ouvriers qu’il se représente en bas de l’échelle sociale (wir hier unten), réduits au silence et à la docilité (nur mit Kopf nicken, aufblicken) :

73(16a) Conti 12: wir hier unten wir können nur mit Kopf nicken (16b) Conti 12: […] zu denen wir aufblicken sollen

74D’autres ouvriers emploient plus fréquemment que Conti 12 le pronom wir, tels Conti 6 et Conti 7 (cf. tableau 1 ci-dessous).

Tableau 1. Nombre d’occurrences de wir, ich et man dans quatre entretiens

Tableau 1. Nombre d’occurrences de wir, ich et man dans quatre entretiens
  • 23 Elles n’incluent pas d’autres emplois signifiants comme le délocutif ni les pronoms de deuxième per (...)

75Ces quelques données23 témoignent d’un usage variable du pronom de solidarité parmi les ouvriers allemands. Contrairement à Conti 12, Conti 6 et Conti 7 emploient autant le singulier que le pluriel de première personne. Conti 6 se tient comme Conti 12 en retrait par rapport à la manifestation mais il se sent complètement impliqué dans la manifestation (« ich bin voll dabei »). Conti 7, une ouvrière, commente avec beaucoup de satisfaction le rassemblement franco-allemand et exprime sa colère à l’encontre des décideurs. Ces résultats montrent que la fréquence d’usage du pronom de solidarité dans un discours reflète l’attitude socialement signifiante du locuteur par rapport à son groupe de référence. Bien qu’elles attestent d’une autre réalité, les données françaises confirment cette idée. En effet, nous observons dans tous les discours recueillis de nombreuses métaphores de lutte et de solidarité (« maint’nant i faut s’battre, on est dans l’même bateau qu’eux, on est tous dans la même galère, faut qu’on s’serre les cOUdes QUOI ») et un emploi massif et quasi exclusif du pronom sujet on (cf. tableau 2).

  • 24 Les trois occurrences de la première personne du singulier se trouvent dans des commentaires métadi (...)

Tableau 2. Nombre d’occurrences de on, je, nous (et allomorphes) dans trois entretiens24

Tableau 2. Nombre d’occurrences de on, je, nous (et allomorphes) dans trois entretiens24

76Les discours en français se caractérisent donc de ce point de vue par leur homogénéité, ce qui les distingue des discours allemands, mais confirme le lien entre la fréquence d’emploi du pronom de solidarité (on) et l’expression, lexicale, du sentiment de solidarité.

Discussion et conclusion

77Nous avons montré dans un premier temps que la notion de « pronom de solidarité » est pertinente eu égard au corpus bilangue considéré. Il existe bien dans les discours des ouvriers allemands et français un pronom pluriel qui se substitue à la première personne lorsque le locuteur est invité à s’exprimer personnellement sur ses sentiments et les événements dans lesquels il est impliqué.

  • 25 C’est le cas de l’ancien directeur de l’usine de Clairoix qui s’exprime au micro d’un journaliste l (...)
  • 26 Le représentant syndical Xavier Mathieu termine en effet son discours par « ich bin ein deutscher A (...)

78Nous avons montré ensuite que le pronom de substitution qui exprime la solidarité du sujet avec son groupe d’appartenance est wir en allemand et on en français. Les pronoms de solidarité sont co-occurents dans les énoncés des locuteurs d’indices déictiques, adverbes temporels et spatiaux, de verbes d’état et d’action qui réfèrent aux dispositions et activités des locuteurs au moment de l’énonciation (se battre/kämpfen, zusammenhalten) et d’autres éléments linguistiques de pluriel (tous, alle) et d’unité (gemeinsam, ensemble). Bien qu’ils ne soient pas des équivalents grammaticaux, les pronoms de solidarité wir et on ont une valeur inclusive et remplissent des fonctions similaires d’un point de vue sémantique, pragmatique et sociolinguistique et peuvent donc être considérés comme des équivalents fonctionnels. Cette équivalence entre on et wir montre que les pronoms on/nous et man/wir, pour ne considérer que ceux-ci, ne se démarquent pas selon les mêmes lignes en français et en allemand. L’usage de on, caractéristique de l’oral et distinct d’un nous socialement marqué, participe de la lutte qui oppose les ouvriers d’un côté et les dirigeants et actionnaires de l’autre, êtres discursifs dépréciés, qui emploient, eux, le nous de solidarité25. Le pronom nous n’apparaît à aucune reprise dans les discours étudiés, ce qui n’est qu’un cas extrême d’une tendance observée depuis plus de quarante ans à l’emploi du on en français parlé. Il est toutefois intéressant de noter que le représentant syndical des ouvriers de Clairoix l’utilise dans le discours qu’il prononce à la tribune le 23 avril 2009 (« le moment que nous vivons ici ce matin, réunis tous ensemble, est un moment historique. […] alors, bien sûr, nous sommes rassemblés ce matin pour […] oui, nous savons, nous sentons que nous sommes tous plus forts qu’hier, […], parce que nous avons commencé à […] »). Cet élément devrait suffire à nous persuader que le rapport entre on et nous, ne traduit pas seulement une différence entre le parlé et l’écrit, ni une différence de statut social, mais aussi des situations d’énonciation et des fonctions d’appel distinctes. Utilisé dans la prise de parole publique d’un représentant syndical, nous confère sa légitimité à un discours politique qui s’inscrit historiquement dans le sillage d’autres discours26. Les pronoms man et wir apparaissent en revanche comme des pronoms en distribution complémentaire sur le plan sémantique. Le pronom man parcourt la classe des humains mais ne la fédère pas comme le font wir ou on qui sont des pronoms rassembleurs et s’associent avec des verbes de volonté et de combat. Le pronom wir est aussi dans notre corpus un pronom agent pluriel qui sert l’intensification en nombre du propos.

  • 27 Cf. entre autres Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Quelle place pour les émotions dans la linguistiqu (...)

79Enfin, les différences entre les discours des ouvriers allemands et français montrent que les premiers affichent des positionnements socio-discursifs hétérogènes contrairement aux seconds. Dans des échanges semblables en termes de questions posées et de durée, les ouvriers français n’ont quasiment pas recours à la première personne, contrairement aux ouvriers allemands. Il est tentant d’y voir une différence en termes de sentiment de solidarité mais, comme le rappellent très bien les spécialistes de la linguistique des émotions27, nous ne pouvons savoir si l’expression d’une émotion correspond à une réalité psychologique puisqu’il n’existe pas d’équivalence entre émotions jouées et vécues. Comme le discours ne nous donne accès qu’à des émotions socialement pertinentes, nous pouvons en revanche nous demander si ces positionnements en discours correspondent à une réalité sociologique. Les variations dans la fréquence d’usage du pronom de solidarité en français et en allemand pourraient refléter à notre sens des degrés distincts de « formatage de l’activité de langage » des ouvriers en amont et en aval de la manifestation. En amont, les ouvriers français ont arrêté le travail et participent tous les jours aux assemblées générales organisées par l’intersyndicale de l’usine. Habitués à un travail manuel de confection de pneus, les ouvriers au moment de la manifestation participent depuis plus d’un mois à des activités non plus physiques, mais langagières. Lors de ces assemblées, ils sont informés des actions prévues, discutent de leurs modalités et sont exposés à une rhétorique de circonstance, un discours de lutte qu’ils peuvent s’approprier et utiliser lors des rencontres, nombreuses, avec la presse. En aval de chaque action, la presse écrite, les radios et les télévisions couvrent l’événement et relayent largement les actions des « Contis », comme les appellent les journalistes, ainsi que leurs témoignages de colère dans un climat social par ailleurs tendu (fermetures d’usine, plans de licenciements, séquestrations de dirigeants, etc.) À Stöcken, les ouvriers disent avoir évoqué avec leurs collègues la fragilité de leur situation, mais le syndicat majoritaire IG-BCE n’a pas appelé à manifester. De plus, Continental a déjà fermé quelques années auparavant une usine de fabrication de pneus de camions sur le site de Stöcken, alors que les ouvriers s’étaient largement mobilisés contre cette décision. La presse allemande relate peu la situation sociale des ouvriers, mettant l’accent sur les négociations entre le groupe Continental et l’État ainsi que sur les problèmes économiques auxquels font face les entreprises. Enfin, à côté de l’usine de fabrication de pneus, Continental possède un autre site, ContiTech, qui fabrique des éléments nécessitant une technologie de pointe et n’est pas menacé de fermeture. À plusieurs reprises, les ouvriers de Stöcken présents à la manifestation signalent que certains collègues de Stöcken n’ont pas répondu à l’appel des syndicats et que « ceux de ContiTech » ne vont probablement pas se déplacer « comme toujours ». Ces quelques différences suffisent à montrer que les ouvriers allemands considérés dans leur ensemble sont plus dispersés et divisés quant à l’attitude à observer face à l’annonce de fermeture et moins formatés d’un point de vue discursifs que ne le sont leurs collègues. Même si on peut supposer que tous les manifestants interrogés le 23 avril sont mobilisés contre le plan de fermeture, l’impact des contextes sociaux nous semble déterminant pour comprendre les différences observées de fréquence d’usage des pronoms de solidarité.

Annexes

Annexe 1. Quelques extraits des conventions GAT nécessaires à la lecture des extraits sélectionnés :

Annexe 1. Quelques extraits des conventions GAT nécessaires à la lecture des extraits sélectionnés :

Notes

1 Anne-Catherine Wagner, « Syndicalistes européens. Les conditions sociales et institutionnelles des militants syndicaux », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales 155, 2004/5, p. 21.

2 Georges Gougenheim, « Le nous de solidarité et de substitution », In Etudes de grammaire et de vocabulaire français, Éditions A. et J. Picard, Paris, 1970, p. 94.

3 Cet usage du on est simplement mentionné par Gougenheim, op. cit. p. 99. Il fait l’objet d’analyses approfondies dans Pierre Encrevé et Michel Fornel, « Le sens en pratique. Construction de la référence et structure sociale en interaction dans le couple question/réponse », in Actes de la recherche en sciences sociales 46/1, p. 3-30.

4 Sans les multiples manifestations de solidarité de Norbert Dittmar et Christin Wannagat, cette étude n’aurait tout simplement pas eu lieu. Puissent-ils en être vivement remerciés.

5 Josiane Boutet, « Le conseil par téléphone : un travail énonciatif », in Galazzi et Molinari (Eds), Les français en émergence, Bern, Peter Lang, 2008.

6 Cf. J. Rey-Debove, « De on à je vers le nom propre : des pronoms personnels en français » in P. Bogaards et al. (Eds) Quitte ou double sens, Amsterdam, Rodopi, 2001, p. 279-304 ; et Kjersti Fløttum, Kerstin Jonasson, Coco Norén, On – pronom à facettes, Paris, Duculot, 2008.

7 Joffroi de la Maussan, paru en 1932 dans le recueil Solitude de la pitié, environ 4600 mots.

8 Cf. C. Viollet. « Mais qui est on ? Etude linguistique des valeurs de on dans un corpus oral ». LINX 18, 1988, p. 69.

9 Bernard Gardin, « Discours patronal et discours syndical », Langages 41, 1976, p. 33.

10 Les rares cas de dominance du nous inclusif dans un discours s’expliquent selon Söll par le statut des locuteurs (par exemple, le directeur d’une école catholique) et la situation d’entretien enregistré qui conduisent les individus à adopter un langage surveillé.

11 Ludwig Söll, Gesprochenes und geschriebenes Französisch, Berlin, Erich Schmidt Verlag, 1980, p. 137.

12 Hanne Leth Andersen, « Transposer les études sur le français parlé à l’enseignement du français langue étrangère ». In H. Leth Andersen et C. Thomsen (Eds), 7 approches à un corpus parlé, Bern, Peter Lang, 2004, p. 205.

13 Ces données sont répertoriées par Söll 1980, op.cit. p. 138.

14 Cf. Ursula Bredel, Erzählen im Umbruch. Studie zur narrativen Verarbeitung der « Wende » 1989, Tübingen, Stauffenburg, 1999, p. 131.

15 EXMARaLDA est un acronyme de Extensible Markup Language for Discourse Annotation. Il s’agit d’un système de formats et outils pour la transcription et l’annotation de la langue parlée, et pour la constitution et l’analyse (recherches de concordances et quantification d’occurrences) de corpus oraux. EXMARaLDA est développé par Thomas Schmidt et Kaï Wörner à l’Université de Hambourg. Cf. http://www.exmaralda.org.

16 GAT est l’acronyme de GesprächsAnalytische Transkription. C’est un système de transcription de données conversationnelles initialement développé à partir de l’allemand. Cf. M. Selting, P. Auer, B. Barden, J. Bergmann et al., « Gesprächsanalytisches Transkriptionssystem (GAT) », in Linguistische Berichte 173, 1998, p. 91-122.

17 Cf. Anton Marty, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle a.S., Niemeyer, 1908.

18 Bally distingue entre le mode intellectuel, ou pur, et le mode vécu, cf. Charles Bally, Le langage et la vie, Paris, Librairie Droz, 1952, p. 15.

19 Cf. Karl Bühler, Sprachtheorie. Die Darstellungsfunktion der Sprache, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1934.

20 Cf. Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963.

21 Cf. Bühler, op. cit., p. 135.

22 P. Encrevé, De Fornel, op.cit. p. 23.

23 Elles n’incluent pas d’autres emplois signifiants comme le délocutif ni les pronoms de deuxième personne ni encore les pronoms jeder ou alle.

24 Les trois occurrences de la première personne du singulier se trouvent dans des commentaires métadiscursifs visant à expliquer à l’enquêtrice sa fatigue après une nuit de train et sa difficulté à répondre aux questions : « E : chais pa : s E : ah là E : je viens d’faire dutrAIN E : j’ai ↑UN ↓PEU mal dormi<<en rigolant> chuis un peu à côté d’MES : d’mes : - ».

25 C’est le cas de l’ancien directeur de l’usine de Clairoix qui s’exprime au micro d’un journaliste le 31 mars 2009 au sujet des embauches dans l’usine Continental de Timisoara qu’il dirige au moment de l’interview : « nous sommes en phase <<acc> de croissance> ou encore de Philippe Marini, sénateur-maire de l’Oise, interrogé par un journaliste de RTL le 12 mars 2009 au sujet de l’annonce de fermeture : je pense qu’Allemands et Français devraient [t]avoir la même préoccupation ; et cette préoccupation nous pouvons la partager […] quand nous voyons des fabrications s’dévloper en Roumanie […] nous avons des moyens à mettre en œuvre […] ». Cf. aussi Ludwig Söll, 1980, op.cit., p. 138.

26 Le représentant syndical Xavier Mathieu termine en effet son discours par « ich bin ein deutscher Arbeiter », allusion à la phrase de John F. Kennedy « ich bin ein Berliner » prononcée le 26 juin 1963 à Berlin (Schöneberg) en soutien aux Allemands et Berlinois de l’Ouest.

27 Cf. entre autres Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? Remarques et aperçus », in C. Plantin, M. Doury, V. Traverso, Les émotions dans les interactions, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p. 33- 74., ainsi que C. Caffi, R.W. Jeanney, « Towards a pragmatics of emotive communication », in Journal of Pragmatics 22, 1994, p. 325-373, et Martina Drescher, Sprachliche Affektivität, Tübingen, Niemeyer, 2003.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre d’occurrences de wir, ich et man dans quatre entretiens
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/96053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau 2. Nombre d’occurrences de on, je, nous (et allomorphes) dans trois entretiens24
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/96053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Titre Annexe 1. Quelques extraits des conventions GAT nécessaires à la lecture des extraits sélectionnés :
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/96053/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search