Version classiqueVersion mobile

Culture ouvrière – Arbeiterkultur

 | 
Dominique Herbet

II. Pratiques culturelles en RDA

Rummelplatz de Werner Bräunig ou les limites d’une littérature ouvrière en RDA

Carola Hähnel-Mesnard

Texte intégral

  • 1 Werner Bräunig, Rummelplatz, herausgegeben von Angela Drescher, Berlin, Aufbau-Verlag, 2007. Par la (...)
  • 2 Werner Bräunig, „ Rummelplatz“, in Heinz Sachs (Ed.), Ein Kranich am Himmel. Unbekanntes und Bekann (...)

1En 2007, une œuvre bien particulière se trouvait parmi les cinq finalistes retenus pour le prix du Salon du livre de Leipzig, tout en retenant l’attention de la presse : Rummelplatz de Werner Bräunig. Publié la même année sous la responsabilité d’Angela Drescher aux éditions Aufbau1, le roman est l’œuvre d’un écrivain mort en 1976 qui, au tournant des années 1950/1960, fut l’un des grands espoirs d’une nouvelle littérature ouvrière est-allemande. En effet, en 1959, Werner Bräunig avait lancé le fameux appel„ Greif zur Feder, Kumpel !“(« Prends ta plume, mineur ! ») lors de la première conférence de Bitterfeld, avant de se trouver dans le collimateur du pouvoir quelques années plus tard, au XIe plénum du comité central du SED en 1965. C’est précisément un extrait de Rummelplatz, publié à l’époque dans la revue Neue deutsche Literatur, qui servait de prétexte à une critique sans ménagement de l’auteur et qui le fit interrompre son travail, alors qu’il avait terminé un premier manuscrit du roman d’environ 700 pages. En 1981, 170 pages de ce manuscrit ont été publiées en RDA sans toutefois susciter d’attention particulière2. Après la chute du Mur, l’ensemble du manuscrit a été retrouvé et édité de façon posthume en 2007, à l’initiative des fils de Werner Bräunig.

2Après quelques remarques sur le parcours particulier de Werner Bräunig, cet article analysera la représentation de l’ouvrier et du monde du travail dans le roman afin d’examiner dans quelle mesure celle-ci allait à l’encontre, ou non, du discours officiel, et comment Bräunig a pu se retrouver victime des accusations lors du XIe plénum.

Werner Bräunig – un parcours inhabituel

3Les premiers exemples d’une littérature ouvrière en RDA, les premiers romans d’usine d’Eduard Claudius ou de Hans Marchwitza, proviennent d’écrivains-ouvriers dont la socialisation et les premières expériences d’écriture ont eu lieu sous la République de Weimar. Ils étaient membres du KPD, avaient l’expérience de la « lutte des classes » et ils étaient impliqués dans le Bund Proletarisch-Revolutionärer Schriftsteller (BPRS). À la fondation de la RDA, ils faisaient partie de la génération des « pères fondateurs », nés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et ils étaient acquis au projet d’une nouvelle société.

  • 3 Cf. Thomas Ahbe, Rainer Gries, „ Gesellschaftsgeschichte als Generationengeschichte. Theoretische u (...)
  • 4 Cf. Sachs, Ein Kranich am Himmel (note 2), p. 468 sq.
  • 5 Ibid., p. 469.

4Werner Bräunig, de son côté, est issu d’un milieu et d’une génération tout à fait différents. Né en 1934, il avait onze ans à la fin de la guerre, quinze ans lorsque la RDA fut fondée. Il fait partie d’une génération intermédiaire, entre l’Aufbaugeneration qui profitait immédiatement des propositions d’identification de la nouvelle société et la « génération intégrée » entièrement socialisée en RDA. C’est la génération des « enfants de la guerre », marquée par la pénurie de l’après-guerre et la nécessité de se débrouiller seul dans un monde où le cadre stabilisant de la famille faisait défaut, où les enfants étaient souvent responsables de leur subsistance, trafiquaient sur le marché au noir, etc.3. La biographie de Werner Bräunig est à ce titre paradigmatique : provenant d’un milieu familial instable, il fait partie d’une bande de jeunes à Chemnitz et passe la plupart de son temps dans la rue, il passe par un foyer pour jeunes, commence un apprentissage de mécanicien sans obtenir de diplôme, passe quelque temps en Allemagne fédérale, fait de la contrebande et est emprisonné pendant deux ans4. En 1954, à vingt ans, il a son premier contrat de travail dans une usine de fabrication de papier. Son père était ouvrier non spécialisé, sans attaches avec le mouvement ouvrier, il semble qu’il ait été membre de la Waffen-SS5. Bräunig n’est donc pas l’héritier des valeurs d’une tradition ouvrière militante et antifasciste telle qu’elle a été mise en avant en RDA et telle que la représentent ses « pères fondateurs ». Jusqu’à l’âge de vingt ans, cela reste pour lui un milieu étranger dans lequel il fait juste quelques courts passages.

  • 6 Selon Ahbe et Gries qui parlent d’une « génération qui fonctionne » (funktionierende Generation), c (...)
  • 7 Pour les informations biographiques, voir Sachs (note 2) et Angela Drescher, « „ Aber die Träume ha (...)

5Or, dans les cinq ans à venir, il allait se transformer en porte-parole du mouvement des ouvriers écrivains de RDA, avec toute la valeur symbolique que cela induisait. En effet, après ses années de vagabondage et son passage en prison, Bräunig profitait des possibilités d’intégration et d’ascension sociale que la société est-allemande offrait à cette génération6, et il prend le train en marche. Il adhère à la FDJ où il a rapidement des responsabilités, il participe à la Arbeitsgemeinschaft Junger Autoren de la Wismut, devient « correspondant du peuple » pour un quotidien de Karl-Marx-Stadt, publie ses premiers textes dans Junge Kunst et Neue deutsche Literatur. En 1958, il adhère au SED et la même année, on lui propose des études au Literaturinstitut Johannes R. Becher à Leipzig7.

  • 8 Pour une présentation exhaustive de ce qui se voulait être une « révolution culturelle socialiste » (...)
  • 9 C’est un épisode de la vie de Bräunig qui reste assez vague et peu documenté. Selon sa première fem (...)

6Toutes les circonstances semblent à présent réunies pour faire de Werner Bräunig celui qui lancera le mouvement des Schreibende Arbeiter, l’un des deux volets de la conférence de Bitterfeld qui, en 1959, était censée donner des impulsions pour changer profondément les rapports entre le travail artistique et intellectuel et le monde de la production, en incitant à la fois les ouvriers à écrire eux-mêmes sur leur environnement et les écrivains à aller dans les usines pour en puiser les sujets de leur littérature8. En dehors de ses activités dans le cadre des cercles littéraires et de ses études à l’institut de Leipzig, Bräunig se présente à Bitterfeld comme mineur de la Wismut9. Être mineur en RDA avait une valeur hautement symbolique.„ Ich bin Bergmann – wer ist mehr“(« Qui plus est – je suis mineur ») était en effet un des slogans de propagande attribué à Adolf Hennecke, à l’origine du mouvement de stakhanovistes à la fin des années 1940.

  • 10 Werner Bräunig, « Greif zur Feder, Kumpel ! », in : Sachs, Ein Kranich am Himmel (note 2), p. 355-3 (...)

7Dans son appel„ Greif zur Feder, Kumpel !“, Bräunig, en faisant allusion à ses propres expériences, recourt justement à l’imaginaire des mineurs, il compare l’écriture au travail du mineur : « L’écriture, c’est comme le travail du mineur. L’écrivain doit profondément pénétrer dans les galeries souterraines de la vie ; fouiller dans les moindres tailles et ne pas perdre de vue l’ensemble, extraire, mettre au jour ce qui germe dans l’ombre »10.

  • 11 Ibid., p. 356 sq.
  • 12 Voir entre autres l’analyse de Simone Barck, „ Ein ganzes Heer von schreibenden Arbeitern“ ?, in Si (...)

8Cet appel de 1959 témoigne d’un réel enthousiasme pour les nouvelles possibilités offertes par la politique culturelle. En effet, Bräunig met en avant les circonstances particulières qui font qu’en RDA, « ouvriers, lecteurs, écrivains et journalistes, paysans et hommes d’État » se réunissent pour discuter ensemble comment « nous, ouvriers, pouvons participer encore plus et mieux au développement de notre littérature11 ». Avec toute la prudence d’appréciation qu’il faut par rapport à ce discours idéologiquement marqué, il pointe toutefois une des conséquences positives de cette « expérience », c’est-à-dire l’implication des ouvriers dans les pratiques culturelles émancipatrices et l’instauration de l’écriture comme pratique d’une culture du quotidien12.

9Que cette pratique de l’ouvrier écrivant puisse être dérangeante – bien que le mouvement ait duré jusqu’à la fin de la RDA – cela fut toutefois l’expérience de Werner Bräunig. Cet homme qui, à 25 ans, avait pensé avoir trouvé sa place dans la société devait bientôt se rendre compte que la participation des ouvriers à la création littéraire avait ses limites, ainsi que leurs descriptions et visions de la société.

La représentation du travail dans Rummelplatz

  • 13 Questionnaire de l’Union des écrivains de 1961 cité par Drescher, „ Aber die Träume haben doch Name (...)

10Alors qu’il dirige des séminaires de prose à l’Institut littéraire de Leipzig en 1960/1961, Werner Bräunig commence le manuscrit de Rummelplatz. Dans un questionnaire de l’Union des écrivains, il fait part de son projet d’écrire un « roman éducatif de jeunes gens qui ont la trentaine aujourd’hui, de 1949 à 195913 ». Un an plus tard, il remplit le même questionnaire en indiquant comme titre « Le rideau de fer » („ Der eiserne Vorhang“) avec comme sujet « Deutschland-Thematik, 1949-1959 ». Le roman dépassait donc dès sa conception la problématique du monde du travail et de l’ouvrier, censée être au cœur des écrits des Schreibende Arbeiter après la conférence de Bitterfeld. Des extraits du roman sont publiés entre 1963 et 1965 dans Sonntag, Neue deutsche Literatur et dans un recueil de textes préfacé par Otto Gotsche.

  • 14 Voir notamment le chapitre VI de la deuxième partie du roman (R 139-175) pour Borchert et la scène (...)

11En 1965, Bräunig a terminé les environ sept cents pages du premier tome d’un travail qui commençait à déborder, dans la mesure où ce manuscrit couvre la période d’octobre 1949, avec la fondation de la RDA, jusqu’aux événements du 17 juin 1953. On est encore loin du projet initial. Les deux principaux lieux d’action sont les mines de la Wismut et une usine de fabrication de papier dans un petit village des Monts métallifères. Quelques chapitres se déroulent en Allemagne fédérale et sont motivés par des liens de famille des personnages. Ils tentent de reconstituer certains milieux intellectuels et leurs débats, faisant penser aux discussions du groupe 47. Bräunig était familier de la littérature d’après-guerre venant de l’Allemagne de l’Ouest, son roman contient, entre autres, des références intertextuelles à la pièce Drauβen vor der Tür de Wolfgang Borchert ou encore au poème„ Inventur“de Günter Eich14.

  • 15 Conflits de loyauté des cadres dirigeants qui vont partir à l’Ouest, difficulté des femmes à accéde (...)

12Les chapitres les plus forts du roman d’un point de vue littéraire et stylistique concernent la représentation du milieu de la Wismut. Alors que la description de l’ouvrier et du travail dans l’usine de papier suit un certain nombre de schémas d’action et de conflits déjà présents dans les premiers romans d’usine15, Bräunig livre, en ce qui concerne la Wismut, un panorama sans fard des conditions de travail extrêmes rencontrées par des centaines de milliers de personnes embauchées à partir de 1946 dans cette entreprise. D’abord, entièrement sous responsabilité soviétique, puis germano-soviétique, la Wismut assurait en effet un tiers de l’extraction d’uranium pour l’industrie nucléaire soviétique et elle avait un statut particulier dans l’industrie est-allemande. Les salaires élevés attiraient non seulement des ouvriers mineurs – il y avait un taux de quatre mineurs sur soixante ouvriers embauchés –, mais des personnes déracinées par la guerre, des personnes ne trouvant pas de travail dans leurs anciens métiers, des marginaux et des aventuriers. La désolation d’après-guerre, le manque d’orientation, la solitude des gens sont d’ailleurs un des principaux sujets du roman qui, par la cruauté des descriptions et du propos, heurtait les représentants de la politique culturelle.

13En ce qui concerne la représentation du travail, le roman se focalise sur deux aspects : d’un côté, la description du travail physique, de l’autre, le rapport des ouvriers à l’organisation du travail. Bräunig décrit le travail physique de la mine dans toute sa dureté, mais également dans son pouvoir identificatoire, voire libérateur. Dans l’extrait incriminé en 1965 lors du IXe plénum, l’auteur décrit l’effet néfaste d’une activité solitaire sous terre. D’abord dans la perspective de Christian, fils d’un professeur qui devait faire ses « preuves » dans la production avant de pouvoir commencer des études : « Qui n’avait pas peur d’être seul, ici, dans ce coin perdu, avec ce travail de chien ; qui, après huit heures de solitude quotidienne dans le puits, supporte encore seize heures de solitude à ciel ouvert ? » (R, 79). Ensuite dans la perspective de Loose, personnage qui fait réminiscence à l’auteur dans le roman, un jeune homme désillusionné et sans perspective : « Mais on déprimait si on n’avait rien d’autre que ses huit heures de pelle d’affilée, l’abrutissement s’empare des circonvolutions cérébrales et remplit le crâne avec du plomb jusqu’à ce qu’il éclate, jusqu’à ce qu’on casse quelque chose ou qu’on se mette à picoler ou qu’on beugle comme un taureau. C’est ce qu’on appelle la rage de la mine. Comme si c’était uniquement à cause de la mine ! C’était toute la misère de cette vie ratée, de cette vie sans perspective, qui vous poussait […]. » (R, 79)

  • 16 Selon Wolfgang Engler, cette importance idéologique attribuée à l’ouvrier forgera à long terme ce q (...)

14La description de la solitude, de l’abrutissement par le travail et d’un manque de perspective dans la vie – les détracteurs du roman dénonceront plus tard son nihilisme – était à l’opposé de la représentation du travail dans le discours officiel. Celui-ci ne réservait pas seulement à l’ouvrier une fonction-clé, l’ouvrier devenant un des symboles idéologiques16 de cet « État des ouvriers et paysans », mais lui promettait également l’émancipation par le travail, grâce à la propriété collective des moyens de production. Dans le discours officiel, le travail signifiait émancipation et épanouissement, l’ouvrier travaillait pour son propre bien-être, pour un meilleur avenir, pour une société égalitaire. Rien d’une telle perspective dans le roman.

15Un autre passage, tiré du chapitre suivant, va dans le même sens d’une critique du discours officiel. Précisément, Christian, le fils d’intellectuel, n’hésite pas à renvoyer le discours officiel à la réalité de la mine : « Ils se donnaient de grands airs, physique nucléaire, penses-tu ! Mais ici, à la base, ils s’attaquaient au rocher comme il y a deux mille ans. Ils chamboulaient la montagne avec des pioches et des pelles en tôle, c’est tout juste que les vieux Égyptiens ne connaissaient pas les compteurs Geiger et les marteaux piqueurs, toute la différence était là. […] Qu’ils se creusent les méninges pour supprimer le travail de forçat, le travail de chien partout, au lieu de chanter de longues odes : je suis mineur, qui est plus, et l’homme est au centre, amen. » (R, 112)

16Or, quelques pages plus loin, le même Christian fait une expérience du travail jusque-là inconnue. Après des semaines de difficultés, le travail semblait pour la première fois se faire tout seul et lui procurer un sentiment d’harmonie avec soi-même : « Le travail s’emparait de lui comme une ivresse soudaine et terrible. Il plaçait le burin et l’enfonçait de tout son poids dans la montagne, la pression de l’air comprimé secouait son corps. […] Christian sentait le rythme de ce travail. À présent la montagne révélait ses secrets. […] Il comprenait la mécanique de son corps […]. Il s’adaptait à un rythme qu’il n’avait pas inventé, qui était en lui, ou entre lui et la montagne et la machine.

17Il travaillait.

18S’il avait pu voir son visage, il ne lui aurait cru ni l’excitation ni la décontraction. Il n’aurait pas cru voir la concentration ni la tension et encore moins la joie. […] Il se sentait capable de vaincre la montagne, d’en venir à bout de ce travail et de tout autre ; tout en étant profondément tendu, il se sentait détendu.

19Donc, il travaillait. Et il ne sentait plus la montagne ni l’obscurité ni la solitude. Il était un autre. L’étrangeté était retombée en elle-même pour cette nuit, il était un avec soi-même et avec les choses autour de lui, il était lui. […]. » (R, 115 sq)

20Christian fait l’expérience d’un travail, d’une activité physique qui le comble. Mais plutôt que de voir dans ce passage un récit de conversion du personnage en faveur du nouvel État, d’y voir un signe d’allégeance à l’idéalisation du travail, ce passage apparaît davantage comme la description à la fois d’une expérience quasi mystique, d’un combat entre Christian et la montagne, et d’une expérience existentielle de dépassement de soi-même dans une sorte « d’ivresse ». En effet, en voyant les vingt-cinq caisses de minerais qui sont le résultat de son travail, Christian se demande presque affolé : « […] et j’ai participé comme si c’était mon affaire. Mais en quoi tout cela me regarde ? Qu’est-ce que la Wismut me regarde, et ce Drushwili, et ce Fischer ? […] Mon Dieu, pensait-il, qu’est-ce qui m’est arrivé pour avoir tout oublié […] Non, pensait Christian, non. » (R, 119 sq)

21En effet, l’identification de Christian avec ce travail et avec la Wismut a des limites. S’il s’engage dans une équipe de production (Brigade), il ne cède pas aux conseils du mineur Hermann Fischer d’y rester, il commence ses études dès que possible et refusera plus tard de s’engager dans la Wismut en tant qu’ingénieur. L’expérience d’un travail libérateur faite par Christian se situe à un niveau individuel, elle fait partie des rites de passage de ce jeune homme et n’a pas un potentiel plus général d’exemple d’identification.

 

  • 17 Voir à ce sujet Jörg Roesler, „ Probleme des Brigadealltags. Arbeitsverhältnisse und Arbeitsklima i (...)

22En ce qui concerne l’organisation du travail par les ouvriers, Bräunig donne une image assez réaliste du travail des équipes de production, fondées en masse au début des années 1950 pour augmenter la productivité. Au début, le mouvement de ces Brigaden avait un potentiel avantageux pour les ouvriers : la création de l’équipe de travail se faisait de façon volontaire, elle avait une marge d’autonomie assez importante dans l’entreprise – le chef d’équipe (Brigadier) prend à sa charge le contrôle de qualité, il fixe les normes et distribue les primes parmi ses collègues. Travailler plus, avec une plus grande cohésion, permettait en effet aux ouvriers de gagner plus d’argent et de travailler de façon plus autonome17. Bräunig décrit cet effet à l’exemple de la « Brigade Seidel » à laquelle Christian sera intégré. Le chef d’équipe a en effet un pouvoir qui lui permet de se soustraire aux ordres de ses supérieurs, et il a une grande influence sur la gestion des normes et du plan : « Mais Fischer ne pouvait pas forcer le piqueur. Il était chef d’équipe, il avait son plan et il devait répondre à son équipe de leur salaire. » (R, 109) Plus loin, Bräunig pointe les pratiques de surévaluation du travail par ces équipes, leur permettant d’avoir des salaires plus élevés : « Chez Seidel, on arrondissait par principe au chiffre supérieur, il n’était pas question pour lui de revoir les chiffres à la baisse. Si quelqu’un s’en rendait compte, il fermait les yeux. Personne ne voulait d’embrouilles avec ce chef d’équipe qui était à peu près aussi large que haut. Quoi qu’il en soit, Seidel aurait de toute façon eu la meilleure performance dans le puits 412, même si on avait enlevé ses propres ajouts – d’autres chefs d’équipe avaient eux aussi un crayon bien taillé. Ceux en revanche qui gagnaient leur salaire à la journée appliquaient exactement la méthode inverse ; leur salaire était garanti, par conséquent ils essayaient de travailler le moins possible. » (R, 204)

23En effet, les équipes de travail avaient un grand pouvoir dans la « négociation » des normes et des salaires (Lohnaushandeln). Alors que les ouvriers non organisés essayaient de travailler le moins possible dans la mesure où leurs salaires étaient assurés, les équipes travaillaient plus et dépassaient sans cesse les normes, souvent de façon faramineuse, pour gagner de bons salaires. Le dépassement permanent des normes et l’augmentation des salaires avaient cependant des effets néfastes sur l’économie. Bräunig décrit d’ailleurs que l’existence de deux équipes en concurrence menaçait ce système, car dès qu’une deuxième équipe était capable de faire comme la première, les normes de tout le monde étaient menacées : « Le deuxième plus serait le moins de tout le monde » (R, 374), dit le narrateur.

24En ce qui concerne Christian, il se rend rapidement compte des contraintes d’un tel travail pour lequel il ne semble pas être fait, il ne travaille plus tout seul, mais dans une équipe, et le salaire de tous dépend du travail de chacun : « Mais Seidel l’avait rendu responsable du salaire de l’équipe. S’il ne tenait pas bon, il n’était plus concerné tout seul. Les autres s’en rendraient compte dans leurs enveloppes de paie. L’idée des autres le persécutait, l’accompagnait pendant son sommeil et son temps libre, lui gâchait les heures. L’équipe devenait un cauchemar. » (R, 207)

  • 18 Ibid., p. 11.

25À l’époque où le roman aurait dû paraître, la nouvelle politique économique adoptée après 1963 (Neues Ökonomisches System) mettait fin à ce pouvoir des chefs d’équipes et à la négociation des salaires. Désormais, il incombait aux ingénieurs et techniciens de fixer les normes qu’un tiers des ouvriers n’arrivait plus à respecter, ce qui conduisait à des baisses de salaires18. Bräunig thématise donc un sujet sensible du monde du travail qui, en 1953, avait conduit aux émeutes, alors qu’en 1963, après la construction du Mur, les marges de résistance des ouvriers étaient plus faibles.

La critique lors du XIe plénum

  • 19 « Information über die Stimmung unter der künstlerischen Intelligenz » (23/11/1965), dans Günter Ag (...)

26Contrairement à ce qu’on pouvait penser compte tenu du rôle idéologiquement porteur de la figure de l’ouvrier et du travail, les critiques adressées à Werner Bräunig lors du XIe plénum ne concernaient qu’indirectement sa représentation du monde du travail telle que nous l’avons décrite. Elles ciblaient essentiellement la description de la Wismut comme « melting pot humain », comme creuset où se retrouvaient toutes sortes d’individus à la dérive. Un des extraits du roman pointés dans le dossier de travail distribué aux participants du plénum était le suivant : « Les poings sortent facilement des poches, les couteaux, les billets de cent marks froissés, le rouble roule. Des dizaines de milliers viennent ici, et dans leur sillage viennent les charrettes et les baraques de foire, vient le peuple des forains, viennent les saltimbanques et les escrocs, les fous et les putes. Et même ceux qui ont déjà réussi là haut, sur les panneaux de pourcentage, ceux qui portent déjà l’espoir dans les vallées et un brin de certitude, même ceux-là ne peuvent pas se dérober à la tentation »19.

27Et plus loin : « […] La Wismut est un État dans l’État, et la vodka est sa boisson nationale. Le marché au noir prospère derrière les baraques, on fait l’amour sur des pierres tombales renversées, sur des bancs oubliés, penchés contre un arbre. » (ibid.)

  • 20 Hans Marchwitza, Roheisen, Berlin, Verlag Tribüne, 1955, p. 54.
  • 21 Ibid., p. 53.

28Le roman était considéré comme une attaque à la morale socialiste. Bräunig n’est pas le premier à décrire le milieu des grands chantiers comme une sorte de Far West, un terrain favorable pour les chasseurs d’or où la violence éclate vite et où les mœurs sont légères. C’est un motif récurrent des premiers romans d’usine qui se déroulent sur les grands chantiers de la République. Karl Mundstock et Maria Langner comparent ces chantiers à une forêt vierge qu’il faut conquérir, Hans Marchwitza parle d’une « Nouvelle Californie20 » et lui aussi, il décrit de jeunes gens qui se battent, qui boivent, s’en prennent aux filles : « Martha Karge voyait comment certains de ces jeunes gens venaient au travail le matin, les yeux tout rouges. Ils racontaient des blagues grossières et touchaient les seins des filles ; après une nuit passée à boire et à jouer aux cartes, ils continuaient souvent leurs bagarres sur le chantier et se tabassaient jusqu’au sang. Oui, ces aventuriers aussi avaient été apportés par ce nouveau flot humain »21.

  • 22 Cité par Angela Drescher (note 7), p. 650.

29Chez Bräunig, la description de ce milieu est plus crue, et elle se trouvait exposée dans un extrait publié au mauvais moment. De plus, elle avait pour arrière-fonds une entreprise sensible, liée aux activités de l’Union soviétique. La représentation du milieu de la Wismut par Bräunig, les « obscénités », portaient atteinte à la décence et à la dignité des ouvriers. Klaus Höpke, à l’époque rédacteur au Neues Deutschland, avait immédiatement organisé une campagne, en rédigeant une lettre ouverte qu’il fit signer par des mineurs de la Wismut, reprochant à Bräunig d’écrire sur les mineurs et leurs femmes « dans la saleté » et considérant le texte comme une « offense à nos propres femmes22 ».

30Le pouvoir est-allemand avait besoin de boucs émissaires. Au lieu de s’en prendre à des questions d’orientation économique qui devaient être au centre de ce plénum, la littérature et l’art servaient à détourner le regard des questions plus importantes. Bräunig n’était pas le seul artiste incriminé, on reprochait à plein d’autres, y compris aux cinéastes, la représentation négative, pas assez optimiste, de la réalité. La mauvaise représentation du nouvel homme socialiste serait à l’origine de la dérive d’une jeunesse encline à la non-culture américaine (le beat), à l’obscénité, à la décadence – on retrouve des termes de la campagne contre le formalisme de 1951.

  • 23 „ Ein sauberer Staat mit unverrückbaren Maßstäben“. Erich Honecker, « Bericht des Politbüros an die (...)

31La RDA « est un État propre avec des normes immuables en ce qui concerne l’éthique et la morale, la décence et les bonnes mœurs » soulignait Erich Honecker dans son intervention au plénum23. Ce discours intervient d’ailleurs à un moment où la RDA se présente à un autre niveau comme « État propre », ayant été impliquée dans les procès d’Auschwitz qui avaient auparavant eu lieu à Francfort. La doctrine antifasciste avait blanchi une grande partie de la population de la RDA, et notamment de la classe ouvrière, d’avoir soutenu le national-socialisme. Leur culpabilité avait été rachetée par l’adhésion aux projets et à la morale socialistes. Souiller celle-ci revenait à ouvrir la boîte de Pandore. Des références à l’implication des ouvriers pendant le IIIe Reich ne manquent pas dans le roman de Bräunig, et seul le mineur Hermann Fischer qui, détenu à Buchenwald, a participé au combat antifasciste, apparaît comme l’idéal de l’ouvrier antifasciste.

  • 24 Christa Wolf, „ Diskussionsbeitrag“, in : Agde, Kahlschlag (note 19), p. 255-266, ici p. 263.
  • 25 Hans-Christian Stillmark, „ Der Arbeiter – die zentrale Nebengestalt der DDR-Literatur“, dans Hans- (...)
  • 26 Cf. Jasmin Grande, „ Werner Bräunig : Rummelplatz“ (compte rendu), Deutsche Bücher, 38/1, 2008, pp. (...)

32Le roman de Bräunig fut donc frappé par un verdict dans des circonstances très particulières. Lors du XIe plénum, Christa Wolf n’a pas manqué de souligner que les extraits du roman ne témoignaient aucunement d’une « position antisocialiste24 ». Il faut en effet souligner que sur l’ensemble du manuscrit, Bräunig défend le projet socialiste, prenant à son compte à maintes reprises le discours officiel. Mais les extraits publiés à l’époque ne permettaient pas d’évaluer les parcours des personnages et ce qu’on pouvait lire allait ouvertement à l’encontre de l’idéal de la nouvelle société socialiste. Comme le formule Hans-Christian Stillmark, « le monde dans lequel les protagonistes devaient faire leurs preuves au quotidien était marqué par la saleté, la pauvreté, la violence, l’épuisement physique, des excès d’alcool, des responsables incompétents, le fétichisme du plan avec des moyens de travail insuffisants, bref par la barbarie [… ]25. » De même, l’image de l’ouvrier dans les passages publiés n’était pas celle, positive, « d’ouvriers forts et pleins d’espoir », mais celle d’une jeunesse qui « donnait des craintes au SED pour la stabilité et la performance du nouvel État26 ».

  • 27 Voir à ce sujet Jörg Roesler, „ Das Brigadetagebuch – betriebliches Rapportbuch, Chronik des Brigad (...)

33La réception des extraits du roman de Werner Bräunig indique donc les limites d’une littérature ouvrière en RDA. À partir du moment où l’écrivain saisit les problèmes de société avec trop de virulence et trop de réalisme, il dérange. D’autres formes d’expression ouvrière furent frappées par le même sort. Ainsi, à partir du moment où les « journaux de brigade » dénonçaient trop ouvertement les irrégularités dans les entreprises, on freinait la spontanéité des ouvriers, on les encadrait plus27. À partir du moment où le mouvement des « ouvriers écrivains » commençait à porter ses fruits, il fallait l’endiguer.

  • 28 Christa Wolf, „ Erinnerungsbericht“, in : Agde, Kahlschlag (note 19), p. 344-354, ici p. 351.

34Cela s’est également vérifié pour le deuxième volet de la conférence de Bitterfeld, l’engagement des artistes dans les entreprises. C’est ce que pointe Christa Wolf lorsqu’elle se souvient du XIe plénum : « Quand on s’est rendu compte que le lien des artistes avec les entreprises conduisait à voir de façon réaliste ce qui se passait là-bas, à se lier d’amitié avec des ouvriers, des directeurs d’entreprises et avec des gens d’autres métiers, et à être au courant de la réalité économique de ce pays : à ce moment exactement, la conférence de Bitterfeld, les possibilités qu’elle nous a ouvertes, ont été rigoureusement réduites »28.

 

35Le roman de Werner Bräunig témoigne aujourd’hui à la fois des possibilités d’une nouvelle littérature ouvrière en RDA et des craintes que celle-ci provoquait auprès du pouvoir, le conduisant à faire avorter le projet d’écriture de l’auteur. Celui-ci apparaît comme un autodidacte qui a su profiter des offres de la politique culturelle des années 1950/1960 pour se mettre à l’écriture, mais qui n’a pas eu la force de réagir à la campagne dirigée contre lui et qui en a été brisé. Le roman que nous avons entre les mains aujourd’hui est une œuvre posthume qu’il ne faut pas surévaluer. Les passages retravaillés par l’auteur à l’époque ont des qualités littéraires indéniables, mais beaucoup de chapitres sont restés à leur première version, ce qui se ressent dans la qualité littéraire. C’est le roman d’un auteur qui, malgré les descriptions crues de la réalité de la Wismut et sa critique de la société, a toujours soutenu le pouvoir, même après la campagne du XIe plénum. En cela, on est loin de la « littérature ouvrière » qui se crée dans la dissidence, avec des auteurs comme Gert Neumann ou Wolfgang Hilbig, qui ont quelques années de moins que Bräunig, et dont les œuvres dénoncent avec véhémence les conditions d’aliénation du monde du travail.

Notes

1 Werner Bräunig, Rummelplatz, herausgegeben von Angela Drescher, Berlin, Aufbau-Verlag, 2007. Par la suite, les références à ce roman seront indiquées entre parenthèses dans le corps du texte, avec le sigle R.

2 Werner Bräunig, „ Rummelplatz“, in Heinz Sachs (Ed.), Ein Kranich am Himmel. Unbekanntes und Bekanntes, Halle, Mitteldeutscher Verlag, 1981, p. 9-179.

3 Cf. Thomas Ahbe, Rainer Gries, „ Gesellschaftsgeschichte als Generationengeschichte. Theoretische und methodische Überlegungen am Beispiel der DDR“, in : Annegret Schüle, Thomas Ahbe, Rainer Gries (éds.), Die DDR aus generationengeschichtlicher Perspektive. Eine Inventur, Leipziger Universitätsverlag, 2006, p. 475-571, ici p. 519.

4 Cf. Sachs, Ein Kranich am Himmel (note 2), p. 468 sq.

5 Ibid., p. 469.

6 Selon Ahbe et Gries qui parlent d’une « génération qui fonctionne » (funktionierende Generation), cette génération est politiquement peu active, tout en ayant intégré les règles de bases et les maximes de la société socialiste. Cf. Ahbe/Gries„ Gesellschaftsgeschichte als Generationengeschichte“(note 3), p. 523.

7 Pour les informations biographiques, voir Sachs (note 2) et Angela Drescher, « „ Aber die Träume haben doch Namen“. Der Fall Werner Bräunig », in : Bräunig, Rummelplatz (note 1), p. 625-674.

8 Pour une présentation exhaustive de ce qui se voulait être une « révolution culturelle socialiste », voir Therese Hörnigk, „ Die erste Bitterfelder Konferenz. Programm und Praxis der sozialistischen Kulturrevolution am Ende der Übergangsperiode“, in : Ingeborg Münz-Koenen (Ed.), Literarisches Leben in der DDR 1945-1960. Literaturkonzepte und Leseprogramme, Berlin, Akademie-Verlag, 1980, p. 196-243.

9 C’est un épisode de la vie de Bräunig qui reste assez vague et peu documenté. Selon sa première femme, il n’y a jamais vraiment travaillé. Tout au plus, il y a passé un temps très court, comme ouvrier spécialisé qui n’a aucune véritable expérience dans ce domaine. Cf. Sachs, Ein Kranich am Himmel (note 2), p. 470.

10 Werner Bräunig, « Greif zur Feder, Kumpel ! », in : Sachs, Ein Kranich am Himmel (note 2), p. 355-357, ici p. 355.

11 Ibid., p. 356 sq.

12 Voir entre autres l’analyse de Simone Barck, „ Ein ganzes Heer von schreibenden Arbeitern“ ?, in Simone Barck, Stefanie Wahl (Eds.), Bitterfelder Nachlese. ein Kulturpalast, seine Konferenzen und Wirkungen, Berlin, Karl Dietz Verlag, 2007, p. 141-161, ici p. 141 sq.

13 Questionnaire de l’Union des écrivains de 1961 cité par Drescher, „ Aber die Träume haben doch Namen“(note 7), p. 635.

14 Voir notamment le chapitre VI de la deuxième partie du roman (R 139-175) pour Borchert et la scène de Peter Loose en prison pour Eich (R, 528). Au niveau des modèles littéraires, on note également l’influence d’Anna Seghers et de son roman Die Entscheidung. Cf. Martin Straub, « Werner Bräunig : Rummelplatz » (compte rendu), Argonautenschiff, 17/2008, p. 354-358, ici p. 356.

15 Conflits de loyauté des cadres dirigeants qui vont partir à l’Ouest, difficulté des femmes à accéder aux postes « masculins », difficile travail du secrétaire du Parti dans l’usine, etc.

16 Selon Wolfgang Engler, cette importance idéologique attribuée à l’ouvrier forgera à long terme ce qu’il appelle une„ arbeiterliche Gesellschaft“, une société où l’ouvrier a développé une certaine fierté de son statut et où il domine d’un point de vue social (faute d’avoir un réel pouvoir politique). Cf. Wolfgang Engler, Die Ostdeutschen. Kunde von einem verlorenen Land, Berlin, Aufbau Taschenbuch Verlag, 2002, p. 173-208.

17 Voir à ce sujet Jörg Roesler, „ Probleme des Brigadealltags. Arbeitsverhältnisse und Arbeitsklima in volkseigenen Betrieben 1950-1989“, Aus Politik und Zeitgeschichte, 38/1997, p. 3-17.

18 Ibid., p. 11.

19 « Information über die Stimmung unter der künstlerischen Intelligenz » (23/11/1965), dans Günter Agde (Ed.), Kahlschlag. Das 11. Plenum des ZK der SED 1965. Studien und Dokumente, Berlin, Aufbau-Taschenbuch Verlag, deuxième édition revue, 2000, p. 217-223, ici p. 221.

20 Hans Marchwitza, Roheisen, Berlin, Verlag Tribüne, 1955, p. 54.

21 Ibid., p. 53.

22 Cité par Angela Drescher (note 7), p. 650.

23 „ Ein sauberer Staat mit unverrückbaren Maßstäben“. Erich Honecker, « Bericht des Politbüros an die 11. Tagung des Zentralkomitees der SED, 15.-18.12.1965. Auszug », in : Agde, Kahlschlag (note 19), p. 238-251, ici p. 241.

24 Christa Wolf, „ Diskussionsbeitrag“, in : Agde, Kahlschlag (note 19), p. 255-266, ici p. 263.

25 Hans-Christian Stillmark, „ Der Arbeiter – die zentrale Nebengestalt der DDR-Literatur“, dans Hans-Christian Stillmark, Christoph Lehker (Eds.), Rückblicke auf die Literatur der DDR, Amsterdam, New York, Rodopi, 2002, pp. 347-369, ici p. 355.

26 Cf. Jasmin Grande, „ Werner Bräunig : Rummelplatz“ (compte rendu), Deutsche Bücher, 38/1, 2008, pp. 37-46, ici p. 38.

27 Voir à ce sujet Jörg Roesler, „ Das Brigadetagebuch – betriebliches Rapportbuch, Chronik des Brigadelebens oder Erziehungsfibel ?„ in : Evemarie Badstübner (Ed.), Befremdlich anders. Leben in der DDR, Berlin, Karl Dietz Verlag, 2000, pp. 151-166.

28 Christa Wolf, „ Erinnerungsbericht“, in : Agde, Kahlschlag (note 19), p. 344-354, ici p. 351.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search