Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

L'interaction entre les sphères étatique et citoyenne

« Prévenir le suicide »

De la croisade morale à la politique publique

Arnaud Trenta

Texte intégral

Les lois sont furieuses en Europe contre ceux qui se tuent euxmêmes : on les fait mourir, pour ainsi dire, une seconde fois ; ils sont traînés indignement par les rues ; on les note d'infamie ; on confisque leurs biens. Il me paraît, Ibben, que ces lois sont bien injustes. Quand je suis accablé de douleur, de misère, de mépris, pourquoi veut-on m'empêcher de mettre fin à mes peines, et me priver cruellement d'un remède qui est en mes mains ? Pourquoi veut-on que je travaille pour une société, dont je consens de n'être plus ?
Lettres persanes, LXXVI, Montesquieu

  • 1 Précisons d’emblée que notre propos n’est pas de juger les différentes positions existantes sur le (...)

1La question de la mort volontaire est un véritable dilemme posé à la morale. L’extrait des Lettres persanes, puisé dans une abondante littérature philosophique et théologique, illustre le questionnement existentiel que le suicide pose au sujet de l’individu, du groupe, et plus largement de la condition humaine1. Selon les lieux et les époques, la signification attachée à cette mort et la réaction qu’elle suscite auprès de la collectivité peuvent varier considérablement. En France, comme dans l’ensemble des États issus de la Chrétienté, le suicide était condamné par le droit canon, puis par le droit pénal jusqu’au XIXe siècle (Durkheim, 2004, pp. 370-373), avant d’être conçu sous l’influence de la psychiatrie comme un acte relevant essentiellement d’une aliénation mentale (Esquirol, 1989). Confiscation des biens, supplice sur la place publique, anathème, internement psychiatrique, la liste des réponses à la question suicidaire laisse peu de doutes sur la réprobation sociale qu’a connue ce phénomène dans un proche passé. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelle représentation du suicide est dominante dans le débat public ? Quel rapport ce phénomène entretient-il avec l’action publique ? Ce texte propose des éléments de réponse à ces questions au travers de l’analyse du processus d’émergence d’une politique publique de prévention du suicide qui court des années 1950 aux années 2000.

  • 2 Souligné par l’auteur.

2L’analyse s’inscrit dans le cadre de l’interactionnisme symbolique, en s’inspirant notamment des travaux de Howard Becker sur la déviance. En rupture avec les approches personnalisant les comportements déviants, ce regard sociologique déplace l’étude du côté de ceux qui imposent les normes et désignent les actions contrevenant à l’ordre social. Selon Becker, « les groupes sociaux créent la déviance en instituant des normes dont la transgression constitue la déviance2, en appliquant ces normes à certains individus et en les étiquetant comme des déviants » (1985, pp. 32-33). La notion d’entrepreneurs de morale permet de comprendre les acteurs les plus mobilisés dans la création de nouvelles normes, dont « le souhait est de réformer les mœurs en imposant leur morale à tous. Ce sont les agents actifs du bien et du mal, les animateurs des croisades morales » (Le Breton, 2004, p. 232).

3Dans le cas qui nous concerne, l’étude consiste moins à expliquer le changement de statut d’une action passant de la normalité à la déviance, qu’à comprendre comment une nouvelle conception du phénomène s’est imposée et pourquoi elle a généré une politique publique. Le suicide reste une déviance, même si la position actuelle est de le considérer comme un acte de désespoir et de lutter pour sa prévention. L’analyse va être conduite en deux étapes qui correspondent à deux dimensions du processus en œuvre : d’une part, la création d’une nouvelle activité par des acteurs associatifs majoritairement bénévoles et, d’autre part, la campagne de lobbying auprès des pouvoirs publics menée par des professionnels de la santé mentale regroupés en association. L’étude du domaine de la prévention du suicide ouvre ainsi sur le problème plus large de la reconfiguration de l’État social en mettant en lumière les interactions entre acteurs publics, professionnels et associatifs.

Une nouvelle forme d’intervention sociale : l’écoute

Émergence d’un domaine à partir d’initiatives associatives

  • 3 Si l’intitulé de ces deux associations n’évoque pas le suicide, celui-ci constitue bien le centre (...)

4Au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans les pas d’un État social en développement, une nouvelle forme d’intervention sociale voit le jour grâce au déploiement d’un moyen de communication : le téléphone. La téléphonie sociale naît véritablement avec la thématique du suicide, sous l’impulsion d’initiatives privées d’inspiration religieuse (Jaffrin, 1992, pp. 15-16). En 1953, à Londres, un prêtre anglican publie dans les journaux une petite annonce qui fonde l’association des Samaritains : « Si vous avez envie de vous suicider, appelez Man 9000 ». Ce type d’intervention sociale, réalisé bénévolement et centré sur l’écoute, va se répandre dans toute l’Europe ; en France, les pionniers formeront les centres d’accueil Recherche et rencontres en 1958 et les centres d’écoute SOS Amitié en 19613. Ces deux associations rencontrent un écho favorable tant au niveau des destinataires de ces services dont le nombre ne cesse de croître avec les années, qu’au niveau des dirigeants politiques qui leur délivrent la reconnaissance d’utilité publique dès la fin des années 1960 (Campéon, 2003, p. 36).

  • 4 Jaffrin cite un taux de 91 % d’associés de SOS amitiés se disant membre d’une confession religieus (...)

5En suivant l’évolution de SOS Amitié, il est possible de remarquer quelques éléments clés de ce domaine en construction. Tout d’abord, une approche confessionnelle que l’on observe chez les fondateurs et les dirigeants de ce groupement. Créée par un pasteur protestant et un mécène, l’association s’ouvre rapidement aux autorités juives et catholiques, et les représentants de ces trois religions emplissent les postes de direction jusqu’aux années 1970 (Jaffrin, 1992, p. 60). Cette appartenance à une confession religieuse se retrouve également auprès des membres de l’association4 dont l’action bénévole satisfait au principe de la charité. Puis, dans les années 1970, le militantisme de travailleurs sociaux va apporter un nouveau souffle à l’association et renouveler sa direction. Bien que les autorités religieuses quittent l’association, la tradition philanthropique est perpétuée grâce à la foi de ses membres, notamment de ses dirigeants protestants (Jaffrin, 1992, pp. 20-21), qui lui agrègent une volonté de démocratisation de l’action publique et de débureaucratisation de l’intervention sociale.

6Au milieu des années 1970, la généralisation du téléphone et l’expansion de la téléphonie sociale confrontent l’association à un changement de structure et à la concurrence/coexistence avec d’autres services d’aide. Cette étape est le moment d’une refonte du projet associatif dont une des conséquences majeures est l’abandon du suicide comme objet central de leur action au profit du problème plus large du manque de communication. En réaction, des militants quittent SOS amitiés pour créer l’association SOS Suicide Phénix en 1978 et renouer plus spécifiquement avec la problématique du suicide. À partir d’une structure fédérative, divers centres régionaux se développent en proposant une ligne d’appel ainsi que l’accueil hebdomadaire de groupes de personnes confrontées au problème (idées suicidaires ou tentatives de suicide). En 1993, un conflit interne à SOS Suicide Phénix va provoquer le départ d’une dizaine de militants qui fonderont l’association Suicide Écoute afin de ne se consacrer qu’à la réception d’appels téléphoniques ; l’accueil face-à-face étant jugé contraire au principe de l’anonymat et partant aux conditions optimales de l’écoute.

  • 5 Pour plus de détails, nous renvoyons au mémoire de Master reprenant l’ensemble de l’enquête (Trent (...)

7En parallèle de cet essaimage associatif lié à l’expérience de SOS Amitiés, la fédération La porte ouverte se développe à partir des années 1970 en créant dans les grandes villes de France des points d’accueil individuel et sans rendez-vous. Ces diverses initiatives vont ancrer, dans le monde associatif, la pratique de l’écoute à destination des personnes confrontées à l’idée de suicide. Au cours des années 1990 et 2000, le nombre d’associations positionnées sur cette thématique va croître de manière importante et l’on observe alors l’apparition d’un ciblage du public : adolescents, personnes âgées, homosexuels, parents endeuillés… Le développement de ce domaine et la multiplication des créations associatives qui s’avèrent souvent pérennes soulèvent quelques questions : Comment ces associations sont-elles organisées ? Quels liens existent-ils entre elles ? Qui sont les acteurs qui y participent ? Quelles pratiques communes peuvent se dégager de cette diversité de groupements ? Pour répondre à ces questions, nous avons construit un échantillon contrasté en fonction du type d’interaction entre les acteurs associatifs et les destinataires de leur action (écoute téléphonique, accueil de groupe, accueil individuel). L’enquête, menée entre 2005 et 2007, a été limitée à une association pour chacun de ces types et à celles dont les membres agissent bénévolement et sans qualification requise afin de cerner la capacité d’action citoyenne dans l’espace public5.

La dimension organisationnelle de ces groupements

  • 6 Il est d’usage, dans le domaine de la prévention du suicide, de distinguer les suicidaires (person (...)
  • 7 La souffrance psychique, si elle semble particulièrement adaptée aux situations des suicidaires, e (...)

8Ainsi que nous l’avons évoqué plus haut, l’écoute est au cœur de l’activité de ces diverses organisations. Mais qu’est-ce que ces acteurs écoutent ? Comment ? et pourquoi ? À partir des trois cas étudiés, il se dessine un cadre commun de pratiques et de valeurs concernant l’activité. Un même postulat est au départ de ces différentes formes d’intervention : les personnes suicidaires6 vivent avec un sentiment de solitude et une souffrance psychique7. L’enjeu principal de l’écoute consiste alors à permettre aux destinataires d’exprimer leur souffrance, de leur donner le sentiment d’avoir été entendu et de contribuer ainsi à une modification de la représentation de leur existence. L’écoute consiste à être en empathie avec autrui et à être non directif durant l’interaction. La non directivité renvoie à une technique d’entretien visant à laisser le destinataire conduire la discussion, l’usage de relances et de reformulations permettant de soutenir la construction de cette parole. Les soubassements théoriques de cette pratique sont explicitement identiques dans les trois associations, ils correspondent à « l’approche centrée sur la personne » fondée par le psychologue Carl Rogers. Les acteurs adjoignent à cette technique trois principes essentiels : le respect de l’anonymat, tant du prestataire que du destinataire ; l’interdiction de porter un jugement ; et l’interdiction de délivrer un conseil. Au final, la variété du type d’interaction ne semble influer que sur la conception de l’aide apportée, celle-là divergeant si l’écoute est centrée sur l’instant (téléphone), si elle s’inscrit dans une relation personnalisée et régulière (accueil individuel), ou si l’écoute est partagée par d’autres destinataires (accueil de groupe). Nous sommes alors respectivement dans l’optique de la réception d’un désir d’expression suffisamment urgent pour susciter l’appel, d’un soutien à une démarche de réinsertion dans des relations sociales débilitées (familiales, amicales, professionnelles…), et d’une sortie de la réclusion sociale et de la culpabilité par les rencontres avec d’autres personnes vivant des situations similaires.

9Au-delà du cadre formel dérivant de la Loi de 1901, il convient d’analyser le type d’organisation créé par les acteurs pour comprendre la régulation de l’activité. Les trois associations étudiées reçoivent des financements publics et/ou privés, mais fonctionnent principalement grâce au bénévolat de leurs membres. Lorsque des emplois sont créés, ils correspondent à des fonctions de gestion et d’animation des sites. L’organisation de ces groupements renvoie à une rationalisation de type professionnel mise en évidence par Gadrey (1996) en opposition à une rationalisation de type taylorien. Autrement dit, le travail réalisé est normé à partir de procédures dont la formalisation découle de l’expérience des exécutants. Cette même expérience permet la construction progressive de routines individuelles et collectives, ainsi que la reconnaissance et l’adaptation aux cas hors normes (Laville, 2005, p. 17). La hiérarchie y est extrêmement limitée, les membres les plus expérimentés assurant des fonctions de formation et d’encadrement des nouveaux entrants, et emplissant les conseils d’administration.

  • 8 Concernant une association, le responsable du site n’est pas nécessairement un professionnel de la (...)
  • 9 Les services d’écoute téléphonique sont les plus sollicités, près de 90 % des premières demandes n (...)

10L’autonomie de ces acteurs est toutefois limitée par un encadrement des professionnels de la santé mentale qui se manifeste lors du recrutement, de la formation et du suivi des bénévoles8. Les associations reçoivent de nombreuses demandes de participation, elles ont donc construit une procédure pour y répondre et sélectionner ceux qui apparaissent alors comme des candidats9. Les critères de sélection sont peu explicites, néanmoins un point essentiel est l’évaluation de la capacité du candidat à gérer la « bonne distance relationnelle » lors des interactions avec les destinataires (Licoppe, 2008, p. 423), c’est-à-dire à éviter les écueils de la pure technique et de la totale compassion (Goffman, 1968). Pour chacune des associations, la première étape consiste en un ou plusieurs entretiens individuels avec un responsable de l’association qui estime l’adhésion aux valeurs et aux principes de fonctionnement du groupe. La seconde étape est une formation théorique à l’écoute réalisée par un professionnel de la santé mentale, voire un entretien avec ce même professionnel. Cette étape vise également à repérer, et rejeter, les candidats dont l’état psychologique est considéré comme trop fragile, ceux-là étant en fait jugés plus proches des destinataires du service que des prestataires.

« Comment on devient bénévole ?
La règle est assez simple, il y a un temps de formation sur... ou plutôt une information, une documentation sur le suicide, ensuite il y a un temps de formation autrement dit avec un professionnel sur l’écoute et dans un troisième temps ou en cours de temps, il y a un entretien confidentiel avec un psychiatre qui a pour mission de déceler les personnalités un peu fragiles pour qui pourrait être éventuellement nuisible de faire ça et ça reste tout à fait confidentiel. Le médecin psychiatre donne son accord ou ne le donne pas mais… il passe un coup de téléphone... »
Président d’association, Accueil de groupes
« Vis-à-vis du médecin psychiatre, c’est quelqu’un... enfin on s’estime beaucoup mutuellement… alors son avis à elle n’est pas prépondérant non plus mais on va dire que… on le prend en compte. C’est évident. »
Président d’association, Écoute téléphonique

11En parallèle ou à la suite de ces entretiens et de cette formation théorique à l’écoute, les candidats réalisent leur apprentissage auprès de prestataires expérimentés et/ou participent à des groupes de partage d’expérience avec d’autres membres. Ces groupes de partage sont des réunions régulières permettant d’échanger entre pairs sur des situations vécues individuellement et s’avèrent essentielles à ce type d’action collective. Outre la cohésion qu’ils génèrent, ces échanges constituent les moments où s’élabore et se transmet un savoir collectif, issu de l’expérience (Licoppe, 2008). Ces temps de partage correspondent également à une fonction de contrôle et de régulation de l’activité de chaque membre. Généralement, les prestataires se retrouvent seuls lors des interactions avec les destinataires et mettent en jeu les principes et la responsabilité de l’institution. Les réunions sont l’occasion de recadrage soit par les pairs, soit par le professionnel qui anime les séances.

« On conseille fortement qu’ils viennent au début et puis après... c’est le rôle de l’animateur de voir qui est venu, qui n’est pas venu et ceux qui sont pas venus... les gens ont des impératifs, c’est pas simple donc on leur passe un coup de fil, on échange avec eux... L’important, c’est d’avoir une certaine souplesse et en même temps une rigueur. L’idée c’est qu’il faut pas que le bénévole se sente seul et puis de notre côté il faut aussi qu’on puisse voir si ça se passe convenablement. On n’évalue pas les personnes mais l’accompagnement. L’idée, c’est pas que ce soit une relation à deux. C’est une relation à trois. C’est une relation à deux bien sûr mais... mais il y a un tiers qui est l’organisation, l’organisation est présente ».
Animateur de site, Accueil individuel
« Ce qui nous aide ce sont ces réunions mensuelles, qui sont obligatoires. Lors de ces échanges, qui sont tout bêtement une possibilité justement de parler on va dire des appels difficiles ou des choses comme ça, mais ça permet au psy qui nous supervise de reprendre parfois… je veux pas dire les grandes lignes mais quand même un petit peu… »
Bénévole, Écoute téléphonique

12Cet encadrement par les professionnels de la santé mentale est, à la fois, une ressource et une contrainte pour les acteurs associatifs. Il est une ressource dans la mesure où il légitime leur pratique aux yeux des financeurs publics et privés, et où il contribue à la professionnalisation de leur activité bénévole. Dans l’ensemble, cet encadrement est d’ailleurs bien accepté par les bénévoles qui y voient la garantie du bien-fondé de leur action. Il est également une contrainte dans le sens où il institutionnalise leur soumission à l’ordre médical qui se réserve l’entière légitimité d’intervention dans le domaine.

« La réserve du professionnel vis-à-vis du milieu associatif c’est important, elle est très importante, même nous connaissant, sachant qui on est, ils sont réservés. On a ici un réseau qui s’appelle Prévention Suicide, c’est là qu’interviennent plusieurs assistantes sociales, le Samu, nous, SOS amitiés, c’est difficile à mettre en place. La réserve… dite de manière grossière, ils pensent que le sujet est tellement important qu’il ne peut pas être traité par des non professionnels, il y a cette raison principale ».
Président d’association, Accueil de groupes

13Cette relation asymétrique entre bénévoles et professionnels se retrouve au sein des chartes des associations où figure la nécessaire formation « qualifiante » assurée par des professionnels de la santé ainsi que la fonction complémentaire de leur activité en rapport à celle du secteur médico-social professionnel. Cette attention à ne pas se substituer au travail des professionnels s’observe encore dans la pratique des bénévoles qui, malgré le principe commun de non ingérence dans la vie personnelle des destinataires, tentent d’orienter ceux-ci vers des services psychologiques ou les encouragent à avoir un suivi avec un professionnel de la santé mentale. Concernant l’élaboration d’une réflexion sur le suicide, les chartes mettent en lumière la place centrale occupée une nouvelle fois par la profession médicale, telle celle de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS) – qui regroupe aujourd’hui la majeure partie des organisations du domaine de la prévention – où un des cinq engagements pris par le signataire est de « conduire, avec tous les acteurs concernés, notamment les professionnels de la santé, une réflexion sur le geste suicidaire, pour approfondir, partager et élargir le champ de leur expérience ».

14La création de l’UNPS en 2000 et son importance grandissante expliquent en partie l’homogénéité de pratiques et de représentations des acteurs de ce domaine dont la construction s’est pourtant réalisée de manière plurielle et ascendante. Mais cette union d’associations chapeautant la quasi-totalité des acteurs n’est que l’aboutissement d’un travail de longue haleine visant la publicisation du problème suicidaire et sa prise en charge par les pouvoirs publics au travers d’une politique de prévention. Nous proposons, dans la seconde partie de l’analyse, d’insister sur cette campagne menée sur le front de l’institutionnalisation des normes afin d’observer une autre facette du rôle joué par les professionnels de santé dans le domaine de la prévention du suicide.

Créer de nouvelles normes : de l’activité à la croisade morale

Les premiers temps d’une mobilisation de professionnels

15Les diverses associations que nous avons évoquées plus haut élaborent une réflexion sur le phénomène suicidaire et sur leurs propres pratiques, mais elles s’appuient pour cela sur des psychiatres ou des psychologues, et leur logique de fonctionnement reste dominée par le principe d’action. La conception d’un nouveau paradigme sur le suicide va être l’œuvre de professionnels de la santé dont l’étude constitue cette seconde partie. Parallèlement à l’extension de l’activité de prévention, un groupe de psychiatres mobilisés dès 1969 au travers du Groupement d’Études et de Prévention du Suicide (GEPS) va s’atteler à la promotion et à la coordination des recherches dans le domaine du suicide, et au lobbying auprès des pouvoirs publics afin que s’élabore un programme national de prévention. Le rôle joué par ce groupement dans la construction des normes de l’action publique s’apparente à celui d’entrepreneur de morale, notion forgée par Howard Becker pour analyser le processus de publicisation d’un problème social débouchant sur la mise en œuvre d’une véritable politique publique. Selon Becker, « les normes sont le produit de l’initiative de certains individus, et nous pouvons considérer ceux qui prennent de telles initiatives comme des entrepreneurs de morale. (…) Le prototype du créateur de normes, c’est l’individu qui entreprend une croisade pour la réforme des mœurs. Il se préoccupe du contenu des lois. Celles qui existent ne lui donnent pas satisfaction parce qu’il subsiste telle ou telle forme de mal qui le choque profondément. Il estime que le monde ne peut pas être en ordre tant que des normes n’auront pas été instaurées pour l’amender. (…) De nombreuses croisades morales ont une coloration humanitaire marquée. Celui qui participe à ces croisades n’a pas seulement le souci d’amener les autres à se conduire « bien », selon son appréciation. Il croit qu’il est bon pour eux de « bien » se conduire » (1985, pp. 171-172).

16En ce qui concerne le problème du suicide, la croisade morale ne va pas chercher à punir les déviants, mais à les remettre dans le droit chemin, celui de la Vie. Pour combattre ce qui est dénommé un « fléau », ces entrepreneurs de morale vont prôner l’importance de l’écoute de la souffrance des personnes ayant fait ou pensant faire une tentative de suicide, et la prise en considération de certains déterminants psychologiques dans le geste suicidaire. Mais pour parvenir à ce que cette conception du problème et les préconisations qui l’accompagnent soient entendues et appliquées par la puissance publique, un grand nombre d’actions vont être menées et quelques événements exceptionnels vont porter la thématique sur le devant de la scène publique.

17On trouve, à l’origine de cette association, un problème d’ordre professionnel qui bouscule les procédures habituelles de médecins hospitaliers : l’augmentation des intoxications volontaires aux barbituriques. Médecins réanimateurs, pédiatres ou chirurgiens font ainsi appel de manière répétée à des collègues psychiatres pour compléter l’examen de ces patients. Ces événements provoquent la rencontre d’une dizaine d’équipes psychiatriques au centre antipoison de Paris et la création du GEPS dont l’objet est de « promouvoir et coordonner les recherches dans le domaine du suicide, favoriser toutes les démarches susceptibles d’aboutir à la création d’organisations de prévention du suicide, agir auprès des organismes compétents afin d’élaborer un programme cohérent de prophylaxie du suicide, et représenter officiellement les réalisations nationales au sein de l’Association internationale pour la prévention du suicide (IASP) » (Moron, 2006).

18À l’ambition hégémonique de ce groupement correspond une pléthore d’activité que l’on peut rassembler en quatre types : organisation de colloques, publication, inscription dans des réseaux nationaux et internationaux, sollicitation des pouvoirs publics. Sans entrer dans les détails, notons les éléments marquants que représentent la publication des travaux du groupe ou de certains de ses membres dans les revues professionnelles Psychologie médicale (1974-1997) et Revue française de psychiatrie et de psychologie médicale (depuis 1997), l’obtention de la présidence de l’IASP (1995-97) par un de ses membres fondateurs ainsi que du poste de correspond français au Comité européen de l’Organisation mondiale de la santé pour la prévention du suicide et la recherche, la parution d’ouvrages synthétiques sur le suicide notamment dans la collection Que sais-je ? des Presses universitaires de France (1975, 8e réédition en 2006), ainsi que la collaboration à l’étude sur la Rationalisation des Choix Budgétaires du Ministère de la santé en 1971 qui insista sur le coût économique du suicide pour la collectivité, mais n’aboutit à aucune mesure concrète. Cette omniprésence, associée à la légitimité que procure la profession de médecin psychiatre dans l’imposition de nouvelles normes (Becker, 1985, pp. 174-176), rend cette association incontournable dans le champ de la prévention du suicide en construction, ainsi que le remarque Campéon : « Puissance de l’officialité oblige, le GEPS devient au fil des années l’un des interlocuteurs privilégiés de tous ceux qui veulent parler ou organiser des actions sur le suicide et sa prévention » (2003, p. 36). Toutefois, l’entreprise visant à créer de nouvelles normes peine à dépasser le seul milieu médical, et principalement le secteur de la santé mentale. Deux événements, en 1982 et 1993, vont créer une conjoncture favorable à la mise en lumière du phénomène et des acteurs les plus mobilisés dans sa prévention.

La diffusion des idées dans l’espace public national

  • 10 Loi n° 87-1133 du 31 décembre 1987.
  • 11 Journal officiel de la République Française, 01/01/1988, p. 13.

19C’est au travers de ces événements que la dimension morale de ce groupement s’exprime le plus nettement. En 1982, la parution du livre Suicide, mode d’emploi : histoire, technique, actualité provoque une forte réaction des acteurs engagés dans la prévention. Aux yeux de ceux-ci, l’ouvrage – dont l’inspiration puise dans un mouvement plus large de lutte pour le droit à l’euthanasie – risquait de réduire à néant les efforts consentis depuis plus de deux décennies puisque l’objectif était de « donner à chacun les moyens et les informations nécessaires pour quitter sa vie “en toute tranquillité” » (Campéon, 2003, p. 37). Une véritable campagne de lobbying auprès des pouvoirs publics s’enclenche afin d’obtenir l’interdiction de la vente du livre incriminé. L’Association de défense contre l’incitation au suicide (ADIS) est immédiatement créée et bataille plusieurs années afin que les assemblées législatives votent l’adoption d’une nouvelle loi condamnant ce type d’initiative. En décembre 1987, la loi10 « tendant à réprimer la provocation au suicide » est promulguée et permet l’interdiction de diffusion du livre polémique. Par l’insertion de deux articles au code pénal, la « provocation au suicide » devient un délit puni d’emprisonnement11. Cette victoire contre une forme de libéralisation du suicide nous éclaire sur la représentation de ces entrepreneurs de morale. Ceux-ci ne considèrent pas le suicide comme un acte de liberté, leur argument étant que l’action libre nécessite un choix et que le suicide n’en constitue pas un. À leurs yeux, le suicide ne résulte pas d’une libre décision mais d’une situation de crise psychique, le geste suicidaire révélant une souffrance retirant au sujet la liberté de choisir entre la vie et la mort. Il existe, selon eux, un doute quant à la volonté de mourir chez les personnes suicidaires qui légitime une intervention de prévention et proscrit toute incitation. Ainsi, Michel Debout, ancien président du GEPS, écrit : « C’est bien parce qu’il y a toujours ambivalence par rapport à la finalité d’un geste suicidaire, qu’il faut protéger les personnes, notamment les jeunes, de ce qui pourrait enlever à leur geste toute chance de survie et c’est en cela qu’un livre comme Suicide mode d’emploi fut un livre dangereux voire meurtrier » (1996, p. 18).

  • 12 Michel Debout est professeur de médecine légale et psychologue, membre du GEPS dont il fut égaleme (...)
  • 13 Conseil économique et social, “Le suicide”, étude présentée par la section des affaires sociales s (...)

20Si cette croisade morale a permis d’éradiquer un adversaire aux thèses opposées et de faire pénétrer l’objet « suicide » dans la législation française, l’imposition de nouvelles normes à l’ensemble de la société reste un chantier ouvert et de nombreuses réticences sont encore à vaincre. En témoigne, la répercussion quasi nulle d’une étude épidémiologique conséquente réalisée par une équipe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) relevant une augmentation significative du taux de mortalité par suicide depuis les années 1970 avec un pic concernant l’année 1985 (Davidson, Philippe, 1986). Il faut attendre la première moitié de la décennie 1990 pour qu’une conjoncture permette un nouveau débat public sur le suicide et l’inscription de sa prévention sur l’agenda politique. Trois éléments vont créer les conditions favorables à une large diffusion des normes portées par ces entrepreneurs de morale. En premier lieu, une nouvelle action de ceux-ci qui, en 1993 et par l’intermédiaire du professeur Michel Debout12, conduit le Conseil économique et social à élaborer un rapport sur l’ampleur du phénomène suicidaire en France13. En s’appuyant sur les enquêtes statistiques de l’Inserm et les études réalisées par le GEPS, le rapport préconise une série de mesures afin de faire baisser les taux de mortalité par suicide. Cette entrée remarquée dans la troisième assemblée constitutionnelle de la République marque une nouvelle étape dans cette croisade morale visant la traduction sous forme légale des normes véhiculées par les militants de la prévention.

21Ce rapport va être largement repri par la presse généraliste nationale qui s’est emparée de la thématique du suicide suite à la mort de l’ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy le 1er mai de la même année. On peut émettre l’hypothèse que la classe politique fut alors d’avantage sensibilisée par la disparition violente d’un des siens que par la somme des études traitant de milliers de morts anonymes. Cependant, l’élaboration d’une politique publique de prévention du suicide n’aurait sans doute pas été possible si un processus de rationalisation de la politique de santé n’avait été lancé un an auparavant. En 1992, dans le rapport intitulé Stratégie pour une politique de santé, le Haut comité de la santé publique (HCSP) affirme une volonté politique de détermination des priorités de santé. La même année, la Direction générale de la santé (DGS), service ministériel chargé de la définition et du suivi de la politique nationale de santé, est réorganisée sur la base de la détermination de priorités. De 1994 à 1996, la DGS et le HCSP réalisent des études et des conférences régionales dont les résultats amènent à considérer le suicide comme un problème de santé prioritaire (Cœuret-Pellicer, 1998). En 1996, neuf régions mettent alors en place un programme de prévention et la première Conférence nationale de santé inscrit la prévention du suicide parmi les dix priorités nationales de santé publique.

  • 14 Une des premières demandes du secrétaire d’État à la santé fut l’élaboration d’une réflexion natio (...)

22En 1997, six associations pionnières (Recherche et rencontres, SOS Amitié, GEPS, SOS Suicide Phénix, Phare Enfants-Parents et Suicide Ecoute) s’unissent pour créer les Journées nationales de prévention du suicide afin de continuer à sensibiliser l’opinion publique par l’organisation de débats dont les médias se font les relais. L’arrivée de Bernard Kouchner au secrétariat d’État à la santé inaugure une nouvelle forme de coopération entre l’État et les militants associatifs14 qui transparaît dans le discours que celui-ci prononce en clôture des secondes Journées nationales de prévention du suicide, déclarant le lancement d’un programme national de prévention (Cœuret-Pellicer, 1998). Ce programme s’appuie sur « le nouveau référentiel d’action dit territorialisé » (Campéon, 2003, p. 38), visant la déconcentration régionale de l’action publique et privilégiant une démarche ascendante tenant compte de « l’expérience des programmations régionales de santé » (Rabord, 2003, p. 41). Les diverses implantations régionales du GEPS et la légitimité conférée par la profession et les écrits de ses membres permettent au groupement de participer à l’élaboration des programmes régionaux de santé au travers des groupes de réalisation de projet, des comités de pilotage et des comités scientifiques ouverts respectivement « aux acteurs de terrain très impliqués sur ce thème dans leur région », « aux représentants des institutions, fondations et associations concernées » et « aux experts en matière de connaissance des conduites suicidaires » (Cœuret-Pellicer, 1998).

  • 15 Les quatre axes principaux de cette stratégie consistent « à favoriser la prévention, à diminuer l (...)
  • 16 “La stratégie repose sur le modèle de la crise suicidaire qui répond à un processus dynamique étal (...)
  • 17 La crise suicidaire – reconnaitre et prendre en charge, Conférence de consensus organisée les 19 e (...)

23À la fin de l’année 2000, une initiative plus ambitieuse, mais reposant sur le même principe de territorialisation, intitulée Stratégie nationale d’actions face au suicide est lancée pour une durée de cinq ans15. Pierre angulaire de cette nouvelle politique publique16, la conférence de consensus sur la crise suicidaire17 – dont le principe est de définir une position consensuelle dans une controverse portant sur une procédure médicale – est accaparée par les médecins psychiatres : 60 % des membres du comité d’organisation, 50 % des membres du jury et 85 % des experts sollicités. Au moins un tiers de ces experts sont membres du GEPS, on y retrouve notamment les quatre fondateurs de cette association pour qui la stratégie nationale d’action face au suicide constitue une forme d’aboutissement à la croisade morale menée pendant 30 ans.

  • 18 En 2010, on dénombre 35 associations membres de l’UNPS.

24L’année 2000 est également marquée par la transformation des Journées nationales de prévention du suicide en l’Union nationale pour la prévention du suicide qui reprend l’organisation de ces journées et s’ouvre à de nouvelles associations18. Comme nous l’avons évoqué plus haut, ce rassemblement participe de l’homogénéisation des pratiques et des représentations sur la prévention du suicide, notamment par l’intermédiaire d’une charte. Les raisons morales de cette mobilisation y apparaissent de manière synthétique : « Le geste suicidaire révèle une souffrance personnelle et sociale, liée ou non à une pathologie, qui prive le sujet de sa liberté de choisir la vie. L’acte suicidaire est une atteinte à la personne et à la société, souvent ressentie, par les proches et le corps social, comme une épreuve culpabilisante indélébile. C'est pourquoi les adhérents de l’UNPS ne peuvent se résigner dans l’indifférence à ce qu'un être humain envisage, ou ait envisagé de se donner la mort. C'est un déni de la solidarité et de la cohésion sociale. C'est l’échec de l’individu face à la vie, et la faillite du soutien de la société ». On peut ainsi considérer que le flambeau de la croisade morale fut transmis du GEPS à l’UNPS, ce que symbolise la présidence de ce groupement par le professeur Michel Debout depuis sa création, bien que la composition du conseil d’administration reflète la diversité des personnes morales membres de l’union.

Conclusion

25L’analyse du processus d’émergence de la politique de prévention du suicide met en lumière la complexité d’un tel phénomène et ouvre quelques pistes de réflexion. La pluralité des acteurs (bénévoles associatifs, professionnels et acteurs publics) est un point essentiel à prendre en considération pour comprendre la dynamique d’un tel processus, tout comme les événements qui font converger leurs logiques propres. Ainsi, la parution de l’ouvrage Suicide : mode d’emploi a conduit au renforcement des liens entre les acteurs mobilisés pour la prévention du suicide, et la mort de Pierre Bérégovoy a attiré plus fortement l’attention des décideurs politiques sur ce thème que le processus de rationalisation de la politique de santé allait également faire émerger.

26L’enquête empirique a également souligné la porosité des frontières entre les sphères associatives, professionnelles et politiques. L’encadrement des bénévoles par des professionnels de la santé mentale, la mobilisation des psychiatres du GEPS sous forme associative ou les charges politiques occupées par certains professionnels militants illustrent cette interpénétration des sphères. Si ces catégories d’acteurs s’avèrent utiles pour la clarté de l’analyse, il convient de garder à l’esprit la labilité des frontières entre celles-ci et la capacité des acteurs à jouer dans les différents registres.

  • 19 Les formes de solidarité construite sont à rapprocher du rôle d’une solidarité organique, liée à l (...)

27Cependant, la focalisation sur la pluralité et la mobilité des acteurs ne doit pas occulter le questionnement sur l’absence d’autres catégories d’acteurs. En l’occurrence, la catégorie d’acteurs qui n’apparaît pas dans ce processus de construction d’activité est celle du destinataire. Cette absence du destinataire de l’aide n’est certes pas une nouveauté, Becker notait luimême que « aider ceux qui sont en dessous d’eux à améliorer leur statut est un objectif typique des militants des croisades morales » (1985, p. 173), mais elle pose la question du type de solidarité qui est ainsi produit. La dynamique ascendante du processus étudié et l’importance des mobilisations associatives peuvent conduire à conclure sur la capacité d’innovation de la société civile et son pouvoir de démocratisation de l’action publique. Cependant, la constitution d’un véritable public peut être entrevue au travers de la mobilisation des acteurs affectés par les conséquences néfastes de la configuration des relations sociales (Dewey, 2005). Dans cette perspective, et à titre de réflexion, nous proposons de distinguer deux formes typiques de solidarité construite19 en fonction des relations qui s’instaurent entre les différents acteurs de la mobilisation : une solidarité philanthropique et une solidarité démocratique (Laville, 2006). La solidarité de type philanthropique renvoie à l’intervention des mieux pourvus vers les plus défavorisés et à un don « qui n’est pas soumis à d’autres règles susceptibles d’en stabiliser les conditions d’exercice que celles émises par les donateurs (…) » (Idem, p. 609). La solidarité de type démocratique est davantage centrée sur l’entraide mutuelle, mais se base également sur « une égalité de droit entre les personnes qui s’y engagent » (Ibidem, p. 610).

28Dans le cas de la prévention du suicide, on se trouve en présence d’une forme de solidarité philanthropique puisqu’aucun canal de participation n’est ouvert aux destinataires de l’activité, tant du point de vue de l’adhésion aux associations que de la concertation sur la construction de l’aide. Au vu de nos analyses, deux raisons principales peuvent expliquer cette relégation des destinataires hors des espaces de participation : la stigmatisation de ceux-ci comme des sujets en souffrance qui annihile la légitimité de leur parole et de leurs actes (Goffman, 1975) ; et l’omniprésence des professionnels de la santé mentale qui, à la fois, renforce le stigmate et tire les bénévoles associatifs vers le pôle de la technique et de la distance relationnelle propre à la condition du professionnel face à une intervention dont l’objet et le détenteur de l’objet ne font qu’un (Goffman, 1968). Certes, les interactions avec les personnes confrontées au suicide ne relèvent ni de l’ordinaire, ni du quotidien, elles s’inscrivent dans des situations où les cadres sociaux nécessitent une élaboration spécifique. Toutefois, à la lumière des travaux de Franco Basaglia et du mouvement de la psychiatrie dite alternative de l’Italie des années 1970 (Colucci, Di Vittorio, 2005), il nous semble pertinent de conclure sur l’idée que la relégation des destinataires de l’aide résulte davantage d’une construction sociale et historique que de déterminants organiques et psychiques. Ceci a le mérite de laisser ouvert l’espace des possibles.

Notes

1 Précisons d’emblée que notre propos n’est pas de juger les différentes positions existantes sur le sujet, ni les actions privées ou publiques entreprises hier et aujourd’hui, ici et là. En prenant acte de la dimension morale du phénomène, notre intention est de comprendre comment et pourquoi le suicide est devenu l’objet d’une politique publique de prévention. Cette étude de cas s’inscrit alors dans une sociologie de la déviance et de l’action publique au sens large.

2 Souligné par l’auteur.

3 Si l’intitulé de ces deux associations n’évoque pas le suicide, celui-ci constitue bien le centre de leur préoccupation. Il est à noter que les membres de Recherche et rencontres sont des professionnels de la santé mentale ou de l’action sociale.

4 Jaffrin cite un taux de 91 % d’associés de SOS amitiés se disant membre d’une confession religieuse, mais ne cite ni la source, ni l’année (1992, p. 21).

5 Pour plus de détails, nous renvoyons au mémoire de Master reprenant l’ensemble de l’enquête (Trenta, 2007). Ajoutons que, durant cette période de recherche, notre activité professionnelle au sein d’un service de santé publique nous a amené à travailler sur la prévention du suicide et à entrer en contact avec ces acteurs. Cette immersion a stimulé nombre de nos réflexions.

6 Il est d’usage, dans le domaine de la prévention du suicide, de distinguer les suicidaires (personnes ayant des idées de suicide) des suicidants (personnes ayant fait une tentative de suicide) et des suicidés (personnes décédées par suicide). Nous reprenons ici ce vocabulaire indigène.

7 La souffrance psychique, si elle semble particulièrement adaptée aux situations des suicidaires, est une notion qui s’est imposée au cours des années 1990 dans les différents dispositifs d’action sociale visant les populations touchées par la nouvelle pauvreté ou l’exclusion. Elle correspond au mouvement de subjectivation du social mis en lumière notamment par Didier Fassin (2005).

8 Concernant une association, le responsable du site n’est pas nécessairement un professionnel de la santé mentale, mais doit avoir suivi une formation à l’écoute et à l’aide psychologique.

9 Les services d’écoute téléphonique sont les plus sollicités, près de 90 % des premières demandes n’aboutissent pas à l’intégration dans l’association. Voir Jaffrin (1992, p. 64).

10 Loi n° 87-1133 du 31 décembre 1987.

11 Journal officiel de la République Française, 01/01/1988, p. 13.

12 Michel Debout est professeur de médecine légale et psychologue, membre du GEPS dont il fut également président, et membre de la section des affaires sociales du Conseil économique et social. Il est président de l’UNPS depuis sa création.

13 Conseil économique et social, “Le suicide”, étude présentée par la section des affaires sociales sur le rapport de Monsieur Michel Debout, rapporteur, le 6 juillet 1993, Journal officiel.

14 Une des premières demandes du secrétaire d’État à la santé fut l’élaboration d’une réflexion nationale pour améliorer la prévention du suicide.

15 Les quatre axes principaux de cette stratégie consistent « à favoriser la prévention, à diminuer l’accès aux moyens de suicide les plus létaux, à améliorer la prise en charge des personnes en mal-être et des familles ou proches de suicidants, et à mieux connaître la situation épidémiologique » (Rabord, 2003, p. 40).

16 “La stratégie repose sur le modèle de la crise suicidaire qui répond à un processus dynamique étalé dans le temps, accessible au repérage et à une intervention axée sur le lien ; conduisant ainsi à une triple évaluation : du risque suicidaire, de l’imminence d’un passage à l’acte, de la létalité du moyen de suicide disponible” (Rabord, 2003, p. 40).

17 La crise suicidaire – reconnaitre et prendre en charge, Conférence de consensus organisée les 19 et 20 octobre 2000 par la Fédération française de psychiatrie avec le soutien de la Direction générale de la santé, selon les bases méthodologiques de l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation de la santé (ANAES). Pour les présentations des experts et les recommandations du jury, voir Mazet et Darcourt (2001).

18 En 2010, on dénombre 35 associations membres de l’UNPS.

19 Les formes de solidarité construite sont à rapprocher du rôle d’une solidarité organique, liée à la division du travail, dans la cohésion sociale des sociétés modernes. Elles se différencient des formes de solidarité héritée en ce qu’elles reposent sur des engagements individuels et volontaires d’acteurs nouant des relations d’estime réciproque.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search