Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

L'interaction entre les sphères étatique et citoyenne

La force des liens dématérialisés : associations de parents d’enfants placés, technologies de l’information et mobilisations

Abdia Touahria

Texte intégral

1L’expression « mettre l’usager au centre des dispositifs » peut sembler un vœu pieu, tant les voies de l’administration lui paraissent à bien des égards impénétrables. Et pourtant cette nouvelle configuration des relations qu’entretiennent usager et service public tend à devenir, si ce n’est une norme, du moins une interaction envisageable. En effet, les textes législatifs qui régissent les relations entre professionnels et bénéficiaires évoluent depuis quelques années vers une plus grande participation des usagers à la mise en œuvre des dispositifs qui les concernent.

2Néanmoins, il est certains champs de l’action sociale dans lesquels la participation des usagers ne peut pleinement avoir lieu. C’est le cas de la protection de l’enfance où le registre des relations entretenues avec l’administration ou la justice relève moins d’une négociation des positions tenues par les acteurs en présence que d’une imposition des dénominations et des décisions. Il semble ici s’agir d’une administration et/ou d’une justice imposées qui laissent peu de marges de manœuvre aux parents d’enfants protégés. Et pourtant, il apparaît depuis quelques années que la définition des rôles et des désignations n’est plus l’apanage de l’institution. L’effet combiné des récentes lois et des nouvelles technologies fait apparaître de nouveaux modes d’être et d’agir face à l’institution et de nouvelles revendications de la part de ces bénéficiaires, pour la plupart malgré eux, que sont ces parents. Nous allons donc essayer de comprendre dans quelle mesure l’asymétrie des rapports entre l’usager et l’administration incarnée par ses agents peut être corrigée par de nouvelles formes de participation des usagers et comment ces dernières redessinent l’espace des décisions. À la force agissante et quasiment performative du droit répondrait la force de la publicisation et de la médiation par les associations de défense des parents d’enfants placés.

De l’usager1 qui « subit » à l’usager qui « construit »

  • 1 Bien que la dénomination d’usager fasse débat, nous ne reviendrons pas au cours de ce texte sur l’ (...)

3En France, la place laissée à l’usager par l’administration ou les services sociaux n’a pas toujours été celle que semble lui accorder aujourd’hui la loi. Si les décisions étaient bien évidemment prises en direction d’un individu ou d’un groupe d’individus, le processus semblait davantage unilatéral que réellement procéder d’un consensus recherchant l’adhésion de la personne concernée. La décentralisation n’est certainement pas étrangère à cette évolution.

Le droit des usagers en général

  • 2 Loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des (...)
  • 3 Toutefois, avant la décentralisation, certains textes portaient la marque d’une volonté d’améliora (...)

4La loi de décentralisation du2 juin 1982 2 rénove considérablement les relations entre État et collectivités territoriales. Dorénavant3 certaines compétences sont transférées aux communes, départements ou aux régions. C’est notamment le cas des compétences relatives à la famille : protection maternelle et infantile, service départemental d’action sociale, aide sociale à l’enfance (ASE). Le président du conseil général est devenu la figure centrale chargée de cette protection, ce qui modifie les interactions avec les usagers.

  • 4 Cependant la loi de 2002 est une réforme de celle de 1975 relative aux institutions sociales et mé (...)

5L’intérêt de cette démarche de décentralisation réside dans l’adaptation des politiques et des pratiques professionnelles à la réalité locale. Ainsi, le transfert de compétences va-t-il avoir pour conséquence de permettre à des « façons de faire » locales (notamment avec le découpage du département en territoires) de se développer. De ce fait, l’usager est amené à prendre une nouvelle place, idée qui se confirme avec la loi n° 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale.4

La particularité de la protection de l’enfance

6Le champ de la protection de l’enfance reste tout de même particulier en termes d’application des droits de l’usager. Ces derniers ne sont pas nés avec la loi de 2002. Dès les années 70, de nombreux changements ont été opérés. En témoigne la loi du 4 juin 1970 relative à l’autorité parentale qui modifie les relations de l’usager avec les institutions.

  • 5 Pascaline Chamboncel Saligues et Anne Oui, « Des dispositifs réformés par la loi du 5 mars 2007, c (...)
  • 6 Enquête menée par l’Equipe de recherche sur les inégalités sociales du Centre Maurice Halbwachs au (...)

7Dans le cadre de la protection de l’enfance, « Traditionnellement, ces actions se répartissaient en deux grands types : les mesures d’aides directes aux familles (sous forme de secours financier ou d’appui de professionnels sociaux au domicile) et les mesures de séparation et d’accueil de l’enfant dans un dispositif de suppléance familiale. »5 Au-delà de cette distinction, une seconde est à opérer afin de distinguer les mesures administratives des mesures judiciaires. En effet, les fondements de l’intervention pour l’une et pour l’autre sont totalement différents : la protection administrative a lieu avec l’adhésion des parents. Ceux-ci ont pu solliciter de leur propre chef l’intervention de l’ASE durant un épisode particulier de leur vie : naissance, déménagement, hospitalisation, incarcération etc. La protection judiciaire, quant à elle, n’attend pas l’adhésion des parents pour intervenir. L’adhésion est certes recherchée afin de faciliter les relations et de permettre, si possible, un retour rapide de l’enfant auprès de ses parents. Pour autant, cette recherche n’est pas systématique et la relation se produit souvent dans la contrainte et l’incompréhension de la part des parents. Mais si la différence peut sembler grande entre les différentes prestations existantes ainsi qu’entre protection administrative et judiciaire, tout cela reste à nuancer car les modes d’interventions varient parfois selon les départements. Une enquête menée en Essonne de mai à juillet 20106 a montré que la sollicitation d’une intervention dans un cadre administratif pouvait se prolonger à l’insu des parents et dépasser le cadre initialement prévu, jusqu’à revêtir parfois les traits d’une protection judiciaire. On s’aperçoit donc que l’intention initiale de la décentralisation et le « centrage » de l’usager au sein des dispositifs qui le concernent prennent une autre tournure lorsqu’il s’agit de protection de l’enfance.

  • 7 Résultats de l’enquête de 2010 précédemment citée et d’une enquête conduite dans le Val d’Oise en (...)

8Par ailleurs, une importante question se pose dès que l’on souhaite étudier de près la teneur des interactions entre usagers et professionnels : qui est le bénéficiaire de la mesure ? Les parents d’enfants accueillis dans le cadre d’un placement judiciaire se considèrent rarement comme usagers d’un service public. L’impression d’être victime et de subir l’intervention des professionnels est plus communément partagée.7 Selon eux, les services interviennent au motif de l’intérêt de l’enfant quand bien même cela s’accompagnerait d’un déni en droit et en fait des droits des parents. De plus, la mise en œuvre de la suppléance parentale leur semble nier leur rôle et leur statut auprès de leurs enfants car il s’agit de les remplacer pour une durée déterminée, en raison d’une défaillance ou d’une incapacité temporaire. Le retrait même bref de la garde de son enfant s’accompagne, trop souvent au goût des enquêtés, d’un moindre exercice de l’autorité parentale. En pratique, cela concerne le choix des vêtements, de la coiffure, la réception des bulletins scolaires, les rencontres avec l’équipe pédagogique.

  • 8 Loi n° 2007-293

9La réforme8 de la protection de l’enfance a modifié les modalités d’interventions en définissant, dans son article premier, la protection de l’enfance comme ayant « pour but de prévenir les difficultés auxquelles les parents peuvent être confrontés dans l’exercice de leurs responsabilités éducatives, d'accompagner les familles et d'assurer, le cas échéant, selon des modalités adaptées à leurs besoins, une prise en charge partielle ou totale des mineurs. »

10Quatre ans plus tard, que reste-t-il de ces principes ? Ont-ils pu être mis en œuvre ? En outre, la subsidiarité de l’intervention du juge, au profit de celle du président du conseil général, dorénavant chef de file, a-t-elle changé la teneur des relations entre les intervenants sociaux et les parents ? Leur est-il désormais davantage permis de prendre part aux décisions qui les concernent ? Est-il envisageable pour eux de revendiquer plus facilement aujourd’hui un quelconque droit de participation ?

Mobilisation collective dans le champ de la protection de l’enfance

  • 9 Ce qui fait considérablement varier la nature de l’objectif recherché même s’il est souvent induit (...)
  • 10 Une reconnaissance qui peut prendre la forme de subventions et de participation à divers comités

11Dans le champ de la protection de l’enfance, on constate des formes variées de collectifs d’usagers : du regroupement informel et ponctuel à l’association régie par la loi de 1901. Néanmoins, si l’objectif de faire valoir leurs droits les mobilise tous, on observe tout de même des motifs d’implication plus ou moins personnels9 doublés parfois de considérations politiques fortes. Dans le cas des associations, dont la reconnaissance en tant que partenaire par les acteurs politiques et administratifs locaux10 est publique, il est possible de prendre une part active à l’élaboration des outils à destination des usagers. On peut noter que l’influence de ce collectif s’observe à deux niveaux : une influence d’ordre « macro » car ils peuvent être auditionnés dans le cadre des projets de loi et de ce fait produire une inflexion des politiques publiques en leur faveur. L’influence peut également s’observer à un niveau « micro », dans le cadre des pratiques professionnelles à l’attention directe des parents. On comprend donc que l’exercice de cette forme de militantisme peut produire des effets à deux niveaux : pratique et proche dans le temps et l’espace pour son cas propre ; théorique et lointain pour l’intérêt général de la communauté représentée.

  • 11 Rendue possible par la présence, notamment au moyen d’antennes départementales, des associations d (...)

12Néanmoins, cette capacité à mettre en œuvre un processus progressif de négociation11 n’efface pas totalement l’asymétrie des positions face à l’administration ou à la justice car comme le montre Liora Israël « (…) les différences de position institutionnelles et sociales des acteurs sont redoublées par les inégalités de compétence dont ils disposent dans le maniement de la langue juridique. » (Liora Israël, 1999). La violence symbolique prégnante lors de ces interactions est un rappel continu du rapport de domination.

  • 12 Dans le sens de « à l’aide d’un intermédiaire »

13Ainsi, les différences d’intervention (de l’usager seul ou des collectifs d’usagers) marquent les différences en termes de rapport avec l’institution en vue d’infléchir les procédures courantes en faveur des usagers (une mobilisation directe auprès des politiques, des administratifs ou des travailleurs sociaux versus une mobilisation médiatisée12) et de résultats escomptés (pour soi ou pour les autres).

Une autre prise de parole est possible : être représenté par une association de défense des droits des parents d’enfants placés

La force du collectif

  • 13 « Endocratie » est un terme créé par S. Bonnet (1972)

14Les collectifs médiateurs agissent comme des caisses de résonance, véritables démultiplicateurs de la voix individuelle. Mais les conditions d’émergence de ce type de collectif et les « modalités de recrutement » d’un leader sont particulières. En l’occurrence, il s’agirait d’une endocratie13, à savoir d’un collectif d’initiés créé et mené par un leader charismatique dont les aptitudes à la défense sont garanties par un destin commun avec les défendus. La pérennité de l’organisation est rendue possible par des formes variées, particulières ou partagées, de « sociabilités militantes » (Rétière, 2003). La légitimité de ces collectifs est notamment produite par ce que l’on pourrait nommer, en en détournant un peu le sens initial, un « capital d’autochtonie ». Ce capital, mis en œuvre dans le cadre de la « défense » des parents en relation avec la protection de l’enfance, signifierait avoir connu pour soi les mésaventures de ceux que l’on défend aujourd’hui. En effet, à l’origine de cet engagement se trouve très souvent un événement personnel du même type que celui contre lequel se battent ces acteurs : le placement d’un de leurs enfants.

15Cette forme de « sociabilité de l’ancrage » ou ces ressources d’autochtonie (Rétière, 2003) produisent suffisamment de légitimité au représentant désigné pour lui permettre de remplir ce rôle avec le consentement des parents d’enfants placés. Car selon eux, cet individu ou ce collectif est légitime à porter leurs intérêts et à les représenter. « Savoir de quoi on parle », « être bien placé pour savoir »… tels seraient les arguments en faveur d’une défense par des personnes qui « sont passées par là ». L’expérience vécue antérieure devient une compétence à mobiliser pour les « pairs », offrant, à cette occasion, l’opportunité d’un retournement du stigmate.

16Néanmoins contrairement à ce qu’en dit Jean-Noël Rétière, et Pierre Bourdieu avant lui (1982), il ne s’agit pas en l’occurrence d’« un capital social dont la valeur deviendrait obsolète à l’extérieur du « marché franc » » (Rétière, 2003) à savoir le marché « réservé aux dominés » (Bourdieu, 1983). Bien au contraire, ce capital social particulier qui érige au rang de représentant un « ancien usager » tient toute sa valeur du fait d’être à la fois un garant de la probité du représentant et un interlocuteur fiable pour les services publics. L’objectif de ces associations est de réussir à opposer à la « force agissante du droit » (Boudieu, 1986), celle du nombre, celle du collectif qui agirait comme un réseau constitué d’une multitude de liens faibles, tels que les définit Granovetter.

17Selon lui, un lien est dit « fort » lorsqu’il unit de manière intense et durable deux individus. En revanche, il est dit « faible » lorsque l’investissement affectif entre ces deux individus est moindre : « La force d’un lien est une combinaison (probablement linéaire) de la quantité de temps, de l’intensité émotionnelle, de l’intimité (la confiance mutuelle) et des services réciproques qui caractérisent ce lien » (Granovetter, 1973, p. 46). L’auteur précise dans une note de bas de page qu’il suppose « par hypothèse, que les liens sont positifs et symétriques (…) ». L’apport de son travail consiste à démontrer que, contre toute attente, ce sont les liens faibles qui sont très souvent pourvoyeurs de propositions plus satisfaisantes. Cette affirmation peut être étendue à d’autres formes de « services rendus », comme le partage d’informations non redondantes, par exemple. Par ailleurs, nous pouvons faire l’hypothèse que ces liens faibles, qui supposent donc des interactions moins engageantes et moins assidues, sont créés et entretenus par l’usage d’Internet qui aurait dématérialisé les réseaux d’entraide entre usagers.

La force des liens dématérialisés

  • 14 La citation suivante figure sur un site internet « la main qui paie est celle qui dirige »

18Dans le cas des parents d’enfants accueillis, ces réseaux d’entraide prennent des formes variées : sites, blogs, forum deviennent le lieu et le moyen d’un retournement du stigmate. Les raisons de cette floraison d’espaces virtuels sont manifestes : la réduction des coûts, l’autonomie dans la diffusion, la liberté de ton, l’indépendance financière14, l’actualité, la réactivité, la gratuité de l’accès à l’information pour les lecteurs, sont autant de raisons invoquées pour justifier l’abandon des outils classiques de diffusion ou de manifestations.

  • 15 Je reprends ici dans un autre sens l’expression de Gérard Noiriel, historien, spécialiste des ques (...)

19Les objectifs visés sont clairs : il s’agit pour l’usager, de s’octroyer un espace public pour pouvoir administrer la preuve. Une véritable lutte d’imputation (Millet, 2005) s’engage alors : la responsabilité d’un problème ne serait pas imputable à ces parents jugés défaillants mais à une institution autoritaire et aux procédés considérés comme dégradants. Un second objectif, subséquent au premier, serait celui de l’évolution des pratiques professionnelles et des politiques grâce à cette « contre-expertise par la victime », à cette mobilisation des parents. L’idée étant que cet usage d’Internet aura des incidences sur l’étude des situations par les professionnels et les décisions rendues. Internet devient donc une tribune libre qui permet une présentation de soi contrôlée et également une réparation publique de son image. En effet, la publicisation de la « bonne image » véhiculée par le champ lexical de la victimisation se justifierait par le « muselage » et la censure opérée par les professionnels de l’ASE. Autrement dit, ces parents répondraient aux humiliations privées par un discours public.15 Ainsi, à la confidentialité de la gestion d’une situation dans le secret d’un cabinet (Israel, op cit.) répond la publicisation et la prise à témoin du plus grand nombre.

La force de la publicisation

  • 16 Patrick Hassenteufel, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes (...)

20L’objectif est donc de publiciser pour mieux négocier avec les services sociaux. La supposée inversion ou le rééquilibrage du rapport de domination qu’entretiennent usager et administration aurait pour conséquence de limiter l’arbitraire de la gestion individualisée. Cette publicisation a également pour objectif de faire pression en produisant, grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, un effet grossissant et une « triangulation des rapports sociaux » (Garapon, 1994). Par ailleurs, ces innovations militantes peuvent être comprises comme processus de « désingularisation » à savoir d’une montée en généralité qui permette une forme de publicisation, et ce dans l’optique d’influer sur la mise sur agenda par exemple16 et ainsi de repartager l’espace des décisions. Selon les auteurs de « La dénonciation » (Boltanski et al., 1984), il faut montrer que le plaignant ne défend pas uniquement son cas, mais s’érige au nom d’un collectif contre une injustice faite à ce collectif. En l’occurrence, dans le cas des parents d’enfants placés, c’est la condition de parents qui est visée, potentiellement universelle et de ce fait susceptible, si cette identité est niée ou entravée, de rallier tous les suffrages en vue de défendre la cause « des » parents (De Blic, 2000).

Défection, prise de parole, loyalisme : quels effets sur les pratiques professionnelles ?

  • 17 Enquête par entretiens semi directifs
  • 18 Enquête par questionnaire et comportant des questions ouvertes mise en œuvre par l’Equipe de reche (...)

21Nous allons considérer deux formes de discours : celle des parents pris individuellement puis celle des porte-paroles. Ces propos ont été recueillis dans le cadre de trois enquêtes distinctes, l’une menée dans le Val d’Oise en 2008 auprès de quinze parents d’enfants placés17 et de professionnels de la protection de l’enfance (cadres et intervenants), l’autre en Essonne en 2010 auprès de cent cinquante parents usagers de l’ASE18 et enfin la troisième auprès de cadres de l’ASE ainsi que de membres de trois associations de défense d’usagers de la protection de l’enfance. Les propos se distribuent nettement en trois catégories qui correspondent au triptyque de Hirschman : Défection, prise de parole et loyalisme.

Défection des parents et conséquences

22La défection peut brièvement être définie comme le fait de faire défaut, de ne plus souhaiter prendre part à une organisation ou de se retirer d’un marché. Elle peut avoir entre autres fonctions celle d’être un instrument de redressement d’une situation. Par exemple, faire massivement défaut dans le cas de l’achat d’un produit peut conduire à une salutaire prise de conscience des fournisseurs qui tenteront, en vue de récupérer leur clientèle, d’améliorer leur produit. Cependant, nous voyons que la configuration en protection de l’enfance est loin d’être similaire. Si certes, il s’agit d’une prestation de service, cette dernière peut se produire sans l’accord des intéressés. Cette idée est très nettement exprimée par les parents disqualifiés qui se sont entendu dire :

  • 19 Enquête de 2010 en Essonne. On ne dispose d’aucun talon sociologique pour cet entretien.

« Si vous étiez capable d’éduquer votre enfant, il serait pas chez nous. »19

23Cependant, faire défection ici ne s’apparenterait pas au souhait d’améliorer les prestations mais bien au contraire confirmerait la supposée incapacité des parents à faire face. Ce ne serait donc pas un instrument de redressement mais bien plutôt de confirmation en leur défaveur.

24Néanmoins, la menace de la défection paraît parfois aux parents être une issue envisageable. Une mère enquêtée brandit cette idée comme une possible réponse à sa détresse :

  • 20 Femme – 49 ans – mère – certificat de fin d’étude obtenu au Cameroun – employée de restauration – (...)

« Je lui ai dit simplement (à la référente de son enfant) que si tu as besoin de confisquer mon enfant, un jour je vais tourner le dos complètement, je vais dire : Prends ! Cadeau ! et puis moi, je pars ailleurs, même peut-être je quitte la France, je te laisse avec le gosse. Vas-y ! Prends. Tu as voulu arracher avec la force de l’État. Prends ! Ca va arriver, hein ! Je ne veux pas souffrir la torture du malheur »20.

Prise de parole des parents

25Il semble en être de même pour la prise de parole. Cette dernière est « une notion beaucoup moins nette qui admet une multitude de degrés, du ronchonnement à peine perceptible à la récrimination violente. Elle repose sur la formulation de critiques expresses (…) Elle est directe plutôt qu’indirecte. La prise de parole, c’est l’action politique par excellence » (Albert O. Hirschman, 1995, p. 33). Et parce qu’elle est directe et potentiellement incontrôlable, elle fait craindre aux professionnels, lorsque cette prise de parole se manifeste dans les services, des troubles à l’ordre public. Ces derniers risquent de devenir, comme dans le cadre de la défection, des arguments supplémentaires en faveur du placement et entretiennent la désignation subie. Une mère de famille exprime très clairement cette nécessité de se taire sous peine d’aggraver son cas :

  • 21 Femme - 35 ans - mère - CAP - divorcée - 2 enfants - toutes placées

« J’ai le droit de fermer ma gueule (…) je ramenais trop ma gueule et (…) je leur faisais peur, ils avaient peur de moi, c’est tout ce que je sais. »21

26Cela semble être une opinion partagée par les usagers : prendre la parole c’est s’exposer, comme l’affirme une autre bénéficiaire :

  • 22 Femme - 43 ans - mère - BTS édition - en concubinage - 4 enfants

« je ne saurai pas à qui demander (…) Déjà, j’ai l’impression que tout le monde est braqué contre moi alors si c’est pour en rajouter, c’est pas la peine non plus. »22

27De manière générale, pour ces parents, adhérer c’est obéir servilement à l’arbitraire. Mais devant le rapport de force qui semble incommensurable à certains, le loyalisme reste une voie moins douloureuse et, espèrent-ils, payante.

Le loyalisme des parents

28Le loyalisme apparaît alors comme la mise en œuvre d’un pragmatisme désabusé ou d’une tentative de conserver les attributs de la parenté :

  • 23 Femme - 45 ans - mère - niveau 6e - célibataire - 3 enfants, aînée placée

« je veux me rendre utile, c’est tout. C’est-à-dire à l’école, s’il y a des fournitures à payer, eux ils payent une partie, moi je paie une partie. La nourriture c’est normal, ce que je peux amener, j’amène (…) au moins ça m’occupe, voilà. »23.

29D’autres parents se résolvent au loyalisme par crainte :

  • 24 idem

« moi je suis restée en fait dans la peur, dans la peur, parce que je me suis dit peut-être que si je… refusais ce qu’ils me disaient de faire (…) en fait j’avais plutôt peur qu’ils m’arrachent ma fille en même temps. Donc, quand ils me disaient quelque chose, je disais « pas de problème » »24

30On constate donc qu’à chacune des catégories empruntées à Hirschman correspond une forme de mobilisation : « par défaut », dans le cadre de la défection, « publique et visible » dans le cadre de la prise de parole et enfin une mobilisation de soi et des compétences jugées bonnes par les institutions dans le cadre du loyalisme.

Prise de parole des associations

  • 25 Les noms et prénoms des enquêtés ont été modifiés

31Cette prise de parole est d’un tout autre ordre. Elle est confortée par le crédit qu’accordent le nombre et la cohésion, donc par le fait de pouvoir dire « nous ». Michel25, membre d’une association qui œuvre depuis plus de dix ans en faveur des parents d’enfants placés l’affirme :

« quand je vous parle, je vous parle au pluriel. Je vous parle au nom de pas mal d’assos. (…) donc je peux me permettre de vous dire ça. »

  • 26 Présidente de l’association Le Fil d’Ariane qui nous a permis de la nommer expressément

32Par ailleurs, le sentiment d’appartenir à un collectif fort se confirme aussi dans le cas d’une association menée par un leader charismatique. Catherine Gadot26, en l’occurrence, nous informe qu’elle rencontre deux types d’usagers : ceux « qui mettent une croix, une grosse croix sur ce passé et qui vont vers le présent et l’avenir (…). Et puis, d’autres parents qui eux ont la rage (qui) ont envie d’aider d’autres parents parce qu’ils se sont tellement fait spolier, maltraiter qu’ils n’ont pas envie que d’autres parents subissent ce que eux ils ont subi. »

33Le triptyque d’Hirschman prend une tout autre consistance pour les associations, dont la position dans le rapport de domination est bien différente. Si dans le cas des parents la défection peut prendre la forme d’un désintérêt plus ou moins marqué mais jamais d’un retrait franc, la défection d’une association, elle, serait totalement paradoxale et inattendue. Sa mission de porte-parole et de défenseur ne lui permet pas de faire défaut. Et cette impossible défection rend la prise de parole encore plus massive :

« Lorsque la défection est rendue impossible, la prise de parole est la seule voie ouverte aux clients ou aux membres mécontents. C’est généralement le cas dans les cellules sociales fondamentales que sont la famille, l’État, l’Eglise. (…) pour un ‘ potentiel de réaction ‘ donné, le volume de la prise de parole s’accroît avec l’inélasticité de la demande ou l’impossibilité de faire défection. Dans ces perspectives, le rôle de la prise de parole augmente en proportion inverse des possibilités de faire défection jusqu’au point où, la défection étant devenue totalement impossible, la parole doit assumer seule la tâche de signaler leurs défaillances aux instances dirigeantes » (Albert O. Hirschman, 1995, p. 55).

34La prise de parole peut être de deux types : réactive et défensive ou réflexive et constructive. Dans le premier cas, les réactions et la défense prennent la forme d’une action collective forte et parfois in situ dans les locaux de la protection de l’enfance. Catherine Gadot et François, cadre à l’ASE d’un département francilien, gardent tous deux, mais chacun dans deux positions différentes, le souvenir d’une intervention mouvementée : par solidarité avec une mère dont l’enfant était placé, des parents se sont introduits dans les locaux et ont déposé devant le bureau de l’inspecteur chargé de la situation, un sapin de Noël orné de tracts et de pancartes sur lesquels on lisait des dates suivies de « 1er Noël sans toi, mon enfant », « 2e Noël sans toi, mon enfant », et ainsi de suite. Cependant, la présidente de l’association insiste, l’organisation de cette manifestation n’était pas de son fait : « c’est leur truc à eux (aux parents), pas le mien ».

« Quelquefois, ça leur arrive de se mettre en groupe, mais maintenant, maintenant ils font ce qu’ils veulent. (…) moi je m’engage pas, j’engage pas toutes les familles que nous aidons dans ce genre de choses. »

35En effet, la présidente sait combien ce genre de manifestation ne facilite pas le dialogue avec les professionnels :

« Ca les braque. Vous savez les professionnels dès qu’on les touche, alors là c’est la sanction, c’est la sanction pour les parents donc automatiquement la sanction pour les enfants. »

36Le répertoire des actions collectives de ces usagers comportent dorénavant des outils moins « exposants ». Internet en fait partie. En effet, il permet de maîtriser la fugacité des informations et la possibilité de prendre la parole sans en subir les conséquences. François se souvient de la publication sur un blog d’une attaque nominative à l’encontre d’un professionnel. Aucune plainte n’a pu être déposée en raison de la rapide disparition de l’outrage.

37La circulation de l’information constitue un des atouts majeurs du web : pour Catherine Gadot « Il y a des petits villages, (…), des parents dont les enfants ont été accueillis à la protection de l’enfance. Autour d’eux, ils n’ont aucune association de ce genre, donc s’ils ont l’outil de l’ordinateur et de l’Internet effectivement ils peuvent faire des recherches et c’est formidable pour eux. » Il devient possible de rompre l’isolement géographique et affectif pour mieux se défendre.

38Michel fournit un autre exemple du même acabit qui illustre une propriété de la prise de parole réactive et défensive :

« une maman à Paris, (…) en grande difficulté de locomotion (…). Bon là-dessus lui tombe une catastrophe : une opération du sein. (…) Et le jour où elle a été convoquée (…) pour se faire opérer, elle était le même jour convoquée brutalement par l’intermédiaire d’une assistante sociale (…) au tribunal pour se faire retirer son enfant, sa petite fille. L’horreur, la barbarie, l’horreur. Aussitôt, le site ! Nous avons fait un article qui n’a pas été tendre parce que notre colère était grande. »

39Rompre l’isolement prend en l’occurrence la forme d’une prise de parole :

« Alors l’intérêt du site, là je vous le dis franchement, et on a plusieurs constats de ce type, c’est que ça se sait. Le site est lu, ça finit par arriver sans doute aux oreilles de gens qui ont pris de telles décisions et ça les pousse très certainement à revoir un peu leurs copies et agir avec un peu plus d’humanité. Et dans le cas présent, il semblerait que ce soit le cas. »

40La prise de parole est ici un instrument de redressement d’une situation. De plus, cette publicisation semble avoir permis non seulement de rectifier « l’injustice » du placement mais également d’offrir de meilleures conditions de vie à cette famille puisqu’un appartement plus grand aurait été proposé à la suite de cette médiatisation. Par ailleurs, Internet renforce la solidarité des usagers en permettant la tenue de réunions virtuelles via le tchat ou d’échanges informels sur les forums. La régularité des réunions virtuelles du Fil d’Ariane permet de ritualiser et de maintenir la force des liens sans forcer la participation des adhérents. De plus, la simultanéité des réponses permet de résoudre les cas de crise ou de « coacher » en cas de rendez-vous rapide avec les services sociaux.

41L’autre type de prise de parole peut être qualifiée de réflexive et de constructive. Elle a lieu sur le plan politique, dans le cadre de l’élaboration des lois, des rapports ou de participation à des groupes de travail. La position de Michel est claire : il faut « agir sur les causes, c’est-à-dire auprès du législateur, donc démarches auprès de toutes les autorités compétentes ». Il « participe également à une action politique », l’objectif étant « si possible (de s’) immiscer ou (de s’) imposer dans des groupes de travail au ministère, comme les États Généraux de la Famille. Nous avons été une des deux associations qui a participé à l’atelier (…) sur les maltraitances, sur l’information signalante. Et là nous avons fourni, nous avons argumenté et nous avons donné notre rapport à nous. Voilà. (…) Sur le papier, nous ne représentons pas une force considérable mais nous sommes absolument convaincus que nos démarches portent leurs fruits néanmoins. Je vous donne un exemple, le dernier rapport de la Défenseure des enfants Mme Versini qui a été porté au président de la république hier ou avant hier, porte justement sur l’un des points que nous avons largement débattu, souligné et pour lequel nous avons fait un additif important à notre rapport aux États Généraux de la Famille, il s’agit des placements pour précarité. Et ça, ça a été l’un des points phares de son rapport de cette année, ce qui veut dire que, je pense, nous secouons un peu le cocotier (…) ».

42Pour Michel, l’apport d’Internet est considérable :

« La première raison, c’est que (…) le site permet d’avoir des contacts plus faciles avec les autres associations. C’est par Internet que j’ai reçu l’invitation pour le colloque de samedi prochain. Donc le site permet de communiquer. Et il permet de recenser de multiples cas, c’est-à-dire qu’avant on pressentait les dysfonctionnements à partir de quelques cas locaux, il y a plus de dix ans. À l’heure actuelle, nous avons des cas qui nous viennent de la France entière. (…) Notre site est modeste mais il est quand même vu par 3000 visiteurs par mois, dont un tiers à l’étranger, les Français de l’étranger. »

43Prendre la parole face à l’immobilité des professionnels apparaît comme l’ultime moyen de combattre, « des idéologies complètement désuètes » qu’ils continuent à perpétrer car « ils ont été conditionnés », affirme Michel. Prendre la parole revient à combattre « l’autisme de ces gens-là ». En effet, les associations enquêtées, leurs membres ou leur président, ont une parfaite connaissance des rouages des administrations et du rôle des professionnels. Ceci permet de court-circuiter un professionnel récalcitrant ou encore permet de savoir ce qu’il est permis d’espérer en matière d’amélioration des processus de décision. L’exemple de Catherine Gadot est éloquent : devant un éducateur rétif au dialogue « on va voir les supérieurs, hein quand on voit vraiment que ça bouge pas. Et là ça bouge après. »

44Par ailleurs, la situation du « juge des enfants » décrite par Michel donne une idée de la juste imputation de la responsabilité selon lui. « Il a bien du mal, ce pauvre JE, juge des enfants, à trier, et pour cause, il a 70 dossiers sur son bureau, donc (…) il fait faire des enquêtes et il dépêche des travailleurs sociaux et il va demander à des experts psychiatres de se prononcer. »

45Le loyalisme, quant à lui, permet de « jouer le jeu de l’institution » en essayant d’en tirer un avantage concret ou symbolique. Catherine Gadot a déjà accueilli des éducateurs stagiaires dans ses locaux et leur a même parfois fourni un emploi à l’ASE grâce à son réseau. L’objectif est de contribuer à la formation des professionnels en les sensibilisant aux expériences vécues des parents : « on les emmène avec nous quand on fait des entretiens avec les parents et les professionnels (…) et moi j’ai des jeunes qui m’ont dit : « jamais je me permettrai de travailler comme ça ».

46Par ailleurs, Catherine Gadot a participé à des groupes de travail. Accepter cette invitation se rapproche du loyalisme : « j’ai été invitée au ministère plusieurs fois pour travailler avec eux. J’ai participé à la réforme de 2007, j’ai participé à plein de choses ». Saisir cette opportunité pour proposer des changements concrets s’apparente à une prise de position « constructive ».

47Cependant il serait faux d’affirmer que, sans action associative, les conseils généraux n’offriraient pas d’outils de facilitation du dialogue avec les usagers. Ces outils existent mais quelles en sont les conditions d’appropriation pour les bénéficiaires ? Un département francilien a notamment activé une adresse mail à destination des parents d’enfants placés. Cependant, elle est détournée de son objectif premier : au lieu de recueillir leurs doléances, ce sont des publicités et des candidatures d’assistants familiaux que l’on retrouve. Pour François, ce phénomène est « un bon indicateur de la difficulté qu’ont les parents à se mobiliser (…) les parents ne savent pas faire ça (…), ils sont démunis, ils sont désarmés face à l’ASE (…). Et un parent qui volontairement a fait appel à l’ASE peut s’en mordre les doigts facilement et se trouver en détresse (…) Voilà… qu’ils soient de mauvais parents, des parents perdus, la relation avec l’ASE est plutôt déprimante ».

48Néanmoins, la réalité des relations entre services publics et collectifs d’usagers étant souvent bien plus complexe, on assiste parfois à des mixtes de loyalisme et de prise de parole. Lorsque les deux entités se retrouvent dans un objet de lutte commun, une coopération est envisageable, comme ce fut le cas lors des pétitions contre la réforme de 2007. « On n'est pas toujours les ennemis » conclut François.

Conclusion

49Renégocier les rôles et repartager l’espace des décisions, inverser le rapport de domination semblent être les objectifs que les associations de défense des parents d’enfants placés se proposent d’atteindre, en essayant d’atténuer la force symbolique du Droit et de la Justice par la vindicte publique et la force du nombre. À cette fin, l’utilité et l’efficacité de la force collective et d’Internet dans la constitution de réseaux informés et solidaires, sont probantes. Pour autant, les effets sur les pratiques professionnelles sont variables. Si certes, les associations prennent au mot les professionnels qui réclament parfois une plus grande responsabilisation de la part des parents, il n’en demeure pas moins que ces pratiques directes qui brisent les cadres attendus de ces interactions, ne sont pas souvent appréciées par les services. Loin de faciliter le dialogue, ces mobilisations accentuent la défiance qu’ont les professionnels vis-à-vis de ces usagers. La responsabilisation ou la prise d’initiatives, valorisée dans un autre contexte, est en l’espèce traduite en « réactions incontrôlées », « brutalité » et peuvent aller jusqu’à conforter les décisions de placement. Au lieu de rééquilibrer les rapports, on observe parfois une polarisation plus accrue des positions.

50Par ailleurs, les formes de collaboration citées supra risquent d’être hypothéquées par des mobilisations trop franches. Le risque de perdre les acquis en terme de financement ou d’appui pour les associations est probable car, à mesure que s’intensifient leurs prises de parole, se radicalisent également les positions des intervenants de l’ASE, qui eux disposent d’une plus grande influence auprès des cadres des directions Enfance-Famille. Ainsi, les prises de parole au moyen des nouvelles technologies fragilisent les relations institutionnelles pour les associations mais constituent néanmoins des prises de position nécessaires pour permettre de rallier à leur structure, afin de mieux les défendre, les usagers concernés.

Notes

1 Bien que la dénomination d’usager fasse débat, nous ne reviendrons pas au cours de ce texte sur l’usage à bon ou mauvais escient de cette qualification. Nous utiliserons de manière équivalente les termes d’usager et de bénéficiaire.

2 Loi n° 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions.

3 Toutefois, avant la décentralisation, certains textes portaient la marque d’une volonté d’amélioration des rapports, notamment la loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public.

4 Cependant la loi de 2002 est une réforme de celle de 1975 relative aux institutions sociales et médico-sociales qui marquait déjà cette volonté de modifier les pratiques professionnelles et les relations avec les usagers. Cf. notamment l’article 14.

5 Pascaline Chamboncel Saligues et Anne Oui, « Des dispositifs réformés par la loi du 5 mars 2007, clarification des circuits et diversifications des services », p. 95.

6 Enquête menée par l’Equipe de recherche sur les inégalités sociales du Centre Maurice Halbwachs auprès de parents d’enfants accueillis. Passation de 150 questionnaires comportant des questions ouvertes relatives aux relations entre usagers et services de l’ASE.

7 Résultats de l’enquête de 2010 précédemment citée et d’une enquête conduite dans le Val d’Oise en 2008 par entretiens semi-directifs auprès de 15 parents d’enfants accueillis pour la première fois lors du dernier trimestre 2007.

8 Loi n° 2007-293

9 Ce qui fait considérablement varier la nature de l’objectif recherché même s’il est souvent induit qu’obtenir pour soi fera jurisprudence.

10 Une reconnaissance qui peut prendre la forme de subventions et de participation à divers comités

11 Rendue possible par la présence, notamment au moyen d’antennes départementales, des associations de défense des parents d’enfants placés.

12 Dans le sens de « à l’aide d’un intermédiaire »

13 « Endocratie » est un terme créé par S. Bonnet (1972)

14 La citation suivante figure sur un site internet « la main qui paie est celle qui dirige »

15 Je reprends ici dans un autre sens l’expression de Gérard Noiriel, historien, spécialiste des questions d’immigration en France.

16 Patrick Hassenteufel, « Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics », Informations sociales, n° 157.

17 Enquête par entretiens semi directifs

18 Enquête par questionnaire et comportant des questions ouvertes mise en œuvre par l’Equipe de recherche sur les inégalités sociales

19 Enquête de 2010 en Essonne. On ne dispose d’aucun talon sociologique pour cet entretien.

20 Femme – 49 ans – mère – certificat de fin d’étude obtenu au Cameroun – employée de restauration – divorcée

21 Femme - 35 ans - mère - CAP - divorcée - 2 enfants - toutes placées

22 Femme - 43 ans - mère - BTS édition - en concubinage - 4 enfants

23 Femme - 45 ans - mère - niveau 6e - célibataire - 3 enfants, aînée placée

24 idem

25 Les noms et prénoms des enquêtés ont été modifiés

26 Présidente de l’association Le Fil d’Ariane qui nous a permis de la nommer expressément

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search