Version classiqueVersion mobile

Culture ouvrière – Arbeiterkultur

 | 
Dominique Herbet

Préface

Dominique Herbet

Texte intégral

  • 1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classe (...)

1En janvier 2010, la Fondation Friedrich Ebert a organisé un symposium sur les perspectives offertes par les évolutions récentes de l’historiographie dans le domaine de l’histoire des ouvriers et des mouvements ouvriers ; l’un des turns évoqués était l’approche transnationale. En filigrane transparaît la question même de l’existence d’une classe ouvrière à partir des années soixante-dix et jusqu’au XXIe siècle dans les pays industrialisés, et notamment en République fédérale. En effet, dans les années cinquante, Helmut Schelsky a développé le concept de « société nivelée de classes moyennes » et de nombreux observateurs soulignent depuis le manque de visibilité de la classe ouvrière en parallèle avec le recul de l’emploi industriel1. Mais en lien avec l’évolution du marché du travail et des politiques sociales, historiens et sociologues portent actuellement un regard critique sur ces thèses. Le 43e congrès de l’Association des germanistes de l’enseignement supérieur invitait les chercheurs français et allemands à se pencher sur le concept de culture ouvrière/Arbeiterkultur, qui fut partie inhérente de l’essor du mouvement ouvrier, et également sur les évolutions ou ruptures enregistrées depuis la fin du XIXe siècle et sur sa validité actuelle. Cette question trouvait une résonance particulière dans la région Nord-Pas-de-Calais, marquée par les conversions industrielles qu’elle a dû initier en direction du secteur tertiaire et des nouvelles technologies, et les conférences inaugurales, ainsi que certaines contributions, ont donc privilégié une approche comparatiste avec la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

2La culture ouvrière doit d’abord être envisagée comme une culture faite par des ouvriers pour des ouvriers. Le terme est alors associé à la conquête d’une identité, avec la revendication d’une culture spécifique, fondée sur des valeurs distinctes de celles de la culture bourgeoise ou élitiste : solidarité, dignité du travail productif, réhabilitation de l’expérience du corps dans le travail. Ceci n’exclut nullement les tentatives d’éducation de la classe ouvrière par la bourgeoisie, dans la ligne du paternalisme bourgeois, et souvent d’origine patronale.

  • 2 Klaus Tenfelde, „ Überholt von der demokratischen Massengesellschaft. Vom Ende und Erbe der Arbeite (...)

3Toutefois, la notion de culture ouvrière a évolué en fonction des mutations économiques, sociales, politiques et culturelles. Les mutations des catégories socioprofessionnelles, en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale ont engendré une modification du sens des termes de Arbeit et Arbeiter, remettant en cause la notion même de classe ouvrière et d’Arbeiterkultur2. Les ouvriers seraient plus attirés par une culture populaire, qui leur permettrait de se fondre dans une société moins différenciée. Mais est-il pertinent de parler d’une culture ouvrière et, si tel est le cas, toutes les formes de culture ouvrière ont-elles tendance à disparaître ? Quels aspects ont perduré jusqu’au XXIe siècle ? Dans cette optique aussi, la perspective transnationale peut s’avérer particulièrement éclairante.

4De 1949 à 1989, l’État-SED fut l’État des travailleurs et des paysans : les ouvriers formaient la classe dominante et la mission dévolue à l’art consistait à prendre en compte la place déterminante de l’ouvrier au cœur de l’appareil productif pour justifier la ligne politique du parti. La voie définie par les conférences de Bitterfeld (1959 et 1964) d’un accès à la culture pour tous les travailleurs, mais aussi de leur implication dans le processus créatif s’y est maintenue jusqu’à l’unification : les notions d’écrivains-ouvriers ou de peintres-ouvriers symbolisaient-elles davantage qu’une politique volontariste ?

  • 3 Ralf Hoffroge, « Bericht über die internationale Tagung der Historiker der Arbeiterbewegung », http (...)

5Dans un passé récent, la préservation et la réhabilitation du patrimoine industriel s’inscrivirent dans le cadre du recul du mouvement ouvrier, mais comme le souligne Ralf Hoffroge, précisément à propos de l’histoire des ouvriers et du mouvement ouvrier, « se souvenir représente quelque chose d’actuel, une reconstruction du passé avec en arrière-plan des constellations culturelles actuelles et des rapports de force politiques »3. Cela justifie donc pleinement de s’interroger sur les pratiques culturelles : s’il semble avéré que la classe ouvrière ait perdu de sa visibilité, faut-il en déduire que la classe ouvrière n’existe plus et que la culture de masse puisse exclure toute persistance d’une culture ouvrière ?

6Plusieurs contributions font revivre l’âge d’or du mouvement ouvrier et du développement d’une culture ouvrière : A. Deffarges a montré que l’activité culturelle initiée par la social-démocratie allemande fut un axe majeur de l’organisation de la classe ouvrière de 1878 à 1890. A-M. Corbin et J. Doll ont présenté l’exemple de l’austromarxisme et la politique éducative de la municipalité de Vienne. S’appuyant sur les travaux des théoriciens, J. Dietzgen et W. Benjamin, F. Willmann et C. Schmider ont analysé certains fondements idéologiques du mouvement ouvrier. L’analyse comparée entre la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et le Nord-Pas-de-Calais a structuré la conférence inaugurale de Rachel Genvo, qui portait sur « Pertinence, enjeux et limites d’une étude comparée des cultures ouvrières des bassins miniers ». R. Genvo a ainsi situé la culture ouvrière dans un « espace vécu et construit », les ouvriers devenant « des acteurs » de ce « milieu » spécifique, au sein de microstructures, à l’échelle d’une communauté, ce que O. Hanse a aussi explicité autour du phénomène de la culture rythmique et la danse. La perspective macro-historique intervenant néanmoins.

7La création de la RDA s’inscrivait dans la tradition du mouvement ouvrier, mais le dogme de la dictature du prolétariat contredisait la notion même de culture, surtout dans son sens de création : R. Bernhardt a présenté la « philosophie » de l’expérience des cercles d’ouvriers écrivant (Schreibende Arbeiter) à Halle et dans l’ensemble de la RDA. Il a livré dans sa conférence une vision très positive d’un mouvement, dont il justifie l’importance sur le plan humain, ainsi que par le fait qu’il a des ramifications jusqu’à nos jours, par exemple à Berlin. À l’aune d’exemples d’auteurs reconnus, C. Hähnel et B. Terrisse ont toutefois porté un regard plus critique sur le statut de l’écrivain-ouvrier à travers les vies et œuvres de W. Bräunig et W. Hilbig. P. Neau a également illustré, avec l’évolution du groupe Die Fähre, le conflit entre artistes et fonctionnaires du SED, conflit précisément engendré par une réelle prise en compte par l’art des réalités de la condition ouvrière dans l’État-RDA. H. Yèche a montré comment la musique populaire était aussi au service de l’idéologie du régime, qui a successivement combattu l’influence du jazz, puis du rock sur la jeunesse. À l’inverse, A-M. Pailhès a présenté la pratique des jardins ouvriers en RDA et dans les nouveaux Länder, en étayant l’idée d’une certaine continuité de la tradition ouvrière, avant et après l’unification : un fil rouge vers la quatrième partie de cet ouvrage.

8La RDA n’avait pas le monopole de la culture ouvrière : elle occupe une place centrale dans la littérature ouest-allemande, qu’il s’agisse du théâtre des XXe et XXIe siècles, comme l’ont montré F. Gabaude, A. Le Berre et G. Thiériot avec, respectivement, la réception de H. Sachs, les pièces de Ö. von Horvàth et du théâtre postdramatique, ou qu’il s’agisse de littérature à l’exemple du « Groupe 61 » ou de F. Biondi, avec le thème émergent dans la seconde moitié du XXe siècle de l’intégration des travailleurs immigrés (resp. A. Strasser et M. Dufresne).

9U. Bitzegeio, invitée de la table ronde, a précisé le concept de culture ouvrière, faisant un bilan de la recherche et prenant ses distances par rapport à cette notion, à laquelle elle préfère celle de culture du mouvement ouvrier. Elle a souligné que la classe ouvrière existe toujours, malgré l’avènement d’une culture de masse ou plus exactement une massification de la culture. Dans la perspective d’une rupture induite par le miracle économique, H. Miard-Delacroix s’est penchée sur l’évolution du niveau de vie en République fédérale entre 1950 et 1970, et a étayé la thèse d’une classe moyenne nivelée. M. Deshaies a insisté sur les difficultés de la reconversion industrielle et de la réhabilitation des friches industrielles en France et en Allemagne, avec le passage à un nouveau stade, celui de la mémoire de la culture du mouvement ouvrier, une phase ultérieure de l’évolution.

10Toutefois, à l’instar d’une langue commune, qui est un des éléments essentiels fondant le sentiment d’appartenance à une nation, la persistance d’un langage commun dans le discours revendicatif d’ouvriers français et allemands, au XXIe siècle, permet d’établir l’existence d’une identité ouvrière, l’identité de la classe ouvrière, jusqu’à nos jours, ce qu’ont démontré N. Dittmar et C. Granget. Enfin, J. Sellier s’est interrogé sur l’aptitude des organisations ouvrières à intégrer les travailleurs immigrés, que ce soit en France ou en Allemagne : un problème qui a eu et a encore des conséquences sur l’hétérogénéité du concept de classe ouvrière et de culture ouvrière.

11L’ensemble des contributions constitue un apport à l’écriture de l’histoire culturelle du XIXe siècle à nos jours, avec sa dimension transnationale, et met en évidence une tradition et ses évolutions.

12En outre, le congrès de l’AGES comportait un axe méthodologique qui a permis à de jeunes doctorants, de se rencontrer autour d’une table ronde, d’échanger sur leurs pratiques de recherche et de se faire connaître au sein de la germanistique française : les interventions d’E. Lanoë, B. Jallerat, A. Mareuge, J. Sellier, B. Terrisse et E. Vayssière ont porté sur le croisement des disciplines et des méthodes pour une thèse en études germaniques et sont regroupées dans la cinquième partie.

Notes

1 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2003.

2 Klaus Tenfelde, „ Überholt von der demokratischen Massengesellschaft. Vom Ende und Erbe der Arbeiterkultur“, in : Susanne Miller, Malte Ristau, Gesellschaftlicher Wandel. Soziale Demokratie. 125 Jahre SPD. Historische Erfahrungen, Gegenwartsfragen, Zukunftskonzepte. Forum der historischen Kommission 3. Und 4. März 1988, Köln, 1988, S. 155-172.

3 Ralf Hoffroge, « Bericht über die internationale Tagung der Historiker der Arbeiterbewegung », http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/tagungsberichte/id=3339.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search