Version classiqueVersion mobile

Eekhoud le rauque

 | 
Mirande Lucien

– I – Bibliographie de Georges Eekhoud

Texte intégral

1.— Œuvres de Georges Eekhoud

Georges Eekhoud a fait l’objet d’une Notice Bibliographique dans deux bibliographies générales autorisées :

Culot Jean-Marie, Fayt René, Prins Colette, Warmoes Jean, Bibliographie des écrivains français de Belgique (1881-1960), t. 2, Bruxelles, Palais de Académies, 1966.

Talvaert Henri et Place Jean, Bibliographie des auteurs modernes de langue française (1801-1934), t. 5, 1935, pp. 173-184.

a) Le Journal

Il a été acheté par la Bibliothèque Royale, en juin 1972, à la librairie Van Loock, 51 rue Royale à Bruxelles.

Monsieur Van Loock tenait ce Journal de Monsieur Alphonse Goethals, d’Anvers, neveu et héritier de Georges Eekhoud.

Le prix proposé à la Bibliothèque Royale, dans une lettre du 21.2.72, pour le Journal et une partie de la bibliothèque d’Eekhoud s’élevait à 600 000 FB. (Inventaire de cette bibliothèque et lettre : cote ML 2971.)

L’ensemble dénommé « Journal de Georges Eekhoud » est constitué de 8 dossiers cartonnés, fermés par des cordons, contenant au total 29 cahiers. Chaque cahier est glissé dans une enveloppe sur laquelle figurent quelques inscriptions de la main de G. Eekhoud. Sur les deux dernières, les inscriptions sont d’une autre main. [D’après M. Van Look, il s’agit de celle d’Alphonse Goethals].

Les 19 premiers cahiers sont, soit des petits cahiers à couverture de toile noire, soit des cahiers cartonnés à couverture marbrée de 200 ou de 300 pages. De nombreuses pages manquent, surtout dans les premiers cahiers. Certaines ont été enlevées avant l’utilisation, d’autres déchirées après, ce qui provoque des ruptures dans le texte.

Les dix premiers cahiers sont des cahiers qui ont été réutilisés après un premier usage. Au départ ils contenaient des poésies flamandes. Celles-ci étaient écrites sur la page de droite, une ligne sur deux. Eekhoud a écrit son journal sur la page de gauche restée libre, et même, à la fin, il a barré la ligne écrite sur la page de droite et utilisé la ligne intermédiaire disponible. L’ensemble devient, de ce fait, d’une lecture très difficile.

Le cahier n° 11 a un format un peu différent des autres : il est plus étroit.

Le cahier n° 28 est un journal de classe de l’École Normale.

Des titres et des indications de la main de l’auteur, au crayon rouge et bleu, visiblement postérieurs à la rédaction, jalonnent le Journal.

Le Journal commence le 1er janvier 1895, lorsque sont achevées les grandes œuvres de fiction, à l’exception de L’autre Vue, Les Libertins d’Anvers et Le Terroir incarné. Il se termine le 28 mai 1927, c’est à dire, très exactement la veille du jour de la mort de Georges Eekhoud. La partie la plus importante correspond à la période 1910-1920.

Le Journal dans son ensemble compte approximativement 5 000 pages.

On y trouve :

Des notes concernant la vie quotidienne.

Des notes concernant la collaboration à différentes revues belges ou françaises.

Des notes concernant cours et conférences faits dans différentes écoles.

La relation d’événements politiques ou de simples faits divers pouvant alimenter l’œuvre.

Des relations très nombreuses de promenades à Bruxelles ou à la campagne.

De nombreuses notes liées à la conception et à la rédaction de deux ouvrages : L’Autre Vue et Les Libertins d’Anvers.

Une description de la vie à Bruxelles pendant la guerre de 14-18 et des difficultés personnelles rencontrées pendant les deux années qui ont suivi.

Une réflexion sur la littérature belge, les deux langues nationales, les revendications flamandes.

Une comptabilité minutieuse, envahissante, obsessionnelle, qui montre à quel point les soucis d’argent furent constants.

Dans le cadre de mon DEA, j’ai réalisé une édition dactylographiée des années 1895-1905.

b) La correspondance

En 1993, j’ai publié les lettres de Georges Eekhoud à Sander Pierron, sous le titre Mon bien aimé petit Sander, Lille, Cahiers GKC. Ces lettres étaient conservées aux Archives et Musée de la vie flamande (AMVC) à Anvers. Depuis, grâce à l’amabilité de M. Ph. Muret, j’en ai retrouvé quelques autres, aux Archives générales du royaume, à Bruxelles, regroupées avec le fonds Ghislain.

Il reste, dans les archives de Bruxelles et d’Anvers de nombreuses lectures inédites adressées à Georges Eekhoud ou écrites par lui.

c) Les œuvres

Au siècle de Shakespeare, Bruxelles, Paul Lacomblez, 1893. Autre vue (L’), Paris, Mercure de France, 1904.

Préédition de « Trémelo » en revue, au Mercure de France en mai 1897 (n° 89).

Communions (Mes), Bruxelles, Kistemaeckers, 1895.

L’édition originale contient 16 contes : « L’Honneur de Luttérath », « La Petite Servante », « Climatérie », « Le Coq rouge », « La tentation de Minerve », « Des Angliers », « Burch Mitsu », « Chardonnerette », « La Dernière lettre du matelot », « Appol et Brouscard », « Une mauvaise rencontre », « Le Stryge », « Bellario », « Amis d’enfance », « Bernard Vital », « La n° 23 du Tramway jaune ».

Communions (Mes), Paris, Mercure de France, 1897.

Quatre contes de l’édition originale disparaissent : « Bellario », « Amis d’Enfance », « Le n° 23 du tramway jaune » et « Bernard Vital ». Trois nouveaux contes apparaissent : « Tante Marie », « Une partie sur l’eau », « Le Sublime escarpe ».

Cycle Patibulaire, Bruxelles, Kistemaeckers, 1892.

L’édition originale contient neuf contes : « Le Jardin », « Partialité », « Hiep-Houp », « Gentillie », « Communion nostalgique », « Croix processionnaires », « Le Moulin-Horloge », « Blanchelive... Blanchelivette ! », « Le Quadrille du lancier ».

Cycle Patibulaire, Paris, Mercure de France, 1896.

Cinq nouveaux contes s’ajoutent à l’édition de 1892 : « Au bord de la Durme », « Le Tribunal au Chauffoir », « Le Tatouage », « La Bonne Leçon », « Le Suicide par amour ».

Cycle Patibulaire, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1927.

Cycle Patibulaire, [Version de 1892] Bruxelles, coll. « Passé-Présent », Société d’édition Jacques Antoine, 1987.

Dance macabre du pont de Lucerne (La), Bruxelles, Librairie Deschenne, 1920.

Dernières Kermesses, Bruxelles, Editions de la soupente, 1920.

Escal-Vigor, Paris, Mercure de France, 1899.

Escal-Vigor, Paris, Persona, 1982.

Escal-Vigor, Paris, « Bibliothèque décadente », Séguier, 1996.

Faneuse d’Amour (La), Paris, Mercure de France, 1900.

[Nouveau titre, même ouvrage que Les Milices de Saint-François\.

Faneuse d’Amour (La), Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1926.

Fusillés de Malines (Les), Bruxelles, Paul Lacomblez, 1891.

Henri Conscience, Bruxelles, A.N. Lebègue, 1881.

Illustre Uraniste (Un) et autres textes, Lille, Cahiers GKC, 1996.

[Article de G. Eekhoud paru dans Jahrbuch für Sexuelle Zwischenstufen 2, 1900].

Imposteur magnanime (L’) Perkin Waebeck, Bruxelles, Impr. Ch. Bulens, 1902.

Kees Doorik, Scènes du Polder, Bruxelles, L. Hochesteyn, 1883.

Kees Doorik, [Édition définitive] Bruxelles, Kistemaeckers, 1886.

Kees Doorik, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1931.

Kermesses, Bruxelles, Kistemaeckers, 1884.

Contient 8 contes : « La Querelle des Bœufs et des Taureaux », « Ex Voto », « La Belette », (Kermesse grise) « La Pucelle d’Anvers », « Le pèlerinage de Diegem », « La Jambette de Kors Davie », « Marcus Tybout », (Kermesse rouge) « Les Quatre métiers de Stan Molderé », (Conte de Noël).

Kermesse, Paris-Genève, Slatkine, 1985.

Sous ce titre on a republié, en fait, un choix de nouvelles issues de Kermesses et de Nouvelles Kermesses.

Libertins d’Anvers (Les), Paris, Mercure de France, 1912.

Libertins d’Anvers (Les), Bruxelles, La Renaissance du livre, 1934.

Magrice en Flandre ou Le Buisson des mendiants, Bruxelles, Les Cinquante, 1927.

Magrice en Flandre ou Le Buisson des mendiants, Bruxelles-Paris, La Renaissance du livre, 1928.

Milices de Saint François (Les), Bruxelles, Vve Monnom, 1886.

Myrtes et Cyprès, Paris, Librairie des bibliophiles, 1877.

Nouvelle Carthage (La), [Edition originale] Bruxelles, Kistemaeckers, 1888.

Nouvelle Carthage (La), « Émigrants », « Contumace », Bruxelles, Kistemaeckers, 1889.

Nouvelle Carthage (La), « La Bourse », « Le Carnaval », « La Cartoucherie », Bruxelles, Monnom, 1891.

Nouvelle Carthage (La), Bruxelles, Paul Lacomblez, 1893.

[Édition définitive, enrichie de nombreux chapitres, publiés préalablement en deux ensembles. La fin est radicalement différente de celle imaginée en 1888].

Nouvelle Carthage (La), Paris, Mercure de France, 1914. [Version identique à l’édition de 1893].

Nouvelle Carthage (La), Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1926.

Nouvelle Carthage (La), [version de 1893], Paris-Genève, Slatkine, 1982.

Nouvelles Kermesses, Bruxelles, Vve Monnom, 1887.

Nouvelles Kermesses, Bruxelles, Lacomblez, 1894.

[Les deux éditions contiennent les mêmes contes, mais dans un ordre différent],

« Dimanche mauvais », « Les vachers du Meer », « Les Débonnaires »,

« Le Cœur de Tony Wandel », « La Fête de la SS. Pierre et Paul », « Bon pour le service », « Marinus », « La fin de Bats », « Mémorandum »,

« Clochettes de houblon », « Chez les Las d’Aller ».

Nouvelles Kermesses, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1929.

Peintres animaliers belges (Les), Bruxelles-Paris, 1911.

Pittoresques (Les), Paris, Librairie de bibliophiles, Jouaust, 1879.

Proses plastiques, Bruxelles, La renaissance du livre, 1929.

Quadrille du lancier (Le) et autres nouvelles, Lille, Cahiers GKC, 1992.

Contient : « Le Quadrille du lancier », « Le Sublime Escarpe », « Aux bords de la Durme », « Une Partie sur l’eau », « Partialité », « Les Vachers du Meer ».

Raymonne, Anvers, Mees, 1878.

Terroir incarné (Le), Bruxelles, Éditions de la revue d’Occident, 1923.

Terroir incarné (Le), Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1932.

Voyous de Velours ou L’Autre vue, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1926.

Voyous de Velours ou L’Autre vue, Bruxelles, Éditions Labor, coll. « Espace nord », 1991.

Zigzags poétiques, Paris, Librairie de bibliophiles, Jouaust, 1877.

d) Les traductions par Georges Eekhoud

1885 Traduit du néerlandais : Hoppe-Bellen-Fleurs d’Auguste Snieder, in La chronique des Beaux-Arts et de la Littérature, 1885.

1885 Traduit de l’italien : Extraits de La Lupa (Nouvelle extraite de Vita dei Campî) de Giovani VERGA, in La Jeune Belgique, IV, pp. 189-193, 18851.

1891 Traduit de l’italien : Cavalleria Rusticana de G. Verga, transformée en opéra et mise en musique par M. Mascagni, in La Jeune Belgique mai 1891.

1892 La Mort de l’évêque Nicolas. Les Prétendants à la couronne. Scènes traduites du chef-d’œuvre d’Ibsen, in La Jeune Belgique mars 92, mai 1892, juin 92 et Le Réveil, août 92, septembre 92. La traduction française a vraisemblablement été faite à partir d’une traduction de l’œuvre d’Ibsen en allemand. Dans la bibliothèque d’Eekhoud figure en effet l’ouvrage suivant : Ibsen Henrik, Die Kronprätendenten ; historisches Schauspiel in fünf Aufzügen ; traduit par M. von Borsch. Leipzig, P. Reclam, s.d. On con-sidère généralement que la première traduction en français des Kongsermerne de Ibsen est celle de J. Trigand-Geneste parue à Paris en 1893.

1893 Traduit de l’anglais : John Webster, La Duchesse de Malfi, Bruxelles, Éditions de La Société nouvelle, Vve Monnom, janvier 93, février 93, mars 93.

1895 Traduit de l’anglais : Francis Beaumont et John Fletcher, Philaster ou L’Amour qui saigne. Bruxelles, Éditions du Coq rouge, 1895.

1896 Traduit de l’anglais : Christophe Marlowe, Edouard II. Bruxelles, Éditions de La Société nouvelle, 1896.

1899 Dans le Journal inédit de Georges Eekhoud, en novembre, figure le début de la traduction du drame de Francis Beaumont et John Fletcher, The Maid’s tragedy (Melantius).

1899 Dans le Journal, en novembre, figurent des extraits de La Vida es Sueno de Calderon.

1899-1902 Traduit du néerlandais : Max Rooses, Les Peintres néerlandais du XIXe siècle. Anvers, Librairie néerlandaise ; Paris, Société française d’édition d’art, 1899-1902, 5 volumes.

1900 Traduit du néerlandais : Max Rooses, Cinquante chefs-d’œuvre de Antoine Van Dyck. Anvers, Librairie néerlandaise, 1900.

1905 Traduit du néerlandais : P. Buschmann, Jacques Jordaens et son œuvre, Bruxelles, G. Van Oest, 1905.

e) Les traductions d’œuvres de Georges Eekhoud

Traduction d’œuvres de Georges Eekhoud en Allemand

1893 Kees Doorik, Ein Vlämischer Sittenroman, [trad. de Tony Kellen], Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt.

1896 « Burch Mitsu » in Die Geselschaft, n° de sept. trad. d’Alfred Götze.

1897 « Hiep-Houp », Ein flämische Geschichte, in Die Geselschaft, 1897, trad. d’Alfred Götze. Trad. Albert Götze.

1898 Publication de La Nouvelle Carthage en feuilleton dans Unterhaltungblatt des Vorwärts. Trad. Alfred Götze. « Cette traduction est à peu près fidèle et se recommande de plus par son souci de couleur et d’élégance » [G. Eekhoud] « Rectifications », AML, 2970/12.

1900 « Tante Marie » in Die Geselschaft, trad. Rudolf Komadina.

1903 Escal-Vigor, Leipzig, M. Spohr, 1903. Trad. Richard Meienreis, La Nouvelle Carthage. Nouvelle traduction de Tony Kellen dans Reinische Wetfàlische Zeitung. « C’est le plus cavalier des tripatouillages. L’esprit, la tendance la portée, la sensibilité de l’œuvre y sont absolument dénaturés. Le roman y est réduit à une simple narration. Toutes les hardiesses en sont expurgées. Aussi des chapitres entiers parmi les plus importants et les plus caractéristiques, notamment vers la fin du livre ont été supprimés, de sorte que l’ouvrage ne représente plus que la moitié de l’original. Pour comble le traditore et non traduttore a poussé le sans gêne jusqu’à y aller d’un dénouement de sa farine et pour que l’histoire finît bien il célèbre dans un épilogue les noces de Bergmans et de Regina veuve de Béjard » [G. Eekhoud] « Rectifications ».

1906 « Une mauvaise rencontre » in Der Eigene. Traduction du Dr Meinenreis.

« Je constate avec vanité que c’est à peu près la meilleure chose de ce volume de grand luxe mais d’art plutôt inégal », Eekhoud, Journal, 5 janvier.

1907 « Le suicide par amour », in Der Eigene, traduction du Dr Meinenreis.

« Elle est excellente cette traduction » note Eekhoud dans son journal, le 11 janvier.

1915 La Nouvelle Carthage, in Düsseldorfer lokal Anzeiger. [Il s’agit de la traduction « tripatouillée » de Tony Kellen].

1917 Burch Mitsu, Eine Erzâhlungvon Georges Eekhoud. « Insel-Bücherei », Leipzig, Inselverlag. Trad. Jean-Paul von Ardeschah.

1917 Das Neue Karthago, « Bibliothek der Romane », Leipzig, Inselverlag, 1er juillet 1917. Nouvelle traduction de Tony Kellen, complètement remaniée.

1918 Kees Doorik « Insel-Bücherei », Leipzig, Inselverlag. Reprise de la traduction de Tony Kellen.

Traduction d’œuvres de Georges Eekhoud en néerlandais

1894 Antwerpen, Het Nieuw Carthago van Georges Eekhoud in Vooruit, 6 mars 1894-2 août 1894. Trad Ers Henrion. Sur un exemplaire conservé à Anvers on lit, de la main d’Eekhoud : « tripatouillé et trop résumé ».

1901 « Bernard Vital », Anvers, J.-B. Madou, 1901. Trad. Segher Rabauw, pseudonyme de Victor Resseler. Une version abrégée a été publiée la même année dans Ontwaking n° 22.

1902 Kees Doorik, publication en feuilleton dans Tyl Uilenspiegel. Traduction de Rafaël Verhulst.

1905 « In de Danskrot » [littéralement : Dans le taudis où l’on danse], Trad de Lode Baekelmans, R’danm Boogaerdt, 1905.

1905 « Heimweegemeensschap » [La Communion nostalgique] in Vrije Tribune, Mars 1905. Trad de Lode Baekelmans.

1906 « Tante Marie », trad. Segher Rabauw, Antwerpen, Kersouwken, 1906.

1907 Vertellingen [= contes] Rotterdam, M. Bogaerdt, 1907. [Récits extraits de Mes Communions, Le Cycle patibulaire, Nouvelles Kermesses, Kermesses]. Trad. Lode Baekelmans.

1919 Kees Doorik of een bloedig balf-vasten [ou une mi-carême sanglante], Amsterdam, Maatschappij voor een goede en goedkoope lectuur, « Wereldbibliothek ». Trad. August Peeters.

1924 Nieuw Cartago. Anvers, G. Janssens, 1924. (Trad. Auguste Peeters). G. Eekhoud a confié à August Peeters la traduction antérieure d’Henrion en lui disant que bien qu’incomplète cette traduction pouvait lui servir. Il lui a demandé de s’en tenir strictement au texte. (Lettre de G. Eekhoud à A. Peeters, 27. 2. 1920 conservée aux AML).

Styn Streuvels a aussi traduit « Le Coq rouge ».

1991 Bloedige Kermis [Kermesse sanglante] Antwerpen, Houte Kiet. Trad. Jan H. Mysjkin

Traduction d’œuvres de Georges Eekhoud en Anglais

1909 Escal-Vigor, Bruxelles, Gutenberg Press, 1909. Trad. Gantlet, [pseudonyme d’un traducteur-éditeur et bibliophile anglais],

1917 The New Carthago, New-York, Duffield, 1917. Trad. LLoyd R. Morris.

1930 Strange Love – xatre titre pour Escal-Vigor. New-York, Panurge Press, 1930 –, s.d. « Le coq rouge », Edimbourg, North British Advertiser and Ladies Journal. Trad. Mina C. Martin.

Traduction d’œuvres de Georges Eekhoud en Russe

1910-1912 Polnoe sobranie socinenij, [œuvres complètes] Moscou, Sovremennye problemy, 4 volumes Trad. de M. Veselovkoj.

1919-1920 Nouyj Karfagen, Petrograd, Goz. Izd., id. 1923. Trad. M. Ardenina

1925 Derevnja [= Récits], Moscou-Leningrad, Mosk Gosizdat, 1925. Trad. M. Veselovkoj

1929 Rasskazy [= récits], Moscou, Ogonëk, 1929. Trad. M. Gande

En tant que traductrice d’Escal- Vigor, Mme Vesselovsky a été condamnée à s’expliquer en Cour d’Assise.

Elle a finalement échappé à cette explication grâce à une loi d’amnistie générale. Le livre a cependant été interdit par la censure.

Dans le Fonds Eekhoud d’Anvers (cote E 147/D), on trouve des notes sur lesquelles Eekhoud a ajouté la mention : « Traduction littérale d’une étude sur moi parue dans le principal journal de Moscou. Le titre : Le Gorki belge. L’auteur Marie Vesselovsky ».

Traduction d’œuvres de Georges Eekhoud en roumain en Polonais et en Tchèque

1958 Noua Cartagina, Bucarest, Editura de stat, 1958. Trad. Sirgu, « L’Honneur perdu de Lutherath » in Chimera de Varsovie.

1899 Kees Doorik, Prague, J. Pelcl, Kr. Vinorady, 1899. Trad. A. Procházka, Georges Eekhoud, dans son Journal et dans « Rectifications » signale aussi la parution de : « La Bonne leçon » traduite en Jiddisch, dans les n° 4 et 5 de Die Freie Gesselschaft, New York. Et de : « La Petite servante » en Espéranto.

2.— Articles et ouvrages sur Georges Eekhoud

a) Parus avant 1900

Demolder Eugène, « Escal-Vigor », in L’Art Moderne, Bruxelles, 1889, p. 83.

Demolder Eugène, « Georges Eekhoud », in L’Art Moderne, 1897, pp. 417-418.

Demolder Eugène, « La Faneuse d’Amour », in L’Art Moderne, 1901, p. 151.

Demolder Eugène, « La Nouvelle Carthage », in La Jeune Belgique, 1891, pp. 219-221.

Fontainas André, « Georges Eekhoud », in Mercure de France, t. XIX, juillet 1896, pp. 49-54.

Gourmont Remy de, Le Livre des Masques, Paris, Mercure de France, 1896. Illustrations de Vallotton.

Lazare Bernard, Figures contemporaines, « Georges Eekhoud », pp. 195-203, Paris, Librairie Périn, 1895.

Pierron Sander, « Georges Eekhoud », in La Revue rouge, 1893, pp. 19-23.

Rachilde, « Georges Eekhoud : Le Cycle Patibulaire », « Chronique des livres », romans, in Mercure de France, t. XIX, juillet 1896, pp. 57-58.

b) Parus entre 1900 et 1927

Barthelemy E., « Les Libertins d’Anvers », in Mercure de France, 16 janv. 1913, pp. 371-374.

Bladel Maurice, L’Œuvre de Georges Eekhoud, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1922.

Gauchez Maurice, Le Livre des Masques belges, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1923, Illustrations de Franz Gailliard. Numéro Spécial consacré à Georges Eekhoud, La Société Nouvelle, Bruxelles, Décembre 1913.

Ruttiens Raoul, « Georges Eekhoud au pilori ». Conférence de combat, Le Geste. Action et critique. Numéro spécial, mars 1920.

c) Parus entre 1927 et 1945

Aron Paul, « Structures et significations idéologiques de l’œuvre romanesque de Georges Eekhoud », in Réseaux, n° 39-40, 1982.

Aron Paul, « Lecture » accompagnant la réédition de Georges Eekhoud : Voyous de Velours ou L’Autre vue, Bruxelles, Labor, coll. « Espace nord », 1991.

Basch Victor, « Georges Eekhoud » in Silhouettes inactuelles, Cahiers mensuels de littérature et d’Art, « Bibliothèque de l’Artistocratie », Paris, Librairie F. Piton, juin 1933, pp. 64-71.

berg Christian, « Le chemin de Damas de Georges Eekhoud », in Romanica Gandensia, 1969.

Black George William, The life and Works of Georges Eekhoud, University of Oregon thesis seris 10, 1930. [Contient une bibliographie détaillée],

d) Parus depuis 1945

Bourgeois Pierre, « Georges Eekhoud, le Gorki belge », in Marginales, n° 9- 10, janvier 1948, pp. 168-170.

Braet Herman, « Georges Eekhoud », in Nationaal biographische Wordenboek, t. VIII, 1979.

Delvigne Bob & Léo, « ‘Ik ben toch zoo innig blij dat u mijn vriend bent’ de brieven van Jacob Israël de Haan aan Georges Eekhoud », in De Revisor n° 9, juin 1982, pp. 61-72. [Contient l’ensemble des lettres retrouvées de Jacob Israël de Haan à Georges Eekhoud],

Detemmerman Jacques, « Le procès d’Escal-Vigor », Revue de l’Université de Bruxelles, 1984, pp. 141-169.

• « Eekhoud », Belgique 5. Lettres Françaises, in L’Encyclopédia Universalis.

Hanlet Camille, Les Ecrivains Belges Contemporains, Chap. IV, Les Romanciers d’inspiration flamande, « Georges Eekhoud », Liège, Dessain, pp. 262-267.

• « Hommage à Georges Eekhoud », numéro spécial de Pensée et Action, n° 22, juin 1947, Bruxelles, Paris. [Contient un choix d’articles anciens de Elskamp, Verhaeren, Lemonnier, Remy de Gourmont et un article de Hem Day intitulé « Pour éclairer l’histoire des lettres en Belgique »].

Hem Day, « Les idées sociales et philosophiques de Georges Eekhoud », in Pensée et Action, n° 23-24, Juillet-août 1947, pp. 1-11.

Juin Hubert, « Une lecture de l’Autre vue’ de Georges Eekhoud » in Regards sur les lettres françaises de Belgique, Bruxelles, A. De Rache, 1976.

Krains Hubert, Notice sur Georges Eekhoud, Extrait de l’Annuaire de l’Académie Royale de Langue et de Littérature française de Belgique, Liège, H. Vaillant-Carmann, 1929.

Lucien Mirande, « Un savoureux enfer », naissance d’un roman : Voyous de Velours ou L’Autre Vue de Georges Eekhoud, in Textyles, nov. 1991, pp. 301-314.

Lucien Mirande, « Georges Eekhoud », in Bulletin des amis d’André Gide, n° 97, janv. 1993, pp. 65-78.

Lucien Mirande, « Le Coq rouge, un boute-feu bruxellois », in La Revue des revues, n° 15, 1993, pp. 42-53.

Lucien Mirande, « Georges Eekhoud et le naturalisme Français », in Nord’ n° 28, fév. 1997.

Lucien Mirande, « Soudain à la lueur fumeuse de la lampe », in Nord’ n° 28, fév. 1997.

Rency Georges, Georges Eekhoud, l’Homme et l’œuvre. Essai de critique, Bruxelles, Office de publicité, 1942.

Rency Georges, Souvenirs de ma vie littéraire, Bruxelles, Librairie Vanderlinden, s.d.

Rency Georges, « Georges Eekhoud ». Lecture faite à la séance du 22 avril 1950, Bulletin de l’académie royale de langue et de littérature française de Belgique, 1950.

Van Nuffel Robert O.-J., « Georges Eekhoud », in Biographie nationale, t. XXV, Supplément, t. VII, 1970.

Van Welkenhuyzen Gustave, « Les Pittoresques de Georges Eekhoud », in Vocations littéraires, Genève, Paris, Droz, 1959.

Notes

1 On conserve un échange de lettres entre Eekhoud et Giovanni Verga. La première lettre, en français, est adressée par Eekhoud à Verga. Elle est datée de Bruxelles, 14 mai 1885 et est conservée à la Biblioteca Régionale de Catane. Elle a été reproduite, par les soins de Michel Gilles, dans Sicilia e Belgio specularita e intercultiralita. Palerme 1995, pp. 126-128. Eekhoud dit l’admiration que lui a inspiré La Lupa et Cavalleria rusticana. « C’est âpre, concis, dramatique, chaque détail, chaque mot porte », dit-il. Il demande l’autorisation de traduire des extraits des deux œuvres dans La Jeune Belgique. Verga lui répond une lettre en italien, datée de Milan, mai 1895 qui est conservée à Bruxelles aux AML, encarté dans Cavaleria Rusticana, Torino, Casanova editore, 1884. Il donne son accord pour la traduction.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search