Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

Les territoires de l'insertion : quelle mobilisation des acteurs locaux ?

« L’accompagnement » au carrefour de tensions entre logiques d'action : l’exemple des zones rurales

François Brun et Martin Thibault

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire prenant en compte l’individu statistique dûment responsabilisé dans sa contribution i (...)

1« Accompagnement » et même « accompagnement personnalisé » : maîtres mots qui tendent à redéfinir le travail, et in fine, pensons-nous, les professions, des nombreux agents investis d’un rôle d’« accompagnement » social et professionnel « personnalisé » auxquels est en réalité demandé, par une forme d’oxymore, un accompagnement individualisé1 de masse qui porte en lui une exigence quelque peu contradictoire et donc des tensions auxquelles sont également soumis agents et usagers. De fait, le principe de l’accompagnement personnalisé (qui suppose une approche compréhensive de la personne véritablement) entre en conflit avec une obligation de résultat liée au traitement de masse qui impose à la fois une approche comptable, une soumission au droit commun et une négociation, plus ou moins forcée avec le contexte de l’accompagnement (cadre institutionnel des actions, marché local de l’emploi, environnement social et culturel...).

2C’est ainsi que deux logiques d’action vont se rencontrer, parfois se heurter et en général négocier leur part respective dans la mise en œuvre des politiques d’accompagnement. Cet article se propose d’en rendre compte.

3Pour cela, nous nous intéressons autant aux publics concernés qu’aux professionnels et aux systèmes de contraintes auxquels les uns et les autres sont soumis. En exposant plus particulièrement les pratiques d’accompagnement dans les zones rurales, nous entendons faire valoir le contenu du travail des professionnels en le rapportant à la spécificité des publics qu’ils y rencontrent, mais aussi à l’évolution des dispositifs institutionnels.

  • 2 Il est finalement question de ce même type de tensions entre deux logiques dans l’article de Pierr (...)
  • 3 Ces deux logiques se retrouvent en partie dans les différents modes d'intervention soulignés par J (...)

4Car si nous nous appuyons ici sur une enquête (Brun, Defalvard, Thibault, 2008) menée sur trois territoires ruraux, nous souhaitons poser une problématique plus générale, certainement transposable dans les zones urbaines2, qui renvoie au déploiement simultané d’une « logique descendante » et d’une « logiques ascendante3 ».

5La logique descendante revient à penser en premier lieu le cadre législatif et réglementaire ainsi que les dispositifs dont l’application doit résoudre un certain nombre de problèmes recensés dans une approche globale. Le principe qui l’anime est celui du droit commun. Le souci affiché est d’éviter les dérogations aux règles tout en s’appuyant sur des dispositifs assez fins pour ne laisser, au bout du compte, personne en dehors du chemin. Il conviendra dès lors de voir comment il est effectivement possible de prendre en compte dans ce cadre les situations particulières, sans glisser, au nom de l’égalité des devoirs en pendant de l’égalité des droits, de l’accompagnement vers le contrôle.

6La logique ascendante prévaut au contraire, à partir du moment où on s’attache à répondre, dans leur diversité, à un ensemble de problématiques personnelles, rencontrées et identifiées au fil du travail quotidien et à trouver des solutions aussi adaptées que possible à chaque cas. La difficulté est, ce faisant, d’éviter de céder au clientélisme ou de se laisser porter par l’affectif. Il s’agit ensuite de dépasser la relation de service en se saisissant des outils mis à disposition par les politiques publiques.

7Dans la logique ascendante, c’est clairement la personne accompagnée, qui, en tant que sujet, est au cœur du processus alors que dans la logique descendante, elle tend à être davantage abordée en tant qu’individu statistique devenu objet et souvent ramené à une ou deux variables censées le caractériser.

8Il est clair que la tension entre les deux logiques n’oppose pas des agents ou des institutions, ni même des types d’institutions, mais traverse au contraire des personnes qui sont à la fois des travailleurs sociaux, des élus, des agents d’institution et des acteurs associatifs engagés dans des interactions avec des bénéficiaires.

9En mettant en valeur la tension entre ces deux logiques, nous pointerons des situations d’« entre-deux » du travail d’accompagnement, imposant, en situation, de constants arbitrages.

10Après avoir montré comment l’action des professionnels en charge « d’accompagnement » est largement déterminée par la diversité des problématiques et par le cadre institutionnel dans lequel s'exerce leur activité, nous porterons notre attention sur leurs pratiques, elles-mêmes situées au carrefour des différentes logiques d'action.

Une diversité de problématiques et des cadres institutionnels qui déterminent les pratiques

11La diversité des problématiques figure au premier rang des contraintes auxquelles est soumis le travail d’accompagnement. Sa reconnaissance relève de la logique ascendante. Elle ne peut cependant se faire indépendamment du cadre institutionnel qui lui superpose un autre type de contraintes, dont l’acceptation, au bénéfice des opportunités qu’il procure, s’exprime dans la logique descendante. La pratique de l’accompagnement impose au quotidien de satisfaire à l’une comme à l’autre. La diversité des problématiques est une donnée transversale à l’ensemble des territoires, même si elle peut se décliner diversement à quelques kilomètres de distance. Nous nous attachons simplement ici à souligner les formes qu’elle prend dans les zones rurales pour mettre en évidence les conditions spécifiques dans lesquelles s’y exerce le travail d’accompagnement.

Les publics

  • 4 On pourra à ce propos se référer à la notion de handicaps cumulatifs et multidimensionnels (Bihr, (...)

12Il faut d'abord noter que l’éloignement des centres urbains se conjugue en zone rurale avec les difficultés sociales pour rendre plus incertain l’accès aux droits4 : c’est ainsi qu’un certain nombre d’entre elles n’y touchent parfois aucune prestation.

13Ainsi, si les chiffres du chômage sont moins élevés dans les zones rurales que dans les centres urbains (selon l’enquête « Emploi 2003 », le taux de chômage ne s’y montait qu’à 6,8 % contre 9,8 % pour l’ensemble de la France), les observations de terrain incitent à relativiser ces données. Il convient d’observer que l’avantage apparent des zones rurales, en matière d’accès à l’emploi concerne surtout les hommes : on retrouve ainsi beaucoup de femmes de plus de 40 ans comme cibles des politiques d’accompagnement en zone rurale.

14Il faut aussi garder à l’esprit que l’une des spécificités des publics en zone rurale, ou tout au moins des plus vulnérables d’entre eux, réside, selon beaucoup d’acteurs de l’accompagnement, dans une méconnaissance particulière de leurs droits et des dispositifs institutionnels qui leur permettraient d’y accéder, notamment par le Service Public de l’Emploi. Les professionnels font ainsi état de la situation difficile d’hommes dotés d’un très bas niveau de qualification, entre autres d’anciens salariés agricoles, et surtout de celle de jeunes hommes en situation d'échec scolaire, parfois en rupture du lien familial, que les structures disent avoir parfois du mal à suivre ou même à toucher. Telle directrice de Mission Locale entame l’entretien en ses termes : « l’absent, c'est le jeune » (ce qui est quand même paradoxal dans une Mission Locale). Cette directrice, voulant pointer leur faible mobilité, assurait que « pour eux, 15 kms c'est déjà énorme ».

15Il s’avère en fait que l’élément déterminant est le départ, souvent définitif, du village, ou du bourg, pour accéder à la formation, entrer au lycée, par exemple. Car le lycée, et plus encore les études supérieures offrent, au-delà de la formation, une ouverture sur le monde extérieur qui engendre une dynamique de mobilité quasiment irréversible. Pour les autres, au contraire, les opportunités semblent se resserrer surtout quand viennent se greffer sur l’absence de qualification des problèmes de santé, voire d'addiction (Brun, Leymarie, Mbia, Nivolle, 2005).

16Ainsi, sans accompagnement, entendu en tant que travail social, l’espace des possibles finirait par se limiter à l’entre-soi protecteur que représentent le village et ses alentours (Renahy, 2005). Nous serions finalement enclins à retenir l’hypothèse selon laquelle les chiffres du chômage plutôt positifs pour les zones rurales reflètent en partie l’absence de contacts avec les institutions des fractions les plus vulnérables de la population.

Les transports

17L’absence de « mobilité psychologique » est souvent évoquée par les professionnels au cours des entretiens. Dans la mesure où le lieu de vie est investi d’un rôle fortement protecteur, il est en réalité difficile de faire le partage entre le manque de ressources permettant de disposer d’une réelle autonomie en matière de transports, l’insuffisance de dessertes par les transports en commun et l’absence de mobilité dite « psychologique » qui ne représente le plus souvent qu’un effet de « l’insécurité sociale », du simple fait d’un heurt à la force du symbolique : lorsqu ‘ on ne se rend jamais en ville, il ne suffit pas de se faire donner un billet ou un plan pour partir y effectuer des démarches d’emploi !

18Ici, ce que nous nommons logique ascendante revient à considérer les problématiques personnelles en se gardant de déplacer la responsabilité des « difficultés » d’accès à l’emploi vers celui qui ferait preuve d’une insuffisante « mobilité psychologique ».

19Il reste que la pénurie de transports est objectivement une difficulté majeure qui se présente sous un double aspect. D’abord, celui de l’insuffisance des transports en commun qui ne proposent très souvent qu’un aller-retour quotidien, limité aux périodes et aux horaires scolaires. Cela signifie, par exemple, que, faute de moyen de transport personnel, un rendez-vous pour rencontrer un conseiller professionnel pendant 15 minutes ou un simple entretien d’embauche peut bloquer la plus grande partie de la journée ou encore que l’accès à un emploi en horaires alternés (de type 2-8 ou 3-8) est difficilement envisageable. Ajoutons à cela que, quand bien même on trouvera des dessertes entre campagne et centre ville, les correspondances avec celles des zones d’activité où sont localisés nombre d’emplois ne seront pas nécessairement assurées ; quant aux services entre villages, ils sont extrêmement aléatoires. L’autre aspect est celui de l’usage de moyens de transports individuels qui renvoie aux problèmes financiers afférents aussi bien au coût du passage du permis qu’à celui de l’acquisition, de l’entretien et de l’utilisation régulière d’un véhicule.

20La logique descendante trouve là matière à se déployer en permettant d’activer des dispositifs dégageant des solutions collectives (par exemple une aide au passage de permis ou un service de transport à la demande).

Le regard de l’autre

21Sans doute plus présent en zone rurale que nulle part ailleurs, le regard de l’autre produit des conditions de l’accompagnement tout à fait spécifiques. Un maire souligne : « devant le voisin ça fait mal, que l’on sache qu'on a besoin de l’assistante sociale ». La question de l’anonymat des personnes en relation avec les services sociaux ou même le Service Public de l’Emploi y apparaît ainsi extrêmement prégnante et ce au moins à deux niveaux.

22Si la situation des personnes demeurant en zone rurale est en général très visible, le désir de la dissimuler et le souci de se mettre à l’abri du jugement ou simplement du regard du voisin n’en est pas moins fort : on craindra de dévoiler ses carences ou ses faiblesses en rencontrant ce voisin dans le cadre, par exemple, d’une action contre l’illettrisme et parfois, de peur d’être repéré, on préfère ne pas faire ses démarches dans la commune où l’on habite. D’autre part, la personnalisation et les relations de confiance, favorisée par des conditions de proximité entre professionnels et usagers, a pour contrepartie un risque d’exacerbation d’un sentiment de contrôle qui conduit parfois à des stratégies d’évitement à l’égard des institutions et fait ainsi obstacle à l’accomplissement du travail d’accompagnement.

L’influence du cadre institutionnel

Des territoires qui ne sont pas prioritaires

23La nécessité de prendre en compte la diversité des problématiques renvoie aux questions posées par l’unicité et par l’évolution du cadre institutionnel. De plus en plus soumis à une évaluation constante de leurs pratiques, à l’obligation de rendre des comptes, au sens propre (sous formes de résultats et de tableaux) et à des contraintes gestionnaires multiformes, les professionnels voient partout se modifier les contours de leur métier.

24Mais la priorité accordée aux résultats chiffrés et la concentration sur les effets de masse touche au premier chef les zones relativement peu peuplées, que représentent les territoires ruraux, d’autant plus que les données statistiques les font apparaître comme relativement protégées.

25Pourtant, nous avons vu que cet avantage n’est pas également distribué. Nombre de travailleurs sociaux y observent en outre une tendance à l’alignement des prix, notamment ceux des logements, sur ceux des zones urbaines, ce qui ne fait pas évidemment l’affaire des plus pauvres.

26Par ailleurs, les perspectives que peut ouvrir le développement des services à la personne restent limitées par les questions de transport, l’exercice de ces métiers imposant de disposer d’un moyen de transport autonome.

27Ces questions renvoient ainsi aux moyens déployés par les pouvoirs publics pour l’accompagnement d’une population qui n’est ni la plus nombreuse, ni en général la plus turbulente, ni la plus organisée dans ses modes de protestation.

Accompagnement personnalisé ou individualisé ?

28En évoquant la difficulté à conduire un accompagnement individualisé de masse, nous entendons surtout souligner les obstacles à une réelle personnalisation de cet accompagnement. L’accompagnement individualisé, quelque soit le nombre d’individus concerné, ne pose pas en soi de problème tant qu’il ne s’agit que de faire rentrer chacun dans une catégorie et de lui attribuer des droits en fonction de son appartenance à cette catégorie ou de vérifier qu’il s’acquitte bien des « devoirs » qui leur sont liés. Les choses sont beaucoup plus compliquées dès lors qu’il s’agit de personnaliser l’accompagnement, donc de se donner les moyens et le temps d’acquérir une connaissance approfondie des problématiques personnelles.

29De plus, l’approche quantitativiste impose une catégorisation qui revient à penser en termes de réalités englobantes. C’est le cas lorsqu’une politique est définie pour des territoires dont le découpage ne permet pas la prise en compte de la dimension strictement locale, à laquelle se référent les publics comme les professionnels proches du terrain : opportunités d’emploi offertes à proximité d’une frontière, commodités de déplacements, parcours imposés par l’implantation des zones d’activités et des commerces…

  • 5 La non présentation à ces convocations peut donner lieu à radiation.

30Ce ne sont en tout cas pas les entretiens de suivi (les « 5minutes par mois » dont parlent certains demandeurs d'emploi), donnant lieu à des convocations régulières 5 dans des agences souvent difficiles d’accès à partir de certains lieux de résidence (sur fond de suppression d’antennes qui assuraient l’accès à un SPE de proximité) qui peuvent permettre d’aller dans le sens de la personnalisation.

31Quant aux prestations spécifiques d’accompagnement à l’emploi effectuées par l’ANPE ou ses prestataires, il faut noter que la désignation des bénéficiaires résulte d’un « profilage » des demandeurs d’emploi sur la base d’un traitement informatique de données par l’Assedic. La méthode apparaît, tout au moins en amont, bien éloignée d’une approche personnalisée qui aurait à cœur d’identifier finement les sources des difficultés pour mieux les traiter.

L’emprise de la gestion

32Il nous est enfin apparu clairement que le caractère personnalisé de l’accompagnement était en butte aux approches comptables, les agents devant de plus en plus justifier de leur efficacité par le nombre de « sorties positives » des dispositifs. Or l’appréciation du caractère positif sera rarement qualitative et demeurera par conséquent impersonnelle. C’est ainsi qu’une sortie vers l’emploi sera en général considérée comme positive en elle-même, sans que la nature et la durée de l’emploi trouvé ne soient prises en compte. Cette tendance est aggravée par le recours croissant (aussi bien de la part des Conseils Généraux que du SPE) à des prestataires, soucieux de ne pas indisposer leurs financeurs, ce que traduisait ainsi un responsable d’association : « On ne va pas dire : “tiens on va prendre cette personne là pour qu’elle reprenne confiance en elle”. Si je dis ça au Conseil Général, ils ne vont pas être contents parce qu’eux, c’est quand même sortir des bénéficiaires du RMI des statistiques ».

33L’instillation de la culture du résultat vient ainsi se combiner, jusque dans le service public, et a fortiori chez ses prestataires, à la prédominance d’une logique marchande à laquelle même les structures d’insertion ne peuvent échapper (Chauvière, 2007).

34La conséquence est en outre l’augmentation considérable de documents à produire pour justifier de son activité, qui au-delà de la question du temps considérable pris sur l’accompagnement proprement dit, met sérieusement à mal les motivations les moins valorisées par les critères d’évaluation et in fine le sens du métier. C'est finalement l’éthique professionnelle (Bouquet, 2003) qui se retrouve perturbée par la nécessité de justifier par écrit de son activité, renforçant le sentiment d’être soumis à un contrôle (reporté sur les usagers) qui prend le pas sur une forme de bienveillance et la reconnaissance de l’implication professionnelle.

Des pratiques situées au carrefour des tensions : des contraintes aux ajustements

  • 6 Selon le titre d'un article de Pierre Bourdieu et Gabrielle Balazs (Balazs, Bourdieu, 1993).
  • 7 Sur ce point, on pourrait citer les pages réservées au bricolage dans la Pensée Sauvage de Levi St (...)

35La « double contrainte6 », professionnelle et institutionnelle, qui définit le cadre à l’intérieur duquel s’exerce le travail d’accompagnement, n’exclut pas la volonté des acteurs d’échapper au moins partiellement à ce système de contraintes en bousculant les frontières territoriales de son intervention, en se coordonnant avec d’autres acteurs et en questionnant ses propres pratiques, dans des situations concrètes toujours renouvelées. Les ajustements (voire le bricolage7, au bon sens du terme) auxquels les professionnels procèdent alors leur permettent ainsi de s’adapter, même quand leurs marges de manœuvre entre ajustements, adaptations et redéfinitions des rôles semblent se restreindre. Pourtant, les interactions entre usagers et professionnels, tout comme celles entre professionnels, ne s’opposent pas à des inégalités profondes de traitement en fonction de la sectorisation des territoires, des types de problématiques, de la connaissance des dispositifs en place et des types de relations nouées sur le terrain.

Des acteurs différents aux territoires mouvants

36L’accompagnement des personnes suppose, pour contribuer à l’émergence et à la réalisation d’un projet cohérent et pour éviter les empiètements des différents acteurs sur leurs terrains respectifs, une bonne coordination. Les va et vient sont fréquents entre services spécialisés, notamment le Service Public de l’Emploi, et les nombreux échelons des collectivités locales et il peut être parfois difficile pour l’usager de s’y retrouver si les champs d’action ne sont pas assez bien délimités.

37De la même manière, les différents acteurs rencontrés (institutionnels, associatifs, privés, publics...) n'ont pas les mêmes prérogatives, les mêmes enjeux et les mêmes territoires d'action, le cadre associatif se prêtant mieux au dépassement des limites de compétences, qu’elles soient professionnelles ou territoriales. Pour tel élu local, la création d'une association répond ainsi au désir de remplir un interstice institutionnel en traitant selon son expression « tous les freins à la reprise d'activité », notamment l’exposition au regard d’autrui : « on s'est dit que, dès le départ, il fallait une offre de service très large pour éviter de stigmatiser justement sur des problématiques sociales Pour les personnes qui poussent la porte du pôle, à la limite, si vous croisez votre voisin, il ne sait pas si vous êtes là pour déposer des offres d'emploi parce que vous êtes chef d'entreprise, pour voir l’assistante sociale, parce que vous cherchez un logement, pour remplir votre feuille d'impôt ou prendre une info sur une manifestation locale ». Pourtant ces associations doivent aussi rendre des comptes, ne serait-ce qu’en raison de la complexité des montages financiers (avec plus de soixante dix organismes associés dans le cas que nous venons d’évoquer) qui rend primordiale la question des processus de coordination.

38Les interactions jouent donc un rôle central et se trouvent à l’intersection des deux logiques en tension. Telle directrice de Mission Locale en contentieux avec des élus pointe par exemple l’impossibilité de faire relayer son information par certains d’entre eux et la difficulté pour elle d'insérer son action dans le territoire. À l’inverse, les maires peuvent être également un relais d'information primordial comme l’indique un conseiller général : « J’utilise mes maires comme assistants sociaux pour régler les problèmes des sans abris, les problèmes de logement, d’emploi qui se libèrent ; à mes yeux, ils seraient un magnifique relais, connaissant les ressources sur le territoire ».

39De même, la coordination s’avère nécessaire entre initiatives émanant d’« espaces de gestion » (par exemple un canton ou une zone d’emploi), d’« espaces de vie » (tels que bassins de vie, définis par l’INSEE comme le « plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès à la fois aux équipements et à l’emploi ») ou d’« espaces de projets » (tels que le pays, délimités sur la base de contrats). Faute d’arrangements, ce sont d’ailleurs les espaces de gestion qui risquent de l’emporter sur les espaces de vie, par exemple lorsqu’un service de transport à la demande (dispositif conçu en vue de ramasser avec un petit véhicule des usagers demeurant dans des zones d’habitat dispersé pour des déplacements occasionnels) permet de conduire quelqu’un à 30 kilomètres de distance, mais pas au supermarché le plus proche, à une petite dizaine de kilomètres, hors de la zone d'action du financeur. C’est ce qu’explique un représentant d’une chambre de commerce : « la compétence transport relève des Conseils Généraux, du département (…). Cette compétence, elle est prêtée à la communauté de communes, alors la communauté de communes, c'est 27 communes et pas d'autres. (...) On ne peut pas sortir de notre périmètre, ça c'est un blocage juridique qui nous pèse ». En définitive, c’est une double sectorisation, géographique et administrative, complexifiée du fait qu’elle se traduit pour chaque acteur en termes de pouvoirs mais aussi de responsabilités et de charges (charges de travail et charges financières), qui définit le cadre de l’action publique. La cohérence (et même la raison d’être) des découpages entre secteurs peut dès lors être questionnée, aussi bien par tel usager qui ne comprend pas que sa demande ne soit pas satisfaite que par les professionnels dont les capacités d’action se trouvent limitées. Ceux-ci se trouvent ainsi parfois au cœur d’un dilemme entre des relations plus formalisées les protégeant de l’arbitraire et des marges de manœuvre plus importantes (Dubois, 1999).

Un questionnement permanent

40L’arbitrage, ou tout simplement l’articulation, entre logique ascendante et descendante n’est pas seulement affaire de coordination. Pour les professionnels de l’accompagnement, la position est difficile à tenir entre la montée en puissance de la « raison gestionnaire » et l’expression des attentes des « personnes » qu’ils sont en principe invités à considérer en tant que telles, dans la globalité et la diversité de leurs problématiques. Tout en intervenant dans un cadre réglementaire dont ils peuvent difficilement – et ne veulent pas nécessairement – s’affranchir, en activant des dispositifs dont ils n’ont pas eu la conception, en se référant à des critères d’accès aux droits qu’ils n’ont pas définis, ils agissent en effet toujours dans le cadre d’une relation personnelle qui, de l’écoute à la compréhension et parfois à l’empathie, permet de passer de l’offre de prêt-à-porter au « sur mesure » (Astier, 2007).

41Les turbulences provoquées par le heurt des deux logiques secouent ceux qui sont en charge des dispositifs et les mettent souvent en porte-à-faux, dans la mesure où ils ne sont ni entièrement maîtres des modalités d'action, ni totalement au clair sur la pertinence des objectifs par rapport aux publics et où ils ne s’estiment pas, de toute façon, en possession de moyens à la hauteur de ces objectifs

  • 8 La transformation de l’Agence en Pôle Emploi ne semble pas avoir infléchi la tendance, tant s’en f (...)

42Ce qu’ils constatent, c’est plutôt au contraire la restriction de leurs marges de manœuvre et les menaces sur leur autonomie. La production de documents (« de l’oral à l’écrit, de l’écrit au tableau » selon l’expression employée au cours d'un entretien) ne prend pas seulement un temps considérable, mais, en les détournant de ce pourquoi ils ont souvent choisi d’exercer leur métier, remet en cause le sens même de ce métier. Ainsi, une responsable insertion s'interroge à propos des fiches ANPE8 d'argumentaire d'insertion : « Ça veut dire quoi argumenter en 3 lignes du devenir professionnel des gens ? »

43Dans ces conditions, la capacité à jongler entre logique ascendante et descendante en revendiquant et en manifestant une certaine autonomie sans donner prise à l’accusation de clientélisme ou d’appréciation subjective des situations (Breviglieri, 2005) et donc de traitement inégalitaire entre dans la définition d’une nouvelle forme de compétence professionnelle. Il s’agit de s’aménager des espaces permettant dans certains cas de s'affranchir de certaines contraintes, avec parfois l’accord tacite de ceux qui créent les dispositifs, afin de s'approcher davantage des demandes des publics (Bourdieu, Balazs, 1993), quitte, pour chaque agent, à aller au-delà de ce qui est attendu de lui.

44Un responsable de Mission Locale explique par exemple qu'il dépasse ses prérogatives en démarchant des entreprises pour les jeunes qu'il suit, bien conscient qu'ils n'effectueront pas nécessairement ces démarches seuls, de peur de vivre des situations d'échec. Comme sa collègue de l’insertion, il est toutefois conscient des limites de cette action : « Moi je le fais à la marge, elle le fait à la marge mais si on veut correctement faire notre métier, on voit bien qu'on ne peut pas accorder beaucoup de temps. Donc on ne peut pas les aider. On ne prend pas tout le temps qu'il faudrait parce qu'on n’a pas le temps de le faire. Tout bêtement ».

45La question se pose aussi en termes de financement. L’examen des problèmes posés par la mise en œuvre d’une mesure telle que l’aide au passage de permis en offre une illustration. Il incombe en effet à l’institution de décider qui peut bénéficier d’une de ces mesures et à quelles conditions. Un fonctionnaire du Conseil Général (instance qui finance ce type de mesure) explique : « C’est très coûteux pour nous et c'est vrai que l’on conditionne le passage du permis à des personnes qui ont un projet de retour à l’emploi fiable ». Il reste à savoir sur quelle base sera appréciée la fiabilité du projet de retour à l’emploi. Sur celle d’indicateurs stabilisés ou sur le sentiment du professionnel chargé de l’accompagnement, guidé par son écoute et son « feeling » ? Le responsable d’une de ces formations, dans le cadre d’une Maison de l’Emploi expose les dilemmes auxquels il se trouve confronté :

« Il y avait 2 personnes du monde rural et il y en a une qui n’a pas tenu le choc (…) quand vous voulez venir en ville tous les jours, c’est un peu compliqué. (…) Parce que, en termes de bus, etc., ce n’était pas évident (…) On a mis en place une action sur un autre site (…). Là, on l’avait réservé exclusivement au monde rural, les gens urbains ne pouvaient pas venir, on l’avait interdit (…). C’était au meilleur endroit, un vrai carrefour par rapport aux lignes de bus, trains et aussi par la route. (…). On avait 15 places, on a eu 9 personnes et en fait on en a eu 7 qui ont été assidues. Catastrophe ! (…). On a utilisé le transport à la demande pour conduire les personnes qui étaient le plus en difficulté. Aujourd’hui, on a des résultats intéressants, il doit y en avoir 7 qui ont le code (…). Mais globalement, on a quand même du mal à recruter (…). Pour nous, faire 10 kilomètres, c’est facile mais pour d’autres, c’est le bout du monde. Il faut se préparer psychologiquement 2 jours avant, enfin j’exagère un peu, mais pour certains, ils sont dans cette démarche (…). Il y a aussi une démarche d’apprentissage : même si on essaie de faire de la pédagogie adaptée aux gens, ce n’est quand même pas toujours évident (…). Pour certains, retourner sur les bancs de l’école, c’est aussi vivre un échec, des examens, du stress (…). On a des candidats qui vous conduisent une voiture de manière somptueuse et ils ratent 5 fois le permis. C’est hallucinant. On a fait du yoga pour essayer de les aider mais il n’y a rien à faire (…). Nous, ce qu’on demande, ce sont des bénéficiaires du RMI qui souhaitent travailler, qui ont des compétences et dont le seul problème est la mobilité. Si on a un bénéficiaire du RMI qui veut passer le permis pour aller faire ses courses, je ne trouve pas ça normal (…). Nous, on est dans le système très scolaire, c'est 5 absences, justifiées ou pas, et c'est : dehors ! Le Conseil Général paie, vous venez, vous assumez, sinon je fais tout pour vous sucrer le RMI parce que vous vous foutez de nous ».

46La tension entre deux logiques s’exprime donc sur une ligne qui n’oppose pas seulement les représentants de différentes institutions ni même certains représentants d’une même institution entre eux. C’est presque en chaque intervenant, en fin de compte, que se déroule cette partie de ping-pong sans fin entre principe de compréhension et exigences gestionnaires.

Conclusion

47Nous voyons bien que le dépassement des tensions entre une logique descendante qui serait insuffisamment attentive aux préoccupations et à la parole des bénéficiaires et une logique ascendante qui placerait l’accompagnement sous le signe de la dispersion des initiatives s’effectuera dans de meilleures conditions dès lors que d’éventuelles dérogations aux principes qui régissent les dispositifs, loin d’être conçues comme autant d’entorses au droit commun, seront conçues comme des moyens de décliner les applications locales et contextuelles de ce droit. Des professionnels disposant d’une plus grande marge de manœuvre pourraient plus facilement s’emparer des demandes des usagers plutôt que de les formuler à leur place et de hiérarchiser ces demandes et l’urgence des réponses.

48La confiance et donc la part d’autonomie dans la gestion de leur temps accordées à des agents supposés capables d’apprécier chaque situation pourrait ainsi représenter un encouragement à l’implication dans l’exercice d’un métier qui ne se réduise à la description qu’un conseiller de l’ANPE faisait du sien : « Le métier de conseiller, c’est un métier extrêmement usant et peut-être qu’à un moment donné cette usure peut se répercuter dans leur relation, il y a une représentation de l’autre qui se fait, on a en tête une espèce de schéma type, on se dit : tiens, il est à la phase 4 B du schéma type ; je caricature, mais c’est presque ça. Puis après, on sait déjà quelle va être l’étape suivante ». Le déséquilibre entre les deux logiques au profit de la logique descendante, qui découle de l’emprise croissante de la logique gestionnaire, s’avère à la fois profondément usant pour les professionnels, pris entre deux feux sans trop savoir comment les éteindre et dommageable pour les publics les plus en marge qui risquent de passer au travers des dispositifs.

49Car le risque est bien qu’avec la perte de la forme d'autonomie qu’ils tiennent d’une tradition issue du travail social, les professionnels de l’accompagnement contraints d’afficher des résultats évalués quantitativement ne puissent plus être en mesure de se féliciter de résultats appréciés en termes qualitatifs, de mieux-être par exemple.

50C'est finalement une question stratégique qui se pose. La première possibilité consiste pour eux à privilégier une action sur les marges de plus en plus resserrées qui leur sont laissées, afin d’agir plus efficacement sur les difficultés des publics, en contournant les exigences institutionnelles. L’autre consiste à refuser le bricolage et à poser politiquement des revendications portant sur les missions de la structure, quitte à passer par la conflictualité sociale. Si la première solution semble permettre de se protéger immédiatement contre l’usure professionnelle, la seconde porte en germe la redéfinition de leur travail par ceux-là même qui en ont la charge au quotidien.

Notes

1 C’est-à-dire prenant en compte l’individu statistique dûment responsabilisé dans sa contribution involontaire à la production de chiffres plutôt que la personne approchée dans sa complexité.

2 Il est finalement question de ce même type de tensions entre deux logiques dans l’article de Pierre Bourdieu et Gabrielle Balazs « Porte à faux et double contrainte » (Balazs, Bourdieu, 1993). Et l’on pourrait également citer l’enquête de Stéphane Beaud sur les missions locales (Beaud, 1996).

3 Ces deux logiques se retrouvent en partie dans les différents modes d'intervention soulignés par Jacques Ion (2005).

4 On pourra à ce propos se référer à la notion de handicaps cumulatifs et multidimensionnels (Bihr, Pfefferkorn, 2008)

5 La non présentation à ces convocations peut donner lieu à radiation.

6 Selon le titre d'un article de Pierre Bourdieu et Gabrielle Balazs (Balazs, Bourdieu, 1993).

7 Sur ce point, on pourrait citer les pages réservées au bricolage dans la Pensée Sauvage de Levi Strauss (1962).

8 La transformation de l’Agence en Pôle Emploi ne semble pas avoir infléchi la tendance, tant s’en faut.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search