Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

L'incitation publique à la coopération interprofessionnelle et intersectorielle

Dynamiques interinstitutionnelles et singularisation de l’action publique : l’exemple de la prise en charge des « ados difficiles »

Bertrand Ravon

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre prend fortement appui sur le rapport intermédiaire d’une recherche en cours animée ave (...)
  • 2 Le corpus de cette analyse repose sur le recueil de documentation institutionnelle (pour partie na (...)

1Le présent chapitre s’intéresse à la reconfiguration de l’action publique sous l’angle de l’extension ces trente dernières années des dispositifs de traitement des problèmes sociaux aux confins du sanitaire et du social. À partir de l’analyse de la carrière et des enchevêtrements des différents dispositifs dédiés à un problème public paradigmatique, – la prise en charge des adolescents dits « difficiles » –, on voudrait explorer, sur moyenne période, la dynamique mais aussi la fragilité des dynamiques interinstitutionnelles de l’action publique1. La démarche a consisté à dresser, au sein de l’agglomération lyonnaise, l’inventaire des dispositifs créés depuis 30 ans en matière « d’adolescents difficiles », puis à en proposer une lecture ordonnée, articulant d’autres données de terrain mais aussi des analyses relatives aux transformations de l’action publique, plus particulièrement du point de vue des nouveaux agencements aux confins du travail social et de la santé mentale2. La période d’analyse retenue (1980-2010) permet de mener une lecture socio-historique de type généalogique, à même de restituer la dynamique temporelle de la complexité des agencements institutionnels.

2Dans un premier temps, il convient de redéfinir la notion d’action publique à partir de la question théorique mais aussi historique de la formation des espaces interinstitutionnels, où se définissent les nouvelles problématiques, où se constituent des collectifs d’intervention, à la croisée des institutions, des organisations, des professions, des disciplines et des usagers. Ce faisant, le sociologue est invité à remettre au cœur de l’analyse des espaces interinstitutionnels la dimension temporelle de leur constitution, ou dit autrement leur anthropologie dynamique.

3Dans un second temps, seront distinguées cinq générations de dispositifs de prise en charge des adolescents dits difficiles. À chacune des générations, correspond une reconfiguration de la prise en charge. Ainsi, on commencera par analyser l’action de praticiens hospitaliers psychiatres ou psychologues qui développent au début des années 1980 de nouvelles modalités d’accès aux soins des adolescents, hors les murs de l’hôpital (1). Puis on observera, à l’intérieur de l’institution psychiatrique, et pour les psychopathologies les plus « lourdes », comment l’hospitalisation, qui reste parfois la seule voie praticable pour certains psychiatres, est sens cesse reconfigurée pour faire face au risque de chronicisation (2). Aux confins de la psychiatrie, du travail social et des prises en charge judiciaires, et dans une extension des problématiques de souffrance psychique, les dispositifs d’écoute se multiplient dans la cité et viennent documenter le problème public (3), tandis que dans une perspective de cohésion sociale, des dispositifs ad hoc prolifèrent, à la croisée de la politique de la ville, de l’action sociale, de la lutte contre l’exclusion et de l’éducation à la santé (4). On pourra alors boucler (provisoirement) notre analyse en présentant les dispositifs de dernière génération, qui consistent, à travers une dynamique de coordination réflexive, à agencer entre eux des dispositifs existants (5). Cette mise en perspective devrait nous permettre in fine de mieux décrire le processus de descente en singularité de l’action publique du point de vue de l’expérience publique de l’action.

Repenser les collectifs de l’action publique

4Selon son acception classique, la notion d’action publique permet de « désigner l’action menée par une autorité publique (seule ou en partenariat) afin de traiter une situation perçue comme posant un problème » (Lascoumes et Le Galès, 2007, p. 5). Cette proposition marque d’emblée une rupture entre la conduite de l’action (réservée à l’autorité publique) et la définition du problème à traiter (réservée à la situation). Largement partagée, cette définition est pourtant insatisfaisante : les instances d’identification des problèmes publics et celles chargées de les traiter ne sont jamais ainsi séparées dans l’action (Crésal, 1993). Loin de la maxime selon laquelle « il y a un problème, puis l’État s’en saisit », l’action publique recouvre un long travail de formation et d’implication de collectif d’acteurs, qui précisément fait sauter les frontières entre privé et public, professionnels et usagers, experts et profanes, local et national, etc. Il apparaît donc plus judicieux de définir l’action publique comme un ensemble d’actions situées, et indissociablement comme un travail d’enquête mené à propos de configurations problématiques particulières qu’il s’agit de modifier. Caractériser cette action de publique ne met pas tant l’accent sur la dimension institutionnelle de l’action (État, collectivités territoriales, établissements publics) que sur le travail de composition des collectifs qui engagent une pluralité d’acteurs concernés à différents titres dans la définition et la conduite de l’action, travail de composition que la sociologie pragmatiste des sciences a tout particulièrement contribué à repenser (Latour, 2006).

  • 3 Redéfinir le travail social, réorganiser l’action sociale, Rapport pour la préparation du XIe plan (...)
  • 4 Développement local et politiques d’aménagement du territoire, avis du Conseil Economique et Socia (...)
  • 5 L’intervention sociale, un travail de proximité. Rapport de l’IGAS, La documentation française, 20 (...)

5La définition qui vient d’être proposée n’est pas qu’affaire de point de vue théorique. Elle résulte aussi des transformations de l’action publique elle-même, et des injonctions à la proximité qui l’ont pour partie guidée ces trente dernières années. Déjà, la doctrine dite de l’action sociale globale mise en œuvre à la fin des années 1970 dans le champ de l’action sanitaire et sociale3 reposait pour partie sur la volonté de s’inscrire à l’écart des découpages et des règles ordinaires des administrations. Cette « souplesse » institutionnelle était censée favoriser une échelle plus pertinente de traitement des problèmes sociaux, au sens d’une meilleure prise en compte des contextes relationnels et situationnels des bénéficiaires de l’action sociale (Ion et Ravon, 2005). Parallèlement, les pratiques de développement local, attentives aux problèmes locaux et aux ressources spécifiques des pays, des terroirs, des zones d’habitat, des « bassins » (économiques, industriels, d’emplois), ont pu s’étendre sur de nombreux territoires4. Enfin, avec l’association de l’usager à la définition de l’action dont il est le destinataire, l’action sociale a évolué vers un travail de proximité5. Articulant un triple principe de désectorialisation, de territorialisation et de singularisation, cette forme d’intervention politico-administrative commence à s’imposer au tournant des années 1980 avec la mise en place d’actions publiques inédites, formant « un ensemble d’actions collectives sinueuses, qui s’opérationnalisent dans des programmes plus ou moins transversaux, impliquant des réseaux d’acteurs hétérogènes » (Commaille, Jobert, 1998, p. 15). Opérations de « développement social des quartiers », zones d’éducation prioritaires (ZEP), « comités départementaux et locaux de prévention de la délinquance », « missions locales » : labellisés sous le terme de dispositif, ces agencements (« sur mesure », bien souvent bricolés, reliant des éléments très diversifiés, fondés sur des projets menés en réseaux dans des temps cours, etc.) se distinguent des montages institutionnels classiques et leurs savoirs disciplinaires ordonnés en programmes à long terme (Ion et Ravon, 2005).

6Opposer ainsi dispositifs et institutions pourrait laisser croire que l’extension des dispositifs est contemporaine du déclin des institutions ou plus exactement de leurs programmes d’action (Dubet, 2002). Contre de telles perspectives « déclinologiques », il semble plus pertinent d’analyser les modes d’action par lesquels des individus ou des collectifs étayent les institutions en crise. Les acteurs ne sont pas dupes des contraintes et des rapports de domination qui pèsent sur eux dans la conduite de l’action institutionnelle : ils possèdent des compétences critiques et des capacités réflexives qui les conduisent régulièrement à dénoncer des injustices, à revendiquer le respect de valeurs qu’ils estiment bafouées, à critiquer les institutions pour améliorer l’action que ces dernières sont censées mettre en œuvre (Boltanski, 1990).

  • 6 À la question « Qu'est-ce qu'un adolescent difficile ? », l’un des cofondateurs du DU « adolescent (...)

7L’histoire même de la catégorie d’« adolescents difficiles » est exemplaire de ce travail de reconfiguration des institutions par certains de ses acteurs. La catégorie d’« adolescents difficiles » apparaît à la fin des années 1990 sous la plume de psys intervenant dans des institutions du travail social (Coenen, 1996). Initialement, elle renvoie à des jeunes « au parcours difficile, issus pour la plupart d’expériences de vie extrêmement chaotiques », au premier rang desquelles le renvoi disciplinaire d’adolescents placés (Coenen, 2001). De ce point de vue, cette catégorie reprend la notion plus ancienne « d’incasables », utilisée dans les établissements spécialisés pour désigner les adolescents trimballés d’une institution à l’autre, et qui sans solution de prise en charge par les établissements de l’action sanitaire et sociale ou de la protection sociale judiciaire peuvent se retrouver dans des services de psychiatrie inadaptés. La catégorie de jeunes « incasables » commence à se diffuser vers la fin des années 1980 et s’emploie en parallèle de l’expression « patates chaudes ». La catégorie émerge ainsi aux confins de l’action socio-éducative, judiciaire et de santé mentale ; elle transporte avec elle les échecs des prises en charge et du passage des adolescents d’un domaine à l’autre ; elle désigne également les troubles de la relation d’aide à partir des troubles du comportement de l’adolescent et de ses « attaques incessantes du cadre institutionnel ». Au point de tension entre trouble de l’adolescent et échec de l’institution, la catégorie « d’adolescent difficile » fini par renvoyer à la difficulté de l’accompagnement : à leur « suivi difficile ». Les intervenants psy eux-mêmes ne s’y trompent pas : tous ceux qui utilisent la catégorie désignent avant tout les adultes mis en difficulté par ces adolescents que les institutions habituelles n’arrivent pas ou plus à prendre en charge. Dire « adolescents difficiles » revient en fait à parler de la mise à l’épreuve des institutions confrontées aux adolescents en difficulté.6

  • 7 Les notions de complexité horizontale et verticale sont également reprises à Balandier.

8Invité par la catégorie d’« adolescents difficiles » à se tourner vers l’ensemble des groupes et des réseaux de leur prise en charge, le sociologue n’est pourtant pas au bout de ses peines. En aucun cas, il ne peut réduire ces réseaux, ce que font les lectures fonctionnalistes, au regroupement de tous les spécialistes de la question, qui identifiant les problèmes comme les marqueurs des dysfonctionnements de la « société », ne font que révéler leur définition préconçue et normative de ce qu’ils entendent par « société ». Il nous paraît donc beaucoup plus approprié de considérer les collectifs de prise en charge des « adolescents difficiles » comme des « communautés pertinentes de l’action collective » (Segrestin, 1980), au sens où ces collectifs se constituent dans et par l’action, à la croisée des appartenances, des convictions, des identités ou des intérêts partagés, mais dans l’expérience collective de l’action. Il s’agit également de ne pas oublier que ces collectifs n’existent pas en dehors du problème qui les configure (Micoud et Peroni, 2000, Cefaï, 2001). En identifiant de jeunes personnes en grande difficulté, la catégorie « d’adolescent difficile » renvoie tout d’abord aux programmes institutionnels existants de protection et d’action sociale, sanitaire ou judiciaire qui consistent à traiter les défaillances des institutions sociales classiquement en charge des jeunes, au premier rang desquelles la famille et l’école. Désignant ensuite des personnes ballotées entre différents établissements spécialisés incapables de les prendre en charge, la catégorie « d’adolescent difficile » insiste sur le fait que c’est le monde même de la prise en charge institutionnelle des institutions défaillantes qui ne va plus de soi. Le problème traité s’inscrit alors du côté des « séquelles de l’histoire » (Balandier, 1971) : la problématisation ne parle pas seulement du devenir de l’action, mais contient également une évaluation des actions antérieures. Elle met en série les institutions défaillantes (la famille, l’école, « l’éducation surveillée », la protection de l’enfance, la pédopsychiatrie, etc.). Cette coexistence, à un même moment du temps entre « des éléments d’âge différent » (projets à venir mais aussi épreuves déjà subies), révèle l’hétérogénéité et la complexité temporelle de l’action publique, en tant qu’elle est également confrontée à sa propre expérience. À cette complexité « verticale », il faut ajouter la complexité « horizontale », née de l’enchevêtrement à un même moment donné du temps de différents secteurs d’intervention7.

Reconfigurer les prises en charge. Généalogie des dispositifs pour adolescents dits difficiles (1980-2010)

9Les dispositifs pionniers mis en place dans l’agglomération lyonnaise à la périphérie des institutions sociales, éducatives, judiciaires ou médicosociales déjà en charge des publics adolescents en difficulté, apparaissent au tournant des années 1980. 30 ans après et schématiquement, on peut distinguer, sur le plan généalogique, et sous forme d’esquisse, cinq types de dispositifs qui s’enchevêtrent les uns aux autres. Penser les dispositifs à partir de leur activité d’étayage des institutions défaillantes, nous a conduit en définitive à privilégier l’action par laquelle les acteurs tentent de remédier à ce que Lise Demailly nomme les « trous de la prise en charge » (Demailly et Bresson, 2005).

Transversaliser les prises en charge. Dispositifs d’accueil hospitalier hors les murs (depuis 1980)

10En 1980, aucun service psychiatrique n’est spécifiquement dédié aux adolescents. Ceux qui sont hospitalisés sont mélangés aux adultes et rares sont les expériences qui dénotent un intérêt institutionnel pour le problème. Les rodéos de l’été 1981 sur le plateau des Minguettes vont changer la donne. Des soignants du secteur (psychiatres, psychologues, médecins, infirmiers) sensibles aux difficultés propres des adolescents de banlieue, encouragés par quelques responsables institutionnels à « faire quelque chose », vont chercher à les accueillir avec une conscience aigüe de l’inadaptation des services psychiatriques. Est créé un « Forum adolescent » dans un centre socio-culturel à la périphérie de l’agglomération, à partir duquel se constitue un réseau d’interlocuteurs (travailleurs sociaux, enseignants, soignants) qui ne représentent pas nécessairement leurs institutions, chargé de répondre à des demandes d’aide singulières et jusque là non traitées. Un peu plus tard, une association de santé mentale communautaire, mettra en place de l’autre côté de l’agglomération, « en ambulatoire » et dans une démarche de prévention un groupe avec des « adolescents en difficulté » du quartier.

11À l’instar des dispositifs qui se mettent en place à la même époque sous le premier gouvernement socialiste, ces expériences critiques s’appuient sur une dénonciation de la centralisation excessive des politiques publiques, tout en s’ouvrant aux acteurs de la « société civile ». Sans pouvoir reconstruire ici l’histoire d’une telle critique, on se contentera de citer ici l’influence déterminante des expériences pionnières de « psychothérapie institutionnelle ». Initié par François Tosquelles dans les années 1940, ce mouvement consiste, en rupture avec la logique asilaire héritée du XIXe siècle, en une profonde transformation de la prise en charge du malade, lequel doit être soigné le plus près de son milieu de vie et avec les ressources thérapeutiques locales. S’ouvre alors un travail de réflexion et d’action sur l’institution psychiatrique elle-même, travail critique et pratique de désaliénation (« débureaucratisation » de l’acte médical, ouverture de « clubs thérapeutiques », etc.) Félix Guattari théorisera cette méthode d’analyse institutionnelle sous le néologisme de transversalité. Il n’est pas inutile de rappeler que cette notion, qui depuis s’est largement imposée dans le langage des dispositifs, permettait initialement d’articuler la dénonciation politique et militante des pratiques d’assujettissement et un exercice local et professionnel des pratiques de soin aux choses et aux personnes concrètes (Guattari, 1972).

Rendre les prises en charge passagères. Dispositifs d’hospitalisation temporaire (depuis 1985)

12Les alternatives à l’hospitalisation n’empêchent pas, surtout pour les adolescents souffrant de psychopathologies sévères, l’ouverture de services d’hospitalisation spécifiques. Ces unités de soin, qui voient le jour à partir du milieu des années 1980, se divisent entre structures classiques (unités d’hospitalisation ou de soins) et établissements de jour (centres de jour ou de soin ambulatoire). Les premières expériences s’avèrent difficiles : bien supérieures aux offres, les demandes d’hospitalisation affluent surtout pour des adolescents délinquants que différents établissements (PJJ, aide sociale à l’enfance) n’arrivent plus à contenir. Le risque de faire de l’hôpital une annexe de la justice devient permanent, comme celui d’allonger les durées de prises en charge, faute de trouver de nouveaux lieux d’accueil à l’extérieur. L’enjeu de l’hospitalisation consiste dès lors à lutter contre deux écueils : celui de « l’institutionnalisation » (une durée trop longue de prise en charge avec des effets iatrogènes) et celui de la « psychiatrisation » (une prise en charge psychiatrique de troubles non psychiatriques, en tout premier lieu la délinquance). D’où la mise en place de services ambulatoires et d’hôpitaux de jour, d’hospitalisations séquentielles, de « lit de nuit » (réservé à des adolescents souhaitant venir à n’importe quel moment). Avec la mise en réseau de différents services d’hospitalisation, ces initiatives cherchent à tempérer les prises en charge dans leur durée et leur contenu. Parallèlement, les projets thérapeutiques sont individualisés et des ateliers thérapeutiques sont organisés. Des enseignants et des travailleurs sociaux en charge des jeunes patients dans leurs établissements respectifs viennent dans les services, et parfois peuvent être associés aux équipes de soin. C’est aussi le cas de certains parents, mais surtout de familles d’accueil qui, devenant des partenaires essentiels, viennent à être considérés comme des soignants.

13En « connaissance de cause », les agents institutionnels prennent appui sur l’expérience de la prise en charge en institution psychiatrique. Les critiques argumentées, réfléchies et réticulées (d’une unité d’hospitalisation à l’autre) se déploient, qui pointent en permanence les risques de chronicisation par des prises en charge en institution trop longues. Ce travail critique qui vise à les rendre passagères est collectif et suppose la mise en réseau non seulement des différentes unités (services, établissements) mais aussi d’intervenants extérieurs d’horizons disciplinaires différents. La logique de reconfiguration de l’institution n’est pas réductible à l’institution elle-même. Elle suppose un dehors et donc une ouverture.

Documenter les prises en charge. Dispositifs d’énonciation du mal-être des adolescents (depuis 1988)

14L’irruption dans les années 1990 de la notion de souffrance psychique dans les différents lieux de prises en charge sanitaire et sociale marque un tournant dans les modes de prise en charge (Ion et al., 2005). La précarité sociale n’est plus seulement définie à partir de conditions objectives, sociologiques, mais est observée à partir des conséquences psychiques de la déliaison sociale, de sorte que l’attention portée à cette souffrance sociale « ressentie subjectivement » est d’emblée clinique (Ravon, 2005). La mise en place des points d’accueil et d’écoute à la fin des années 1980 qui s'adresse en priorité aux adolescents et jeunes majeurs « en difficulté » et en « souffrance » relève de cette mutation. Aide relationnelle (Ion, 1998 ; Laval et Ravon, 2005), travail de proximité et de réconfort (Soulet, 2008), action de présence sociale (Bessin, 2009), l’activité d’écoute articule des missions d’accueil et d’orientation, d’identification de besoins des personnes, de prévention, d’intermédiation, d’information, de sensibilisation, de soutien psychologique, etc. Espaces d’énonciation de la souffrance psychique des adolescents, les dispositifs d’écoute forment indissociablement un lieu de production de connaissances cliniques et sociologiques qui une fois regroupées, donnent une mesure générale des difficultés individuelles des adolescents. Localement, différents points d’écoute sont reliés par la mise à disposition des psychologues responsables auprès de la Maison des adolescents (cf. infra). Agences de gouvernement par l’écoute selon les analyses les plus critiques (Fassin et al., 2004), ces dispositifs peuvent également être décrits comme des centres de ressources pour les acteurs : à la fois base arrière où se rencontrent écoutants, cliniciens, formateurs et autres spécialistes préoccupés par le problème, et champ d’expertise qui oriente les thématiques prioritaires de l’action publique locale à venir.

Démultiplier les prises en charge. Dispositifs de capacitation (depuis 1992)

15Avec la mise en place, dans les années 1980 de dispositifs territorialisés nés de la Décentralisation et de l’extension des politiques de la ville et de l’insertion, de nouvelles missions professionnelles ont émergé dans le champ du travail social, réarticulant l’action socio-éducative autour de la conduite de projet, du développement local, de la concertation des habitants, etc. Ces dispositifs visaient d’une part, dans une logique de désectorialisation, une action globale mieux à même de répondre à des difficultés caractérisées par l’enchevêtrement des problèmes d’emploi, de logement, d’accès aux droits, etc. Parallèlement, et dans une optique de démocratisation, il s’agissait de faire participer les usagers, avec l’objectif de les rendre plus actifs et de les associer davantage à l’action.

16Le RMI mis en place en 1988 signe le début de cette nouvelle ère où le vocabulaire de l’action sociale fait place à celui de l’insertion puis à celui de la cohésion sociale (2005). L’enjeu n’est plus, dans la logique assistancielle des prestations sociales, d’assigner les allocataires à des places données dans une société intégrée, mais de ramener les bénéficiaires vers les normes sociales (Lafore, 2009). « Plans locaux d’insertion par l’économique », « dispositifs emplois-jeunes », « classes-relais », « prévention précoce », plans de réussite éducative, programmes de soutien et d’accompagnement social, chantier d’insertion pour des jeunes en « souffrance psychique », ateliers santé ville, plans d’accès (au logement, aux droits et aux soins) : autant d’exemples de dispositifs qui cherchent à remettre les usagers en capacité (d’emploi, de scolarisation, de santé, de logement, de parentalité, etc.). Partout, le souci d’une prise en charge personnalisée, adaptée aux problématiques singulières de chacun des jeunes accompagnés, implique la mobilisation de nombreux acteurs d’horizons différents qui doivent négocier en permanence. Les situations difficiles rencontrées, souvent inextricables, obligent les intervenants à sortir des refuges réglementaires ou disciplinaires et à construire des ajustements qui ne se laissent commander par aucune perspective d’ensemble, mais qui, dans un mouvement sans fin, recherchent, après évaluation coordonnée de l’action passée, une réplique améliorée de l’ancien dispositif. Cette lutte permanente contre l’inachèvement associé à une singularisation des problèmes aboutit à la fois à une démultiplication et un rétrécissement des dispositifs.

Repriser les prises en charge. Dispositifs de coordination réflexive (depuis 2005)

17L’intensification de la réflexivité dans l’action publique est liée aux contextes d’incertitude qui favorisent un retour continu (et on l’a vu, critique) des acteurs sur leur propre agir, les problèmes auxquels ils sont confrontées étant en effet généralement saisis comme les conséquences de leurs propres actions antérieures. Ainsi, on peut observer, particulièrement à partir de 2005, l’extension de dispositifs de coordination réflexive, au sens où le travail de coopération interinstitutionnelle se joue par reprise incessante des problèmes rencontrés par les différents intervenants. Ces reprises de l’action sont de différents ordres. Elles peuvent déjà se tramer de manière cognitive, comme c’est le cas avec la mise en place du DU [diplôme d’université] « Adolescents difficiles », à la croisée du champ de la justice et de la santé, et où se retrouvent en formation, dans une perspective psychopathologique, des intervenants d’horizons disciplinaires très différents. On distinguera ensuite des formes de coordination réflexive de type pratique, comme les différentes commissions réunies pour traiter collectivement des problèmes singuliers concernant des adolescents « incasables » ou des situations inextricables. Enfin, on insistera sur un dispositif exemplaire s’agissant de coordination réflexive, à savoir la Maison des Adolescents. Lieu d’accueil, d’accompagnement et de soin pour les adolescents, ce dispositif départemental repose sur une équipe pluri-institutionnelle et pluridisciplinaire réunie autour des différents psychologues intervenant dans les Missions Locales et les points écoute, pour des activités de concertation des actions, de partage des prises en charge les plus délicates et de réflexions (conférences, séminaires ou journées d’études) sur le problème de l’adolescence. À l’instar des autres dispositifs de réflexivité, la Maison des Adolescents est un dispositif au carré, un montage articulant plusieurs dispositifs existants et où il s’agit de raccommoder par reprises successives des actions menées collectivement. Raccommoder par reprises : c’est en ce sens qu’on retiendra la métaphore du reprisage.

Conclusion

18L’exemple du traitement public des problèmes des adolescents que les institutions classiques n’arrivent pas (ou plus) à prendre en charge, montre que les différents agencements pluridisciplinaires et interinstitutionnels restent ordonnés par un cadrage assez malléable, né de l’expérience des prises en charges les plus délicates. Ces agencements prennent forme par approximations successives. Ce faisant, la composante réflexive de l’action se généralise tout en s’enrichissant par l’enrôlement incessant de nouvelles connaissances (personnes et savoirs).

19Plutôt donc de voir à l’œuvre un processus de désinstitutionalisation, nous avons observé une action publique dans un mouvement de création continue, envisagée comme un processus dynamique articulant les différents moments où, en tirant les leçons de situations antérieures traversées, les protagonistes entreprennent de répondre d’une nouvelle manière, de façon à définir autrement la situation pour agir de nouveau. Ce processus d’adaptation permanente reste vulnérable, du fait des impasses rencontrées et des ratés incessants. Indissociablement, par l’attention sans cesse portée aux situations, et donc par la prise en compte de l’usager dans le cours d’action, c’est une nouvelle temporalité de l’action publique qui semble s’imposer. Une temporalité (fragile) où la permanence de l’action, par les risques de chronicité qu’elle fait courir, devient un danger. Dit autrement, la centration sur l’usager et son parcours (que nous aurions pu mettre davantage en évidence au travers du souci partagé par l’ensemble des protagonistes pour l’état de santé mentale des adolescents), se paye par un travail d’atténuation de la permanence des institutions.

Notes

1 Ce chapitre prend fortement appui sur le rapport intermédiaire d’une recherche en cours animée avec Christian Laval et le concours de Yohann Desbois, Cynthia Cadel et Camille Chaurand (cf. Ravon, Laval et al., 2010). Cette recherche s’inscrit dans un projet plus large consacré au traitement public des vulnérabilités, coordonné par Axelle Brodiez, et mené avec Isabelle von Bueltzingsloewen et Benoit Eyraud (Brodiez et al., 2008). Les analyses développées ici doivent donc beaucoup au collectif de la recherche, et en particulier à Christian Laval. Qu’il en soit vivement remercié.

2 Le corpus de cette analyse repose sur le recueil de documentation institutionnelle (pour partie nationale) sur le sujet et la conduite de nombreux entretiens menés auprès des animateurs/concepteurs de dispositifs dédiés à la prise en charge des adolescents en difficulté au sein de l’agglomération lyonnaise depuis 30 ans. Deux principes ont guidé nos choix parmi les très nombreux dispositifs concernés : 1) nous n’avons retenu que des dispositifs interinstitutionnels (nés d’une confrontation entre deux ou plusieurs institutions et couvrant des rencontres entre les différents secteurs de prise en charge : école, travail social et insertion, santé publique) ; nous avons privilégié pour partie ceux qui nous ont été signalés comme les plus innovants ; nous n’avons pas retenu les dispositifs « intrainstitutionnels », produits d’une reconfiguration interne de telle ou telle institution (comme par exemple les séjours de rupture mis en place dans les établissements de PJJ ou les internats). 2) nous n’avons retenu que des dispositifs territorialisés à l’échelle de l’agglomération lyonnaise (communes et communauté d’agglomération) ; nous avons donc exclu les dispositifs spécifiquement départementaux ou régionaux, mais avons intégré leur participation à des agencements locaux ; parmi les nombreux territoires municipaux périphériques, nous avons mené une investigation systématique dans deux communes contrastées de la banlieue Est ; les autres territoires importants nous été signalés à partir de nos investigations des dispositifs transversaux de l’agglomération.

3 Redéfinir le travail social, réorganiser l’action sociale, Rapport pour la préparation du XIe plan, La Documentation française, mars 1993.

4 Développement local et politiques d’aménagement du territoire, avis du Conseil Economique et Social, par J. Mengin, 1998.

5 L’intervention sociale, un travail de proximité. Rapport de l’IGAS, La documentation française, 2005.

6 À la question « Qu'est-ce qu'un adolescent difficile ? », l’un des cofondateurs du DU « adolescents difficiles » de Lyon nous répond : « formule ambigüe pour couvrir un grand nombre d'acceptions : c'est l’adolescent en difficulté, c'est les difficultés de l’adolescence, c'est être en difficulté à l’adolescence, c'est la difficulté des adultes confrontés à l’adolescence. Le « difficile » il est partout, donc on le traite comme ça, on ne dit pas que l’adolescent est difficile en lui-même. ».

7 Les notions de complexité horizontale et verticale sont également reprises à Balandier.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search