Version classiqueVersion mobile

Eekhoud le rauque

 | 
Mirande Lucien

Liminaires

Texte intégral

1Tandis que Verhaeren, quatre-vingts ans après sa mort, reste, dans son pays, une figure majeure de la légende nationale, que Maeterlinck est tout auréolé d’une gloire qui doit beaucoup à sa rencontre avec Debussy, Georges Eekhoud, peu connu en France et méconnu en Belgique, demeure un écrivain d’arrière-plan, estimé pourtant par les spécialistes de la Fin-de-siècle. Alors que les études sur cette période et les rééditions de ses contemporains se multiplient, ni son œuvre, ni sa vie, n’ont bénéficié jusqu’à ce jour d’un véritable regain d’intérêt. Le félicitant, en 1927, l’année de sa mort, pour sa nomination de commandeur de l’ordre de la Couronne, son ami Sander Pierron lui écrivait : « Voici une cravate qui t’ira bien. Rouge, elle est de la couleur de tes idées et de ta vision ». On est en droit de penser que l’éclat de ce rouge saturé et flamboyant a déconcerté la majorité de ses compatriotes. Toute sa vie, les engagements de Georges Eekhoud ont été peu conformes aux orientations dominantes d’une Belgique partagée entre une sage démocratie chrétienne et une très conforme social-démocratie. En refusant de reconnaître en lui un Genet belge ou un Pasolini des Flandres, on l’a bien des fois trahi. Ni la Flandre, qui veut oublier le temps où, dans ses provinces, on parlait aussi le français, ni le reste du pays, peu enclin à réexaminer le postulat de la nation belge, n’ont voulu entendre ce que Georges Eekhoud leur disait.

2Séduite par l’œuvre, je n’ai pas résisté à la tentation de chercher à découvrir l’homme. Je suis allée longuement consulter à la Bibliothèque royale de Bruxelles son volumineux journal inédit. Petit à petit s’est nouée entre l’auteur de ces innombrables pages et moi-même une subtile connivence.

3Mise en éveil par quelques indices, j’ai constaté qu’une main pieuse avait censuré le Journal, que Georges Eekhoud avait réécrit son histoire et que ses biographes avait pris pour argent comptant cette auto-fiction. J’ai décidé, retournant aux sources, d’écrire à mon tour une biographie. J’ai eu la chance de retrouver des documents conservés dans les familles et de rencontrer le petit-neveu de Georges Eekhoud, décédé aujourd’hui. Dans un deuxième temps j’ai laissé les œuvres résonner en moi et j’ai risqué une interprétation à partir de ces vibrations, prenant délibérément le risque de faire de la connivence un outil de connaissance.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search