Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

L'incitation publique à la coopération interprofessionnelle et intersectorielle

Partie II. L’État social mobilisateur

Texte intégral

1Tenant d’une action publique caractérisée par la volonté de coproduire des dispositifs sociaux, l’État affiche une démarche d’hybridation dans laquelle les frontières avec la société deviennent poreuses. On assiste à la naissance d’un type de mobilisation institutionnelle ou para institutionnelle à préciser.

2Elle se traduit d’abord par de la mobilisation coopérative des professionnels et des institutions. Dans l’approche globale qui tend aujourd’hui à s’imposer, l’intervention sociale ne se conçoit plus à partir d’un secteur et encore moins d’une profession mais s’appréhende comme un « système » dans lequel les professions et les secteurs (santé mentale, travail social, insertion, soin, etc.) sont à la fois nécessaires et insuffisants par eux-mêmes. Dans un contexte souvent tendu de réductions des moyens disponibles, on voit se multiplier les coopérations interprofessionnelles entre travailleurs sociaux, artistes, chargés d’insertion, professionnels de la santé, etc. Dans cette logique, reste en suspens cependant la question de la réussite des mobilisations (qui ne se décrètent certes pas), aussi bien dans l’aspect transversal des rapports de voisinage et de chevauchement entre intervenants, en lien avec les usagers – citoyens, que dans la question de la temporalité, désormais moins alternative qu’alternante, voire croisée, du déploiement de l’action publique et des mobilisations para institutionnelles.

3Elle s’inscrit ensuite dans un cadre territorial. La montée en puissance du paradigme de l’insertion au niveau européen, en phase avec une conception de l’individu acteur de son destin, provoque une subordination de la politique sociale à la politique de l’emploi, tandis que la territorialisation des politiques multiplie les acteurs publics et privés mobilisés dans leur mise en œuvre, mettant ainsi en concurrence certains professionnels du social et générant de nombreux problèmes de coordination entre les différents niveaux de l’action publique. Fragilisés par la mise en concurrence, les institutions locales et les professionnels de l’insertion ont à charge de gérer les tensions au cœur de l’accompagnement individualisé de masse : entre droit commun et personnalisation, entre territorialisation des dispositifs nationaux et stratégies politiques locales.

4Enfin, la place faite aux usagers par les nouvelles lois, comme par exemple la loi de 2005, suscite différentes formes de mobilisation individuelle ou collective des publics concernés. On peut interroger l’impact de cet engagement sur les pratiques de l’intervention sociale. Par hypothèse, la mobilisation des ressources non institutionnelles, militantes, bénévoles, ou associatives, obéit à une logique partiellement autonome et l’on doit pouvoir trouver des traces d’innovation collective dans le corps (et dans le champ du) social. On voit ainsi se développer des formes de bénévolat et de mobilisation militante émanant de collectifs d’usagers et de leurs alliés (voire de travailleurs sociaux eux-mêmes), plus ou moins porteuses d’une critique du travail social professionnalisé et revendiquant une plus grande prise en compte des publics concernés. Pour autant, là encore, la question de l’imbrication reste posée : outre le cadre légal voire l’incitation publique à l’instauration de contre pouvoirs, institutionnels et non institutionnels apparaissent aussi inextricablement mêlés dans la mise en œuvre des services sociaux.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search