Version classiqueVersion mobile

Comme Maupassant

 | 
Philippe Bonnefis

Épigraphe

Texte intégral

et quand Nivasio Dolcemare arriva à Paris en février 1910, dans chaque homme et dans chaque chose de la France, des Vosges aux Pyrénées et de l’Atlantique à la Méditerranée, il trouva autant de Maupassant... Maupassant, Maupassant, Maupassant, Maupassant, Maupassant, Maupassant... Cela devient le bruit sourd des roues sur les coussinets des rails au rythme du train en marche, cela devient un appel continuel scandé par la terre et par le ciel, cela devient un monôme de tous les hommes et de toutes les choses de la France, cela devient une persécution, une obsession. Vous rappelez-vous Chariot dans le labyrinthe de la « réflexion » ? Vous rappelez-vous Chariot entouré par d’innombrables Chariot, par d’infinis Chariot, par rien d’autre que des Chariot qui l’affrontent de toutes parts, qui le regardent de toutes parts, qui s’avancent vers lui de toutes parts, et qui lèvent tous ensemble un bras s’il lève un bras, qui se tournent tous ensemble s ’il se tourne, qui rient tous ensemble s ’il rit ? Est-elle dans cette répétition sans fin de lui-même la raison de la paranoïa de Maupassant ?
Alberto Savinio,
Maupassant et l’« Autre »,
Gallimard, 1977, p. 37

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search