Version classiqueVersion mobile

Critique et herméneutique dans le premier romantisme allemand

 | 
Friedrich Schlegel
, 
Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher
, 
Friedrich Ast
, 
et al.

Index des noms cités dans les textes

Texte intégral

Alembert, Jean Le Rond d’ (1717-1783). Mathématicien et encyclopédiste, Discours préliminaire de l’encyclopédie (1751) : 237.

Arioste, Lodovico (1474-1533). Poète italien, auteur du Roland furieux (Orlando furioso, 1502) et des Satires (1517-1525). A.-W. Schlegel traduisit le onzième chant du Roland dans l’Athenaeum II, 2 (1799) : 84-85, 92, 96-97.

Aristote (384-322) : 113, 199, 218, 220, 227, 248, 255, 285, 303.

Ast, Friedrich (1778-1841). Professeur de philologie classique et d’esthétique à Landshut, puis Munich, après des études à Iéna où il se lia à F. Schlegel. Traducteur de Platon (De Platonis Phaedro, Iéna, 1801 ; Platonis opera, 9 vol., Leipzig, 1819-32), collaborateur de la revue de F. Schlegel Europa (« Epochen der griechischen Philosophie », 1802). Ästhetik (Leipzig, 1805) ; Grundriss der Philologie et Grundlinien der Grammatik, Hermeneutik und Kritik (Landshut, 1808) : 316, 318-321, 323, 340-344.

Balde, Jakob (1604-1668). Jésuite, historiographe de la Cour de Bavière, poète néo-latin. Auteur des Silvae (1643) à la manière d’Horace, que Herder renouvela dans Terpsichore : 105, 217.

Barthélémy, abbé Jean-Jacques (1716-1806) Auteur du très populaire et pédagogique Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (12 vol., 1788) : 188, 193, 214, 233.

Bauer, Georg Lorenz (1755-1806). Théologien protestant, professeur de rhétorique et de langues orientales à Altdorf. Applique la méthode critique à la Bible, dont il analyse la part de mythe (historique, philosophique ou poétique). Einleitung in das A. T. (1794) ; Hermeneutik (1797) ; Theologie des A. T. (1796) und N. T. (1800-02) ; Hebräische Mythologie des A. und N. T. mit Parallelen aus den Mythen anderer Völker (1801-03) : 338.

Bayle, Pierre (1647-1706). Il est fait référence à son Dictionnaire historique et critique (Rotterdam, 1697), traduit par Gottsched et amplement répandu en Allemagne au XVIIIe siècle : 190, 221.

Beck, Christian Daniel (1757-1832). Philologue classique de Leipzig. Il conçoit encore la philologie comme une « Polyhistorie ». Auteur des Commentationes de interpretatione veterum scriptorum et monumentorum (3 vol., Leipzig, 1790-99). Anleitung zur Kenntnis der allgemeinen Weltund Völkergeschichte (4 vol., Leipzig, 1787-1807). Hermeneutica N. T. (1801) : 189, 227, 233, 237, 309.

Bentley, Richard (1662-1742). Un des plus importants philologues anglais, professeur au Trinity College à Cambridge. Epistula ad Millium (1691) ; Dissertation sur les « Lettres de Phalaris » (1697) ; travaux sur Homère, Horace, le N.T. : 192, 197, 206, 233, 238.

Bernhardi, August Ferdinand (1769-1820). Grammairien, pédagogue et théoricien du langage, Sprachlehre, Frölich, Berlin, 1801-03 ; Anfangsgründen der Sprachwissenschaft, Berlin, 1805. Proche du premier romantisme (Tieck, Wackenroder), auteur des Bambocciaden (3 vol., Berlin, 1797-1800) et ami de Fichte. Rédigea le Kynosarges (1802) : 127, 268.

Boccace, Jean ou Giovanni (1313-1375). Poète et écrivain italien. Rime, Filocolo (1336) ; Fiammetta (1343) ; Ameto (1341) ; La vision amoureuse (Amorosa visione, 1342) ; La Nymphée de Fiesole (Ninfale fiesolano, 1344-46) ; Décaméron (1350-53) ; Le Corbeau ou Le Labyrinthe d’amour (Il Corbaccio, 1354) ; la Généalogie des dieux (Genealogia deorum, 1363) : 80-100, 105-107, 361-363.

Boiardo, Matteo Maria (1441-1494). Poète et traducteur italien, attaché à la famille d’Este à Ferrare. Canzoniere (1472), et surtout le Roland amoureux (Orlando innamorato, 1476-94) : 85.

Bolingbroke, Henry (1678-1751). Diplomate, homme politique (tory) et écrivain anglais. Auteur des Letters on the study and Use of History (Londres, 1735) : 198, 237.

Bopp, Franz (1791-1867). Orientaliste, professeur à Berlin. Initie la grammaire comparée avec Über das Konjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache, Berlin, 1816 : 355.

Boufflers, chevalier Stanislas Jean de (1738-1815). Académicien français, auteur de poésies légères et de récits de voyages. Boufflers avait prononcé un discours devant l’Académie de Berlin en 1799 : 272.

Bouterweck, Friedrich (1766-1828). Écrivain, philologue et philosophe. Disciple de Heyne et de Feder à Göttingen. Parallelen. Vom griechischen und modernen Genius. Nur Fragmente (Göttingen, 1791) ; Ideen zu einer allgemeinen Apodiktik (2 vol., Halle, 1799) ; Aesthetik (2 vol., 1806) : 214, 238.

Buffon, Georges Louis Leclerc (1707-1788). Naturaliste. Histoire naturelle, 1749- ; Discours à l’Académie, 1753 ; Les époques de la Nature, 1779 : 145.

Bürger, Gottfried August (1747-1794). Poète du Sturm und Drang, important pour Schiller et A. W. Schlegel. Éditeur du Musenalmanach de Göttingen et de l’Akademie der Schönen Künste. Auteur de ballades, dont la célèbre Lenore (1774) : 105-107.

Buttmann, Philipp (1764-1829). Philologue, membre de l’Académie des sciences de Berlin, éditeur avec F.-A. Wolf du Museum der Altertumswissenschaft (1807-) : 317.

Casaubon, Isaac (1559-1614). Philologue et savant français, fils de protestants réfugiés à Genève, éditeur d’Athénée, Polybe, Perse etc. A Londres en 1610, il forme avec Saumaise et Scaliger le « triumvirat philologique » : 239.

Cervantes, Miguel de (1547-1616). Les œuvres citées ici sont le Galatée (1585) ; Don Quichotte (I, 1605 ; II, 1615), traduit par Tieck et par Soltau, les deux traductions étant recensées par les frères Schlegel dans l’Athenaeum (II, 1 et III, 2). Nouvelles exemplaires (1613), dont la Gitanella ; Numance (1614) : 82, 85, 87, 90, 94, 97, 99, 103, 106.

Chamfort, Sébastien Roch Nicolas de (1741-1794). Moraliste français, important pour la conception des fragments de l’Athenaeum (F. Schlegel parle de « Chamfortiades »). Maximes et pensées, caractères et anecdotes. Produits de la civilisation perfectionnée (1795) : 158-159.

Chaucer, Geoffrey (1340-1400)). Poète anglais, souvent inspiré de Boccace (la Théséide, le Philostrate et le Décaméron). Auteur des Contes de Cantorbury (Cantorbury Tales, 1526) et du Parlement des oiseaux (1388) : 86.

Cicéron, Marcus Tullius (106-43) : 115, 192, 203, 205, 227, 236, 250, 324.

Condorcet, Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat (1743-1794). Philosophe, mathématicien et homme politique. Auteur de l’Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain (1794), dont F. Schlegel fit la recension.

Constantin, Porphyrogénète (905-959). Empereur byzantin (confondu avec Porphyre, l’éditeur de Plotin, par Schlegel). Il favorisa particulièrement les sciences, faisant établir des états des lieux dans les différents domaines : 235.

Corneille, Pierre (1606-1684) : 145.

Cornelius, Nepos (99-24 env.). Historien latin : 227.

Creuzer, Georg Friedrich (1771-1858). Mythologue et éditeur des Néoplatoniciens, professeur à Heidelberg, proche du « second romantisme » (Hochromantik). Symbolik und Mythologie (1812) ; Briefe über Homer und Hesiod (1818) : 355.

Dante (1265-1321). La Divine comédie (1307-1321) fut considérée par les romantiques (A. W. Schlegel, Schelling) comme le modèle d’une « mythologie poétique moderne », unissant philosophie et poésie : 83, 90, 92-93, 96-97.

Denys d’Halicarnasse (1er siècle). Historien et critique grec, actif à Rome. Les orateurs antiques ; De la composition des mots. Son idée de la prose fut décisive pour la conception des frères Schlegel : 192, 205, 250.

Dyk, Johann Gottfried (1750-1815). Libraire et publiciste de Leipzig, depuis 1778 « Magister » en philosophie. Éditeur avec Weisse de la Neue Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freien Künste (Leipzig, 1765-1800) : 269.

Eichhorn, Johann Gottfried (1752-1827). Orientaliste, élève de Heyne et Michaelis à Göttingen, professeur à Iéna et Göttingen. Son œuvre majeure est l’Einleitung in das A. T. (1780), à laquelle Wolf se réfère dans ses Prolegomena. Dans la lignée de J. Astruc, Michaelis et Semler, il suppose l’existence de deux sources principales de la Genèse (et de diverses sources secondaires), rassemblées par un rédacteur (Moïse). Il est un des premiers à utiliser la catégorie de « mythe » comme « mode de pensée sensible des premiers temps » dans l’histoire des temps anciens ; Urgeschichte, 1779 : 338.

Eichstädt, Heinrich Karl Abraham (1772-1848). Philologue allemand, disciple de Morus à Leipzig, professeur à Iéna. Collaborateur de Schütz à l’Allgemeine Literaturzeitung. Opuscula oratoria (Iéna, nosth.. 1849). Éditeur de l’herméneutique de Morus (qui vaudra encore comme manuel pour Schleiermacher à ses débuts, comme celle d’Ernesti), Super Hermeneutica N. T. Acroases Academicae, Leipzig, 1797 : 192-193, 199, 227, 238.

Ernesti, Johann August (1707-1781). Recteur à la Thomasschule de Leipzig, puis professeur de théologie, de rhétorique et de philologie à Leipzig. On lui doit surtout une édition de Cicéron, des Discours, une rhétorique et une herméneutique (Institutio interpretis Novi Testamenti, 1767) : 190-192, 198, 240.

Eschenburg, Johann Joachim (1743-1820). Historien de la littérature, bibliothécaire à Brunswick, ami de Lessing. Traducteur de l’anglais (Pope, J. Priestley, Thomas Warton), ainsi que Shakespeare (en prose). Lehrbuch der Wissenschaftskunde (Berlin, 1792) : 87.

Eschyle (525-456) : 113.

Euripide (485-406) : 113.

Eustathe de Thessalonique (env. 1194). Erudit et homme d’église byzantin, auteur d’un vaste commentaire (Parekholai) de l’Iliade et de l’Odyssée : 235.

Fabricius, Johann Albert (1668-1736). Philologue classique à Hambourg, professeur de morale et d’éloquence et théologien. Bibliotheca graeca (14 vol., Hambourg, 1705-28) : 239-240.

Feder, Johann Georg Heinrich (1740-1821). Professeur de philosophie à Göttingen, plus attiré par la psychologie que par la métaphysique. Proche de Garve avec qui il rédigea une recension de la Critique de la raison pure de Kant. Grundriss der philosophischen Wissenschaften (1767) ; Untersuchungen über den menschlichen Willen (4 vol., 1779-1793) : 227.

Fichte, Johann Gottlieb (1762-1814). Le philosophe essentiel des dernières années du siècle en Allemagne, professeur à Iéna jusqu’en 1799, puis à Berlin. Considérations sur la Révolution française (1793) ; Fondements de la doctrine de la science (1794) ; Fondements du droit naturel (1796) ; Doctrine des mœurs (1798) ; Destination de l’homme (1800). Schleiermacher fit un compte rendu de ce dernier ouvrage dans l’Athenaeum (III, 2) : 127-128, 151, 165, 195, 218, 220-221, 223, 226, 246, 248, 251, 268-270, 284, 340, 344-349, 354, 356.

Forster, Georg (1754-1794). Naturaliste et écrivain allemand. Éditeur des Voyages de Cook (1787). Engagé en faveur de la Révolution française (il vint à Paris, Parisische Umrisse, 1792), il participa à l’expérience de la « révolution » à Mayence, Darstellung der Revolution in Mainz, 1793. Ansichten vom Niederrhein, von Brabant, Flandern, Holland..., 1790. F. Schlegel lui consacra une importante caractéristique, Georg Forster. Fragment einer Charakteristik der deutschen Klassiker, Lycée, 1797 : 104, 107, 249, 255.

Funck, Johann Nicolaus (1693-1777). Professeur d’éloquence et d’histoire, auteur d’écrits philologiques et théologiques. De lecitone auctorum classicorum (Marbourg, 1730, 1745, 1763 3e éd.) ; De origine lat. ling. (1720-1750) ; Leges XII tabularum fragmenta (1744) : 239.

Garve, Christian (1742-1798). Philosophe populaire, auteur de nombreux écrits sur divers sujets, en particulier de morale et de politique. Important traducteur de textes anglais (Adam Smith, Ferguson, Burke), d’Aristote et Cicéron. Schleiermacher a fait dans l’Athenaeum (III, 1-1800) une critique de ses œuvres et F. Schlegel faisait du « garvisme » une de ses cibles favorites : 155, 185-186, 188, 190, 192-193, 199,214, 238, 266,354.

Gessner, Salomon (1730-1788). Poète suisse, célèbre pour ses Idylles (1756) : 105.

Gibbon, Edward (1737-1794). Historien anglais ayant surtout vécu à Lausanne. Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain (1776) ; Autobiographie (1795) : 197-198, 202, 214, 225, 232, 235.

Girtanner, Christoph (1760-1800). Médecin, chimiste et publiciste politique hostile à la Révolution française. Adversaire de la chimie préscientifique du phlogistique (Stahl, Priestley) ; Lehrbuch der antiphlogistischen Chemie, Berlin, 1792 : 267-268.

Goethe, Johann Wolfgang von (1749-1832). Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister sont de 1795-97, la recension de F. Schlegel parut en 1798 dans le volume I, 2 de l’Athenaeum. Voir également, dans l’Entretien sur la poésie II du même (Ath. III, 2), « L’essai sur les divers styles de Goethe dans ses œuvres de jeunesse et de maturité » (AL, pp. 331-337) : 103, 128, 214, 225-226, 255, 257, 269-270, 351.

Granucci, Nicolo (1530- ?). Auteur de nouvelles, il a mis en prose la Théséide de Boccace. L’Eremita, la carcere e il diporto, novelle e altre cose morali (Lucques, 1569) ; La piacevol notte el lieto giorno, op. morale (Venise, 1574) : 86.

Grimm, Jakob (1785-1863) et Wilhelm (1786-1859). Philologues et écrivains allemands. Contes (1812), Grammaire allemande (Deutsche Grammatik, 1819) ; Histoire de la langue allemande (1848) ; Dictionnaire (1852-1858) : 355.

Guarini, Gian Battista (1538-1612). Poète italien, professeur de poétique et de rhétorique à Ferrare, diplomate. Le Pasteur fidèle (Il pastor fido, 1580-83, publié en 1595) ; Rimes (1598) : 86, 96-97.

Hardenberg, Friedrich von (1772-1801). Nom véritable de Novalis, qui n’était que le pseudonyme choisi pour les publications de l’Athenaeum, les Grains de pollen (Blüthenstaub, I, 1-1798) et les Hymnes à la nuit (III, 2-1800) : 199, 220.

Harles, Gottlieb Christoph (1738-1815). Professeur de philologie et historien de la littérature à Erlangen. Vitae philologarum nostrae aetate clarissimorum (Brême, 1764), De pedantismo philologico (op. I) : 227.

Harris, James (1709-1780). Philosophe, critique d’art et philologue anglais, neveu de Shaftesbury. Hermes or a Philosophical inquiry concerning Universal Grommar (Londres, 1751), dont la traduction allemande fut annotée par F.-A. Wolf (Halle, 1788) : 152, 208,211-215, 221, 226.

Heeren, Arnold Hermann (1760-1842). Historien, successeur de Spittler à Göttingen, où il avait suivi également Heyne dont il rédigea la biographie (recensée par F. Schlegel dans le Deutsches Museum). Éditeur de Stobbée (1792-94). Auteur d’une Geschichte des Studiums der klassischen Litteratur seit dem Wiederaufleben der Wissenschaften (2 vol., Göttingen, 1797-1801) : 196, 198, 233.

Heinse, Johann Jakob (1749-1803). Auteur connu pour le roman artiste Ardinghello und die glückseligen Inseln (A. et les îles de la Félicité, 1784) :257.

Hemsterhuys, François (1721-1790). Philosophe hollandais d’expression française. Traduit en allemand par Herder et Jacobi, très prisé par les premiers romantiques (Novalis lui consacra un cahier d’études, Hemsterhuys-Studien, 1797), il a rénové dans ses dialogues un spiritualisme platonisant : Lettre sur l’homme et ses rapports (1772), Sophyle ou de la philosophie (1778), Alexis ou de l’âge d’or (1787) : 262.

Hemsterhuys, Tibère (1685-1766). Philologue hollandais, père du précédent, fondateur de l’école de Leyde. Oratio de litterarum humaniorum studiis ad mores emendandos virtutisque cultum conferendis (Leyde, 1784). Oratio de mathematum et philosophia studio cum litteris humanioribus conjugendo (1725) : 188-190, 198,214, 238.

Héraclite (576-480) : 156.

Herbart, Johann Friedrich (1776-1841). Philosophe et pédagogue allemand, critique de l’idéalisme, il cherche à fonder une psychologie scientifique. Einleitung in die Philosophie (1813) ; Handbuch der Psychologie (1816) : 346.

Herder, Johann Gottfried (1744-1803). Écrivain et philosophe, découvreur de la littérature populaire et de l’histoire, inspirateur du Sturm und Drang. Auch eine Philosophie der Geschichte (1774) ; Ideen (1784) ; Briefe zur Beförderung der Humanität (1793-98), dont F. Schlegel rendra compte ; Metakritik (1799) contre Kant, critiquée par Bernhardi dans 1’Athenaeum (III, 2-1800) : 190, 192, 198, 210, 214, 226, 231, 238, 246, 249, 341, 351, 355.

Hermann, Gottfried (1772-1848). Grand philologue du XIXe siècle, évoqué ici pour son De metris poetarum graecorum et romanorum (Leipzig, 1796), où il use entre autres des catégories kantiennes ; discuté par A.-W. Schlegel, Bernhardi, Goethe : 206, 227, 238.

Hérodote (484-425) : 227, 261, 304.

Herz, Markus (1749-1803). Médecin, ami et disciple de Kant. Marié à Henriette Herz, animatrice d’un des « salons romantiques » les plus vivants de Berlin dans les dernières années du siècle : 199.

Heumann, Christoph August (1681-1764). Professeur à Göttingen, éditeur de Cicéron. Commentatio de arte critica (1747) : 314.

Heyne, Christian Gottlob (1729-1812). Professeur de philologie à Göttingen, où il enseigna à A. W. et F. Schlegel, W. von Humboldt. Opuscula academica, 6 vol., Göttingen, 1785-1811 : 188-189, 191-192, 197-199, 205, 209, 211, 217, 227, 233, 238, 240, 310, 338.

Hippel, Theodor Gottlieb von (1741-1796). Écrivain et humoriste allemand, ami de Kant. Lebensläufe in aufsteigender Linie (1778-81) ; Kreuz - und Querzüge des Ritters A. Z. (1793-94) : 158.

Home, H. Lord Kames (1696-1782). Historien et critique anglais. Historical Law-tracts (1758) ; Sketches of the history of man (Edimbourg, 1774) : 152.

Homère : 103, 113, 115, 215, 219, 227, 236, 302, 308.

Horace (65-08) : 300, 308.

Hottinger, Johann Jakob (1750-1819). Philologue suisse. Versuch einer Vergleichung der Deutschen Dichter mit den Griechen und Römern (Mannheim, 1789) ; Über die Seltenheit classischer Prosaisten in Deutschland (1792) :238.

Hülsen, August Ludwig (1765-1810). Etudes à Halle puis Iéna où il est disciple de Fichte et connaît le groupe de l’Athenaeum pour lequel il collabore : Über die natürliche Gleichheit der Menschen (vol. II, 1) : 187.

Humboldt, Wilhelm von (1767-1835). Humaniste et homme d’État prussien, fondateur de l’Université de Berlin (1810). A suivi l’enseignement de Heyne et travaillé avec Wolf, Briefe mil Wolf. Über das Studium des Altertums und des griechischen insbesondere (1793) ; Über Goethes Hermann und Dorothea (1798) : 214, 351-352, 355, 361.

Iffland, August Wilhelm (1759-1814). Acteur célèbre des scènes berlinoises, auteur de nombreuses pièces, et directeur du Théâtre de Berlin. Ses drames bourgeois connurent un grand succès : Le crime par point d’honneur (1784), Les chasseurs (1785), Les célibataires. Bernhardt lui consacra une étude dans le Berlinisches Archiv der Zeit, « Über Ifflands mimische Darstellung » (1799) : 196.

Ilgen, Karl David (1763-1834). Professeur de langues orientales à Iéna, où il succède à Eichhorn. Éditeur des Hymnes homériques (1796), des Skolia graecorum (1798) ; Opuscula varia philologica (1797) ; Die Urkunden des Jerusalemischen Tempelarchivs in ihrer Urgestalt (t. I, 1798) : 188, 213, 227.

Jacobi, Friedrich Heinrich (1743-1819). Écrivain, philosophe et polémiste. Allwill (1774) ; Woldemar. Eine Seltenheit aus der Naturgeschichte (1777). F. Schlegel fera une longue recension de la seconde édition dans Deutschland (1796) ; Lettres à Mendelssohn sur la doctrine de Spinoza (1784) : 103-104, 165, 195, 214, 257.

Jacobs, Friedrich (1764-1847). Philologue classique à Gotha, successeur de Brunck. Membre de l’académie des sciences de Munich, conservateur de la bibliothèque de Gotha : 238.

Jenisch Daniel (1762-1804). Prédicateur, écrivain et traducteur adversaire du groupe des premiers romantiques contre lesquels il publia une sévère critique dans le Berlinisches Archiv der Zeit (I, 1799) : 268.

Johnson, Samuel (1709-1784). Moraliste et critique anglais très influent dans le siècle. Éditeur du Rambler (1750), de l’Idler (1758). Sa vie par S. Boswell connut un grand succès, Life of Dr. Johnson (1791) : 152.

Jones, Sir William (1746-1794). Orientaliste anglais, fondateur de la Société asiatique (Asiatic Researches, 1784), et initiateur de la redécouverte du sanscrit (1786) : 177.

Kant, Emmanuel (1724-1804). Critique de la raison pure (1781 ; 1787) ; Critique de la faculté de juger (1790) ; La Religion dans les limites de la simple raison (1793) : 134, 148, 150-151, 153-156, 158, 160, 165, 175, 194, 218, 246, 254, 260, 266, 269, 334-340, 354.

Klopstock, Friedrich Gottlieb (1724-1803). Poète et dramaturge, auteur du poème épique chrétien la Messiade (1748-1777), d’odes et de drames. A. W. Schlegel a critiqué ses Entretiens grammaticaux (Grammatische Gespräche, Altona, 1794) dans le premier texte de l’Athenaeum (I, 1-1798), Die Sprachen (Les langues, un dialogue sur les entretiens grammaticaux de Klopstock) : 103, 211, 221, 255.

Koch, Erdwin Julius (1764-1834). Auteur d’un manuel de philologie à partir de l’enseignement de Wolf, Hodegetik für das Universitätsstudium in allen Fakultäten (Berlin, 1792) ; Encyklopädie aller philologischen Wissenschaften (Berlin, 1793) : 190.

Le Clerc, Jean ou Clericus (1657-1736). Erudit et philologue genevois, savant européen au sens large, auteur de l’Ars critica in qua ad studia linguarum Latinae, Graecae et Hebraicae munuitur, vetermuque emendandorum, spuriorum scriptorum a genuinis dignoscendorum et judicandi de eorum libris ratio traditur (3 vol., Amsterdam, 1696-1700), référence pour l’herméneutique du XVIIIe siècle : 201, 314.

Leibniz, Gottfried Wilhelm (1646-1716). Discours de métaphysique (1685) ; Monadologie (1714). Les Nouveaux essais (1704) n’ont été édités qu’en 1765 : 149-150, 152, 269, 335, 348.

Lessing, Gotthold Ephraim (1729-1781). Écrivain, critique et dramaturge. Auteur de drames (Nathan der Weise, Nathan le sage, 1779), d’écrits théoriques sur le théâtre (Die Hamburgische Dramaturgie, 1767-69) et l’art (Laokoon, 1766), de polémiques contre l’orthodoxie (Anti-Goeze) et d’une philosophie de l’histoire, Die Erziehung des Menschengeschlechts (1782). F. Schlegel lui a consacré plusieurs écrits : 103, 108-109, 141-178, 189, 191-192, 194, 196, 212, 214, 231,246, 253-254, 256-257.

Linné, Carl von (1707-1778). Naturaliste suédois. Systema naturae ; Fundamenta botanica : 152.

Luther, Martin (1483-1546) : 247.

Lutz, Johann Ludwig Samuel (1785-1844). Professeur de théologie. Auteur d’une Biblische Hermeneutik (1849) : 334.

Mably, Gabriel Bonnot de (1709-1785). Écrivain et diplomate français. Observations sur l’histoire de France (Genève, 1765) ; De l’étude de l’histoire (1775) ; Sur la manière d’écrire l’histoire (1783) : 237.

Manni, Domenico Maria (1690-1788). Éditeur et homme de lettres toscan. Delle vite de’Santi Padri (Florence, 1731-35) ; contribution au Vocabolario della Crusca (t. 5-6, 1731-39) ; Vita di F. Guicciardini (Venise, 1738-40) ; Storia del Decamerone (Florence, 1742) : 81, 91.

Meusel, Johann Georg (1743-1820). Historien et bibliographe, élève de Gatterer et de Heyne à Göttingen, professeur d’histoire à Erfurt et Erlangen. Lehrbuch der Statistik (1790-97) ; Bibliotheca historica (9 vol., Leipzig 1782-97) : 237.

Michaelis, Johann David (1717-1791). Orientaliste, professeur à l’Université de Göttingen : 339.

Mirabeau, Honoré Gabriel, comte de (1749-1791). Orateur et homme politique, chargé de mission diplomatique à Berlin (1786-87) : 159.

Mitscherlich, Christoph Wilhelm (1760-1854). Professeur de philologie à Göttingen, successeur de Heyne : 310.

Monboddo, James Burnett Lord (1714-1779). Auteur d’un ouvrage important sur le langage, dont Herder traduisit une partie en 1784 : On the origin and progress of language, 6 vol., Londres, 1773-92 : 186, 237.

Moritz, Karl-Philipp (1757-1793). Autodidacte, romancier, mythologue, théoricien de l’esthétique. Ami de Mendelssohn, Schiller, Goethe. Sa théorie du symbole, compris comme un ordre propre, transforme profondément l’esthétique allemande et prépare le romantisme. Il s’est intéressé à la psychologie expérimentale, à travers le Magazin für Erfarhrungsseelenkunde (1783-93). Voir son roman autobiographique : Anton Reiser (1785-90) ; sa Mythologie (Götterlehre, 1790) : 214, 225, 229, 231,246.

Möser, Justus (1720-1794). Homme d’État, juriste et écrivain politique. Adversaire du despotisme éclairé et défenseur des « libertés germaniques ». Patriotische Phantasien (1774) : 255.

Mozart, Johann Wolfgang Amadeus (1756-1791). Très prisé par Tieck, Bernhardi et Wackenroder : 154, 196.

Muret, Marc-Antoine (1528-1585). Humaniste et philologue français. Wolf édita ses Variae lectiones : 233.

Nemesius d’Emèse (IVe siècle). Théologien grec. Son De la nature de l’homme ne fut réédité qu’en 1802 par C.-F. Mathael : 233.

Neubeck, Valerius Wilhelm (1765-1850). Médecin et écrivain, auteur du poème Der Gesundbrunnen : 103.

Niethammer, Friedrich Emmanuel (1766-1848). Professeur de philosophie puis de théologie à Iéna. Editeur avec Fichte du Philosophisches Journal où devait paraître l’essai de Schlegel sur la philologie : 215.

Pétrarque, Francesco (1304-1374). Poète et humaniste italien. De vita solitaria (1356) ; Africa (1337-47) ; Secretimi (1342-43) ; Canzoniere : Rime (1327), Triomphes (1353) : 83, 85, 90-91, 93-94, 96-97, 236.

Photius (820-897). Théologien byzantin, patriarche de Constantinople. Auteur de la Bibliotheca, répertoire d’œuvres antiques la plupart disparues : 235.

Pindare (518-438) : 298, 308.

Platner, Ernst (1744-1818). Professeur d’anthropologie et de physiologie à Leipzig. Anthropologie für Ärzte und Weltweise (1772 ; 2e éd. 1790). Ses Philosophische Aphorismen furent beaucoup lus (Leipzig, 1793) : 223.

Platon (427-347) : 113, 167, 191, 227, 232, 244, 284-285, 303, 306-309, 311-312, 324, 352-353, 362.

Politien, Ange (1454-1494). Poète et philologue italien à la Cour de Laurent de Médicis. Miscellanea (1489-) ; Silvae (1482 ; 1483 ; 1485 ; 1491) ; Stances (1475-78) ; Orfeo (1480) : 92.

Pölitz, Karl Heinrich Ludwig (1772-1838). Éditeur des leçons de Kant, professeur de morale et d’histoire à Dresde depuis 1794 : 211.

Proclus (412-485). Philosophe néoplatonicien, édité par Creuzer : 235.

Psellos, Michel (1018-1096). Homme d’État et écrivain byzantin. Commentateur d’Homère. Chronographie. Oraisons funèbres : 235.

Pulci, Luigi ((1432-1484). Poète italien de la Cour de Laurent de Médicis. Il Morgante Maggiore (1461) ; La Giostra (1468) ; La Beca di Dicomano : 85.

Quintilien, Marcus Fabius (35-100). Rhéteur romain. Institutio oratoria·. 192,294.

Rehberg, August Wilhelm (1757-1836). Homme d’État et écrivain politique. Connu pour sa critique de la Révolution française d’inspiration burkienne et que Fichte s’efforça de « rectifier ». Über die deutsche Literatur (1782). Untersuchungen über die Französische Revolution (2 vol., 1793) : 199.

Reinhold, Karl Leonhard (1758-1823). Philosophe allemand, professeur à Iéna de 1787 à 1794, un des premiers et des plus habiles divulgateur du kantisme, avant de se rapprocher des positions de Fichte et de connaître par la suite bien des retournements de doctrine. Lettres sur la philosophie kantienne (1787) ; Philosophie élémentaire (1792) : 269.

Robortello, Francesco (1516-567). Humaniste italien, éditeur des scolies d’Eschyle (1552), du Péri Hupsos. Il édita, traduisit et commenta la Poétique d’Aristote (1548). Ast renvoie à sa Disputado de arte critica corrigendi antiquorum libros (1557) qui exige du critique un « iudicium magnum » : 314.

Rousseau, Jean-Jacques (1712-1778) : 145, 158, 214, 239, 257.

Rudorf, Johann Ludwig (1727- ?). Pasteur allemand, Dozent à l’Université : 309.

Ruhnken, David (1723-1798). Professeur de Latin à Leyde. Partisan de Heyne et de Wolf, qui lui dédia les Prolegomena : 185, 188, 191, 201, 215, 237.

Salisbury, Jean de (1110-1180). Evêque de Chartres. Dans son Metalogicon (1159), il fait une apologie des arts libéraux et de la culture : 235.

Saumaise, Claude de (1588-1653). Philologue français réformé, successeur de Scaliger à Leyde en 1631 : 192.

Savigny, Friedrich Karl von (1779-1861). Juriste et homme politique. Fondateur de l’école historique allemande. Histoire du droit romain (1815-31) : 355.

Scheller, Immanuel Johann Gerhard (1735-1805). Professeur de latin à Berlin et Breslau : Schelleri praecepta stili bene latini in primis ciceroniani seu eloquentiae romanae (Fritsch, Leipzig, 1784) ; Lateinische Sprachlehre (Leipzig, 1800) ; Lat.-deutsches Lexicon (5 vol., Leipzig, 1804) : 309.

Schelling, Friedrich Wilhelm Joseph (1775-1854). Philosophe proche des premiers romantiques : Idées pour une philosophie de la nature (1798) ; Système de l’idéalisme transcendantal (1800) ; Exposé de mon système de philosophie (1801) ; Philosophie de l’art (1802-03) ; System der gesammten Philosophie und der Naturphilosophie insbesondere (1804) : 127, 284, 342, 346, 351, 356, 359.

Schiller, Friedrich (1759-1805). Poéticien et poète. Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme (1793). Sur la poésie naïve et sentimentale (1795-96) : 210, 214, 246, 249, 347, 351, 355, 357.

Schilling, Johann Georg (1750-1845). Recteur, prêtre. Auteur de travaux philologiques : 310.

Schlegel, Friedrich (1772-1829). Critique, philologue et écrivain : 73-77, 102-109, 127, 342, 346, 351-353, 355-363.

Schlegel, August Wilhelm (1767-1845). Critique littéraire, coéditeur de l’Athenaeum et traducteur (Euripide, Shakespeare, Dante, Calderon). Professeur de littérature à Iéna, Berlin, Bonn : 102-109, 127, 218, 270, 275, 355.

Schleiermacher, Friedrich Daniel Ernst (1768-1734). Philosophe et théologien, proche du groupe de l’Athenaeum et surtout de Friedrich Schlegel entre 1798 et 1801. Ses Discours sur la religion sont de 1799, ses Monologues de 1800 : 127, 338-340, 344, 346-356, 360-363.

Schütz, Christian Gottfried (1747-1832). Professeur de poésie et de rhétorique à Iéna à partir de 1779. Cofondateur de l’Allgemeine Literaturzeitung de Iéna. Grundsätze der Logik oder Kunst zu denken zum Gebrauch der Vorlesungen (Lemgo, 1773) : 192.

Second, Jean (Jan Everaerts), (1511-1536). Poète hollandais néo-latin, élève d’Alciat, proche de Charles-Quint. Basia (Baisers, 1539) : 217.

Semler, Johann Salomo (1725-1791). Théologien protestant, professeur à Pialle de 1752 à 1791. Vorbereitung zur theologischen Hermeneutik (Halle, 1760-69) ; Neuer Versuch, die gemeinnüzige Auslegung und Anwendung des N. T. zu befördern (Halle, 1786) ; Zur Revision der kirchlichen Hermeneutik und Dogmatik (Halle, 1788) : 335, 337-338.

Shakespeare, William (1564-1616). Sont citées les œuvres suivantes : Romeo and Juliet (1594-95) ; Twelth night (1600) ; Troilus and Cressida (1601) : 82, 84, 91, 98, 148-149, 156, 218, 256, 273.

Simplicius (début VIe siècle). Philosophe néoplatonicien, commentateur d’Aristote : 235.

Socrate (469-399) : 160, 218, 249.

Sophocle (496-406) : 112-117.

Spalding, Georg Ludwig (1762-1811). Professeur de langues anciennes à Berlin au Kölnisches Gymnasium. Proche de F. Schlegel et de Schleiermacher : 203.

Spinoza, Baruch (1632-1677) : 149, 165.

Stace (45-96). Poète latin, auteur de la Thébaïde et des Silves : 86.

Steffens, Henrik (1773-1845). Philosophe de la nature norvégien, marqué par Schelling, proche de Schleiermacher. Grundzüge der philosophischen Naturwissenschaft (Berlin, 1806) : 127.

Sulzer, Johann Georg (1720-1779). Philosophe suisse, spécialiste de l’esthétique, lié à l’Académie de Berlin. Allgemeine Theorie der schönen Künste (Leipzig, 1771-1774) : 188, 214, 237-238, 246.

Swift, Johnathan (1667-1745). Écrivain et pamphlétaire irlandais. The Battle of the books (1704) ; Voyages de Gulliver (1739) : 257.

Tacite, Publius Cornelius (56-117). Historien romain : 261.

Tasse, Le ou Torquato Tasso (1544-1595). Poète italien, actif à la Cour de Ferrare. Il Rinaldo (1562) ; Aminta (1573) ; La Gerusalemme liberata (1571) : 84-85, 96-97.

Tholuck, Friedrich August Gottreu (1799-1877). Professeur de théologie à Berlin, puis à Halle. Représentant de la « théologie de la médiation » entre orthodoxie et rationalisme : 340.

Tieck, Ludwig (1773-1853). Ecrivain et poète ami de Wackenroder et de Bernhardi. Auteur de comédies, de récits et de contes : Le Chat botté (1794) ; William Lovell (1795-96) ; Le blond Eckbert (1797) ; Franz Sternbald (1798) ; Genoveva (1800) : 102-103, 127, 269, 275.

Tiedemann, Dietrich (1748-1803). Professeur de philosophie et de grec à Marbourg. Adversaire de Kant : 223.

Tite-Live (64-10). Historien romain : 87.

Valckenaer, Lodewijk Caspar (1715-1766). Philologue classique à Leyde. Spécialiste de la tragédie et des scolies : 188.

Varron, Marcus Terence (116-27). Grammairien latin. De lingua latina : 213.

Villoison, Jean Baptiste Gaspard d’Ansse de (1753-1805). Philologue français spécialiste du grec post-classique, éditeur du codex homérique de Venise (1788), qui servit de base de réflexion à Wolf dans ses Prolegomeno (1795) : 238.

Volney, Constantin François, Comte de (1757-1820). Philosophe et écrivain proche des Idéologues. Voyage en Syrie et en Égypte (2 vol., 1787). Les Ruines ou Méditations sur les révolutions des empires (1791) : 238.

Voltaire, François Marie Arouet dit (1794-1778) : 145, 214.

Voss, Johann Heinrich (1751-1826). Philologue et traducteur, en particulier d’une version versifiée d’Homère très appréciée. Adversaire de Wolf : 107, 188, 202, 209, 211, 218, 221, 226-227, 232.

Vossius, Gérard Jean (1577-1649). Erudit hollandais, spécialiste de l’historiographie et de la grammaire grecque. Histoire du pélagianisme (1618) ; De artium et scientiarum natura ac constitutione libri quinque (vol. I, De quatuor artibus popularibus ; vol. III, De universae matheseos natura et constitutione liber, Amsterdam, 1650) : 237.

Warburton, William (1698-1779). Évêque de Gloucester, écrivain et lettré anglais : The Divine légation of Moses (1737-41). Adversaire de la religion naturelle et défenseur de la révélation : 233.

Warton, Thomas (1728-1790). Philologue anglais. Auteur des Inscriptionum romanarum Metricarum Delectus (Londres, 1758) ; History of English poetry (1774-77) : 206.

Wegelin, Jakob (1721-1791). Philosophe suisse, membre de l’Académie de Berlin, théoricien de l’histoire insistant sur le caractère individuel des événements historique et sur leur continuité : Sur la philosophie de l’histoire (Schriften der Berliner Akademie, 1770-76) ; Sur les biographies de Plutarque (ebd. 1780) : 237.

Winckelmann, Johann Joachim (1717-1768). Historien de l’art dont l’œuvre fut décisive pour la renaissance d’un goût néo-classique en Europe au XVIIIe siècle. Réflexions sur l’imitation des œuvres des Grecs en peinture et en sculpture (1755) ; Histoire de l’art de l’Antiquité (1764) : 185-187, 189, 191-192, 194-195, 207, 214, 222, 225-227, 231, 239-240, 246-247, 249, 255-256, 260-261, 351, 355.

Wolf, Friedrich August (1759-1824). Professeur de philologie classique à Halle puis Berlin. Auteur des Prolegomena ad Homerum (1795) et de nombreuses éditions classiques. Créateur du premier séminaire de philologie à Halle, où passèrent Schleiermacher, Bernhardi, Boeckh, Süvern : 177, 185, 187-188, 190-194, 197, 199, 202, 204, 207, 221, 226, 237, 239, 316-322, 325, 356-357.

Woltmann, Karl Ludwig von (1770-1817). Historien, professeur de philosophie à Iéna (1795-97) : 211.

Wyttenbach, Daniel Albert (1746-1820). Philologue hollandais. Epistola critica (1769) ; Praecepta philosophiae logicae (Amsterdam, 1781 ; Halle, 1794) : 227, 238, 310.

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search