Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

Des professionnels en résistance

La reconfiguration de l’action institutionnelle auprès des mineurs « délinquants » : du dilatement de l’institution au délitement du sujet

Ludovic Jamet

Texte intégral

  • 1 Nous pouvons prendre pour exemple les travaux récents de Benoît Bastard et Christian Mouhanna (200 (...)
  • 2 Au sens où elle correspond à « une mission orientée vers le bien public ou une mission régalienne, (...)
  • 3 Ce texte présente les conclusions d’un doctorat de sociologie sur l’évolution du traitement instit (...)

1L’évolution de l’action publique à destination des mineurs reconnus auteurs d’actes délictueux est aujourd’hui au centre de nombreuses réflexions1. Cette action, considérée ici comme une production institutionnelle2, connaît depuis les années 1980 de profonds bouleversements qui redéfinissent de manière considérable le rôle, le domaine d’intervention et les marges de manœuvre des deux acteurs principaux qui la mettent en œuvre, le juge des enfants et l’éducateur de justice. Dans le cadre de notre recherche3, deux types de changements ont été identifiés.

  • 4 Expression empruntée à Lise Demailly (2008). L’auteure décrit par cela la modélisation de l’organi (...)

2Le premier a à voir avec la « forme organisationnelle »4 permettant la mise en œuvre pratique de cette action. Le législateur a en effet impulsé une reconfiguration du rôle et des places tenus par les principaux intervenants dans le processus décisionnel et dans la réalisation concrète du traitement de la délinquance juvénile. Cette reconfiguration met l’accent sur la mise en réseau d’acteurs toujours plus nombreux, sur une délimitation plus fine du domaine d’intervention de chacun et sur une libéralisation du marché des services sociaux, notamment par le recours croissant au secteur associatif habilité « justice ». Le législateur a également accentué les marges de manœuvres des juges, et plus précisément celles des magistrats du parquet, qui voient renforcer leurs prérogatives en matière d’orientation et de suivi des affaires pénales. Ceci a pour conséquence d’accroître le rôle des acteurs du monde judiciaire quant à la création de catégories d’intervention dans le secteur de l’enfance délinquante.

  • 5 Décrit notamment par Laurent Mucchielli (2008).
  • 6 Pour une vision synthétique des différentes approches sociologiques de cette évolution des formes (...)
  • 7 Pour une théorisation de ce passage du « travail sur » au « travail avec » autrui, voir Isabelle A (...)

3Le second concerne l’essence même de cette action. Le mouvement de judiciarisation du traitement institutionnel de la délinquance entamé depuis la fin des années 19905 s’est concrétisé par une accélération des réponses pénales, par le développement de mesures « plus coercitives » et par un recentrage de l’intervention de la Protection Judicaire de la Jeunesse (PJJ) dans un strict cadre pénal. Cette judiciarisation s’est produite conjointement à une évolution du référentiel des institutions publiques sur la nature du travail à exercer auprès d’autrui6. Ceci a abouti notamment à la mise en place de prises en charge contractualisées, où il ne s’agit plus pour les professionnels de « travailler sur » les mineurs mais de les impliquer dans un projet éducatif afin de « travailler avec »7 eux autour de leur réinsertion et/ou autonomisation. Cette redéfinition a fait évoluer aussi bien le type de travail à effectuer que la teneur de la relation que les professionnels, en tant que représentant de l’institution, nouent avec les mineurs.

  • 8 Au sens foucaldien du terme (Foucault, 1994). Pour une réflexion autour des possibles déclinaisons (...)
  • 9 Pour un éclairage plus détaillé du processus de professionnalisation et des principes créateurs de (...)

4L’hypothèse centrale développée ici est que ces deux mouvements connexes (évolution de la forme organisationnelle ; évolution du type d’action institutionnelle) participent de la mise en œuvre d’un nouveau dispositif8 institutionnel, plus labile, moins rigide et qui induit de nouvelles opportunités pour le jeu des acteurs. Ceci est d’autant plus prégnant que ces évolutions ont déstabilisé et fragilisé les acteurs traditionnels du champ de l’enfance délinquante et plus particulièrement les acteurs « éducatifs » : d’une part en organisant une mise en concurrence implicite des différents services sociaux à l’origine de micros-conflits que les professionnels doivent résoudre par leurs actions, et d’autre part en redéfinissant l’action institutionnelle dans un sens pouvant aller à l’encontre même des fondements de leur professionnalité (principalement les éducateurs PJJ)9. Ces derniers se trouvent ainsi face à une situation d’émergence d’un dispositif institutionnel instable qui les oblige à protéger leur autonomie vis-à-vis des juges tout en leur faisant subir la concurrence de services éducatifs du secteur associatif qui proposent des prises en charge mieux adaptées aux attentes des magistrats. En réponse, ces acteurs développent des réactions et des pratiques diverses qui ne sont pas sans créer un certain nombre d’effets contre productifs dont pâtit principalement le public-cible.

5Nous essaierons tout d’abord de décrire comment cette évolution du dispositif institutionnel attise la concurrence entre les partenaires éducatifs. Il s’agira ensuite de comprendre ce qu’induit le renouvellement du référentiel de l’action institutionnelle sur les pratiques de ces professionnels. Nous montrerons alors les différents types de réactions de ces acteurs. Le premier type de pratiques observé vise à consolider le domaine d’intervention de chacun et ainsi participe, par une élaboration de catégories toujours plus étroites, à construire et à ordonner le dispositif naissant. Le second type de pratiques s’inscrit lui dans une perspective critique de ces nouvelles prescriptions institutionnelles et peut s’apparenter à une stratégie de résistance face de nouvelles normes d’intervention allant à l’encontre d’une certaine identité de métier revendiquée. Enfin, nous conclurons par une réflexion sur ce que ces réajustements des pratiques et les stratégies mises en place produisent comme effets contre-productifs quant à l’objectif premier de leurs missions : la subjectivation en tant que sujet moral des mineurs dont ils ont la charge (Foucault, 1984).

Un dispositif institutionnel qui attise la concurrence : mise en réseau et libéralisation du marché

6La mutation du dispositif institutionnel permettant la mise en œuvre pratique du traitement de la délinquance juvénile commence avec la dissociation en deux domaines distincts de l’enfance en danger et de l’enfance délinquante. Alors que le domaine d’intervention des professionnels de l’Éducation Surveillée comprenait alors aussi bien la protection de l’enfance que la délinquance juvénile, la loi de 22 Juillet 1983 relative à la décentralisation transfère aux services de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) des conseils généraux ses compétences en matière de protection de l’enfance. Cette restriction du domaine d’intervention de la PJJ est aujourd’hui entérinée définitivement, comme le prouve le projet de loi de finances du budget 2010 « Justice-Protection Judiciaire de la Jeunesse » qui appelle à « un redéploiement exclusif des crédits en faveur de la prise en charge des mineurs délinquants ». Ceci n’est évidemment pas sans risque de chevauchement des interventions de l’ASE et de la PJJ auprès de certains jeunes ayant commis des délits nécessitant l’ouverture de dossiers pénaux mais dont la situation avait été qualifiée dans un premier temps comme relevant de la protection de l’enfance.

7À cela s’ajoute le recours de plus en plus important des magistrats au secteur associatif « habilité justice » pour la mise en œuvre de certaines mesures, notamment celles de placement. 90 % de ces nouveaux dispositifs d’accueil et d’encadrement que sont les Centres éducatifs renforcés (CER), les Centres éducatifs fermés (CEF) et les Centres de placement immédiat (CPI), proviennent du secteur associatif.

8Cette prolifération de services et de structures n’est évidemment pas sans incidences sur les possibilités d’action des intervenants de ce secteur. La question transversale, lors des situations de partenariat entre services provenant d’administrations différentes ou entre services du ministère public et ceux appartenant à des associations privées, est de déterminer à qui il revient d’intervenir auprès du mineur au vu de sa situation. A partir d’un travail cognitif d’interprétation de données administratives (l’âge du mineur et le nombre de délits commis notamment) et subjectives (la perception individuelle ou collective de la structure psychique d’un jeune), les différents protagonistes cherchent à démontrer de quelle catégorie ce jeune relève, et ainsi à quel service il appartient d’agir.

9En schématisant quelque peu, les professionnels, confrontés à ce marché concurrentiel, doivent aujourd’hui convaincre les magistrats que tel service est adapté pour intervenir auprès d’un mineur âgé entre 13 et 14 ans à la structure psychique « abandonnique » se trouvant aux prémices de sa trajectoire délinquante, quand tel autre est plus à même d’accueillir des jeunes âgés de plus de 16 ans avec une structure psychique « toute-puissante » et se situant dans une trajectoire délinquante plus marquée.

Une action institutionnelle en redéfinition : expertise sur autrui et gestion des parcours

10Synchroniquement à cette mutation du dispositif institutionnel se met en œuvre une redéfinition du type de travail à exercer auprès de ces mineurs. L’objectif est ici de se doter de nouveaux outils qui permettront de répondre au plus près des actes commis, et ce dans une nouvelle perspective de gestion des populations « désaffiliées ».

  • 10 Le Document individuel de prise en charge (DIPC), que rédigent ensemble le mineur et son professio (...)

11Cette inflexion s’est notamment traduite par le développement du recours à des mesures « plus coercitives », comme par exemple les sursis avec mise à l’épreuve, les contrôles judiciaires ou les libertés surveillées. Ces actions judiciaires sont assorties dans leur majorité d’un ensemble d’interdictions ou d’obligations pour le mineur qu’elles visent. Dans ces différents cas, les éducateurs doivent faire signer une feuille d’émargement au mineur lors de leurs rencontres et signaler au magistrat tout manquement du jeune à ses obligations. À cela s’ajoute le développement de procédures visant à formaliser explicitement les objectifs des différentes prises en charge et les obligations que contractent de fait les mineurs qui s’y soumettent10.

12Ces innovations peuvent apparaître comme de nouveaux instruments visant à réorganiser l’action publique (Lascoumes et Le Galès, 2005) autour de la délinquance des mineurs, et surtout, à combler les carences qui lui ont été, à tort ou à raison, diagnostiqué. Replacé dans un mouvement global de redéfinition de l’action publique et institutionnelle auprès des groupes d’individus « désaffiliés », ceci manifeste la volonté de responsabiliser l’individu dans l’élaboration de son projet visant à l’expression de son autonomie. Le discours des acteurs met ainsi en avant des notions telles que « l’accompagnement » et « le faire avec » ; en somme, les nouvelles normes du traitement social de la question sociale (Astier, 2007).

13Dans le cadre de l’enfance délinquante, il ne s’agit plus alors pour les acteurs d’offrir protection et/ou de donner une sanction à ces jeunes mais bien de tenter de réinscrire ces jeunes dans des droits (Astier, 2000) tout en assurant leur surveillance dans une dimension évidente de contrôle. Pour cela, les professionnels disposent de trois critères principaux, qui permettent tout autant un repérage des facteurs de risques (Castel, 1981 ; 1983) de passages à l’acte et/ou de leur réitération qu’une description des contours de la situation individuelle du jeune à un moment donné :

  • Les bornes d’âge, délimitant et encadrant l’action possible autour de ces mineurs à partir des préceptes de l’ordonnance du 02 février 1945 (identité biologique).
  • Les profils de « structure psychique » et de « problématique », déterminés par les éducateurs PJJ de milieu ouvert en leur qualité d’experts grâce aux recours aux savoirs psychologiques, i. e. par « une mise en scène et en fiction d’intériorités » ayant plusieurs caractéristiques : « explicatives, anticipables, auto-régulables » (Demailly, 2006).
  • L’enracinement dans une trajectoire délinquante, i. e. le nombre de dossiers pénaux ouverts pour ce jeune et les mesures antérieures qui ont déjà été prises à son encontre (identité pénale).

14À partir de ces trois critères, qui constituent autant de facteurs de classement aboutissant implicitement à la construction de catégories, les éducateurs peuvent se livrer à un type de travail prenant la forme d’une expertise sur autrui (Lima, 2010) permettant de gérer au plus près le parcours du mineur dans ce dédale de services éducatifs. En cela, les acteurs considèrent « personnaliser » les prises en charge des mineurs.

La consolidation des domaines d’intervention face à l’empilement des services : trouver et protéger sa place dans un dispositif émergent

  • 11 « Cet empilement de dispositifs, d’institutions et de nouvelles fonctions qui dilue la responsabil (...)

15L’apparition de cette multitude de services11, l’augmentation des règles procédurales et des tâches administratives et l’évolution du référentiel sur le type d’action à mener auprès de ces jeunes ne sont pas sans susciter des réactions de la part des professionnels et notamment des éducateurs PJJ. Sans prétendre à l’exhaustivité, il est possible de dégager grâce aux données empiriques recueillies deux grandes tendances dans les changements induits sur les pratiques des acteurs.

  • 12 Lise, éducatrice en FAE depuis 5 ans : « Moi j’ai exercé dans une association avant d’être ici, ma (...)

16La première s’apparente à ce que l’on pourrait nommer « un effort de consolidation ». La mise en réseau de nombreux partenaires les oblige à réaliser un travail de coopération et de coordination de leurs activités. Ce travail d’articulation (Strauss, 1992) n’est pas sans créer des tensions, tensions exacerbées par la situation de concurrence dans laquelle se trouvent les services. Pour réguler ces conflits, les professionnels tentent, grâce aux marges de manœuvre dont ils disposent et aux possibilités d’action qui régissent les relations de pouvoir qui les unissent, de protéger et de délimiter leur domaine d’intervention12. Cette consolidation de l’espace d’action est rendue possible par un travail de classement autour des « profils psychologiques », des « problématiques » des mineurs pris en charge. L’analyse des dossiers pénaux des mineurs et plus particulièrement des documents contenus dans les sous-dossiers « renseignements de personnalité » comprenant l’ensemble des écrits éducatifs et des rapports sociaux, montre tout le soin accordé par les professionnels à l’esquisse des profils « psychologiques » des mineurs. Il s’agit ici de reconnaître et d’isoler l’élément le plus signifiant de la « problématique » du jeune pour déterminer le service le plus à même de lui offrir une prise en charge adaptée.

  • 13 Philippe, éducateur PJJ depuis 8 ans : « Bien sûr, tout ce travail il permet de les orienter les j (...)

17Il est donc délicat de considérer que l’action sociale en matière de délinquance juvénile « personnalise » ses prises en charge. Même si cette volonté est bien reprise dans le vocabulaire des professionnels et si la personnalisation s’exprime dans un premier temps par la reconstruction de l’histoire d’un sujet dans toute sa complexité, grâce à l’injonction d’en faire le récit à différents intervenants, elle semble être moins la finalité que le moyen. En effet, dans un second temps, ce récit se voit morcelé, émietté, afin, petit à petit, après avoir éliminé des parties entières de l’identité narrée qui ne trouvent place dans les catégories existantes de l’action sociale, de déterminer ce qui sera le facteur primordial, déclenchant la porte d’entrée de l’intervention. Au terme de ce travail d’exposition puis de reconstruction du récit pour cibler l’élément le plus pertinent, une décision doit être prise de savoir à quel service ce jeune « appartient »13.

18Ce travail de consolidation et de préservation du domaine d’intervention, qui vise implicitement à réguler au sein de l’institution les positions de chacun, s’exprime également par l’intérêt de plus en plus prononcé des professionnels pour la recherche de l’adhésion de la personne à l’action institutionnelle qui lui est proposée. L’idée principale qui sous-tend cette quête est qu’aucun service éducatif n’est « tout-puissant » dans la mise en œuvre d’un travail de resocialisation qui vise à rompre une trajectoire délinquante ; et il est donc de la responsabilité du mineur d’adhérer au projet de ce service pour avoir quelques chances d’aboutir. Cela amène, par ce que l’individu montrera comme signes d’adhésion ou de refus envers telle ou telle prise en charge, à ce qu’il participe à son propre « classement » et qu’il offre des possibilités d’action, des marges de manœuvre aux services pour décider de leur implication dans leur prise en charge.

19Ces efforts de consolidation ont donc pour effet de participer à l’émergence de ce nouveau dispositif mais également d’en produire une certaine régulation ; régulation au sens de l’ordonnancement des positions et des rôles de chacun dans la réalisation de cette action collective. L’émergence de ce dispositif institutionnel plus labile paraît donc à ce prix : informelle, elle s’exprime autour d’un profilage sans cesse plus documenté et argumenté des « problématiques » de ces jeunes, avec tout ce que cela présente de stigmatisant, classificatoire et performatif.

20Dans sa mise en œuvre concrète, la rationalisation de l’action autour des mineurs délinquants vise moins à se doter d’outils pertinents de « travail éducatif » qu’à ordonner la coopération d’une multitude de services qui se succèdent et mettent en œuvre une intervention ciblée et définie sur une catégorie d’individus construite autour de critères normatifs. Cette catégorisation de l’action institutionnelle induit le passage, dans l’interaction nouée entre individu et institution, d’un dialogue basé sur le « tu » à une communication unilatérale vers le « ils » ; pour le formuler autrement, de l’action incarnée dans et par la relation à l’intervention ciblée autour et sur la catégorie.

Les stratégies de résistance des professionnels face à la remise en cause de la relation éducative comme idéaltype de leur action

  • 14 Géraldine, chef de service à la PJJ : « C’est grave ce que je vais dire, mais des fois, on voit le (...)

21La deuxième tendance dans les réactions observées et recueillies chez les professionnels face aux évolutions du secteur dans lequel ils évoluent peut se comprendre comme une stratégie de résistance. Cette résistance vise ce que certains acteurs de la PJJ interprètent comme une remise en cause de l’identité de métier qu’ils revendiquent et de l’idéaltype de leur action : un travail éducatif au travers de la relation nouée avec autrui14.

22François Dubet (2002) a montré que la relation était au cœur même du programme institutionnel, « était l’institution même ». Cette relation était permise par la reconnaissance mutuelle des sujets (professionnel et jeune) et supposait, comme le soulignait Michel Boutanquoi (2001) « qu’elle soit portée par une dynamique du mouvement » afin que s’ouvre devant les deux acteurs un champ du possible. Le soi du travailleur social pouvait alors être envisagé comme un soi professionnel permettant l’émergence du sujet, du « je » de la personne vers laquelle cette intervention était dirigée, étant entendu que le référent était une personne support à l’expression de soi, puisqu’« on ne peut faire référence à un « je » qu’en relation à un « tu » : sans le « tu », ma propre histoire devient impossible » (Butler, 2007). La culture professionnelle des éducateurs PJJ s’est construite autour de cette idée d’engagement de soi dans une relation éducative où le savoir-être du professionnel permet une subjectivation du mineur en tant que « sujet moral ».

23Cependant, la relation est aujourd’hui si encastrée dans une pluralité de contraintes procédurales et judiciaires qu’elle ne peut plus constituer le cœur de l’exercice des éducateurs PJJ. Le travail des éducateurs est empli de ces tâches administratives qui visent à marquer l’arrêt, la fin de la relation, e. g. les écrits de fin de mesure, les envois au magistrat de feuilles de signalement relevant les absences d’un jeune de son lieu de stage, les réunions de synthèse entre différents services pour faciliter la transmissions des informations, etc. Face à cela, de nombreux « techniciens » mettent alors en place des stratégies de résistance qui visent à refuser, réduire et minimiser leur « subordination complète aux administrateurs ». En un mot, ces éducateurs refusent cette attaque contre la raison éducative qui fonde leur professionnalité.

  • 15 Fatima, éducatrice PJJ depuis 20 ans : « Cela m’est arrivé plein de fois, et je sais que je suis d (...)

24Dans les actes, ceci peut se traduire par exemple par une difficulté voire une impossibilité à rédiger le rapport de fin de mesure à transmettre au magistrat15. Mais cela se révèle bien souvent contre-productif pour « les techniciens », et par suite pour les jeunes, tant cela raffermit la volonté des administrateurs de renforcer le dispositif de contrôle tissé autour des opérateurs de terrain, par la mise en place d’une série de tâches faisant sortir l’éducateur de la relation pour l’orienter vers l’administration.

25Dans le cadre du nouveau référentiel de l’action publique en matière de traitement de la délinquance juvénile, la mission de l’éducateur n’est plus de parler à un autre, de reconnaître l’altérité, en tant que travailleur social, mais bien d’envisager la gestion d’un groupe en perpétuel mouvement en tant qu’expert et conseil du pouvoir judiciaire. Le « tu » est bien remplacé par le « ils », et ce passage est d’autant plus dangereux quant à la reconnaissance de l’autre que, comme le souligne Judith Butler, « le « ils » a le visage d’un antagoniste » (Butler, 2007). Ceci est proche de l’injonction paradoxale au sens où, en catégorisant ces jeunes afin de s’ordonner, l’action institutionnelle leur livre des cadres d’interprétation de soi réducteurs dans lesquels ils ne peuvent se reconnaître et de fait s’approprient des régimes de vérité restrictifs qui ne peuvent qu’être en conflit avec l’injonction qui leur est faite de se constituer en sujet complexe et autonome.

Conclusion : Un double mouvement : du délitement du sujet au dilatement de l’institution

26L’émergence d’un nouveau dispositif institutionnel, s’appuyant aussi bien sur la reconfiguration de l’action institutionnelle auprès des mineurs délinquants que sur le réaménagement de la forme organisationnelle qui sous-tend sa réalisation, induit donc une fragilisation des acteurs éducatifs traditionnels de ce champ. Face à cette déstabilisation de leur position et de leur identité professionnelle, leurs réactions sont de multiples formes : des efforts de consolidation de leur domaine d’intervention par leur participation à une construction de catégories toujours plus étroites et des stratégies de résistance qui cherchent à protéger ce qu’ils considèrent comme le but premier de leur action – la relation éducative – quand bien même celles-ci les situent en porte à faux avec leur hiérarchie ou les magistrats. Ces différentes adaptations des professionnels participent pleinement de la construction de ce dispositif et ne sont évidement pas sans conséquences pour le public dont ils ont la charge.

27Ceci permet d’observer un mouvement à double facette, que l’on pourrait qualifier d’agir paradoxal de l’institution. D’un côté, l’institution « personnalise » ses prises en charge, i. e. aspire et incite à l’expression d’une identité narrative (Ricœur, 1985) avant de la « déconstruire » jusqu’à faire émerger un facteur explicatif, anticipable et régulable, autour duquel l’intervention est possible puisqu’elle relève d’un service facilement identifiable et repérable. De l’autre, la mise en œuvre de cette prise en charge par l’institution se dépersonnalise, se désincarne puisqu’il est demandé aux travailleurs sociaux de se désimpliquer, en tant qu’humain travaillant avec de l’humain, de la relation pour tendre vers la gestion des parcours aux travers des catégories « bénéficiant » d’une prise en charge. Les mesures coercitives (contrôle judiciaire, sursis avec mise à l’épreuve), qui apparaissent aujourd’hui comme l’essentiel du travail de milieu ouvert, sont un exemple éclairant de ce mouvement.

28Dans le cadre de celles-ci, il ne s’agit plus de mettre en place une relation avec le jeune mais de relever (et de contrôler) les infractions aux obligations qu’elles énoncent, afin de réorienter l’infractant aussi vite que possible (e. g. en CER, CEF ou dans le pire des cas en quartier mineur d’une maison d’arrêt ou en établissement pénitentiaire pour mineurs).

29Plus l’action institutionnelle se développe en référence à des catégories, plus les administrateurs imposent leurs techniques d’intervention aux techniciens. Les stratégies de résistance développées par ces derniers ne font que raffermir chez les premiers leur volonté de contrôle sur les opérateurs de terrain par l’imposition de tâches administratives. Ce cercle vicieux induit que l’individu est toujours plus ciblé, et que le sujet complexe, capable de subjectivation hors cadre, s’efface progressivement au profit d’un individu dichotomisé et enferré dans des logiques institutionnelles performatives.

30Le travail social dans le domaine de l’enfance délinquante n’est plus relation, mais bien administration, et ce dans un double sens, administrer les individus par un travail de classement, d’orientation et de gestion des trajectoires institutionnelles, tout autant qu’affaire de l’administration, i. e. un outil de régulation des micros-conflits qui en émergent et l’animent sous l’effet de sa dilatation.

31Une injonction paradoxale institutionnelle s’exprime donc envers les « usagers » les plus démunis des supports et capitaux nécessaires pour « jouer positivement le jeu de l’individu » (Castel et Haroche, 2001). Alors qu’elle met en exergue la responsabilité de l’individu à œuvrer activement à sa constitution en tant que sujet complexe devant porter un ou des projets, elle participe de son affaiblissement, son affaissement, par ce qu’elle induit comme travail de déconstruction, de réduction du Soi à un seul élément pertinent. S’ajoute à cela la catégorisation de l’individu par l’action institutionnelle, qui décompose et déstructure le sujet en facteurs de risque, tout en posant la réalisation de soi comme l’objectif ultime. Alors même que les exigences de la réalisation de soi pèsent de tout leur poids sur les épaules d’individus faiblement dotés de capitaux ou supports leur permettant de réaliser positivement cette injonction, l’institution ayant la charge de les y aider, de les accompagner, cesse de leur parler en tant qu’individu.

32Se dévoile ici tout le paradoxe d’une action institutionnelle ayant pour objectif la personnalisation de ces jeunes mais qui se construit à partir d’une catégorisation toujours plus fine de leurs profils psychiques ; leur soumettant ainsi des régimes de vérités restrictifs dont on peut douter qu’ils leur permettent de se subjectiver (Foucault, 2009). S’il est certainement toujours possible pour un mineur pris en charge par les professionnels de ce secteur de se construire en tant que sujet, par la grâce d’une rencontre, par la mobilisation forte de ressources pour occuper pleinement les espaces intermédiaires, ceux dans lesquels l’individu peut se retrouver en l’autre et trouver en lui ce qui le différencie de l’autre, cette possibilité semble aujourd’hui s’appauvrir, tant les modes de subjectivation que propose l’institution à ce jeune s’éloignent et se réduisent.

Notes

1 Nous pouvons prendre pour exemple les travaux récents de Benoît Bastard et Christian Mouhanna (2009) ou encore de Philip Milburn (2010). Ces travaux ont comme point commun d’interroger l’avenir de la justice des mineurs qui se dessine au travers des différentes évolutions législatives et organisationnelles de ces dernières décennies.

2 Au sens où elle correspond à « une mission orientée vers le bien public ou une mission régalienne, disposant d’une forte assisse organisationnelle et participant d’une œuvre socialisatrice » (Laforgue, 2009).

3 Ce texte présente les conclusions d’un doctorat de sociologie sur l’évolution du traitement institutionnel de la délinquance juvénile (Jamet, 2009).

4 Expression empruntée à Lise Demailly (2008). L’auteure décrit par cela la modélisation de l’organisation qu’elle considère comme le support matériel de l’institution.

5 Décrit notamment par Laurent Mucchielli (2008).

6 Pour une vision synthétique des différentes approches sociologiques de cette évolution des formes de travail institutionnel, voir Denis Laforgue, op. cit, 2009.

7 Pour une théorisation de ce passage du « travail sur » au « travail avec » autrui, voir Isabelle Astier (2007).

8 Au sens foucaldien du terme (Foucault, 1994). Pour une réflexion autour des possibles déclinaisons actuelles de cette notion, voir Giorgio Agamben (2007).

9 Pour un éclairage plus détaillé du processus de professionnalisation et des principes créateurs de la professionnalité de ces professionnels, voir Ludovic Jamet (2010).

10 Le Document individuel de prise en charge (DIPC), que rédigent ensemble le mineur et son professionnel référent lors de l’admission du premier dans un foyer, est un exemple de ce type d’outils procéduraux.

11 « Cet empilement de dispositifs, d’institutions et de nouvelles fonctions qui dilue la responsabilité et conduit à l’émiettement toujours plus accentué de spécialisations particulières » (Chopart 2000).

12 Lise, éducatrice en FAE depuis 5 ans : « Moi j’ai exercé dans une association avant d’être ici, mais d’ailleurs maintenant c’est pareil dans le public, il y a la même pression… Tu dois prouver ta particularité et protéger ton pré carré sinon… Et donc tu travailles à un vrai projet de service, à ce que tu peux proposer comme prise en charge et à quel public, parce que la pression elle est de plus en plus importante pour les foyers… C’est un marché, voilà, un vrai marché, et si tu te contentes de faire comme le voisin sans jamais innover ou proposer quelque chose de vraiment pointu, tu disparais très vite… Y’a qu’à voir depuis quelques années les structures qui ont commencé à développer des projets autour des délinquants sexuels entre guillemets, avec tous les jeunes qu’ont des affaires pour tournantes ou agressions… Ca c’est un public qu’on rencontre de plus en plus et où il y a un vrai créneau à prendre… »

13 Philippe, éducateur PJJ depuis 8 ans : « Bien sûr, tout ce travail il permet de les orienter les jeunes… Parce qu’en tant qu’éduc de CAE, à la fin d’une mesure on doit faire des propositions éducatives qui doivent être motivées, et si on propose un placement, c’est tellement la guerre entre les services qu’on doit bien essayer de voir lequel pourrait lui être le plus profitable… Faut voir les projets de service maintenant comme ils sont détaillés… »

14 Géraldine, chef de service à la PJJ : « C’est grave ce que je vais dire, mais des fois, on voit les éducs évoluer et ils ont tous les écrits à pondre et toutes les réunions auxquelles ils doivent assister et les partenaires à appeler etc., et ils arrivent dans mon bureau pour parler d’une situation, c’est à peine s’ils ont eu le temps de voir le jeune… Et donc je leur demande : « Mais toi, t’en as pensé quoi ? Et le jeune, il en dit quoi ? »… Et on voit bien qu’ils sont débordés, et qu’ensuite ça panique parce que c’est : « Mais qu’est-ce que je vais mettre dans mon rapport ? » »

15 Fatima, éducatrice PJJ depuis 20 ans : « Cela m’est arrivé plein de fois, et je sais que je suis dans la faute professionnelle, mais je n’arrive pas à me séparer d’eux, et justement les écrits, ce n’est pas rien comme responsabilité, ce n’est pas comme un oral, et j’ai une tendance à rappeler le jeune, alors que la mesure est terminée, à prendre des nouvelles, et du coup, je ne fais pas mon rapport… Je ne fais pas mon rapport parce que pour moi je n’ai pas fini mon boulot (rires)… Alors bon, oui, ça peut râler chez les chefs de service et dans les cabinets des magistrats… »

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search