Version classiqueVersion mobile

Critique et herméneutique dans le premier romantisme allemand

 | 
Friedrich Schlegel
, 
Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher
, 
Friedrich Ast
, 
et al.

La théorie herméneutique

F. Schleiermacher : Choix de fragments sur la critique et l’herméneutique (1796-1803)

Texte intégral

1Les quelques pensées réunies ici, réflexions sur le lexique, la sociabilité ou Platon (en marge de la traduction de ses œuvres entreprise en 1800), suggèrent que les questions de nature herméneutique occupaient Schleiermacher dès la période de fréquentation du groupe romantique, comme le montrent également les nombreux compte-rendus qu'il rédigeait alors. Un des aspects les plus suggestifs de sa mise à profit de certains concepts fichtéens est, au moment où il formulait la loi de l’échange social, sa conception foncièrement interactive de l’échange verbal qui insiste sur le rôle actif de l'écoute (contre Jacobi, qui réinterprétait la raison comme une faculté purement passive). Dans la Théorie du comportement social (Versuch einer Theorie des geselligen Betragens, KGA I, 2), parue dans le Berlinisches Archiv der Zeit, 1799, il énonce ainsi la loi formelle de « l'action réciproque » universelle (communauté), la loi matérielle de la communication universelle et libre des pensées, et la loi quantitative de la limitation concrète des deux autre lois. Schleiermacher aspire à une meilleure communication entre les différentes sphères de la société : « Il doit donc y avoir un état qui complète les deux autres, qui mette la sphère d’un individu en situation d'être aussi diversement que possible recoupée par les sphères d'autres, et qui lui assure, à chacun de ses points de contact, la perspective sur un monde autre et étranger, en sorte que toutes les manifestations de l'humanité lui soient peu à peu connues, et qu'également les esprits et les conditions les plus étrangers puissent lui être rendus amis et pour ainsi dire voisins » (KGA I, 2, 165). Il y a là l’ébauche d'une « dialogique » que, dans le registre de la « pensée pure » qui est le sien, la Dialectique présentera sous forme systématique après 1811. L'entretien infini des romantiques, la sociabilité ou Geselligkeit qu'ils ont tant prisée, devient alors la forme de réciprocité où se constitue le savoir. L’interaction des points de vue, la nécessité du conflit pour l'élaboration du savoir partagé, la volonté de conceptualiser cet « art de la conduite du dialogue selon les règles » par lequel on parvient à la connaissance distingue Schleiermacher de la critique romantique du système et de la raison au profit d'une « nouvelle mythologie » entrevue par Schlegel (Entretien sur la Poésie, AL 311 sq.) ou d’une « philosophie de la mythologie » comme chez le dernier Schelling. Pour lui, le charme du récit est ambigu : « le narrateur est dictateur » (qu’il faut entendre comme celui qui dicte ou édicte), car il impose un discours aux autres, de façon monologique ; s’il transmet une tradition, c'est sur un mode passif. Schleiermacher distingue toujours entre la tradition assumée activement dans le dialogue et la critique, et celle que l’on assimile en « s’insérant dans le procès de la tradition » pour reprendre les termes de Gadamer. La méditation sur la communication qui inspire les différents registres de sa réflexion pendant les années de formation restera décisive pour sa philosophie constituée, en particulier pour l’éthique, la dialectique et l’herméneutique.

2Comme pour les cahiers de Schlegel, les notations fragmentaires de Schleiermacher constituaient à la fois un terrain d'expérimentation pour les idées neuves qui surgissaient, et une réserve qu’il tenait à sa disposition pour des travaux futurs, à commencer par les fragments parus anonymement dans la première livraison de l’Athenaeum. Les Pensées I-III des années 1796-1801 sont éditées dans KGA I, 2, les pensées IV-V des années 1800-1803 dans KGA 1,3. Nous reprenons la numérotation de cette édition. Signalons enfin le choix de fragments procuré par K. Nowak : F. Schleiermacher, Bruchstücke der unendlichen Menschheit. Fragmente, Aphorismen und Notate der frühromantischen Jahre, Union Verlag, Berlin, 1984.

Pensées mêlées I 1796-1799

11. Sans dictionnaire, on doit souvent deviner la signification par la comparaison des différents cas, comme lorsque l’on fait une lecture sans avoir les définitions.

20. Un exposé est rhétorique quand il est ordonné pour que l’effet des parties soit déterminé par leur place – il s’oppose à l’exposé logique, où la position organique de chaque partie dans un système détermine sa place ; on peut dire également : où la place est déterminée par l’effet. L’aspect rhétorique relève de la mise en ordre, il ne dépend pas de la qualité des parties. Celle-ci rend l’exposé poétique. Un sermon peut être, dans une certaine mesure, rhétorique, mais très rarement poétique. Les sermons logiques ne font pas bon effet le plus souvent. Le rhétorique ne peut jamais rendre un sermon impopulaire, le logique ne le rend jamais insaisissable, le poétique ne le rend jamais désagréable, mais le rhétorique peut très vite le rendre immoral, le logique sans intérêt et le poétique sans efficace, parce que l’on n’atteint que le sentiment (Empfindung) et non la volonté, et chez l’homme, il n’agit pas toujours sur elle. Le 29 sept. 1797

22. Comme beaucoup disent : « Je ne comprends pas cela, donc cela ne vaut rien », d’autres disent : « Il ne me comprend pas, donc il ne vaut rien ». Lequel est le plus présomptueux ?

68. Connaître quelqu’un à partir d’une lettre adressée à un tiers est une tâche indéterminée. Car l’on doit prouver deux grandeurs inconnues : son rapport à ce tiers et son aptitude à le mettre en œuvre.

78. En histoire, on néglige d’ordinaire l’histoire du sol, et cela même la rend si peu visible ; et ce qui constitue à proprement parler la gloire de l’homme, à savoir la domination de la terre, reste tout à fait inapparent. En histoire de la littérature, il en va de même ; une histoire du public, de ce que l’on a pu dire et de ce qu’on a voulu lire etc. serait une véritable climatologie littéraire.

92. Il y a aussi dans la bonne manière de vivre un conflit opposant l’essence à l’apparence – en effet le bien-être doit toujours être la manifestation d’une expression libre de l’humanité. L’aspiration à cette manifestation, quelle qu’en soit le chemin, est l’apparence. L’esprit est l’aspiration à une action réciproque libre, la lettre est le retour sur soi.

117. L’antinomie de l’esprit et de la lettre naît de l’antithèse qu’il doit y avoir une action réciproque et qu’elle doit cependant être libre, puisque l’on n’est libre que dans la mesure où l’on ne sent pas ses limites.

146. Il n’y a d’action réciproque que là où chaque activité de l’un est un effet de celle de l’autre. Donc aussi bien l’activité de l’auditeur pendant l’écoute : il doit purement écouter (vernehmen). Mais alors, son activité doit être un libre développement de son humanité ; par conséquent, je dois le placer dans un état tel qu’il ne puisse rien faire d’autre qu’écouter, et ne veuille rien faire d’autre qu’écouter. Ce dernier point ne doit pas tenir au sujet, mais à la forme ; ce ne doit pas être de la préciosité, une envie maladive de dire des choses intéressantes, mais un exposé intéressant, sinon, je ne serais jamais sûr que cette volonté soit de mon fait. Le premier point ne doit pas tenir à l’exposé, être affectation et surcharge de variété, sinon l’écoute n’est plus une activité, mais doit tenir au sujet, ce doit être la précision.

147. Si l’écoute de l’auditeur est une activité, il faut qu’il y ait également une activité dans l’orateur ; la passivité doit être active. Cela doit se poursuivre à l’infini, et c’est le jeu muet de la société. Plus il est potentialisé, plus règne la bonne manière de vivre.

148. Mais le discours lui-même doit déjà être un effet de l’auditeur. Ce n’est sans doute possible que de façon divinatoire, si l’auditeur l’adopte aussitôt comme son effet. Mais en même temps, chaque discours doit être une expression de mon être. De là deux maximes unilatérales : parler toujours avec chacun de son métier ; et parler d’après son intérêt propre. Celle-là vaut pour la manière, celle-ci pour le ton. Il suffit pourtant de parler de la première ; car la suivante doit déjà être un effet de la moyenne.

150. On doit s’adresser à l’individu et également au tout. Il s’ensuit que le récit doit être absolument dialogique et le dialogue épidémique.

158. Pour rendre l’écoute plus active, on exigera simplement du Witz, malgré le mauvais crédit qui l’accompagne. La nécessité de cette exigence se montre dans l’envie universelle qu’on a d’exposer même les pires des choses de façon plaisante (witzig).

159. Un bon dialogue doit être lapidaire, mais sans explications.

163. Un récit doit être jugé comme une leçon ou comme un écrit. Le narrateur est dictateur.

168. L’action réciproque n’a aucun but hors d’elle même.

169. Les tables rondes sont un remède de bois contre l’isolement.

171. Toute véritable communication est un repli du propre sur l’intérieur, et dans toute adresse, on donne à l’autre un sentiment de ses limites. Ce sont les points essentiels dans la 3e loi. D’où également l’antithèse de l’esprit et de la lettre.

194. Quand on en vient à parler du temps et de la région, le temps qu’il fait dans le salon de conversation est en général très mauvais et la région très stérile.

  • 1 Percevoir (wahrnehmen), peut s’analyser en allemand en « prendre-pour-vrai » (wahrnehmen), jeu de m (...)

198. Comprendre est un concept qui est assurément compris par peu. Ce qu’ils appellent de la sorte est à vrai dire simplement percevoir, et le nom pompeux et commode que trouve cette dernière action montre déjà qu’elle est pour beaucoup ce qu’il y a de plus élevé1. Ces héros du percevoir s’effraient du manque de mouvement et prétendent qu’ils se comprendraient au sens littéral s’ils se donnaient le temps de comprendre quelque chose.

Pensées mêlées II 1798

21. Ceux qui disent : « Je ne comprends pas cela, donc cela ne vaut rien », doivent admettre évidemment que d’autres puissent dire : « Il ne me comprend pas, donc je ne vaux rien ».

Pensées mêlées III 1798-1801

2. On est souvent obligé de deviner la signification d’un mot d’une langue étrangère par la seule comparaison de différents cas, en dépit des dictionnaires. De même la signification d’un concept dans une philosophie étrangère en dépit de la définition.

4. Comme beaucoup disent : « Je ne comprends pas cela, donc cela ne vaut rien », d’autres disent : « Il ne me comprend pas, donc il ne vaut rien ». (Lequel est le plus présomptueux ?)

16. Vouloir connaître quelqu’un à partir d’une lettre adressée à un tiers est une tâche indéterminé, car on doit trouver deux grandeurs inconnues : son rapport à ce tiers et son aptitude à le traiter. Elle ne peut être aussi résolue que si l’on détermine les limites entre lesquelles se tient l’une des deux grandeurs. A cela sert le style et le traitement.

17. Est-ce que le roman n’est pas l’unique poésie des modernes ? Toute autre chose leur est étrangère. Leur drame a son origine dans la nouvelle et aspire toujours à y retourner ; et le meilleur du genre lyrique est en partie dans le roman, et en partie, il faut en faire un roman pour le comprendre.

65. Comment Platon se sert-il d’ἀγαπάν et de ϕιλείν ? Dans le Lysis, les deux sont distingués, ἀγαπάν y est toujours terminus medius pour montrer que sans besoin, il n’y a pas de φιλείν. On doit aussi y ajouter l’autre signification de ἀγαπάν, « être satisfait de quelque chose ». Cela tend à l’attachement.
Peut être ἀγαπάν n’est-il que passif, la faculté de tolérer, φιλείν en revanche actif, l’aspiration.

68. Pour la σωφροσύνη, le passage principal est dans le Charmide. Il ne semble pouvoir y être traduit que par « dignité ». Sagesse.

Pensées mêlées V 1800-1803

64. Un authentique historien pourrait certainement dire qu’il préfère compter les petits pois plutôt que se consacrer à la philosophie transcendantale.

139. Les mots changent peu à peu leur sens à un tel point que « mangeur de fer » signifie maintenant « faiblard sans nerf ».

149. De l’idéalisme sont issues deux théories distinctes. Celle de Fichte, pour laquelle, par sa disposition d’ensemble et son esprit, aucune physique n’est possible ; et celle de Schelling, pour laquelle, de la même manière, aucune éthique n’est possible. Par suite, il s’agit de montrer que la physique du dernier tout autant que l’éthique du premier sont forcément mauvaises et vides, abstraction faite du caractère admirable de l’édifice.

159. Hormis ce qui doit apparaître dans la Critique de la morale sur la formation du langage, il y aurait un dialogue propre, un nouveau Cratyle, mais en rapport aux concepts.

165. Le Cratyle et le Phèdre restent les deux dialogues platoniciens que je dois renouveler.

205. On peut dire d’Aristote que les arbres lui cachent la forêt, le particulier l’universel, l’individuel l’absolu, l’extérieur l’intérieur. Les livres du De Anima au moins sont ainsi. C’est pourquoi il est le commencement du déclin en philosophie.

Notes

1 Percevoir (wahrnehmen), peut s’analyser en allemand en « prendre-pour-vrai » (wahrnehmen), jeu de mot qu’utilisera par exemple Hegel dans son étude de la perception dans la Phénoménologie de l’esprit.

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search