Version classiqueVersion mobile

Critique et herméneutique dans le premier romantisme allemand

 | 
Friedrich Schlegel
, 
Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher
, 
Friedrich Ast
, 
et al.

De la critique à l’herméneutique

F. Schlegel : Fragments sur la littérature et la critique (1797-1801), Fragments choisis du Lycée et de l’Athenaeum (1797-1798)

Texte intégral

1Ces fragments constituent l’état préparatoire des fragments littéraires publiés par Schlegel dans le Lycée et l’Athenaeum. Ils sont prélevés sur une masse abondante qui n’occupe pas moins de quatre volumes de l’édition critique (KA XVI-XIX), et dont la plus grande part remonte aux années 1798-1801. Ils permettent d’apprécier la distance entre la matière brute des pensées alignées comme au fil de la plume et suivant l’animation de la réflexion, et les œuvres elles-mêmes, critiques ou fragments. La théorie du fragment énoncée par les premiers romantiques porte en effet sur ce que l’on pourrait nommer les fragments « de droit » par opposition aux fragments « de fait » : « Nombre d’œuvres des Anciens sont devenues des fragments. Nombre d’œuvres des Modernes le sont dès leur naissance » (A 24). Et pourtant, ces textes ne sont en rien un simple matériau, réservoir d'idées ou d’aperçus : ils sont déjà, à leur première apparition, écrits dans ce souci de concentration qui fait tout l’attrait des fragments de l’Athenaeum, leur caractère inépuisable, souvent prophétique (ainsi pour cette notation, qui semble anticiper à la fois en arrière dans le temps sur la reconsidération de J. S. Bach, qui n’interviendra qu'avec Mendelssohn, et en avant, avec l’idée d'un art « cubiste » : « La musique de Sebastien Bach est cubique. Il y a un art et une science cubiques, un art et une science transcendantaux », LN 2070). La pensée se forme dans la formule, avec la complicité du langage. La réflexion viendra y démêler ses véritables intérêts.

2Ces cahiers littéraires et philosophiques permettent ainsi de suivre au gré de leur surgissement les pensées de Schlegel, d’y observer le travail heuristique de son Witz, ses curiosités et ses projets. Parfois, elles se regroupent en des suites thématiques qui font l’effet de contextes passagers, au cœur de la discontinuité même de l’ensemble. Souvent aussi, elles sont coordonnées par la visée d'un texte continu à produire, comme c’est exemplairement le cas pour la « philosophie de la philologie ».

3Les textes retenus ici se rapportent à la réflexion de Schlegel sur la philologie et la critique, et complètent l'ensemble précédent. Toute la section « sur la critique », qui est également de 1797, a été traduite, et permet d’éprouver le genre de micro-contexte évoqué plus haut. L'ensemble ne forme pas, bien sûr, une « théorie », mais permet à tout le moins de retrouver les principales préoccupations de Schlegel dans ce domaine, sa réflexion en pleine activité. Une certaine familiarité gagne le lecteur au bout d’un moment, et Ton comprend d’autant mieux les sinuosités d’une pensée qui, jusque là, ne prétend pas aux solutions définitives, mais excelle à soulever des problèmes, à repérer des antinomies, que l’on fait le va-et-vient propre à la « lecture cyclique » des proses aux notes éparses. Si théorie ou totalisation il peut y avoir, prévient Schlegel, ce ne peut être que « par le bas », dans un mouvement ascendant pour lequel le tout qui organise les parties n'est jamais donné.

4Ces textes ont tout d’abord été édités par Hans Eichner à Londres en 1957 sous le titre Literary Notebooks 1797-1801 (The Athlone press), repris dans une édition courante en Allemagne sous le titre Literarische Notizen 1797-1801/Literary Notebooks, Ullstein, Ulm, 1980. En 1981, H. Eichner publiait dans le volume XVI de la KA l'ensemble de ces textes avec de nombreuses additions ; c'est ce texte que nous traduisons, en indiquant les numéros des aphorismes de cette édition, en donnant toutefois entre crochets [] leurs numéros dans la première édition, Literary Notebooks (LN), dont la numérotation est souvent reprise (on trouve en fin du volume KA XVI une table de conversion).

5On y a joint, parmi les fragments plus fameux du Lycée et surtout de l’Athenaeum, les textes qui constituent le prolongement et en fait le seul aboutissement des notes de la « philosophie de la philologie ». Il s'agit ici des quelques fragments s’y rapportant directement et qui en condensent certains points importants. Pendant longtemps, ils ont assuré la seule visibilité à la théorie de la philologie de Schlegel. On peut dire que le fragment 404 de l’Athenaeum résume fortement cette théorie, d’autres aspects plus latéraux s’étant trouvés monnayés dans d’autres fragments. (On trouvera ces textes en KA II et l’on pourra se reporter à la traduction de l’ensemble des fragments dans L’absolu littéraire).

Fragments sur la littérature et la critique (1797-1798)

I. 1797. Fragments sur la littérature et la poésie I.[V]

1 [14]. Caractéristique.- Genre propre dans lequel la présentation de l’impression du beau est l’essentiel. – Poétique, totalité poétique, but rhapsodique (L’Ion de Platon)-i. e. communication du beau. Ce genre était inconnu des Anciens.- Tout ce qui est poétique dans la forme, évité ; seul l’esprit et la matière sont poétiques ; l’expression aussi prosaïque que possible. – <Il y donc bien une véritable prose poétique. Mais l’élément poétique devient vite rhétorique, ce qui est la mort du philosophique, de l’historique et du philologique. –>

25. Manières différentes de lire d’un philologue, d’un philosophe (logique, rigoureuse) et d’un historien (esthétique, critique) ; manière politique et populaire de lire. –

31. Des classiques romantiques seraient ceux dans lesquels le caractère et la progression du genre se montreraient le mieux.

35. Lois antithétiques de la théorie pure de l’art :

  1. Chaque art doit être nécessaire, c’est-à-dire déterminé, limité, classique.

  2. Chaque art doit être illimité ; non seulement la diversité individuelle, mais genre conséquent. <De la proposition : « il ne doit pas y avoir d’art particulier », on doit déduire la réunion de tous les arts.>

39. Le grand et le sublime dans la critique ne sont possibles que par l’abstraction pratique.

43. L’esprit humain est lui-même une antithèse ; même le cœur a ses antithèses.

44. Dans le style antithétique, les angles des objets sont pour ainsi dire supprimés ; bénéfique pour la matière fluide comme l’historique. Ce qui est déjà très anguleux, comme la matière philosophique, doit plutôt être fluidifié.

71. Tous les jugements esthétiques véritables sont par nature des décisions autoritaires et ne peuvent pas être autre chose. On ne peut pas les prouver, mais on doit en tirer une légitimité. – Il est très certain que Ton ne devrait pas juger des œuvres mauvaises.

73. Le public n’existe que d’une façon aussi problématique que l’Église.

79. Utilité que toutes les variétés du goût, de l’individualité esthétique et du mélange des composants originaires apparaissent dans la poésie moderne. – Impératif de la génialité pour les Modernes d’opérer des séparations dans la culture artistique, afin de les mastiquer et de les remplir à nouveau.

80. Chaque œuvre d’art apporte au monde son cadre avec elle ; l’art doit le faire remarquer.

92. Puisque c’est le but de la science de devenir art, l’art doit aussi finalement devenir science. –

94. Il y a une façon de recevoir, et même de ressentir, qui est analytique, et une autre, qui est synthétique. – Le jugement esthétique synthétique ne doit pas être simplement présenté génétiquement, mais construit comme nécessaire. –

96. L’histoire de la poésie progressive ne peut être construite entièrement a priori qu’une fois achevée ; jusqu’à maintenant, on ne peut montrer que des confirmations de l’idée progressive dans l’histoire de la poésie moderne, et en tirer des hypothèses.

101. La pédanterie avec la lettre de l’Antiquité est une très bonne chose, du moment qu’on a l’esprit. –

110. L’esthétique moderne a longtemps consisté dans la seule explication psychologique des phénomènes esthétiques. Il y a là au moins une indication pour l’impératif qui veut que l’art devienne science. – On devrait plutôt chercher scientifiquement pour les tâches esthétiques les moyens de leur solution. –

111. Les Anciens peuvent à l’avenir être un jour dépassés même dans le classique. –

125. Seul le classique ou le progressif mérite d’être critiqué. –

129. Manque de jugement chez les grands maîtres, dans leur propre discipline ; Kant, Fichte.–

135. Bien des critiques bienveillants s’en vont pour ainsi dire faire de la botanique dans les poèmes admirés. –

140. Le blâme de la philosophie classique envers la poésie classique contient les premiers principes de la poésie progressive. C’est donc là le premier commencement de la poésie moderne. –

157. Trois écoles de théorie de l’art en Allemagne 1) Esthétique-Sulzer 2) Winckelmann, Lessing, Moritz, Herder 3) Kant, Schiller etc. –

173. <L’étude absolue est le principe de la critique. –>

Sur le fondement de la théorie de l’art

186. Doit comprendre les principes de l’art classique et progressif. – Thèse : il doit y avoir des modèles (Urbilder). Antithèse : il ne doit pas y en avoir, l’art doit éternellement progresser. Antinomie du classique et du progressif. N’y a-t-il pas aussi une antinomie du pathétique ou musical et du plastique dans l’art ? –

236. C’est Winckelmann qui a senti le premier l’antinomie des Anciens et des Modernes. –

249. Il en va pour la compréhension et de l’appréciation de nombreux poètes comme avec les philosophes, qui ne deviennent souvent clairs qu’à travers des disciples très tardifs. –

259. Winckelmann possédait l’intuition historique de l’histoire de l’art naturelle. –

262. Aucun Grec n’écrivait pour le lecteur. Dans la vision méprisante des poètes chez les philosophes, le point le plus extrême est toujours le reproche qu’ils écrivaient pour la foule <comme des danseurs, des chanteurs, des acteurs, des acrobates. –>

268. <Toute exécution ressortit, en tant que telle, à la poésie d’art. Tout homme est un poète. –>

285. Le poète accompli doit aussi être philologue. –

287. Pour l’artiste, l’unique théorie pragmatique de l’art est la théorie du classique et du romantique. –

423 [421]. La Bible est l’unique véritable roman populaire qui soit absolument universel ; <comme roman prosaïque ;> elle devrait maintenant être romantisée également dans sa forme. – <En romances.>

460 [458]. La Bible présentait une belle disposition pour être un roman populaire absolument universel> qui pouvait être toujours poursuivi ; l’erreur de Luther fut de la fixer en un point et de séparer les légendes. –

475 [473]. (Le romantique reste éternellement nouveau – le moderne change avec la mode.) –

481 [479]. Quand l’esprit domine absolument, alors l’œuvre est informe.

567 [563]. Déduction des catégories critiques = philosophie de la caractéristique

<L’essence au milieu entre l’esprit et la lettre.

– La philosophie de la caractéristique devrait contenir : 1) Déduction des catégories critiques ; 2) Déduction des idées critiques ; 3) Déduction des intuitions critiques (classicisme, progressivité etc.) ; 4) Déduction de l’idéal critique.

Maximes critiques à partir de la construction de l’idéal critique et de la définition des concepts critiques.>

564. Des idées critiques sont de la mathématique pratique, de l’analyse absolue et de l’herméneutique absolue.

Sur la critique

621 [617]. Y a-t-il déjà eu un critique ? – Seul le philosophe peut être un critique. – Fichte considère que ma critique (sous son caractère moral) est transcendante. –

622 [618]. La critique est, comme la philologie, un art scientifique (Wissenschaftskunst) ; seule la philosophie critique est un art, et un art scientifique. –

623 [619]. Aristote reste pour l’ensemble de la critique ce que Socrate était pour l’ensemble de la philosophie. –

624 [620]. La caractéristique est un mime critique, la polémique une parodie critique. –

625 [621]. Pour un écrivain social comme Forster, le manque de Witz est très important. –

626 [622]. La critique = poésie de la poésie inachevée. Toute critique est potentialisée. Toute abstraction, en particulier l’abstraction pratique, est de la critique. – Il n’y a de critique que lorsque l’absolu et l’empirique sont synthétisés, non quand l’un seul des deux est potentialisé ; mais la potentialisation est en soi une approximation de la critique.

627 [623]. La partie historique de la critique doit être poétique – l’histoire, inventée selon les lois naturelles par une raison géniale, de l’impression et du devenir d’une œuvre, d’une totalité etc. – L’objet propre de la critique progressive : les universels parmi les auteurs. –

628 [624]. Avec la critique, Winckelmann serait le plus grand connaisseur matériel de l’Antiquité. Suprême classicisme. Son jugement esthétique est mystique, idyllique dans la forme. –

629 [625]. La caractéristique est un genre propre, spécifiquement différent, dont la totalité n’est pas historique mais critique. – <Une œuvre d’art critique.>

630 [626]. (Toute critique est littéraire, polémique, mystique <Winckelmann>, antiquaire, théorisante (comme chez Schiller), naturalisante (comme chez Herder) ; ou romantique, comme en certains degrés inférieurs celle de Σ. –)

631 [627]. La caractéristique n’est pas historique ; elle considère son objet comme stable, comme étant, comme un tout un et indivisible ; l’histoire comme fluide, en devenir, d’après ses parties, sans rassembler l’ensemble. – La critique est donc un peu l’histoire potentialisée.

632 [628]. La caractéristique doit souvent être génétique, mais elle doit précisément historiser ou plutôt poétiser ce que l’historien ordinaire ne soupçonne pas du tout, et que même le meilleur ne peut que faire pressentir. –

633 [629]. <Une recension est une caractéristique appliquée (eu égard à la littérature présente). –>

634 [630]. Tout ce qui doit être caractérisé doit être un individu – mais l’individualité ne doit pas être présentée dans la caractéristique de façon historique, mais mimique. –

635 [631]. Le bon critique et caractéristique doit observer fidèlement, consciencieusement, diversement comme le physicien, mesurer avec acuité comme le mathématicien, faire des rubriques soignées comme le botaniste, analyser comme l’anatomiste, décomposer comme le chimiste, ressentir comme le musicien, imiter comme un acteur, embrasser pratiquement comme un amant, avoir la vision globale d’un philosophe, étudier cycliquement comme un sculpteur, être strict comme un juge, religieux comme un antiquaire, comprendre le moment comme un politicien etc. –

636 [632]. Les œuvres de Denys, le Brutus de Cicéron correspondent au mieux à ce que je nomme caractéristique critique. –

637 [633]. L’étude est une lecture infiniment potentialisée. – Pour une œuvre plastique, une contemplation de cette sorte. –

638 [634]. Un mime critique peut être dogmatique ou sceptique tout comme une philosophie ; s’il est les deux à la fois, le plus souvent, l’un des deux l’emporte. –

639 [635]. La force d’invention appartient plutôt à la poésie et à la philosophie classique, la culture et la richesse plutôt à la mimique critique, la force artistique pratique plutôt sans doute à l’histoire.

640 [636]. Est classique tout ce qui doit être étudié cycliquement. –

641 [637]. C’est une mauvaise manière de penser qu’ont certains auteurs que de mépriser et d’insulter le public existant, et d’ignorer le public idéal. – Le public n’existe pas ; cette idée peut tout au plus être représentée parce que l’on appelle empiriquement ainsi. –

642 [638]. Le pédantisme est un rigorisme scientifique ou artistique, quand il n’est pas à sa place ; le plus souvent en raison des limites du génie et virtuose conséquent plutôt que par manque de tact. –

643 [639]. Savoir qui est ou n’est pas un auteur (au sens originaire) demanderait une connaissance littéraire infinie. –

644 [640]. L’étude est comme la théorie (considération saisissante sans finalité), une considération sans finalité, qui devient nécessairement cyclique. –

645 [641]. Un mime critique doit romantiser, et même devenir presque roman. –

646 [642]. La critique est la mère de la poétique. La critique doit pouvoir s’objectiver tout comme les postulats des mathématiques. –

647 [643]. Ma critique absolue du classique et du progressif aussi transcendantale que la Doctrine de la science de Fichte. –

648 [644]. <Comme ἐπίδενξις aussi, un mime critique très parfait sur un petit poème. –>

649 [645]. Chaque homme a certaines manières spirituelles, tournures, façons et formules d’esprit qu’il aime particulièrement. – Chaque individu a enfin ses points, ses lignes et ses cycles ; ceux-ci, étant fluides, sont bien plus difficiles à caractériser que le mode, les niveaux, les limites et les rapports ; celles-là, ces manières, la cime du caractère, proviennent de tels points, lignes et cycles. – <Il y a des manières actives et passives.>

650 [646]. L’histoire doit sans doute être à tout moment un mime critique, mais ne doit jamais être absolument limitée à l’individu ; ce serait contre sa dignité. –

651 [647]. Chaque homme cultivé de façon potentialisée comprend en lui une masse infinie de cycles, alignés dans toutes les directions, et tout lui est point. –

652 [648]. Chaque mime critique contient aussi une vision polémique de l’objet. –

653 [649]. <Nota. La critique comme synthèse de philosophie, poésie et d’histoire – dans la première époque, la religion venait en second.>

654 [650]. De nombreux esprits oscillent, vibrent régulièrement, flux et reflux, pulsation de l’existence spirituelle. On apprend pourtant à connaître chaque objet d’une caractéristique (mime critique passif) en une seule fois, par une intuition. On doit être le même, et en même temps un autre, pour pouvoir caractériser quelqu’un. <Nota. Nombre infini d’intuitions intellectuelles.>

655 [651]. La caractéristique va à l’infini dans toutes les directions. Selon quelle maxime faut-il ici décider ? Quelle est la puissance constitutive qui peut poser absolument ici ? –

656 [652]. Il faut comparer chaque point de la culture avec un chocs ; les tendances sont les lignes de la culture. –

657 [653]. Chaque homme a des angles dont beaucoup de choses dépend ; ils surgissent du croisement de plusieurs lignes ; ce sont des points polémiques. Un homme qui serait tout angle ; comme un autre, pour qui tout serait point (attrait, impulsion).- Les points de culture, on pourrait aussi les nommer points historiques. – <Points critiques, qui demandent un maximum de critique, de système ; ils surgissent où tout se recoupe. Les lignes de culture d’un homme, on peut les trouver le plus facilement dans ses points pratiques. –>

658 [654]. Chacun a ses faiblesses ou ses forces ; on prend souvent pour les premières ce qui n’est que des limites. –

659 [655]. Suétone, un des grands maîtres <de la satire prosaïque> dans la critique, c’est-à-dire dans l’art de caractériser. (Il est le plus proche de la satire absolue.)

660 [656]. La critique potentialisée ou la caractéristique de la critique. – <La critique potentialisée de style synthétique.>

661 [657]. Sur les études critiques. Une satire critique, mimique, absolue (Lessing), puis une synthèse absolue, une analyse absolue – une polémique absolue, une histoire absolue, une rhétorique absolue – une philosophie absolue – un enthousiasme absolu – un mime absolu. –

662 [658]. La critique n’apparaît qu’avec l’absolue universalité ; donc l’intention d’isoler un élément constitutif dominant ne peut pas être considérée comme une étude critique. –

663 [659]. Une étude poétique peut être plus poétique qu’une étude critique peut être critique. –

664 [660]. La biographie, un point d’indifférence entre l’histoire et la caractéristique = la critique, à savoir la théorie de la morale ou de l’art de la vie. –

  • 1 Schlegel évoque ici son César et Alexandre qu’il avait rédigé au printemps 1796 pour la revue de Sc (...)

665 [661]. L’objet propre de la critique, ce ne sont que les œuvres et les systèmes d’œuvres, non les hommes. (Mon César1 aussi, une étude critique.)

666 [662]. Seules des œuvres classiques sont l’objet approprié de la critique ; des œuvres absolument barbares, ou ce qui n’est pas une œuvre, des nations, (la nature entière) se tiennent vis-à-vis des études critiques comme placées sur leur frontière extérieure. <On y apprend à connaître les extrêmes de la critique. –> <La critique=la théorie du jugement, précisément opposée à la théorie de l’art.>

667 [663]. Le delectus classicorum contient et se fonde sur un système de caractéristiques. –

668 [664]. Dans les études, caractériser aussi des masses.

669 [665]. Seul celui qui a vécu de façon classique mérite une biographie. –

670 [666]. Un écrit philosophique a davantage besoin de la recension qu’un écrit poétique ; sans elle, quoique excellent, il pourrait demeurer inconnu. –

671 [667]. Tous les écrits classiques ne sont jamais tout à fait compris, c’est pourquoi ils doivent être éternellement critiqués et interprétés de nouveau.

672 [668]. Pour la polémique, il y a une différence importante dans le fait que dans la philosophie, les forces productives et réfléchissantes ne soient pas séparées comme dans la critique. –

673 [669]. Révision : un mime critique scientifique, la recension des annales littéraires de l’histoire de la littérature. –

674 [670]. <Révision des Lettres sur la littérature. Révision de la théorie platonicienne de l’art. Lettres antiquaires. Révision de la Critique de la faculté de juger de Kant. Caractéristique de l’urbanité romaine. –>

675 [671]. <La critique de Lessing a une allure anglaise. –>

676 [672]. Dans la caractéristique, sont réunies : la poésie, l’histoire, la philosophie, la critique herméneutique et philologique. – Caractéristique de tous les soit-disants âges d’or chez les Modemes.> <La vision d’ensemble : une somme de caractéristiques. Le parallèle : un groupe critique. De leur réunion naît le delectas classicorum. –>

677 [673]. On ne peut caractériser que des individus (les natures classiques, progressives et universelles) (individus que l’on peut effectivement absolutiser à bon droit.) Tout ce qui est classique est, dans cette mesure, également critique. Plus l’individu est critique, individuel, plus il est intéressant. Un individu qui doit être le digne objet d’une œuvre doit être infiniment intéressant ; l’œuvre n’accédera que par là à la totalité. –

678 [674]. Pour la biographie littéraire, l’auteur qui a vécu le mieux comme un auteur, est celui qui s’approche le plus du caractère naturel du poète et du philosophe. L’auteur moderne a toujours plus ou moins quelque chose du caractère du citoyen du monde et de celui du politique. –

679 [675]. Seul Winckelmann était doué d’une synthèse absolue en critique. –

680 [676]. Forster : un philosophe de la nature allemand (Möser certainement bien meilleur à cet égard). –

681 [677]. Goethe est trop poète pour être connaisseur d’art. –

682 [678]. Tout ce qui est nouveau n’est que la combinaison et le résultat de l’ancien. –

683 [679]. Aristote a transformé toute l’histoire en critique ; sa caractéristique des constitutions de l’État. Caractéristique polémique en politique. –

684 [680]. Les écrits philologiques sont rarement des œuvres. –

685 [681]. Aristote est sans doute hypercritique, c’est-à-dire unilatéralement classiquement critique ; on peut être trop critique. –

686 [682]. Les Éloges : une espèce secondaire et dégénérée de critique potentialisée. –

687 [683]. Toute prose allemande tend à la critique. –

688 [684]. Pour la caractéristique d’un homme, l’impression poétique qu’il fait compte aussi. –

689 [685]. La prose critique doit être fluide et flottante et lutter contre une terminologie rigide ; car elle en prendrait un air illibéral, comme si elle ne servait que la philosophie. –

690 [686]. Différence entre les hommes qui commencent absolument et ceux qui poussent progressivement comme une avalanche. – <Klopstock et Winckelmann. Les natures thétiques sont dans le premier cas.>

691 [687]. Caractéristique = philosophie + philologie.

692 [688]. Shakespeare a une moralité romantique. Son mélange de poésie romantique et de prose romantique indique du romantique absolu.

693 [689]. <Éléments critiques ou catégories. –>

695 [69]. L’essence d’une œuvre est, pour ainsi dire, le transcendantal, l’absolument intérieur, l’esprit condensé puis potentialisé rassemblés en un. <Lettre = attributo. Esprit = modi. Essence = essentia.>

718 [714]. <Le classique et le progressif sont des idées historiques et des intuitions critiques. – Là, la critique et l’histoire coïncident.>

887 [878]. La philosophie (sans doute plus que la poésie) est la véritable patrie de la diaskeue. – L’explication selon l’esprit tend à une telle critique transcendantale supérieure.

917 [908]. Classique = cyclique.

984 [975]. La lettre de chaque œuvre est poésie, l’esprit philosophie. –

990 [981]. <En philosophie, je n’ai pas de maître, comme en critique Lessing, en histoire de l’Antiquité Winckelmann.>

992 [983]. La critique n’est en vérité rien d’autre que la comparaison de l’esprit et de la lettre d’une œuvre, traitée comme un infini, un absolu et un individu. – Critiquer veut dire comprendre un auteur mieux qu’il ne s’est lui-même compris. –

1010 [1001]. La recherche des éléments est une destruction [Destruction]. Dans l’analyse historique, c’est la découverte de la dominante (du principe dominant). –

1024 [1015]. La critique est pour ainsi dire la logique de la poésie.

1053 [1044]. Le pur esthéticien dit : « j’aime le poème » ; le pur philosophe : « je le comprends ». La question de la valeur est dès l’origine éthique.

1070 [1060]. Est classique ce qui possède à la fois intention et instinct, où forme et matière, intérieur et extérieur sont en harmonie. – Le correct est le classique négatif et intentionnel. – Tout ce qui est classique est cyclique ; le classique est à la fois régressif et progressif. – <La poésie poétique est plus régressive. La prophétie plus progressive. La poésie éthique est présente.>

1035 [1121]. <Ma mimique critique de la philosophie de Lessing ; du Woldemar – éthique ; du Meister – poésie. Ce qui est vraiment universel doit être traité sous une forme abstraite.>

1148 [1134]. Il y a des écrits mécaniques, chimiques et organiques ; les mécaniques sont construits classiquement, les chimiques en revanche romantiquement. –

1149 [1135]. La critique compare l’œuvre avec son propre idéal.

Remarques 1798/VII/

9 [1334]. Le Gulliver de Swift est plus grand qu’il ne le sait ; on peut l’appliquer à l’histoire mondiale. Lilliput = les Grecs ; Brobdingnag = les Romains ; Laputa = les Goths du Moyen âge ; les Houyhnhnms = ceux d’aujourd’hui. –

1335. La poésie doit commencer avec la Bible (comme forme de livre) ; la philosophie, terminer avec elle. –

27 [1350]. Il faut mettre en contact l’ensemble de la vie et l’ensemble de la poésie ; l’ensemble de la poésie doit être popularisé et l’ensemble de la vie poétisé. –

61 [1372]. L’Héloïse est une philosophie esthétique et non un roman.

70 [1373]. <L’Ardinghello est un livre esthétique et non un roman. Il veut rendre sensible son esthétique, et non poétiser sa vie.>

II. Fragments sur la poésie et la littérature II (1799-1800) [IX]

197 [1733]. Pour une théorie de l’art poétique, la déduction de celui-ci viendrait en premier, puis l’idéal. – Puis des maximes du jugement comme de la production. – La critique ne doit pas juger les œuvres d’après un idéal universel, mais rechercher l’idéal individuel de chaque œuvre. –

Sur la littérature 1800

468 [1925]. Peut-être la recension d’une œuvre philosophique n’est-elle possible que sous forme d’un extrait – mais génétique, donnant du même coup l’unique point de vue possible : le centre de l’écrit. –

669 [2016]. La lecture faite avec art consiste en ce qu’on lit avec d’autres, que l’on cherche même à lire également la lecture des autres. –

[Friedrich Schlegel] Fragments du Lycée (1797)

12. Dans ce qu’on appelle philosophie de l’art, il manque habituellement l’un des deux : soit la philosophie, soit l’art.

35. Beaucoup parlent du public comme si c’était quelqu’un avec qui ils auraient déjeuné à l’Hôtel de Saxe pendant la foire de Leipzig. Qui est ce public ? – Le public n’est aucunement une chose, mais une idée, un postulat, comme l’Église.

44. On ne devrait jamais en appeler à l’esprit de l’Antiquité comme à une autorité. Avec les esprits, il faut s’y prendre de façon originale ; ils ne se laissent pas prendre avec les mains ni montrer à autrui. Les esprits ne se montrent qu’aux esprits. Le moyen le plus court et le plus convaincant serait encore de démontrer à travers de bonnes œuvres que l’on possède la foi qui, seule, apporte le bonheur.

70. Les gens qui écrivent des livres et puis s’imaginent que leurs lecteurs seraient le public, et qu’ils devraient cultiver le public, ceux-là en viennent très vite, non seulement à mépriser leur soi-disant public, mais à le haïr ; ce qui ne peut mener à rien.

73. Ce qui se perd, dans les traductions habituelles qui sont bonnes ou bien excellentes, c’est précisément le meilleur.

75. Les notes sont des épigrammes philologiques ; les traductions, des mimes philologiques ; de nombreux commentaires, où le texte n’est que le contre-choc ou le Non-moi, des idylles philologiques.

85. Tout auteur véritable écrit pour tous ou pour personne. Celui qui écrit pour que tel ou tel le lisent ne mérite pas d’être lu.

112. L’écrivain analytique considère le lecteur tel qu’il est ; d’après cela, il fait ses calculs, dispose ses machines, pour produire sur lui l’effet approprié. L’écrivain synthétique construit et se crée un lecteur tel qu’il doit être ; il ne l’imagine pas passif et mort, mais vivant et réagissant. Il fait apparaître progressivement ce qu’il a trouvé devant ses yeux, ou l’attire pour qu’il le trouve lui-même. Il ne veut produire aucun effet déterminé sur lui, mais entre avec lui dans un rapport sacré de la plus intime symphilosophie ou sympoésie.

[Friedrich Schlegel] Fragments de l’Athenaeum (1798)

47. La philosophie des kantiens s’appelle critique certainement per antiphrasin ; ou bien, c’est un epitheton ornans.

92. Avant que les philosophes ne deviennent grammairiens, ou les grammairiens philosophes, la grammaire ne pourra devenir ce qu’elle était chez les Anciens, une science pragmatique et une partie de la logique, ni même une science en général.

93. La doctrine de l’esprit et de la lettre est en outre particulièrement intéressante en ce qu’elle met en contact la philosophie et la philologie.

107. Le postulat tacitement présupposé et véritablement premier de toutes les harmonies kantiennes des Évangiles est : la philosophie de Kant doit s’accorder avec elle-même.

149. Le systématique Winckelmann, qui lisait tous les Anciens de la même façon qu’un seul auteur, voyant chaque chose en totalité et concentrant sa force entière sur les Grecs, a posé avec la perception de la différence absolue des Anciens et des Modernes le premier fondement d’une théorie matérielle de l’Antiquité. Ce n’est que lorsque sera trouvé le point de vue et les conditions de l’identité absolue de l’Ancien et du Moderne qui a été, est ou sera, que l’on pourra dire que le contour de la science au moins est donné, et que l’on peut désormais songer à son accomplissement méthodique.

151. Chez les Anciens, chacun a trouvé ce qu’il lui fallait ou qu’il souhaitait ; principalement lui-même.

153. Plus un auteur ancien est populaire, plus il est romantique. C’est le principe du nouveau choix qu’ont fait les modernes à partir de l’ancien choix des classiques, ou plutôt qu’ils pratiquent encore.

229. Les Arabes ont une nature extrêmement polémique, les annihilants entre les nations. Leur goût à détruire les originaux ou à les jeter quand la traduction était terminée, caractérise l’esprit de leur philosophie. Pour cette raison précise, ils étaient peut-être infiniment plus cultivés, et en même temps, en dépit de toute leur culture, nettement plus barbares que les Européens du Moyen âge. Est en effet barbare ce qui est en même temps anticlassique et antiprogressif.

231. Le catholicisme est le christianisme naïf ; le protestantisme est plus sentimental et a, outre son mérite révolutionnaire et polémique, l’avantage d’avoir causé par la divination de l’Écriture la philologie qui est aussi essentielle à une religion universelle et progressive. Il ne manque peut-être encore au christianisme protestant que de l’urbanité. Travestir quelques histoires bibliques en épopées homériques, en présenter d’autres avec l’ouverture d’Hérodote ou la rigueur de Tacite dans le style de l’histoire classique, ou recenser toute la Bible comme l’œuvre d’un seul auteur : cela paraîtra à tous paradoxal, à beaucoup énervant, à quelques uns enfin maladroit et superflu. Mais ce qui pourrait rendre la religion plus libérale peut-il vraiment apparaître superflu, quoi que ce soit ?

255. Plus la poésie se fait science, plus elle fait se art également. Si la poésie doit devenir art, l’artiste doit avoir une compréhension et une science profonde de ses moyens et de ses fins, de leurs obstacles et de leurs objets, et le poète doit donc philosopher sur son art. S’il ne doit pas être simplement un inventeur et un ouvrier, mais aussi un connaisseur dans son domaine, et s’il doit pouvoir comprendre ses concitoyens dans le domaine de l’art, il doit aussi devenir philologue.

271. Il faut sans doute être un moderne invétéré pour avoir un point de vue transcendantal sur l’Antiquité. Winckelmann a senti les Grecs comme un Grec. Hemsterhuys en revanche avait joliment su restreindre l’ampleur moderne par une simplicité antique, et lançait du haut de sa culture comme d’une libre frontière des regards plein d’âme dans l’antique comme dans le nouveau monde.

391. Lire signifie satisfaire l’impulsion philologique, s’affecter soi-même littérairement. A partir de la pure philosophie ou de la pure poésie, sans philologie, on ne peut pas du tout lire.

393. Pour savoir parfaitement traduire l’Ancien en Moderne, le traducteur devrait en être si pénétré qu’il pourrait au besoin tout rendre moderne ; mais, du même coup, comprendre l’Antique de telle manière qu’il ne pourrait pas simplement le refaire, mais aussi bien le recréer.

404. Il faut naître philologue, comme on naît poète ou philosophe. Il n’y a pas de philologue sans philologie au sens le plus originel, sans intérêt grammatical. La philologie est un affect logique, la contre-partie de la philosophie, l’enthousiasme pour la connaissance chimique : car la grammaire n’est que la partie philosophique de l’art universel de séparer et de relier. Par le développement conforme à l’art de ce sens, naît la critique, dont la matière est uniquement le classique et absolument éternel, ce qui ne peut jamais être entièrement compris : sinon les philologues, chez qui l’on perçoit le plus souvent les signes les plus courants et les plus sûrs de la virtuosité non-scientifique, montreraient leur savoir-faire aussi volontiers sur une autre matière que les œuvres de l’Antiquité pour laquelle ils n’ont, en règle générale, ni intérêt, ni sens. Mais cette limitation nécessaire n’est pas à blâmer ou à déplorer, d’autant plus qu’ici également, il n’y a que la perfection artistique qui doive conduire à la science, et la philologie purement formelle approcher d’une théorie matérielle de l’Antiquité et d’une histoire humaine de l’humanité. C’est mieux que la soi-disante application de la philosophie à la philologie dans le style habituel, qui compile davantage les sciences qu’elle ne les combine. L’unique façon d’appliquer la philosophie à la philologie ou, ce qui est bien plus nécessaire, la philologie à la philosophie, est d’être à la fois philologue et philosophe. Mais même sans cela, l’art philologique peut poser ses exigences. S’adonner exclusivement à l’essor d’une impulsion originelle est autant digne et sage que la meilleure et la plus haute chose que l’homme puisse jamais choisir pour occuper sa vie.

Notes

1 Schlegel évoque ici son César et Alexandre qu’il avait rédigé au printemps 1796 pour la revue de Schiller Die Horen, et que celui-ci refusa.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/95497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search