Version classiqueVersion mobile

Reconfigurations de l'État social en pratique

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Ivan Sainsaulieu

Contrôle social et éthique : usages d'hier et d'aujourd'hui

Regards sur le contrôle social

Une approche socio-historique

Brigitte Bouquet

Texte intégral

1De nombreuses réflexions portent actuellement sur des politiques sociales jugées normatives et prescriptives, sur des injonctions politiques et institutionnelles posées au détriment d’un intérêt général. Pour certains, cela revivifie l’analyse du contrôle social, pour d’autres, ce concept n’est pas suffisamment pertinent. Qu’en est-il ?

2Après avoir rappelé ce que l’on entend par « contrôle social », concept à l’histoire mouvementée, ayant différentes acceptions et utilisations théoriques et sociales, marqué par des changements de sens fréquents, nous questionnerons la façon actuelle de le penser et nous nous demanderons s’il ne se caractérise pas par une “fragmentation”, une “hybridation” et s’il n’est pas suppléé actuellement par la force dominante de l’idéologie sécuritaire, le faisant passer en second, comme une conséquence.

Histoire et généalogie du concept de « contrôle social »

3Le terme de « contrôle social » recouvre plusieurs réalités, qui provoquent une équivoque conceptuelle. Aussi est-il nécessaire d’évoquer son histoire, de rappeler les conditions sociales de son apparition, de caractériser son évolution, d’analyser les retournements de sens.

Contrôle et régulation sociale

  • 1 Cet accent sur l’autorégulation amène à concevoir le contrôle social comme l’inverse du contrôle c (...)

4Au XIXe siècle, en France comme chez les sociologues américains, le contrôle social a un sens « positif » de régulation sociale. Le contrôle social, pris dans cette acception large, y est analysé comme un ensemble de mécanismes sociaux de régulation des comportements d'individus et de groupes d'individus les rendant conformes aux normes et valeurs établies, permettant l’union des hommes dans la société et maintenant la cohésion sociale. Le contrôle social désigne ainsi « la capacité d’une société à se réguler elle-même en fonction des principes et des valeurs souhaitées »1.

5L’examen de l’acception fonctionnaliste du contrôle social nécessite de faire référence aux auteurs de ce courant de pensée.

6Le premier usage important du contrôle social apparaît dans une série d'articles publiés par E. A. Ross en 1901 et repris dans Social control. Examinant ce qui institue l’ordre social, E. A. Ross (1866-1951) divise le contrôle social en contrôle interne et externe. Le premier repose sur la coutume, la religion et l’opinion publique. Le second vient des lois, du droit et de l’éducation ; il est assuré par l’État. Il s'agit donc d'un contrôle rationnel de la vie sociale. Cela rejoint R. E. Park (1864-1944), sociologue de l’école de Chicago, qui le conçoit comme lié à la participation, et O. Spengler (1880-1936), philosophe allemand, qui estimait que toute société doit mettre en œuvre des contrôles.

7De même, plusieurs sociologues – dont les Américains T. Parsons (1902-1979) et R. K. Merton (1910-2003) – distingueront entre d’une part les régulations externes obligatoires s’imposant aux individus en dehors de leur volonté par le biais des institutions et d’autre part les régulations internes, caractérisées par l’intériorisation des normes. Dans ce cas, le contrôle social, plus diffus, s’opère au fil des interactions de la vie quotidienne.

8En France, pour A. Comte (1798-1857), le but du contrôle social est d'assurer l’ordre social et le respect du système de valeurs d’un groupe ou d’une société. L’obéissance à la norme provient tout d'abord d'une intériorisation des règles et valeurs, lors de la période de socialisation. De même, comme l’a dit E. Durkheim (1858-1917), aucune société ne pourrait subsister sans un contrôle social, qui présente nécessairement un aspect contraignant. Pour lui, le contrôle social est un facteur de cohésion sociale et d’épanouissement de l’individu, qui permet son intégration dans une structure qui le dépasse.

  • 2 Ce thème organisateur général est surtout utilisé sur un plan macro sociologique, mais on le retro (...)

9Ainsi, l’ensemble des sociologues qui emploient l’expression “contrôle social” rejettent le modèle utilitariste et cherchent à discerner les conditions d'un refoulement de l’irrationalité dans la conduite en société2.

10Cependant, plusieurs déplacements vont intervenir sur cette conception.

11Le premier déplacement concerne le rétrécissement fonctionnaliste du contrôle social à des domaines spécialisés, développé notamment après la Seconde Guerre mondiale. Les successeurs d’E. A. Ross concentrent ainsi progressivement leur effort sur l’étude des moyens de contrôle, se préoccupant peu du cadre théorique global, qui passe à l’état d'implicite. Ce rétrécissement débouchera progressivement sur une modification profonde de la conception du contrôle social. Initialement entendu comme les conditions de la socialisation, il sera alors perçu comme réaction à la déviance. Ce premier déplacement est notamment sensible dans la nouvelle conception du contrôle social par T. Parsons, à propos de la correction des ratés de cette socialisation. Ce déplacement va être poursuivi : on parlera de plus en plus de contrôle social à propos du rétablissement de la conformité qu'entreprennent des institutions de resocialisation. On dérive ainsi vers une optique de social engineering concentrée sur l’examen de techniques de contrôle.

  • 3 Selon Edwin Lemert, la déviance primaire n'aboutit pas forcément à la déviance secondaire.

12Le second déplacement concerne le développement d’un usage interactionniste de la notion : le contrôle social devient désormais producteur de déviance. Ainsi, à titre d’exemple, E. Lemert (1951-1967) situe le contrôle social à l’origine de la déviance, non plus comme moyen d'éviter les ratés de la socialisation, mais au contraire, comme genèse de la déviance. Selon lui, le contrôle social crée la déviance3.

13Enfin, il y a consolidation du rétrécissement de sens malgré des tentatives de réouverture. G. Gurtvitch (1894-1965) tentera d’élargir la sociologie du contrôle social à la dimension d’une sociologie culturelle, mais ce courant connaîtra lui aussi un rapide rétrécissement et se concentrera sur l’étude des techniques et instruments de contrôle.

14Alors que contrôle social et régulation, normes sociales et déviance sont des concepts étroitement liés en sociologie, on voit par ces déplacements, que l’expression “contrôle social” change de connotation pour prendre le sens courant anglais de “domination” ou de “pouvoir” ; mais il accorde peu de place à l’investigation sur les phénomènes de pouvoir auquel participe le contrôle social et laisse en suspens la considération du contexte social dans lequel il s'exerce.

Le contrôle social comme phénomène de pouvoir

  • 4 Robert Pages et Bernard Pierre Lecuyer (Revue francaise de Sociologie, en 1967) estiment qu'il ser (...)

15En Europe et notamment en France, dans les années soixante, le développement de la réflexion interactionniste imposera la traduction littérale de social control par l’expression “contrôle social” (malgré des scrupules de traduction)4. Les recherches sont focalisées sur des lieux et des pratiques impliquant une action de prise en charge et de contrainte idéologique et/ou répressive ayant pour but la normalisation voire la mise au pas. Le contrôle social est appréhendé comme phénomène de pouvoir et soulève une interrogation sur la tension désordre/ordre social, contrôle/régulation de la société. Les divers travaux se réfèrent pour certains à la conception de l’État, pour d’autres au concept de “pouvoir”, pour d’autres encore à une théorie de la structure sociale. Ainsi s'est d'abord construite une thématique à dominante épistémologique de critique institutionnelle, ici évoquée dans les grandes lignes au travers d’auteurs de référence :

  • H. Marcuse (1998-1979) dans le premier chapitre de l’ouvrage l’Homme unidimensionnel intitulé « les nouvelles formes de contrôle », montre que celles-ci diffusent sur l’ensemble du corps social les exigences de la rationalité technologique qui imposent le conformisme et briment les aspirations à une autre forme d’existence.
  • E. Goffman (1922-1982), dans Asiles, définit ce qu’est une « institution totalitaire », un monde fermé où l’on n’entre qu'après s’être dépouillé préalablement de son identité sociale, et qui soumet l’individu à un processus de restructuration en “homme nouveau”, ajusté aux exigences de l’institution. Il dénonce la fonction de neutralisation et de réadaptation à l’ordre social de ceux que la société considère comme « déviants ».
  • M. Foucault (1926-1984) réforme les théories traditionnelles qui conçoivent le pouvoir comme l’appropriation exclusive d’une figure souveraine ou d’une classe sociale dominante. Il analyse les formes variées du pouvoir qui s’exercent à travers des pratiques d’auto-gouvernance des individus et des populations pour mieux rendre compte des techniques extra-institutionnelles de contrôle. Comme il le souligne dans différents travaux, une nouvelle forme de discipline s'instaure dès le XVIIIe siècle dans les établissements religieux, les collèges, les casernes, les ateliers, les usines, etc. Notamment dans Surveiller et punir, il définit les caractéristiques de grands modèles carcéraux, insistant moins sur l’enfermement que sur l’exposition des prisonniers aux regards des instances de contrôle5. La prison devient une machine à transformer les esprits et une sorte d'observatoire permanent. Plus tard, dans son œuvre, M. Foucault développe des outils conceptuels (savoir/pouvoir, discipline, biopolitique, gouvernementalité…) qui permettent d’expliquer ces nouveaux modes de contrôle.
  • G. Deleuze (1925-1995), dans son livre Pourparler, décrypte le mécanisme du contrôle qui complète l’enfermement disciplinaire. Selon lui, « les sociétés de contrôle opèrent par machines de troisième espèce, machines informatiques et ordinateurs dont le danger passif est le brouillage, et l’actif, le piratage et l’introduction de virus. Ce n'est pas une évolution technologique sans être plus profondément une mutation du capitalisme […] C'est un capitalisme de surproduction […] Le contrôle est à court terme et à rotation rapide, mais aussi continu et illimité, tandis que la discipline était de longue durée, infinie et discontinue ».
  • R. Castel, dans ses travaux sur la psychiatrie6 montre également que la fonction de contrôle social de la médecine mentale s'est éloignée du caractère coercitif et asilaire des débuts pour s'exercer plus indirectement comme instrument de gestion des populations. Il propose la notion de surveillance qui diffère de celle de M. Foucault. En effet, si, pour ce dernier, la théorie du panopticon7 suppose une co-présence du contrôleur et du “contrôlé” dans un espace homogène induisant un contact entre deux sujets, la surveillance, selon R. Castel, porte davantage sur l’interaction et la corrélation entre différents facteurs de risques, que sur des individus. Sa critique épistémologique a porté d'abord sur le sientisme de la psychiatrie et l’ethnocentrisme professionnel par lequel les praticiens justifient leur pratique. Elle dénonce ensuite l’efficacité sociale très importante de la psychiatrie, qui joue un rôle exorbitant en tant que facteur de “régulation sociale”, malgré l’inconsistance de son savoir. Enfin, elle montre l’instrumentalisation des relations sociales que met en place la psychiatrie, son mode général de gouvernementalité assurant une prise en charge complète anthropologique, sociale et politique, aussi bien que médicale – dans un espace clos.

16Ces auteurs ont défini l’essentiel de la posture épistémologique de l’époque. Le schéma général de pensée de celle-ci conjugue les apports de la réflexion épistémologique et de la sociologie critique autour d’une pratique soupçonnée d'entretenir une confusion entre ce qu'elle fait effectivement et ce qu'elle prétend faire. Cela sous-tendra la contestation de l’ensemble des institutions et des pratiques du secteur sanitaire et social.

Irruption du militantisme et du politique

17Le succès et la transcription pratique de ces mises en cause ont été ébranlés par les « événements de 1968 ». Ceux-ci ont entraîné le déplacement de la position « académique » sur le contrôle social vers une position militante, du fait d’un double facteur : le franchissement d'un seuil d'audience avec un public nouveau ; un mouvement social avec une sensibilité antirépressive qui se réapproprie l’approche critique et lui cherche une concrétisation pratique.

18L’intéressante analyse de R. Castel (1989) sur cette période indique plusieurs jalons en distinguant d’abord la propagation d’une vulgate du concept de contrôle social, qui lui apparaît notamment à travers le succès de l’œuvre de Marcuse, dont le premier chapitre de l’ouvrage « l’Homme unidimensionnel » s'intitule « les nouvelles formes de contrôle ». Ensuite, se forge l’Articulation d'une dimension « idéologique » (ou vulgarisation conceptuelle) et d'une dimension pratique (avec la cristallisation des conflits sur certaines institutions, que R. Castel nomme les « fronts secondaires »). Il estime qu’entre ces deux composantes, idéologique et pratique du mouvement, il y a eu une relation d'alliance, même si elle « consistait le plus souvent en un bricolage plus ou moins acrobatique, où l’emportait tantôt l’inflation verbale des condamnations définitives, tantôt le culte de l’efficacité immédiate à laquelle une conceptualisation approximative servait au mieux de couverture » (Castel, idem). Les analyses ont ainsi « fait fonction de paradigmes pour dénoncer ailleurs toutes les figures de l’écrasement de la subjectivité par les structures d'autorité. Elles servent désormais de fil conducteur pour appréhender la foule des situations quotidiennes à travers lesquelles on peut découvrir les traces d'une répression omniprésente ». Enfin s’opère la transmutation « d'objets théoriques » en cibles pratiques qu'il s'agit de détruire, en raison de leur relative fermeture sur elles-mêmes, des relations personnelles qui s'y développent et des rapports hiérarchiques qui s'y exercent.

19Dans ce regard portant vingt ans après sur cette période, R. Castel parle de rapprochement inattendu, non programmé au départ, entre des positions critiques « académiques » et des pratiques militantes. Il est frappé par le caractère stéréotypé des discours, qui tenaient davantage du slogan que de l’analyse de situation. Ainsi dit-il, « Pour prendre un seul exemple, l’expression de « psychiatre-flic », que ni Foucault ni Goffman (ni moi-même) n'ont jamais employés, a fonctionné comme un leitmotiv pour dénoncer la collusion entre la pratique psychiatrique et le pouvoir d'État » (Castel, 1989). Il conclut de cette période que « l’une des faiblesses théoriques majeures de ce que l’on a appelé « l’antipsychiatrie » mais aussi de la plupart des tendances anti-institutionnelles, anti-étatiques, spontanéistes et libertaires de l’époque, a consisté à rapporter toutes les régulations sociales qu'elles prenaient pour cible à une expression directe du pouvoir d'État, s'interdisant ainsi d'appréhender des modalités de contrôle plus fines qui passent par la mise en place de dispositifs plus sophistiqués et non étatiques ».

Apprivoisement du concept et retournements de sens

20Dès la fin des années soixante-dix, se posait la question de la référence explicite au contrôle social puisqu’il s'y était développé sur deux registres, « ni complètement étrangers l’un à l’autre, ni identifiables, d'où une confusion quasi-inextricable dans les emplois de la notion de contrôle social » (Castel, 1989). D’une part, cette acception négative du contrôle social n'a pu étendre son rayon d'action au-delà la psychiatrie, de la justice et du travail social ; elle n'a pas réussi à constituer une grille de lecture de l’ensemble de la société. D’autre part, la notion a été confrontée dans les deux décennies suivantes à un changement du régime des interventions sociales : elles sont devenues ponctuelles plutôt que structurées à long terme, sous contrôle local plutôt que central, menées par des réseaux diversifiés d'intervenants plutôt qu'administrativement commanditées, etc. Aussi, le concept de contrôle social étant jugé ‘‘creux”, la conception militante est rejetée pour faire place à un nouvel apprivoisement du concept. Ph. Robert parle d’un retour à un emploi bien tempéré et bien maîtrisé de la notion de contrôle social et procède à des clarifications en raison de l’usage intempestif et sans mesure qui avait pu en être fait. D’autres parlent de changement de paradigme par une inversion de sens du contrôle social.

21Dans le travail social, on observe alors plusieurs positions. L’une, faisant retour aux conceptions d’origine du contrôle social, présente le travail social comme l’un des modes spécifiques de production de l’œuvre collective de socialisation, qui pallie les manques ou les dysfonctionnements et travaille la resocialisation et la réintégration des règles du savoir/pouvoir vivre ensemble. Ce retour aux sources a eu pour effet secondaire de désamorcer la crise de confiance des intervenants sociaux et a contribué à légitimer leur existence et leur intervention comme spécialistes.

22Un autre courant a cherché à appréhender différemment le concept sans l’invalider, prenant en compte sa polysémie, procédant à une compréhension plus fine appliquée aux formes variées de l’intervention sociale et aux situations sociales concrètes. Dans cette optique, il y a une marge de manœuvre combinant une capacité stratégique avec les limites du système d'action concret et celle-ci ne participe pas tant d'une référence éthique ou politique que d'une opportunité.

23Enfin, un autre aspect de l’évolution est caractérisé par les travaux de Renaud Sainsaulieu et de Marty qui opèrent un retournement positif de la problématique du contrôle social en l’inscrivant dans un cadre théorique différent, réhabilitant les intervenants sociaux comme détenteurs d’un pouvoir d'action en raison de leur position médiatrice. Cette position d'intermédiaire, de relais, leur donne la possibilité de rétablir des liens entre les exclus et les institutions. Ainsi, perdant sa nature politico-critique, le contrôle social devient une notion parmi d’autres pour qualifier la position de médiation des intervenants sociaux.

La reconceptualisation du contrôle social

24Plus récemment, le contrôle social est sujet à réincarnation et on assiste à d’autres problématisations se différenciant des formes antérieures.

25Un premier courant de pensée préconise la nécessité de la « régulation sociale » et la différencie du contrôle social tout en estimant qu’elle lui est liée. Ainsi pour J. D. Reynaud (1993), la régulation sociale est « la manière dont se créent, se transforment ou se suppriment les règles » et le contrôle social est l’« activité de la société qui consiste à assurer le maintien des règles et à lutter contre la déviance ». Le contrôle social qui résulte d'une contrainte exercée par la société (contrôle externe) ou d'un autocontrôle (contrôle interne) est un mécanisme diffus qui s'exerce aux différents niveaux de la société.

26Un second courant de pensée porte sur les formes automatisées asociales que revêt de plus en plus le contrôle social. D. Courpasson (2000) parle de « domination douce ou souple » comme mode de gouvernement d’entreprise dans les sociétés libérales. Cette domination ne peut plus s’imposer par la force ni en vertu de normes mais nécessite que les individus y consentent en partie. M. Lianos (2001) estime de son côté que le contrôle social ne se présente plus comme la caractéristique d'un rapport entre êtres humains mais comme une référence aux institutions qui régissent chaque aspect de ce rapport. Il considère que le monde post-industriel « hautement institutionnalisé et médiatisé » et à « socialité indirecte » pose le problème d'un nouveau contrôle, « non intentionnel et non coercitif ». Le pouvoir de ce contrôle « neutre et collaboratif » se déroule par des « processus qui traitent l’individu en enchâssant ses choix dans un contexte de coordination et d'options prédéterminées qui l’écrasent ». M. Lianos situe les origines et les conséquences spécifiques de ce « nouveau contrôle » au centre des évolutions socio-techniques et estime qu’il se développe autour de trois tendances :

  • La privatisation et la fragmentation par le biais d’organismes qui assurent une gestion institutionnelle des personnes et des situations, amenant un désinvestissement de la socialité directe au profit d’une société des institutions ;
  • La cindynisation8, conscience des risques qui par peur de la « victimation » (expression de M. Lianos), entraîne les dispositifs de sécurité ;
  • La périopticité, unité temporelle dont la durée est en fonction de la cohérence ressentie pour une pensée ou un acte.

27Pour M. Lianos (2003), le contrôle impliqué par l’activité des institutions présente les caractéristiques d’une activité « gestionnaire » planifiée et correspondant au mode complexe d'organisation de la société occidentale contemporaine. Il est « intégré » à un acte ou une activité précise, souvent bureaucratique, et fait partie du sens et de la finalité ; il est enfin souvent perçu comme « bénéfique » du fait qu'il forme une condition préalable et fait partie d'un « service offert ». En résumé, « la majeure partie de ce que l’on peut appeler contrôle ne porte ni sur des pratiques de contrainte, ni sur des activités d'oppression des comportements et de l’expression, mais sur l’organisation et la mise en contexte de ce qui est souvent optionnel ou même désiré par un sujet souverain » (Lianos, 2003).

  • 9 Selon wikipedia, Gilles Deleuze, reprenant une invention de William Burroudhs, propose ce terme po (...)
  • 10 Cité dans Association Française de Sociologie, Regards croisés. La régulation sociale des désordre (...)

28Un troisième courant de pensée montre cependant que ces dernières années, à ce contrôle social intrinsèque et diffus, s’ajoutent les menaces d’un contrôle social contraignant. À nouveau, énonçant que le XXIe siècle verrait l’apparition d'une société de contrôle9, G. Deleuze explique que « la question du contrôle social des déviances se pose avec acuité »10 et les processus du contrôle social se complexifient. Ainsi, de nombreux observateurs estiment nécessaire, voire urgent, de réévaluer le contrôle social à l’aune des évolutions et des dispositifs technico-organisationnels qui se multiplient et des stratégies de contrainte. Ce que nous allons voir concrètement.

L’hybridation actuelle des formes de contrôle social

29Le contrôle social prend un nouveau sens en raison de la complexité de la société qui entraîne des sources de contrôle plus nombreuses. D’aucuns le nomment « le contrôle social mosaïque ». Aussi les modalités actuelles du contrôle social peuvent s’appréhender selon quatre volets qui illustrent quelques-uns de ses aspects.

30Une forme de contrôle social est liée à une certaine conception de la société. Le processus de personnalisation des rapports sociaux entraîne un contrôle social des formes du lien social centré sur l’exigence d'autonomie et d'accomplissement de soi. Cette injonction à l’autonomie qui s’impose à l’ensemble de la société, y compris à ceux qui ont le moins de supports pour être des individus « positifs », conduit à la psychologisation et à une contractualisation « contraignante », accompagnée de contrôles accrus. L’individu est encouragé à être l’auto-entrepreneur de lui-même, pour mobiliser le plus vite possible ses compétences, pour être le « Sujet social attendu ».

31Un redéploiement du contrôle social institutionnalisé pratiqué par une multiplicité d’acteurs est aussi observé. Ce contrôle social se recompose dans et par des agencements institutionnels hybrides. D’une part, il y a de plus en plus demandes étatiques explicites de contrôle. Par exemple, face à la radicalisation des processus de paupérisation et de relégation des habitants des cités populaires et pour lutter contre l’insécurité urbaine, se développe depuis trente ans une « police des villes » visant à contrôler les activités des individus. D’autre part, le modèle de management importe des méthodes, des normes, des procédures et des outils dans le champ du social. Enfin, le social est fortement sous contrainte économique.

  • 11 Concernant les étrangers, on observe une intensification de la surveillance, du contrôle, de la st (...)

32Par ailleurs, le contrôle social est de plus en plus fondé sur une stratégie de la tension et de la peur. Les lois – par exemple la LOPSI 1 (2002), la loi Perben 1 (2002), la loi sur la sécurité intérieure (2003), la loi Perben 2 (2004), la loi sur la « prévention » de la délinquance (2007), la loi sur la récidive des majeurs et des mineurs (2007), la loi sur les peines planchers (2007), la loi sur la rétention de sûreté (2008), la loi sur la récidive criminelle (2010), la loi sur les « bandes » (2010), la LOPSI 2 (2011) – construisent une société du contrôle. De nombreux secteurs, par exemple la toxicomanie ou l’immigration, sont marqués par une volonté de repérage et de surveillance, qui induit une suspicion généralisée11.

33Le contrôle social est enfin soumis à une idéologie « sécuritaire ». L’idée de la sécurité va de pair avec le développement du risque qui est, selon U. Beck (2001), un élément constitutif de la société s’attachant aussi bien aux grandes menaces planétaires qu’aux risques écologiques ou technologiques et qu’aux comportements individuels. Le risque occupe aujourd’hui une telle place dans notre société qu’il entraîne une redéfinition de la dynamique sociale et politique : la sécurité se formule comme enjeu politique et social de première importance. Devenant centrale, à la fois comme peur (Bonelle, 2008), comme plainte, comme sujet de débat (Muchielli, 2006), elle devient une obsession normative des politiques, des médias, de l’opinion publique. Face à ces pressions sociales et politiques, les politiques sécuritaires se durcissent de façon régulière à chaque législation. Déployées notamment dans le cadre des ministères de la santé, de la solidarité, de la justice et dans les politiques municipales de sécurité, elles impliquent de fortes mobilisations institutionnelles. La visée sécuritaire et la “tolérance zéro” l’emportent actuellement. Deux exemples peuvent servir d’illustration :

  • La loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance pose le primat du répressif sur l’éducatif, entraîne une sur judiciarisation de l’enfance en danger, remet en cause la spécificité du droit des mineurs et établit la répression des comportements parentaux « déviants ». Elle indique la sécurité comme principe premier devant guider l’action et met l’accent sur la sanction plutôt que sur l’éducation, accentuant les contrôles.
  • Le plan national de prévention de la délinquance et la multiplication des dispositifs technico-organisationnels qui mettent en place le « traçage » des individus, notamment par le fichage, la prolifération des traitements informatiques sophistiqués, le croisement interinstitutionnel des données, les puces RFID (pass Navigo, pass d’entreprises ou de cantines scolaires), les empreintes ADN ou la vidéosurveillance12 posent question. Un vif débat porte sur l’objectif de ces outils pouvant servir à la prévention, la protection ou au contraire à la dissuasion, à la surveillance. Deux conceptions opposées s’affrontent, l’une évoquant de façon positive la « vidéoprotection » ou la « vidéotranquillité », l’autre encourageant la création de chartes éthiques destinées à encadrer l’installation d'un réseau de vidéosurveillance, dénonçant les dérives dont sont porteurs ces dispositifs, estimant qu’ils « marquent un recul général des libertés individuelles », et « mettent en péril les équilibres démocratiques de notre pays »13.

34Ainsi le discours sécuritaire, de plus en plus prégnant dans l’espace public, utilise la « technologisation » et la « responsabilisation », avec une référence plus cachée à la rhétorique de l’ordre et de la discipline. On peut donc dire que l’espace « social-sécuritaire » engendre un déplacement de la conception du contrôle social et minimise l’intérêt de ce concept.

35Cette hybridation des formes du contrôle social entraîne à nouveau des confusions et font naître un souci de clarification.

Pour conclure : ouvrir à une réflexion plus complexe…

36Le concept de “contrôle social” a une histoire mouvementée, illustrée par des changements de sens importants et des lectures plurielles. Paradigme de compréhension de la société au départ, la notion est ensuite utilisée pour critiquer un mode d'organisation du social ; puis, les travaux insistent sur sa nature protéiforme et sa diffusion en tous lieux ; enfin aujourd’hui, la thématique du contrôle social paraît dominée par celle de l’approche sécuritaire. Ce contexte incite certains sociologues à souligner à nouveau les problèmes que pose la conceptualisation de la notion et militer pour l’abandon de son usage sociologique.

37Il paraît nécessaire d’élargir la pensée pour ne pas rester enfermé dans des réactions sociales extrêmes, qui banalisent le contrôle social ou le dramatisent, entre un fatalisme ultralibéral et une défense réactionnaire, entre une culture du « tout va mal » et du « réponse à tout ». Sans sous-estimer la tradition de questionnement macrosociologique sur la domination, il paraît plus pertinent de se poser actuellement la question des tensions entre les “contradictions structurelles” qui accentuent les problèmes sociaux et les réalités locales permettant d’autres pratiques, d’étudier les tensions entre l’aspiration et l’extension générale des libertés et le besoin de normes sociales protectrices… Ne serait-il pas tout aussi important de mener des recherches pour décortiquer de manière critique les processus qui conduisent à l’ouverture ou qui ferment d’emblée les possibles ? Qui permettent de penser l’être humain, toujours vulnérable, mais pas sans « capacités » ?

Notes

1 Cet accent sur l’autorégulation amène à concevoir le contrôle social comme l’inverse du contrôle coercitif. C'est en ce sens qu'il faut entendre son opposition entre social control et class control. Cf. « La régulation sociale » in Encyclopédie Universalis, édit 2010.

2 Ce thème organisateur général est surtout utilisé sur un plan macro sociologique, mais on le retrouve aussi chez des économistes institutionnalistes (qui ne se contentent pas de la notion de marché), chez des sociologues du droit…

3 Selon Edwin Lemert, la déviance primaire n'aboutit pas forcément à la déviance secondaire.

4 Robert Pages et Bernard Pierre Lecuyer (Revue francaise de Sociologie, en 1967) estiment qu'il serait préférable d'employer l’expression “régulation sociale” pour lui garder son acception fonctionnaliste.

5 Faisant référence au Panopticon, dispositif architectural créé par Jérémie Bentham, il évoque le caractère dissymétrique et assujettissant de ces constructions qui proposent des unités spatiales continuellement observables.

6 Robert Castel, sociologue bien connu, né en 1930, a écrit le Psychanalysme, l’ordre psychanalytique et le pouvoir, Maspero, 1973 ; L’Ordre psychiatrique, Edition de Minuit, 1977 ; La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Editions de. Minuit, 1981. Après s’être intéressé à la psychanalyse et la psychiatrie, il étudie dans les années 1980 et 1990 le travail, en relation avec les transformations de l’emploi, l’intervention sociale et les politiques sociales. Actuellement, il analyse la montée croissante des incertitudes et des risques dans les sociétés contemporaines.

7 Faisant référence au Panopticon, dispositif architectural créé par Jérémie Bentham, il évoque le caractère dissymétrique et assujettissant de ces constructions qui proposent des unités spatiales continuellement observables.

8 Du grec Kindunos, danger. La cyndinique constitue l’ensemble des sciences et techniques qui étudient les risques naturels et technologiques et leur prévention. « J’entends par cindynisation la tendance à percevoir et analyser le monde à partir des catégories de la menace » dit M Lianos.

9 Selon wikipedia, Gilles Deleuze, reprenant une invention de William Burroudhs, propose ce terme pour désigner les sociétés qui font suite à la disparition des institutions disciplinaires. Cette idée a été reprise par Toni Negri.

10 Cité dans Association Française de Sociologie, Regards croisés. La régulation sociale des désordres, colloque de RT 3 cité dans « Normes, déviances et réactions sociales » en partenariat avec le RT 21 « Mouvements sociaux », Rouen, 26-27 octobre 2010.

11 Concernant les étrangers, on observe une intensification de la surveillance, du contrôle, de la stigmatisation, voire même une volonté de criminaliser certaines catégories de publics et la législation elle-même est porteuse de discriminations. Le Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) a dû rappeler à la France le respect des droits des Roms et des gens du voyage.

12 L’actuel Loppsi 2 prévoit d’étendre considérablement les dispositifs de fichage et de vidéosurveillance.

13 Collectif Liberté Egalité Justice (CLEJ).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search