Version classiqueVersion mobile

Critique et herméneutique dans le premier romantisme allemand

 | 
Friedrich Schlegel
, 
Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher
, 
Friedrich Ast
, 
et al.

Sur le choix des textes et la traduction

Thouard Denis

Texte intégral

1Deux soucis ont orienté la composition de ce volume : la cohérence interne, d’abord, puis la volonté de ne pas faire double emploi avec les quelques traductions déjà existantes. Nous renvoyons donc aux textes traduits dans L’absolu littéraire, au compte rendu du Wilhelm Meister paru dans Traverses, ainsi qu’à l’Herméneutique de Schleiermacher.

La critique à l’œuvre

2Dans la masse des textes produits par le premier romantisme, il s’agissait de choisir les plus significatifs. La question de l’interprétation a guidé ce choix.

3Avant tout, il fallait voir cette critique à l’œuvre, éprouver sa façon d’opérer avec les textes anciens et contemporains, avec les œuvres singulières ou avec des ensembles plus vastes, constater ses limites, ses oublis, ses points de force aussi. Du même coup, on pouvait juger de la réalisation littéraire de ces actes critiques, et les trouver sans doute en deçà des déclarations d’intentions, tout en remarquant l’originalité incontestable parfois atteinte dans la forme par Friedrich Schlegel, comme dans la Conclusion du Lessing. Les développements de ces critiques en histoire littéraire, chez les frères Schlegel, ont sans doute banalisé l’approche de la littérature prônée par l’Athenaeum. On mesure une telle distance quand on lit Mme de Staël, informée et conseillée par les Schlegel (Voir G. Solovieff, L’Allemagne et Madame de Staël, Klincksieck, Paris, 1990), ou leurs propres histoires de la littérature.

Instituer la critique

4Passer par les textes critiques, y voir s’élaborer une réflexion herméneutique, c’est aussi le moyen d’aborder dans ses aspects concrets un projet intellectuel : autour de l’Athenaeum, et de son concept profondément novateur, d’autres tentatives ont cherché à voir le jour, contre la presse de l’époque, comme l’idée d’un institut critique. La relation au public est décisive pour une revue critique qui ne peut éviter de se référer au goût du temps. Si les romantiques ont donné trop souvent dans l’incompréhensibilité, il ne faut pas y voir une insouciance du public ou la recherche d’un hermétisme, comme ce sera le cas pour les revues du Symbolisme. Les animateurs de revues, à la différence des purs théoriciens, ne peuvent faire abstraction des lecteurs, parce que les libraires n’en font pas abstraction. L’effort des premiers romantiques visait à former des lecteurs qui sachent lire, et la requête d’une « popularité supérieure » est liée directement à cette pédagogie herméneutique. La courte vie des projets qui purent voir le jour montrent combien l’on s’use à penser contre son temps.

Philosophie de la critique

5L’activité critique a pris chez Friedrich Schlegel plus que chez nul autre une importance décisive, et sous la protection de Lessing, il a esquissé en deux textes denses et difficiles ce que l’on peut désigner comme la « philosophie » de la critique. Pour reconstituer un ensemble cohérent, nous avons retraduit l’introduction à l’essai sur Lessing de 1804, sous-titré « l’essence de la critique », dont une première version française avait paru dans L’absolu littéraire (AL 407-416). La réunion de ces deux textes permet de mieux apprécier la perspective encyclopédique envisagée par Schlegel, ainsi que le rapport de la critique à la caractéristique. L’ensemble des textes de Schlegel consacrés à Lessing mériterait du reste une traduction (elle est en projet).

De la critique à l’herméneutique

6L’inflexion vers une interrogation systématique sur les conditions de la critique, et ainsi la question d’une théorie de l’interprétation, est amenée par les études philologiques elles-mêmes, qui incluaient, comme ce sera encore le cas pour le Précis de philologie de Ast, l’herméneutique et la critique. Jeune philosophe, Friedrich Schlegel s’est interrogé sur les conditions de l’exercice d’un tel art : il a voulu l’élever à la réflexivité, mettant le doigt, comme on l’a suggéré, sur des problèmes d’un type nouveau. C’est dans ses notes sur la « philosophie de la philologie » qu’il a formulé pour la première fois l’antinomie de la critique et de l’herméneutique (I, 236). En cherchant à dégager le concept de la philologie, il a d’abord pensé tirer le sens de l’entreprise de Heyne et de celle de Wolf. L’universalisation de l’herméneutique passait par cette extension de son objet à l’ensemble des discours proférés. Le travail particulier auquel est soumise la notion de « classique » témoigne de ce mouvement. Par là, il a d’ores et déjà dépassé les positions plus traditionnelles de Wolf et de Ast, plus proche en cela de Schleiermacher.

7Cette généralisation du questionnement philologique conduit directement aux problèmes d’une philosophie du langage renouvelée, ou pour le dire autrement : la pensée du langage se transforme et permet une autre herméneutique. Les fragments consacrés dans ces années à la critique et à la littérature posent des jalons dans le parcours de cette réflexion. L’essai sur l’impossibilité de comprendre qui clôt l’Athenaeum se situe véritablement à la croisée des préoccupations concrètes, s’agissant du rapport aux lecteurs et du commerce des livres, et théoriques de Schlegel. La position d’une non-compréhensibilité fondamentale, et donc d’une obscurité du langage pour l’œil de l’esprit – en rupture avec une attitude philosophique dominante à l’Âge classique – exprime la conscience qui rend possible et même nécessaire le questionnement herméneutique. La transparence du langage au monde, et l’illusion d’une connaissance des choses par l’esprit seul, fait place à la conscience de la médiation nécessaire du langage, et d’un langage qui fait écran. L’ontologie, dès lors, devient une entreprise aléatoire. Ce que la statut langagier de notre connaissance nous permet, ce n’est plus d’accéder aux choses mêmes, et de s’accorder avec d’autres dans la connaissance de l’être, mais de se comprendre, entre sujets parlant et écoutant, et de s’accorder ainsi à propos de nos représentations. La philosophie du langage du premier romantisme prolonge ainsi la critique kantienne, et ouvre sur les tentatives d’une philosophie en mesure de réfléchir systématiquement la relativité de son propre discours. L’essai d’exposer une « philosophie transcendantale » tirant les conséquences de ce statut singulier du discours philosophique, comme le fit Friedrich Schlegel à Iéna, ou, plus tard, Schleiermacher dans la Dialectique, réalise diversement cette prise de conscience que l’on peut exprimer comme l’union du système et du refus du système. Ces tentatives constituent sans doute l’horizon philosophique des diverses formulations de « l’herméneutique romantique ».

La théorie herméneutique

8A côté de l’herméneutique de Schleiermacher, dont les premières formulations datent de Halle (1805/06), mais dont on peut deviner certains motifs dès les textes contemporains de l’Athenaeum, l’ouvrage de Ast donne la réalisation la plus marquante de l’association de l’esprit philologique néo-humaniste avec la philosophie idéaliste. Il permet d’observer par avance l’utilisation d’une herméneutique dans le cadre d’une métaphysique. Nous terminons par un discours prononcé par Schleiermacher à l’Académie de Berlin un an après celui consacré au concept d’herméneutique où il s’en prenait à Wolf et à Ast. Le discours sur la critique philologique en est en fait le complément naturel, comme la critique complète en droit l’herméneutique pour Schleiermacher (voir les éditions de F. Lücke, 1838, et de M. Frank, 1977).

La traduction

9Les textes sont traduits ici dans un souci de cohérence, commandé par l’attention apportée à la visée théorique. Leur difficulté tient pourtant (hormis celui de Ast qui se donne explicitement comme un manuel) à leur statut intermédiaire. « Ecrits » dans un style prétendant à l’originalité, ils portent l’empreinte de leur temps, au croisement d’une rhétorique scolaire puisée aux grands modèles antiques, que nos philologues possédaient à fond, et de leurs aspirations nouvelles à exprimer les variations du sentiment et de la subjectivité. Entre la recherche d’un style, qui paraît désormais décalée pour les lecteurs tardifs que nous sommes, et la perspective théorique, l’écriture romantique oscille et revient sans cesse sur elle-même, véritablement orale et oratoire chez Schleiermacher, dialoguée et bavarde chez Schlegel. Le traducteur peut mimer le mouvement « littéraire » de ces pages, mais leur rhétorique ne nous parle plus forcément. Il peut, au contraire, tenter de serrer au plus près la terminologie déployée, pour en restituer la cohérence logique, mais l’intérêt philosophique se tient vraisemblablement en marge de cet idiome. La considération herméneutique de ce type de textes nous incite à les traduire en rapportant incessamment la lettre à l’esprit, l’esprit à la lettre, sans toujours chercher à rendre tous les adverbes redondants qui modalisent à plaisir les propositions, respectant scrupuleusement l’articulation signifiante des phrases, servant avant tout la reconnaissance des enjeux de pensée portés par chacuns des textes.

10Verstehen est ainsi traduit par comprendre, compréhension, comme ses composés. Le terme de Witz, propre à la terminologie des Schlegel, a été laissé tel quel. Il couvre un spectre allant de la simple blague aux fonctions de l’ingenium, ce jugement esthétique immédiat qui fondait le goût à l’âge classique. Dans le milieu romantique qui portait à la spéculation et où l’on avait volontiers la Doctrine de la science à la bouche, il désigne la faculté d’établir soudainement l’identité analogique de deux réalités, le plus souvent du sensible et du suprasensible, par où il acquiert une fonction quasiment métaphysique. Nous avons indiqué le terme original entre crochets toutes les fois que la traduction nous contraignait de nous écarter de la terminologie usuelle.

11Les textes sont traduits intégralement, ce qui ne vaut pas pour les fragments posthumes parmi lesquels il a été opéré une nécessaire sélection. Ils valent ici à titre de complément et de documentation. Mais la série de Limaille, qui reprend, en les modifiant souvent, des fragments publiés antérieurement, mais qui « fait œuvre » par sa disposition originale, comme l’ensemble homogène des notes consacrées à la philologie, la « philosophie de la philologie », sont traduites continûment. L’appareil des notes est volontairement aussi restreint que possible. Les notes du traducteur sont appelées par les numéros (et entre crochets, quand elles complètent la note de l’auteur), celles des auteurs par des étoiles (*). Le lecteur se reportera à l’index final pour les nombreuses références à des noms ou des ouvrages peu connus. On a joint quatre chapitre de l’histoire de l’herméneutique de Dilthey qui se rapportent à notre problème et qui contribuent à l’éclairer.

***

12Je tiens à remercier ici André Laks et Jean Quillien qui ont depuis plusieurs années encouragé et soutenu ce projet dont ils accueillent maintenant le résultat, Pierre Judet de la Combe et tous ceux qui, au Centre de Recherche Philologique de Lille, ont bien voulu découvrir avec moi ces textes et commencer de les discuter.

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search