Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Conclusion

Texte intégral

Résumé

1En situation d’incertitude les acteurs ont tendance à se forger une opinion à travers des discussions avec des tiers et non par une réflexion solitaire. Certaines approches interactionnistes permettent d’imputer ce genre d’opinion à la relation de discussion elle-même, plutôt qu’aux acteurs. C’est la relation qui a une opinion.

2Depuis les débuts de la sociologie moderne, on admet que des acteurs peuvent appartenir simultanément à des cercles ou des milieux sociaux dont les normes, les connaissances et les opinions partagées sont très différentes. Des enquêtes confirment qu’un acteur peut entretenir des relations électives avec des personnes qui, selon lui, ont des opinions différentes les unes des autres sur des objets particuliers. De même il peut percevoir que les cercles auxquels il appartient véhiculent des représentations et des opinions variées. Il s’agit d’appartenances multiples à des contextes hétérogènes.

3Il en résulte qu’un acteur peut discuter d’un même objet dans deux contextes et avec deux partenaires différents, se retrouvant ainsi engagé dans deux relations où émergent deux opinions différentes sur le même objet. L’acteur se conçoit chaque fois comme élément d’une entité collective, fût-elle réduite à une dyade, et conçoit l’opinion comme celle de cette entité, et non comme la sienne propre. Ce processus permet à l’acteur de pouvoir exprimer deux opinions différentes sur le même objet sans tension cognitive pourvu qu’il les exprime dans les relations et les cercles d’où elles ont émergé. On peut parler de l’opinion plurielle d’un acteur.

4Un modèle théorique est proposé pour décrire et expliquer le fonctionnement de l’opinion plurielle. Il comporte les idées suivantes :

5La relation n’a pas de mémoire. Quand l’opinion est formée, c’est bien l’esprit d’un acteur qui l’enregistre à l’intérieur d’un système représentationnel que le modèle n’a pas précisé. Mais l’acteur a aussi une mémoire de ses relations, plus précisément il a une représentation, éventuellement infra-consciente, de l’importance relative que chaque relation a pour lui. Ceci forme un autre système représentationnel. On appelle signature relationnelle d’une opinion un lien établi entre ces deux systèmes et qui relie l’enregistrement d’une opinion et l’identification de la relation au sein de laquelle cette opinion a été formée.

6Dans la mesure où une relation a plus ou moins d’importance pour l’acteur, il en résulte que l’opinion qu’elle signe a plus ou moins d’importance, on dira plus ou moins de poids. Les opinions dont les signatures relationnelles ont le plus de poids seront dites dominantes, les opinons dont les signatures relationnelles ont relativement moins de poids seront dites dominées.

7Dans ce modèle, un acteur ne change pas d’opinion. Ce sont les poids des signatures qui changent, modifiant un équilibre et transformant en opinion dominante ce qui était auparavant une opinion dominée.

8Deux processus de diminution du poids d’une signature relationnelle ont été présentés : le premier résulte de la dynamique du réseau personnel conduisant certaines relations à perdre de l’importance ; le second résulte de la raréfaction des discussions capables de réactiver la signature elle-même, c’est-à-dire le lien entre une relation et une opinion. En commentant des résultats d’enquête, on a supposé, de plus, qu’une signature peut tirer sa force du fait que la relation concernée établit une connexion avec une chaîne ou une clique porteuse de la même opinion.

  • 1 C’est le label proposé par Alain Degenne et Michel Forsé (1994) pour désigner les quelques idées t (...)

9Comment évaluer ce modèle ? En l’inscrivant dans un courant maintenant largement reconnu : l’interactionnisme structural1. Celui-ci a pour objet les systèmes relationnels, et le modèle est bien fidèle à cette vocation lorsqu’il attribue la formation et la force d’une opinion à une relation. La force de la relation résultant de sa position structurale et de sa fonction dans des réseaux personnels, mais aussi dans des réseaux ouverts (force de la connexion). L’intérêt du modèle est de montrer comment peut fonctionner une pensée qui, paradoxalement, est à la fois dans la relation et dans l’esprit des acteurs, et qui, pour cette raison, est soumise aux contraintes propres de systèmes relationnels. Sans remplacer d’autres hypothèses, il invite par là à expliquer des mouvements d’opinions autant par des processus relationnels que par des dynamiques mentales, et plus par des processus d’émergence cognitive ou de convergence communicationnelle que d’influence. Enfin il rend compte, sur une base relationnelle, de la possibilité d’une opinion plurielle.

Confirmation

10Les idées qui ont été avancées sont des hypothèses qui, en reprenant des formulations théoriques classiques, imaginent des prolongements possibles aux résultats de diverses enquêtes qui ont été présentées. Seule la recherche de Sophie Tazé questionne de manière frontale le modèle de l’opinion plurielle. Donc il y a encore beaucoup de travail à faire si on souhaite apporter une confirmation empirique à ces idées. Mais je pense que ce travail est réalisable, c’est-à-dire que, d’une part, le modèle est suffisamment défini pour qu’on puisse en déduire des propositions ayant des correspondances empiriques observables ; et que, d’autre part, il n’autorise pas des déductions contradictoires indécidables (le lecteur découvrira sans doute des failles, mais j’espère qu’elles ne seront pas dirimantes).

11Spontanément, on pourrait penser que le modèle suggère deux programmes d’enquête : le premier viserait à montrer que, en situation d’incertitude, des acteurs peuvent avoir deux opinons différentes sur le même objet, opinions auxquelles ils accordent deux importances différentes ; le second viserait à montrer que, en situation d’incertitude, des acteurs discutent avec des tiers et que l’opinion qu’ils se forment reste marquée par la relation où ces discussions ont eu lieu. Ces programmes divisent le modèle en deux blocs logiques testés séparément.

12Cette solution, qui paraît assez simple, est envisageable, mais je crains que sa réalisation ne fasse apparaître des difficultés méthodologiques considérables lorsqu’il faudra gérer la question de l’interaction avec l’enquêteur. En effet les procédures coutumières d’enquête de la sociologie (questionnaire, interview, réaction à des scénarios, etc.) doivent être considérées comme un type particulier de discussion impliquant des prises de position, et le fait social de l’enquête comme une variante parmi les faits sociaux à expliquer. Ainsi l’enquête devrait pouvoir déceler quelle signature relationnelle vient marquer les réponses recueillies, et quelle position celle-ci occupe dans la hiérarchisation des signatures possibles des opinions de l’acteur. Ce qui est délicat à envisager.

13Le modèle présente une hypothèse un peu iconoclaste relativement à la doxa sociologique. Je pense qu’il faut être prêt à en tirer les conséquences méthodologiques, c’est-à-dire que les canons classiques de l’enquête, justifiés par d’autres théories, ne doivent pas obligatoirement être respectés. Il vaut sans doute la peine d’explorer de manière ouverte différentes variantes du questionnaire auto-hétéro administré tel qu’il a été présenté : on admet alors de laisser les interactions sociales suivre leur cours hors de portée de l’observateur, pour recueillir le fruit des interactions sociales spontanées. Disons à nouveau qu’une enquête telle que nous la concevons ici, c’est-à-dire autorisant des contrôles statistiques, ne peut évidemment observer les interactions elles-mêmes, les discussions, qui relèvent d’une approche ethnométhodologique. On admet l’existence de cette « boite noire » dans la démarche qui se concentre sur les résultats de ces interactions, c’est-à-dire sur l’articulation entre une opinion et une relation.

Confrontations

14Je voudrais maintenant revenir sur les deux approches contemporaines que j’ai brièvement évoquées au début du texte pour mettre en évidence quelques similitudes et des différences.

  • Le domaine de validité revendiqué par le modèle de l’opinion plurielle est beaucoup plus limité que ceux des théories de Bernard Lahire ou de Jean-Claude Kaufmann. Les situations d’incertitude constituent un sous ensemble partiel de toutes les situations sociales.
  • Nous avons défini l’opinion comme un contenu exprimé dans une discussion engageant un minimum les interlocuteurs, le modèle suppose donc que – au moins au moment de son émergence – l’opinion mobilise la réflexivité. Ces deux auteurs proposent des théories de l’action, qui incluent parfois des énoncés et le langage, alors que je traite centralement d’énoncés.
  • La reconnaissance de l’hétérogénéité des contextes de socialisation est admise dans des termes à peu près similaires par chacun.
  • Si on a admis l’acquisition d’une pluralité de contenus parfois peu compatibles, la question du lien entre un contenu et son contexte normal de manifestation a été réglée par Bernard Lahire en supposant l’acquisition simultanée du contenu et d’un sens de la pertinence rattachant ce contenu à son contexte de formation. Ce processus remplit la même fonction théorique que ce que j’ai nommé signature relationnelle d’une opinion : rattacher un contenu à la représentation mentale de la relation qui lui a donné naissance. De même, il évoque le nécessaire entretien de ce sens de la pertinence par des sanctions sociales, et j’ai évoqué la nécessité d’une réactivation ritualisée des signatures pour éviter leur affaiblissement.
  • J’ai avancé que l’opinion ainsi que la représentation du réseau personnel étaient mémorisées dans l’esprit de l’acteur. Cependant les relations ont, par principe pourrait-on dire, le statut paradoxal d’être à la fois un vécu interne de l’acteur et une réalité externe. Il faudrait revenir à Jean-Claude Kaufmann et discuter dans quelle mesure les relations d’un acteur seraient par excellence des « repères de l’action [et feraient] intrinsèquement partie du schème incorporé » dont, on l’a vu, l’intériorisation est considérée comme un processus d’extériorisation dans un corps socialisé et dans des objets socialisés. Si je comprends bien l’auteur, il accorde une sorte d’existence propre à ces deux entités, non réductibles à des cognitions logées dans la boite crânienne des acteurs. Cette hypothèse est séduisante, elle permettrait de renforcer l’idée de l’extériorité d’une pensée née dans le nous d’une relation relativement à la subjectivité de l’acteur, mais elle reste pour moi un peu mystérieuse.
  • Dans le modèle de l’opinion plurielle, les relations de l’acteur, ou plus globalement les contextes de socialisation actuelle, sont directement l’origine des cognitions en situation d’incertitude. L’acteur dispose évidemment de schèmes de pensée intériorisés acquis tout au long de sa vie. Mais le propre des situations d’incertitude est que ces matrices cognitives sont incapables de fournir une réponse valable. Ce sont bien l’interaction et la discussion qui permettent que deux acteurs (au moins) décident d’une solution valable, dont la validité repose moins sur l’activation de ces schèmes cognitifs que sur le crédit accordé à la relation (son poids). Ce n’est pas un raisonnement qui « emporte le morceau » mais un consensus, un accord interpersonnel dont les raisons sont à rechercher dans les caractéristiques structurales et fonctionnelles de la relation qui les unit, au sein de leurs réseaux respectifs.
  • De manière massive, ces relations productrices de cognitions sont actuelles, contemporaines2. Ce sont les propriétés actuelles des réseaux des acteurs qui sont déterminantes et ces propriétés ne seraient réductibles aux effets de l’origine sociale et de la primo-socialisation qu’en omettant la variance considérable que les trajectoires biographiques peuvent introduire en ce domaine. Le modèle s’écarte ainsi de certaines positions de Bernard Lahire.
  • Le modèle de l’opinion plurielle attribue donc la pensée à la relation, et attribue à l’acteur la reconnaissance de cette origine, c’est-à-dire la capacité de dire cogitamus, nous pensons, et non plus cogito, je pense. Cette hypothèse centrale me semble marquer la rupture la plus forte avec les théories de Bernard Lahire et de Jean-Claude Kaufmann. Elle a pour premier corollaire le fait que c’est en qualité de participant à des nous que l’acteur énonce une opinion qu’il n’endosse que comme membre d’une entité collective, et non comme sujet. Et pour second corollaire, que ceci évite (dans beaucoup de situations) que l’acteur perçoive la dissonance, et a fortiori ait envie de la réduire. Pour ces pensées particulières, l’acteur du modèle échappe à la tension holistique de Jean-Claude Kaufmann.
  • Le modèle est fondé sur une seule caractéristique de la structure sociale au niveau macro : l’existence de contextes hétérogènes. Au niveau méso-social, il évoque comment des positions structurales de certaines relations assureraient la force de leurs signatures. Mais sans beaucoup préciser ce point. En un mot, l’ancrage structural de l’acteur du modèle est faible dans la mesure où les rapports de pouvoir en termes de ressources matérielles ou symboliques des différents membres du réseau ne sont pas détaillés. Apporter ces précisions permettrait d’envisager des configurations où certaines opinions dominantes vs dominées le seraient en vertu de signatures tirant leur force d’une légitimité ou d’une domination macro-sociale3. Le modèle se rapprocherait alors des analyses de Bernard Lahire dans lesquelles les rapports de domination occupent une place centrale. Mais le modèle suppose que, le plus souvent, l’acteur, en s’abritant derrière le nous relationnel, vivra ces situations sans contradiction ni souffrance : ainsi le conflit de soi contre soi ne pourrait être qu’un conflit de nous contre nous, et seulement dans des situations de crise.

Commentaires

Les opinions certaines

15Avec insistance il a été rappelé que le modèle présenté ne serait valide que pour des acteurs rencontrant des situations d’incertitude. Cette limitation permet de justifier qu’une opinion ne se formerait qu’à travers des discussions, et elle est recevable. Cependant on est en droit de s’interroger sur la manière dont émergeraient des opinions dans des situations sans incertitude et sur la manière dont seraient ou non articulés les deux types d’opinion. C’est une question qui n’a absolument pas été abordée. Il existe bien des situations où des acteurs disposent de références normatives univoques, de connaissances assurées, d’une confiance absolue dans des sources de jugement, et peuvent donc se former une opinion de manière certaine. Peut-on alors imaginer un processus cognitif solitaire qui ne mobilise que les capacités de jugement et la rationalité de l’acteur, et donc, peut-on imaginer un processus dont la nature serait profondément différente de celle proposée dans le modèle de l’opinion plurielle ? Et, si oui, comment s’opérerait le passage éventuel d’une opinion incertaine à une opinion certaine, c’est-à-dire la transition entre deux modèles théoriques distincts ?

  • 4 P. Beaud et L. Quéré, en proposant un modèle de formation intersubjective de l’opinion, ont suggér (...)

16Ou bien peut-on imaginer un processus cognitif analogue bien que partiellement différent ? Et, si oui, quelles formes auraient alors les discussions et les signatures relationnelles ? Sans argumenter longuement, il me semble intéressant d’explorer cette seconde perspective. Dans la subjectivité de l’acteur, une opinion certaine est une opinion dont il est absolument convaincu qu’il pourrait la défendre devant n’importe qui s’il venait à l’exprimer à haute voix. Cette certitude lui vient du fait que, dans le domaine concerné par cette opinion, une de ses appartenances est absolument dominante et ne laisse aucune place à un doute, une question, un avis divergent, en un mot ça ne se discute pas : toute discussion utile a déjà eu lieu et a conduit à des positions certaines et indiscutables. Dans le domaine concerné, cette appartenance génère une signature d’un poids absolu4. Dans la vie courante l’expression de ce type d’opinion est volontiers accompagnée de locutions du genre « enfin, vous n’allez pas m’apprendre mon métier », « je sais de quoi je parle… », etc.

17Si on parvenait à formuler dans cet esprit des hypothèses sur les opinions certaines on disposerait alors d’un modèle unifié pour les situations d’incertitude et pour les autres situations, ce qui éviterait des difficultés théoriques pour expliquer le passage des opinions incertaines aux opinions certaines. Mais ceci est totalement exploratoire.

La dissonance cognitive

  • 5 Festinger L., (1957), Theory of cognitive dissonance, Evanston, Row, Peterson.
    Festinger L., Aronso (...)

18La situation où un acteur soutient deux opinons distinctes, éventuellement contradictoires, sur le même objet est au fondement de la théorie de la dissonance cognitive dont Leon Festinger a proposé une formulation détaillée en 1957, à partir de laquelle de nombreuses recherches ont été conduites durant les décennies suivantes. Un résumé éclairant, rédigé par Leon Festinger et Eliott Aronson, est proposé en français dans le recueil de textes de psychologie sociale anglais et américains édité par André Levy5.

La théorie de la dissonance concerne des processus psychologiques internes de l’organisme de l’individu. Les notions essentielles de cette théorie sont extrêmement simples : l’existence simultanée d’éléments de connaissance qui, d’une manière ou d’une autre, ne s’accordent pas (dissonance) entraîne de la part de l’individu un effort pour les faire, d’une façon ou d’une autre, mieux s’accorder (réduction de la dissonance). (p. 193)

19Cette simple citation suffit pour montrer l’existence d’une intersection entre le propos de ce livre et les travaux sur la dissonance cognitive : d’une part ils partent tous deux du constat qu’il existe des situations où un acteur a des manières de penser qui ne s’accordent pas entre elles, d’autre part ils tentent d’expliquer comment ces situations émergent. Mis à part cela, on peut dire que tout sépare les deux perspectives théoriques. Je défends un modèle limité aux contextes d’incertitudes, la théorie de la dissonance a une vocation générale ; je situe initialement l’acteur du modèle dans des structures relationnelles réelles aux niveaux macro et micro-social, la dissonance étudie principalement des mises en situation expérimentales ; je situe l’émergence de la pensée dans la relation, la dissonance concernerait des processus internes de l’individu ; last but not least le modèle présenté explique que les jugements étant imputés à des entités collectives auxquelles participe le sujet, celui-ci ne perçoit plus la dissonance comme une contradiction personnelle, alors que la théorie de la dissonance met l’accent sur les efforts de l’acteur pour réduire une tension cognitive interne.

  • 6 « Il s’agit de modèles qui sont construits pour saisir des aspects de la réalité, nous ne voulons (...)

20Une comparaison minutieuse du modèle de l’opinion plurielle et de la théorie de la dissonance pourrait faire ressortir des convergences ou des similitudes locales. Mais je ne pense pas que ceci apporterait un renfort théorique pertinent au modèle car son point de départ, présenté au premier chapitre, est bien une théorie de la structure sociale impliquant des appartenances multiples hétérogènes, et son développement définit un acteur sous contrainte de ses positions dans différents contextes ou réseaux relationnels. Pour reprendre les niveaux d’analyse définis par Willem Doise (19826), les acteurs du modèle sont définis au Niveau III : positionnnel, celui des rapports sociaux passibles d’explications sociologiques, mais les processus de Niveau II : Interindividuel et situationnel (« dynamique des relations qui peuvent s’instaurer, à un moment donné, entre individus donnés, dans une situation donnée »), dans le modèle, relèvent également directement de la sociologie. Quant au Niveau I, intra individuel (« Les modèles utilisés décrivent la manière dont les individus organisent leur perception, leur évaluation de l’environnement social, et leur comportement à l’égard de cet environnement » p. 28), il reste largement à l’état de boite noire dans la présentation actuelle du modèle de l’opinion plurielle dans la mesure où aucune proposition sur la dynamique ou la structuration mentale des opinions n’a été présentée. On a seulement supposé la possibilité de la mémorisation et de la signature des opinions, cette dernière supposant une représentation plus ou moins structurée de son réseau par l’acteur. Mais à nouveau ici, le modèle est essentiellement sociologique car les poids des signatures traduisent les enjeux (ressources) et la structure (organisation) des échanges constitutifs de positions sociales différenciées. Je n’entends pas minimiser l’importance heuristique d’une articulation de modèles d’analyse situés à des niveaux différents, mais on peut admettre que la sociologie puisse définir des modèles capables d’avancer des propositions pertinentes à ces différents niveaux : c’est la vocation d’une sociologie cognitive qui ne passe la main à la psychologie sociale, à la psychologie cognitive ou aux neurosciences qu’en atteignant ses propres limites. Plutôt que de rechercher les quelques propositions qui pourraient présenter des ressemblances locales entre le modèle et la théorie de la dissonance, je pense que ce sont des tentatives d’affinement et de confirmation empirique du modèle qui permettront d’identifier à quels moments des apports extérieurs seront féconds.

Notes

1 C’est le label proposé par Alain Degenne et Michel Forsé (1994) pour désigner les quelques idées théoriques qui encadrent en général les analyses des réseaux sociaux.

2 Nous avons admis la possibilité de discussion avec un absent, et celui-ci pourrait bien être un cher disparu ou une personne disparue dès longtemps des fréquentations effectives. Ce qui est en jeu c’est la définition de protocoles d’analyse des réseaux personnels moins factuels, capables d’enregistrer comme contemporaines les relations qui occupent effectivement l’esprit de l’acteur et pas seulement son carnet de rendez-vous. De ce point de vue, des relations d’enfance peuvent avoir du poids aujourd’hui.

3 C’est ce que constatent par exemple E. Lazega et ses collègues (p. 487) dans la dynamique des réseaux de conseils au sein du Tribunal de Commerce de Paris : « L’ancienneté étant fortement corrélée avec la position formelle dans l’organisation du tribunal (le rôle de président de chambre, par exemple), la significativité du paramètre d’ancienneté est un signe supplémentaire de l’impact de la hiérarchie formelle de l’institution sur la structuration progressive du réseau de conseil. » Lazega E., Mounier L., Snijders T., Tubaro P., (2008), « Réseaux et controverses : de l’effet des normes sur la dynamique des structures », Revue Française de Sociologie, Vol. 49 N° 3 : 467-498.

4 P. Beaud et L. Quéré, en proposant un modèle de formation intersubjective de l’opinion, ont suggéré qu’une opinion certaine, qui « dit le vrai et suscite un sens partagé », est énoncée au nom « d’un Autre des sujets, un autrui généralisé :… l’opinion commune, l’avis de tous ou le discours universel ». Il faudrait alors discuter si l’autrui généralisé peut être un des partenaires cognitifs (virtuel) de l’acteur. Beaud P., Quéré L., (1990), La formation de l’opinion comme phénomène intersubjectif : pour un changement de paradigme dans l’étude de l’opinion publique, Paris, CNET MSH.

5 Festinger L., (1957), Theory of cognitive dissonance, Evanston, Row, Peterson.
Festinger L., Aronson E., (1960), « Éveil et réduction de la dissonance dans des contextes sociaux », traduction française dans Psychologie Sociale…, Levy A. Ed., Paris, Dunod, 1962 : 193-211.

6 « Il s’agit de modèles qui sont construits pour saisir des aspects de la réalité, nous ne voulons nullement dire que la réalité elle-même est structurée en quatre niveaux. » Doise W., (1982), L’explication en psychologie sociale, Paris, PUF, (p. 28).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search