Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Expliquer l’opinion plurielle

Texte intégral

  • 1 Dans le cas de la sociologie qui ne comporte pas de théorie dominante unifiée, on ne peut exiger q (...)

1Proposer un modèle théorique capable de rendre compte de l’existence d’une opinion plurielle chez des acteurs, c’est formuler un certain nombre de propositions sur les processus qui conduisent un acteur à adopter deux jugements différents sur un même objet, puis à les conserver, et enfin à les exprimer dans des circonstances particulières. Ces processus sont à la fois relationnels et mentaux, plus exactement ils sont l’inscription mentale de l’insertion relationnelle des acteurs. Ils sont réels, mais le plus souvent impossibles à observer directement, c’est-à-dire qu’ils ont la forme de propositions théoriques : celles-ci construisent un monde imaginé constitué d’entités définies entretenant entre elles des relations identifiables et logiquement argumentables. Ce qu’on peut exiger d’un monde théorique c’est le plus souvent d’être compatible avec une théorie reconnue1 qu’il prolonge ou perfectionne. Ce qui suit va donc concerner des « entités » moins évidentes que celles d’opinion, d’interaction, de relation, etc. décrites et discutées jusqu’à maintenant.

La signature relationnelle d’une opinion

Le modèle

  • 2 Je reprends ici le texte de l’article « Les raisons relationnelles de l’incohérence des jugements  (...)

2Nous avons admis que les interactions ont une capacité de production cognitive et normative, et non simplement de transport d’une information2. Pour un modèle linéaire de la communication et de l’influence, l’information serait traitée dans l’individu, dans son esprit. Par contre le modèle interactif qui a été présenté suppose que les cognitions, les jugements, les opinions sont à la fois dans les consciences des acteurs et dans les relations qui les unissent. De plus on a admis que les jugements guident les pratiques et participent aux engagements réciproques des acteurs. Ils doivent donc être durables, enregistrés et mémorisés, pour peser sur le déroulement continu des pratiques, et non pas limités à la durée des interactions entre les partenaires. C’est la raison pour laquelle on préfère dire que les jugements sont dans les relations. Mais les relations interpersonnelles, en tant que telles, n’ont pas de mémoire. Il faut donc admettre que ce sont les acteurs qui enregistrent mentalement des jugements, et que ceux-ci sont cependant « relationnels ». Comment imaginer cet enregistrement relationnel ?

3Un modèle interactif simple peut supposer que le jugement est un contenu cognitif qui, au moment d’être enregistré, se détache du processus relationnel qui lui a donné naissance : chaque acteur retiendrait la conclusion de la discussion pour en faire une idée « à lui », et l’intégrerait dans le stock de « ses » jugements, de « ses » idées. Nous préférons retenir une autre hypothèse et considérer que tout jugement formé dans une relation reste marqué par cette origine, et nous dirons que le jugement est à la fois un contenu portant sur un objet et le marquage de ce contenu par la relation où il a été formulé. L’enregistrement mental du jugement ne porte pas simplement sur la « conclusion » des interactions, mais mémorise aussi des caractéristiques du processus de discussion lui-même : quels partenaires étaient engagés dans la discussion ? lesquels soutenaient ce jugement ? quelles pressions relationnelles ont-ils exercées en faveur de ce jugement ? Un jugement est de manière indissociable un contenu proprement cognitif et une marque de la relation qui en a assuré l’émergence (ou une marque des relations qui en ont assuré l’émergence).

  • 3 J’emploie signature dans son sens commun de marque authentifiant l’auteur d’un texte. Je ne fais r (...)

4Comment concevoir une marque relationnelle qui, telle une signature (vocable plus évocateur que celui de marque et que j’emploierai désormais3), serait apposée au contenu d’un jugement ?

5• Elle est issue de la représentation que l’acteur se forme de son réseau relationnel. Un acteur a une représentation des relations dans lesquelles il est directement, et parfois indirectement, inséré. Les approches en termes de cognitive networks ont produit des résultats qui rendent crédible la spécificité de cette représentation (Krackhardt, 1987). La représentation du réseau personnel enregistre (de manière plus ou moins réductrice) les échanges que l’acteur développe avec différents partenaires, les anticipations et les stratégies propres à ces échanges, mais aussi les expériences passées des relations gratifiantes ou décevantes, les apprentissages réalisés. C’est une manière d’enregistrer quelques caractéristiques importantes et cruciales des pratiques quotidiennes de l’acteur lorsqu’il mobilise son capital social.

6• La représentation que l’acteur se forme de ses relations ne constitue pas un simple inventaire, une carte neutre. Il les évalue, les hiérarchise, les dote de poids relatifs qui manifestent l’importance plus ou moins grande que chacune a pour lui.

7• Un acteur évalue le poids relatif d’une relation à l’intérieur de son réseau en fonction de sa plus ou moins grande substituabilité, c’est-à-dire de la facilité / difficulté qu’il aurait en cas de rupture à lui trouver une remplaçante analogue. Les théories de l’investissement et de l’échange social (Sprecher, 1988 ; Blau, 1964 ; Emmerson, 1972) ont défini cette propriété importante des liens interpersonnels. Une autre dimension du poids relatif d’une relation résulte de la position qu’elle occupe dans la structure sociométrique du réseau personnel. Ici c’est une caractéristique plus « structurale » qui entre en jeu, et qui a été définie dans différentes approches du capital social que nous avons rapidement évoquées plus haut. Et ce sont les contraintes propres aux échanges sociaux de différents types de ressources qui sont prises en compte pour évaluer ces poids relatifs, de sorte que l’acteur n’a que des marges de manœuvre limitées pour accroître ou diminuer l’importance qu’il doit donner à un jugement qu’il partage avec tel ou tel type de partenaire. Ainsi la signature du jugement comporte le « poids relatif » de la ou des relations concernées.

  • 4 Marquet J., Huynen P., Ferrand A., (1997), « Modèles de sexualité conjugale. De l’influence normat (...)

8• Une illustration du poids de différents types de relation apparaît dans les résultats de la recherche menée par Jacques Marquet et Philippe Huynen sur les comportements sexuels en Belgique (19974). Il est question ici de la correspondance entre le modèle de sexualité conjugale que revendique l’enquêté (Ego) et les modèles qu’il pense appliqués au sein de trois cercles :

Toutes situations confondues, l’adéquation entre la norme du réseau et la norme d’Ego est maximale pour le cercle familial. Globalement, 69,9 % des individus ont comme modèle idéal le modèle qu’ils estiment dominant dans les faits au sein de leur famille proche ; le pourcentage n’est que de 51,9 % pour les amis et de 38,2 % pour les collègues. » (p. 1415).

9• J’interprète la plus grande fréquence de l’accord entre Ego et son cercle familial comme traduisant une plus grande force de ces relations dans lesquelles est activée et réactivée une opinion sur les comportements sexuels. Je ne fais ainsi que prolonger une hypothèse formulée un peu auparavant par les auteurs

Le degré et le type de contrôle social, la forme des sanctions (positives et négatives) sont cependant spécifiques à chaque cercle. D’où une hypothèse subsidiaire selon laquelle les pressions normatives n’ont ni la même orientation, ni le même poids selon le type de contexte relationnel. En d’autres termes, l’influence normative devrait varier selon que l’individu a affaire à sa famille, à ses amis, ou à ses collègues de travail ou d’étude ». (p. 1406).

  • 5 On pourrait aussi bien parler d’un « univers cognitif », ou d’un « domaine cognitif » des jugement (...)

10• Une signature existe lorsque le jugement est identifiable (de manière parfois explicite, parfois non consciente, mais effective) comme partagé avec des partenaires spécifiques au sein du réseau relationnel de l’acteur. La signature relationnelle s’accroche de manière particulière au contenu du jugement : on suppose qu’il existe un niveau5 cognitif des jugements, et un niveau cognitif spécifique de représentation du réseau personnel. Chacun de ces niveaux a ses règles propres de fonctionnement. Et on conçoit la signature relationnelle comme un lien cognitif entre les deux niveaux, entre les deux systèmes de représentation (mais pas comme une sorte d’attribut qui appartiendrait en propre au niveau des jugements).

11Si l’acteur est seul à penser un fait et à le juger une fois « possible » puis une fois « improbable », une fois « acceptable » puis une fois « méprisable », il se met en contradiction avec lui-même. Par contre si la signature fait qu’un premier jugement n’est pas enregistré comme le jugement de l’acteur, mais comme un jugement émergeant de la relation entre l’acteur et un partenaire spécifique « A », cependant que le second jugement est enregistré comme émergeant de la relation entre l’acteur et un autre partenaire « B », dans la mesure donc où deux jugements du même fait sont enregistrés comme partagés par deux séries de partenaires différents, ce sont ces ensembles d’acteurs qui sont enregistrés comme endossant ces jugements et comme pensant différemment. C’est parce qu’il pense dans des relations différentes que l’acteur peut penser différemment le même événement sans tension cognitive : il est plus socio-logique que logique.

Conversation avec l’absent

  • 6 Rose A.M., (ed., 1962), op. cit.
  • 7 De Querioz J.M., Ziolkowski M., (1994), L’interactionnisme symbolique, Rennes, PUR.

12Il convient maintenant d’ajouter des précisions sur le fonctionnement des discussions que l’acteur engage pour tenter de réduire une incertitude : la proposition un peu paradoxale que j’avance est qu’elles peuvent ne pas se manifester de manière observable. En effet, dans une perspective interactionniste, le dialogue peut être implicite lorsqu’on admet qu’une capacité remarquable de l’esprit est de pouvoir dialoguer avec lui-même comme s’il dialoguait avec un autre (Rose, 19626). Le dialogue n’est pas exclusivement une situation empirique de discussion entre deux individus qui communiquent physiquement, réellement. Il peut exister comme dialogue silencieux et solitaire avec un autre soi-même, ou comme imagination d’un dialogue avec une autre personne précise, mais absente. Cette idée, pour Jean-Manuel De Queiroz et Marek Ziolkowski (19947) est caractéristique de la définition du soi retenue par Herbert Blumer :

L’action continue sur soi-même constitue [aux yeux d’Herbert Blumer] l’élément essentiel du soi, et son mérite est d’avoir su construire le concept de « conversation » en transgressant les limites de sa description empirique. Certes la « conversation », élément majeur de toute interaction, est d’abord une « interlocution » et met en présence un ou plusieurs « interlocuteurs ». Mais Herbert Blumer a su voir que cette conversation observable ne prenait sa vraie signification sociale qu’à condition de comprendre qu’elle s’accompagnait et se prolongeait d’une conversation avec soi-même, où l’autre, absent, est cependant bien présent. » (p. 42)

13Cette idée n’est pas insolite pour notre expérience courante car il nous arrive bien, lorsque nous réfléchissons à une question complexe ou à une alternative délicate, de nous dire « tiens, j’aurais bien aimé savoir ce qu’en pense Pierre ». Et, en fait, nous engageons en pensée la discussion avec Pierre. La possibilité d’une conversation avec un absent est extrêmement importante pour orienter les recherches empiriques car elle invite à retenir non seulement des conversations effectives habituelles, mais aussi des interactions rares qui peuvent être la forme apparente parcimonieuse de discussions implicites plus nombreuses. Elle est aussi importante pour renforcer la définition avancée au début de l’ouvrage en affirmant que toute opinion ou tout jugement formé en situation d’incertitude résulterait d’une discussion et serait en quelque manière marqué par la relation concernée, signée par elle.

Les opinons sur le SIDA

14Ces hypothèses générales ont été en partie testées par Sophie Tazé. Pour ne pas compliquer les choses, elle a mené des analyse en base triades, c’est-à-dire qu’elle a comparé des types de triades présentant des caractéristiques explicatives différentes pour voir celles qui comportaient une fréquence faible, moyenne, ou forte d’opinions stables (ou instables).

  • 8 On a montré que les confidents en matière affective et sexuelle sont massivement des amis (Ferrand (...)

15Une première caractéristique de la triade réside dans la combinaison des rôles qui orientent respectivement la première et la seconde relation. Certaines triades sont composées de deux rôles identiques, les autres présentent des combinaisons variées. Conformément aux consignes présentées lors de la distribution initiale des questionnaires, la majorité des triades comportent au moins une relation amicale (n = 119 : ami/ami, ami/couple, ou couple/ami, ami/fratrie), d’autres n’en comportent pas (n = 49 : couple/fratrie, couple/parent, autres). On constate que, pour les contextes d’opinion hétérogènes, ce sont les triades ami-couple qui favorisent la versatilité de l’acteur, alors que les triades ami-ami l’interdisent. L’intéressant est qu’il s’agit dans les deux types de relations électives, et de relations fortement concernées par les enjeux sexuels et affectifs8, et de deux relations dont on peut penser qu’elles imposent une signature forte aux jugements qui y sont adoptés.

16Une seconde caractéristique de la triade résulte des degrés d’intimité comparés des deux relations qui la constituent, certaines triades étant formées de deux relations intimes, d’autres d’une relation intime et d’une autre distante. Ici on constate que ce sont les triades qui font se succéder deux relations intimes qui favorisent le plus la versatilité de l’acteur (il change d’avis). À l’inverse, une relation intime suivie d’une relation distante autorise la stabilité. On peut ainsi penser que « les relations distantes sont des relations moins fortes, donc avec des processus relationnels moins contraignants » (Tazé, 2007, p. 289).

17En examinant simultanément si l’acteur appartient à un même groupe que ses deux partenaires (une caractéristique structurelle) l’auteure peut conclure, au terme d’analyses détaillées, que

la tendance à la stabilité (ou à la versatilité) des acteurs centraux se joue au croisement des deux logiques concurrentes que constituent la tendance au consensus dans les relations intimes d’une part, et la tendance à la stabilité dans les triades [où les trois acteurs appartiennent au même groupe] exerçant un contrôle social de cohérence cognitive sur les acteurs centraux. » (Tazé, 2007, p. 299)

18L’intimité correspond assez bien à la première dimension de la force d’une signature qui a été proposée : l’intimité est une qualité plutôt sélective attribuée à de rares relations ce qui les rend difficilement substituables. Et l’acteur a tendance à être d’accord avec une personne intime, quitte à devoir changer d’opinion lorsqu’il discute avec une autre personne intime. La force des signatures relationnelles des jugements joue à plein. Quant à l’appartenance commune de l’acteur et des deux personnes à un même groupe, elle correspond à la seconde dimension de la force d’une signature, mais de manière plus complexe. D’une part cette qualité n’est pas dyadique comme précédemment mais triadique : elle concerne l’organisation sociométrique (la structure) des trois relations. D’autre part son influence, son orientation, ne vise pas la convergence des opinions dans chaque relation, mais la stabilisation du consensus acquis dans la première d’entre elles. En ce sens cette signature triadique renforce le poids de la première relation et minimise le poids de la seconde.

La coexistence des opinions

La segmentation du réseau ou la hiérarchisation des signatures

19Sophie Tazé indique à juste titre que, en contexte d’opinions hétérogènes, ces deux logiques sont concurrentes, mais uniquement si

  • La signature dyadique intimiste de chaque relation est de même force ;
  • la signature triadique est : A et B appartiennent au même groupe que l’acteur central.
  • 9 Danièle Peto, et al., 1994, op. cit.

20Toujours en contexte d’opinions hétérogènes, si la signature intimiste de chaque relation est de même force, mais que, à l’inverse, la signature triadique est par exemple : A dans le même groupe que l’acteur central, et B dans un autre groupe, alors l’intimité peut jouer pleinement, et l’acteur peut être tranquillement versatile. Ici la coexistence subjective des opinions est viable grâce à la segmentation, à la séparation, des appartenances. C’est la condition de possibilité de la double vie, ou de la secondarité (définies par Danièle Peto et al., 19949).

  • 10 Au terme d’une pré-enquête méthodologique sur les relations de confidence, nous constations ainsi (...)

21Cette tranquillité n’est acquise que si l’acteur perçoit la segmentation de son réseau personnel comme durable et infaillible. La question pour lui est de ne pas devoir prendre position devant deux personnes, importantes pour lui, et à chacune desquelles il a exprimé son accord, alors qu’elles ont des jugements différents. Sa dualité apparaîtrait soudainement au grand jour comme une duplicité, ce qui peut créer des dégâts réputationnels importants dans son réseau personnel. Ces types « d’accidents » relationnels spectaculaires peuvent être évités si l’acteur développe les tactiques nécessaires. La plus importante est de s’interroger sur les risques d’interconnaissance entre deux groupes ou cercles de connaissances, et de ne manifester clairement ses opinions que s’il a la conviction forte qu’ils sont totalement disjoints, séparés10.

22Il existe cependant un risque pernicieux généré par le commérage. L’histoire est banale : de manière fortuite, c’est-à-dire d’une manière qui ne pouvait être raisonnablement prévue par l’acteur, A et B se rencontrent, spontanément ils se cherchent des domaines communs, se découvrent tous deux bien connaître l’acteur, en parlent avec chaleur, jusqu’au moment où ils en viennent à confronter ce qu’il a dit à chacun. Ils découvrent qu’il tient un double langage, le doute s’installe, peut-être la défiance. Ce type d’évènement est sensiblement imprévisible par l’acteur, et hors de portée. C’est le risque latent et non contrôlable que fait courir la versatilité des opinions.

23En contexte d’hétérogénéité une autre manière de rendre viable la coexistence des opinions repose sur la hiérarchisation des relations auxquelles l’acteur aurait accordé des « poids » plus ou moins grands qui ont signé de manière différentielle chaque opinion. Le résultat est que l’acteur a une opinion dominante et une ou plusieurs opinions dominées. L’opinion dominante est celle qu’il exprime avec constance dans des contextes sociaux variés ; c’est « son » opinion qu’il présente à autrui comme élément de l’identité qu’il revendique. Mais il sait aussi qu’il est assez d’accord avec un autre de ses proches, ayant une autre opinion, tout en n’en faisant pas état. Mais, en son for intérieur, « il n’en pense pas moins », et, en de rares occasions, dans un cadre social choisi, il pourrait à nouveau exprimer cette opinion dominée. La hiérarchisation des signatures des jugements est une réponse socio-cognitive à un contexte d’opinions hétérogènes qui crée obligatoirement une forme de désaccord avec une partie des gens qui comptent cependant. Cette forme de désaccord est gérée dans un certain nombre de cas par une excuse opportuniste telle que l’acteur excusera son infidélité cognitive auprès de la relation dominée par les obligations et les contraintes affectives ou même statutaires que lui imposerait la relation dominante : « Tu comprends mon vieux, je ne peux pas lui dire ça. Mais enfin tu sais bien que, au fond, je pense comme toi… ».

  • 11 Cf. Tazé, 2007, op. cit., tableau p. 240. Calculé par moi.

24Ainsi l’opinion plurielle, c’est-à-dire le fait de s’être formé sur le même objet deux opinions distinctes dans deux relations, génère des tensions relationnelles. Les acteurs ont donc des raisons subjectives de limiter ces tensions et d’économiser leur peine en choisissant de préférence des gens qui pensent comme eux (et ceci, indépendamment des divers processus qui poussent de manière externe les acteurs à sélectionner comme relations fortes des gens qui leurs ressemblent). Mais, on l’a vu dans les chapitres précédents, l’hétérogénéité normative ou cognitive reste une caractéristique fréquente des proches avec lesquelles on discute de questions importantes. Dans la recherche de Sophie Tazé, si on considère les 2688 items-triades, 936 comportent des personnes en désaccord, soit 35 %11. Nous avons admis que la versatilité, comme solution de ces tensions, soit « massivement minoritaire » (15 %). Mais le problème qu’elle résout est plus général car il concerne un tiers des jugements exprimés. En un mot, la versatilité est la partie émergée de l’iceberg de l’hétérogénéité, la partie immergée peut comporter de nombreuses tensions, à la fois cognitives et relationnelles, entre une opinion affichée et une éventuelle opinion dominée.

Les débats d’opinions

25Du fait de la fréquence des appartenances hétérogènes un acteur a des risques de se trouver confronté à des gens qui ne pensent pas comme lui :

  • notamment lorsque lui-même ne change pas son opinion (qui a une signature forte) face à un groupe porteur d’un consensus de contenu différent ;
  • et / ou lorsque certaines circonstances rassemblent différents acteurs, tous résolus comme lui, mais tous porteurs d’opinions variées, la configuration minimale de cette confrontation étant évidemment la triade simelienne, paradigme de tout débat proprement collectif dépassant les discussions dyadiques.

26Nous avons souvent posé la question de savoir quel type de relation, quel type de rôle, autorise (ou interdit) quel type de parole et de discussion. Cette question est totalement pertinente. Mais, dans une théorie de l’hétérogénéité, elle est insuffisante. Il faut définir quelles circonstances, engageant quels types de rôles, seraient susceptibles de donner lieu à des confrontations collectives entre acteurs porteurs d’opinions divergentes.

27Comme souvent en sociologie, pour repérer un processus, il faut en inverser le sens : on répond plus facilement à la question de savoir quels rôles interdisent des discussions collectives ?, et ici des scènes sociales viennent immédiatement à l’esprit où des discussions se terminent souvent « en scènes ». Le repas de famille, qu’il soit dominical ou qu’il accompagne un grand rituel familial, proscrit la discussion politique. La réunion entre collègues aborde difficilement la question des rémunérations et de leur légitimité. Et des professeurs d’université ont peu l’occasion de discuter de l’ambiance de leurs amphis et de ce qui pourrait parfois l’améliorer. On devrait évidemment s’intéresser autant aux rôles qui autorisent des discussions collectives qu’à ceux qui les interdisent, car, dans les deux cas, c’est la signification sociale d’un débat qui est au fondement des règles mises en œuvre. Ce qui autorise le débat peut être défini en termes de circonstances, de rôles, de cercle, de contexte social, peut importe, pourvu qu’on désigne une réalité collective.

  • 12 Cf. Dodier, N., (2003), Leçons politiques de l’épidémie de SIDA, Paris, Éditions de l’EHESS. Cette (...)
  • 13 Simmel G., (1918), Grundfragen der Soziologie, traduction française dans Sociologie et épistémolog (...)

28Les débats dont il est question ici concernent des relations interpersonnelles reconnues appartenir à la sphère privée des acteurs. En ce sens on peut les situer entre deux pôles : Il ne s’agit pas des arènes où s’opère le travail politique de prises de position, puisque nous n’avons pas envisagé des acteurs engagés dans des rapports de pouvoir et de légitimation (Dodier, 200312). Il ne s’agit pas davantage des conversations, forme par excellence de la sociabilité selon Simmel (191813), car nous avons défini l’opinion comme un jugement qui engage l’acteur, ce qui, dans la définition simellienne de la conversation, serait du dernier mauvais goût. Entre ces extrêmes il faudrait trouver les occasions dans lesquelles trois acteurs en désaccord sont incités à débattre. On a vu que l’acteur peut appartenir à des cercles qu’il perçoit comme formés de membres qui ne sont pas tous d’accord entre eux. Mais les enquêtes concernées ne permettent absolument pas d’en déduire qu’il existerait des occasions plus ou moins ritualisées de débat entre eux.

29Pour imaginer des circonstances de discussion « face à face » entre un enquêté et deux personnes avec lesquelles il a parlé d’un même objet, mais qui sont en désaccord l’une avec l’autre, il faut rappeler qu’une même relation peut concerner des domaines d’activité multiples (c’est une des formes de la polyvalence des relations). Et donc les acteurs peuvent se retrouver pour une activité relativement à laquelle ils sont tous d’accord, alors qu’ils sont en désaccord relativement à un autre domaine d’activité ou de jugement. C’est une possibilité structurale (sociométrique) assez évidente. Mais il faut en plus que les principes et les règles de cette activité consensuelle autorisent des discussions hors de son domaine, là où des désaccords pourraient se manifester. Et je n’ai pas d’hypothèse pour expliquer ces circonstances particulières.

30Si on admet qu’elles peuvent exister, que se passe-t-il dans les circonstances où il y a débat entre opinions différentes ? Un observateur décrira le plus souvent la confrontation en appliquant le principe « un homme, une voix », et calculera quelle est l’opinion qui est soutenue par le plus grand nombre de participants, et, inversement, il identifiera l’opinion minoritaire. Par contre, si on admet, comme nous le proposons, que les jugements sont signés par les relations au sein desquelles ils ont été formés, l’observateur devrait mesurer la confrontation des jugements en attribuant à chacun le poids de la signature de la relation dans laquelle il a été formulé. Ces signatures, qui sont invisibles dans l’interaction factuelle, sont importantes parce qu’elles expriment les forces relationnelles attachés aux évaluations que l’acteur émet. Chaque acteur en présence est alors conçu non seulement comme un dispositif cognitif interagissant avec d’autres mais aussi comme un représentant des partenaires avec lesquels il a élaboré son jugement. Ces partenaires (absents) sont en quelque sorte ses alliés engagés dans le débat. Il peut, en certaines occasions, les invoquer explicitement pour donner du poids au jugement qu’il défend, passant de la formule « je pense que » à la formule « nous pensons que ». Cette définition de la confrontation implique une évaluation des forces relationnelles des jugements qui peut être très différente de l’arithmétique factuelle (un acteur, une voix) et peut tout simplement en inverser les conclusions : des acteurs arithmétiquement minoritaires peuvent introduire dans une confrontation de jugements des forces relationnelles plus puissantes que ceux qui sont apparemment majoritaires.

31L’idée est bien que les acteurs débattent « en ayant à l’esprit », même si c’est de manière le plus souvent non explicite, les partenaires avec lesquels ils se sont forgé les jugements ou les opinions qu’ils soutiennent, et l’importance que ces partenaires ont pour eux-mêmes. Du point de vue subjectif de l’acteur qui avance un jugement dans la controverse, la conviction, la constance, la force, avec lesquelles il va défendre une position ne doivent pas être comprises comme des caractéristiques caractérielles, morales, ou comportementales, mais comme les expressions du poids relationnel de cette position. Du point de vue des protagonistes de la controverse, l’acteur est perçu et catégorisé en fonction des informations dont ils disposent sur ses appartenances, et donc sur ses ressources relationnelles pertinentes relativement au débat (sur son « capital social » mobilisable). Le poids que ces protagonistes accordent au jugement de l’acteur est conditionné par la manière dont ils se représentent les relations au sein desquelles cet acteur a pu forger le jugement qu’il défend devant eux. Un déficit d’information des protagonistes sur la qualité des relations de l’acteur peut produire des quiproquo dévastateurs : une majorité (arithmétique) sûre d’elle et arrogante voit soudain ses positions dévaluées et minorisées parce que l’acteur apparemment minoritaire « cite ses sources », « abat ses cartes », rend manifeste que ses jugements sont signés (partagés) par des relations compétentes, reconnues, puissantes.

32Quel est l’apport de cette conception ? La psychosociologie de l’influence a toujours reconnu que la compétence, le prestige, le pouvoir, plus ou moins grands d’un acteur sont des attributs qui expliquent qu’il soit plus ou moins influent. Au lieu d’invoquer l’effet de ces attributs, la signature relationnelle des jugements met en jeu la position d’un acteur dans des réseaux (position telle que lui-même et les protagonistes la conçoivent), et par là l’effet des ressources auxquelles il peut accéder. On peut dire que d’un point de vue théorique la signature relationnelle « ne fait que » déplacer l’imputation causale : l’effet supposé de certains attributs d’un acteur est remplacé ici par l’effet des attributs de ses partenaires de jugement. Les jugements de l’acteur ont du poids s’il est « bien entouré ».

La transformation d’une opinion plurielle

Codification

33Sur beaucoup d’objets un acteur a de manière évidente une opinion unifiée et compacte. Et sur quelques uns, notamment ceux qui émergent sur fond d’incertitude, de flou, d’ambivalence, il a, de manière moins évidente mais certaine, deux opinions différentes. Cette opinion plurielle ne peut être enregistrée, codée, et manipulée statistiquement comme une opinion unifiée. On pourrait voir entre ces deux cas de figure la même différence que celle qui existe entre une question comportant plusieurs modalités de réponses avec un seul choix possible, et une question comportant plusieurs modalités de réponse avec plusieurs choix possibles. Une question autorisant plusieurs choix de réponse est enregistrée à travers autant de variables dichotomiques différentes qu’il y a de modalités proposées. C’est un premier degré de prise en compte d’une opinion plurielle.

34Cependant les hypothèses que nous avons défendues invitent à introduire des contraintes supplémentaires. D’une part, si nous admettons qu’en situation d’hétérogénéité un acteur puisse avoir deux opinions marquées par des signatures ayant chacune un poids relationnel particulier, alors ces variables doivent être numériques et non pas dichotomiques, afin de pouvoir traduire l’intensité de ces poids. D’autre part il faut décider si tous les acteurs ont un poids identique ou des poids différents.

  • Dans le premier cas on supposera par exemple que l’opinion plurielle de chaque acteur vaut « 100 », et que chacun peut hiérarchiser les poids de ses deux ou trois opinions pourvu que le total des variables d’opinion fasse toujours 100. C’est un modèle égalitaire, analogue à celui qui dit « un homme, une voix », sauf qu’il dit « un homme, cent voix », autorisant chacun à répartir des préférences multiples dans l’enveloppe finie que lui attribuent les hypothèses du modèle théorique.
  • Mais certains attendus théoriques peuvent aussi inviter à considérer que des acteurs ont, au total, « plus de poids » que d’autres, c’est-à-dire que leurs opinions ont plus de poids, notamment si le modèle tient compte des différences de ressources cognitives auxquelles les caractéristiques des réseaux relationnels des uns et des autres peuvent donner accès. Alors on peut décider que le total des opinions de certains acteurs vaudra 30 quand celui d’autres acteurs vaudrait 80, etc. C’est donc un modèle inégalitaire qui peut enregistrer et manipuler les effets d’accès différentiels aux ressources cognitives s’exprimant dans des rapports de domination symbolique et de différenciation de statut relationnel.

Un nouvel équilibre des poids des signatures

35Retenons, pour la suite de cette discussion, un modèle égalitaire, « un homme, cent voix ». Dans ce cadre, que signifie la transformation, le changement, d’une opinion plurielle ? La réponse est assez simple : transformer une opinion plurielle, c’est modifier la distribution des poids des signatures de ses deux ou trois opinions sur le même objet. Avant d’essayer de comprendre comment ceci est possible, indiquons tout de suite une implication importante de cette définition.

  • 14 Dans l’article « L’émergence d’un tiers public dans le rapport malade-médecin. L’exemple de l’épid (...)

36On a vu qu’une manière de vivre avec une opinion plurielle consiste à en hiérarchiser les signatures et à ne revendiquer comme sienne qu’une opinion à laquelle on aura donné un poids dominant, l’autre restant dominée et n’étant manifestée que dans des situations spécifiques et rares. L’important est que l’opinion dominée existe réellement, qu’elle a sa place dans le système cognitif de l’acteur, qui a bien deux opinions, même si, le plus souvent, il n’en exprime qu’une seule14. Dans ce modèle, un changement d’opinion peut avoir deux formes ou deux traductions qui vont apparaître de manières très différentes :

  • Au début du processus il s’agit d’un changement de poids des signatures qui ne fait que diminuer le déséquilibre entre opinion dominante et opinion dominée. Ces poids tendent à se rapprocher et à s’égaliser, la force de l’opinion dominante faiblit, mais elle reste néanmoins celle qui est revendiquée comme l’opinion de l’acteur.
  • À partir d’un certain moment, le poids de l’opinion dominée s’est tellement accru que l’équilibre instable est rompu, les forces s’inversent, l’opinion jusque là dominée devient dominante et donc s’affiche comme l’opinion revendiquée de l’acteur. Pour l’observateur extérieur naïf, l’acteur vient de changer d’opinion.

37Dans le modèle défini ici la proposition l’acteur vient de changer d’opinion est totalement fallacieuse : un acteur ne change pas d’opinion, il change la hiérarchisation de ses opinions, ce qui est extrêmement différent.

38La différence réside dans l’ampleur des réorganisations cognitives impliquées par chacune de ces propositions, et celle-ci dépend de la théorie sous-jacente définissant l’opinion. Si celle-ci considère une opinion comme un contenu cognitif superficiel, non systématique, instable, déconnecté d’autres couches du système représentationnel et normatif d’un acteur, en résumé, si la théorie considère une opinion comme une pacotille, alors la différence sera considérée comme faible : changer une opinion serait une opération peu importante, peu engageante, superficielle, facile. Si la théorie sous-jacente considère qu’une opinion est un contenu cognitif inscrit dans des rapports d’interdépendance avec des opinions sur d’autres objets, et avec d’autres couches du système représentationnel d’un acteur, alors changer une opinion est une opération lourde, déstabilisante, qui, du fait des interdépendances, est soumise à des contraintes collatérales fortes. Évidemment, mon propos s’inscrit dans cette seconde perspective théorique. Elle implique que le remplacement global de l’opinion X par l’opinion Y est un changement complexe alors que la redistribution des poids des signatures des deux opinions X et Y est une opération qui est beaucoup plus légère, parce qu’elle se réalise par étapes. Les remaniements des interdépendances cognitives dans l’un et l’autre cas sont sans commune mesure.

39Un modèle théorique de l’opinion plurielle définit un acteur qui reste suspect pour la doxa sociologique dans la mesure où cet acteur ne serait ni très rationnel ni très équilibré et cohérent psychologiquement. Mais, à l’inverse, le modèle théorique d’un bon acteur plutôt rationnel et allergique à la dissonance cognitive transforme la question du changement d’une opinion en une énigme bien difficile à résoudre. Ceux qui changent d’opinion seront volontiers considérés comme des gens faibles d’esprit, influençables, irrésolus, peu cultivés, peu concernés, en un mot, ce ne sont pas de bons acteurs. Au pire ils seront considérés comme des dissimulateurs, des hypocrites, des gens honteux qui cachaient leur vraie opinion (exécrable) derrière une autre plus respectable. Le modèle du bon acteur tend à considérer le changement d’une opinion comme une anomalie, ce qui est évidemment une faiblesse théorique catastrophique.

40Le modèle de l’opinion plurielle résout le problème du changement d’une opinion de façon beaucoup plus unifiée, cohérente, et parcimonieuse. Les acteurs changeants ne sont pas de nature différente que les acteurs non changeants, de sorte que l’absence de changement est un fait qui relève de la même interprétation que le changement. Pour faire image on peut écrire que les uns et les autres avaient toujours déjà leur changement en réserve, en attente. Les uns et les autres avaient toujours déjà deux opinions à l’esprit. L’expression de l’une plutôt que de l’autre, dans un contexte social précis, relève de l’équilibre plus ou moins instable des poids des signatures de ces opinions. Changer, c’est simplement bouger les poids d’entités existantes et non pas faire disparaître une entité pour la remplacer par une autre, nouvelle et inconnue jusqu’alors. La relative facilité que manifesteront certains acteurs pour changer d’avis à un moment donné ne résulte pas du tout d’un moindre investissement de leur part dans l’expression de leurs opinions (les poids relationnels des signatures sont supposés égaux pour tous les acteurs), ils sont aussi sérieux et concernés et conscients des enjeux que les autres, simplement la distribution des poids entre opinion dominante et opinion dominée était, chez les changeants, proche du point d’équilibre où le basculement peut se produire. Et il s’est produit.

41Ce modèle de basculement individuel de l’équilibre des signatures offre, au niveau collectif, une explication assez économe de « mouvements d’opinion » importants. Le plus souvent, seule est admise une expression unique et unifiée de l’opinion de chaque acteur. Et on observe dans une conjoncture donnée un vaste changement d’opinions. Mais s’il y a par exemple une soudaine « vague » altermondialiste ou réactionnaire, ce n’est pas parce que des acteurs se mettraient à avoir de manière nouvelle et soudaine des jugements altermondialistes ou réactionnaires à la place de leurs anciens jugements. Le modèle suggère que les uns et les autres présentaient déjà deux opinions en équilibre instable, dont des jugements altermondialistes ou réactionnaires dominés, mais de peu. Les poids relationnels de ces jugements se sont simplement relativement accrus entraînant des basculements d’équilibre, mais les jugements eux-mêmes n’ont pas connu de transformation radicale.

Les facteurs de modification des signatures

42Ayant abandonné l’idée que l’acteur changerait d’opinion au profit de l’hypothèse qu’il y aurait un changement dans l’équilibre des signatures relationnelles de deux opinons concurrentes, il faut avancer quelques hypothèses supplémentaires qui permettent de comprendre comment des rééquilibrages sont possibles, c’est-à-dire comment le poids d’une signature peut changer.

43On a admis qu’une signature est le lien entre d’une part le contenu d’une opinion qui appartient à l’univers complexe des représentations cognitives et d’autre part l’image d’une des relations de l’acteur qui appartient à l’univers particulier où il se représente plus ou moins consciemment son réseau et l’importance que chaque relation a pour lui. Cette définition permet d’imaginer deux processus de modification d’une signature qui vont jouer soit sur « l’importance » d’une relation, soit sur la force d’un lien spécifique entre ces deux univers.

  • 15 J’avais développé cette idée en 1989 (cf. Ferrand A., (1989), « Connaissances passagères et vieux (...)

44Les réseaux de relations personnelles, mais aussi plus largement les appartenances sociales des acteurs, constituent des mondes complexes comportant à la fois des entités remarquablement stables et des entités changeantes. La dynamique des réseaux personnels est toujours une combinaison originale de relations pérennes et de relations transitoires15. On peut admettre que souvent – pas toujours – les relations pérennes, les plus durables, soient des relations importantes pour l’acteur. Mais il existe aussi des relations récentes qui sont importantes pour l’acteur, dont certaines seront durables à l’avenir, d’autres pas. Si bien que je ne pense pas qu’on puisse trouver de corrélations systématiques et interprétables entre les anciennetés des relations et leurs importances relatives pour l’acteur. Je pense qu’on peut aussi bien observer

  • une relation ancienne et importante qui va très prochainement perdre son importance ou même disparaître,
  • qu’une relation récente et importante qui va aussi perdre son importance.

45Je ne vais pas discuter les hypothèses qui ont été formulées pour expliquer la dynamique des relations et des réseaux – ce serait un autre ouvrage – je demande simplement qu’on admette comme un processus banal la réorganisation et la re-hiérarchisation d’un réseau personnel conduisant à modifier l’importance que l’acteur accorde à telle ou telle relation. Et ces modifications peuvent concerner une relation au sein de laquelle l’acteur et son partenaire se sont accordés sur une opinion, opinion dotée d’abord d’une signature forte, avant que la mise à l’écart ultérieure de cette relation, n’affaiblisse du même coup cette signature. Il est important de noter que cette hypothèse est lourde car elle met en cause une réorganisation « structurale » du réseau de l’acteur. Ceci a pour conséquence qu’il serait vain de rechercher dans l’esprit de l’acteur la raison de certains changements cognitifs qui seraient bien plutôt explicables par la dynamique de son réseau personnel.

  • 16 Ferrand A., (2001), « Reciprocal approbation and the forming of public opinion », European Science (...)

46On peut aussi imaginer un second processus de modification d’une signature qui concernera le lien lui-même entre une relation – qu’on supposera maintenant d’importance constante – et l’opinion dont elle a permis l’émergence. Rappelons que ce lien est constitué par la reconnaissance, plus ou moins consciente, qu’a l’acteur du fait que s’il pense « X », il pense comme et avec la personne « A ». Un autre lien est constitué par la reconnaissance que, s’il pense « Y », il pense comme et avec la personne « B ». Sachant que ces deux opinions sont différentes, c’est parce que l’acteur se fond dans deux entités cognitives distinctes, qu’il peut maintenir ces deux opinions sans se penser contradictoire et inconséquent. Chaque fois, le lien entre l’univers des représentations et celui de l’image des relations est la trace mentale de l’interaction entre l’acteur et son partenaire, la trace de la discussion, de l’échange des arguments, de la convergence progressive vers un avis commun. Il est très important de concevoir ce processus de convergence comme ce qu’il est, une opération à la fois cognitive et relationnelle. La dimension cognitive semble évidente : les acteurs parviennent à une vision commune de l’objet de la discussion. La dimension relationnelle est moins évidente, mais tout aussi fondatrice car « se mettre d’accord » doit être considéré comme la conclusion d’un processus d’échange social. En créant un consensus, les acteurs se fournissent l’un à l’autre une approbation cognitive, qui, en situation d’incertitude, représente pour chacun une gratification et une ressource statutaire tout à fait importante (Ferrand, 200116). Le succès de l’interaction dialogique fait transiter vers l’univers des opinions l’importance du poids de la relation. En effet, arriver à se mettre d’accord avec un partenaire important peut représenter une difficulté qui va se traduire par une interaction plus tendue, une convergence plus laborieuse, peut-être plus douloureuse s’il faut faire des concessions. Mais le succès n’en sera que plus gratifiant.

47Lorsqu’on a l’impression de s’être mis d’accord, le souvenir, la trace de l’interaction est dans sa plénitude. Mais plus tard, c’est chose faite et, sur le fond, il n’y aurait pas lieu d’y revenir. Alors comment maintenir la flamme ? Il ne me paraît pas raisonnable d’imaginer que ce soient des interactions banales qui servent à réactiver les signatures de consensus plus engageants. Il me semble au contraire que les protagonistes doivent, d’une manière ou d’une autre, réactiver l’expression de leur accord sur les « questions de fond » qui avaient été discutées. Les ethnométhodologues, spécialistes des conversations, pourraient sans doute nous aider à trouver dans le cours de certaines discussions les traces de rappels réciproques à des attendus sous-entendus qui évoquent sans les citer des consensus acquis. Mais si les protagonistes ne parlent plus jamais de « ça », ou de sujets qui demandent de mobiliser latéralement leurs opinions sur « ça », si aucun rappel de l’interaction initiale n’a lieu, alors la signature relationnelle peut se distendre au point que l’acteur ne sache plus bien « pourquoi il pense comme cela ». Dans ce processus, la force d’une signature diminue, non parce que la relation concernée perd de l’importance, mais parce que le lien entre le contenu cognitif et la relation s’étiole, faute d’être réactivé dans des interactions particulières.

48Contrairement à l’hypothèse précédente, celle-ci ne met pas en jeu l’importance de chaque relation dans le réseau de l’acteur, mais seulement des pratiques dialogiques qui vont assurer ou ne pas assurer la réactivation d’une signature. Il est seulement question de savoir quelles sont les discussions qui se reproduisent, les sujets qui reviennent.

Les cadres collectifs des interactions cognitives

49Nous avons présenté le modèle de l’opinion plurielle en évoquant principalement des relations interpersonnelles. Cette vision limitative destinée à faciliter la compréhension de l’argument principal, peut maintenant être complétée pour tenir compte des cadres collectifs au sein desquels ces relations sont le plus souvent inscrites.

50La recherche de Sophie Tazé comporte, on l’a vu, une première mise en jeu de tels cadres en évoquant l’appartenance des protagonistes à un même groupe d’amis, à différents groupes, ou à aucun. La question était alors posée en termes de contrôle social de la cohérence de l’acteur, de l’unicité de son opinion. Et les résultats montrent que cette pression existe : si l’acteur appartient au même groupe d’amis que ses partenaires, et si ces partenaires ont des opinions hétérogènes, il vaut mieux ne pas être d’accord avec l’un des deux plutôt que de risquer de se montrer versatile et incohérent. Un aspect important de ce type de situation est que les partenaires peuvent appartenir au même groupe d’amis et cependant ne pas avoir les mêmes opinions sur le SIDA. Sophie Tazé a discuté ce point en avançant un certain nombre d’hypothèses intéressantes, notamment en invoquant une différence entre les pratiques courantes de ces groupes et le domaine des opinions qui était soumis à enquête.

51Pour ma part je souhaite retenir cette idée qu’il existe des « groupes » dont les interactions se déploient dans un domaine X, dont les membres, concernant ce domaine, sont vraisemblablement d’accord entre eux, et dont les membres, concernant un autre domaine Y peuvent ne pas être d’accord entre eux. La sociologie et la psycho-sociologie nous ont ancré l’idée que, presque par définition, un groupe était une entité collective fondée sur le consensus, d’où on déduit que les membres seraient toujours d’accord entre eux. Il est théoriquement plus pertinent de penser qu’un groupe est fondé sur un consensus, propre à son domaine de pratiques, mais que ce consensus peut ne pas exister pour un autre domaine. C’est la raison pour laquelle des groupes ou des cercles interdisent certaines discussions dont tout le monde sait qu’elles vont entraîner des désaccords, des oppositions et des conflits. Cette possibilité a pour conséquence que l’analyse des relations et des réseaux au sein desquels on fait l’hypothèse que des opinions peuvent émerger doit être extrêmement attentive au domaine de pertinence des relations examinées.

52Le modèle est simple lorsqu’on est certain que le groupe a un domaine de pratiques qui inclut l’objet sur lequel les acteurs prennent position. Ce type de situation, en fait banal, est tout à fait intéressant à analyser car il nous permet de comprendre certains processus de stabilisation des opinions en situation d’incertitude.

53Dans beaucoup d’organisations on peut identifier certaines réunions, mobilisant des groupes particuliers, dont la fonction – explicite ou latente – est de réactiver l’accord entre les membres. Les formes les plus développées sont évidemment celles qui ont la vocation explicite de réaffirmer des croyances communes concernant les objectifs de l’organisation, l’excellence de son management, ou bien les chemins qui mènent à la vie éternelle, au bonheur du peuple, à la connaissance de la Vérité, et à toutes les sortes de « biens de salut ». Si le fonctionnement de l’organisation exige que des gens croient vraies ces choses bien mystérieuses et incertaines, alors les membres seront réunis périodiquement pour réaffirmer collectivement le consensus fondateur. La signature relationnelle des opinions fait l’objet d’un investissement particulier fondé, à juste titre, sur l’idée qu’un acteur est moins disposé à trahir quelqu’un qu’à trahir une idée. Si l’organisation parvient à toujours attacher une opinion à une relation, à renforcer la signature de cette opinion, elle garantit d’autant mieux la stabilité des jugements et la fidélité des membres.

54On rencontre la forme extrême de ce processus dans une organisation totalitaire qui excelle dans l’ingénierie des opinions en veillant à ce que les relations concernées par la réaffirmation ritualisée du consensus soient, pour chaque membre, des relations importantes et fortes, accroissant ainsi le poids des signatures. Ce résultat est obtenu dans la secte où tous les aspects de l’existence mobilisent le même ensemble de relations qui « totalise » ainsi la vie des individus, proscrivant définitivement toutes pluri-appartenances, et toute possibilité d’opinions diversifiées.

55Cependant les formes plus ténues et implicites des même processus de réactivation des signatures ont elles aussi des effets important dans la vie sociale. Le rassemblement matinal autour de la machine à café, « le séminaire d’information sur les actions en cours », la « réunion stratégique » et toutes sortes de rencontres, professionnelles ou informelles, contribuent à la stabilisation des opinions incertaines. À l’inverse, c’est leur raréfaction, leur étiolement, qui vont affaiblir les idées reçues et modifier l’équilibre entre opinion dominante et opinion dominée. Être capable d’observer ces processus plus ténus est indispensable si on veut comprendre certains déséquilibres des signatures à l’origine des basculements d’opinion dominante, et ceci mérite un investissement de recherche significatif.

Retour sur le modèle de la connexion à un groupe

  • 17 Il faudrait obtenir l’identité du partenaire sexuel, le droit de le contacter, son propre assentim (...)

56En utilisant les données du module confidents de l’enquête ACSF nous avons montré plus haut la correspondance très spécifique entre le changement relationnel de l’acteur face au risque du VIH et l’existence dans son réseau d’au moins un confident supposé avoir adopté le même changement. On concluait en soutenant qu’ils ont convergé vers une seule réponse particulière aux risques de transmission du VIH. Des données ont également été recueillies sur le changement technique – expression réductrice qui désigne l’utilisation d’un préservatif. Et des analyses qui combinent diverses variables pouvant expliquer l’utilisation d’un préservatif font ressortir « qu’avoir au moins un confident utilisateur de préservatif » est le facteur explicatif le plus puissant de la protection de la dernière rencontre sexuelle. Ici, l’objet étudié n’est plus un comportement d’un acteur (il limite ou choisit différemment ses partenaires sexuels), mais le comportement d’une relation : ce que deux acteurs s’accordent à faire ensemble (utiliser un préservatif). La forme logique de l’imputation causale consiste à expliquer une caractéristique d’une relation sexuelle par une relation de discussion sur la sexualité d’un des termes de cette relation sexuelle. Le modèle n’est donc pas symétrique, comme on pourrait le souhaiter idéalement (mais « l’enquête idéale » se heurterait à des barrières sociales très puissantes si elle voulait faire mieux17). Les résultats n’en sont pas moins très puissants.

57Bien que les données ne concernent pas des opinions mais un comportement de l’acteur, elles peuvent être utilisées pour illustrer deux interprétations possibles de cette variable avoir au moins un confident utilisateur de préservatif.

  • La première interprétation considère l’effet de la dyade, de la relation de confidence entre l’enquêté (E) et son confident (A). « Cette possibilité de discussion avec un proche sur les expériences, les mobiles, les orientations, qui accompagnent cette utilisation, peut engendrer une commune conviction (niveau cognitif-normatif) et un soutien réciproque dans la mise en œuvre comportementale (niveau du support émotionnel), mais aussi l’acceptation d’un certain contrôle d’autrui sur une conduite très privée (niveau des sanctions relationnelles liées à des normes pratiques en cours dans un univers donné). ».
  • La seconde interprétation considère qu’avoir un confident utilisateur traduit une connexion : l’enquêté E est lié à son confident A, qui lui-même est lié à un autre acteur B, ou à plusieurs, C, D, E, etc. On considère alors la triade E-A-B comme les maillons d’une chaîne relationnelle ou comme le pont reliant E à une clique. Ceci permet d’enrichir l’interprétation : « le confident qui aurait adopté le préservatif serait alors supposé intervenir dans la dyade, non intuitu personnae, mais comme "tête de pont" d’un réseau d’utilisateurs, adossé à des convictions et des conduites partagées avec d’autres. » (Ferrand, Mounier, 199818, p. 285, 286).

58L’essentiel de cette interprétation a déjà été présenté lorsqu’on a discuté un des modèles permettant d’expliquer l’effet (empiriquement constaté) d’une inscription relationnelle dominante au sein d’un environnement hétérogène. Mais, admettre l’existence d’un effet de connexion « dominant » pose la question de l’existence d’un effet de connexion « dominé ». C’est-à-dire que le poids de la signature d’une opinion dominée peut aussi fonctionner sur le modèle de la connexion : la personne avec laquelle l’enquêté discute est une « tête de pont », elle-même adossée à d’autres personnes partageant cette opinion.

59Le poids d’une signature relationnelle a été présenté comme résultant de la position structurale de cette relation au sein du réseau personnel et de sa substituabilité. Nous ajoutons maintenant une dimension nouvelle : la capacité de connexion de cette relation à une chaîne ou à une clique en dehors du réseau personnel. Retenir cette dimension présente plusieurs avantages.

60D’une part celui de rendre possible une articulation entre l’approche en termes de relations interpersonnelles et l’approche en terme d’appartenance à des cercles, des groupes, ou des milieux (une relation est – ou n’est pas – un pont entre l’enquêté et une entité collective).

61D’autre part, ce qui est très important, celui de rendre possible la formulation de nouveaux modèles théoriques pour expliquer l’émergence d’une nouvelle opinion dominante au sein d’un ensemble d’acteurs. Nous avons développé jusqu’ici des modèles où des acteurs en situation d’incertitude cherchent ensemble des réponses à des questions et se forment une opinion partagée. Il s’agit maintenant de considérer des acteurs ayant déjà les mêmes opinions, mais dominées. Par définition (dans le cadre de notre modèle général) ces acteurs sont au minimum reliés deux à deux, ils forment des dyades, mais ils peuvent aussi former par exemple des triades. Celles-ci, pendant un certain temps sont dispersées dans un champ social. Puis – à la suite de processus qu’il faut imaginer et découvrir – ces dyades et ces triades s’interconnectent les unes aux autres : elles tendent alors à former des chaînes ou mêmes des cliques plus ou moins denses. Ces re-connexions ont pour effet de renforcer réciproquement les signatures des opinons dominées. Et ces renforcements produisent progressivement un déséquilibre qui fait accéder chez chacun des acteurs l’opinion anciennement dominée au statut d’opinion dominante. Un observateur constate alors l’expression d’une vague d’opinions « nouvelles ». Ce qui, redisons le, n’est qu’une illusion : il n’y a pas d’opinion nouvelle, mais un nouvel équilibre des signatures relationnelles des opinions permettant à une opinion antérieurement dominée de « monter en puissance ».

62Le processus peut prendre la forme d’une diffusion par voisinage relationnel, suggérant ainsi une interprétation en terme transmission épidémique d’un contenu cognitif innovant. Le modèle proposé comporte bien un processus de transmission de proche en proche, mais l’objet de ce processus n’est pas un contenu cognitif, mais un poids relationnel. Ce n’est pas une opinion qui se diffuse, mais l’accroissement du poids de cette opinion. Ce qui est fort différent, et pose des problèmes beaucoup moins redoutables à n’importe quelle théorie des opinions.

63Il est possible d’esquisser au moins un des processus qui assurent les passages de la dispersion des triades dominées à leur connexion et à leur renforcement réciproque. L’actualité politique de l’été 2010 en fournit un cas paradigmatique. L’occupant de l’Élysée a tenu des propos qui, affublés d’habillages rhétoriques minimalistes, d’une part font des citoyens français d’origine « immigrée » les acteurs principaux de la délinquance et de la criminalité, et d’autre part des « gens du voyage » et des Roms, des populations qui transgressent les lois de la république en stationnant à des endroits interdits, et où on rencontre également de manière trop fréquente des comportements délinquants ou criminels.

64Dans Le Figaro (03/08/10) François-Xavier Bourmaud et Charles Jaigu écrivent

En renouant avec cet art de dire à haute voix ce que pense la majorité silencieuse, l’hôte de l’Élysée pose sciemment un acte politique lourd […] L’Élysée est d’ailleurs convaincu, sondage confidentiel à l’appui, que la majorité des français reçoit cinq sur cinq ce message. Les initiatives contre « les gens du voyage » sont « largement approuvées par les français », se réjouit déjà un proche de l’Élysée…

65De quoi s’agit-il ? De la légitimation par un chef de l’État

  • d’une xénophobie générale ;
  • d’une accusation spécifique contre les « immigrés » (catégorie que « la majorité silencieuse » sait traduire en « arabes » ou « noirs », c'est-à-dire en catégories racistes) ;
  • de la méfiance, de la peur, parfois de la haine, ancestrales à l’égard des tziganes, roms et autres gitans.

66Cette légitimation a nécessairement pour effet de permettre à une relation A-B où a déjà été exprimée de manière dominée (à voix basse) une opinion xénophobe et / ou raciste de renforcer sa signature. Forts de cette conviction renforcée, A et B, oseront davantage l’exprimer devant C ou D, etc., ce qui permet aux protagonistes de s’apercevoir explicitement qu’ils partagent cette opinion et connecte ainsi des dyades ou des triades auparavant séparées, et ce qui déclenche par là-même le renforcement de leurs signatures. Dans ce modèle, le discours du Chef est un catalyseur activant des processus prêts à fonctionner. En terme de structure sociocognitive des opinions ce sont les renforcements réciproques des signatures et les connexions horizontales qui auront le plus d’importance – parce qu’elles seront durables – alors que la parole du Chef fonctionne comme déclencheur momentané du processus.

67Ceci n’est qu’un exemple, et d’autres processus de connexion existent vraisemblablement et devront être étudiés. L’important consiste à modéliser l’émergence d’une « vague d’opinion » en termes de rééquilibrage des signatures relationnelles et de connexions.

Notes

1 Dans le cas de la sociologie qui ne comporte pas de théorie dominante unifiée, on ne peut exiger que la cohérence avec « une » théorie. Il arrive de plus qu’une proposition théorique ne soit pas compatible avec la théorie existant dans les conjonctures particulières de révolution paradigmatique.

2 Je reprends ici le texte de l’article « Les raisons relationnelles de l’incohérence des jugements », Ferrand, 2004.

3 J’emploie signature dans son sens commun de marque authentifiant l’auteur d’un texte. Je ne fais référence ni à la théorie des signatures évoquée par Michel Foucault (1966), dans Les mots et les choses. Archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard ; ni à la controverse entre John Searle et Jacques Derrida (Derrida J., 1990, « Signature Evénement Contexte », dans Limited Inc, Paris, Galilée : p. 26 sq.).

4 Marquet J., Huynen P., Ferrand A., (1997), « Modèles de sexualité conjugale. De l’influence normative du réseau social ». Population, 6 : 1401-1438.

5 On pourrait aussi bien parler d’un « univers cognitif », ou d’un « domaine cognitif » des jugements.

6 Rose A.M., (ed., 1962), op. cit.

7 De Querioz J.M., Ziolkowski M., (1994), L’interactionnisme symbolique, Rennes, PUR.

8 On a montré que les confidents en matière affective et sexuelle sont massivement des amis (Ferrand, 2007 ; Ferrand, Mounier, 1993).

9 Danièle Peto, et al., 1994, op. cit.

10 Au terme d’une pré-enquête méthodologique sur les relations de confidence, nous constations ainsi que « la confidence n’implique donc pas… une segmentation absolue des relations. L’individu, en se confiant à un partenaire dont il sait qu’il connaît un autre de ses partenaires, accepte que des informations circulent entre eux, éventuellement à son insu. Mais simultanément les confidences ne jouent pas dans une transparence totale : un confident est isolé des autres. L’individu peut donc tenir deux types de propos intimes, présenter deux figures de lui-même ». Ferrand A., (1991), « Que signifie la structure des réseaux personnels ? », Communication, 2ème Conférence Européenne sur l’Analyse des Réseaux Sociaux, Paris Sorbonne, 12 p.

11 Cf. Tazé, 2007, op. cit., tableau p. 240. Calculé par moi.

12 Cf. Dodier, N., (2003), Leçons politiques de l’épidémie de SIDA, Paris, Éditions de l’EHESS. Cette limitation disons « infra-institutionnelle » ou « infra-politique » du modèle que je présente est plus contingente que de principe. Une dynamique des appartenances multiples et de l’opinion plurielle existe vraisemblablement dans les rapports intra et inter organisationnels.

13 Simmel G., (1918), Grundfragen der Soziologie, traduction française dans Sociologie et épistémologie. Paris, PUF, 1981. « […] dans les moments sérieux de leur vie, les hommes parlent à cause d’un contenu qu’ils veulent communiquer ou sur lequel ils veulent s’entendre ; dans la sociabilité par contre, le discours devient sa propre fin, non pas au sens naturaliste comme dans le bavardage, mais au sens de l’art de la conversation, avec ses propres lois artistiques. Dans la pure conversation sociable la matière du discours n’est plus que le support indispensable des attraits que l’échange vivant de la parole déploie comme tel […]. Pour que ce jeu puisse continuer à trouver sa satisfaction dans les seules formes, il ne faut pas que le contenu prenne un poids propre » (p. 131,132).

14 Dans l’article « L’émergence d’un tiers public dans le rapport malade-médecin. L’exemple de l’épidémie à VIH. », Jeanine Barbot et Nicolas Dodier mettent en évidence comment des patients peuvent accorder des poids différents aux sources d’information – aussi bien organisationnelles qu’interpersonnelles – sur les traitements. (2000), Sciences Sociales et santé, vol. 18, n° 1 : 75-119. C’est une approche un peu différente, mais très intéressante, sur laquelle il faudrait revenir.

15 J’avais développé cette idée en 1989 (cf. Ferrand A., (1989), « Connaissances passagères et vieux amis. Les durées de vie des relations interpersonnelles », Revue Suisse de Sociologie, n° 2 : 431-439). On trouvera des analyses plus récentes dans :
de Federico, A., (2003), « La dinámica de las redes de amistad. La elección de amigos en el programa Erasmus » REDES. Revista hispana para el análisis de redes sociales. Vol. 4_3 ;
de Federico, A. (2004) « L’analyse longitudinale de réseaux sociaux totaux avec SIENA. Méthode, discussion et application. », Bulletin de Méthodologie Sociologique, Nº 84 : 5-39 ;
Bidart C., (2008), « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation : évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue Française de Sociologie, V.49, N° 3.

16 Ferrand A., (2001), « Reciprocal approbation and the forming of public opinion », European Science Foundation Exploratory Workshop on “Reciprocity as a Human Resource”, S. Narotzky, Universitat de Barcelona.

17 Il faudrait obtenir l’identité du partenaire sexuel, le droit de le contacter, son propre assentiment à répondre à des questions sur sa sexualité sachant que son partenaire a déjà répondu, enfin son accord pour parler de ses confidents. Aucune approche quantitative ne peut espérer franchir ces obstacles, à supposer que nous nous arrogions le droit moral de nous lancer dans une entreprise de ce genre.

18 Op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search