Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Appartenances multiples, opinion plurielle

Texte intégral

1De très nombreuses recherches sur les représentations et les cognitions sont fondées sur deux postulats plus ou moins explicites, à savoir :

  • qu’un acteur aurait une certaine représentation d’un objet, un certain savoir profane sur une question, une certaine opinion face à une incertitude ;
  • que c’est l’esprit de l’acteur qui serait le siège de sa pensée, de sa capacité à juger et opiner, et donc de son savoir et de son opinion sur un objet ou sur une question donnés.

2Dans les chapitres précédents, nous avons abandonné ces postulats et nous nous sommes progressivement éloignés des démarches qu’ils inspirent en supposant valides deux propositions, que nous avons étayées par quelques résultats d’enquêtes empiriques.

3La première proposition est que, en situation d’incertitude, un acteur réfléchit et parvient à prendre position grâce aux discussions que permet une relation avec un autre acteur. Ce qui a pour conséquence (socio) logique minimale que l’origine de l’opinion n’est pas l’esprit de l’acteur, mais le processus dialogique constitutif de la relation.

4La seconde proposition stipule que les relations de discussion d’un acteur peuvent appartenir, ou le connecter, à des contextes sociaux, des milieux ou des cercles, porteurs de savoirs profanes et d’orientations normatives hétérogènes, de jugements variés, sur un même objet ou une même question.

Admettre les conséquences d’idées bien admises

5Si on admet simultanément ces deux propositions, on peut en tirer la conséquence que, sur une même question, un acteur peut s’être mis d’accord sur une opinion « X » dans une relation de discussion avec un partenaire « a », dans le contexte social « A », et qu’il peut aussi s’être mis d’accord sur une opinion « Y », dans une relation de discussion avec un autre partenaire « b », dans un autre contexte social « B »,

6On admettrait donc la proposition suivante : « en situation d’incertitude, un acteur discutant avec des partenaires dans des relations appartenant à des contextes hétérogènes, peut avoir, sur le même objet, plusieurs opinions selon les relations dans lesquelles elles sont exprimées », ce que nous résumons par l’expression « l’acteur peut avoir une opinion plurielle ».

7Cette proposition repose sur les trois paradigmes présentés au début de ce texte, qui constituent des bases théoriques très classiques et bien admises. Elle comporte cependant deux originalités :

  • Elle prend ces paradigmes au sérieux, c’est-à-dire qu’elle accepte comme valides des déductions internes à ces paradigmes, même si elles conduisent à formuler des propositions contre-intuitives. Notamment le paradigme interactionniste permet de concevoir que, dans certaines circonstances, la pensée et la capacité d’opiner sont intrinsèques aux discussions constitutives d’une relation et non aux esprits des dialoguants. Et elle utilise également les propositions standards des paradigmes reconnaissant les appartenances multiples d’un acteur à des milieux hétérogènes, le conduisant à avoir une étoile relationnelle composée de partenaires eux-mêmes hétérogènes.
  • Cette proposition articule ces paradigmes entre eux pour formuler la déduction originale que l’acteur multi-appartenant peut exprimer des opinions variées sur la même question. Pour être plus précis, il conviendrait de dire que c’est de manière non problématique, de manière banale et acceptable que l’acteur multi-appartenant peut exprimer des opinions variées sur la même question.
  • 1 Merton R.K., (1949, 1957), op. cit. p. 13,18 : « Nous cherchons à centrer l’attention sur ce qu’on (...)

8Dans la mesure où d’une part cette proposition articule différents paradigmes, d’autre part suggère l’existence d’un objet nouveau (l’opinion plurielle exprimée dans des appartenances hétérogènes), dans la mesure enfin où elle a un domaine de validité limité, on peut dire qu’il s’agit d’un nouveau modèle d’analyse. J’emploie ce terme pour suggérer qu’il ne s’agit pas d’une théorie de l’opinion (prétention trop générale), mais qu’il s’agit néanmoins d’une construction théorique permettant des déductions empiriquement testables, peut-être ce que Robert K. Merton appelait « a middle range theory » (19571).

Deux relations de discussion, deux opinions sur le SIDA

  • 2 Tazé S., (2007), La formation relationnelle des opinions. Étude des opinions des jeunes relatives (...)
  • 3 Ferrand A., (2004), « Des raisons relationnelles de l’incohérence des jugements », Recherches Soci (...)

9Avant de préciser ce modèle théorique et de discuter des hypothèses qu’il permet de formuler, je souhaite évoquer une recherche réalisée par Sophie Tazé qui a fait l’objet de sa thèse intitulée « La formation relationnelle des opinions. Étude des opinions des jeunes relatives au SIDA dans des situations d’hétérogénéité cognitive » (20072). Le titre à lui seul suggère comment ce travail s’inscrit dans les perspectives que nous avons développées jusqu’ici. Il s’est inspiré, entre autres, d’un texte qui fut publié en 2004 sous le titre « Des raisons relationnelles de l’incohérence des jugements » (Ferrand, 20043).

10Les savoirs, les représentations, les normes, relatives à la transmission du VIH, à la maladie elle-même (le SIDA) et à ses traitements, sont souvent marqués par des ambivalences et des incertitudes.

  • 4 Tazé S., Ferrand A. (2007), « Les savoirs profanes sur le SIDA : des incertitudes rationnelles aux (...)

Ces dernières années, les nouveaux traitements disponibles pour enrayer le développement du SIDA ont modifié la prise en charge de la maladie, les conditions de vie des malades, leurs espérances de vie, et de ce fait les paramètres mêmes de l’épidémie. Dès le départ les savoirs relatifs à cette maladie, à ses conditions de transmission, à ses effets, ont été plutôt problématiques dans de larges fractions de la population. Des croyances se sont construites au croisement des incertitudes médicales, de certaines confusions des messages, et de la réactivation sociale de schèmes parfois très archaïques sur les épidémies. Les nouveaux traitements n’ont pas clarifié ce paysage cognitif, et des incertitudes nouvelles sont apparues. (Tazé, Ferrand, 20074)

11Ces flottements permettent d’imaginer que les acteurs ont des difficultés à se forger un jugement sur ces questions et que des discussions vont faciliter la construction et l’expression de certaines opinions. C’est une première hypothèse de la recherche de Sophie Tazé. Si on admet cette hypothèse et qu’on envisage de plus que des acteurs peuvent engager des discussions dans des relations avec des partenaires inscrits dans des contextes cognitivement hétérogènes, alors on peut déduire la seconde hypothèse, à savoir que des acteurs peuvent changer d’opinion sur une même question selon la personne avec laquelle ils discutent.

12Pour réaliser un protocole d’enquête capable de corroborer ce genre d’hypothèse, il fallait résoudre deux problèmes :

13Le plus fondamental concernait la manière de recueillir des opinions exprimées dans deux interactions sociales spontanées. Une solution idéale aurait été de pouvoir pratiquer des observations systématiques de discussions banales, pourvu qu’un acteur puisse être surpris lors de deux discussions portant sur le même objet, mais avec deux partenaires différents, et pourvu que différents acteurs discutent des mêmes objets. Ceci n’est pas totalement impossible, mais représente des contraintes extrêmement fortes notamment des durées d’observation importantes, lorsqu’on doit laisser les pratiques sociales produire d’elles-mêmes les quelques situations significatives pour la recherche. D’autre part il faut créer les conditions d’acceptabilité d’un observateur lors de discussions sur des sujets (sexualité, SIDA) qui engagent très vite la vie intime des personnes. Et là les difficultés semblent quasiment insurmontables. Une seconde solution aurait été, selon la pratique courante de la sociologie française lorsqu’une enquête concerne des « contenus qualitatifs », de procéder à des interviews. On aurait sûrement recueilli des opinions, et un guide ad hoc aurait même pu autoriser, au cours de l’entretien, la formulation de propositions variées, voire contradictoires, sur le même objet. Mais la procédure n’aurait pas permis de savoir dans quelles relations ou dans quels contextes auraient été exprimée spontanément, banalement, telle ou telle opinion de l’acteur, et, a fortiori, elle n’aurait pas permis d’envisager l’effet propre de la relation d’enquête où s’inscrivait l’entretien. D’autre part une recherche fondée sur des hypothèses nouvelles, et construisant donc des données d’un type nouveau, doit, en sociologie, être capable de faire quelques suppositions raisonnables sur la fréquence, la banalité ou l’exceptionnalité, des faits construits. Un dénombrement est souhaitable, et recommande un échantillon minimal, fût-il expérimental. Ce qui ne plaidait pas en faveur d’interviews réalisables dans le temps d’une thèse.

  • 5 La méthode est présentée en détail dans : Tazé S. « Étude des opinions partagées dans des situatio (...)

14Sophie Tazé a donc imaginé un protocole d’observation original comportant deux éléments principaux5.

15D’une part il s’agit d’un questionnaire auto-administré en l’absence de la chercheuse, de façon à minimiser le poids de l’interaction avec l’enquêtrice. Et il s’agit simultanément d’un questionnaire que j’aurais envie d’appeler auto-hétéro administré. Expliquons-nous. Le formulaire de questionnaire est typographiquement construit pour être rempli simultanément en vis-à-vis par deux personnes. L’une, que nous appellerons désormais acteur central, voit devant lui le libellé des questions et une colonne pour ses propres réponses. L’autre voit sur la même feuille une colonne inverse (pour être lue en face à face et non au dessus de l’épaule de l’acteur central) et numérotée de la même manière où elle peut inscrire ses propres réponses.

Nous supposons que deux acteurs qui se font face pour répondre sur la même feuille aux mêmes questions entrent bien dans un processus d’interaction qui peut aller de la discussion explicite à une observation réciproque des réponses fonctionnant comme une sorte de communication implicite. Que les acteurs échangent ouvertement ou non sur les propositions énoncées par le lecteur, le fait même qu’ils puissent voir, réciproquement, les opinions émises par l’autre, nous suffit pour supposer que les opinions enregistrées seraient de quelque manière le fruit de cette interaction. (Tazé, Ferrand, 2007, p. 39).

16Pour la passation, Sophie Tazé a expliqué aux acteurs centraux que c’était à eux de mener cette enquête, et notamment que c’était à eux de choisir l’ami(e) avec qui ils avaient envie de remplir ce questionnaire qui leur était remis. Et qu’ils pouvaient le faire quand ils voulaient et où ils voulaient. L’idée était de laisser l’acteur central aussi libre que possible de reproduire des conditions relationnelles spontanées de discussion sur des sujets de ce genre.

17D’autre part ce questionnaire était auto-hétéro administré deux fois par les acteurs centraux. En effet, quinze jours plus tard, les mêmes acteurs centraux étaient invités à remplir une seconde fois le même questionnaire avec une autre personne de leur choix, (« Je vous laisse piloter la passation de ce second questionnaire auquel je vous demande de répondre avec la personne de votre entourage qui vous semble la plus différente de l’ami(e) qui a répondu avec vous la première fois ») mais sans autre précision. L’idée, à nouveau, était que ceux-ci puisent librement dans leur réseau personnel un nouveau partenaire de discussion ad hoc, pourvu qu’ils le jugent (eux-mêmes) différent. Pour les acteurs centraux, la procédure constituait donc un véritable panel. Volontairement la chercheuse perdait massivement le contrôle des opérations, mais elle pouvait néanmoins caractériser les choix spontanés effectués à partir de quelques informations recueillies sur la relation de discussion.

  • 6 Cf Beltzer N., et al. (2005), op. cit.

18Le second problème, était de définir les contenus sur lesquels solliciter les prises de position des enquêtés. À coté des innovations de protocole qui viennent d’être évoquées, Sophie Tazé s’est ici rangée à des solutions classiques. Elle s’est adossée aux grandes enquêtes sur les comportements sexuels et aux enquêtes (KABP) « connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/SIDA6 » pour définir des propositions standard sur lesquelles recueillir les prises de position des enquêtés. Ainsi 23 propositions ont été retenues qui mobilisent des connaissances, des croyances, des jugements, ou des attitudes. Étant donné que les hypothèses sur l’effet cognitif des relations de discussion limitaient leur domaine de validité à des questions marquées par des incertitudes, il convenait d’exclure les propositions qui, au terme de l’enquête, étaient apparues massivement consensuelles, entre acteurs centraux et entre ceux-ci et les personnes qu’ils avaient interrogées. Ainsi seules 16 propositions ont été retenues pour les analyses ultérieures qui ont pu être développées à trois niveaux différents.

  • Celui des individus, où on disposait de deux opinions des acteurs centraux (168x2) et des opinions des deux dialoguants successifs (168x2), soit 672 opinions enregistrées, pouvant faire l’objet d’analyses « atomistiques » classiques.
  • Celui des relations de discussion, donc des deux fois 168 dyades. À ce niveau les données permettaient de considérer la convergence ou la divergence des opinions citées par les partenaires en tenant compte des quelques caractéristiques de ces relations que le questionnaire avait demandées.
  • Celui des triades formées par un acteur central et ses deux relations de discussion successives, donc 168 triades. Sachant que le questionnaire permettait aussi de recueillir quelques informations sur les relations (telles que perçues par l’acteur central) entre les deux partenaires de discussion, il etait alors possible d’analyser les effets de la structure relationnelle sur la production d’opinions, stabilisées ou contradictoires, notamment dans des situations de multi-appartenances.

19L’analyse des résultats présentée dans la thèse (téléchargeable) parcourt successivement ces trois niveaux, mais nous commentons ici principalement le troisième niveau qui concerne la formation d’une opinion plurielle.

20Puisque les acteurs centraux étaient invités à choisir en seconde passation une personne différente de celle retenue pour la première, il faut d’abord observer si la « différence » du second interlocuteur s’est traduite, comme il était attendu mais pas annoncé, par des différences d’opinions, c’est-à-dire si les acteurs centraux de cet échantillon ont choisi des contextes de discussion cognitivement hétérogènes, et dans quelle proportion. Il est simple de compter, sur les 16 items, le nombre de fois où la seconde personne a donné un avis différent de la première, ce qui offre une mesure d’hétérogénéité de chacune des triades qu’ont formées les acteurs centraux (valeur allant de 0 à 16). Pour tenir compte de différences qui pourraient être dues simplement à des aléas (les deux personnes « auraient dû répondre de la même manière » sur un item, mais ne l’ont pas fait) et pour constituer des catégories d’acteurs qui aient à la fois des caractéristiques tranchées et des effectifs potentiellement significatifs, les 168 enquêtés ont été répartis en trois classes :

  • ceux dont les partenaires sont en désaccord sur au plus 4 items (n = 50, 30 %) dont on dira qu’ils ont répondu dans un contexte d’opinions homogène ;
  • ceux dont les partenaires sont en désaccord sur 5 ou 6 items (n = 67, 40 %) dont on dira qu’ils ont répondu dans un contexte d’opinions intermédiaire ;
  • ceux dont les partenaires sont en désaccord sur 7 à 10 items (n = 51, 30 %), dont on dira qu’ils ont répondu dans un contexte d’opinions hétérogène7.

21L’auteure a formulé différentes hypothèses qui pourraient expliquer pourquoi certains contextes sont hétérogènes et d’autres pas. Je ne cite que les plus « structurales » ou sociométriques d’entre elles :

  • si les partenaires sont perçus par l’acteur central comme ne se connaissant pas, alors l’hétérogénéité serait plus forte car ils n’auraient pas de raison relationnelle de tendre à un consensus ;
  • si les partenaires sont perçus par l’acteur central comme n’appartenant pas à un même groupe, alors l’hétérogénéité serait plus forte car ils appartiennent à deux cercles disjoints qui peuvent être porteurs de cognitions hétérogènes.

22Ces deux hypothèses ne sont pas du tout validées car, de manière contre intuitive, les données montrent « que l’appartenance des alter à au moins un groupe commun n’a pas plus de valeur explicative de la différence de leurs opinions que leur interconnaissance » (Tazé, 2007, p. 246). Ce qui conduit par contre à renforcer l’hypothèse la plus générale de la recherche qui impute à des interactions fortes la construction des opinions : ainsi des opinions communes sur le SIDA supposent des discussions très spécifiques et spécialisées, au sein de relations beaucoup plus sélectives que celles identifiées à travers les questions posées aux acteurs centraux :

Votre interlocuteur connait l’ami avec lequel vous avez répondu au premier questionnaire [oui /non].

Votre interlocuteur et votre ami appartiennent-ils à [un même groupe d’amis / deux groupes d’amis / aucun].

23En d’autres termes les partenaires choisis par l’acteur peuvent « se connaître » sans pour autant avoir eu entre eux des discussions relatives au SIDA, de même des « membres d’un même groupe » peuvent faire bien des choses ensemble, mais ne pas parler du SIDA, et donc avoir peu de chances de faire converger leurs opinions. Ce constat, un peu latéral par rapport à la ligne centrale de la recherche, n’en est pas moins totalement cohérent avec ses attendus.

  • 8 Les acteurs centraux qui ont auto-hétéro administré le questionnaire sont des étudiants « normaux  (...)

24La deuxième question qui se posait au niveau des triades était de savoir si des acteurs centraux changaient d’avis, affichaient des opinions différentes, entre la première et la seconde relation. En comparant les opinions lors de la première et de la seconde passation Sophie Tazé a pu compter le nombre de changements d’opinion d’un acteur central sur les 16 items retenus. Parmi les 168 étudiants interrogés, on constate que 12 % n’ont changé d’opinion sur aucun des items. Que dire des 88 % restants ? Il semble raisonnable de supposer qu’une procédure d’enquête et re-enquête deux semaines plus tard peut entraîner de manière aléatoire certains changements d’opinion. Il fallait donc décider d’un seuil : à partir de combien de changements sur les 16 items était-il pertinent de considérer que l’acteur manifestait une propension minimale à changer d’avis ? Ce seuil a été fixé à trois changements de sorte que les acteurs centraux ont été considérés comme « versatiles » s’ils changeaient d’avis sur au moins trois items. Sous cette condition, il apparaît que 51 % des acteurs sont versatiles : un sur deux. Et nous avons de bonnes raisons de penser qu’ils ne sont ni futiles ni schizophrènes8. Ce protocole d’enquête enregistre donc une trace probante de changements d’opinions de l’acteur central selon la relation de discussion, une trace probante de ce que nous avons appelé « une opinion plurielle ».

25Les analyses mettent donc en évidence deux séries de faits :

  • dans 70 % des cas les triades sont « hétérogènes », car les partenaires de discussion choisis par l’acteur ont émis au moins 5 avis divergents sur 16 ;
  • dans 51 % des cas l’acteur a changé d’avis (opinion plurielle) sur au moins trois items sur 16.

26Ces faits représentent les deux dimensions de l’hypothèse centrale : l’existence possible d’une multi-appartenance hétérogène, et l’existence possible d’une opinion plurielle. Reste maintenant à articuler ces deux dimensions, c’est-à-dire à examiner si la multi-appartenance hétérogène est (ou n’est pas) la condition d’apparition de l’opinion plurielle. Répondre à cette question par une analyse de données est assez complexe.

27Premièrement il n’était évidemment pas possible de chercher à « synthétiser » ou « unifier » les opinons de l’acteur central par une procédure de classification ou la création d’un index synthétique, comme nous l’avons vu faire précédemment, d’une part parce qu’on cherchait au contraire à enregistrer le passage d’une opinion à une autre, d’autre part parce que les 16 items retenus appartenaient à trois catégories de jugement dont rien ne permettait de penser qu’elles répondraient à des logiques cognitives socio-relationnelles similaires. Dès lors l’analyse a porté sur des unités élémentaires constituées par les propriétés de chaque triade spécifiques à un acteur et un item (il y a donc 168 acteurs x 16 items = 2688 triades-items). Il s’agissait d’examiner simultanément

  • pour tel item,
  • si le contexte d’opinion était homogène ou hétérogène (les partenaires ont-ils répondu de la même manière entre eux ?),
  • si l’acteur central a été d’accord avec l’un, et/ou avec l’autre, ou avec aucun, de ses partenaires.

28En combinant ces caractéristiques Sophie Tazé a construit les 6 profils d’opinion logiquement possibles pour un même item (ibid. p. 258 sq.). Trois d’entre eux, par leur fréquence ou par leur signification sociologique, retiennent particulièrement l’attention :

  • contexte homogène (les partenaires ont répondu de la même manière entre eux), et l’acteur central est d’accord avec ses deux partenaires : stabilité convergente ;
  • contexte hétérogène (les partenaires ont répondu de manières différentes entre eux), et l’acteur central converge successivement avec chacune des opinons différentes de ses partenaires : versatilité convergente. Ce type, qui répond à l’hypothèse d’une opinion plurielle de l’acteur central, se rencontre 138 fois parmi les 936 opinions formulées en contexte d’hétérogénéité cognitive, c’est-à-dire dans 15 % des cas.
  • contexte hétérogène, l’acteur converge vers l’opinion d’un seul de ses partenaires et conserve cette opinion qui le met en désaccord avec son autre partenaire : stabilité semi-divergente. Ce type se rencontre 719 fois parmi les 936 opinions formulées en contexte d’hétérogénéité cognitive, c’est-à-dire dans 77 % des cas9.
  • 10 En analysant l’identification d’étudiants Erasmus à différents types de territoires, A. de Federic (...)
  • 11 « […] on croit que le déterminé est seulement un cas extrême de régularité […]. En conséquence on (...)

29En contexte hétérogène, le fait massif est que l’acteur est d’accord avec un de ses partenaires et qu’il va maintenir son opinion lors d’une discussion avec un autre partenaire ayant émis un avis différent du premier. En un mot, dans trois quart des cas, nous rencontrons un acteur qui maintient une opinion qu’il s’est formée dans une relation sans la remettre en cause par des discussions dans une autre relation différemment orientée. L’autre fait, celui qui nous intéresse, le changement d’opinion, est lui massivement… minoritaire (15 %). Est-ce une raison pour considérer qu’il est inintéressant pour la sociologie ? Certains pourront penser qu’on a dépensé beaucoup de temps et de matière grise pour des faits qui ne pèsent rien dans les dynamiques sociales. C’est un jugement étroit d’esprit dans la mesure où on peut raisonnablement supposer que ces cas rares sans être exceptionnels correspondent aux situations de tension dans les réseaux susceptibles de contribuer à des dynamiques de changement10. C’est aussi un jugement qui fait comme si les cas minoritaires, souvent marginaux ou parfois transgressifs, n’étaient pas aussi puissamment révélateurs des forces centrales d’une société11. C’est en ce sens qu’ils justifient l’élaboration d’un modèle théorique qui, pour le problème qui nous occupe, permettrait de comprendre quelles caractéristiques des triades favorisent la stabilité ou bien la versatilité des opinons.

Notes

1 Merton R.K., (1949, 1957), op. cit. p. 13,18 : « Nous cherchons à centrer l’attention sur ce qu’on pourrait appeler "les théories à moyenne portée" : théories intermédiaires entre les hypothèses mineures qui jaillissent chaque jour à foison dans le travail quotidien de la recherche, et les larges spéculations qui partent d’un maître-schéma conceptuel d’où l’on espère tirer un grand nombre de régularités du comportement social accessible à l’observateur […]. Je crois que notre tâche majeure, aujourd’hui, consiste à développer des théories applicables à une gamme limitée de données. »

2 Tazé S., (2007), La formation relationnelle des opinions. Étude des opinions des jeunes relatives au SIDA dans des situations d’hétérogénéité cognitive. Thèse en sociologie, Université Lille I.

3 Ferrand A., (2004), « Des raisons relationnelles de l’incohérence des jugements », Recherches Sociologiques, XXXV, N° 3 : 29-43

4 Tazé S., Ferrand A. (2007), « Les savoirs profanes sur le SIDA : des incertitudes rationnelles aux certitudes relationnelles » Sociologie Santé, N° 26 : 31-48.

5 La méthode est présentée en détail dans : Tazé S. « Étude des opinions partagées dans des situations relationnelles variées », Bulletin de Méthodologie Sociologique, 2008, N° 98.

6 Cf Beltzer N., et al. (2005), op. cit.

7 Il est évident que l’hétérogénéité des opinions des partenaires est fortement dépendante des items retenus. Donc il ne faut pas donner de valeur intrinsèque généralisable à ces mesures dont l’utilisation sera essentiellement comparative à l’intérieur de l’échantillon constitué.

8 Les acteurs centraux qui ont auto-hétéro administré le questionnaire sont des étudiants « normaux » de L1 et L2 de l’Institut de Sociologie de l’Université Lille 1, qui ont été mobilisés lors de TD. Par ailleurs on peut argumenter qu’ils ne font pas n’importe quoi dans la mesure où seulement 4 % d’entre eux ont changé d’avis sur plus de 6 items sur 16. Au dessus du seuil d’aléa, 46 % des acteurs ont changé d’opinion sur 3 à 5 items. Le processus étudié est là.

9 J’ai calculé ces proportions à partir des tableaux p. 240, 279, 280, de façon à faire ressortir la versatilité convergente (ainsi que la stabilité semi-divergente) uniquement parmi les cas de contextes hétérogènes. Les proportions données en annexe sur le total général incluant contextes homogènes et hétérogènes (p. 333) ont une signification sociologique trop complexe puisqu’elles combinent hétérogénéité des contextes d’opinion et convergence de l’acteur.

10 En analysant l’identification d’étudiants Erasmus à différents types de territoires, A. de Federico montre que 14 % d’entre eux accordent une grande importance simultanément à deux pays (p. 181) et que « les individus ayant plus de relations d’amitié avec des personnes provenant d’autres pays sont plus souvent portés à montrer des identifications envers plusieurs pays » (p. 297). Ces identifications plurielles sont minoritaires, mais la thèse montre qu’elles sont un des fondements d’une identification à l’Europe : en ceci elles deviennent un enjeu majeur. Cf. de Federico de la Rúa., A., (2003), Réseaux d’identification à l’Europe. Amitiés et identités d’étudiants européens. Thèse en sociologie, en co-tutelle, Université des Sciences et Technologies de Lille, et Universidad Pública de Navarra.

11 « […] on croit que le déterminé est seulement un cas extrême de régularité […]. En conséquence on se limite à une connaissance de réalités générales ou moyennes, mais par contre on s’interdit d’envisager une connaissance complexe capable de saisir à la fois le général et des cas exceptionnels. » Lewin K., (1932), « Le conflit dans les modes de pensée aristotélicien et galiléen dans la psychologie contemporaine », Journal of general psychology, 5 : 141-177. [Traduction française dans Psychologie dynamique, les relations humaines, Paris, PUF, 1959], p. 40, 41.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search