Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Appartenances multiples, opinion unique

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un modèle théorique partiel et non d’une théorie générale parce que nous n’envisageron (...)

1L’introduction a présenté le type d’objet auquel je m’intéresse : des opinions émises dans des interactions langagières dont la forme la plus courante est la discussion. Ces interactions sont considérées ici non seulement comme le moment où se manifesteraient des opinions – moment où le chercheur peut les observer – mais aussi comme le processus où elles sont produites (ou re-produites). Le modèle théorique qui va être présenté définit les effets possibles des échanges interpersonnels et comment certaines caractéristiques structurales des relations où ces échanges ont lieu déterminent la possibilité pour un acteur d’avoir plusieurs opinions différentes sur une même question ou un même problème1.

La résolution de l’incertitude par la discussion

Les situations d’incertitude

2Le modèle vise la production des opinions uniquement dans des contextes d’incertitude. Les raisons de cette limitation apparaîtront par la suite, mais, en première analyse, on peut définir ce que sont des contextes d’incertitude. Les trois cas les plus courants sont les suivants :

  • L’acteur sait qu’il ne sait pas : déficit subjectif de connaissance pour pouvoir formuler un jugement (incertitude consciente et raisonnée).

  • L’acteur peut formuler des alternatives cognitives ou normatives mais il ne peut trancher entre elles avec les informations et les arguments dont il dispose (multiplicité des interprétations relatives à une même question).

  • Un troisième contexte d’incertitude peut être caractérisé par la conscience d’évènements qui perturbent lourdement certaines représentations d’un acteur, obligeant celui-ci à inventer une explication de ces évènements qui puisse cohabiter avec ses autres représentations. Ici l’incertitude comporte deux dimensions : d’une part ces évènements peuvent être totalement hors de portée des connaissances courantes de l’acteur (par exemple, qu’est ce qui peut expliquer « la montée du chômage », « le développement de l’insécurité », « l’origine de l’épidémie du SIDA », etc.) ; d’autre part, les explications proposées par les « autorités légitimes » peuvent être déconsidérées, délégitimées, sujettes à caution, mises en question (l’incertitude vient de ce que l’acteur ne sait plus qui croire). Ce contexte favorise la diffusion de propositions (stéréotypes, jugements de sens commun, etc.) qui donnent aux acteurs le sentiment subjectif d’un savoir acceptable.

3Il est possible de prendre quelques exemples de situations d’incertitude dans le domaine de la santé :

  • Comment savoir pourquoi « les gens » sont malades ? Ici l’incertitude vient d’alternatives cognitives car plusieurs interprétations peuvent être avancées : soit des explications individualistes (de mauvais comportements individuels sont la cause des maladies chez ceux qui ont ces comportements), soit des explications mettant en cause un contexte écologique (des pollutions rendent ces gens malades), socio-économique (avec ces conditions de vie, c’est normal que ces gens soient malades), organisationnel (il est impossible de trouver un médecin en urgence pendant le week-end), ou enfin un contexte politique (« ils » ont fermé l’hôpital où on allait se soigner)

  • Comment savoir pourquoi une maladie me frappe « moi » ou « un proche » ? Dans certains cas, il peut s’agir d’une pure incertitude : personne ne sait pourquoi moi ou pourquoi lui.

  • Une forme sophistiquée d’incertitude liée à une alternative cognitive résulte des propositions causales de forme probabiliste : si « boire X donne 40 % de risque d’attraper la maladie M », il est également acquis que « boire X donne 60 % de chances de ne pas attraper la maladie M ». Décider d’appliquer un principe de précaution résulte d’une prise de position en situation d’incertitude.

  • On peut rencontrer également des incertitudes relatives au crédit que l’on peut accorder aux propos et aux pratiques des soignants (jusqu’à quel point croit-on ce que dit le médecin ?).

4Dans la vie courante, les acteurs prennent en permanence position en mobilisant des connaissances socialement admises comme vraies ou valables, ou des jugements de valeur eux-mêmes admis comme valables. Les contextes d’incertitude, par définition, posent des questions auxquelles il est impossible de donner une réponse en utilisant ces connaissances ou ces valeurs. Ce sont des situations où l’acteur ne peut départager raisonnablement « le pour et le contre » et, dans tous les cas, il ne s’en sortira que par une décision, une prise de position qui reste en partie arbitraire et incertaine.

De l’influence à la convergence cognitive

5L’effet cognitif des interactions est reconnu dans de nombreux modèles théoriques. En situation d’incertitude l’acteur est influencé par des tiers.

  • 2 Catania J.A., Kegeles S.M., Coates T.J., (1990), « Towards an understanding of risk behavior : an (...)

6Les modèles d’influence supposent une relation asymétrique entre un acteur influencé et des entités qui influencent. Un exemple propre à un domaine déjà évoqué est celui des possibilités de réponse aux risques de contagion par le VIH qui posent à beaucoup d’acteurs des problèmes très complexes. Joseph A. Catania et al. (19902) ont proposé un modèle dynamique qui, à certaines étapes, accorde une influence importante à l’environnement relationnel de l’acteur. Ainsi à l’étape « décision de changer »,

[des] facteurs sociaux comme le soutien social et les normes d’un groupe de référence peuvent aussi avoir une influence considérable sur l’évaluation des coûts et avantages et sur la croyance en sa propre capacité de changer. Par exemple des amis peuvent nous apprendre qu’ils ont trouvé agréable d’utiliser des préservatifs et qu’il est facile de s’en servir dans les rapports sexuels […] la croyance en sa propre capacité à changer peut être influencée par le constat que des gens qui lui ressemblent ont réussi à réaliser de tels changements. Bien qu’il soit indispensable de prendre ces facteurs en considération, il y a une remarquable absence de publication sur ces questions. (p. 61-62)

7Cette formulation propose une vision assez passive de l’acteur qui, en quelque sorte, subit l’influence. Une autre manière d’envisager ces processus cognitifs consiste à supposer que

  • 3 Turner J.C., (1991), Social influence, Milton Keynes : Open University Press.
  • 4 Drozda-Sendkowska E., Oberlé D., (2000), « Raisonner en groupe. Questions sur les effets de la dis (...)

quand les solutions des problèmes proposées et les démarches qui y mènent sont non évidentes, c’est en se tournant vers les autres et par la comparaison sociale (Turner, 19913) que les sujets cherchent à établir la validité de ce qu’ils avancent. Ainsi, même quand la situation favorise un investissement uniquement informationnel et non normatif, le recours au point de vue d’autrui est présent. (Drozda-Sendkowska E., Oberlé D., 20004, p. 31).

  • 5 Lazega E., van Duijin M. (1997), « Position in formal structure, personal characteristics and choi (...)

8Il est tout à fait important de ne pas considérer la recherche de solution par la discussion comme une pratique en quelque sorte marginale (ce seraient des situations plutôt anormales) et misérabiliste (ceux qui demandent conseil sont plutôt des minables). De nombreuses activités sociales et économiques, y compris des plus formelles et respectables, ne peuvent fonctionner que grâce à des échanges de conseil et d’avis. Il faudrait citer ici notamment la littérature sur les coopérations scientifiques, mais aussi les échanges plus paradoxaux entre associés rivaux tels qu’Emmanuel Lazega (1995,5) a pu les mettre en évidence dans le cadre de cabinets d’avocats fonctionnant sur la base d’une organisation collégiale. Dans ces organisations où chaque professionnel doit affronter des cas extrêmement complexes, les solutions routinières sont rares, et il faut inventer quelque chose de nouveau en situation d’incertitude, en faisant appel à des discussions avec certains collègues.

9Ainsi, la première proposition qui peut être retenue serait que, en situation d’incertitude, un acteur ne s’en remet pas à son cogito, à ses connaissances, à sa capacité réflexive solitaire, mais qu’il cherche au contraire à discuter avec une ou plusieurs personnes, choisies de manière ad hoc dans son réseau, pour réfléchir ensemble et, si possible, arrêter de concert un point de vue partagé.

  • 6 Rogers E.M., Kincaid D.L., (1981), Communication networks, New York, Free Press.

10Ceci étant admis, on peut pousser plus loin la réflexion et se demander ce qui se passe au cours de ces discussions, non pas pour ausculter la succession des interactions et les règles de la conversation, mais pour formuler des hypothèses sur les processus cognitifs engagés et leurs effets. J’en appellerai ici à la théorie de la communication, d’inspiration interactionniste et systémique, proposée par Everett Rogers et Lawrence Kincaid en 19816 dans leur ouvrage « Communication networks ». Celle-ci offre une vision dynamique et créative des interactions qui sont le lieu de production des significations au point que « l’unité qui traite l’information (qui pense, décide et agit) est un système dont les frontières ne coïncident pas avec le corps, l’esprit ou la conscience d’une personne » (p. 46).

11Cette orientation théorique conduit à une critique du « modèle linéaire » de la communication et de l’influence,

  • qui est atomistique et définit l’individu, un esprit humain, comme une entité séparée ;

  • qui privilégie la persuasion, et celle-ci introduit un biais psychologisant et une vision culpabilisante individualisante de la cible de la communication (tenir un individu pour responsable de ses problèmes, plutôt que la société) ;

  • qui est causaliste : il fait comme si les conditions expérimentales permettaient réellement d’isoler une variable causale testée des autres variables co-facteurs, comme s’il n’existait pas des interdépendances multiples, des rétroactions, des régulations complexes.

12Les auteurs définissent un « modèle de convergence communicationnelle » dont les deux principes de base sont que « l’information est intrinsèquement imprécise et incertaine, et la communication est un processus dynamique qui se déploie dans le temps. » (p. 44)

13Les participants créent et partagent de l’information afin de parvenir à une compréhension commune d’une situation ou d’une question. Celle-ci est un pré-requis pour n’importe quelle activité collective ou sociale, mais elle n’a pas besoin d’être parfaite. En fait, elle aurait du mal à être parfaite car les codes et les concepts sont appris par expérience et peuvent ne correspondre entre deux interlocuteurs qu’avec une certaine approximation qui est source d’incertitude. Des cycles d’échanges bidirectionnels entre les partenaires permettront dans certains cas de parvenir au niveau de compréhension mutuelle que la situation ou la tâche requiert, mais, dans d’autres cas, ils produiront des divergences. Ces communications sont analysables à différents niveaux : « dyades, réseaux personnels, cliques ou systèmes entiers » (p. 83) Et les auteurs développent les différences de fonction que certains individus tirent de leur position structurale dans un système relationnel :

Lorsque les chercheurs en communication commencent à s’intéresser à la structure des communications dans un système, ils peuvent reconnaître et identifier dans la structure d’autres rôles individuels de communication comme
- rôle de liaison (qui relie deux ou plusieurs cliques, sans être membre d’aucune) ;
- ponts (qui sont membres d’une clique et la relient à une autre clique) ;
- des isolés ;
- des cosmopolites (qui relient le système à son environnement en lui donnant de l’ouverture).
Chacun de ces rôles de communication spécialisés remplit une fonction importante pour le système. (p. 125)

14Au niveau des dyades ils invitent à s’interroger sur la possibilité d’une hétérophilie optimale qui permettrait à une relation de connecter des gens de statuts assez différents pour qu’ils aient des informations différentes à échanger, mais pas trop différents pour qu’ils puissent se comprendre. Par contre la proximité peut favoriser une compréhension commune et des changements, cependant que la polyvalence accroît le degré d’influence et de contrôle des partenaires l’un sur l’autre. Ils insistent également sur différentes propriétés des réseaux personnels ou des cliques qui doivent être prises en compte. Je ne développe pas davantage car on se trouve plus face à un catalogue de recommandations de recherches – souvent pertinentes – qu’à une théorie qui pourrait articuler de manière significative l’ambition interactionniste d’une dyade créatrice de signification et l’ambition systémique d’une dyade remplissant une fonction spécifique selon sa position dans la structure globale. L’intérêt de l’ouvrage n’en demeure pas moins de proposer le dépassement des modèles linaires d’influence et de faire émerger cette délicate question de l’articulation entre les niveaux dyadiques et structurels.

  • 7 Darré J.P., (1991), « Les hommes sont des réseaux pensants », Sociétés Contemporaines, n° 5 : 55-6 (...)

15En France, cette théorie a inspiré des travaux sur la production d’un savoir partagé au sein de « groupes professionnels locaux » d’agriculteurs. Contre le modèle classique de diffusion des innovations dont des techniciens se font les hérauts, et certains leaders les porte-parole, il s’agit de montrer d’une part que les agriculteurs produisent leurs propres arrangements cognitifs dans des processus dialogiques, et d’autre part que les structures variées des réseaux de discussion entre agriculteurs à l’échelon local ont elles-mêmes des effets variés. Je citerai longuement Jean-Pierre Darré (19917) car il plaide très bien un aspect important de cette approche : la nécessité d’englober les interactions dialogiques ponctuelles dans le long cours des relations interpersonnelles :

Les individus en interaction verbale construisent leur compréhension mutuelle en éliminant, par ajustements successifs, les malentendus. Les linguistes désignent ce phénomène sous le nom de « construction du sens » : le sens des mots, le sens des énoncés, se construisent dans l’interaction. (Boutet, 1989).

Ce processus linguistique nous intéresse pour autant que nous puissions le mettre en relation avec des réalités non linguistiques. Ce sont, en premier lieu, les structures, relativement durables, d’interaction, de dialogue, au sein de milieux d’interconnaissance, et en second lieu les formes de l’activité professionnelle […] Notons que le fait d’intégrer, dans la construction de l’objet scientifique, les systèmes de relations durables, antérieurs à telle situation d’interaction, et le profit pour l’action qu’en attendent les interlocuteurs, distingue cette orientation de recherche de celles qui, comme l’ethnométhodologie, ne veulent considérer que « l’ici et maintenant » de l’interaction sociale, et s’intéressent aux règles qui la régissent plus qu’à son résultat et à ses effets hors-situation d’interaction. Il est certes intéressant d’étudier comment ce processus de convergence s’opère dans l’instantané d’un dialogue. Mais ce que nous cherchons surtout à décrire et à comprendre, c’est la façon dont s’opèrent les effets cumulatifs dans un réseau de dialogue, comment au fil des jours et des rencontres, ce processus conduit à la constitution d’un « sens commun » du groupe, à la production des façons de décrire et d’évaluer les choses partagées dans le groupe et éventuellement différentes de celles d’autres groupes. (p. 57)

16Au niveau d’une relation interpersonnelle, on commence à pouvoir substituer l’idée que nous pensons à deux (cogitamus) à l’idée classique que je pense (cogito). Mais la prise en compte de ces systèmes de relations durables introduit un niveau supérieur, celui d’un réseau, d’une entité collective constituée par un ensemble de relations organisées d’une manière particulière. Alors on pense à plusieurs et il n’est pas absurde de concevoir que la pensée serait dans la structure. Il conviendrait ainsi de modifier le joli titre que Jean-Pierre Darré a donné à son article (« l’homme est un réseau pensant ») pour écrire plutôt « les hommes forment des réseaux pensants ».

  • 8 Doise W. Moscovici S., (1990), Dissension et consensus, Paris, PUF.

17La proposition « les hommes forment des réseaux pensants » a une valeur pédagogique et provocatrice dans la mesure où elle nous familiarise progressivement avec l’idée que des structures relationnelles puissent avoir des idées. Sociologiquement elle est trop générale, car n’importe quelle entité sociale peut être vue comme un réseau et seuls certains réseaux, sièges d’échanges dialogiques dans des circonstances particulières, ont des chances de produire de la pensée. Après les agriculteurs qui cherchent surtout à partager une idée de la situation permettant à chacun d’agir, nous pouvons donner l’exemple d’une autre configuration étudiée par Willem Doise et Serge Moscovici (19908), où : des acteurs formant une structure relationnelle d’interdépendance doivent parvenir à un accord ; sur la base d’interactions particulières (la discussion, le débat) ; pour produire un jugement partagé, qui ouvre sur la possibilité d’une action commune ; dans une situation d’incertitude où il n’existe ni critère scientifique, ni critère traditionnel (norme, valeur), qui imposerait une solution ou une décision.

18En s’appuyant sur des travaux empiriques ils avancent quelques idées essentielles :

  • Les consensus de groupe ont rarement pour contenu une sorte de moyenne des positions initiales des membres, solution qu’ils désignent par le terme de « compromis ». Au contraire il apparaît souvent un processus de « polarisation de groupe » conduisant à des « réponses extrêmes » (p. 25). Le consensus repose alors sur une « solution extrême ».

  • Ils imputent un rôle quasi prométhéen au consensus : « La polarisation… suggère le consensus comme un moyen, voire une méthode, de changer les normes et les règles de la vie collective. » (p. 30). Y compris dans la vie politico-administrative, la mission des comités « consiste moins à réconcilier les points de vue opposés qu’à faire avancer les réflexions, changer les attitudes et les règles invétérées ». (p. 31)

  • Les transformations des opinions s’effectuent par la discussion dans les groupes : « La discussion est un puissant facteur de changement des opinions, des règles, des représentations sociales qu’elle fait circuler parmi les membres d’un groupe » (p. 118). Mais, pour cela, il faut que les protagonistes prennent une part « active » à la discussion, dans la mesure où on peut distinguer communication passive (écoute) et active :

La première est le fait d’observer, de prendre connaissance des opinions courantes, de surprendre la conversation des autres, de lire un message adressé à eux, et ainsi de suite. Simple spectateur en apparence, on participe de façon atténuée, sans être pleinement stimulé par les actes ou les paroles d’autrui. La seconde est d’un autre ton, d’une tout autre vivacité, puisque chacun est à la fois source et cible des opinions, des informations qui circulent. Dans cette communication véritable, tensions et dissonances modifient continûment idées, perceptions, jusqu’à ce qu’elles convergent. (p. 119).

19L’idée de communication véritable montre bien l’importance que les auteurs attachent à une certaine forme de débat, en gros celle qu’autorisent les procédures démocratiques des sociétés occidentales. Il ne faut pas confondre la confrontation des arguments, le débat, avec l’échange d’informations sur les positions des uns et des autres sans en débattre.

20Nous avons ici une définition du débat qui porte à la fois sur la forme de la discussion, l’engagement des partenaires, et sa finalité (parvenir à un accord). C’est parce qu’il y a débat, et parce que le débat suppose l’implication des membres, et qu’il doit parvenir à un accord, que des modifications des représentations de l’individu vont se produire, grâce à la polarisation. La discussion conduisant à l’émergence d’un simple compromis laisse plus les individus et leurs cognitions en l’état.

21L’intérêt de ce modèle théorique est de préciser non seulement ce qui se passe au niveau du groupe, mais aussi au niveau des remaniements cognitifs individuels qui permettent ces résultats collectifs. C’est ainsi que la discussion a pour effet « d’intégrer les points de vue à un niveau supérieur […] les membres du groupe comprennent le problème autrement » (p. 246). Ceci se distingue nettement du processus de recherche du compromis (la solution moyenne) qui jouerait sur les éléments communs partagés par les membres. Le débat en régime de polarisation a une vertu proprement productive et innovante. « Le travail de décision est mis en œuvre pour transformer les représentations qui apparaissent distinctes en représentations partagées […] effet de reconnaissance mutuelle. » (p. 247). Il y a là une idée très importante. La décision commune n’est pas une sorte d’output d’un processus de confrontation qui laisserait, au final, les acteurs plus ou moins satisfaits mais indemnes quant à leurs idées. On aurait envie de dire que les acteurs deviennent communs avant de prendre une décision commune. C’est parce qu’ils ont perdu ce qui les individualisait, parce qu’ils sont devenus « communs », qu’ils sont d’accord. Ils ne sont pas d’accord sur la décision finale, mais en amont et plus radicalement sur la manière de poser le problème, sur les manières de juger ce problème, et sur les raisons pour lesquelles ce jugement est important.

Or, en cherchant ensemble à aboutir à une décision, ils arrivent en même temps à s’entendre sur les raisons et leur poids respectifs. On peut dire que leurs représentations convergent et s’uniformisent autour de quelques-unes qui leur sont désormais communes. Par conséquent, la gamme des jugements se restreint et leur variabilité décroît. Comme si on opérait une fusion entre eux pour créer un continuum le long d’une seule dimension commune, que ce soit celle du risque et de la prudence, de 1’innocence et de la culpabilité, et ainsi de suite, comprise de la même façon. (p. 255)

22Les conditions socio-relationnelles de ces débats et les différents processus identifiés par les auteurs au niveau individuel et au niveau collectif doivent être compris comme un type particulier, mais exemplaire, parmi un ensemble d’autres types possibles qui concerneraient des interdépendances moins fortes, des objectifs moins collectifs, des échanges moins ouverts, etc. Cette restriction ne limite pas l’intérêt scientifique du modèle présenté car il peut être utilisé comme une sorte de référence pour définir les caractéristiques des processus socio-relationnels auxquelles toute analyse doit s’intéresser.

Des relations de discussion favorisent les jugements sur les soins

23Je vais présenter maintenant les résultats d’une recherche qui examine l’effet de relations de discussion sur la capacité des acteurs à formuler des jugements dans une situation caractérisée, comme ci-dessus, par une forte incertitude. Mais les autres propriétés relationnelles de la situation sont différentes :

  • les enquêtés ne sont pas interdépendants, et n’ont pas à se mettre d’accord sur une action commune (ils constituent un échantillon d’individus) ;

  • ils ne forment pas un groupe pré-donné, mais chacun d’eux est analysé comme l’atome social de Jacob Levy Moreno, c’est-à-dire comme un acteur entouré de relations interpersonnelles où des discussions peuvent être engagées ;

  • ils ont à mobiliser des normes et des savoirs relatifs aux maladies et aux professions médicales pour juger des services de soin dans leur ville.

24Des processus de ce type ont été analysés par Eliot Freidson qui rappelle d’abord que les troubles corporels sont cognitivement troublants : l’acteur se demande dans quelle mesure il doit « prendre au sérieux » telle manifestation physiologique ; dans quelle mesure elle est un symptôme, et de quoi. Convient-il de s’inquiéter ? Faut-il faire quelque chose ? Pour affronter ces incertitudes et répondre à ces questions, l’acteur, plutôt que de se livrer à une intense cogitation solipsiste, discute avec différents partenaires qu’il consulte pour avoir leur avis :

  • 9 Freidson, E., (1960), « Client control and medical practice », American Journal of Sociology, 65 : (...)

Tout le processus de recherche d’aide implique l’existence d’un réseau de consultants, s’étendant du domaine intime et informel du noyau familial, en passant par des profanes successifs, de plus en plus éloignés, spécialisés et autorisés pour en arriver au professionnel. [Ce réseau est appelé système référentiel profane (lay refferal system). Et il ajoute que le patient] peut se former une opinion par lui-même, ou ce qui est souvent le cas, il peut échanger ses impressions avec d’autres ; en fait il utilise la structure référentielle non seulement avant de se rendre chez le médecin mais aussi à son retour, en discutant le comportement du médecin, son diagnostic et son ordonnance avec ses amis ; ceci ayant pour conséquence possible qu’il ne retourne jamais le voir. (Freidson, 19609, p. 229, 231)

25De plus, pour Eliot Freidson, les relations entre acteurs ne sont pas réduites à des interactions fugaces et volatiles. Elles assurent la continuité des significations et des contenus culturels que la vie sociale fournit aux acteurs pour leurs permettre de comprendre leur expérience :

  • 10 Freidson E., (1970), Profession of Medicine. Traduction française La profession médicale, Paris, P (...)

La vie sociale n’est pas seulement faite de son contenu, mais aussi d’une structure : une organisation de relations interpersonnelles. C’est celle-ci qui soutient, impose, renforce la conformité à son contenu culturel. (Freidson, 197010, p. 287)

26Ainsi les connaissances, les normes, les significations relatives à la santé existeraient dans des structures relationnelles et seraient exprimées par les acteurs en tant qu’ils seraient membres de ces réseaux.

27Le modèle de la médecine libérale suppose un acteur qui choisit ses praticiens et ces derniers sont supposés être concurrents les uns des autres. On sait aussi que le marché des soins est largement illusoire car il est biaisé par le poids des tarifs imposés. Mais l’idéologie médicale n’en comporte pas moins l’idée que le patient, à défaut de choisir le meilleur rapport qualité-prix, devrait au moins choisir le meilleur praticien à prix constant (selon les régimes conventionnels des praticiens auxquels il s’adresse). Mais le patient est dans une situation d’information très imparfaite et devant des incertitudes majeures : que sait-il des qualités des médecins ou des services de soins et surtout comment peut-il les juger ? Les praticiens n’ont pas le droit de faire de la « réclame » et il n’y a pas de « Guide Michelin » des praticiens leur attribuant après visite, un, deux, ou trois caducées. Et si les établissements commencent à être régulièrement classés dans des palmarès publiés par les hebdomadaires, je crois qu’on ignore quels effets ont ces palmarès sur les comportements des patients.

  • 11 Dans son article « L’économie de la qualité » (RFS, 1989, XXX : 187-210), Léon Karpik analyse un p (...)
  • 12 Cresson G., Ferrand A., Lardé P., (2001), Les systèmes locaux de santé. « Modèles médicaux » des g (...)

28Le modèle théorique d’Eliot Freidson apporte une réponse partielle à la question de la formation d’un jugement : on peut imaginer que des réseaux de relations permettent d’une part des discussions et la circulation d’informations sur différentes questions de santé, d’autre part la production de jugements sur les offres de soins11. Ce sont ces deux hypothèses que j’ai retenues dans le cadre d’une recherche collective comparant deux localités, deux « systèmes locaux de santé » (Cresson G., Ferrand A., Lardé P., 200012). L’enquête doit donc répondre à deux questions : Existe-t-il des réseaux de discussion sur la santé et les soins ? Et si oui, les discussions dans ces réseaux permettent-elles de se faire une opinion sur la qualité de l’offre de soins locale ?

  • 13 Jodelet D., (1989), Folies et représentations sociales, Paris, PUF.
  • 14 Goffman E., (1963), Stigma, Traduction française Stigmates, les usages sociaux des handicaps, Pari (...)

29Répondre à ces questions n’est pas une simple affaire empirique car elles mettent en cause des processus que la sociologie de la santé (de la maladie plutôt) a déjà abordés. La possibilité de parler de sa maladie, l’existence de normes indiquant dans quelles relations ou quels contextes c’est un sujet abordable ont déjà été en partie évoquées. On peut d’abord rappeler que c’est souvent la normalité de la situation dont on discute qui détermine la normalité de la discussion elle-même. À l’extrême, il peut être interdit de parler des conduites interdites, comme le suggère Denise Jodelet à propos de la folie : il est interdit de penser une maladie interdite, des censures puissantes faisant que « certaines dimensions de la représentation de la folie seraient repérables […] dans les gestes de la pratique quotidienne, sans avoir toujours un correspondant verbal, ni même chez certains, mentalisé » (198913, p. 307). Le tabou qui pèse sur la folie irait jusqu’à en faire un impensé, et a fortiori un incommunicable. Demander si un acteur peut parler des ses propres maux impliquerait de demander si sa maladie est « bien », si elle est « présentable ». Nous savons que les maladies ont des degrés extrêmement variables de recevabilité : des plus « honorables » aux plus « stigmatisantes ». Un acteur qui serait confronté à des maux potentiellement stigmatisants doit absolument contrôler la circulation de l’information sur cette maladie et il va déployer pour cela les trésors d’ingéniosité tactique qu’Erving Goffman décrit remarquablement. Beaucoup de malades sont « discréditables », mais chacun peut délimiter « ses risques en deux groupes : l’un, nombreux, auquel il ne révèle rien, et l’autre, restreint, auquel il dit tout et dont il espère le soutien » (Goffman, 196314, p. 116). Ainsi on peut penser que plus une maladie est potentiellement stigmatisante, plus rares sont les personnes auxquelles un acteur tendra à se confier.

  • 15 Milgram S., (1974), Obedience to authority, an experimental view, Traduction française Soumission (...)
  • 16 Saliba J., (1994), « Les paradigmes des professions de santé », dans Les métiers de la santé. Enje (...)

30Un autre enjeu, différent, mais plus important encore, est constitué par la possibilité pour un patient de discuter avec un tiers de la relation qu’il a avec un de ses soignants : peut-il discuter de la manière dont se comporte le professionnel, du traitement qu’il prescrit, etc. Et surtout, cette discussion peut-elle comporter la formulation d’un jugement sur le praticien ? La compétence médicale est affirmée dans un rapport de domination idéologique extrêmement puissant. Comme le souligne Lucien Karpik (ibid.) les professions réalisent un travail soutenu de légitimation macro-sociale de leurs conditions de fonctionnement, des droits et des devoirs qui fondent leur autonomie. La soumission à l’autorité du savoir, qu’ont démontrée les célèbres et inquiétantes expériences de Stanley Milgram (197415), pourrait se traduire ici par une suspension de tout commentaire sur la pratique du médecin. Et cet interdit serait d’autant plus puissant que le patient appartiendrait à un milieu culturellement dominé. Mais ce sont aussi, comme le souligne Jacques Saliba (199416), les qualités morales des médecins qui les mettraient à l’abri des évaluations : dans la mesure où « l’individu dans la profession se trouve guidé par l’idéal de l’obligation morale, production de l’association de la science à l’éthique puritaine », il ne saurait être mis en doute (p. 55).

  • 17 Échantillon stratifié dans chaque localité : 50 % milieu ouvrier, 50 % salariés aisés et professio (...)
  • 18 Ferrand A., (2001), « La production profane des réputations dans les réseaux de discussion » dans (...)

31L’enquête réalisée à Lens et à Tourcoing17, permet de décrire des réseaux de discussion (Ferrand, 200118). Le questionnaire comportait trois questions destinées à faire citer les personnes avec lesquelles l’enquêté (e) évoque différentes questions relatives à la santé au cours des 6 derniers mois :

  • Les personnes avec lesquelles l’enquêté(e) discute de sa propre santé, et de ses maladies ou de ses traitements.

  • Les personnes avec lesquelles l’enquêté(e) discute d’un médecin, des traitements qu’il prescrit ou des soins qu’il donne.

  • Les personnes avec lesquelles l’enquêté(e) discute d’une des trois maladies : cancer, maladies cardiaques, dépression.

32Une même personne peut-être citée pour un ou plusieurs sujets de discussion.

  • 19 Grossetti M., (2002), Relations sociales, espace et mobilités, rapport pour le Plan Urbanisme Cons (...)

33Les données montrent que le réseau de discussion sur sa propre santé (ou parfois celle de la personne avec laquelle on discute) comporte en moyenne 1,3 personnes, celui sur les médecins presque moitié moins (0,7 personnes), et celui sur les maladies à peu près autant (0,8). Ces réseaux sont étroits : les domaines de la santé personnelle, des médecins, des maladies, ne constituent pas de simples prétextes à discussion car ils seraient alors abordés avec plus de personnes. De la même manière Michel Grossetti (200219) a montré que les réseaux de discussion sur des questions personnelles comportent en moyenne 2,6 personnes. Le petit nombre de partenaires constaté dans les deux cas invite à imaginer des relations spécialisées, et choisies pour ces échanges de manière intentionnelle.

34Mais ces tailles moyennes constituent des indicateurs qui peuvent être trompeurs. Il convient également d’examiner les proportions d’enquêtés qui n’ont aucune, ou une seule, ou deux personnes et plus, avec qui aborder les questions de santé. Ces tailles ne sont pas de simples commodités numériques. Elles distinguent des réseaux dont les propriétés formelles gouvernent à la fois des fonctionnalités cognitives différenciées et des types de confrontation de jugements. Passer de zéro à une personne citée, c’est à dire de la solitude à la dyade, passer de une à deux personnes citées, c’est à dire de la dyade à la triade, n’a évidemment rien de numérique, ce sont des sauts qui indiquent des qualités structurales et fonctionnelles différenciées.

35Pour commencer, il convient d’examiner le cas particulier du réseau vide : aucune personne citée, zéro confident. L’absence de parole peut être un indicateur puissant de l’interdit, du tabou, de la censure, en bref de l’imposition d’un ordre, d’une privation imposée au moyen d’une violence symbolique qui institue le social dans le double geste de donner la parole et de l’interdire.

Tableau 1 : Proportions d’enquêtés ayant cité 0, 1, 2 personnes et plus, selon les sujets de discussion

Les trois sujets de discussion proposés

Nombre de personnes citées

N=516

0

1

2 et +

Discuter « de sa propre santé »

28

38

34

100

Discuter « d’un médecin, des traitements qu’il prescrit, de ses consultations »

57

25

18

100

Discuter « d’une des trois maladies suivantes : du cancer, des maladies cardiaques, de la dépression nerveuse »

55

25

20

100

  • 20 La question était formulée dans les termes suivants : « Il y a des gens avec lesquels on discute d (...)
  • 21 38,7 % des enquêtés n’ont cité aucun confident. Ferrand A.,(2007), Confidents. Une analyse structu (...)

36La donnée majeure qui apparaît est la proportion très importante d’enquêtés qui sont incapables de citer un partenaire de discussion pour l’un ou l’autre des sujets évoqués. Un enquêté sur quatre (28 %) ne parle à personne de sa santé ou de ses maladies. C’est déjà considérable. Mais on constate ensuite que plus d’un enquêté sur deux (57 %) ne parle à personne d’un médecin ; et qu’un enquêté sur deux (54 %) ne parle à personne des trois maladies évoquées. Je considère ces proportions comme considérables en les comparant à différentes enquêtes, principalement nord américaines, qu’il serait fastidieux d’énumérer. Par contre ils se rapprochent de celles constatées dans l’enquête « Analyse des Comportements Sexuels en France ACSF » lorsque les enquêtés devaient citer les personnes avec lesquelles ils discutent de questions affectives et sexuelles, à l’exclusion du conjoint ou partenaire sexuel stable (Ferrand, Mounier, Groupe ACSF, 199320 ; Ferrand, 200721).

37Mais les réseaux propres aux différents sujets de discussion peuvent de manière plus radicale être comparés entre eux car ils appartiennent à la même enquête. Les enquêtés sont deux fois plus nombreux à ne pas parler d’un médecin ou des maladies, qu’à ne pas parler d’eux-mêmes. La question sur la possibilité de discuter à propos d’un médecin renvoie précisément à sa fonction de prescripteur, « aux traitements qu’il prescrit » et à « ses consultations ». Il est donc exclu que les enquêtés aient perçu la question comme se rapportant à un personnage social, vague et général. Il ne peut s’agir que d’une discussion relative à un médecin connu de l’enquêté ou de son interlocuteur. Si on admet que l’enquêté comprend bien ces questions comme portant sur sa santé ou sur son médecin, c’est-à-dire sur des choses personnelles, alors le fait que deux fois plus de personnes ne peuvent parler de leur médecin, apparaît pleinement significatif, c’est à dire apparaît comme l’effet d’une censure spécialisée, spécifique, Tout le monde (92 % des enquêtés) a au moins un médecin généraliste consulté lors des 6 derniers mois et tout le monde pourrait ainsi parler d’un médecin particulier en référence à une expérience effective. Or ce n’est pas le cas, et de loin, ce qui me conduit à conclure qu’il existe bien un interdit portant sur les discussions avec un tiers relatives aux pratiques de son soignant, ou un tabou sur la transmission d’information relative à ses manières de faire.

  • 22 Effectifs modestes, mais chi2 significatif.

38Cette proposition peut être contestée en renversant simplement la lecture des pourcentages : près d’un enquêté sur deux discute avec au moins une personne de son médecin. C’est exact. Et mon contradicteur peut argumenter que les enquêtés qui ne discutent pas ne le font pas tout simplement parce qu’ils n’ont pas de motif de le faire. Or, on vient de voir que tout le monde a consulté, et a donc « matière à discussion ». Examinons aussi les discussions sur les trois maladies. Les résultats montrent qu’avoir connu des problèmes de santé au cours des cinq dernières années n’introduit aucune différence dans la proportion de gens qui n’ont cité aucun partenaire avec qui parler des trois maladies. Par contre parmi les 38 enquêtés qui, au cours des cinq dernières années, ont pris « en charge personnellement quelqu’un de gravement malade, un parent atteint du cancer, un enfant touché par une maladie grave » il n’y en a que 37 % qui ne discutent des maladies avec personne, contre 55 % dans l’ensemble des enquêtés22. Mais ceci ne modifie pas la proportion de ceux qui ne parlent pas de leur propre santé. Ces tendances sont cohérentes car prendre en charge un tiers malade introduit obligatoirement dans l’ordre de la parole, que ce soit avec le malade lui-même ou avec certains de ses proches. C’est une sorte de « socialisation » obligatoire de la maladie, mais qui laisse intactes les censures concernant sa propre santé.

39Enfin j’ai cherché à savoir s’il existait une liaison entre la peur des maladies et l’échange de paroles sur ces maladies. Les questions suivantes étaient posées :

Il arrive que l’on craigne pour soi-même certaine maladies… Est-ce qu’il vous arrive d’avoir peur de commencer un cancer ? Est ce que
- Vous n’y pensez pas,
- Ça vous préoccupe parfois,
- Vous êtes directement concerné ou vous l’avez été.

40La même question était aussi posée pour les deux autres maladies

Est ce qu’il vous arrive d’avoir peur d’être malade du cœur ou de risquer un infarctus ? Est ce qu’il vous arrive d’avoir peur de faire une dépression nerveuse ?

41La question ne porte pas sur une préoccupation vague et globale, mais sur une crainte explicitement référée à soi-même. Or les résultats montrent que plus d’un enquêté sur deux craint au moins une des maladies (55 % = complément de 45 % « peur de rien »). Que dire de cette proportion ? Elle me semble importante si on la compare à la proportion de ceux qui ont déclaré des problèmes de santé importants au cours des 5 dernières années (7 %) ou qui ont déclaré avoir dû se charger d’un proche gravement malade (également 7 %). Ces peurs s’accompagnent-elles de discussions ? Les données montrent que le nombre de personnes avec lesquelles on discute de ces maladies est clairement lié aux craintes qu’elles nous inspirent. Parmi ceux qui n’ont peur d’aucune de ces pathologies, deux sur trois n’en parlent à personne (68 %). On peut accepter ici l’explication du silence par l’absence de préoccupation. Et, comme on peut s’y attendre intuitivement, plus ces préoccupations s’accumulent, plus on a tendance à parler : parmi ceux qui ont peur seulement du cancer, un sur deux ne parle à personne (54 %) ; parmi ceux qui ont peur du cancer et d’une ou deux autres maladies, un sur trois ne parle à personne (35 %).

Tableau 2 : Proportion d’enquêtés ayant cité 0, 1, 2 personnes et plus, selon le type de peurs qu’ils ont déclaré

Peur des maladies

Nombre de personnes citées

%

N

0

2

2 et +

Peur de rien

68

18

14

45

233

Peur du cancer seul

54

27

19

19

100

Peur des maladies cardiaques et / ou de la dépression

45

31

24

6

29

Peur du cancer + autre maladie

35

34

31

30

155

Chi2=41 Prob=0.00

54

25

21

100

517

  • 23 Valente T. W., (1995), Network models of the diffusion of innovations, Cresskill, Hampton Press.

42Mais si on renverse la lecture de ces résultats, on voit apparaître une conclusion beaucoup moins intuitive dont je voudrais – au passage – évoquer les conséquences pour la santé publique : parmi ceux qui ont peur du cancer seul, il en y en a un sur deux qui ne parle à personne (54 %) de cette maladie ; parmi ceux qui ont peur du cancer et d’une ou deux autres maladies, il y en a encore un sur trois (35 %) qui ne parle à personne de ces maladies. Prises frontalement ces proportions sont énormes. Elles révèlent une absence de dialogue sur des pathologies qui cependant inquiètent. Ce silence peut être l’objet d’interprétations variées. On peut admettre qu’ils soient empêchés de parler par la crainte de « dire des bêtises », réservant la parole sur ces pathologies aux « autorités compétentes ». On peut aussi supposer qu’ils soient animés par une crainte traditionnelle et un peu magique qui interdit d’évoquer une cause de malheur, car la parole peut être performative et attirer effectivement le malheur évoqué. Ces données laissent donc entrevoir un climat assez noir : des proportions importantes de gens ont à la fois peur des maladies et ne peuvent en parler. Ce qui peut avoir des conséquences néfastes en matière de santé publique. D’une part ces situations sont vraisemblablement par elles-mêmes génératrices d’une anxiété supplémentaire : à la crainte de la maladie s’ajoute l’incertitude, le silence, et la solitude dans la gestion de cette crainte. D’autre part l’absence d’interlocuteur interdit l’échange d’information, la confrontation des opinions, et inhibe le contrôle réciproque des interprétations – excessives dans l’optimisme ou le pessimisme – que les acteurs peuvent développer à propos de leur état de santé. Enfin, comme certains modèles l’ont montré (Valente, 199523), les discussions avec des alter ego sont un facteur favorisant la personnalisation d’un risque « pour soi » et l’adoption de comportements préventifs ou de dépistage.

43Ayant examiné le cas particulier des enquêtés qui ont un réseau vide, nous pouvons revenir à la deuxième question générale : comment des profanes peuvent-ils juger l’offre de soins. Nous supposons que les jugements sont élaborés dans et par le dialogue et que les interactions ont une capacité de production cognitive et normative (elles ne sont pas le simple medium d’exercice d’une influence ou de transport d’une information) principalement, peut-être exclusivement, lorsque les acteurs sont confrontés à des incertitudes cognitives ou normatives.

44Aux habitants de Lens et de Tourcoing nous avons posé une question sur la manière dont ils jugeaient l’offre de soins locale en réponse à trois pathologies :

On peut penser que dans la localité où on habite il y a des médecins, des cliniques, des services hospitaliers ou des laboratoires plus ou moins capables de s’occuper correctement de maladies importantes.

En ce qui concerne le cancer pensez vous qu’ici :
- Vous pourriez être pris en charge correctement ;
- Vous auriez du mal à être pris charge correctement et il faudrait plutôt aller ailleurs… où ?
- Vous ne savez pas.

45La même question est posée « en ce qui concerne les problèmes cardiaques » et « en ce qui concerne les dépressions nerveuses ».

  • 24 Bourdieu P. (1973), « L’opinion publique n’existe pas », repris dans Questions de Sociologie, Pari (...)

46On sait que demander aux gens de formuler une opinion en réponse à une enquête est un exercice risqué car la bonne volonté des répondants est sans limite de sorte qu’ils donneront leur avis même s’ils sont questionnés sur un problème non pertinent pour eux : « Un des effets les plus pernicieux de l’enquête d’opinion consiste précisément à mettre les gens en demeure de répondre à des questions qu’ils ne se sont pas posées. » (Bourdieu, 197324, p. 226). On enregistre alors des réponses volatiles et sociologiquement peu signifiantes. Les habitants de Lens et de Tourcoing ont-ils des raisons de s’être déjà préoccupés de ces maladies ? Nous pouvons penser que oui du fait du caractère assez général des pathologies évoquées, et de leur forte couverture par les media. On vient par ailleurs de mentionner que plus d’un habitant sur deux a personnellement peur d’une de ces trois maladies, le cancer étant la peur la mieux partagée.

47Les proportions d’enquêtés qui déclarent ne pas avoir d’opinion sur la qualité de la prise en charge locale varient selon les maladies et s’accroît du cancer (17 % sans avis), aux maladies cardiaques (20 % sans avis), et à la dépression (225 % sans avis).

48Pour donner une image un peu plus globale de la difficulté de juger, nous allons appeler indécis les enquêtés qui ont répondu au moins deux fois NSP sur ces trois questions. On constate alors qu’un enquêté sur cinq (19 %) est indécis et arrive difficilement à se prononcer sur l’offre locale de soins.

49Cette difficulté est très liée aux trois mini-réseaux de discussion évoqués plus haut (les personnes avec lesquelles l’enquêté a parlé de sa santé, et / ou de son médecin, et / ou des trois maladies). Parmi ceux qui ne discutent avec aucune ou seulement une personne, quel que soit le réseau, on rencontre entre 22 et 23 % d’indécis. L’écart est remarquable si on examine ceux qui ont cité au moins deux partenaires pour ces différents réseaux :

  • Parmi ceux qui ont au moins deux proches avec qui discuter de leur santé, il n’y a plus que 10 % d’indécis. On divise ainsi par deux la fréquence de l’indécision.

    • 25 Tous les chi2 sont significatifs.

    Parmi ceux qui ont au moins deux proches avec qui discuter des médecins ou des maladies, il n’y plus que 4 % d’indécis. Ces échanges ont divisé par cinq la fréquence de l’indécision25.

50Ces résultats permettent de discuter plusieurs propositions.

51D’une part, disposer d’au moins deux partenaires de discussion favorise la formation d’un jugement sur l’offre de soins local. Les hypothèses initiales supposaient bien qu’en situation d’incertitude des échanges permettraient de se former une opinion. Et la simple existence d’une dyade, d’un seul partenaire, aurait pu créer l’émergence dialogique d’un jugement. Les faits sont « plus exigeants » et c’est la possibilité de parler à au moins deux personnes qui permet de se former le plus sûrement un jugement. Deux hypothèse post hoc peuvent être envisagées mais n’ont pas pu être explorées empiriquement :

  • parler à deux personnes donne la possibilité de confronter des avis, et cette confrontation, ce débat, serait le réel facteur favorisant le jugement ;

  • citer deux partenaires, sachant l’étroitesse moyenne des réseaux, peut manifester des capacités de mobilisation plus fortes, éventuellement de gens plus informés ou concernés.

52D’autre part, ce sont spécifiquement les relations dans lesquelles les partenaires peuvent discuter de prescriptions et des manières de soigner, ou des trois maladies qui ont plus de chances de favoriser la formation d’une opinion sur les offres locales de soins. Alors que les relations de discussion sur la propre santé de l’enquêté sont moins « efficaces ». Ceci peut manifester l’existence d’une spécialisation forte des relations (seules les relations où on parle de médecins, facilite la formation d’un jugement sur les médecins, etc.) qui reste cohérente avec les hypothèses générales, mais tend à les durcir. On peut rappeler que, dans d’autres domaines, et notamment lorsqu’il s’agit d’échanges de ressources ou de la sociabilité, la spécialisation des relations est une tendance admise dans la littérature sur les réseaux personnels.

53Enfin ce résultat est intéressant pour le débat théorique et méthodologique relatif à l’observation des opinions. On voit, dans cette enquête, que ceux qui ont eu des discussions – antérieures à l’enquête – avec des proches ont plus souvent la capacité de prendre position lors de la discussion que représente l’administration du questionnaire. Ceci invite à formuler une hypothèse générale : lorsque des opinions sont émises en réponse à des questions, elles sont conditionnées par la préexistence de pratiques spontanées et ne sont donc pas de simples artefacts : l’enquêté formule une opinion non parce que la situation lui demande de l’inventer, mais parce que le questionnaire le demande et que la situation est homologue à des situations sociales de discussion où il a déjà exprimé cette opinion.

  • 26 Rappelons que, en gros, trois enquêtés sur quatre qui parlent à zéro ou à une personne ne sont pas (...)

54J’ai tenté de découvrir ce que pouvait être le « réseau de référence profane » des habitants des deux localités françaises. J’ai transformé en question empirique ce qui est une conclusion certaine dans les écrits d’Eliot Freidson. Les constats sont mitigés. Une proportion importante d’enquêtés n’a cité aucune personne avec qui parler, et les autres citent un nombre extrêmement limité de partenaires. Les relations permettant de parler de son médecin ou de trois maladies sont particulièrement rares. Mais elles sont aussi particulièrement « efficaces » car elles facilitent grandement l’expression d’un jugement sur cet enjeu incertain que représente l’offre locale de soins, et c’est l’hypothèse qui guidait cette interrogation. Cependant ces résultats sont aussi mitigés car une proportion importante des enquêtés expriment, en tout état de cause, une opinion26. Donc la tendance constatée, favorable à l’idée que des discussions permettent des jugements, se situe dans une grosse marge de la population, mais une marge tout de même. À défaut de conclure cette enquête par des propositions fortes et générales, il est intéressant d’avoir montré quelques étapes de la démarche en espérant que d’autres vérifications de l’hypothèse d’Eliot Freidson seront tentées.

L’appartenance à des réseaux hétérogènes

55Si l’acteur se forge souvent une opinion au cours de discussions avec des tiers, il est raisonnable de se demander dans quelle mesure les différentes relations qu’il mobilise pour cela vont le conduire à endosser des opinions convergentes. Or, en évoquant les paradigmes sociologiques classiques dont je m’inspire, j’ai rappelé l’idée bien admise que, dans beaucoup de sociétés, les acteurs s’inscrivent au cours d’une journée dans des cadres sociaux successifs et différents, et que, dans les sociétés complexes modernes, ces cadres sociaux peuvent être le siège de conceptions du monde et d’orientations normatives hétérogènes (elles ne sont pas issues d’une même matrice culturelle), parfois contradictoires. Je vais maintenant reprendre cette idée pour lui apporter des confirmations empiriques. Il s’agit de montrer que

  • l’hétérogénéité des réseaux concerne des domaines cognitifs et normatifs variés, on présentera ainsi trois recherches portant respectivement sur les représentations du cancer, la morale sexuelle, des services publics locaux ;

  • l’hétérogénéité des réseaux concerne monsieur tout le monde et non pas seulement des populations limitées inscrites dans des trajectoires particulières (mobilité sociale, géographique, migrations, réfugiés, etc.).

56Ces recherches utilisent, de diverses manières, une démarche relevant de l’interactionnisme structural et des méthodes d’analyse des réseaux sociaux. Je m’attarderai sur ces exemples car j’ai pu constater lors de diverses discussions scientifiques ou mondaines, qu’on est prêt à admettre l’idée générale que l’acteur puisse appartenir à des réseaux hétérogènes, mais que, simultanément, on n’est pas du tout prêt à transformer cette idée en principe explicatif. En effet le modèle sociologique dominant des catégories socio-professionnelles, son expression en terme de « milieu social », conduisent facilement à penser qu’un acteur a été principalement socialisé dans un milieu homogène et vivrait dans différents groupes qui partageraient finalement la même sous-culture. Or, admettre l’hétérogénéité oblige, et c’est là que le bât blesse douloureusement, à mettre de coté le paradigme tout puissant de l’explication par UN milieu social – milieu au singulier. La réalité de l’hétérogénéité n’appartient pas encore à la doxa sociologique et seuls quelques auteurs comme Bernard Lahire ou Jean-Claude Kaufmann présentés plus hauts l’ont résolument assumée.

Réseaux de discussion sur son cancer

  • 27 Thierry A., (2005), Les effets des réseaux sur les représentations du cancer. Étude auprès de pati (...)

57La recherche réalisée par Alexandra Thierry27 est inspirée par les travaux d’Eliot Freidson, mais dans une perspective à la fois similaire à celle qui précède – on s’intéresse à l’effet des relations interpersonnelles – et différente car il est question ici de la formation des représentations d’une maladie, et d’une maladie majeure de notre temps : le cancer. Cependant « le » cancer au singulier est une catégorie beaucoup trop générale, une catégorie qui rassemble des pathologies trop variées à la fois quant aux organes affectés, quant aux douleurs entraînées, quant aux formes de traitements, enfin quant au pronostic, pour qu’une analyse concernant des personnes malades en fait « de différents cancers » puisse être menée.

58Le Centre anti-cancéreux Oscar Lambret de Lille a accepté d’accueillir et d’aider l’enquête d’Alexandra Thierry. Cette participation a permis d’homogénéiser au maximum la population enquêtée de façon à ne devoir tenir compte ni de multiples variables qui auraient été liées aux caractéristiques de différents cancers, ni de certaines variations de caractéristiques individuelles non concernées par la problématique. C’est dans cet esprit que n’ont été retenues que des femmes soignées pour une seule pathologie (cancer du sein), saisies à un seul stade (postopératoire, première atteinte), et susceptibles d’avoir un seul type de prolongement (une chimiothérapie). Cette sélection interdit évidemment de parler « du cancer » en général, mais permet par contre d’étudier en détail les raisons sociales et relationnelles des variations des représentations de la maladie, ce qui est le but de la recherche.

59L’enquête permet de répondre à une question plus focalisée que précédemment : non plus « est-il possible de parler de trois maladies ? » mais « est-il possible de parler de sa propre maladie, qui est un cancer du sein ? ». Sans passer en revue la littérature scientifique qui – sous un angle ou sous un autre – a approché ce genre de question, il est possible de noter les motifs très ambivalents qui peuvent animer une patiente : d’un coté discuter de son cancer c’est inscrire la possibilité d’une mort trop précoce, ou de traitements mutilants, dans son horizon, d’un autre coté discuter serait un réconfort et un soutien ; d’un coté il vaut mieux ne pas discuter si c’est pour ressentir l’inquiétude des uns ou l’optimisme excessif des autres, mais d’un autre coté discuter serait apaisant pour se faire une juste idée des choses. On peut multiplier les dimensions où s’opposent des motifs contradictoires, mais le fait massif est que ces patientes discutent effectivement de leur maladie, et avec beaucoup de personnes : 13 en moyenne, au minimum 3 et au maximum 31. Pas de solitude ni de silence absolu. Et des variations sociales qu’on retrouve dans d’autres analyses des réseaux personnels : les employées ont, avec 17 personnes en moyenne, le réseau de discussion le plus développé, suivies des indépendantes qui parlent à 15 personnes, puis des ouvrières et des femmes inactives parlant à 10 personnes.

60Mais parler de son cancer peut n’entraîner que des discussions conventionnelles, et Alexandra Thierry a décidé d’isoler les relations qui permettent des discussions approfondies à propos de sa maladie et qu’elle appelle relations de confidence. Cette exigence permet d’être sûr qu’on atteint une composante importante du système référentiel profane, même si on ne peut être sûr de l’atteindre dans son entièreté. Que constate-t-on ? En moyenne ces patientes discutent de manière approfondie avec 9 personnes : un réseau très large pour des questions très personnelles.

61Ces résultats sont totalement différents de ceux que nous avons mentionnés auparavant pour les discussions sur « les trois maladies » avec en moyenne 0,8 personnes citées, ou, pour les confidences en matière affective et sexuelle, avec moins de 3 personnes. Les données de l’enquête ne fournissent pas de justifications subjectives par les patientes elles-mêmes de l’ampleur de leurs choix relationnels. On ne peut que paraphraser l’information empirique en disant que l’existence d’une maladie lourde en cours, d’une maladie reconnue, qui a exigé une opération chirurgicale, et qui va exiger une chimiothérapie handicapante, entraîne la mobilisation d’un nombre important de membres de son réseau personnel. Et la dureté de cet évènement biographique critique peut bien expliquer à elle seule l’intensité de l’engagement de la patiente dans un processus de mise en langage qui atteste et réaffirme son statut de sujet, de personne sociale, contre l’absurdité du sort, la tyrannie du dérèglement physiologique et la soumission à l’ordre médical.

  • 28 « Les femmes citent des confidents du même sexe qu’elles, c’est-à-dire des confidentes, dans 84 % (...)

62Reste à savoir comment ce réseau de confidence est constitué. S’en tenir à la composition observée d’un réseau particulier, c’est saisir, pour reprendre la formule de Pierre Bourdieu, l’opus operatum, mais pas le modus operandi. On peut admettre que la patiente est obligée par les conditions de vie quotidienne de révéler la maladie à certains proches, par contre on supposera que la patiente peut choisir les relations dans lesquelles elle souhaite avoir des discussions plus approfondies, libre aux personnes concernées d’accepter ou de refuser d’endosser ce rôle. Alexandra Thierry montre que les patientes n’ont pas puisé indistinctement parmi les 13 personnes avec qui elles ont la possibilité de simplement parler. En examinant les proportions de membres du réseau large qui sont sélectionnés pour constituer le sous réseau plus restreint des confidents, elle constate que 84 % des filles ont été retenues contre 66 % des fils ; 86 % des mères contre 67 % des pères ; 76 % des collègues femmes, contre 50 % des collègues hommes. Ces écarts manifestent que les femmes préfèrent discuter avec des femmes et chacun trouvera cela bien « normal ». Je voudrais cependant décaler l’interprétation en faisant remarquer que cette préférence n’est absolument pas spécifique aux discussions portant sur un cancer typiquement féminin : on a montré que les femmes manifestent aussi une préférence forte pour parler à des femmes lorsqu’il est question d’affaires affectives et sexuelles (Ferrand, Mounier, groupe ACSF, 199328).

63Durant l’évènement d’une maladie comme le cancer du sein, l’existence du réseau référentiel profane est clairement attestée. Il mobilise massivement la famille proche, mais il n’y a pas de relation (de rôle) qui interdise des confidences approfondies sur sa propre maladie. Le repérage des préférences en faveur de tel ou tel type de relation, et à l’inverse des évitements, réalise une démarche typique de la sociologie structurale qui n’expliquera la composition d’un réseau particulier qu’en tenant compte des opportunités relationnelles disponibles, ce que les théories du capital social distinguent en termes de ressources relationnelles disponibles vs mobilisées. Je pense que cette distinction cruciale peut offrir une explication raisonnable aux différences considérables de taille entre des réseaux où des gens statistiquement bien portants entretiennent de simples discussions sur une maladie (même si elle fait peur à énormément de monde) et des réseaux où des patientes atteintes par la maladie s’engagent dans des discussions approfondies sur leur propre cancer. Dans le premier cas, il n’y aurait tout simplement pas matière à mobiliser des relations qui n’en existeraient pas moins comme confident(e)s potentiel(le)s en cas de maladie personnelle. Enfin l’ampleur de cette mobilisation, même si elle concerne de préférence des gens très proches (55 % des réseaux de confidence), donc vraisemblablement des réseaux peu ouverts, laisse imaginer, au niveau collectif, l’activation d’un réseau extrêmement puissant capable, comme le supposait Jacob Levy Moreno, de propager des rumeurs, construire des savoirs partagés, suggérer des normes, à propos de ce cancer.

  • 29 Il faut noter qu’une enquête auprès de chaque confident pour recueillir sa version des discussions (...)

64La deuxième question est de savoir quels contenus circulent dans ces réseaux de confidence. Alexandra Thierry a demandé aux malades de décrire les conversations qu’elles avaient eues précisément avec chacune des personnes citées comme confident au sujet de leur maladie depuis le diagnostic : il s’agit donc de la mémorisation par la patiente de chacune de ces discussions. Cette procédure ne peut manquer d’être critiquée par les ethnométhodologues spécialistes de la conversation, mais elle est cohérente avec les hypothèses29 :

  • 30 Moscovici S., (1961), La psychanalyse, son image, son public, Paris, PUF, 1976.
  • 31 Thierry A., (2007), « Les confidences : lieu d’échanges et de savoirs profanes sur le cancer », So (...)

Les individus interprètent les significations qui leur sont transmises pour les intégrer dans leurs systèmes de pensée préexistants (Moscovici, 197630). Dans la mesure où l’analyse développée cherchait à identifier les effets de ces discussions sur la pensée de l’enquêtée, connaître la manière dont elle a perçu, enregistré et mémorisé des conversations est une partie essentielle de cette analyse. Dans cette perspective, il n’était pas nécessaire d’analyser les propos effectifs des confidents puisque ces propos sont traduits et reformulés par les malades. Ainsi, en nous intéressant à la restitution des conversations sur la maladie faites par les malades elles-mêmes, nous accédions aux significations transmises par les confidents, mais telles qu’elles sont finalement mémorisées et situées par les patientes dans leurs propres pensées. (Thierry, 200731, p. 107)

  • 32 Il faudrait écrire « sous-thèmes » car l’auteure les a parfois regroupés en thèmes plus larges, ma (...)
  • 33 Le fait de retenir quatre classes est une décision raisonnablement arbitraire.

65Les 1604 énoncés élémentaires recueillis ont été distribués dans 15 thèmes32. Les discussions avec une même personne abordent souvent au moins deux thèmes, parfois plus, et on peut supposer que ces thèmes ne sont pas choisis d’une manière aléatoire (du genre « on a discuté de tout et n’importe quoi ») mais qu’ils sont au contraire interdépendants, articulés l’un à l’autre. Une combinaison particulière de thèmes constitue un type de discussion qui a son propre contenu d’échange, et ce type peut se rencontrer dans les relations de différentes enquêtées. Sous cette hypothèse générale, on peut soumettre les 882 relations à un programme de classification pour rechercher ces types. Le programme permet de mettre en évidence quatre classes de relations, quatre types de combinaisons de contenus qui apparaissent préférentiellement les uns avec les autres, de manière très contrastée33. Le tableau ci-dessous (ibid, p. 117) présente la distribution des relations de confidence dans les différentes classes (les différents types) et les thèmes les plus cités qui caractérisent le mieux chaque classe.

66Les thèmes et les classes sont présentés en détail dans l’article et j’y renvoie le lecteur. Par contre, cette procédure de classification appelle un commentaire : elle tend à montrer que les discussions entre les patientes et leurs confident(e)s sont mémorisées par celles-ci sous la forme de quatre discussions typiques, ce qui est remarquablement peu, c’est-à-dire que ces discussions comporteraient des combinaisons de contenus standardisées, on peut dire stéréotypées. Évidemment, la manière dont les enquêtées ont verbalisé leurs souvenirs des discussions avec chaque confident(e) a fait l’objet d’un codage thématique, et la classification porte sur les combinaisons des thèmes retenus par le codage et non sur les propos eux-mêmes. Il serait alors possible d’imputer à un codage puissamment réducteur la standardisation que met en évidence la classification. De même « l’interdépendance » de deux thèmes dans une relation de discussion n’est traitée par la classification que comme co-présence (cooccurrence), alors qu’il est possible que le propos fasse état de relations logiques d’opposition entre ces deux thèmes, ou de causalité, ou d’une déduction, etc. Ces réserves faites, on peut cependant conclure que cette analyse suggère fortement l’existence d’un nombre très limité de structures représentationnelles qui permettent aux enquêtées de mémoriser et de restituer leurs expériences de conversations avec différent(e)s confident(e)s. On a bien affaire à des doxa, c’est-à-dire des combinaisons de contenus fortement socialisés qui sont échangées dans les relations de confidence de chaque femme.

Tableau 3 : Regroupement des confidents en 4 classes selon les thèmes de discussion qu’ils ont développés

Classes (Tous=882)

Thèmes présents dans la classe

Fréquences d’apparition

Ensemble

Classe 1 (n=444) L’optimisme argumenté

La guérison

82 %*

46 %**

L’obligation de soins

82 %

16 %

Les bénéfices des traitements

78 %

9 %

La diffusion de la maladie

81 %

5 %

L’activité

80 %

4 %

Classe 2 (n=57) L’optimisme nuancé

La maladie personnalisée

100 %

4 %

La non-gravité de la maladie

100 %

3 %

Classe 3 (n=125) Le pessimisme

L’incurabilité

87 %

16 %

Classe 4 (n=256) Le doute

L’incertitude

83%

30%

La maladie sournoise

80%

2%

* 82 % des confidents de la classe 1 sont supposés avoir développé le thème de « la guérison », au cours de leurs échanges avec les malades sur le cancer.
** Dans l’ensemble, 46 % des confidents sont supposés avoir développé le thème de « la guérison », au cours de leurs échanges avec les malades sur le cancer.

67L’interactionnisme structural est un paradigme qui, par principe, comporte plusieurs niveaux articulés : nous venons d’examiner les relations comme des processus répondant à certaines contraintes sociales ; nous pouvons passer à un niveau supérieur, celui du réseau de confidence de chaque patiente qui comporte en moyenne 9 relations. Or ces réseaux présentent une caractéristique importante pour mon propos :

[…] on note que les opinions diffusées par les confidents d’un même réseau ne sont pas homogènes. Les malades discutent à la fois avec des personnes qui tiennent des propos optimistes et des confidents qui parlent des possibilités de décès. La plupart du temps, les confidents d’un même réseau n’abordent pas la maladie de façon identique mais, au contraire, sont perçus comme émettant des avis différents et, parfois, contradictoires entre eux. Seulement 9 réseaux de confidence présentent des opinions homogènes sur le cancer : ces réseaux comportent 100 % de confidents qui appartiennent à une classe d’opinion particulière. Hormis ces 9 cas recensés, dans tous les autres cas, les malades ont ressenti que leurs confidents envisageaient différemment la maladie. En d’autres termes, la situation où l’ensemble des confidents sont perçus comme étant d’accord entre eux semble rare. La situation la plus usuellement rencontrée consiste en ce que les confidents d’une même malade émettent des opinions contrastées. (ibid. p. 119)

  • 34 J’ai des réticences à imaginer que la patiente projetterait sur ses confident(e)s une sorte d’ambi (...)

68Cette hétérogénéité est d’abord une preuve de la réussite du protocole d’enquête. En effet on pouvait craindre une projection par l’enquêtée de ses propres convictions sur le contenu des différentes discussions, conduisant à ce que celles-ci soient toutes rapportées à l’enquêtrice dans les mêmes termes et décrites comme formant un monde homogène (elles appartiendraient toutes à la même classe). Il n’en est rien et ce sont donc bien des discussions aux contenus variés qui ont marqué la mémoire des enquêtées34. En admettant que ces contenus sont bien des doxa, nous pouvons conclure que neuf patientes sur dix sont insérées dans des réseaux porteurs de discours (sociaux) hétérogènes sur le cancer du sein.

69Cette hétérogénéité permet de poser, dans la vie sociale spontanée et non dans le laboratoire, la question de l’effet d’un réseau de discussion hétérogène sur les représentations de la patiente. Question que nous discuterons plus loin.

Les morales sexuelles de trois cercles sociaux

  • 35 Spira A., Bajos N., Groupe ACSF, (1993), op. cit. p. 171-179.

70La seconde illustration empirique de l’hétérogénéité des contextes relationnels est fondée sur le module d’analyse des cercles sociaux qu’Alain Degenne a proposé dans le cadre de l’enquête sur les comportements sexuels (199335). L’hypothèse consistait à imaginer que les enquêtés pouvaient appartenir simultanément à des cercles sociaux dont les orientations normatives seraient

  • dans chaque cercle plus ou moins consensuelles (homogènes vs hétérogènes),

  • entre cercles, plus ou moins hétérogènes.

71Pour explorer ces possibilités dans le cadre d’une enquête par sondage auprès d’un vaste échantillon (qui portait par ailleurs sur de nombreux autres domaines) il fallait limiter les ambitions et définir un très petit nombre de questions simples à administrer par téléphone. Les objectifs généraux de l’enquête visant une connaissance des pratiques sexuelles pouvant avoir des effets sur la propagation du VIH ont conduit Alain Degenne à retenir un contenu normatif qui – a priori – ne donnerait pas lieu à des consensus massifs : le fait de tolérer l’infidélité chez un individu engagé par ailleurs dans une relation sexuelle stable. La possibilité de consensus à géométries variables est indispensable dans ce type d’analyse, sinon on ne recueille que la norme universellement reconnu par 95 % des gens, quels qu’ils soient. De plus trois types de cercles ou de contextes de socialisation ont été retenus.

72Le questionnaire demandait ainsi « d’après vous, que pensent vos amis et copains proches du fait qu’on ait des aventures amoureuses et sexuelles tout en ayant un partenaire stable ? », et les enquêtés pouvaient positionner leur réponse sur une échelle de consensus perçu :

  • ils sont tous d’accord ;

  • certains sont d’accord, d’autres non ;

  • ils sont tous contre.

73Il faut insister sur le fait que cette question permet d’enregistrer comment un acteur perçoit le « climat moral » de trois cercles auxquels il appartient. Les résultats sont extrêmement intéressants.

74Examinons d’abord le cas des cercles dont les membres sont perçus par les enquêtés comme tous d’accord pour des infidélités occasionnelles. 10,7 % des enquêtés pensent que leurs amis sont tous d’accord pour des infidélités occasionnelles ; 8,7 % des enquêtés pensent que leurs collègues sont tous d’accord pour des infidélités occasionnelles ; enfin 6,2 % des enquêtés pensent de même pour les membres de leur famille.

75Examinons maintenant le cas des cercles dont les membres sont perçus par les enquêtés comme tous contre ces infidélités. Un enquêté sur quatre (23,5 %) pense que ses amis sont tous contre l’infidélité. Mais un enquêté sur deux (55,6 %) pense les membres de sa famille sont tous contre. Le cercle familial est donc perçu avec un climat moral consensuel et opposé aux relations sexuelles parallèles par plus d’un enquêté sur deux. Résultat attendu si on songe que la structure relationnelle de la famille, constituée par les trois relations de filiation, de consanguinité et d’alliance, suppose dans notre société la monogamie et la fidélité. Par contre moitié moins d’enquêtés pensent que leurs copains seraient unanimement contre l’infidélité. Les cercles amicaux sont moins institutionnellement concernés par la fidélité, mais ils ne peuvent cependant pas être totalement indifférents aux relations affectives et sexuelles de leurs membres dans la mesure où ils ont parfois constitué le contexte initial de la rencontre entre les partenaires, mais surtout dans la mesure ils peuvent avoir à gérer les tensions résultant des « infidélités » et devenir le cadre de conflits d’allégeance (prendre parti pour tel ou tel).

76Enfin les modalités de réponse à la question permettent d’envisager les cas où l’enquêté pense que les membres d’un cercle auraient des opinions partagées, contradictoires. Un enquêté sur deux pense que ses amis ont des opinions contradictoires, de même près d’un actif sur deux pense que certains collègues sont d’accord et d’autres pas pour qu’on ait des « aventures amoureuses et sexuelles tout en ayant un partenaire stable ». Par contre seulement un enquêté sur cinq pense que les membres de sa famille auraient des opinions contradictoires (21,7 %).

  • 36 On peut objecter que « les collègues » ont statistiquement de fortes chances de comporter plus d’h (...)

77Il faut commenter ces résultats. Ils sont issus d’un sondage représentatif large, c’est-à-dire que nous pouvons penser « comme si » l’ensemble de la population avait été interrogé. Dans ce cas un enquêté range dans son cercle d’amis des individus qui, pour d’autres enquêtés, sont des membres de leurs familles, et encore pour d’autres des collègues de travail. Les « mêmes » individus sont ainsi statistiquement rangés par les différents enquêtés dans les trois cercles que propose le questionnaire36. Et cependant les enquêtés attribuent à ces groupements d’individus des orientations normatives notablement différentes. Ceci est une preuve empirique que les enquêtés attribuent un climat moral au cercle lui-même, c’est-à-dire au contexte de socialisation, aux rôles qui le constituent, bien plus qu’ils n’évaluent les orientations morales des individus concrets qui endossent ces rôles variés. C’est un résultat qui corrobore la définition théorique qu’Alain Degenne a proposée des cercles ; et c’est un résultat qui doit réjouir les sociologues, particulièrement d’orientation durkheimienne, car il situe le siège des normes à l’échelon d’entités collectives virtuelles.

78Ayant vu la consistance normative interne des différents contextes de socialisation d’un acteur, nous pouvons maintenant examiner la possibilité d’une homogénéité vs d’une hétérogénéité normative entre les différents cercles d’un même acteur. Globalement, il n’y a que 15 % d’enquêtés qui perçoivent d’une part chacun de ses cercles comme intrinsèquement unanime, et d’autre part ses trois cercles comme porteurs de la même unanimité (favorable ou défavorable à l’infidélité). Il faut mettre ici l’accent sur un fait intéressant qui mérite une petite digression : il n’y a que 3 % d’enquêtés qui vivent dans des contextes relationnels à la fois unanimes et unanimement favorables à « l’infidélité » : dans chacun des trois cercles les membres sont perçus comme tous d’accord, et tous d’accord pour les « aventures ». Il faut insister sur la signification de ce résultat. Certains stéréotypes voudraient que les Français, particulièrement les hommes, soient en général volages. Ces données montrent qu’il n’y a que trois enquêté(e)s sur cent, c’est-à-dire pratiquement personne, qui peuvent envisager à la fois d’être volages et de le laisser connaître, sans crainte de choquer, à tous les types de personnes qui leur sont proches : famille, amis, collègues. C’est dire la faible proportion d’individus qui vivent dans une sous-culture homogène de tolérance à l’égard de l’infidélité. Fermons cette parenthèse et inversons la présentation des chiffres : 85 % des enquêtés se trouvent membres de trois contextes relationnels dont les orientations sont divergentes, et/ou dont chacun comporte des opinions hétérogènes. C’est dire que l’hétérogénéité morale entre les trois contextes auxquels des acteurs peuvent appartenir est le fait massif et général.

79L’exemple qui vient d’être présenté appartient à un domaine particulier, celui des opinions relatives à la morale sexuelle. Généraliser les conclusions de cet exemple à d’autres domaines peut sembler totalement aventureux et scientifiquement illégitime. Cependant je soutiendrai qu’il est généralisable à toutes les questions qui, d’une part, présentent des alternatives formellement contradictoires, à savoir que des arguments normatifs peuvent être avancés pour justifier le pour (ex : « de petites infidélités font durer le couple ») aussi bien que pour justifier le contre. Rappelons à nouveau que le modèle théorique esquissé ici ne concerne que des situations d’incertitude, et que, de ce point de vue, l’exemple présenté a une valeur paradigmatique.

Réseaux de discussion sur des services publics locaux

  • 37 Bernadas I., (1993), Services urbains, acteurs et rapports sociaux. Analyse du rôle des réseaux pe (...)

80La troisième recherche que je vais mentionner a été réalisée par Idéal Bernadas et avait une vaste ambition comme en témoigne le titre de la thèse37 qui en est issue : « Services urbains, acteurs et rapports sociaux. Analyse du rôle des réseaux personnels dans l’action des usagers des services urbains de petites villes. » Le projet est de rendre compte des processus qui peuvent conduire des usagers à entrer dans des rapports de coopération ou bien de conflit avec les instances qui gèrent des services locaux. Parmi ces processus l’analyse privilégie les influences et les capacités d’action que peuvent apporter des réseaux de relations interpersonnelles entre usagers, mais aussi entre ceux-ci et des gestionnaires ou des acteurs politiques. Un des ressorts de l’action résulterait de

[…] la confrontation des opinions des individus sur les problèmes concernant les services urbains qui concourt à la fabrication de micro-normes […] qui se ré-élaborent en permanence dans le cours des relations de dialogue et qui influencent l’individu mais qui permettent aussi que lui-même influence les autres. Ce système de normes mobilisera l’individu et le positionnera dans ses perspectives d’action qui prendront une forme coopérative ou conflictuelle. (Bernadas, 1993, p. 110).

81Les habitants ont une expérience directe et personnelle des services urbains de sorte qu’on peut imaginer qu’ils ont tous les éléments nécessaires pour se forger une opinion. Donc il n’y aurait pas d’incertitude au fondement de ces opinions. Mais, en fait, la situation est moins simple car pour juger un service local il faut une expérience propre, mais aussi, ou surtout, une échelle de référence : « est-ce que je peux penser que ca marche bien ici ? pourquoi ? », « qu’est ce qui est normal ? incontournable ? ou bien améliorable ? » etc. Un habitant peut rencontrer des flottements normatifs (« je ne suis pas très d’accord sur leur manière de faire, mais ils disent que c’est comme cela que ça doit être, finalement je ne sais pas quoi en penser »), ou des hésitations cognitives (« au fond je ne sais pas bien comment ça marche, ils ne peuvent peut-être pas faire autrement »). Dans l’un et l’autre cas, les hypothèses supposent que des discussions vont aider les acteurs à prendre position, et, éventuellement, à agir.

82Pour conforter empiriquement ces hypothèses, Idéal Bernadas a réalisé une enquête lourde dans trois petites localités du Sud Ouest. Deux types de services urbains ont été retenus :

  • les haltes garderies et les écoles de musique,
    a). qui mettent en jeu de manière centrale des doctrines pédagogiques à fort contenu idéologique
    b). qui offrent des services dont on peut se procurer des équivalents sur le marché privé à travers des gardes à domicile, et des cours particuliers ;
    c). dont le fonctionnement est relativement visible, surtout lorsque les parents sont invités à coopérer.

  • Les services de l’eau
    a). qui sont à fort contenu technique, et qui sont relativement « neutres » idéologiquement ;
    b). qui ne sont pas choisis, mais imposés aux usagers parce qu’ils sont monopolistes ;
    c). qui ont un fonctionnement totalement opaque, sauf pour les agents locaux.

  • 38 Je ne mentionne ici que la partie du questionnaire et des résultats qui intéressent directement mo (...)

83Idéal Bernadas a interrogé 120 usagers de haltes garderies ou d’écoles de musique, qui sont nécessairement aussi usagers des services locaux de l’eau38. Ils ont été invités à citer une par une les personnes avec lesquelles ils discutent de la halte garderie ou de l’école de musique (selon le cas) ou du service des eaux (tous). Les questions sont du genre :

Je vais vous demander de penser aux gens avec lesquels vous avez l’occasion de discuter de loisirs et d’éducation musicale pour les enfants.[…] Vous avez sans doute l’occasion de discuter de l’École de Musique de X, par exemple de parler des conditions matérielles, du prix, de l’organisation, avec d’autres gens. Pourriez vous indiquer sur votre liste les initiales des personnes avec lesquelles vous avez ce genre de discussion (ibid, Annexes p. 23).

84Quelques renseignements sont demandés sur chaque dialoguant. Ensuite, pour chaque service, le questionnaire reprend un par un la liste des dialoguants cités auparavant :

  • 39 Cette formulation me semble éviter les problèmes qu’une question portant directement sur la qualit (...)

Je vais vous demander si cette personne est selon vous
• 1) plutôt contente, 2) indifférente, 3) plutôt mécontente des conditions matérielles39
• 1) plutôt contente, 2) indifférente, 3) plutôt mécontente des prix
• 1) plutôt contente, 2) indifférente, 3) plutôt mécontente de l’organisation

85Le tableau ci-dessous présente de manière synthétique et résumée les combinaisons des opinions que les enquêtés ont attribuées à leurs dialoguants. J’ai simplement différencié les enquêtés qui ont cité

  • un réseau homogène où tous les confidents sont supposés contents ;

  • un réseau homogène où tous les confidents sont supposés mécontents ;

  • un réseau hétérogène où ont été cités au moins un dialoguant content et au moins un mécontent (ils regroupent aussi toutes les combinaisons plus larges, pourvu qu’il y ait au moins un dialoguant d’un avis opposé aux autres).

86Comme les enquêtés étaient invités à mentionner leur perception de l’opinion de chaque dialoguant dans trois catégories de jugement à propos du même service (conditions matérielles, prix, organisation), les opinions attribuées aux dialoguants peuvent varier selon ces catégories de jugement. L’enquête observe donc trois combinaisons distinctes des opinions attribuées aux mêmes partenaires de discussion.

87Sur les 120 enquêtés de l’échantillon, 107 ont cité au moins un confident avec lequel ils discutent de la halte garderie ou de l’école de musique (le nombre moyen de dialoguants est de 4). Toutefois, certains d’entre eux n’ont pas pu attribuer une opinion tranchée à un seul de leurs dialoguants : ces enquêtés sont rassemblés dans la colonne « Opinion non déclarée ».

88On voit que les enquêtés sont très nombreux à avoir cité des réseaux homogènes de dialoguants satisfaits par les conditions matérielles du service et son organisation (74 et 61 sur 107), mais moins nombreux (44/107) à citer des réseaux homogènes de partenaires satisfaits par les prix. La rareté relative des réseaux de dialoguants contents du prix s’accompagne

  • de manière attendue, d’une fréquence plus grande des réseaux de mécontents (22/107) ;

  • de manière plus remarquable, d’une fréquence relativement plus grande des cas où aucune opinion n’a été attribuée par l’enquêté à son dialoguant (22/107).

89Rappelons que la garde des enfants et leur formation musicale constituent des services publics qui ont des équivalent privés (« nounous » en tous genres, et cours de musique par des professeurs privés). L’existence d’une concurrence potentielle sur un « marché » local permettait d’imaginer que des discussions sur les prix conduisaient les enquêtés à avoir une idée de ce que pensent leurs dialoguants sur cette dimension du service. Pour un cinquième d’entre eux, ce n’est pas le cas. Comment comprendre ce fait ? « On ne parle pas d’argent à table », peut-être pas davantage autour du bac à sable. « Pour les enfants, on ne compte pas », et donc on n’en parle pas. Peut-être enfin que les arcanes des quotients familiaux modulant les prix selon les revenus et la composition de la famille, font que parler des prix impliquerait de parler de ses propres revenus, ce qui ne se fait pas. D’autres hypothèses post hoc peuvent être avancées pour commenter ce constat.

Tableau 4 : Halte garderie et école de musique – Pour chaque catégorie de jugement, distribution des enquêtés selon les combinaisons d’opinions dans leurs réseaux de discussion (nombres bruts)

Catégorie de Jugement

Opinion non déclarée

Réseaux homogènes

Réseaux hétérogènes

Nombre d’enquêtés

Contents

Mécontents

Matériel

4

74*

9

20**

107

Prix

22

44

22

19

107

Organisation

9

61

12

25

107

* Lire : 74 enquêtés sur 107 ont cité un réseau homogène où tous les dialoguants sont contents des conditions matérielles du service
** Lire : 20 enquêtés sur 107 ont cité un réseau hétérogène où au moins un dialoguant est content et au moins un mécontent.

90Les écarts constatés dans la colonne « opinion non déclarée » (4, 22, 9) sont sociologiquement significatifs pour deux raisons. D’une part ils témoignent que les enquêtés n’attribuent pas de manière répétitive des opinions similaires à leurs dialoguants selon les catégories de jugement concernées (matériel, prix, organisation) : ils ont mémorisé des opinions émises ou aussi une absence d’opinion. Si on me passe l’expression, la procédure d’enquête ne recueille pas une bouillie représentationnelle, mais bien des catégories de jugement un peu différenciées. D’autre part on peut considérer que ces écarts constituent des indicateurs des possibilités différentielles de discuter d’un problème et / ou des possibilités différentielles d’échanger des opinions sur un problème. L’impossibilité peut résulter aussi bien d’un interdit social (tabou) que d’incapacités cognitives. Dans les deux cas elle dessine la frontière du dicible dans des relations interpersonnelles, qui peuvent, dans certains cas, être la forme réelle de « l’espace public ».

91Les dialoguants d’un enquêté peuvent-ils avoir des opinions contradictoires, c’est-à-dire constituer un réseau hétérogène ? La réponse est oui, parfois. C’est le cas pour 20 enquêtés en ce qui concerne les opinions sur les conditions matérielles du service et 19 enquêtés en ce qui concerne les prix, et c’est le cas pour 25 enquêtés en ce qui concerne les opinions sur l’organisation. La combinaison d’opinions hétérogènes dans un même réseau n’est pas un fait massif, mais ce n’est pas non plus un fait marginal : elle concerne entre un cinquième et un quart des usagers des services publics de ces communes. Il faut rappeler que le questionnaire demandait à l’enquêté de citer les personnes avec lesquelles il avait eu l’occasion de parler de ce service local particulier et que certaines d’entre elles étaient aussi utilisatrices : il s’agit donc d’opinions qui renvoient à des engagements et des pratiques sociales des acteurs. Il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’opinions volatiles et circonstancielles, et on peut dire que l’hétérogénéité constatée est structurelle.

  • 40 Mais il faut remarquer que seuls des réseaux d’au moins deux dialoguants ont la possibilité logiqu (...)

92Le tableau suivant concerne le service de l’eau, service à la fois plus technique, plus lointain, et parfaitement monopolistique. Il n’y a que 92 enquêtés qui ont cité au moins un partenaire de discussion pour ce service (le nombre moyen de dialoguants est 3,6). Le nombre d’enquêtés qui ont cité des réseaux hétérogènes est plus faible que précédemment40. Ceci ne s’accompagne pas d’une polarisation des opinions qui se traduirait par une plus grande fréquence des réseaux totalement contents et des réseaux totalement mécontents, mais ceci s’accompagne bien plus d’une indétermination des opinions attribuables aux dialoguants. Concernant l’organisation du service de l’eau, 53 individus sur 92 n’ont cité aucune opinion tranchée pour leurs dialoguants, ce qui étonne peu étant donnée l’opacité pour l’usager de l’organisation de ce service public. Par contre, concernant les conditions matérielles du service (qui sont vraisemblablement évaluées à partir de la qualité de l’eau du robinet), il n’y a plus que 8 enquêtés sur 92 qui n’ont pas pu attribuer d’opinions à leurs dialoguants. Cette dimension du service ouvre plus de possibilités de discuter et d’opiner, et notamment d’émettre des opinions négatives (24 individus sur 92 ont cité un réseau homogène de mécontents).

Tableau 5 : Service des eaux. Pour chaque catégorie de jugement, distribution des enquêtés selon les combinaisons d’opinions dans leurs réseaux de discussion (nombres bruts)

Catégorie de jugement

 

Opinion non déclarée

 

Réseaux homogènes

Réseaux hétérogènes

Nombre d’enquêtés

Contents

Mécontents

 

 

Matériel

8

44*

24

16**

92

Prix

28

48

6

10

92

Organisation

53

20

14

5

92

*Lire : 44 enquêtés sur 92 ont cité un réseau homogène où tous les dialoguants sont contents des conditions matérielles du service.
** Lire : 16 enquêtés sur 92 ont cité un réseau hétérogène où au moins un dialoguant est content et au moins un mécontent.

93On peut déduire de ce constat une vérité de La Palice : pour qu’il y ait des réseaux aux opinions hétérogènes, il faut que, globalement, la catégorie de jugement concernée autorise la formulation fréquente d’opinions marquées, positives ou négatives. Cette lapalissade pourrait cependant avoir une signification sociologique intéressante si on conçoit les réseaux personnels hétérogènes comme les intersections entre des réseaux sociaux par ailleurs homogènes. Quand les réseaux homogènes se délitent, les intersections se délitent également, elles ne constituent pas des faits autonomes.

94La recherche d’Idéal Bernadas nous montre que des réseaux de discussion sur des services publics peuvent être décrits par des procédures dont j’ai, ici et là, plaidé la validité. La sociologie peut donc se saisir de cet objet que sont des échanges de paroles et des expressions d’opinions sur des biens communs résultant de l’action politique de collectivités territoriales. Elle peut analyser quelques caractéristiques des réseaux des enquêtés, c’est-à-dire préciser quelles structures relationnelles autorisent ces échanges d’opinions sur des biens publics, c’est-à-dire, comme Moreno l’envisageait dès 1934, préciser les canaux où se forme l’opinion publique en tant que fait émergent du jeu structuré d’interactions innombrables. Dans cette perspective, certains acteurs se trouvent à l’intersection de réseaux aux opinions contrastées, comme en témoignent les réseaux hétérogènes qu’ils ont cités. Cette position structurale en fait soit des acteurs passifs soumis à des tensions déstabilisantes, soit des acteurs pré-posés, pré-positionnés, pour opérer des médiations entre des systèmes de représentation pouvant conduire à des reformulations cognitives et des glissements d’opinions.

L’effet d’un réseau hétérogène sur une opinion unifiée

95L’appartenance d’un acteur à des réseaux porteurs de contenus normatifs parfois opposés ou d’opinions mal compatibles est un résultat empirique fréquemment constaté lorsque les procédures d’observation laissent ouverte cette possibilité. De même lorsqu’on s’intéresse aux représentations des acteurs eux-mêmes, seules certaines procédures permettent de constater qu’ils ont parfois des opinions ou des normes variées et contradictoires sur une même question : les entretiens peuvent autoriser des prises de position successives différentes, mais les questionnaires sont très rarement prévus pour laisser ouverte cette éventualité. Cette limitation de l’enquête par questionnaire résulte de l’hypothèse, massivement admise, que l’acteur aurait une opinion unifiée.

96Un certain nombre de modèles d’analyses d’un coté ont pris en compte la possibilité de réseaux hétérogènes, d’un autre coté ont gardé une approche unifiée de l’opinion de l’acteur. Dès lors la recherche de concordances entre les opinions diversifiées des réseaux de l’acteur et sa propre opinion pose un problème sociologique et logique : comment des interactions aux contenus variés auraient un effet cognitif unifié ? Plusieurs « solutions » ont été mises en œuvre pour contourner ce que l’on peut considérer soit comme une « difficulté méthodologique », soit comme une faiblesse théorique. La logique commune de ces modèles est de réduire la variété du réseau pour ne retenir l’effet que d’un seul contenu, mais à partir de deux hypothèses différentes :

  • Certains modèles considèrent que les appartenances et les relations de l’acteur forment une totalité au sein de laquelle ce sont les influences portées par les relations les plus nombreuses qui l’emportent.

  • D’autres considèrent que la force de l’influence provient de la connexion (fut-elle numériquement rare) avec un contexte particulier.

La force du nombre

  • 41 Asch, S. E., (1951). « Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgment  (...)

97Le premier modèle transpose sur les réseaux personnels des hypothèses classiques formulées pour rendre compte des processus d’influence dans les groupes. Celles-ci ont été longuement discutées par les psycho-sociologues en s’appuyant sur des protocoles expérimentaux réalisés en laboratoire. Mobiliser ces hypothèses à propos des réseaux personnels, c’est passer de groupes, de situations et de contenus, tous artificiels, à des interactions et des contenus appartenant à la pratique sociale des enquêtés. Je ne vais pas faire une revue de ces travaux, mais citer seulement l’exemple canonique des expériences de Solomon E. Asch (195141). Il s’agit de faire comparer les longueurs de différentes images à une barre étalon. Les différences sont sans aucune ambiguïté objective, mais des compères majoritaires et unanimes disent des résultats faux. Un peu plus du tiers des sujets naïfs se rangent à ces jugements en contradiction frontale avec ce qu’ils perçoivent. Transposée dans l’analyse de réseaux personnels cette hypothèse de l’influence majoritaire suppose simplement qu’un acteur (Ego) aurait tendance à adopter l’opinion qui est partagée par le plus grand nombre des membres de son réseau.

  • 42 « […] en partant de l’hypothèse que les malades ajustent leurs représentations de la pathologie au (...)

98C’est un modèle qu’Alexandra Thierry a testé sur les 100 réseaux de confidence examinés42. À partir d’une question ouverte, la représentation que chaque enquêtée se forme de sa propre maladie a été recueillie, puis ces verbatim ont fait l’objet d’une analyse thématique. Évidemment, une même femme a pu évoquer plusieurs thèmes différents, ce qui produit une grande complexité des données recueillies. Pour la surmonter, les combinaisons de thèmes ont été soumises à une procédure de classification qui a été arrêtée à quatre types (cf Chapitre 2, p. 89 et sq.). Ainsi chaque patiente appartient à un type de représentation du cancer, et un seul.

99En regroupant les enquêtées qui appartiennent au même type de représentation de leur propre maladie, on peut calculer les fréquences des quatre types de discussion avec des confidents qu’elles ont mentionnés (que nous avons évoqués plus haut). On construit ainsi une image du réseau moyen des patientes ayant exprimé le même type de représentation de leur propre maladie. En examinant ces réseaux moyens on peut rechercher, par exemple, si celles dont la vision du cancer est de type « incertitude » auraient dans leurs réseaux majoritairement des relations de discussion orientées dans le même sens. Si c’est le cas, on peut conclure que les enquêtées tendent à exprimer la même représentation que la majorité des membres de leurs réseaux.

  • 43 « Les confidents regroupés dans la classe 1 se caractérisent par leur vision positive de la maladi (...)

100Mais cette analyse se heurte à une difficulté : par exemple, celles dont la vision du cancer est de type « épreuve » ont des réseaux qui comportent surtout (62 % des relations) des discussions du type 1 qui tournent autour de la guérison (il y a là une concordance majoritaire de contenus pertinents), mais celles qui voient leur cancer comme « incurable » ont cependant en moyenne dans leurs réseaux 43 % de ces relations de type 1 plutôt orientées vers la guérison43, et ce sont leurs relations les plus fréquentes. Ici la force du nombre n’oriente pas l’opinion de l’acteur, il n’y a pas de concordance majoritaire. Ceci vient du fait que le premier des quatre types de discussion est globalement attribué à 50 % des confident(e)s (les autres types de discussions sont attribués à 8 %, 14 %, et 28 % des relations). Ce premier type a donc beaucoup de chances d’être le plus fréquent dans les réseaux de confidence des enquêtées, quel que soit le type de représentation de leur propre maladie.

101La force du nombre que l’auteure met en évidence dans son analyse (p. 268 et sq) n’est pas strictement un effet de fréquence brute ou de majorité, mais la tendance, pour des enquêtées qui ont formulé un certain type de représentation, à avoir plus fréquemment que la moyenne dans leurs réseaux des confident(e)s auxquelles elles ont attribué un type d’opinion correspondant au leur. Ce qui manifeste une concordance préférentielle entre opinion de l’enquêtée et opinions sur-représentées dans son réseau.

102Une autre version du même modèle a été adoptée par Idéal Bernadas. On a vu que trois catégories d’opinions (matériel, prix, organisation) étaient demandées aux enquêtés eux-mêmes, et également à propos de chacun de leurs dialoguants. Au niveau de chacune des relations, et, a fortiori, au niveau des réseaux personnels, les données présentent des combinaisons d’opinions extrêmement nombreuses et peu commodes pour examiner les concordances entre les opinons des réseaux et celles des enquêtés. Plutôt que de procéder à une classification, Idéal Bernadas a défini deux index synthétiques :

  • l’un résume les opinions de l’enquêté en cumulant de 0 à 3 le nombre d’avis « content » (et ensuite « mécontent ») ;

    • 44 Je réutilise des tableaux présentés p. 218 et sq.

    l’autre résume les opinions perçues dans le réseau de l’enquêté en calculant la proportion de tous les avis « contents » parmi toutes les citées, proportion qui varie donc de 0 à 100 % (idem pour les « mécontents »)44.

103Avec cette construction, Idéal Bernadas peut examiner si, parmi les enquêtés qui ont cité un réseau comportant une majorité d’opinions satisfaites on trouve plus souvent des enquêtés satisfaits (on remarquera qu’il construit ses tableaux à l’inverse de ceux d’Alexandra Thierry). Les enquêtés qui ont cité des réseaux majoritairement contents sont regroupés dans les lignes du tableau « index moyen 51 % - 75 % » et « index fort 76 % - 100 % » de contents. Et si on examine combien parmi eux ont l’index le plus élevé de satisfaction, on voit qu’ils sont respectivement 82 % et 83 %. Les enquêtés qui ont un réseau comportant une majorité de dialoguants « contents » sont beaucoup plus nombreux à être contents (autour de 80 %), alors que les enquêtés qui ont un réseau comportant une minorité de « contents » ne sont que 29 % à être eux-mêmes contents.

Tableau 6 : Pour chaque index de satisfaction des réseaux, distribution des enquêtés selon leurs niveaux de satisfaction Halte garderie, école de musique

Index de satisfaction des réseaux

Index de satisfaction des individus

%

N

0 ou 1

2

3

 

 

Faible 0-50 %

42

29

29

100 %

38

Moyen 51-75 %

0

18

82

100 %

28

Fort 76-100 %

0

17

83

100 %

41

Tous

15

22

63

100 %

107

104Par contre pour le service de l’eau, les réseaux majoritairement satisfaits sont très rares (et il n’y a que 13 individus à citer des réseaux où il y a plus d’un tiers de satisfaits). Le principe de la force du nombre ne peut pas s’appliquer, sauf si on utilise l’index de mécontentement. On constate alors que les trois quarts des 27 réseaux présentant une majorité de mécontents ont été cités par des individus qui ont eux-mêmes exprimé un mécontentement d’index 2 ou 3. Les mécontents sont trois fois plus nombreux que parmi ceux qui ont cité une faible proportion de mécontents (78 % contre 23 %). Ce résultat également ne contredit pas l’hypothèse de l’effet majoritaire.

Tableau 7 : Pour chaque index de satisfaction des réseaux, distribution des enquêtés selon leurs niveaux de mécontentement – Service de l’eau

Index de mécontentement des réseaux

Index de mécontentement des individus

%

N

 

0

1

2 et 3

 

 

Faible 0-20 %

54

23

23

100 %

22

Moyen 21-50 %

19

44

37

100 %

43

Fort 51-100 %

7

15

78

100 %

27

Tous

24

30

46

100 %

92

  • 45 Les chi2 sont significatifs pour les deux tableaux.

105Ces interprétations positives de la concordance entre les résultats et l’hypothèse, tout à fait habituelles en sociologie45, laissent cependant de coté les « exceptions » :

  • pour les haltes garderie et écoles de musique, parmi ceux qui ont cité des réseaux dont l’index de satisfaction est faible (0 % à 50 %), il y a cependant 29 % d’enquêtés très satisfaits (index 3) ;

  • pour l’eau, parmi ceux qui ont cité des réseaux où les dialoguants mécontents sont minoritaires, il y a cependant 23 % d’enquêtés mécontents.

106Le plus souvent ce genre d’exceptions est considéré comme

  • l’effet d’autres processus non pris en compte par les variables analysées ;

  • ou bien comme une sorte de bruit de fond des processus sociaux dont les enquêtes ne repèrent que des tendances.

107Nous préférons ne pas adopter ces interprétations qui ressemblent assez à des sorties de secours. Dire que des relations sont minoritaires, c’est faire de l’arithmétique, mais peut-être pas de la sociologie. Dans le modèle qui sera développé plus loin, nous admettrons l’existence simultanée de relations porteuses d’opinions antagonistes, mais nous sortirons d’une logique majorité / minorité pour mettre plutôt en cause l’importance que chaque relation peut avoir pour un acteur.

108Outre la difficulté que représentent ces exceptions, l’approche fondée sur la force du nombre pose une autre question : à quelle totalité fait-on référence pour compter ou pour observer une majorité ? Cette approche est obligée de supposer qu’elle connaît la totalité des interactions pouvant avoir un certain effet cognitif, et qu’elle peut compter quelles sont les interactions nombreuses. Les réseaux de confidentes ou de dialoguants, tels qu’ils sont recueillis par les enquêtes, sont supposés constituer un champ clos des interactions, quelque chose d’analogue à un groupe en train d’interagir.

109Cette assimilation pose un problème qu’Alexandra Thierry a abordé dans la conclusion de sa thèse en se demandant comment comprendre une influence majoritaire lorsqu’il s’agit d’un réseau personnel. En effet,

  • 46 Doise W., (1993), Logiques sociales dans le raisonnement, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

la confidence se distingue des influences majoritaires telles qu’elles sont habituellement reconnues et définies dans les recherches portant sur la production des représentations (cf. par exemple, Doise, 199346). En effet, l’influence majoritaire se conçoit généralement comme le consensus représentationnel formé par un grand nombre de personnes appartenant à un groupe auquel l’individu est exposé. Dans le cas présent, les malades ne sont pas directement confrontées à un groupe qui diffuse des opinions spécifiques sur le cancer : les malades ne discutent pas simultanément avec 1’ensemble des membres de leur réseau de confidence. Les discussions sur la maladie se déroulent bien souvent en tête-à-tête et les malades juxtaposent des opinions, émises indépendamment les unes des autres, pour établir une représentation globale des opinions diffusées par leur réseau de confidence. L’influence des opinions majoritaires du réseau de confidence sur la production des représentations des malades se présente donc sous la forme d’une répétition des opinions émises par chacun des confidents. (Thierry, 2005, p. 300)

110Ces propositions rappellent que notre méthode courante d’analyse de la composition des réseaux rassemble dans un espace statistique unifié la diversité des relations d’un acteur qui n’ont jamais l’occasion de se trouver rassemblées dans la vie réelle (sauf peut-être lors de la remise de la rosette ou lors de l’enterrement). Lorsque nous écrivons que les liens familiaux représentent 13 % ou 46 % de tel ou tel type de réseau, nous « faisons comme si » le réseau pris dans sa totalité (100 %) était une réalité, ce qui, pour l’analyse d’un certain nombre de faits n’a pas trop d’importance, mais, pour d’autres, introduit un artefact dirimant.

  • 47 Bourdieu P., (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, précédée de trois essais d’ethnologie (...)

111Cette méthode suggère une sorte de co-présence des membres, alors que les interactions avec différents membres du réseau sont le plus souvent déployées dans la succession des conversations et la variété des espaces sociaux et des contextes de rencontre. Il faut donc tenir compte du temps et de l’hétérogénéité des cadres sociaux. Pierre Bourdieu a ainsi évoqué les illusions interprétatives auxquelles peut conduire la totalisation méthodologique qu’autorise la position de l’observateur, une première fois en 1972 dans « Esquisse d’une théorie de la pratique » et de manière plus précise en 198047 dans « Le sens pratique » :

C’est dire qu’on n’a quelque chance de rendre compte scientifiquement de la pratique – et en particulier des propriétés qu’elle doit au fait de se dérouler dans le temps – que si l’on sait les effets que produit la pratique scientifique par le seul fait de la totalisation : qu’on pense au schéma synoptique qui doit précisément son efficacité scientifique à l’effet de synchronisation qu’il produit en permettant […] de voir dans le même instant des faits qui n’existent que dans la succession et de faire apparaître ainsi des relations (et, entre autres, des contradictions) autrement imperceptibles. (p. 138)

112Ainsi, avant même de se demander si la majorité aurait un effet, on peut se demander si l’idée même de majorité a un sens, et relativement à quelle totalité. Le fait que des relations d’un acteur servent de canal à des discussions portant sur le même sujet autorise-t-il à considérer que cet ensemble forme une totalité, un champ de confrontation ? Cette question doit être traitée théoriquement si on ne veut pas laisser une méthodologie « allant de soi » écrire la théorie à notre place.

  • 48 Flament C., (1994), « Les aspects périphériques des représentations sociales » dans Guimelli C. (é (...)

113Deux réponses théoriques peuvent être discutées. La première, implicite dans les remarques finales d’Alexandra Thierry, serait que des discussions successives, avec des partenaires variés, dans des contextes séparés, en se répétant, produisent cependant un effet d’influence majoritaire, ce qui suppose que l’esprit humain enregistre et combine entre elles ces interactions dialogiques. Le lieu de la totalisation, c’est-à-dire le lieu où s’affrontent majorité et minorité, serait l’esprit de l’enquêté. On définit donc un acteur qui, de manière plus ou moins consciente, va accueillir dans ses dynamiques cognitives des contenus hétérogènes dont certains finiront par être intégrés de manière centrale dans ses structures cognitives, d’autres étant laissés de coté. Ce type d’hypothèse serait en cohérence avec la théorie structurale des représentations amendée par Claude Flament lorsqu’il évoque le processus d’intégration d’un nouveau thème : « l’élément périphérique saillant est un thème nouveau dans une représentation sociale en changement » (199448, p. 90). Mais également avec la tension intérieure évoquée Jean-Claude Kaufmann entre l’intériorisation de schèmes hétérogènes et le rêve holistique de l’unité.

114On verra plus loin que nous ne retenons pas exactement ce modèle et que nous imputerons à l’importance des relations pour l’acteur, plutôt qu’à leurs nombre, le fait que l’opinion qu’elles ont fait naître soit centrale ou périphérique.

115Une deuxième réponse théorique peut être envisagée à la question de savoir s’opère la confrontation des opinions. Elle est plus sociologique et consiste à se demander s’il n’existerait pas des circonstances ou des cadres sociaux où auraient parfois lieu des rencontres entre les partenaires d’un acteur issus de cercles différents, des circonstances où trois acteurs (l’enquêté, une personne A et une personne B) auraient l’occasion de dialoguer et, éventuellement, de confronter des opinions différentes. Cette éventualité sera discutée plus loin.

La force d’une connexion à un réseau pertinent

116Un second modèle de réduction de la variété du réseau s’inspire de deux hypothèses issues de deux champs théoriques distincts : l’approche structurale du capital social et la théorie psycho-sociologique des minorités.

  • 49 Granovetter M.S., (1973), « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, n° 78 : 13 (...)

117Le capital social serait constitué par des relations dont l’organisation (la structure du réseau qu’elles forment) et les échanges qu’elles autorisent (leurs contenus) procurent à certains acteurs des opportunités plus profitables et des ressources plus nombreuses. Une hypothèse qui a été largement reprise (ou remaniée) dans les analyses du capital social est celle de la force des liens faibles formulée par Mark Granovetter (1973, 197449) lorsqu’il étudiait les processus d’accès à un job à Boston. Les gens que l’on voit souvent, affectivement proches, avec lesquels on échange beaucoup de services, auxquels on peut parler de questions personnelles, constituent des liens forts. Des liens faibles sont de simples connaissances vues rarement et plus distantes. Les liens forts tendent à nous relier à des gens qui nous ressemblent, qui donc se ressemblent entre eux, et qui ont donc de fortes chances de pouvoir se connaître entre eux, c’est-à-dire de former un groupe limité et fermé (une clique). Dans un tel groupe tout le monde dispose des mêmes informations ou des mêmes ressources. Au contraire un lien faible connecte un acteur à une personne qui peut appartenir à un autre contexte social, à une autre organisation, à un autre milieu, etc.

  • 50 Granovetter M.S., (1982), « The strength of weak ties : a network theory revisited » dans Marsden (...)

Il en résulte que les individus ayant peu de liens faibles seront privés d’informations venant de zones éloignées du système social et seront confinés aux visions et informations de leurs amis proches […]. Non seulement ceci les isole des dernières innovations et modes, mais ceci peut de plus les mettre en position difficile sur le marché du travail, où l’avancement peut dépendre […] du fait de disposer exactement au bon moment de l’information sur les opportunités d’emplois pertinentes. (Granovetter, 198250, p. 106)

118À nouveau, je vais contourner les controverses suscitées par cette proposition un peu contre-intuitive, pour ne retenir qu’une idée centrale : les relations d’un acteur ont assurément des rôles variés, des contenus différents, mais aussi :

  • elles forment des triades plus ou moins transitives (donc des groupes plus ou moins étroits) ;

  • elles connectent un acteur à des contextes sociaux plus ou moins étrangers à son monde habituel, plus ou moins « distants ».

  • 51 C’est Mark Granovetter lui-même qui, au prix de quelques brillantes déductions, réalise le passage (...)

119Dès lors les relations dont les contenus contribuent à l’hétérogénéité cognitive d’un réseau personnel pourraient être différenciées aussi par leur position structurale : c’est-à-dire par le fait qu’elles sont « les proches » d’un acteur, qu’elles appartiennent à son environnement relationnel le plus familier (liens forts), ou bien qu’elles le connectent à un ou deux contextes socialement lointains et étrangers, marginaux, et, peut-être, comme le suggère Mark Granovetter, innovateurs (liens faibles)51. Ainsi, en situation d’incertitude, l’acteur peut savoir que beaucoup de ses proches sont dans les mêmes impasses cognitives que lui-même, mais qu’il a UNE relation qui dispose vraisemblablement des informations plus pertinentes et peut formuler un jugement plus fondé parce qu’elle appartient à un autre contexte social, une autre organisation, un autre milieu de vie, etc. Ici ce n’est pas la force du nombre qui l’emporte, mais la force qualitative de la pertinence d’une information venue d’ailleurs.

  • 52 Moscovici S., (1979), Psychologie des minorités actives, Paris, PUF.
  • 53 Op. cit.

120Une autre hypothèse est issue de la psycho-sociologie et met en valeur les conditions permettant qu’une minorité transforme l’opinion. Dans son ouvrage « Psychologie des minorités actives » Serge Moscovici (197952) a étudié les conditions permettant qu’une minorité finisse par rallier à ses vues une majorité. Il insiste notamment (au chapitre 6) sur certaines propriétés que doivent présenter les « influenceurs » pour que l’effet minoritaire fonctionne : un investissement important et un engagement libre dans l’enjeu ; une sincérité et une absence de volonté d’influencer ; une constance et une certitude dans leurs convictions ; équité et ouverture d’esprit. Après ce texte pionnier, des travaux ont exploré d’autres dimensions de l’effet minoritaire. En 199353, Willem Doise a repris certains d’entre eux dans une synthèse nouvelle qui s’interroge sur les processus qui conduisent à la transformation des représentations. Il rapporte notamment les conclusions de Charlan J. Nemeth à savoir que la confrontation avec des idées qu’on ne partage pas a des conséquences cognitives très différentes selon que ces idées sont proposées par une source majoritaire ou minoritaire :

  • différence dans l’attention consacrée à ces idées ;

  • différences dans l’activité de raisonnement et éventuellement de prise de décision

121Charlan J. Nemeth écrit :

  • 54 Nemeth C.J., (1986), « Differential contribution of majority and minority influence », Psychologic (...)

Ceux qui sont confrontés avec des points de vue minoritaires sont encouragés à s’intéresser à davantage d’aspects de la situation, ils pensent d’une manière plus divergente, et ils ont plus de chances pour découvrir de nouvelles solutions ou élaborer de nouvelles décisions. Il est important de noter que globalement ces solutions ou décisions seront « meilleures » et « correctes ». Par contraste des personnes confrontées avec des points de vue majoritaires se concentreront sur des aspects des stimuli qui sont importants pour la position de la majorité, ils pensent d’une manière convergente ; et ils tendront à accepter la solution proposée au détriment d’éventuelles nouvelles solutions et décisions. (198654, p. 25)

122L’idée intéressante est que les mécanismes cognitifs mis en œuvre sont de nature différente selon les postions des acteurs et des sources dans un système relationnel de confrontation. Lorsqu’un acteur examine une opinion qui est présentée comme minoritaire, il développe des types d’arguments et de raisonnements plus sophistiqués que s’il doit se prononcer relativement à une opinion présentée comme majoritaire. Transposée dans le fonctionnement d’un réseau personnel, cette proposition permet d’imaginer que l’opinion d’un partenaire minoritaire, par exemple quelqu’un qui n’appartient pas aux groupes de proches dans la famille ou le travail, est l’objet d’une réflexion plus analytique qui peut, dans certains cas, conduire à des conclusions plus convaincantes que le suivisme passif à l’égard des avis majoritaires.

123Willem Doise examine également les processus d’influence entre groupes, c’est-à-dire comment les membres d’un groupe A peuvent être influencés par des membres d’un groupe B. Cette configuration nous rapproche de ce que nous venons d’évoquer à la suite de Mark Granovetter : un acteur inséré dans son groupe de proches, mais néanmoins connecté par une relation avec un membre d’un autre groupe, d’une autre organisation, d’un autre milieu. Ici deux caractéristiques distinctives interviennent :

  • la nature de l’incertitude ;

  • la perception de la source.

124Des jugements ou des dilemmes qui diffèrent par leurs contenus mobilisent des processus cognitifs différents et produisent des effets d’influence distincts.

Lorsque les individus sont conscients que seule une approche subjective existe pour un problème donné ils vont se tourner vers d’autres personnes qui leur sont similaires… mais s’ils sont conscients qu’il faut des informations objectives concernant des faits vérifiables leur stratégie de recherche d’information sera différente, ils se tourneront au moins autant, sinon plus, vers des membres d’un hors groupe. (Doise, 1993, p. 44)

125Globalement, l’influence de l’hors groupe est plus forte sur des incertitudes perçues comme objectivables que sur des incertitudes subjectives. Transposons à nouveau ces propositions dans le domaine des réseaux personnels : une incertitude perçue comme exigeant des arguments objectivables conduira plus souvent l’acteur à rechercher une information hors groupe, c’est-à-dire mobiliser vraisemblablement un « lien faible ».

126Ces hypothèses structurales et ces hypothèses psycho-sociologiques (ici à forte orientation cognitiviste) appartiennent évidemment à des horizons théoriques différents. Mais je viens d’indiquer comment elles peuvent être articulées pour définir les effets cognitifs d’un lien faible. Cependant, la transposition de ces hypothèses dans l’analyse des réseaux personnels se heurte aux capacités de validation offertes par les analyses empiriques habituelles. En effet la description des processus relationnels est suffisamment lourde pour ne laisser le plus souvent que peu ou pas du tout de place à la prise en compte des processus cognitifs. Ceux-ci constituent empiriquement des boites noires inexplorées dont les fonctionnements vont cependant être invoqués dans les interprétations à partir de quelques « vérités » admises dans la littérature scientifique. Les illustrations présentées maintenant vont ainsi mettre en évidence des effets de connexion, mais pas leurs mécanismes internes.

  • 55 Ferrand A., Mounier L. Groupe ACSF,. 1993, op. cit.

127L’enquête Analyse des comportements sexuels en France ACSF qui comportait les questions d’Alain Degenne sur les cercles évoquées plus haut, proposait également un module sur les relations de confidence dans le domaine de la vie affective et sexuelle (Ferrand, Mounier, 199355). L’hypothèse générale était que, pour savoir ce qu’il devrait faire en réponse aux menaces confuses que fait peser la circulation du VIH, un acteur serait sensible à ce que font ses connaissances. Le questionnaire demandait donc

En dehors de la personne avec qui vous vivez, avec combien de personnes discutez-vous d’aventures amoureuses, de problèmes ou de maladies sexuels, ou de votre vie en couple ?

128puis invitait à lister précisément trois personnes. Pour chacune d’elles on demandait quelques caractéristiques socio-démographiques, mais surtout comment l’enquêté percevait quelques aspects du comportement sexuel de cette personne (les très faibles taux de « non réponse » et de « ne sait pas » attestent que les discussions utilisées comme critère de choix de la relation ont dû effectivement porter sur de tels sujets et autorisent chacun des protagonistes à se former une idée sur ce que faisait l’autre). Trois types de réponse aux risques épidémiques sont donc enregistrés pour l’enquêté comme pour ce qu’il attribue à ses confidents : un changement relationnel (limitation du nombre et choix des partenaires sexuels), un changement instrumental (utilisation des préservatifs), ou aucun changement.

  • 56 Lors d’une réunion de l’ACSF, Michel Bozon avait malicieusement suggéré que les morts familiers d’ (...)

129Les enquêtés qui citaient au moins deux confidents pouvaient leur attribuer des changements différents et donc citer de petits réseaux hétérogènes (maximum trois relations autorisées par l’enquête). 36 % des enquêtés n’ont cité qu’un confident et sont par définition dans un « réseau homogène » ; un autre tiers (31 %) a cité au moins deux confidents perçus comme ayant le même comportement, constituant donc aussi des réseaux homogènes. Enfin 33 % des enquêtés ont cité au moins deux confidents affichant des changements variés en réponse à l’épidémie. On rencontre donc, pour un tiers de l’échantillon, les problèmes que pose un réseau « hétérogène ». Mais la perspective que nous allons adopter maintenant envisage des relations de confidence comme des connexions vers d’autres contextes sociaux plutôt que comme des membres en compétition dans la totalité supposée du réseau personnel. Celui-ci, qui est toujours un objet reconstitué par des procédures d’enquête, ne formerait qu’une partie de l’environnement global de l’acteur, qu’on ne connaît pas56, et où se confrontent des orientations cognitives et normatives variées : dans les limites du réseau observé l’identification d’une majorité ou d’une minorité n’a plus de signification. De même le fait que l’enquêté ait réalisé une seule ou plusieurs connexions est significatif pour une évaluation de la sociabilité, mais n’est pas considéré comme pertinent pour les processus de convergence communicationnelle.

  • 57 Cette analyse est développée dans Ferrand A., Mounier L., (1998), L’influence des réseaux de confi (...)
  • 58 Nous retenons les comportements déclarés car ce type de réponse peut être assimilé à une opinion, (...)
  • 59 Pour que la question de « la limitation » ait un sens interprétable, nous n’avons retenu ici qu’un (...)

130Comme dans les modèles précédents, l’analyse retenue pour illustrer cette approche57 réduit la prise de position de l’acteur à un choix fermé : nous retenons ici les enquêtés qui ont déclaré avoir (vs ne pas avoir) réalisé un changement relationnel58. Nous n’avons pas construit par exemple une catégorie d’enquêtés qui auraient déclaré à la fois avoir limité le nombre de leurs partenaires et utilisé le préservatif. Nous allons voir combien d’entre eux59 ont déclaré « au moins un confident » perçu comme ayant adopté

  • un changement relationnel ;

  • un changement instrumental.

Tableau 8 : Proportion d’enquêté citant au moins un confident perçu comme ayant adopté un changement relationnel ou instrumental, selon que l’enquêté a déclaré un changement relationnel

L’enquêté(e) a déclaré un changement relationnel

Proportion d’enquêtés ayant cité au moins un confident perçu comme ayant adopté un changement...

Effectifs

% par case

...relationnel

...instrumental

Tous

Hommes

 

 

 

Oui

69%

33%

32

Non

41%

37%

153

 

Chi2=8.5 p=0.004

Chi2=0.3 p=0.6

185

Femmes

 

 

 

Oui

64%

40%

32

Non

42%

33%

204

 

Chi2=15 p=0.001

Chi2=13 p=0.001

236

ACSF 1998. Champ : Échantillon MV2, enquêtés de plus de 23 ans, déclarant une relation sexuelle active depuis plus de 5 ans, ayant déjà travaillé, ayant cité un ou plusieurs confidents

131On constate que 69 % des hommes ayant déclaré un changement relationnel ont au moins un confident perçu comme ayant adopté un changement relationnel, alors que ceux qui n’ont pas déclaré ce changement ne sont que 41 % a avoir également un confident perçu comme ayant adopté un changement relationnel. De même, 64 % des femmes ayant déclaré un changement relationnel de comportement ont au moins un confident perçu comme ayant adopté un changement relationnel, alors que celles qui ne déclarent pas ce changement ne sont que 42 % à déclarer ce type de confident. Cette correspondance entre conduite déclarée par l’acteur et connexion à un tiers perçu comme ayant un comportement analogue est statistiquement significative pour les hommes et les femmes. Je conclurai cette première lecture en adoptant un point de vue symétrique sur la relation de confidence me conduisant à dire que les deux acteurs (l’enquêté et un confident) tendent souvent à changer « ensemble », en étant engagés l’un vis-à-vis de l’autre dans une relation de dialogue.

132Cette symétrisation de l’interprétation des données vise à contrecarrer deux manières possibles de commenter ce genre de tableau en supposant soit que « les enquêtés ont choisi de préférence des confidents qui leur ressemblent », soit que « les enquêtés sont influencés par les confidents ».

133La première interprétation de la correspondance entre la conduite déclarée par l’acteur et sa connexion avec un tiers perçu comme ayant un comportement analogue, solidement adossée au bon sens voulant que « qui se ressemble s’assemble », cherche à détruire tout effet cognitif ou normatif de la relation, au profit

  • soit d’un individualisme méthodologique ne reconnaissant que le parallélisme des rationalités d’acteurs séparés (confrontés à des incertitudes et à des informations similaires, deux acteurs finissent par agir de manière analogue) ;

  • soit de déterminations similaires acquises dans les processus de socialisation (dotés des mêmes schèmes comportementaux et cognitifs ils réagissent de manière analogue à la situation).

134Dans l’ouvrage cité nous démontrons, au prix d’une analyse trop longue pour être présentée ici, que l’interprétation « les enquêtés ont choisi de préférence des confidents qui leur ressemble » ne peut être faite. Quant à la seconde interprétation qui invoquerait un processus d’influence, elle supposerait que les données permettent de montrer une dissymétrie de la relation capable de la fonder. Ces données ne sont pas disponibles. L’interprétation en termes de convergence normative ou d’innovation partagée a notre préférence, mais ne peut être ni validée ni invalidée.

135Dans cette perspective, il est maintenant éclairant d’examiner la colonne du tableau qui indique la fréquence de citation des confidents utilisateurs de préservatifs : les hommes qui déclarent ou ne déclarent pas un changement relationnel ont aussi souvent un confident utilisateur de préservatif (colonne de droite, changement instrumental : 33 % et 37 %). Les femmes qui déclarent un changement relationnel ont un peu plus souvent (40 %) un confident utilisateur de préservatif que celles qui ne déclarent pas ce changement (33 % mais ici l’écart est significatif). En tous cas pour les hommes, on peut dire qu’il n’y a pas de correspondance entre un changement relationnel de l’enquêté et la fréquence de citation d’un confident supposé avoir adopté l’autre changement (utiliser le préservatif). Un enquêté qui, par prudence, a adopté un type de changement est en relation avec un confident ayant adopté exactement le même type, et non pas avec un confident globalement prudent, quel que soit le type de changement adopté. On peut conclure que la correspondance entre l’enquêté et son confident n’existe que pour un contenu spécialisé, ce que j’interpréterai en disant qu’ils ont convergé ensemble vers une seule réponse particulière aux risques de transmission du VIH.

136Ces modèles d’analyse, qu’ils privilégient la force du nombre ou celle de la connexion, ont pris en compte la possibilité de contextes relationnels hétérogènes, mais ils ont gardé une approche unifiée de l’opinion de l’acteur. Dès lors ils sont obligés de trouver des solutions pour que des interactions aux contenus variés aient cependant un effet cognitif unifié. En tendance, les résultats empiriques ne contredisent pas l’idée d’une convergence cognitive entre l’acteur et certains de ses partenaires de discussion. Mais ces tendances laissent des « exceptions » en bord de chemin. On peut penser que la grande complexité des processus cognitifs et des interactions conduisent logiquement à ce que, si je m’exprime en termes statistiques, seule une part limitée de la variance soit prise en compte, que ce soit par l’effet de variables cachées ou bien à cause d’une faible détermination des processus. Mais il est aussi possible d’incriminer la construction théorico-méthodologique de l’objet lui-même, ce à quoi nous allons nous employer maintenant.

Notes

1 Il s’agit d’un modèle théorique partiel et non d’une théorie générale parce que nous n’envisagerons pas d’autres processus de formation des opinons mettant notamment en jeu les média.

2 Catania J.A., Kegeles S.M., Coates T.J., (1990), « Towards an understanding of risk behavior : an AIDS risk reduction model ARRM. », dans Health Education Quaterly, Vol 17 (1) p. 53-72.

3 Turner J.C., (1991), Social influence, Milton Keynes : Open University Press.

4 Drozda-Sendkowska E., Oberlé D., (2000), « Raisonner en groupe. Questions sur les effets de la discussion et du consensus », dans Beauvois J.L., Joule R.V., Monteil J.M. (éd..), Perspectives cognitives et conduites sociales (VII), Rennes, PUR.

5 Lazega E., van Duijin M. (1997), « Position in formal structure, personal characteristics and choices of advisors in a law firm : a logistic regression model for dyadic network data », Social Networks, Vol. 9 : 375-397. « In such a context, members rely heavily on advice from others. Advice is an important resource in professional and collegial organizations… Without it, corporate lawyers cannot solve the usually complex legal problems that they handle… On average, lawyers have in their network 12 colleagues with whom they can exchange basic work-related ideas » (p. 382). On trouvera la presentation générale de ces recherches dans Lazega E., (2001), The Collegial Phenomenon : The Social Mechanisms of Cooperation Among Peers, Oxford University Press.

6 Rogers E.M., Kincaid D.L., (1981), Communication networks, New York, Free Press.

7 Darré J.P., (1991), « Les hommes sont des réseaux pensants », Sociétés Contemporaines, n° 5 : 55-65.

8 Doise W. Moscovici S., (1990), Dissension et consensus, Paris, PUF.

9 Freidson, E., (1960), « Client control and medical practice », American Journal of Sociology, 65 : 374-382, Traduction française dans Médecine, maladie et société, C. Herzlich (Ed) Paris, Mouton, 1970.

10 Freidson E., (1970), Profession of Medicine. Traduction française La profession médicale, Paris, Payot, 1984.

11 Dans son article « L’économie de la qualité » (RFS, 1989, XXX : 187-210), Léon Karpik analyse un processus analogue pour le choix d’un avocat « Pour le justiciable qui recherche un avocat comme pour l’avocat qui essaie de canaliser vers lui la clientèle, l’information pertinente se concentre fondamentalement dans des systèmes de relations interpersonnelles que l’on nomme des réseaux-échanges […] L’autorité du jugement (« il est bon » ou « mauvais », « il est cher » ou « raisonnable ») tient tout entière à la confiance que l’on porte à la tierce partie interrogée qui devient en quelque sorte le délégué ou le garant de celui dont il parle. » (p. 192).

12 Cresson G., Ferrand A., Lardé P., (2001), Les systèmes locaux de santé. « Modèles médicaux » des généralistes ; Relations de confiance et production des réputations dans la population. Étude de deux localités. Lille, CNRS CLERSE.

13 Jodelet D., (1989), Folies et représentations sociales, Paris, PUF.

14 Goffman E., (1963), Stigma, Traduction française Stigmates, les usages sociaux des handicaps, Paris, Seuil, 1975.

15 Milgram S., (1974), Obedience to authority, an experimental view, Traduction française Soumission à l’autorité, Paris, Calman Levy, 1995.

16 Saliba J., (1994), « Les paradigmes des professions de santé », dans Les métiers de la santé. Enjeux de pouvoir et quête de légitimité, P. Aïach et D. Fassin (éd.), Paris, Anthropos : 43-85.

17 Échantillon stratifié dans chaque localité : 50 % milieu ouvrier, 50 % salariés aisés et professions libérales. En tout N=516. Face à face, en général au domicile.

18 Ferrand A., (2001), « La production profane des réputations dans les réseaux de discussion » dans G. Cresson, A. Ferrand, P. Lardé, (2001), op. cit. p. 92-149. On trouvera dans ce texte, téléchargeable à partir du serveur HALSHS, le détail des résultats et des analyses plus complètes sur les variations en fonction des milieux sociaux et des localités et sur les relations choisies pour parler de santé.

19 Grossetti M., (2002), Relations sociales, espace et mobilités, rapport pour le Plan Urbanisme Construction Architecture, Toulouse, Cnrs-Cres.

20 La question était formulée dans les termes suivants : « Il y a des gens avec lesquels on discute de questions personnelles. En dehors de la personne avec laquelle vous vivez, avec combien de personnes discutez-vous d’aventures amoureuses, de problèmes ou de maladies sexuelles, ou de votre vie de couple ? » Ferrand A., Mounier L. Groupe ACSF,.(1993), « Paroles sociales et influences normatives », dans Les comportements sexuels en France, Spira A., Bajos N., (éd..), Paris, La Documentation Française : 171-179.

21 38,7 % des enquêtés n’ont cité aucun confident. Ferrand A.,(2007), Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux, Paris, L’Harmattan : p. 36.

22 Effectifs modestes, mais chi2 significatif.

23 Valente T. W., (1995), Network models of the diffusion of innovations, Cresskill, Hampton Press.

24 Bourdieu P. (1973), « L’opinion publique n’existe pas », repris dans Questions de Sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984 : 222-235.

25 Tous les chi2 sont significatifs.

26 Rappelons que, en gros, trois enquêtés sur quatre qui parlent à zéro ou à une personne ne sont pas indécis ; ils sont capables d’exprimer une opinion.

27 Thierry A., (2005), Les effets des réseaux sur les représentations du cancer. Étude auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein, Thèse en sociologie, Université de Lille 1, CNRS Clersé.

28 « Les femmes citent des confidents du même sexe qu’elles, c’est-à-dire des confidentes, dans 84 % des cas, alors que seulement 63 %. des confidents des hommes sont eux-mêmes des hommes. » Ferrand, Mounier, groupe ACSF, 1993, op. cit.

29 Il faut noter qu’une enquête auprès de chaque confident pour recueillir sa version des discussions aurait demandé d’interroger 882 personnes, et qu’il aurait fallu que les patientes donnent les coordonnées nominatives de chacun, ce que l’on sait être excessivement problématique, pour ne pas dire impossible.

30 Moscovici S., (1961), La psychanalyse, son image, son public, Paris, PUF, 1976.

31 Thierry A., (2007), « Les confidences : lieu d’échanges et de savoirs profanes sur le cancer », Sociologie Santé, N° 26 : 105-121.

32 Il faudrait écrire « sous-thèmes » car l’auteure les a parfois regroupés en thèmes plus larges, mais ceci complique inutilement l’exposé.

33 Le fait de retenir quatre classes est une décision raisonnablement arbitraire.

34 J’ai des réticences à imaginer que la patiente projetterait sur ses confident(e)s une sorte d’ambivalence intra-subjective, la conduisant à citer une variété de discussions qui en fait n’aurait pas existé.

35 Spira A., Bajos N., Groupe ACSF, (1993), op. cit. p. 171-179.

36 On peut objecter que « les collègues » ont statistiquement de fortes chances de comporter plus d’hommes et moins de vieux que « les membres de la famille », et que les cercles ne « cadrent » pas trois fois exactement les mêmes individus. Mais je pense que ceci ne suffirait pas à expliquer l’ampleur des différences constatées.

37 Bernadas I., (1993), Services urbains, acteurs et rapports sociaux. Analyse du rôle des réseaux personnels dans l’action des usagers des services urbains de petites villes. Thèse en Urbanisme et Aménagement, Université Grenoble 2.

38 Je ne mentionne ici que la partie du questionnaire et des résultats qui intéressent directement mon propos. Il convient de se reporter à la thèse et à ses annexes pour une vue d’ensemble.

39 Cette formulation me semble éviter les problèmes qu’une question portant directement sur la qualité du service, donc sur les pratiques des professionnels concernés, aurait posés. En effet a) les usagers enquêtés auraient eu des scrupules à juger les gens qui prennent quotidiennement en charge leurs enfants ; b) l’enquête serait vite apparue comme une évaluation – éventuellement téléguidée – et les réseaux de discussion se seraient chargés de la discréditer.

40 Mais il faut remarquer que seuls des réseaux d’au moins deux dialoguants ont la possibilité logique d’être hétérogènes : or il n’y a que 79 réseaux qui ont cette taille minimale de 2 (ibid. p. 204).

41 Asch, S. E., (1951). « Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgment ». dans H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership and men, Traduction française Psychologie sociale théorique et expérimentale, Faucheux C. et Moscovici S, (éd.), Paris, Mouton, 1971 p. 235 sq.

42 « […] en partant de l’hypothèse que les malades ajustent leurs représentations de la pathologie aux opinions massivement discutées au sein de leur réseau de confidence… » (p. 268).

43 « Les confidents regroupés dans la classe 1 se caractérisent par leur vision positive de la maladie. En effet, 82 % des confidents appartenant à la classe 1 ont présenté la maladie sous l’angle de la guérison et 78 % ont mis l’accent sur les bénéfices des traitements… » (p. 263).

44 Je réutilise des tableaux présentés p. 218 et sq.

45 Les chi2 sont significatifs pour les deux tableaux.

46 Doise W., (1993), Logiques sociales dans le raisonnement, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

47 Bourdieu P., (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, précédée de trois essais d’ethnologie Kabyle, Genève, Droz. Bourdieu P., (1980), Le sens pratique, Paris, Minuit.

48 Flament C., (1994), « Les aspects périphériques des représentations sociales » dans Guimelli C. (éd.), Structures et transformations des représentations sociales, Paris, Delachaux et Niestlé.

49 Granovetter M.S., (1973), « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, n° 78 : 1360-1380.
Granovetter M.S., (1974), Getting a job : a study of contacts and careers. Cambridge, Harvard University Press.

50 Granovetter M.S., (1982), « The strength of weak ties : a network theory revisited » dans Marsden P. et Lin N. (éd..), Social structure and network analysis, Beverly Hills, Sage.

51 C’est Mark Granovetter lui-même qui, au prix de quelques brillantes déductions, réalise le passage des propriétés d’une relation à sa position supposée dans la structure d’un réseau global (pont). Cette position structurale est analogue à celle attribuée trois ans plus tard par Michel Crozier et Erhard Friedberg au « marginal sécant » dans L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

52 Moscovici S., (1979), Psychologie des minorités actives, Paris, PUF.

53 Op. cit.

54 Nemeth C.J., (1986), « Differential contribution of majority and minority influence », Psychological Review, N° 93 : 23-32.

55 Ferrand A., Mounier L. Groupe ACSF,. 1993, op. cit.

56 Lors d’une réunion de l’ACSF, Michel Bozon avait malicieusement suggéré que les morts familiers d’un acteur sont sans doute des gens influents. Hypothèse qu’on ne peut rejeter !

57 Cette analyse est développée dans Ferrand A., Mounier L., (1998), L’influence des réseaux de confidence sur les relations sexuelles, dans Bajos N., Bozon M., Ferrand A., Giami A., Spira A. (éd.), La sexualité aux temps du SIDA, Paris, PUF : p. 255-304.

58 Nous retenons les comportements déclarés car ce type de réponse peut être assimilé à une opinion, dans la mesure où ce que je déclare faire est aussi le plus souvent « ce que je crois bien de faire ». Le chapitre examine par ailleurs les comportements effectifs, calculés à partir d’une autre série de questions.

59 Pour que la question de « la limitation » ait un sens interprétable, nous n’avons retenu ici qu’une catégorie particulière d’enquêtés : ayant plus de 23 ans et déclarant une relation sexuelle active depuis plus de 5 ans ; ayant déjà travaillé et ayant cité un ou plusieurs confidents. Cette limitation vise, entre autres, à contourner les confusions entre multipartenariat séquentiel et multipartenariat simultané.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search