Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Des exemples d’explication du pluralisme cognitif par des interactions

Texte intégral

1Ayant rappelé quelques textes qui ont proposé des perspectives d’analyse de la multi-appartenance, des relations interpersonnelles, de la fonction cognitive des interactions, nous pouvons maintenant resserrer la focale en examinant des travaux qui, d’une part, sont uniquement contemporains et, d’autre part, sont limités à deux domaines particuliers : celui des opinions politiques et celui des représentations de l’infection par le VIH. Dans chacun de ces domaines nous examinerons plus particulièrement si les recherches s’intéressent à l’existence possible d’un pluralisme cognitif, et, si oui, comment elles tentent de l’expliquer, et, notamment, quelle importance elles accordent aux interactions et à la multi-appartenance.

L’opinion politique et le vote

2Le domaine des choix politiques est bien connu de la population sous la forme des innombrables « sondages d’opinion » publiés par les media écrits ou audio-visuels. Nous avons ainsi été habitués à apprendre des commentateurs ce que pensent 35 % des français ou bien pour quel parti 28 % d’entre eux voteraient si un scrutin avait lieu le lendemain. Les analyses les plus honnêtes rappellent l’ampleur des intervalles de confiance qu’implique un sondage auprès de 1 000 électeurs. Et parfois elles rappellent aussi qu’une proportion importante d’électeurs n’est pas (sous entendu, « pas encore ») décidée, et que des électeurs peuvent changer d’avis ou même voter différemment des préférences partisanes qu’ils ont d’abord affichées.

  • 1 Le panel comporte trois vagues : les mêmes individus sont interrogés plusieurs fois, notamment ava (...)
  • 2 Perrineau P., (2007), « Les électeurs dissonants & les électeurs fidèles », Revue Française de Sci (...)

3Les politologues se sont de plus en plus intéressés à ces hésitations et ces éventuelles contradictions dont le traitement théorique tend à changer. Ce qui jusqu’à récemment était considéré comme des comportements marginaux, plutôt aberrants, propres à des populations peu ou mal socialisées politiquement, tend à acquérir le statut de faits sociologiques de plein droit, dignes d’intérêt, de sorte qu’il convient de les analyser pour eux-mêmes. Le Panel Electoral Français de 20071 est, de ce point de vue, révélateur. Pascal Perrineau2 définit les électeurs dissonants comme

[…] des électeurs qui expriment une proximité partisane avec des partis d’une famille politique (gauche ou droite) mais expriment une intention de vote au premier tour de l’élection présidentielle pour un candidat de l’autre famille que celle qu’ils ont choisie en termes de proximité partisane.

4On constate l’existence d’une telle dissonance chez 13,5 % de tous les enquêtés, qui rassemblent en fait 11,8 % d’enquêtés revendiquant une affiliation partisane de gauche et 1,7 % d’enquêtés revendiquant une affiliation partisane de droite. L’existence de cette dissonance chez plus d’un électeur sur dix est un premier indice des tensions – et même des contradictions – qui peuvent exister dans le domaine des préférences politiques.

  • 3 Tiberj V., (2007), « Le système partisan comme espace des possibles : le tournant cognitiviste dan (...)

5Plutôt que de stigmatiser ces comportements « irrationnels » ou « incohérents », on peut chercher à les comprendre. C’est ainsi que Vincent. Tiberj et Bruno Cauterès3 ont défini et exploité des questions originales consistant, en première vague, à ajouter aux questions classiques d’intentions de vote pour un candidat, une question autorisant à désigner simultanément plusieurs candidats pour lesquels l’électeur envisagerait de pouvoir voter. Ces choix multiples constituent ce que les auteurs nomment « l’espace des possibles » de chaque électeur. Les auteurs constatent que :

[…] on compte 31 % des panélistes dont le choix pourrait porter sur deux candidats, 18.5 % sur trois candidats et 13 % sur quatre candidats ou plus. Dans une population qui se démarque par son niveau d’intérêt […] la fluidité du choix électoral est évidente : près des deux tiers des panélistes pourraient faire un autre choix que celui qu’ils déclarent comme intention de vote, alors qu’on se situe dans la quinzaine précédant le 1er tour.

6Les réponses à ces questions montrent de manière massive la variété des choix « possibles » des enquêtés qui ont ainsi plusieurs opinions en réserve. Variété quantitative parfois considérable. Mais aussi variété qualitative parfois surprenante lorsqu’on examine les combinaisons de candidats potentiels cités par certaines classes d’électeurs :

[L’une de ces classes d’électeurs] met en avant un espace des possibles inattendu si l’on reprend les schèmes traditionnels d’analyse de la division gauche/droite. Quatre candidats sont cités comme des choix possibles par au moins 40 % des panélistes de ce groupe : François Bayrou (76.5 %) et Ségolène Royal (60.5 %), les candidatures structurantes de cette classe, mais aussi Dominique Voynet (45 %) et Olivier Besancenot (42.5 %). Autant, on pouvait supposer une relative convergence entre des électeurs PS, Verts et UDF notamment sur la question européenne par exemple, autant l’adjonction du porte-parole de la LCR laisse à penser que c’est à l’émergence d’une famille électorale de l’ouverture qu’on assiste.

7On peut considérer que ces résultats sont cruciaux dans la mesure où ils obligent à ouvrir les paradigmes « du choix politique » pour en faire des paradigmes « des choix politiques », invitant à se demander comment plusieurs préférences parfois hétérogènes peuvent constituer l’opinion – dès lors plurielle – d’un électeur.

  • 4 Sniderman P., Jackman S., Tiberj V., (2002), « Argumentation et raisonnement politique » dans La d (...)

8Une autre approche met l’accent sur la formation et la transformation des opinions en examinant plus particulièrement l’importance des discussions. Paul Sniderman, Simon Jackman, et Vincent Tiberj (20024) indiquent ainsi qu’ils se sont « efforcés de saisir le raisonnement des citoyens en matière politique […] sur le mode dynamique de la discussion politique […] » notamment « afin de préciser de quelle manière les personnes changent d’opinion dans le cours de la discussion » (p. 240). Pour évaluer un effet d’interaction ils ont introduit quelques séquences expérimentales dans un sondage d’opinion. Pour l’une de ces expériences les enquêteurs devaient, après avoir recueilli une réponse, avancer un argument dont le contenu était soit contraire à la réponse obtenue, soit « vide » de sens. Les résultats montrent « qu’entre un quart et un tiers des personnes interrogées sur un problème politique donné vont changer d’avis si elles sont confrontées à un contre argument » (p. 246).

9Je ne me prononcerai pas sur le fait de savoir si ces proportions d’acteurs disposés à changer doivent être jugées très fortes ou très faibles. Je dirai simplement qu’elles prouvent qu’au moins dans une minorité de cas l’interaction instaurée par une prise de position de l’enquêteur produit une transformation de l’opinion et que ceci nous donne quelques raisons de nous intéresser au fonctionnement de ce type d’interaction pour expliquer cette transformation. Et c’est bien ce qu’entreprennent les auteurs, mais ils n’examinent que les contenus cognitifs de la situation. En effet, pour expliquer que certains acteurs soient versatiles et pas d’autres, ils retiennent principalement trois effets :

  • la cohérence de la réponse initiale avec les orientations politiques générales de l’enquêté ;
  • la qualité du contre argument (significatif ou vide) avancé par l’enquêteur ;
  • le niveau d’intérêt et de culture politique de l’enquêté.
  • 5 Une de ces propriétés – une manifestation explicite de sympathie envers l’enquêté (« effet pommade (...)

10Par contre les propriétés de l’interaction enquêteur / enquêté ne sont pas simultanément prises en compte5, ce qui bloque en quelque sorte à mi-parcours la démarche qui aurait pu conduire à une réelle analyse des effets d’une discussion.

  • 6 Balme R., Belot C., Rozenberg O., (2004), « À quoi jouent les mobiles ? » dans Le nouveau désordre (...)

11L’idée que les discussions sont un contexte important de formation des opinions a également inspiré une expérimentation qualitative consistant à faire se réunir à de nombreuses reprises huit électeurs formant un petit panel6. Autour des élections de l’année 2002, chacun était ainsi invité à raconter ses hésitations et ses choix successifs, ce que les auteurs vont considérer comme des changements de choix politique. Cette expérience qui crée un contexte artificiel de discussion a cependant l’avantage « de placer le citoyen en position de production d’argumentation et de justification » (p. 332). Mais ici aussi les auteurs restent à mi-chemin : ils utilisent les situations d’interaction pour recueillir des informations et des rationalisations, mais sans proposer d’interprétation théorique des effets spécifiques de ces situations d’interaction.

  • 7 Braconnier C., Dormagen J.Y., (2009), « Avantages et limites de l’étude localisée et dans la durée (...)
  • 8 Par exemple lorsqu’ils disent avoir reconstitué des « unités domestiques », ils ajoutent : « les é (...)
  • 9 Baudewyns P. (2009) « Effets du contexte sur le comportement de vote en Wallonie lors des élection (...)

12Pour repérer rapidement l’importance que les politologues accordent aux interactions interpersonnelles et aux différentes expressions d’une dissonance, un parcours des communications présentées lors du 10 e congrès de l’Association Française de Sciences Politiques en 2009 à Grenoble est instructif. Les travaux présentés dans la section thématique consacrée aux comportements électoraux confirment l’absence d’intérêt pour les relations interpersonnelles dans la formation des opinions ou dans l’orientation des votes. Dans cette section, on trouve cependant une communication de Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen qui s’inquiètent de l’impossibilité pour les sondages atomistiques de prendre en compte des interactions interindividuelles7. Mais le protocole d’enquête complexe qu’ils ont développé ne fait lui-même appel qu’à ce qu’on pourrait nommer des ersatz de variables d’interaction ou d’influence8. Et d’autres communications qui évoquent les « contextes » de formation des votes mentionnent le niveau « meso » d’entités territoriales, mais pas des contextes de sociabilité précis. Quant à la section thématique « Variables, Individus, Contextes. Comment observer et analyser leurs interactions ? », elle fait référence aux réseaux sociaux dans sa présentation générale, mais un seul résumé mentionne une telle approche9.

13Il semble ainsi que les politologues français développent des hypothèses qui intègrent parfois la possibilité d’un pluralisme cognitif. Par contre l’analyse des processus qui conduisent à la formation des jugements et à l’orientation des comportements politiques ne tient qu’exceptionnellement compte des interactions : si on est parfois prêt à en admettre l’effet, on ne cherche pas à disposer des observations qui permettraient de l’évaluer en tant que tel.

Les opinions relatives au SIDA

  • 10 Une version proche de ce texte a été présentée lors de la seconde journée d’étude du Réseau Thémat (...)

14Une incursion dans ce second domaine de recherche10 se justifie de nombreuses manières :

  • pour le public la nature de l’infection par le VIH, les voies de transmissions, les possibilités de traitement, constituent des questions qui – malgré les campagnes d’information de masse – restent empreintes d’incertitudes ;
  • c’est un domaine qui mobilise deux systèmes représentationnels extrêmement structurants : d’un coté celui de la maladie, de la contagion et du médical, d’un autre coté celui de la sexualité ;
  • c’est un domaine qui a fait l’objet d’un investissement de recherche massif et durable permettant d’envisager une évolution des paradigmes mis en œuvre. Comme précédemment il s’agit d’identifier l’importance que les chercheurs accordent d’un coté aux tensions cognitives, et d’un autre coté aux interactions comme facteurs explicatifs possibles de ces tensions.
  • 11 Bozon M., (2001), « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans le (...)

15Dans un premier temps on peut mentionner une analyse qui, d’un point de vue théorique, se situe en quelque sorte en amont de la production des opinions sur le SIDA, puisqu’il s’agit d’identifier les différentes manières de définir et de mobiliser la sexualité dans la construction de sa propre identité. Michel Bozon (200111) a ainsi isolé trois types « d’orientations intimes » : « manières élémentaires de se situer et de se connaître à travers la sexualité ». Et l’auteur pose d’emblée la possibilité de conflits d’une part entre les tenants de ces différentes orientations (ce qui correspond à l’hypothèse classique des divergences normatives dans une société complexe), et d’autre part la possibilité de conflits intra individuels entrainant des « fonctionnements individuels clivés », ce qui est moins classique. Il précise :

Les sujets eux-mêmes peuvent être divisés entre plusieurs orientations. Dans la plupart des cas, ces tensions n’entretiennent qu’un léger « bouillonnement » de surface chez les individus, mais chez certains elles peuvent conduire à une véritable organisation clivée des territoires individuels de la sexualité […] Dans une organisation clivée de la sexualité individuelle, il existe une hiérarchisation des espaces où se déploie l’activité sexuelle – une scène primaire, dominante ou officielle, et une (ou des) scène(s) secondaire(s), dominée(s), clandestine(s).

  • 12 Peto D., Remy J., Van Campenhoudt, L., Hubert M., (1994), SIDA : l’amour face à la peur. Paris, L’ (...)

16On voit bien ici comment un individu porteur d’orientations normatives non compatibles, et qui de plus les met en pratique, gère ses engagements relationnels de sorte à vivre d’un coté en accord avec un premier réseau, puis, d’un autre coté et ailleurs, en accord avec un second réseau, pourvu que ces deux réseaux soient parfaitement segmentés. Mais il est bien chaque fois en accord avec le réseau dans lequel il évolue momentanément. Cette manière pour un acteur de gérer la non cohérence de ses différentes prises de position en jouant sur des possibilités « structurales » de dissimulation avait déjà été bien mise en évidence par Danièle Peto et ses collègues (199412) qui avaient introduit cette opposition primaire / secondaire.

17Cette approche permet donc de concevoir un premier modèle

  • où l’acteur est toujours en accord avec un réseau ;
  • où les propriétés des réseaux (divergences normatives et segmentation), et la capacité de l’acteur à naviguer de l’un à l’autre, lui offrent la possibilité de maintenir des positions normatives et des pratiques non compatibles.

18Mais cette approche laisse hors champ les processus d’émergence, de construction de ces prises de position.

19L’opposition entre une sexualité acceptable et une sexualité discréditable se retrouve chez les personnes qui apprennent qu’elles sont infectées par le VIH. Des approches qualitatives permettent d’identifier différentes stratégies relationnelles déployées par les acteurs pour d’un coté ne pas subir de stigmatisation, et d’un autre coté pouvoir trouver un minimum de soutien auprès de partenaires capables de partager une même vision de la situation et des positions communes sur les conduites « normales » en pareil cas.

  • 13 Le Cœur S., Im-Em W., Koetsawang S., Lelièvre E., (2005), « Vulnérabilité et vie avec le VIH en Th (...)

20Dans un contexte culturel particulier (la Thaïlande), Sophie Le Cœur et ses collègues (200513) analysent un type de stratégie assez radical, puisqu’il s’agit de modifier la composition même de son réseau. Les auteurs montrent que les individus peuvent recomposer leurs réseaux de relations personnelles pour fuir une possible stigmatisation et se rapprocher de personnes partageant les mêmes problèmes, et donc, vraisemblablement, les mêmes visions du monde :

Notre étude a montré que les personnes infectées par le VIH ont plutôt tendance à s’ouvrir à de nouveaux contacts dans la communauté. Alors que les liens familiaux se distendent parfois au moment de l’annonce du diagnostic, les personnes infectées par le VIH cherchent à élargir leur réseau en dehors de la famille pour obtenir un soutien auprès d’autres membres de la communauté. Ceci est illustré par le fait que, pour certains enquêtés, la période de leur vie ayant le meilleur score d’épanouissement/bonheur se situe dans une période qui est postérieure à la connaissance de leur séropositivité pour le VIH : certains ont alors rejoint des groupes de patients séropositifs et s’y sont remariés avec un autre patient.

21Ce modèle d’interprétation intègre donc la possibilité que l’acteur transforme stratégiquement la composition de son réseau pour se retrouver dans des contextes de consensus et de soutien adaptés à son nouveau statut sanitaire et sexuel.

22Dans ce modèle théorique

  • l’acteur est toujours en accord avec un réseau ;
  • il existe des réseaux porteurs de normes différentes ;
  • l’acteur abandonne durablement un réseau pour passer dans un autre.

23Ici le double jeu, « la navigation » d’un réseau à un autre n’est pas possible comme précédemment, peut-être à cause de propriétés structurales des réseaux, par exemple une absence de segmentation interdisant la création de cercles étanches les uns aux autres.

  • 14 Mulot S., (2009), « Comment les représentations des rapports de sexe influencent-elles la préventi (...)

24Un troisième type d’approche des opinions et des normes se situe également à un échelon micro-social, et prend en compte les contextes relationnels de leurs expressions. Ici un même acteur peut porter des jugements totalement différents sur le comportement d’une personne selon les différents rôles constitutifs des relations qui lient cet acteur à la personne considérée. En rendant compte d’un travail empirique réalisé aux Antilles, Stéphanie Mulot (200914) note que

la condamnation ou l’acceptation du multipartenariat varient en fait beaucoup en fonction du statut de la femme et de l’homme dont il est question. Comprendre un frère volage (rôle de sœur) ou un père absent (rôle de fille) n’empêche pas de dénoncer les hommes vagabonds qui font souffrir les femmes et les mères (rôle de solidarité féminine et de dette à la mère). […] Ainsi, elles peuvent refuser de dénoncer un mari trompeur (rôle d’épouse), pour ne pas céder face à une maîtresse (rôle de rivale), ou au contraire compter sur ce multipartenariat pour séduire un homme marié (rôle de maîtresse).

  • 15 Nadel S.F. (1957), The theory of social structure. London, Cohen et West. Traduction française : L (...)

25Ce monde pluriel où les acteurs pourraient dire « tout et le contraire de tout », n’est absolument pas chaotique : il n’est que l’expression, dans le champ des prises de position, de l’ordre complexe qu’impose ce que Siegfried Nadel (195715) a formalisé en termes de « structure sociale » et de « structure des rôles ». Une relation entre deux acteurs est gouvernée par deux rôles, qui exercent des contraintes normatives sur ce qu’il est possible de penser, de dire, et de faire l’un avec l’autre.

26Dans un modèle de ce type,

  • l’acteur prend position en accord avec les prescriptions d’un rôle relationnel particulier ;
  • les différents rôles relationnels imposent ou autorisent des prises de position normativement différentes ;
  • un même acteur passe d’un rôle à un autre, et peut donc émettre successivement des jugements variés sur un même fait.

27Selon un modèle de ce type, une théorie cognitive des prises de position supposerait une théorie des rôles. Ce qui a simplement pour conséquence – redoutable – qu’un acteur n’aurait pas en propre une opinion mais des opinions en tant que titulaire des rôles variés qui l’engagent dans des relations elles-mêmes variées. On a donc ici un exemple de versatilité structurelle.

28Cette idée n’a rien d’exotique. Et on peut admettre dans notre société que deux prises de positions différentes sont possibles pour un même acteur, conformément à deux rôles différents qui le mettent en relation avec deux partenaires qui développent des comportements pourtant identiques (par exemple le jugement d’un mensonge dans les rôles chef / subordonné et le jugement d’un mensonge dans les rôles père / fils).

  • 16 Pierret J., (2006), Vivre avec le VIH, Paris, Presses Universitaires de France.
  • 17 C’est un secret si lourd à conserver que l’entretien d’enquête – protégé par la confidentialité – (...)

29Toujours lorsqu’un acteur doit faire face à sa séropositivité, un autre type de stratégie, analysé par Janine Pierret (200616), ne modifie ni la composition ni la structure du réseau mais cherche à contrôler et limiter la circulation de l’information en son sein en gardant le secret : « le secret est bien une condition nécessaire pour réaménager la vie et "vivre le plus normalement possible" en conservant la diversité des inscriptions identitaires ». Et l’auteure décrit finement combien les prises quotidiennes des traitements et parfois les symptômes de l’infection sont dures à dissimuler17.

30Dans ce modèle

  • les différents réseaux d’appartenance de l’acteur ont tous les mêmes orientations normatives défavorables à un malade du SIDA ;
  • l’acteur est en « désaccord » avec tous ses réseaux ;
  • l’acteur ne peut que chercher à cacher l’information pour ne pas être discrédité.

31Ici l’acteur n’a pas la possibilité d’aller durablement ou de naviguer occasionnellement vers un réseau normativement accueillant, ce qui peut s’expliquer par la prégnance des contrôles sociaux quotidiens qu’exercent ses réseaux d’appartenance « normaux ».

  • 18 Calvez M., (2001), « Le risque comme ressource culturelle dans la prévention du SIDA » dans J.-P. (...)
  • 19 Calvez M.(Dir.), Fierro F., Laporte A., Semaille C., (2006), Le recours tardif aux soins des perso (...)

32On trouve chez Marcel Calvez une approche de la production sociale des représentations qui accorde une grande importance au contexte relationnel des acteurs, dans une perspective théorique qu’il revendique comme étant une théorie culturelle (Calvez, 200118). Il a récemment mis en œuvre une analyse culturelle de la perception des risques pour expliquer différentes formes de recours tardif aux soins des personnes séropositives pour le VIH (Calvez et al. 200619). Cette approche mobilise

[…] une typologie des relations sociales, dite modèle grid-group (Douglas, 1978). La dimension grid concerne la façon dont l’individu agit avec les autres, c’est-à-dire la plus ou moins grande latitude dont il bénéficie dans les façons de se conduire avec eux. La dimension group concerne la participation sociale, c’est-à-dire la plus ou moins grande limitation des possibilités de contact avec les autres. […] Le modèle grid-group permet de construire une explication sociologique des perceptions des risques en les rapportant à des modes différenciés de relations sociales. Le contexte dans lequel les individus se trouvent les conduit en effet à ne pas percevoir les mêmes incertitudes ni les mêmes dangers.

  • 20 D’autres facteurs concernent par exemple « la place dans la structure sociale (mesurée en particul (...)

33Forts de ce cadrage théorique, Marcel Calvez et ses collaborateurs ont réalisé une importante enquête dont « le questionnaire privilégie une approche de l’univers relationnel de la personne enquêtée » ce qui constitue effectivement « une rupture avec les approches centrées sur le sujet et son vécu pour s’intéresser aux relations qu’il entretient avec les autres et à la façon dont il perçoit ces relations. » Ces quelques phrases suffisent à indiquer combien cette approche récuse un modèle qui expliquerait les représentations exclusivement par les propriétés individuelles d’un acteur isolé au profit d’un modèle qui considère le contexte relationnel comme un20 des facteurs explicatifs de ces représentations. Pour suivre plus exactement les propos de l’auteur, il conviendrait d’écrire qu’il doit exister une « consonance » entre les représentations et le contexte relationnel, de sorte que ce dernier est moins un facteur explicatif dans une causalité linéaire que l’un des termes d’une boucle causale rétroactive entre environnement et représentation. Et c’est à l’acteur qu’il revient de réaliser ces ajustements rétroactifs entre ces deux dimensions de sa vie :

  • 21 Calvez M., (2004), Incertitude, risque et handicap. Jalons d’analyse culturelle, Mémoire pour l’HD (...)

Les tensions et les contradictions dans lesquelles l’individu peut se trouver sont regardées comme des désajustements entre des principes culturels et un type de participation sociale. Pour pouvoir agir avec les autres, il est conduit à rechercher une consonance entre le type de relation qu’il engage et les principes auxquels il se réfère dans son action. Cette recherche de consonance est l’essence des changements dans ses conduites ou dans ses représentations du monde dans lequel il agit. (Calvez, 200421)

34Un modèle explicatif de ce type, qui est très intéressant par sa problématisation assez sophistiquée des inscriptions relationnelles, nous laisse cependant insatisfaits car il n’envisage pas une pluralité ou une versatilité des prises de positions. Dans ce modèle il existe

  • différents types d’inscription socio-relationnelle (chacun impliquant à la fois des réseaux spécifiques et des marges d’action spécifiques) ;
  • les acteurs ajustent leurs représentations au type d’inscription qui leur est propre ;
  • il n’y a pas de place pour un pluralisme des prises de position.

Notes

1 Le panel comporte trois vagues : les mêmes individus sont interrogés plusieurs fois, notamment avant et après le premier tour des élections. Le mot « panel » est souvent employé à tort pour désigner simplement un échantillon supposé représentatif intérrogé une fois.

2 Perrineau P., (2007), « Les électeurs dissonants & les électeurs fidèles », Revue Française de Sciences Politiques, Vol 57, N° 3-4 : 343-352.

3 Tiberj V., (2007), « Le système partisan comme espace des possibles : le tournant cognitiviste dans l’étude du lien partisan » dans Florence Haegel (dir.), Partis politiques et système partisan en France, Paris, Presses de Sciences Po.
Tiberj V., Cautrès B., (2009), « L’espace des possibles électoraux » dans Bruno Cautrès et Anne Muxel (dir.), Comment les électeurs font-ils leur choix ? Le Panel électoral français 2007, Paris, Presses de Sciences Po.

4 Sniderman P., Jackman S., Tiberj V., (2002), « Argumentation et raisonnement politique » dans La démocratie à l’épreuve. Une nouvelle approche de l’opinion des Français, Grunber G. et Al (Dir.), Paris, Presses de Sciences-Po.

5 Une de ces propriétés – une manifestation explicite de sympathie envers l’enquêté (« effet pommade ») – est étudiée dans une autre expérience.

6 Balme R., Belot C., Rozenberg O., (2004), « À quoi jouent les mobiles ? » dans Le nouveau désordre électoral. Les leçons du 21 avril 2002, B. Cautrès et N. Mayer (Dir), Paris, Presses de Sciences Po.

7 Braconnier C., Dormagen J.Y., (2009), « Avantages et limites de l’étude localisée et dans la durée des comportements électoraux… » 10ème Congrès de l’AFSP, Grenoble.

8 Par exemple lorsqu’ils disent avoir reconstitué des « unités domestiques », ils ajoutent : « les électeurs les plus constants des unités domestiques tels qu’on peut les repérer sur les listes d’émargement pourront-ils être identifiés comme des piliers des dispositifs informels de mobilisation électorale : en général plus politisés que les autres, ils sont ceux par lesquels s’opère la diffusion, au sein de leur entourage, des micro-pressions porteuses de participation. » Ce n’est rien de plus qu’une hypothèse, qui, en vertu du fait qu’ils énoncent eux-mêmes, à savoir que ces « processus d’entraînement intrafamiliaux sont la plupart du temps imperceptibles et inconscients », ne peut être contrôlée par des entretiens contrairement à ce qu’ils envisagent.

9 Baudewyns P. (2009) « Effets du contexte sur le comportement de vote en Wallonie lors des élections fédérales de 1997 », 10ème Congrès de l’AFSP, Grenoble, section thématique « Variables, Individus, Contextes. Comment observer et analyser leurs interactions ? ».

10 Une version proche de ce texte a été présentée lors de la seconde journée d’étude du Réseau Thématique 26 de l’Association Française de Sociologie à Toulouse en Mars 2010 : « La prise en compte de l’insertion socio-relationnelle des individus dans quelques analyses récentes des représentations du SIDA ».

11 Bozon M., (2001), « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité. », Sociétés Contemporaines, no 41-42 : 11-40.

12 Peto D., Remy J., Van Campenhoudt, L., Hubert M., (1994), SIDA : l’amour face à la peur. Paris, L’harmattan. (Qui aurait mérité d’être cité dans la bibliographie de l’article de Michel Bozon !)

13 Le Cœur S., Im-Em W., Koetsawang S., Lelièvre E., (2005), « Vulnérabilité et vie avec le VIH en Thaïlande : l’apport de l’approche biographique », Population, N° 4 : 551-568.

14 Mulot S., (2009), « Comment les représentations des rapports de sexe influencent-elles la prévention du SIDA ? L’exemple des multipartenariats sexuels antillais ? », Revue Française de Sociologie, Vol 50, N° 1.

15 Nadel S.F. (1957), The theory of social structure. London, Cohen et West. Traduction française : La théorie de la structure sociale, Paris, Editions de Minuit, 1970.

16 Pierret J., (2006), Vivre avec le VIH, Paris, Presses Universitaires de France.

17 C’est un secret si lourd à conserver que l’entretien d’enquête – protégé par la confidentialité – peut être vécu comme un moment privilégié de parole libre.

18 Calvez M., (2001), « Le risque comme ressource culturelle dans la prévention du SIDA » dans J.-P. Dozon, D. Fassin (éd.), Critique de la santé publique, Paris, Balland, p. 127-144.

19 Calvez M.(Dir.), Fierro F., Laporte A., Semaille C., (2006), Le recours tardif aux soins des personnes séropositives pour le VIH. Modalités d’accès et contextes socioculturels, Rennes, LAS Université Rennes2 et ANRS.

20 D’autres facteurs concernent par exemple « la place dans la structure sociale (mesurée en particulier par la PCS et des indicateurs de conditions de vie, dont le revenu, le logement) ».

21 Calvez M., (2004), Incertitude, risque et handicap. Jalons d’analyse culturelle, Mémoire pour l’HDR, Rennes, Université Rennes 2.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search