Version classiqueVersion mobile

Appartenances multiples, opinion plurielle

 | 
Alexis Ferrand

Introduction : relations et opinions

Texte intégral

  • 1 La forme pure de cette influence est « le cogito d’induction mutuelle obligatoire » que Gaston Bac (...)

1La vie courante nous confronte souvent à des évènements au cours desquels nous voyons un acteur changer d’avis, et juger aujourd’hui compréhensible ou acceptable ce qu’il trouvait hier absurde ou méprisable. Comment expliquer qu’un acteur puisse changer d’avis ? En caricaturant, il est possible d’opposer des explications faisant appel à la rationalité de l’acteur, et d’autres faisant appel à une malléabilité cognitive non contrôlée. D’un côté, comme le veut l’adage, on dira que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis et on suppose que l’acteur sera rationnellement sensible à des arguments bien construits le conduisant à modifier son jugement initial1. D’un autre coté on dira que l’acteur a été influencé de diverses manières, et a modifié son jugement, souvent à l’insu de son plein gré, selon le mot célèbre prêté à un cycliste. La psycho-sociologie a intensément étudié – le plus souvent de manière expérimentale – une variété considérable de ces processus d’influence.

2On dit qu’un acteur change d’avis ou change d’opinion

  • soit lorsqu’il dit deux choses différentes à la même personne ;
  • soit lorsqu’il exprime une opinion devant une personne, et une autre opinion devant une autre personne.

3Ce livre est consacré à ce second cas qu’il va expliquer en supposant que l’acteur avait dès le départ deux opinions, l’une qu’il exprime lorsqu’il est en interaction avec la première personne, la seconde opinion étant « en réserve » et exprimée seulement dans la seconde relation. Je suggère que l’acteur peut avoir simultanément plusieurs opinions, et je vais définir ainsi un modèle théorique de l’opinion plurielle qui permet de dépasser l’idée qu’un acteur changerait d’opinion, soit par adhésion rationnelle, soit par influence émotionnelle.

4La notion d’opinion a mauvaise presse en sciences sociales, précisément parce qu’elle inonde la presse, où elle est utilisée pour justifier des interprétations sur ce que penseraient, voudraient ou craindraient les Français. Je ne mentionnerai pas les critiques qui ont été adressées aux usages souvent abusifs de la notion d’opinion pour la raison que le modèle de l’opinion plurielle annule, pourrait-on dire en amont, deux postulats fondateurs de ces analyses : l’idée que l’acteur serait le siège de l’opinion, et l’idée qu’il n’aurait qu’une opinion.

5Dans ce qui suit on regroupera sous la notion d’opinion des cognitions et des messages qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • d’être exprimés dans le langage ;
  • de fermer une alternative (affirmer que A est mieux que B) ;
  • d’être exprimés vis-à-vis d’une personne (c’est donc un moment dans une discussion, dans une interaction, elle-même inscrite plus largement dans une relation) ;
  • d’être exprimés dans une interaction qui comporte un engagement minimum des partenaires (l’acteur « ne dit pas n’importe quoi ») ;
  • d’être des expressions banales dans les discussions de la vie courante (des procédures d’enquête, même simples, permettent d’enregistrer des opinions) ;
  • de s’inscrire dans des relations interpersonnelles et dans des contextes variés, mais pas dans tous (ainsi les analyses proposées ne sont valides que pour les contextes où certaines prises de position ont lieu).

6Cette définition implique que les opinions sont assez facilement observables. Le modèle de l’opinion plurielle imagine comment un acteur peut adopter différentes opinions sur un même objet. Les hypothèses qui seront avancées sur la formation, la mémorisation, et l’expression des opinions dans des processus d’interaction constituent des propositions théoriques qui ne sont pas observables directement, mais permettent de formuler certaines déductions sur des faits qui pourraient être soumis à enquête. Nombre de ces propositions théoriques qui forment un nouveau modèle ne sont cependant pas des nouveautés sociologiques. Elles sont simplement déduites d’approches classiques que présente le premier chapitre Héritages théoriques et reformulations. On y croisera une des traditions de l’École de Chicago insistant sur les appartenances multiples à des contextes hétérogènes, puis une autre qui a analysé la production des significations dans les processus d’interaction symbolique, et enfin l’émergence de la sociométrie avec les idées d’atome social et de réseaux. En contrepoint seront abordées deux approches contemporaines qui proposent leur propre modèle d’un acteur complexe et pluriel (Bernard Lahire et Jean-Claude Kaufmann). Le second chapitre examine comment des recherches récentes ont tenté d’articuler la production des opinions et la dynamique des interactions et des relations. Ce parcours est limité à deux domaines, celui des opinions politiques et celui des représentations du SIDA. Ce petit bilan est globalement négatif : il présente en creux ce que pourra apporter le modèle de l’opinion plurielle. Le troisième chapitre (appartenances multiples, opinion unique) opère un va-et-vient entre quelques idées théoriques et les résultats de recherches qui ont progressé en direction d’une reconnaissance de la formation des opinions dans des processus de discussion, de l’inscription des discussions d’un même acteur dans des réseaux hétérogènes, mais en gardant une vision unifiée de l’opinion que peut exprimer cet acteur. Le troisième chapitre (appartenances multiples, opinion plurielle) présente une première formulation du modèle de l’opinion plurielle et l’illustre par les résultats d’une recherche dont les hypothèses et les innovations méthodologiques ont permis de montrer que l’inscription relationnelle et la simultanéité d’opinions différentes sont des faits peu fréquents mais parfaitement observables. Le cinquième chapitre (expliquer l’opinion plurielle) développe le modèle en définissant la signature relationnelle d’une opinion comme le lien mental entre une cognition et la relation où elle s’est formée, cette articulation étant ensuite utilisée pour expliquer comment des opinons divergentes peuvent coexister sans dommage pour l’acteur, ainsi que le processus qui donne l’impression qu’un acteur change d’avis. Impression fausse car le modèle conçoit ces évènements comme des changements dans les poids des signatures relationnelles de deux opinons préexistantes, et non comme l’adoption d’un contenu cognitif nouveau au détriment d’un ancien. Une assez longue conclusion résume le modèle de l’opinion plurielle, puis discute quelques problèmes posés par son éventuelle confirmation empirique. Des commentaires reviennent sur quelques choix de ce livre.

Notes

1 La forme pure de cette influence est « le cogito d’induction mutuelle obligatoire » que Gaston Bachelard décrit ainsi « je pense que tu vas penser ce que je viens de penser, si je t’informe de l’événement de raison qui vient de m’obliger à penser en avant de ce que je pensais », Le rationalisme appliqué, (1949), Paris, PUF, 1990, p. 58.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search