Version classiqueVersion mobile

Stephen King

 | 
Philippe Hemsen

II. Périls en la demeure

Liminaires

Texte intégral

« Dans un autre rêve – un rêve récurrent que je fais depuis dix ans chaque fois que je traverse une période difficile-, je suis en train d’écrire un roman dans une antique maison où est paraît-il cachée une folle meurtrière. Je me suis installé dans une pièce étouffante du deuxième étage. Il s’y trouve une porte communiquant avec le grenier, et je sais-je sais-que la folle est cachée là et que, tôt ou tard, le bruit de ma machine à écrire va l’attirer vers moi (peut-être est-elle critique littéraire au New York Book Review). Et elle finit par faire irruption dans la pièce, tel un diable sortant de sa boîte, les cheveux gris, les yeux fous, la bave aux lèvres et une hache à la main. Je veux m’enfuir, mais je découvre alors que la maison semble être entrée en expansion – qu’elle a démesurément grandi – et que je m’y suis perdu. Quand je me réveille à l’issue de ce rêve, je m’empresse de me blottir contre ma femme pour me rassurer. »
Stephen King
Anatomie de l’horreur
(tome 1, p. 102)

© Presses universitaires du Septentrion, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search