Version classiqueVersion mobile

Pour un cinéma léger et synchrone !

 | 
Vincent Bouchard

Annexes

Les dates importantes du son au cinéma1

Texte intégral

  • 1 Chronologie établie à partir de différentes sources secondaires, dont Pierre-Antoine Coutant, La r (...)

11820 : Hans Christain Oerted découvre l’électro-magnétisme.

21876 : Alexander Graham Bell invente le téléphone.

31877 : Le Phonographe, Thomas Edison invente le premier appareil d’enregistrement et de reproduction sonore. Conversion d’ondes acoustiques en information via un burin gravant une feuille d’aluminium fixée sur un cylindre en révolution.

41900 : Le Telegraphon, Valdemar Poulsen invente le 1er enregistreur magnétique. Un éléctro-aimant, mis en circuit avec un micro à charbon (enregistrement) ou un écouteur (lecture), s’appuie sur un fil d’acier, enroulé autour d’un cylindre tournant.

51915 : Lee De Forest invente la valve électronique.

61915 : Harold D. Arnold invente les premiers amplis (Bell Labs).

71917 : 1er micro électrostatique.

81923 (12 octobre) : Les danois Azel et Arnold Poulsen proposent un système d’enregistrement sonore sur piste optique à élongation variable.

91925 : Premier disque gravé de façon entièrement électrique, depuis le microphone jusqu’au graveur en passant par un amplificateur à lampes grâce à l’invention de la diode de Lee de Forest en 1907. C’est Alfred Cortot qui jouait des œuvres de Chopin.

101928-1930 : Enregistrement sur son optique

111926 : Vitaphone, système de synchronisation image optique et son sur disque.

12Peu fiable en termes de synchronisation (un choix suffit à faire sauter la tête et une coupure dans le film fait perdre la synchronisation), il a une autonomie très faible. C’est fâcheux quand les films se mettent à durer de plus en plus longtemps, même si le Vitaphone par exemple tourne à 33,3 tour minute au lieu des 78 t/mn habituels et utilise des disques de 46 cm au lieu de 30. (Guy Louis Mier, Le cinéma, un art sonore, 2005).

13Choisit par la Warner pour Don Juan et The jazz singer (fin d’exploitation en 1931).

141927 : Movietone, système de synchronisation image et son optique (variation de densité).

15Trois Allemands inventent une lampe capable de varier très rapidement d’intensité, la base d’un système d’enregistrement photographique à densité variable : la piste sonore est plus ou moins transparente selon l’intensité du signal. Couplé à une cellule photographie électrique mesurant la modulation d’une lumière par la piste, on a un système complet. (Guy Louis Mier, Le cinéma, un art sonore, 2005).

16La Fox achète les droits.

171930 : Photophone (RCA), système d’enregistrement sonore sur piste optique à élongation variable.

181933 : Western Electric, système d’enregistrement sonore sur piste optique à densité variable.

19193 ? : Tobis Klangfilm, système allemand d’enregistrement sonore sur piste optique à élongation variable.

201931 : le Magnetophon Pfleumer (AEG), 1er enregistreur à ruban magnétique.

211934 : 1er ruban magnétique sur support plastique, I.G. Farben (BASF), en collaboration avec AEG.

221948 : Enregistreurs lourds et encombrants, consommant beaucoup d’électricité. Camion son et une équipe de 3 personnes : un recorder, un perchman, un ingénieur du son (depuis 1930).

231948 : Western Electric construit un enregistreur perforé 35 mm biformat : pellicule photographique, pellicule magnétique. (utilisable qu’en studio, camion son !)

241951 : Le Nagra 1, Stefan Kudelski conçoit et fabrique le 1er magnétophone léger, portatif, autonome et haute qualité, 5 heures d’autonomie de batterie, 4 kg.

251951 : Généralisation du son magnétique au cinéma (RCA, USA). Enregistreur installés dans des camions sons.

261952 : Cinérama : projection sur trois écrans avec son stéréophonique 6 pistes magnétiques 35 mm.

271953 : Enregistreur stéréophoniques, 3 pistes magnétiques 35 mm.

281955-57 : Sprocketape, inventé par Chester B. Beachell, synchronisation sur secteur.

291957 : Nagra II, magnétophone, moteur stabilisé non synchrone, 10 heures d’autonomie de batterie, 5 kg.

301958 : Nagra III, magnétophone, synchronisme par signal Pilot-Tone (avec fil), système de rattrapage SLO, 10 heures d’autonomie de batterie, 5 kg.

311958 : Perfectone, magnétophone 16 mm. À vitesse variable, synchronisme par Pilotone (avec fil), 10 heures d’autonomie de batterie.

321958 : Stellavox, magnétophone, synchronisme par signal pilote, système de rattrapage SLO, 10 heures d’autonomie de batterie, 4 kg.

331962 : Nagra III P, magnétophone, système néo-pilot (sans fil), système de rattrapage SLO, 10 heures d’autonomie de batterie, 6 kg.

341962 : Uher, magnétophone avec système signal pilot de synchronisation, système de rattrapage SLO, 10 heures d’autonomie de batterie, 4 kg

351968 : Nagra IV, magnétophone, système de pilotage au quartz (SLO), 3 entrées micros, filtres, 10 heures d’autonomie de batterie, 5 kg.

361970 : 1er micro HF.

371970 : Nagra SNN, magnétophone, système de pilotage au quartz (SLO), réglage de niveau automatique, minuscule, 3 heures d’autonomie de batterie, 1 kg.

381971 : Nagra 4.2, magnétophone, système de pilotage au quartz (SLO), 3 entrées micros, réglage de niveau automatique, filtres.

391971 : Nagra IV-S, magnétophone, système de pilotage au quartz, 2 pistes d’enregistrement, 2 entrées micros, réglage de niveau automatique, filtres, 10 heures d’autonomie de batterie, 6 kg.

401979 : 1er film en Dolby Stéréo, Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola.

411981 : Nagra IV-S TC (time codé), magnétophone Nagra utilisé pour le repiquage en studio, système de pilotage au quartz, 2 pistes d’enregistrement mono, fonctionnant sur secteur.

421983 : 1er enregistreurs multipistes numériques utilisé pour le mixage.

431983 : PCM F1 (SONY), 1er enregistreur portatif numérique.

441987 : TCD 10 (SONY), enregistreur portatif numérique.

451990 : 1er studios de montages sonore virtuels.

461992 : Nagra D, enregistreur numérique 4 pistes.

471995 : Nagra AREAS mémoire Falsh.

Notes

1 Chronologie établie à partir de différentes sources secondaires, dont Pierre-Antoine Coutant, La reproduction du son au cinéma, 1991, Denis Mercier (dir.), Le livre des techniques du son, Tome 1, 2 & 3 1990, 1992, 1998, Guy Louis Mier, Le cinéma, un art sonore, 2005 et Claudine Nougaret, Sophie Chiabaut, Le son direct au cinéma, 1997.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search