Version classiqueVersion mobile

Pour un cinéma léger et synchrone !

 | 
Vincent Bouchard

Annexes

Lexique

Texte intégral

1Aäton : Appareils de prise de vue 16 mm (1973), super 16 (1973), puis 35 mm (1980), construits et commercialisés par Jean-Pierre Beauvalia. Outre leur légèreté et leur ergonomie, ces caméras se distinguent par un système de time code (hérité des recherches menées à l’ONF) : chaque photogramme est référencé en « heures, minutes et secondes, en clair (en chiffres) sur la pellicule et en signaux codés sur la bande magnétique ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 15). De plus, leur « système de traction donne une grande netteté à l’image ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 15).

2Arriflex : Appareils de prise de vue 16 mm et 35 mm fabriqués par la compagnie Arnold et Richter. « Mises au point en 1937, elles sont munies d’une visée reflex. Elles se caractérisent par leur légèreté et leur volume relativement petit. Un nouveau modèle, plus petit et plus léger, portatif, apparaît dans les années soixante et est utilisé abondamment par les cinéastes de la Nouvelle Vague et du cinéma vérité ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 27).

3Arriflex 16 BL : Appareil de prise de vue léger et autosilencieux inventé par la marque Arriflex en 1965. Cette caméra arrive sur le marché après l’Éclair NPR (16 mm, 1963) et elle est moins commode à utiliser car plus lourde et moins bien équilibrée. Cependant, comme le constate René Briot : « la caméra [Arriflex 16 BL] a remporté un succès commercial bien plus grand que celui de l’Éclair 16 [NPR], ce succès étant probablement dû en partie, à l’excellence du service après vente de la marque ». (René Briot, Les techniques cinématographiques, 1985, p. 36).

4Arriflex 35 BL : Appareil de prise de vue léger et autosilencieux inventé par la marque Arriflex en 1972 : « la nouveauté apportée par cet appareil est exactement équivalente à celle que constituait l’Éclair 16 [NPR, 1963] à son apparition. Pour la première fois, il était devenu possible de tourner en 35 mm synchrone sans matériel lourd, à la main au besoin, et de façon indépendante des sources de courant ! » (René Briot, Les techniques cinématographiques, 1985, p. 42).

5Auricon Cinévoice 16 mm : Appareil de prise de vue professionnel (réflexe) modifié dans les années cinquante pour permettre l’enregistrement du son (autosilencieuse). La version single system est rapidement devenu indispensable aux reporters télévisuels, jusqu’à l’inventions des premières caméra vidéo portatives.

6Autosilencieux : Adjectif caractérisant un matériel d’enregistrement visuel et sonore produisant un bruit de fonctionnement minimal. Une caméra autosilencieuse (silent camera) peut être utilisée proche d’un microphone.

7Beaulieu : Appareil de prise de vue semi-professionnel 16 mm français, très compact et léger. Cette caméra n’étant pas autosilencieuse et sans moteur régulé, elle est surtout utilisée « par les explorateurs et les ethnologues ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 36).

8Caméflex : Appareil de prise de vue 35 mm léger et portatif, mis au point par André coutant pour la société Éclair en 1947. Une version double format (acceptant la pellicule 16 mm et le 35 mm) est commercialisée en 1959. Cette caméra est bruyante et elle ne peut pas être utilisée pour un tournage synchrone : « le moteur est très peu volumineux et est accroché à l’appareil lui-même. Un simple cache réduit les dimensions de la fenêtre de prise de vue et permet d’utiliser l’appareil pour le 16 mm. Le viseur est orientable : on peut viser dans n’importe quelle position de prise de vue. Enfin, l’appareil lui-même est très volumineux ». (Michel Wyn, Initiation aux techniques du cinéma, 1956, p. 111). C’est avec cette caméra que fut tourné « le premier long-métrage de Jean-Luc Godard, À bout de souffle (1959) ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 48).

9Cinéma direct : Terme proposé par Mario Ruspoli en 1963 pour caractériser un courant cinématographique, principalement actif dans les années soixante au Québec, aux États Unis et en France. Les cinéastes du direct cherchent à filmer la réalité autrement, c’est-à-dire à limiter les médiations entre le dispositif d’enregistrement et les personnes filmées.

10Candid Eye : Série de films créés par Tom Daly, Stanley Jackson, Wolf Koenig et Terence Macartney-Filgate et réalisés entre 1957 et 1959 dans le cadre de l’Unité B à l’ONF. Le projet de départ des cinéastes était de tenter de filmer la réalité sans la perturber, c’est-à-dire en utilisant de longues focales pour filmer de loin.

11Cinéma léger et synchrone : dispositif de production de films consitué d’une équipe réduite, d’un matériel relativement discret et maniable et d’une synchronisation entre l’image et le son.

12Cinema vérité : En 1959, Jean Rouch et Edgard Morin proposent d’appeler « cinéma vérité » la méthode de réalisation qu’ils inventent pendant le tournage de Chronique d’un été (Jean Rouch, Edgar Morin, 1960), en hommage à Dziga Vertov et son Kino Pravda. Le terme sera repris aux États Unis, principalement par richard Leacock, où il est généralement synonyme de cinéma direct.

13Éclair : Appareils de prise de vue 16 mm et 35 mm conçus et commercialisés par la compagnie Éclair. Dans les années cinquante et soixante, les ingénieurs André Coutant et Jean Mathot inventent une série de prototypes de caméras légères, portatives et à visée reflex. Ils mettent au point ainsi l’Éclair NPR (16 mm, 1963) et l’Éclair ACL (16 mm, 1971).

14Enregistrement optique du son (Optical sound) : Transfert du son sur la pellicule (support optique), via une transformation du signal analogique électrique en formes visuelles (son optique par variation de densité, puis son optique à élongation variable).

15Enregistrement magnétique du son : En 1948, Western Electric invente la bande magnétique, c’est-à-dire des particules aimantées fixées sur une pellicule plastique. À l’aide d’un électroaimant, les particules peuvent être orientées et, ainsi, stocker tout type d’information, dont un son transformé en signal analogique électrique.

16Eyemo 35 mm : Appareil de prise de vue professionnel (non reflex) inventé en 1925 par la société Bell & Howell (Chicago). Très longtemps, la caméra Eyemo a été appréciée par les cadreurs pour sa légèreté, sa souplesse d’utilisation et son entretien facile. Pendant la deuxième guerre mondiale, elle fut employée comme caméra mobile ou combat camera. L’ONF utilise cette caméra pour les tournages légers non synchrones, généralement avec une tourelle de trois objectifs.

17Free Cinema : Mouvement cinématographique crée en Angleterre dans le milieu des années 50 par Lindsay Anderson, Karel Reisz, Tony Richardson et Lorenza Mazzetti. Travaillant hors des structures de production traditionnelles, ces réalisateurs tentent d’interroger des gens ordinaires sur des sujets concernant la vie quotidienne.

18ONF/NFB : L’Office national du film du Canada (ONF, National Film Board of Canada, NFB) est un organisme fédéral de production et de distribution cinématographique. Créé en 1939 par John Grierson, à la demande du gouvernent canadien, l’Office déménage son siège d’Ottawa à Montréal en 1956.

19Nagra : Appareil de prise de son mis au point en Suisse par l’ingénieur d’origine polonaise Stefan Kudelski. Le Nagra est le premier magnétophone portatif et l’un des premiers à être synchronisé avec une caméra. « Doté d’une bande ¼ de pouce, le Nagra est l’un des appareils d’enregistrement les plus employés au cinéma. Trois grands modèles existent : le Nagra 4.2 pour le format analogique, le Nagra IV-STC pour l’enregistrement stéréophonique et le Nagra D pour le format numérique ». (André Roy, Dictionnaire du film, p. 211).

20Perfectone : Appareil de prise de son portatif, mis au point en Suisse en 1950, utilisant une bande magnétique lisse de 6,35 mm. À partir de 1965, « le magnétophone Perfectone enregistre les signaux sonores qui permettent la synchronisation ultérieure avec le film ». (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 230).

21Paillard Bolex : Appareils de prise de vue semi-professionnel 8 mm et 16 mm, compacts, légers et fabriqués en Suisse. De par ses caractéristiques, cette caméra a été « longtemps utilisée en Europe pour les reportages télévisés et les films scientifiques » (André Roy, Dictionnaire du film, 1999, p. 222).

22Single system : Système combiné de caméra autosilencieuse et de pellicule, modifiées pour enregistrer le son et l’image sur le même support. L’image est fixée sur une partie de la pellicule, généralement dans un format 16 mm. Une bande est réservée au son, sur piste optique ou magnétique. Cette technologie a été beaucoup utilisée pour les reportages télévisuels.

23Son direct : son enregistré lors du tournage de la scène. Un son direct n’est pas automatiquement synchrone, si, par exemple, le preneur de son enregistre une séquence sonore sans que la caméra soit active. De même, si les moteurs des enregistreurs sonores et visuels ne sont pas synchronisés pendant le tournage (clap de départ + régulation de la vitesse de rotation des moteurs), le calage des images et des sons demande beaucoup de travail lors du montage sonore.

24Son postsynchronisé : son (parole ou bruit) réalisé en studio ou dans un lieu autre que celui du tournage de la scène (son non direct) et synchronisé avec une image lors du montage. Certains spécialistes incluent également dans cette définition un son direct (enregistré lors du tournage de la scène) synchronisé au montage. Au-delà de la distinction entre synchronisation technique (lors du tournage) et synchronisation reconstruite (lors du montage), il me semble important de distinguer entre un son provenant de la scène de tournage et un autre son ajouté (voix off, musique, bruit, etc.).

25Son synchrone : son enregistré lors du tournage de la scène, de manière synchrone avec l’enregistrement visuel. Cela suppose un matériel audiovisuel d’enregistrement spécifique : soit les deux enregistreurs sont branchés sur la même source électrique (synchronisation sur secteur) ; soit le son et l’image sont enregistrés sur le même support (single system ou caméra vidéo) ; soit les deux enregistreurs sont régulés sur la même fréquence (synchronisation à quartz ou par pilotage).

26Synchronisation par pilotage : enregistrement d’un signal pilote, proportionnel à la vitesse réelle de défilement de la caméra, sur le même support que le son. Un clap permet de superposer le son et l’image synchrone. Un câble ou un émetteur radio diffusant les tops du pilotage permettent la liaison entre la caméra et le magnétophone.

27SMPTE : Le Society of Motion Picture and Television Engineers (SMPTE) regroupe depuis 1916 les ingénieurs et les techniciens travaillant dans le monde de l’audiovisuel. Basée aux États Unis, elle regroupe des membres du monde entier. Le SMPTE est une référence internationale en matière de standards vidéo, de formats de transferts et de brevets techniques.

28Sprocketape : Magnétophone à ruban lisse, ¼’’et perforé, inventé en 1955 par Chester B. Beachell, ingénieur à l’ONF. Un brevet est déposé en 1957 (SMPTE 12-1957) et les techniciens de l’ONF l’utilisent dès 1956.

29Visée reflex, non reflex : système de viseur où l’on voit directement à travers l’objectif de prise de vue (reflex), grâce à un miroir ou un verre dépoli. Lorsque le viseur est décalé par rapport à l’axe de l’objectif de prise de vue (non reflex), l’image vue par le cadreur ne correspond pas exactement à l’image enregistrée par la caméra.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search