Version classiqueVersion mobile

Pour un cinéma léger et synchrone !

 | 
Vincent Bouchard

Préface

Michel Marie

Texte intégral

1Le livre de Vincent Bouchard appartient au domaine encore assez peu fréquenté de l’histoire des techniques, malgré les efforts plus récents de certains auteurs, notamment de Laurent Mannoni, à la direction du conservatoire des techniques cinématographiques à la Cinémathèque française.

2L’histoire des techniques est pourtant d’un intérêt majeur pour l’histoire du cinéma. Ce livre le démontre tout au long de ses chapitres. Il est centré sur une évolution décisive des matériels que l’on a pris l’habitude de lier au « cinéma direct » du début des années soixante. Plusieurs ouvrages en ont fait l’histoire, en particulier celui, fondateur, de Gilles Marsolais, L’aventure du cinéma direct, édité pour la première fois en 1974, puis réédité en 1997 sous le titre L’aventure du cinéma direct revisitée. Mais ces travaux sont principalement consacrés à l’histoire des cinéastes et des films, la plupart du temps du point de vue de la critique de cinéma, dans une perspective esthétique et évaluative. Certes, ils énumèrent les phases principales de l’évolution des techniques, les progrès dans les caméras, la sensibilité de la pellicule, dans le perfectionnement de l’enregistrement sonore grâce à de nouveaux types de magnétophones et de système de synchronisation, mais ce n’est pas l’objectif principal de leurs développements. Ils connaissent les sources, citent les articles retenus par la critique mais ne se caractérisent pas vraiment par une immersion complète et durable dans des archives et des sources en partie oubliées et peu explorées.

3Le livre de Vincent Bouchard se distingue de ces travaux antérieurs par cette immersion systématique et approfondie, comme en témoigne en fin de volume la liste des documents analysés, des archives dépouillées, des notices techniques en tous genres systématiquement prises en compte. Il faut souligner la richesse des annexes, comme par exemple l’historique de l’ONF (1938-1970), l’historique des innovations légères et synchrones à l’ONF (1947-1984) et les dates importantes du son au cinéma, réunis en fin de volume.

4Mais la perspective de l’auteur n’est pas exclusivement technique également. Vincent Bouchard établit un pont entre les recherches les plus spécialisées des manuels pour techniciens de l’image et du son, l’histoire des institutions (l’ONF principalement) et l’histoire du cinéma québécois. Son livre est consacré à ce qu’il nomme d’emblée les « conceptions légères et synchrones du médium cinématographique », des conceptions qui s’opposent aux équipes lourdes et nombreuses relevant de l’industrie du cinéma, des conceptions fondées sur une théorie très normative de l’usage des techniques et très corporative de la profession. Bouchard démontre que ces conceptions nouvelles, qui nous semblent évidentes aujourd’hui à l’heure des webcams, ont eu beaucoup de mal à s’imposer tout au long de l’histoire de l’ONF. Le modèle industriel du système des studios a longtemps été hégémonique et il est loin d’avoir disparu.

5C’est pour cette raison qu’il était indispensable d’exposer au départ les conditions historiques de création et de mise en place de l’Office national du film par le gouvernement fédéral à partir de mai 1939, dans les premières années de la seconde guerre mondiale et d’exposer également les conceptions propres à John Grierson du professionnalisme du cinéma documentaire, conceptions qui privilégient l’image bien éclairée et bien cadrée, le son post synchronisé et la voix du commentaire, un cinéma documentaire qui ne craint pas d’exposer sa finalité éducative.

6Le cœur du livre de Vincent Bouchard est représenté par ses chapitres IV et V qui sont les plus novateurs. Après les conditions de création de l’ONF et sa philosophie du documentaire didactique, Bouchard décrit de l’intérieur de l’institution les conditions de production et de réalisation qui se développent au sein de l’office, de manière souvent conflictuelle suivant les unités de production mises en place progressivement. Il nous offre une analyse pertinente des tentatives innovantes mais avortées de Pierre Petel, puis celles du producteur Tom Daly à la tête de l’unité B, des mésaventures de Fernand Dansereau jusqu’aux expériences audacieuses développées par La Lutte, Les Raquetteurs et Golden Gloves. Certes, ces courts métrages font partie de la légende du cinéma direct, mais Bouchard apporte des éléments sur leurs genèse, à partir des archives conservées par l’ONF.

7Le chapitre 3 développe avec précision les étapes de la mise au point progressive des matériels d’enregistrement sonore, depuis les premiers magnétophones jusqu’au légendaire Nagra III de Stefan Kudelski, les étapes laborieuses qui marquent les difficultés du synchronisme en le son et l’image, celles qui marquent également l’allégement et l’autonomie des caméras libérées de leur enchaînement au trépied. Vincent Bouchard nous offre ici la meilleure synthèse des connaissances que l’on peut avoir des innovations sonores tout au long des années 50 à 80, en fait de l’aire du son optique jusqu’au numérique. Tous les manuels techniques ont été dépouillés de même que les bulletins et les notes internes des ingénieurs. Ce mouvement vers l’allégement et la synchronisation trouve son point d’aboutissement avec la célèbre caméra Aäton mise au point par Jean-Pierre Beauviala.

8Le chapitre 4 est explicitement consacré aux pratiques du cinéma direct, défini comme le modèle esthétique majeur des conceptions légères et synchrones. Bouchard décrit toutes les phases qui caractérisent cette forme de cinéma bien particulière, depuis le choix des sujets, la souplesse obligatoire de la production, le rapport aux personnes filmées et, plus que tout, les phases complexes du montage. Il réaffirme à juste titre le rôle crucial du montage dans cette forme de cinéma, comme celui des préparatifs du tournage et les repérages. Cette esthétique connaît son film manifeste avec Pour la suite du monde, film éminemment collectif qui associe Pierre Perrault, Michel Brault, Bernard Gosselin, Marcel Carrière et Werner Nold. Bouchard en décrit une nouvelle fois la genèse et démontre les difficultés de ses préparatifs, de son tournage et de son montage, phases qui se sont déroulées sur près de 18 mois. Pour la suite du monde, premier long-métrage documentaire co-produit par l’ONF avec Radio Canada est donc exceptionnel à de multiples titres. Bouchard confirme ce statut de film fondateur d’une école esthétique. Ce long-métrage inaugure une forme nouvelle de documentaire, encore totalement inédite, et cette forme va se déployer dans toute sa diversité dans les longs métrages que Pierre Perrault va pouvoir réaliser au sein de l’office, parfois avec Michel Brault, plus souvent avec Bernard Gosselin et ensuite Martin Leclerc.

9La dernière partie du livre décrit l’héritage du direct au sein de l’ONF et dans d’autres productions québécoises, avec des films clefs comme la vie heureuse de Léopold Z de Gilles Carle, A tout prendre de Claude Jutra, le cycle du Mouchouânipi de Pierre Perraut (le Goût de la farine et le pays de la terre sans arbre), jusqu’aux essais les plus personnels de Robert Morin.

10Avec ce livre original et synthétique, Vincent Bouchard offre au lecteur l’ouvrage de référence sur le cinéma direct et les techniques légères et synchrones. Une telle synthèse était délicate à mener tant le dossier historique et technique est partiel et complexe. Mais le pari est entièrement réussi.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search