Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

Postface

Michel Trémousa

Texte intégral

1Dès le deuxième jour de son arrivée à Paris, en 1788, Wilhelm von Wolzogen (1762-1809) remarque qu’y voir des Allemands est une chose si ordinaire que les compatriotes qu’il rencontre ne lui demandent même pas de quelle province d’Allemagne il est originaire. Il est vrai qu’au 18e siècle, la prépondérance culturelle de la France, et de Paris en particulier, avait entraîné un afflux considérable d’étrangers de tous les pays, surtout d’outre Rhin. Il faudra l’évolution politique de la France, après la réunion des Etats généraux et la prise de la Bastille, pour déterminer de nouvelles motivations, sans ralentir pour autant le flot.

2Avant le 14 juillet 1789, on venait plutôt en touriste, parfois aussi – c’est le cas de Wolzogen – avec des objectifs de formation professionnelle (sans parler de l’immigration ordinaire qui voit de nombreux Allemands s’installer pour exercer une activité quelconque). Cet attrait pour notre pays ne présuppose pas nécessairement la sympathie à son égard. Au contraire. Le comportement est le plus souvent ambivalent, fait d’admiration et de dédain, d’imitation et de rejet. Le regard moqueur, parfois à la limite de la malveillance, porté par notre jeune baron sur les Parisien(ne)s et les Français(es) n’est pas exceptionnel, il serait plutôt la règle. Ne tirons pas de cette gallophobie des conclusions trop hâtives. La répulsion est à la mesure d’une attirance irrésistible.

3Avec l’écroulement de l’Ancien Régime, la perspective – et le ton – changent. La curiosité est toujours aussi vive, mais sans se détourner véritablement de la vie culturelle et artistique de la France, elle privilégie désormais les événements politiques. Ceux-ci emplissent les Journaux intimes, les correspondances ainsi que, d’une manière générale, ce qu’il est convenu d’appeler la littérature de voyage. Campe accourt et n’a qu’un regret, c’est d’avoir raté la prise de la Bastille. Il apprend en route que « tout Paris serait en armes, la Bastille prise et que les têtes des aristocrates voleraient comme des têtes de pavot ». Son enthousiasme gagne ses compatriotes. En un défilé incessant, les voyageurs et les correspondants de gazettes viennent faire leur pèlerinage au pays de la révolution : Schulz, Halem, Œlsner, Schlabrendorff, Georg Kerner, etc., etc. Certains repartent après avoir vu, d’autres se fixent dans la capitale et comme Œlsner, publient leur témoignage et leurs réflexions. Ainsi se constitue une importante communauté allemande, grossie plus tard de l’arrivée d’autres révolutionnaires tels que Forster, l’ancien compagnon de Cook. On les regroupe souvent sous la dénomination un peu abusive de « Jacobins allemands ». Certes, ils peuvent être membres des Clubs des amis de la liberté et de l’égalité, conçus en Allemagne sur le modèle français du Club des Jacobins. Mais l’immense majorité de ces Allemands, républicains pour la plupart, dénoncera avec indignation le coup de force contre les Girondins et la Terreur.

4Au sein de cette colonie allemande, Wilhem von Wolzogen fait aujourd’hui figure de bloc erratique, ne serait-ce qu’en raison de la spécificité de son Journal. Celui-ci, demeuré inconnu jusqu’en 1989, a fait l’objet d’une publication partielle en Allemagne à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Notre version en français est donc inédite, et doublement inédite puisque l’édition allemande s’arrêtait fin 1789 alors que la présente traduction s’étend jusqu’au mois de juin 1793 (avec le Journal politique et la correspondance diplomatique).

5Première particularité : le séjour de Wolzogen à Paris est ininterrompu de début octobre 1788 à juin 1791, puis après l’absence au cours de 1792, il reprend en 1793. Wolzogen est donc un des rares Allemands à se trouver à cheval sur les deux périodes : l’Ancien Régime et la Révolution. Ses Carnets attestent sa polyvalence de voyageur éclairé, tour à tour critique d’art amateur dans les domaines les plus variés, y compris le théâtre, chroniqueur (voire censeur) des mœurs et des événements parisiens, puis à partir de janvier 1793, suite à se promotion en qualité de conseiller de légation du duc de Wurtemberg, auteur d’un Journal exclusivement consacré à la situation politique en France. Si l’on ajoute, pour cette dernière période, les rapports régulièrement adressés au duc de Wurtemberg ainsi que les papiers diplomatiques, on mesure l’importance, la diversité et l’étendue d’écrits qui, rédigés par un Allemand pour des Allemands, intéressent au premier chef les Français. Le plus étonnant, c’est que cette masse de documents, longtemps considérée comme disparue en totalité (alors que seule une partie, la correspondance privée, s’était perdue ou avait été brûlée par la veuve de Wilhelm), se trouvait simplement dans les archives familiales !

6Autre particularité du Journal : le lecteur français a toute chance d’être frappé non seulement par l’attitude d’un homme qui se présente à lui comme Allemand restant obstinément sur son quant-à-soi, mais aussi, peut-être, par la position fondamentalement anti-révolutionnaire adoptée d’emblée par Wolzogen. Cette position mérite cependant d’être relativisée.

7Nous avons trop vécu, probablement, dans le culte de la France pays des droits de l’homme, montrant seule à l’Univers la voie de la Liberté. Michelet nous a un peu grisés : « L’Allemagne, devant ce miracle, fut profondément absorbée, entre le rêve et l’extase. Klopstock était en prières ». Hélas, chez combien d’Allemands, sincèrement épris de notre Révolution et qui d’emblée avaient condamné la politique d’intervention en 1792, le rêve n’a-t-il pas tourné au cauchemar ? Même un Forster, député extraordinaire de Mayence, venu à Paris demander à la Convention le rattachement de la Rhénanie à la République française, démocrate de la première heure et fidèle jusqu’au bout à son idéal, déclaré traître à sa patrie par les Allemands, même un Forster, saisi de désespoir au spectacle de nos luttes intestines, s’écrie dans une lettre à sa femme (27 avril 1793) : « Les Français ne sont pas dignes de posséder la liberté ».

8Forster rejoignait ainsi à son corps défendant Wolzogen qui, dès le 14 juillet 1789, ne tenait pas un autre langage. Au spectacle des têtes portées au bout des piques, des hurlements hystériques de la foule, ne proclamait-il pas que « le Français n’est pas apte à la liberté dont jouit l’Anglais, le Suisse, l’Américain » ? Il est tellement bouleversé qu’il cesse de rédiger son Journal pendant deux mois et demi. Pourtant, quelques mois auparavant, il avait longuement contemplé et décrit la sinistre forteresse, lançant avec emphase : « Il faut que cette masse soit d’une effroyable solidité pour ne s’être point encore rendue à tant de larmes ». Ce que Wolzogen reproche précisément à la Révolution, c’est son absence d’esprit démocratique. Noble libéral, viscéralement attaché à sa patrie, il avait quitté Stuttgart sans regret à cause du despotisme qui y régnait : il le dit dès la première page de son Journal. Et fin 1788, que lit-il chez Gambs le soir à ses amis ? La fameuse scène du drame de Schiller « Don Carlos » dans laquelle on voit le marquis Posa se jeter aux pieds du roi d’Espagne, Philippe II, incarnation d’un absolutisme et d’un obscurantisme sans concessions, et lui réclamer d’un ton pathétique la liberté de pensée.

9Pour Wolzogen, la prise de la Bastille n’est pas un événement fondateur, mais le péché originel. Les excès commis par la populace parisienne ce jour-là sont la préfiguration de tous les excès futurs. Ce n’est pas au 10 août, ni lors des massacres de septembre, ni lors de la chute des Girondins que la Révolution dérapera. A ses yeux, le dérapage se produit dès le 14 juillet. C’est une forme de clairvoyance. C’est aussi le refus de traduire concrètement tout principe révolutionnaire qui serait privé de son fondement constitutionnel : or le pouvoir ne saurait prévoir sa propre destruction. Wolzogen, qui n’est pas un théoricien, raisonne instinctivement comme Schiller (à qui la Convention décernera fin 1792 un diplôme de citoyen français d’honneur !) ou comme Kant, apôtre des Lumières contestant la revendication du droit à l’insurrection.

10Quelques remarques sur le contenu du Journal et son auteur. Plutôt proche du récit autobiographique, le Journal n’a que peu à voir avec la littérature de voyage à vocation simplement descriptive. Un Silésien notait par exemple au 18e siècle que Notre-Dame « a 120 piliers dont 108 sont exécutés tout d’une pièce…, elle a 3 portails et 45 chapelles, etc. ». Wolzogen a conscience du danger et, visitant les Invalides, nous prévient : « N’importe quel plan des Invalides indiquera avec plus de précision que je ne saurais le faire l’emplacement, le nombre des cours, des salles, des réfectoires ; voici seulement quelques détails sur ce que nous avons vu et qui ne se trouve ni dans les descriptions qu’on en donne ni dans les plans ».

11Bien sûr, le Journal de Wolzogen n’est pas exempt de défauts, du moins dans la partie qui couvre octobre 1788 à mai 1791.

12Sans être négligeables, les descriptions, même accompagnées de commentaires très personnels et assez judicieux, sont peu novatrices. Ce n’est pas là que réside l’originalité de l’ouvrage. De plus, leur nombre et leur longueur sont quelque peu décourageants. Aussi avons-nous cru devoir supprimer ou abréger la plupart d’entre elles.

13Autre faiblesse évidente : la présentation parfois confuse des notations, et surtout le manque d’intérêt de quelques-unes. Wolzogen l’avoue d’ailleurs : « Tout y sera pêle-mêle mais au moins rien ne se perdra ». Les coupures pratiquées (indiquées par […]) ont permis de pallier en partie cet inconvénient. Signalons qu’à l’exception de deux ou trois passages, le Journal politique de 1793 et la correspondance diplomatique sont traduits dans leur intégralité (du moins celle des documents dactylographiés mis à notre disposition).

14Ces imperfections sont l’inévitable contrepartie d’un genre en principe non destiné à la publication mais dont la spontanéité, l’authenticité, la valeur documentaire constituent autant de qualités majeures qui le rendent irremplaçable. Wolzogen, au surplus, sait trouver le ton juste. Doué d’une plume alerte, il prête à son style le mouvement d’une pensée et d’un regard toujours en éveil. Quand il est sous le coup d’une violente émotion ou de l’indignation, il a une façon à lui, bien involontaire, de communiquer à son écriture son propre balbutiement ou son obsession (cf. l’exécution de Louis XVI). En revanche, il est mauvais quand, prenant un ton endimanché comme dans son avant-propos au Journal politique de 1793 (dont il envisageait peut-être la publication), il nous livre un étrange pensum au galimatias pesamment allégorique.

15En vérité, le Journal de Wolzogen est inséparable de son auteur. Alors que celui-ci se tient souvent en retrait dans la littérature de voyage proprement dite, ici, il est omniprésent, soit qu’il nous fasse part directement de ses réflexions, de ses frustrations, de ses déceptions, de ses doutes, soit que son moi profond transparaisse en filigrane. Nous voyons ainsi se tisser au fil des pages, presqu’à l’insu de l’auteur, une sorte d’intrigue, de narration palpitante de vie où affleure à tout moment la sensibilité du diariste. On le devine modeste, timide, un peu « coincé » dirions-nous aujourd’hui. Son comportement à l’égard des femmes est complexe. Si l’on en croit Forster qui l’a rencontré, « c’est un bon vivant à l’énorme embonpoint et aux larges épaules, ce qui lui vaut auprès des Anglaises une réputation de bel homme qu’il ne semble pas précisément mériter. Il a pour les femmes françaises une aversion qu’il affiche trop pour qu’elle ne soit pas feinte. Il est vraisemblable qu’elles ne l’aiment point ». Son impécuniosité chronique intrigue un peu. Elle faisait partie du paysage sociologique de l’époque. Restons-en finalement à l’opinion de Schiller qui pensait le plus grand bien de son beau-frère, « homme de tête et de caractère… [qui] est effectivement plus qu’il ne paraît » (Lettre à Goethe du 10 décembre 1796).

16Quand Wolzogen quitte la France en 1793, peu de temps après la chute des Girondins, il vient d’assister aux violents soubresauts d’une république toute neuve qui accouche de la dictature montagnarde. Treize ans plus tard, nous le retrouverons à Weimar. Sur recommandation de Schiller, il a entre-temps été admis au Conseil privé de Charles-Auguste, duc de Weimar, où siège Goethe. Nous sommes en 1806, au lendemain de la terrible défaite d’Iéna et de l’effondrement de la Prusse. On est sans nouvelles de Charles-Auguste qui avait pris le commandement d’un régiment emporté dans la tourmente. Goethe est absent. Les troupes françaises sont entrées dans Weimar, pillant et incendiant. Napoléon, à la tête de son état-major, monte le grand escalier du Château. En haut des marches, raconte un contemporain, « la duchesse Louise, les dames de la Cour et le ministre von Wolzogen ». Napoléon se tourne vers la duchesse : « Je vous plains, Madame ». Quelles pouvaient être les pensées d’un Wolzogen, lui qui, dans son Journal, en 1790, se gaussait des gardes nationaux défilant sur les Champs-Elysées, et ajoutait ironiquement : « C’est avec des sentiments d’admiration et de fierté que le Parisien regardait ces terribles troupes. Il lui paraît inconcevable que le roi de Prusse puisse avoir une meilleure armée ». Il a oublié ces propos, sans doute. A présent, il doit être de l’avis de Napoléon déclarant peu après au Chancelier von Müller : « Ah, la guerre ! Quelle vilaine affaire de barbares et de vandales ! ».

17De toute évidence, Wolzogen, homme de paix et de conciliation, était bien plus à son aise quand, deux ans plus tôt, retour de Saint-Pétersbourg, au terme de pourparlers dont il avait été la cheville ouvrière, il rapportait dans ses bagages le manuscrit du « Neveu de Rameau ». On connaît la rocambolesque histoire du fameux dialogue qui ne paraîtra dans sa version française originale qu’en 1891. On sait moins que la copie – aujourd’hui perdue – sur laquelle Goethe traduisit cette œuvre de Diderot en 1806 lui avait été procurée par Wolzogen après de longues et difficiles tractations entre Schiller, Klinger, officier russe d’origine allemande (auteur de « Sturm und Drang ! ») et l’éditeur Göschen. Cette mission diplomatico-littéraire confiée avec succès à un Wolzogen nous paraît à la fois exemplaire et paradoxale. Exemplaire, car comment imaginer plus qualifié que notre voyageur, épris d’art et de littérature, connaissant notre pays de longue date, pour s’entremettre dans une négociation délicate, qui sera menée au profit du plus grand des écrivains de langue allemande, lui-même ami de son illustre beau-frère ! Paradoxale, puisqu’il s’agit en somme, comme pour le Journal, d’une affaire purement allemande dont l’objet n’en est pas moins exclusivement français.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search