Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

Dossier annexe. Correspondance diplomatique (1793)

Texte intégral

[1]

1[De Carl Eugen von Württemberg]
A Hohenheim, ce 11 déc. 1792

  • 1 Stuttgart (au 18e siècle, orthographe encore flottante : Stoutgard, Studtgard…).*
  • 2 Il existait toujours en 1793 des dépendances du Saint Empire situées sur le territoire français, C (...)

2Mon cher Conseiller de Légation de Wollzogen ! Les objets, pour lesquels je vous ai appelé à Stouccard1, étant terminés, Je veux que vous retourniès à votre poste et que vous alliés à Paris, y soigner, en cas de besoin, les affaires qui concernent tant ma Principauté de Montbéliart que mes autres possessions situées en France2. En voyant le Ministre des affaires étrangères, avec lequel vous aurès à traiter, de ces divers intérêts, vous ne manquerés pas de lui faire connoître, que je n’ai rien tant à cœur, que de le convaincre de mes sincères dispositions pour le maintien de la bonne intelligence et du bon voisinage, que j’ai ménagé jusqu’ici avec la France. Je ne doute pas, que vous ne trouviès près ce ministre toute créance en tenant ce langage et en exprimant des sentimens, dont je ne me départirai jamais. Je suis, mon cher Conseiller de Legation de Wollzogen votre bien affectionné

3Charles.

[2]

4[A Carl Eugen von Württemberg]
Paris, le 25 dbre 1792

5Dès mon arrivée à Paris, j’espérais m’acquitter des commissions et des ordres que Votre Altesse Sérénissime m’avait confiés. Une blessure que je me suis faite au pied, ma chaise ayant versé près de Bâle, empira de telle sorte, en raison des fatigues du voyage, que je n’ai pas encore pu me présenter. Le chirurgien me donne la permission de sortir demain, et je prendrai aussitôt tous arrangements pour parler au ministre des Affaires étrangères. J’ai employé les journées que j’ai été contraint de passer au logis à m’entretenir avec quelques-unes de mes connaissances que j’avais mandées afin de connaître tant soit peu la situation présente. Tout a changé, et qui connaissait Paris et l’esprit qui y régnait avant la Révolution s’étonnait du changement qui y était survenu pendant les années 89 et 90 ; et pourtant, cela est hors de comparaison avec ce qui vient de se passer. On a rejeté toutes les formes de politesse, et même le titre insignifiant de Monsieur a été transformé en celui de Citoyen. On me dit pourtant qu’au Bureau des Affaires [étrangères] il est tenu le plus grand compte des négociations diplomatiques selon qu’elles reconnaissent la République ou non. Seules celles-là peuvent se flatter de ne pas manquer leur but.

6Vu ces circonstances, il serait approprié à celles-ci d’examiner la disposition des esprits dans les différents corps et de se familiariser autant que possible avec le ton régnant présentement afin de faire les premières démarches avec profit. Cela requerrait toutefois un laps de temps de plusieurs semaines et je n’ose pas contrevenir à l’ordre exprès de Votre Altesse d’avoir sur-le-champ un entretien avec le ministre des Affaires étrangères. Mais on n’accordera pas dans ce moment à mon intervention l’attention que je souhaiterais obtenir ; l’imminence du jugement de Louis XVI retient toute la curiosité, et l’incertitude de l’issue embarrasse la marche de toutes les affaires politiques. Demain matin, tout Paris sera en armes, les canons seront mis en batterie, toutes les mesures seront prises pour que la journée soit solennelle. C’est à 9 heures que le roi doit paraître à la Convention nat[ionale]. 231 cochers sont convoqués Place du Caroussel, nul ne sait pourquoi ; il en est même qui conjecturent que la Convention nationale va plier bagage et se transporter en un autre endroit pour pouvoir prononcer le jugement librement, sans être dans le cas de se laisser dicter sa conduite.

7Une grande partie de la Convention est pour la condamnation à mort, une partie encore plus grande est contre. Mais en somme il règne sur ce point une forte indécision, et on peut penser que rien ne sera décidé demain. Dans la province, la sentence est attendue avec une sorte d’angoisse. Dans les départements que j’ai traversés, j’ai cru sentir cette disposition des esprits ; mais je ne saurais en répondre avec certitude, n’ayant pas eu le temps de m’informer plus exactement. Le décret qui bannit à jamais la famille des Bourbons du territoire français a été suspendu une nouvelle fois par suite des objections que Monsieur Égalité (Duc d’Orléans) y a faites. Cela aussi sera décidé demain.

8Ce sont-là les rares nouvelles que j’ai pu recueillir dans ma chambre. Cependant, je sollicite humblement l’indulgence de Votre Altesse Sérénissime tant envers ce rapport qu’envers les suivants s’ils n’ont pas la cohérence que seule rendrait possible une connaissance plus approfondie de la situation présente ; j’emploierai néanmoins tous mes efforts à acquérir cette connaissance et à rattraper ce qui m’a échappé en raison d’un séjour de 18 mois en Allemagne […].

[3]

  • 3 Le baron Albrecht Jakob von Bühler (1722-1794). Conseiller aulique et Conseiller intime à la cour (...)

9[Au Conseiller de régence von Bühler3 à Stuttgart]
Paris, le 26 dbre 1972

  • 4 Georg Kerner pourrait être du nombre. Celui-ci écrit en effet le 30 décembre 1792 à Johann Gotthar (...)

10Je reçois à l’instant, cher ami, votre lettre du 18 courant ; vous jugerez par là comme les lettres vont lentement alors qu’elles mettent d’ordinaire 4 jours 1/2 de Stuttgart pour arriver ici […]. C’est la première fois aujourd’hui que j’ai eu la permission de sortir. Ma voiture a versé à Bâle, ce qui m’a causé une blessure légère au pied à laquelle je ne fis d’abord aucune attention mais qui, à raison du voyage de jour et de nuit, empira tellement que je n’ai pu sortir durant les quelques jours que j’ai déjà passé à Paris. J’ai fait venir dans l’intervalle quelques-unes de mes connaissances4 qui peignent la situation actuelle sous des couleurs trop sombres pour qu’elle puisse être vraie ; je veux tout voir et examiner moi-même avant de tirer des conclusions pour ma mission. C’est justement aujourd’hui qu’il m’est permis de sortir, alors que l’alarme est dans tout Paris, que chaque soldat ou citoyen est à son poste, les canons mis en batterie dans les rues, et que tout faisait craindre un soulèvement causé par la sentence rendue contre le roi. Celui-ci parut aujourd’hui à 9 heures à la barre de l’Assemblée nationale… et n’est pas encore condamné. Sa défense fut lue à la tribune, et on décréta ensuite de la faire imprimer et de l’envoyer dans les départements pour prendre leur avis là-dessus. Mon dessein était d’aller chez les Chargés d’affaires de Deux-Ponts, du Palatinat, etc. pour m’informer des formes qu’il faut observer quand on écrit au ministre et qu’on se présente à lui en personne, puis de lui écrire ce soir même. Nul n’avait toutefois entendu parler de ces messieurs ; même à l’Hôtel du ministre [M. Le Brun] on ne fut capable de me dire où ils demeuraient. Ce n’est qu’après bien des allées et venues (à pied, car je n’allai guère en voiture) et à force de questions que je finis par trouver leurs Hôtels… portes closes. Redoutant le moment où le roi sera jugé, tout le monde est parti pour la campagne. Je ne puis donc m’en remettre qu’à moi-même, et m’en tenir seulement à mon Instruction qui m’ordonne de me mettre en quête dès que possible d’un entretien avec le ministre. Je lui écrirai demain dans les formes qui me paraîtront les plus appropriées à la conjoncture présente. Peut-être que j’aurai le jour même un entretien avec lui. Engagés plus tôt et quand même le hasard se jetant à la traverse ne m’eût pas retenu au lit, ces pourparlers n’eussent été d’aucune utilité car la grande attente du jour, sans arrêter complètement la marche des affaires dans les bureaux, l’avait néanmoins fort ralentie. Mais ce que je redoute, c’est l’insuffisance de mes lettres de créance. On peut à juste titre me faire l’objection que les ordres qui m’ont été adressés ne sont pas des pièces diplomatiques qui puissent être déposées aux archives du Bureau des Affaires étrangères, du reste je ne serais pas autorisé à m’en dessaisir. J’ignore même si la deuxième lettre sera suffisante ; enfin, nous en reparlerons quand l’entrevue sera passée. On insistera probablement sur la question de savoir si je suis accrédité auprès de la République avec laquelle je dois traiter. Je tâcherai de rester évasif et de ne lâcher que des bribes […].

11Je vous dirai prochainement diverses choses sur la situation à Paris – Mon adresse est en ce moment : M. de Wollzogen hotel d’Orléans rue de Richelieu derrière le Palais Royal. Mais je n’y resterai pas longtemps, on me dit que dans les Hotels garnis les papiers ne sont pas en sûreté […].

[4]

121. [A l’amb. du Württ. v. Rieger à Londres].
Paris, le 26 Xbre 92.

13Votre Excellence ne devait guère s’attendre à recevoir une lettre d’ici. Mon départ de Stuttgart fut prompt et inopiné, et j’eus tout juste le temps d’emballer quelques vêtements. De plus, il me fut imposé fort expressément de ne rien dire à qui que ce soit, par écrit ou verbalement, au sujet de ma destination. Je fus d’accord pour ce qui regarde toutes les autres personnes, sauf votre Excellence en faveur de qui je sollicitai spécialement une exception […]. L’objet de ma mission est, en cas d’incidents qui pourraient violer la neutralité en vigueur, de faire des représentations près du ministre. Pour me légitimer, je possède l’ordre de son Altesse Sérénissime de retourner à mon poste à Paris et, en voyant le ministre, de l’assurer des bonnes dispositions du Wurtemberg pour des relations de bon voisinage ; je trouverai alors, m’est-il dit, toute créance. J’ai aussi, à toute fin, une lettre du ministre v. Uxküll et une autre de M. de Maisonneuve au M[inistre] des aff[aires] étr[angères]. Je n’ai pu jusqu’à présent remettre ces lettres, n’étant pas sorti depuis les quatre jours que je suis ici à cause d’une blessure au pied. Demain, je demanderai audience […].

[5]

142. [A Carl Eugen v. Württ.]
Paris, le 26 dcbre 1792.

  • 5 Gambs.
  • 6 Baron de Staël, époux de Anne Germaine de Staël, fille de Necker.*
  • 7 Baron Blum.

15[…] L’aumônier de la légation de Suède5 qui est le seul à y être encore, attend tous les jours le retour du baron de Stahl6, cependant il affirme que cette attente est fondée davantage sur les nouvelles des gazettes et la rumeur publique que sur une correspondance particulière. Il conjecture que la Suède reconnaîtra la République. L’envoyé du Danemarc7 est retenu ici pour raisons de santé, mais il ne négocie pas avec le ministre.

16Le comte de Diodati est absent depuis plusieurs mois et se tient vraisemblablement à Genève. D’une façon générale, le Corps diplomatique est tellement dispersé qu’on ne peut en rencontrer les membres qui sont restés qu’au prix des plus grandes difficultés.

[6]

17[Au ministre Le Brun]

18Monsieur

19Son Altesse Sme le Duc de Wurtemberg m’ayant donné l’ordre de retourner à mon poste à Paris, j’y suis depuis quelques jours et je prens la liberté de Vous demander, Monsieur, quand je pourrai avoir l’honneur de Vous entretenir sur l’objet de ma mission.

20J’ai l’honneur d’être avec une Considération Particulière Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur B. de Wollzogen

21Conseiller des LégationsHotel d’Orléans rue de Richelieu Paris ce 27t Decbr 1792

[7]

22[Du ministère des Affaires étrangères]
le 29 xbre l’an 1er de la république française.

23Ce n’est que ce matin que le ministre des affaires étrangères a reçu le billet que monsieur le Baron de Wollzogen lui a écrit, pour lui demander quand il pourra le recevoir. Il s’empresse de lui répondre qu’il le recevra dès demain matin à midi ; il désire que cette heure puisse convenir au Baron de Wolzogen, pour que le plaisir de le voir ne soit pas retardé.

24le Baron de Wolzogen

[8]

25[A Albrecht Jakob v. Bühler]
Paris, le 30 dcbre [1792]

26Pour ne pas manquer la poste je ne vous écris que ces quelques lignes. J’ai vu le ministre ; j’envoie la relation de cet entretien à Monseigneur le duc par le même courrier. Envoyez-moi, si cela est possible, un petit mémoire sur les relations du Wurtemberg avec l’Empire et avec la France quand éclate une guerre d’Empire, et jusqu’à quel point il est quand même possible de maintenir la neutralité avec la France. Quelques exemples auxquels je me suis référé, mais dont je n’ai qu’une connaissance imprécise, seraient pour nous les bienvenus. Le ministre se référa, en disant que le Wurtemberg devait refuser son contingent, à l’Angleterre et à la Prusse dans le passé – je lui observai que le Brandebourg avait été soutenu par 200 000 Prussiens.

27Le ministre est un homme jeune, de 36 ans, très courtois et calme, il écoute patiemment, parle peu et du ton le plus doux du monde […].

28Pour ne pas perdre de temps, j’ai fait le rapport cette nuit même. Il se ressentira du sommeil qui m’accablait. Je demande l’indulgence, demandez-là pour moi. Il faut que je garde copie de tout et donc tout récrire, ce qui me prend beaucoup de temps. Vous lirez comment eut lieu la négociation avec le ministre – écrivez-moi à ce sujet […].

[9]

29No 3 [A Carl Eugen von Württemberg]
Paris, le 30 dcbre 1792

30Conformément à l’ordre de Votre A[ltesse] S[érénissime], je me suis adressé, dès que ce fut possible, au ministre des affaires étrangères pour solliciter une audience. Je n’ai reçu de réponse qu’hier après avoir vainement attendu pendant quelques jours. Il était cependant spécifié dans cette réponse, à titre d’excuse, que le ministre venait seulement de recevoir ma lettre. L’heure à laquelle je pouvais le voir était fixée à aujourd’hui midi.

  • 8 Votre Altesse Sérénissime.*

31Je savais par les personnes qui avaient eu affaire au ministre que toutes les formes, toutes les cérémonies sont bannies ; en parlant au ministre, on se sert le plus souvent du titre de Citoy[en] M[inistre]. Les étrangers se servent pourtant du terme de Monsieur. On paraît dans le même costume au Café et chez le ministre, la grande tenue provoque l’étonnement et la raillerie. Dans l’antichambre, j’étais le seul en habit noir qui eût l’épée au côté. Le ministre, à qui je remis en entrant l’ordre de V.A.S.8, le lut avec une extrême attention, me le rendit, puis je lui tendis la lettre de M. de Maisonneuve. Je ne fis pas usage de la deuxième lettre [d’Uxküll], attendu qu’on paraissait suffisamment convaincu de l’authenticité de ma mission. Je m’acquittai alors des commissions dont Votre Altesse a bien voulu me charger […]. On m’avait prévenu auparavant que tout passait par le Comité diplomatique et que le ministre ne faisait rien de son chef ; pour cette raison, et pour me mettre en état d’exposer ma mission de telle sorte qu’elle ne manquât point son objet, je m’offris à lui communiquer un mémoire sur ce sujet. Tel semblait être le vœu du ministre et je lui remettrai demain le mémoire que j’avais emporté à cet effet. Le ministre me répondit en termes généraux, disant que la France ne souhaitait rien plus vivement que de vivre en bonne entente avec ses voisins ; qu’on acceptait volontiers l’offre de complète neutralité ; mais qu’on ne voyait pas bien comment le Wurtemberg pouvait garder sa neutralité en fournissant son triple contingent. Je répliquai que la contribution était laissée à la discrétion de chacun des Princes du Saint-Empire, qu’elle était délibérée à la Diète impériale à la majorité des voix et que chaque Etat de l’Empire était tenu d’observer cette résolution conformément à la Loi fondamentale ; qu’au surplus il existait des exemples de Princes du Saint-Empire qui avaient fourni leur contingent et n’en avaient pas moins été en bonne intelligence avec la puissance contre laquelle l’armée de l’Empire avait engagé les hostilités. J’ajoutai que le contingent du Wurt[emberg] ne formait pas un corps particulier et n’était pas aussi important qu’on pouvait peut-être le penser (le ministre semblait croire que le contingent du W[urtemberg] se montait à 10-11 mille hommes) ; qu’en tout état de cause la guerre d’Empire n’était pas encore déclarée et qu’on osait espérer que la bonne entente de l’Empire et de la France serait rétablie de telle sorte qu’elle rendrait superflue le recours à la violence […].

32On annonça quelqu’un. Le ministre me dit, pour conclure, que la France saurait apprécier les bonnes dispositions de Votre Altesse Sérénissime et veillerait au respect d’une complète neutralité. Mais il répéta encore une fois qu’il serait fort malaisé de conserver cette bonne entente si le Wurtemberg fournissait son triple contingent à une armée qui faisait la guerre à la France ; le Wurtemberg et la Saxe et d’autres Princes d’Empire devraient avoir le courage de refuser ce contingent. – L’entretien fut interrompu par la personne qu’on avait annoncée auparavant. Ne voyant pas d’espoir de le reprendre, je pris congé. Le ministre, du reste, fut très poli, parlant des puissances étrangères avec beaucoup de ménagements, ne se servant pas du mot de République mais seulement du nom de la France. Cette délicatesse me surprit d’autant plus que je sais combien on est jaloux ici de voir la République reconnue ; il doit même paraître prochainement un décret qui [n’autorisera] le ministre des affaires étrangères à n’avoir de négociations qu’avec des ambassadeurs dont la Cour a reconnu la République. Jusqu’à maintenant, il n’est encore aucune Cour à l’avoir fait ; on s’attend pourtant que la Suède fasse le premier pas, le baron Stahl, ambassadeur de cette couronne, serait dit-on en route pour Paris. [Gambs], l’aumônier de la légation de Suède, qui est le seul à être resté à l’Hotel de Suède, ne possède pourtant pas d’autres détails quoiqu’il ne repousse pas complètement ces dires. Sinon, tout le Corps diplomatique est dispersé. Il n’y a plus guère ici que quelques chargés d’affaires et encore ces derniers ne négocient-ils plus. L’envoyé du Danemarc, von Blum, est empêché de partir à cause de son mauvais état de santé. J’ai causé avec les chargés d’affaire du Palatinat et de Bâle. Ils disent n’avoir rien à faire et n’avoir pas vu le ministre depuis longtemps. Je n’arrive pas à trouver le chargé d’affaires de D[eux]-Ponts, il doit sans doute être à la campagne. Attendant d’être reçu par le ministre, je n’ai pas trouvé jusqu’à présent le temps de m’informer plus avant des relations politiques des différents Etats de l’Empire avec la France. Le jugement prochain du roi ne permet à aucune nouvelle de se répandre et d’exciter quelque intérêt. Même la guerre imminente avec l’Angleterre et la neutralité annoncée par l’Espagne n’entrent en ligne de compte qu’autant qu’elles ont un rapport avec ce procès. De son issue dépend le repos public à Paris, et l’influence que les départements ont sur Paris ou que la capitale a sur la province en recevra un jour nouveau.

[10]

33[De l’ambassadeur v. Rieger]
Londres, le 31 Xbre 1792

34Monsieur le Baron,

  • 9 ms : « eines neuen Pro Memoria ad Acta bedurft hätte ».*
  • 10 ms : « ein Gravamen Commune ».*
  • 11 ms : « eine Agnition ».*
  • 12 ms : « ab ante ».*

35Vous aviez parfaitement deviné que votre honorée du 26 courant me causerait quelque surprise. La confiance que vous avez bien voulu me témoigner à cette occasion me fut d’autant plus agréable. Je vous assure que, pas plus maintenant qu’à l’avenir, je ne commettrai d’indiscrétion touchant votre mission ; je le pourrai d’autant moins que, pour le moment, je suis incapable de me faire une idée claire des motifs qui la déterminent. Dès le printemps dernier, et jusqu’à l’heure de mon rappel forcé de Paris, j’avais instamment prié le duc de vous mettre à ma disposition pour me seconder à telle fin que de raison. Je vous aurais dès lors introduit partout où cela était nécessaire et mis en rapport avec des gens en place. Il en aurait résulté une sorte de connexité des affaires au lieu de créer, comme à présent, une solution de continuité peut-être préjudiciable à l’avenir et, vu la conjoncture actuelle, certainement inutile et superflue dans le cas où il s’agirait seulement de réaffirmer une neutralité maintes et maintes fois proclamée et qui aurait tout au plus nécessité un nouveau mémoire à joindre au dossier9. Et je vous le demande, soit dit entre nous, que signifie le terme de neutralité eu égard à un Prince d’Empire tel que S[on] A[ltesse] S[érenissime] ; par rapport à un Empire allemand qui est sur le bord de la rupture ; et relativement à une affaire qui est considérée à la Diète comme un litige commun10 ? Si toutefois votre mission, comme j’ai tout lieu de le présumer, excédait ces limites, je doute que l’on entre en pourparlers avec vous sans une lettre de créance en bonne et due forme, du moins en qualité de Chargé d’affaires, ce qui n’irai pas sans anicroches et supposerait une reconnaissance11 expresse du Régime actuel ; et quand même cela se ferait : je vous plains par avance12, attendu que, par quelque bout que vous preniez l’affaire, vous n’en récolterez aucune gloire ni n’atteindrez votre but. Vous voyez donc que, bien sincèrement, je ne vous envie nullement le privilège et la confiance dont Monseigneur le Duc vous fait l’honneur, tandis qu’il m’est fort agréable, pour ce qui me regarde, de savoir que j’ai à Paris un ami intime dont j’espère qu’il veillera toujours sur ma demeure et les biens qui s’y trouvent. Car, malheureusement, tout y est encore dans le même état où je l’ai laissé le 28 août […].

[11]

362. [A von Rieger à Londres]
6 janv. 93

37Votre Excellence,

  • 13 « Le principal suit l’accessoire ».*

38Votre lettre du 31 Xbre ne m’est parvenue qu’aujourd’hui ; je m’empresse de répondre à l’instant sur les points qui y sont soulevés afin que ma lettre parte avec le courrier du matin. Le but de mon voyage n’est autre que celui que j’ai déjà eu l’honneur d’exposer à Votre Excellence. Il est probable que je fus expédié en France à cause des troubles qui agitent Montbéliard où l’on a planté l’arbre de la Liberté et où les départements voisins gagnent de plus en plus d’influence ; il s’agissait d’exposer au ministre la nécessité pour les départements de laisser ce pays en paix. Un autre motif a dû aussi y avoir part. La garnison du Cercle de Souabe, neutre, a remplacé les Impériaux à la demande du ministre frçais, or elle est exposée à toutes sortes de désagréments de la part de Strasbourg – On n’en finit pas de négocier pour régler ces différends sur le pont du Rhin. On pense obtenir du gouvernement qu’il ordonne au Commandant de Strasbourg d’observer très strictement la neutralité mutuelle. On m’a remis en partant un mémoire que j’ai la possibilité de communiquer au ministre et dans lequel le comportement de son Altesse Sme est retracé depuis le commencement de la Révolution. – J’ai parlé au ministre. Il m’a dit qu’on saura se montrer sensible au comportement de son Altesse Sme, qu’on ne voyait pas néanmoins comment le W[urtemberg] pouvait rester neutre tout en fournissant son contingent – il attendait, semble-t-il, un mémoire relatif à ce que je lui avais exposé ; je le lui ai envoyé quelques jours après. Les choses en sont là jusqu’à présent. J’ai une immense confiance dans les vues de Votre Excellence et ce qu’Elle me dit au sujet de cette situation me paraîtrait d’une justesse absolue quand même mon sentiment intime et les faibles lumières que j’ai en matière de politique ne m’eussent en tout état de cause conduit à des considérations analogues. Pour conserver un peu, on sacrifie le reste. La règle semble être à cet égard : Principale sequitur suum accessorium13. Ma position dans le Wurtemberg ne me permet pas de donner des avis mais seulement d’exécuter les ordres que l’on me donne ; je me conformerai à ces derniers avec toute ma loyauté et tout mon zèle. Je l’avoue volontiers, le hasard fera sans doute plus que bien des négociations. Je tâcherai de profiter des circonstances avantageuses autant que mes capacités et mes connaissances me le permettront. J’agirai avec la prudence et le discernement que ma modeste expérience m’enseignera. Celle-ci aussi, je la dois à Votre Excellence ; je reconnais volontiers et avec gratitude que la brève période que j’ai eu la chance de passer en Votre compagnie m’a plus appris dans la conduite des affaires politiques que tous les cours d’une Académie renommée n’eussent été en état de le faire. Je déplore à juste titre que l’éloignement et les circonstances ne me permettent pas dans ce moment de demeurer à si bonne école pour y recevoir au moins l’instruction dont Votre Excellence voudrait bien se charger avec tant d’indulgence.

39[…] J’ai envoyé à votre Excellence par l’entremise d’un Suisse, deux brochures. Mon Agonie et Défense du Roi – les deux se vendent et se lisent beaucoup ici. Peut-être ne sont-elles pas nouvelles à votre Exc[ellence] […].

40Monseigneur le duc m’a ordonné d’envoyer à Mad[ame] la duch[esse] le Journal des Modes. Pourrais-je savoir quel fut le dernier numéro que Mad[ame] la duch[esse] a reçu ?

[12]

415. [A Carl Eugen von Württ.]
Paris, le 11 janv. [1793]

42Le rapport que le ministre des Affaires étrangères devait faire à la Convention au sujet des relations de la France avec les puissances étrangères a été de nouveau renvoyé à plus tard. Quant à la grande question, savoir si le roi sera jugé en dernier ressort par la Convention nationale ou par les assemblées populaires légales, il n’en sera délibéré que le 14 de ce mois. La résignation du roi est, paraît-il, des plus admirables : « Je suis tout-à-fait préparé », disait-il récemment à M. Malesherbes, son avocat, « à mourir sur l’échafaud, ma sœur et ma femme le sont aussi – Je ne voudrais plus d’une couronne à aucun prix. Avec Rambouillet et 100 000 écus, je vivrais plus heureux que sur le trône ». Ce calme, le roi le doit avant tout à sa religion ; il travaille beaucoup avec son avocat, non sans un sang-froid et une justesse de vues qui causent à ce dernier un étonnement profond. Le parti des patriotes modérés, avec à sa tête Roland, le ministre de l’Intérieur, fait toujours davantage d’adhérents, tout en affermissant sa position. Les liens amicaux et épistolaires avec les Jacobins, pour lesquels le ministre de la Guerre a pris fait et cause, sont rompus dans tous les endroits de la République où ils entretenaient des sociétés affiliées quand elles n’en chassent pas plusieurs de leurs partisans qui sont à la tête. De plusieurs départements arrivent des fédérés en armes afin de protéger la Convention, d’assurer la liberté de ses délibérations et de mettre un frein à l’agitation parisienne. Au Théâtre National, Faubourg S’Germain, on donne une pièce, « L’ami des lois ». La paix, l’ordre et l’obéissance aux lois y sont enseignés avec force, et les vues de quelques membres de la faction y sont dépeintes sous de sombres couleurs. L’affluence est extraordinaire – deux heures avant l’ouverture du bureau, on ne peut plus s’approcher du théâtre. Un billet de parterre qui d’ordinaire coûte 36 Sols, se vend pour 6 fl.

43Le théâtre a eu lors de la deuxième représentation une recette de 6 000 fl. L’auteur, un acteur, a dédié sa pièce à la Convention et la lui a fait parvenir — Au Club des Jacobins, la pièce est dénoncée comme aristocratique et contre-révolutionnaire parce qu’on y entend le vers, « il est aristocrate mais honnête homme ». – Rien pourtant n’est négligé pour anéantir cet esprit de paix et d’ordre si universellement répandu. Les fédérés sont maintenant l’objet de toutes les tentatives de séduction. S’ils suivent le parti des ambitieux, c’en est fait de toute espérance de paix civile. La Société des Jacobites leur a cédé sa salle pour y tenir des réunions le matin, espérant que l’air en serait imprégné de leurs principes au point que les fédérés les approuveraient complètement.

44Il devait y avoir un massacre dans la nuit de la Saint-Sylvestre ; les faubourgs n’ont voulu y être de rien et la mine n’a pas sauté. A présent, les deux partis se reprochent mutuellement ce projet. Hier, lors de la nouvelle élection du président de la Convention nationale, la plupart des députés avaient en mains un exemplaire de l’Ami des Loix qui vient de paraître. On a élu M. Vergniaud, un homme qui est très apprécié pour son caractère et son talent, mais en est d’autant plus diffamé par les Jacobites et la Montagne.

[13]

4511. [A Carl Eugen von Württemberg]
le 24 janv. 1793

46[…] Les événements qui ont lieu ce jours-ci me paraissent trop importants pour que je n’en fasse pas à V.A.S. la relation au jour le jour ; il ne me reste plus que quelques minutes avant le départ de la poste. Aller aux informations et les vérifier, dans une ville aussi grande que Paris où courent tant de fables, nécessite que je passe une grande partie de la journée à parcourir les différents quartiers de la ville. Les gazettes dont chacune ambitionne de dire du nouveau font au moins vingt à trente feuilles ; il faut les lire, les comparer pour être à portée de comprendre les affaires et les événements du jour. Il n’existe plus de sociétés de lecture où l’on échange ou rectifie les nouvelles ; et aller dans les clubs, quel qu’en soit le parti, est lié à bien des conditions qui ne s’accordent pas à mon caractère. Le repos public à Paris n’a été interompu ces [jours-ci] que par l’assassinat du député St Fargeau. Il a été enterré aujourd’hui avec autant d’honneurs que Mirabeau dont il a pris la place au Panthéon, l’Eglise de Ste Geneviève. Son corps avait été exposé la veille. La plaie ouverte, les vêtements dans lesquels il fut poignardé, le sabre nu posé à ses côtés, les paroles qu’il aurait prononcées, « Je meurs en martyr de la patrie » : tout cela fit impression sur le peuple qui courut pour voir le lit de parade. Tout cela effaça des esprits l’impression momentanée, mais faible, que l’exécution du roi avait produite. On ne parle déjà plus de ce grand événement, et le souvenir du jour qui sera inscrit dans les annales de l’Histoire avec tant de soin se sera peut-être dissipé dès la fin de cette semaine dans la mémoire de presque tous les Parisiens. Le Roi a laissé un testament où paraît la fermeté de ses convictions religieuses qui ne l’ont pas abandonné jusque sur l’échafaud.

47Les événements de cette semaine ont presque totalement interrompu les délibérations sur la guerre. Les généraux des différentes armées qui se trouvent maintenant à Paris dressent les plans de la campagne avec la Convention nationale et le ministre de la guerre. Il est peu probable que Dumourier soit commandant en chef, attendu qu’il est l’ennemi du ministre de la guerre dont le parti tient seul à présent les rênes du gouvernement.

[14]

48[A v. Bühler]
le 12 février 1793.

49L’occasion s’offre juste, cher ami, de vous écrire ces lignes en toute sûreté. Je suis seulement fâché d’avoir si peu de temps car on est pressé, et j’apprends ce départ trop tardivement. En cas que la personne [au bas de la page : Schweitzer de Zurich] qui prend cette lettre dût jamais [venir] à Stuttgart, je l’ai priée de vous faire aussitôt savoir son arrivée. Si vous le jugez à propos, vous pourrez alors vous entretenir avec elle de la situation présente. Nul ne connaît mieux que ce Monsieur la politique de la France, les forces et les faiblesses de ce pays, l’esprit de sa Révolution ; vous pouvez vous reposer sur sa discrétion et ses convictions, je vous en réponds. Les relations qu’il eut de tout temps avec les premiers personnages de la France et sa clairvoyance ont pénétré bien des choses tenues secrètes. Je suis assuré de son amitié depuis 4 ans et je jouis dans sa maison des privilèges qui y sont attachés. Parlons maintenant de nos affaires, cher ami. A tout prendre, je dois vous dire qu’il ne fait pas bon demeurer à Paris ; il y faut avaler tant d’iniquités, d’atrocités et de scènes d’horreur qu’on finit par attraper une indigestion contre laquelle il n’est point de remède. Car ici, seule la vengeance tient lieu de remède. Je ne veux pas dire par là qu’on vit dans des transes perpétuelles. Je ne suis pas d’un naturel craintif, mais il est tout de même désagréable, quand on marche dans la rue, de regarder sans cesse à droite et à gauche, devant et derrière soi si la Nation ne vient pas. Je suis logé maintenant à l’Hôtel de Rieger, étant forcé de faire belle figure pour remplir dignement mes fonctions et y être utile. L’ambassadeur a encore ici son suisse et plusieurs de ses laquais, et quand même ces gens-là ne me servent pas, car je n’entends pas mener grand train avec le bien d’autrui, ils n’en donnent pas moins vie à l’Hôtel qui, sans cela, serait triste et vide. Tant que je resterai dans cette situation et que le cours du change avec l’Allemagne sera aussi haut, je pense m’en tirer avec ce qui m’est alloué et tenir ainsi le rang jugé nécessaire à l’état diplomatique, si pesant que m’en soit le fardeau. L’équipage revient assez cher, de même que le port des lettres. Le premier est indispensable, je m’en sers pourtant le moins possible et je convoque plusieurs comités, entrevues, visites, etc. en même temps pour tout régler d’un seul coup. Dernièrement, je fus obligé de l’avoir 5 jours de suite, le ministre me faisant venir en voiture pour rien 5 jours de suite. On peut être assuré que j’en use avec économie et que je n’entreprendrai rien qui soit inutile. Ma commodité et mon plaisir n’entrent absolument pas en ligne de compte.

[15]

50No 17 [A Albrecht Jakob v. Bühler]
le 12 février 1793

51J’use le mieux possible de l’occasion sûre qui s’offre à moi de vous écrire, cher ami, en toute franchise, au sujet de différents points. Je n’en ai eu connaissance malheureusement que trop tard, et je ne serai donc pas en état de mettre en ordre comme il conviendrait tout ce que j’ai à vous dire. Je vous prie d’en faire un extrait et de le présenter à son Altesse Sérénissime. Certaines circonstances ne me permettent pas d’adresser ce rapport directement à Hohenheim.

52Tous les pouvoirs en France sont présentement réunis dans le sein de la Convention, ou plutôt de son Comité secret des Douze. Celui-ci dépose et nomme les ministres qu’elle veut, elle décide de la guere et de la paix, et il ne lui en coûte guère plus qu’un décret pour créer des millions. Les ministres ne sont que ses commis, il reste au Conseil exécutif le mode d’exécution, et encore rarement. Cette forme de gouvernement qui est l’œuvre de la faction dominante ne réside pas dans les lois de l’Etat car celles qu’avait établies la première Assemblée nationale ont été renversées sans qu’on en eût créé de nouvelles. Le gouvernement est donc arbitraire, et on ne saurait se fonder sur le système qui règne maintenant ; ce qui est aujourd’hui marqué au bon coin de la politique peut demain être rejeté, et des traités à peine signés perdent leur validité avant même d’être appliqués, attendu qu’en France il ne règne d’autre loi, d’autre foi que celles dictées par le moment et requises par l’intérêt de la faction. Il n’est qu’une chose où l’on montre de la persévérance, c’est quand il s’agit de reculer les limites de la France, d’entraîner de son côté les possessions étrangères en y introduisant une espèce d’égalité des conditions qui ne rende dangereuse aucune classe de citoyens. De ces divers faits il résulte que, le Rhin étant fixé comme frontière entre la France et l’Allemagne, on veut que toutes les possessions étrangères incluses dans ces limites soient incorporées à la République. On entend vaincre toute résistance par les armes, sinon on tâche d’abuser les sujets de ces territoires par la promesse d’avantages fallacieux pour les déterminer à s’unir à la France. La guerre avec la France dans laquelle l’Empire allemand est impliqué n’est qu’une occasion de mettre à exécution ce projet d’arrondir les frontières. Les rares souverains allemands qui maintinrent jusqu’à présent leur neutralité, avec autant de sagesse que de modération, on été ménagés dans les possessions qu’ils avaient en France pour la bonne raison que l’on pensait de cette manière provoquer des dissensions entre les Etats allemands. Devant le peu de succès de cette entreprise, on leur imposera des conditions telles qu’il leur faudra nécessairement se déclarer soit contre l’Empire soit contre la France. Dans le dernier cas, au mépris des sacrifices qu’ils auront faits jusqu’alors, on les regardera comme des ennemis et on tournera leur conduite antérieure en hypocrisie et en perfidie. Il y a quelques jours, un député du Comité diplomatique déclara à la tribune d’une société : « Nous sommes sûrs de quelques souverains allemands qui se mettront de notre côté. Le duc de Wurtemberg, l’Electeur du Palatinat veulent s’unir à la France, Beurnonville ne répond que du Prince de Nassau et de son voisin dans cette région ; c’est de cette façon que nous prendrons pied en Allemagne. Nous enverrons un ministre plénipotentiaire à Munich qui veillera sur nos intérêts dans l’Empire allemand et y resserrera les nœuds de l’amitié ». [Passage rayé : Ce langage fut tenu devant le Chargé d’affaires de Deux-Ponts connu comme un bon patriote] ; on entend sans doute par le terme de réunion la reconnaissance de la République et la rupture totale avec la Cour hostile ; car il ajoute : « On garantira leurs possessions ». La situation des Princes allemands d’Empire qui ont su jusqu’à présent entretenir de bonnes relations avec la France est extrêmement délicate. Si la France est victorieuse dans cette campagne et que le succès réponde aux grands préparatifs de guerre de la République, il y a tout lieu de craindre qu’on ne rompe la fragile neutralité maintenue jusqu’à présent avec diverses Cours allemandes et qu’on ne la sacrifie aux prétendus intérêts de la République, ne jugeant plus politiquement nécessaire de fomenter la division au sein de l’Etat allemand. La seule chose qu’il reste à espérer pour les Princes d’Empire neutres, s’ils peuvent conserver, en attendant, la bonne entente antérieure, c’est une compensation pour leurs possessions qui se trouvent en territoire français et sur lesquelles on a dessein de mettre la main. L’issue de la guerre est fort douteuse ; si grands que soient les préparatifs contre la France, il n’en faut pas moins songer que c’est l’ensemble de la Nation qui se lève, que les deux grandes sources auxquelles s’abreuve la guerre, l’argent et les hommes, sont inépuisables dans cet empire, que le fanatisme de la Liberté règne dans les cœurs, y répandant courage et bravoure. Les dispositions prises en vue de la guerre sont considérables. Le directoire de l’habillement pour les armées consomme à lui seul journellement un million de Livres, les dépenses dans les autres administrations qui travaillent pour la guerre sont à proportion. La seule chose qu’on redoute est le manque de grains. Vu que la France, environnée d’ennemis de tous côtés, est coupée de ses sources d’approvisionnement et que l’on n’a pas usé de prévoyance pour établir à temps des magasins de grains, les réserves ne tarderont pas à être épuisées. Les champs ne peuvent plus être cultivés comme il faut, les bras manquant pour les travailler, les fabriques compensent certes leur propre pénurie par des machines mais le travail ne peut plus y être poussé aussi vigoureusement. Tout cela ne servira pourtant qu’à exécuter le projet d’invasion avec d’autant plus de zèle afin de s’ouvrir un passage.

53Le printemps et l’été devraient cependant démontrer quelles mesures il conviendra de prendre dans la suite ; autant il serait dangereux et incertain pour le moment de se ranger d’un parti en sacrifiant complètement l’autre, autant il sera profitable d’attendre la fin de cette période pour se décider. La même sagesse qui a jusqu’à présent dominé dans les démarches de la Cour du Wurtemberg et qui, grâce à des négociations, lui a gardé ses possessions en France comme par miracle en dépit de plusieurs incursions, lui inspirera pareillement à l’avenir des solutions pour continuer, dans une position aussi délicate, à préserver son système politique et le bonheur du pays tout en épargnant le sang de ses sujets.

[16]

54No 19 [A Carl Eugen von Württemberg]
le 22 fév. 1793

55La tranquillité dont on jouit depuis quelque temps à Paris est due uniquement au pouvoir absolu du Parti qui règne sur la France actuellement. Il a su écarter tout ce qui s’opposait à lui, et comment ne pas souhaiter qu’il soit pareillement capable d’arrêter à la source la naissance de mouvements qui peut-être se préparent.

56La nouvelle Constitution qui a été proposée a suscité un mécontentement universel. Les Jacobins veulent maintenant en confectionner une autre – ainsi qu’ils l’ont annoncé – qui, à les en croire, sera marquée au coin de la sagesse politique, patriotique et républicaine. La Convention nationale, où l’on peut maintenant entrer sans billets si l’on trouve de la place, a changé sa disposition intérieure, en sorte que le Président et les Secrétaires siègent où était auparavant la tribune des orateurs, tandis que celle-ci est maintenant à l’ancienne place du Président, de même que la barre à laquelle se présentent les pétitionnaires. Au plafond de la salle sont suspendus les drapeaux conquis sur les gardes suisses et plusieurs drapeaux allemands qui furent pris à Spire et dans d’autres occasions. Les travées supérieures, maintenant qu’il y a peu de députés, ont été transformées en sièges pour les spectateurs ; les galeries aux deux bouts et sur le côté ont été maintenue. Il fallut assiter aujourd’hui au triste spectacle de deux députés qui en vinrent aux mains à la tribune, se montrant du reste aussi bons pugilistes qu’orateurs ; cette ardeur patriotique à défendre la cause du peuple peut être choquante dans le moment, mais les motifs qui l’inspirent nous contraignent à la pardonner. On a présenté une motion pour transformer les jardins de Versailles de même que les autres endroits destinés au luxe en champs de blé ; il n’a cependant encore été rien décidé.

[17]

57No 20. Rapport principal [à Carl Eugen]
le 27 février

58Plusieurs feuilles publiques ont parlé depuis quelque temps du rappel du Ch[argé] d’Aff[aires] fr[ançais] à la Cour du Wurtemberg, tout en indiquant que des ordres avaient été donnés pour emporter aussi les archives de Stuttgart. Des nouvelles de source privée m’ont donné lieu de croire, toutefois, qu’on était sur le point d’envoyer un agent du pouvoir exécutif en Allemagne et particulièrement à Stuttgart. Afin de donner du jour à cette contradiction au sujet de laquelle j’avais d’ailleurs déjà obtenu quelques éclaircissements officiels, je m’apprêtais à me rendre chez le ministre lorsque je reçus de Montbéliard un paquet contenant entre autres une lettre au ministre des Affaires étrangères que je devais lui remettre […]. Cette commission m’embarrassa quelque peu. Quoiqu’il me faille penser que le Conseil de Montbéliard a négocié directement avec le ministre des Affaires étrangères, je ne sais pas pour autant s’il peut en être ainsi dans un moment où V.A.S. a un chargé d’affaires à Paris. Le ministre pourrait être incité à penser que ma mission n’est pas légale ou a été annulée, ce qui me mettrait hors d’état de donner à mes propos le poids qu’il convient […].

  • 14 L’incident est rapporté par le « Moniteur Universel » du 16 mars dans les termes suivants : « Le m (...)

59Juste comme ma voiture s’arrêtait, l’agent du Palatinat sortit de l’Hotel du ministre et me dit qu’il n’avait pas pu être reçu. Néanmoins, j’envoyai quérir le suisse en lui faisant dire que je devais parler au ministre ; on me laissa entrer sans difficulté et je fus reçu sur-le-champ. Peut-être ce privilège d’avoir été admis est-il dû à un hasard sur lequel je ne dois pas spéculer. Je dis aussitôt au ministre, à qui il ne m’est jamais donné de parler en tête-à-tête, que je souhaitais avoir souvent l’honneur de lui parler, partie pour lui renouveler l’assurance des bonnes dispositions de V.A.S. partie pour entendre de sa bouche que la France maintient ses relations de bon voisinage avec le Wurtemberg. Je lui observai que si je devais ajouter foi aux nouvelles des journaux, je pourrais avoir quelque doute à ce sujet ; la conduite loyale de la Cour du Wurtemberg à l’égard de la France et la continuité évidente de ses efforts pour maintenir la bonne entente me rassuraient cependant chaque fois que je lisais dans les feuilles publiques des nouvelles qui étaient aussi mensongères qu’insignifiantes. Je n’en parlerais même pas, ajoutai-je, si je n’en prenais occasion de prier instamment le ministre de ne donner créance qu’aux propos que j’avais l’honneur de tenir. Il répondit que la France n’avait nullement changé de dispositions et que, pour preuve de son désir de bonne entente, elle enverrait quelqu’un à Stuttgart dans 8 jours. Il me demanda alors si je n’avais toujours pas de réponse au sujet des questions qu’on négociait à la Cour de Vienne ; je lui dis que je n’aurais point manqué de l’en informer aussitôt. Dans le moment où je reçois l’assurance, poursuivis-je, que la France tâche d’affermir la bonne entente, comment la conduite des départements dans lesquels Monseigneur le duc a des possessions ne paraîtrait-elle pas contradictoire et arbitraire puisqu’ils mettent en séquestre les revenus de ces possessions pour la simple raison qu’on serait autorisé par une loi du 11 janvier 1793 à faire rentrer dans les caisses de l’Etat les revenus des Princes allemands ayant des possessions en France. Je lui représentai que cette loi ne concernait que les possessions des Princes en guerre avec la France, et qu’elle n’était pas applicable à celles que Monseigneur le duc avait en France. Le ministre ne parut pas être instruit de la chose, il commença par mettre en doute que cela fût arrivé, je lui lus alors la lettre que le Conseil de Montbéliard lui avait écrite au sujet de cette affaire à la fin de l’année passée, et je confirmai que cela avait été récemment le cas selon des lettres que l’on m’envoyait justement de Montbéliard. Il dit qu’il pensait pour sa part que la loi n’était pas applicable aux possessions de V.A.S., qu’il se rappelait néanmoins à présent qu’elle avait une portée très générale et qu’on ne l’appliquait que provisoirement, aussi dès qu’on serait fixé sur la neutralité du Wurtemberg dans la guerre d’Empire actuelle ainsi que sur la solution des points dont il avait été question il y a quelque temps, on remédierait aussitôt à toutes les contestations actuelles et on veillerait à éviter toute occasion propre à en causer de nouvelles. On négocierait dès lors directement avec V.A.S. ou par mon entremise à Paris. J’insistai pourtant pour qu’on démontrât combien on était sensible à la conduite de la Cour du Wurtemberg à l’égard de la France en levant le séquestre. Le ministre répondit que, pour se montrer accomodant sur tous les points, on attendait avec impatience une déclaration positive de la Cour du Wurt. relative à son comportement dans la guerre actuelle ; on prendrait alors des mesures qui donneraient sans doute toute satisfaction. Voyant que, pour le moment, il ne serait point donné d’autre éclaircissement, je mis fin à l’entretien. Au sortir de l’Hôtel, j’eus en main le « Deutsche Zeitung » [Le « Journal Allemand »] qui contenait des nouvelles de Deux-Ponts ; je me rendis sur-le-champ chez l’agent de Deux-Ponts ; il était justement occupé à la perception de sommes d’argent qui étaient payées par la Cour de Deux-Ponts pour des avances d’argent et des livraisons de faïence ; il confirma cette nouvelle14 et me dit que l’agent fr[ançais] qui serait envoyé à Deux-Ponts, Munich et Stuttgart avait été chez lui et lui avait dit qu’il avait parlé de cet incident avec le ministre de la Guerre ; lequel lui avait affirmé que l’on désapprouverait le comportement du général, qu’on le casserait et ferait des excuses au duc, l’invitant à retourner dans son pays. – On a des raisons de supposer que dans l’intervalle les sujets de Deux-Ponts auront été déterminés à exiger l’union avec la France, comme cela s’est fait déjà dans plusieurs endroits. Je ne puis rien dire de précis touchant la personne du nouveau ministre plénipotentiaire, on dit qu’il a déjà eu une mission à Deux-Ponts, qu’il est jeune et a des lettres. On voulut me persuader d’aller le voir, mais naturellement, quoique je n’eusse pas été opposé à l’idée de le rencontrer occasionnellement en lieu tiers, je m’y suis refusé, n’ayant pas la moindre commission à lui donner, et lui étant aussi étranger que lui l’est pour moi. Il partira dans 5 jours et, de Deux-Ponts, rejoindra directement Stuttgart, comme on me l’assure.

60La réponse du Palatinat à la question posée par le ministre fr[ançais], de savoir s’il sera pour ou contre la France dans la guerre d’Empire qui se prépare, est revenue hier ; mais on ne m’en a parlé qu’avec beaucoup de discrétion. J’ai cependant appris par un autre canal qu’elle n’est pas satisfaisante pour la France et que, sous le couvert de relations de bon voisinage, on se refuse à donner une explication précise. Je tâcherai d’obtenir sur ce point des informations plus satisfaisantes que je puisse garantir, et d’en faire parvenir une relation à V.A.S. Il y a quelques jours, un député de la ville du Nuremberg s’est présenté à la barre de la Convention nationale pour remettre sur le tapis une histoire de fourniture de fourrage datant de la guerre de Sept ans ; ils furent renvoyés, lui et sa requête, au Comité des liquidations. Cette demande fut faite dans un moment si peu convenable que je doute fort que la ville de Nuremberg eût été au courant ; il s’agit propablement d’un de ceux qui ont fait des spéculations sur ces demandes et qui maintenant, selon qu’ils en ont fait peu ou beaucoup, se sentent victimes d’un passe-droit […].

[18]

6121. [Rapport à Carl Eugen von Württemberg]
le 2 mars

  • 15 ms : « Kreuzer ». Nous traduisons « Kreuzer », employé dans le texte, par « Sol », sans opérer la (...)
  • 16 « ein deutscher Taler » au ms. Ici aussi, on peut proposer une équivalence communément admise, cel (...)
  • 17 Cf. note du 26 février 1793 dans le « Journal » de Wolzogen. Le texte figurant ici est celui du jo (...)

62Le manque de pain qui se fit sentir au commencement de cette semaine n’était pas machiné avec assez d’ingéniosité pour que les personnes qui aiment la tranquillité et l’ordre ne pussent dans l’instant dissiper les craintes. On avait répandu le faux bruit que la ville de Paris et les boulangers n’étaient pas suffisamment pourvus de farine. Tout le monde se rua alors dans les boutiques et les gens qui d’ordinaire prenaient un pain en exigèrent à présent quatre ou cinq en vue de faire leurs provisions. Dès que des assurances furent données et que l’état de l’approvisionnement fut connu, cette fermentation se calma. Elle éclata d’autre manière. Les blanchisseuses se plaignirent de renchérissement du savon – la livre coûtait 48 Sols15 –, elles portèrent leur pétition devant le Conseil de la Commune et devant la Convention ; ces femmes étant grandes amatrices de café, ici autant qu’en Allemagne, il fut aussi question de la cherté de cet article et de celle du sucre, ce dernier valait un écu d’Allemagne16 la livre. Dans ce même moment parut dans la feuille populaire d’un député, Marat, intitulée « L’Ami du peuple », le passage suivant : « Dans tout pays où les droits du peuple ne sont pas de vains titres, [consignés fastueusement dans une simple Déclaration], le pillage de quelques magasins, à la porte desquels on pendrait les accapareurs, mettrait bientôt fin à ces malversations17 ». Ce qui fut fait dès le lendemain. Le peuple assaillit les boutiques des épiciers, en pilla quelques-unes, dans d’autres il taxa le savon à 24 Sols, le sucre et le café à 36 Sols, et les scènes durèrent sans discontinuer pendant 2 jours. Le Général [de la Garde] de Paris était à Versailles, le Conseil de la Commune fut empêché par les spectateurs des tribunes de prendre des mesures d’urgence. Enfin, après 24 heures de pillages, on battit la générale, les patrouilles parcoururent les rues, et peu à peu les troubles cessèrent. Même si cette insurrection, comme il y a lieu de le croire, fut effectivement concertée, il semble bien qu’elle n’était pas venue à maturité car on s’en est tenu au pillage des boutiques des épiciers. A présent, les partis s’accusent mutuellement d’avoir fomenté les troubles, et Marat, en particulier, rejette la faute sur le parti de l’ex-ministre Roland.

63On attend à tout moment la nouvelle de l’invasion de la Hollande par Dumourier. Breda est pris, selon un courrier qui courait à bride abattue sur les boulevards il y a une heure avec des rubans aux couleurs nationales et deux postillons […]. L’Angleterre continue de prendre les mesures les plus rigoureuses contre les Français. Ordre a été donné de ne laisser aucun passager, de quelque nation qu’il soit, quitter les ports français pour se rendre en Angleterre s’il ne possède pas un passeport de Lord Greenville. Environ 20 Anglais sont retenus à Calais, n’ayant pu s’embarquer dans le paquebot anglais qui continue à transporter les lettres de Douvre à Calais, parce qu’ils n’avaient pas cette sorte de passeport. Le baron Stahl, ambassadeur de Suède [est] arrivé avant-hier [rayé : au grand étonnement de nombreuses personnes]. Rien n’a encore percé de ses intentions.

64La famille de Louis XVI est toujours au Temple ; on a tenté, il y a quelques jours, de la persuader d’aller se promener dans la cour ou sur la plate-forme. Elle a refusé. D’après les détails reçus, la France a demandé, conjointement avec d’autres prétentions adressées au Palatinat, le libre passage des troupes françaises. La Cour a toutefois représenté l’impossibilité d’y consentir. En ce moment, on traite pour que le ministre plénipotentiaire désigné, Desportes, y soit reconnu. Pourtant, rien n’est encore décidé et l’on attend de nouvelles précisions. Pour ce qui me regarde, on ne m’a pas encore demandé d’éclaircissements, et jusqu’à présent j’ai soigneusement évité tout ce qui pourrait y conduire.

[19]

65[Carl Eugen von Württemberg à W. v. W.]
Hohenheim, le 25 fév. 1793,
reçu le 5 mars

66Mon cher Conseiller de légation de Wollzogen,

67J’ai bien reçu vos derniers rapports et J’ai ainsi appris la nouvelle surprenante que le Conseil exécutif provisoire avait l’intention d’envoyer à la place du secrétaire de légation Dousset un ministre plénipotentiaire officiel.

68Je vous ordonne de bien vouloir fixer toute votre attention sur cette question de la nomination d’un ministre à la Cour ducale ; s’il advenait que vous appreniez, même indirectement, que telle est bien l’intention du Conseil exécutif, il vous appartiendrait dans ce cas de vous rendre sur-le-champ chez le ministre Le Brun et de lui expliquer franchement ma position que voici : « Une telle démarche Me jetterait dans un fâcheux embarras et elle aurait le désagrément de Me mettre, tout en allant à l’encontre de Mes souhaits et de Mes inclinations, hors d’état de remplir comme je l’ai fait jusqu’à présent Mes obligations de bon voisinage, attendu que les puissances belligérantes M’apporteraient de tels empêchements pour que fussent rendus à ce personnage officiel les honneurs dus à son rang que l’offense qui en résulterait Me serait imputée à faute sans qu’il fût en Mon pouvoir de l’éviter. Car, après tout, il importe peu à la France, tant qu’à confier ici une mission à quelqu’un, que ce dernier ait un caractère officiel ou ne séjourne à Stuttgart qu’à titre privé.

69En tout état de cause, il M’était permis d’espérer, après avoir donné tant de preuves de Ma sincère volonté de ne pas prendre part à la guerre actuelle, particulièrement eu égard à Ma dernière tentative auprès de la Cour impériale, tentative dont le résultat n’est pas encore assuré pour le moment, que l’on ne Me ferait pas de difficultés pour une simple affaire d’étiquette. Mon vœu le plus cher, qui est de continuer à maintenir avec la France des relations de bon voisinage, serait complètement ruiné uniquement parce qu’on exigerait de Moi des actes qu’il n’est pas en Mon pouvoir d’accomplir ».

70Monsieur le Conseiller de légation, vous voudrez bien vous tenir dans une prudente réserve et faire bon usage de ce qui vient d’être dit. J’attends la suite des rapports que vous m’envoyez avec assiduité et Je reste, Mon cher Conseiller de légation Wollzogen

71votre très affectionné
Charles DdW.

[20]

72No 26 [A Albrecht Jokob v. Bühler]
le 15 mars [1793]

  • 18 Allusion à l’appel de Danton : « Soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être, organisons u (...)

73J’ai reçu avant-hier une lettre anonyme dans laquelle on m’affirme qu’il a été question de mettre en prison tous les agents des Cours étrangères, excepté les Américains, de s’emparer de leur correspondance et de les garder comme otages si les ennemis avançaient. La proposition n’est pas passée, à deux voix près seulement. Mais, ajoute-t-on, cela peut revenir un de ces jours et alors on ne répondra plus de rien. On me prie de brûler la lettre à l’instant et on me charge sur mon honneur de n’en faire usage que pour mon particulier. Je ne vais pas m’entourer de précautions sur une simple lettre anonyme ; je ne redoute personnellement aucun danger ; le poste que j’occupe, s’il ne me protège pas des mauvais traitements, ne doit pas être du moins une source d’appréhension. Si je rapporte cet incident, c’est seulement pour qu’il ne cause pas d’étonnement en cas qu’il surviendrait quelque chose. L’anarchie et le despotisme en sont à leur plus haut degré. Le terrible Tribunal de la Révolution, celui de l’appel18, est institué, et la guillotine sera permanente dans quelques jours. [rayé : A présent, la tyrannie est au dernier point, elle ne peut aller au-delà]. Je ne crois pas que je pourrai continuer mes rapports ; écrire en chiffres est regardé comme un crime […].

[21]

74[A v. Bühler]
Paris le 18 mars 1793

75Quel que soit le plaisir que j’aurais à entretenir avec vous, cher ami, une correspondance régulière, je ne m’en vois pas moins contraint de me plier aux circonstances et de ne confier à la poste que ce qu’elle a le droit de savoir. Je souhaiterais vivement m’expliquer avec vous sur un certaine nombre de points, ces éclaircissements me mettraient en état de m’y référer le cas advenant. La politique telle qu’on la conçoit à Stuttgart et celle qui se façonne à Paris même sont trop différentes pour qu’elles puissent coïncider. Bâtissez (permettez-moi, en ma qualité d’architecte, cette parabole), bâtissez sur un tas de sable amassé par le vent le plus beau palais d’Europe ; plus il sera solide et massif, moins les fondements résisteront et en une seule nuit votre belle œuvre sera détruite ; encore heureux si vous n’êtes pas enseveli sous les décombres. Et si vous êtes poussé par un caprice à demeurer sur ce tas de sable, contentez-vous du moins d’y dresser une tente que l’on remportera aussi promptement. Fiat applicatur.

76Dans nos journaux fr[ançais], je lis beaucoup de choses au sujet du Wurtemberg. Tantôt c’est le contingent du Wurtemberg qui, le 28 février, marche sur Durlach ; tantôt ce sont les troupes du Cercle de Souabe qui se joignent à l’armée autrichienne ; tantôt ce sont les Emigrés qui relèvent la tête à Stuttgart, puis retournent dans leurs caches. Je prends toutes ces absurdités pour ce qu’elles sont ; mais je conjecture néanmoins que des mouvements de troupes ont eu lieu dans les garnisons du cercle de Souabe, et je souhaiterais être au courant de ces nouvelles pour ne pas demeurer court dans mes réponses.

77Tous les discours roulent à présent sur la question : pouvons-nous rester neutres ou non ? La France évalue l’existence politique des Etats d’Europe uniquement d’après la force des armées qu’ils possèdent. Il faudra prendre, en ce qui nous concerne, une autre échelle, et on ne veut pas trouver celle-ci ou ne pas l’employer. Mais assez parlé de cette marchandise politique, en France c’est de la contrebande et elle ne s’accorde pas à la liberté républicaine.

78Pour ce qui regarde mes finances personnelles, je me contenterai de vous dire qu’elles ont besoin de votre intercession […]. D’avoir grand train ne fut jamais mon fait et me serait extrêmement à charge. Je crois l’avoir démontré à Stuttgart. Mon plaisir et mes aises ne doivent pas entrer en ligne de compte ; je n’ai même pas encore été, depuis que je demeure à Paris, à un seul des grands spectacles. Je suis occupé de 6 heures du matin à minuit : Les visites de convenance et les entretiens diplomatiques, chez moi ou ailleurs ; ma correspondance ; un journal politique que je tiens ; les 20 à 30 gazettes que je dois lire journellement ; de nombreuses commissions d’achat de meubles ; les allées et venues en ville pour recueillir des nouvelles, les vérifier et les comparer. Et pourtant j’aimerais bien disposer de quelques heures pour acquérir des connaissances dans les domaines auxquels je me destine. […]

[22]

  • 19 Georg Friedrich Boigeol (1756-1843), ancien condisciple de Schiller à la Karlsschule (Ecole de Cha (...)

79[De Georg Friedrich Boigeol19]
Reçu le 22 mars

80Monsieur

81Désirant me rappeler à Votre souvenir, je viens Vous remercier de celui que Vous avez bien voulu me faire témoigner il y a quelque temps par M. Jeanmaire.

82Je viens aussi Vous remercier au nom de ma patrie des Services importons que Vous lui rendez actuellement en travaillant en notre faveur et en détruisant de faux bruits et des préjugés qui auroient pu nous devenir funestes.

83Nous Vous devrons beaucoup, Monsieur, si nous avons le bonheur de jouir encore de la Paix et de la tranquilité que la conduite exemplaire du Duc et le bon esprit de nos Concitoyens nous ont conservé jusqu’ici.

84Au milieu de l’agitation universelle ce petit pais présentera un Phénomène frapant à bien des égards. Tandis qu’ailleurs on accusera la grande Nation qui nous environne, la sureté d’un très petit peuple placé au milieu d’elle sans nulle défense sera un témoignage touchant de sa justice.

85Il semble que notre situation et notre faiblesse doivent intéresser sa générosité. Et s’il falloit d’autres motifs pour être ménagés de sa part, je les trouverais dans la conduite fraternelle que nous avons toujours observée vis à vis de nos voisins, leur ayant toujours accordé tout ce qu’ils pouvoient espérer de notre part. Ainsi aujourd’hui ils tirent librement de ce Païs tout ce qui peut leur être utile comme foin, paille, avoine et même soldats, la plus part de nos jeunes étant allés s’enroller sous les drapeaux françois pour les aider à deffendre la liberté, en sorte que nous avons à peu près autant de nos Citoyens au Service que si nous étions françois. Cela ne vous surprendra pas en Vous rapellant que la liberté n’est peut être nulle part plus ancienne, plus étendue, plus chérie, que dans ce même petit pais. Vous connoissez nos franchises et leur antiquité.

86Il est heureux pour nous que le Duc depuis longtems ami de la Nation françoise ait toujours persisté dans ces mêmes sentimens malgré les sollicitations et l’exemple de tant d’autres Princes.

87Etant dans ses Etats, les plus libres d’Allemagne, à la tête d’une Constitution toute populaire, il aime la Liberté. Aussi dès qu’elle a commencé à s’établir en France, il en a montré publiquement sa satisfaction, et sa conduite ne s’est pas démentie un instant jusqu’ici. Il semble même qu’il a persuadé tout le Cercle de Souabe à adopter la neutralité ce qui fortifiera beaucoup le parti de l’oposition à la Diète de l’Empire, dans le cas où la guerre contre la France y seroit proposée.

88Cette conduite du Duc et la fermeté avec laquelle il oppose la tranquilité de ses peuples à tous les motifs que je sais qu’on lui allégue pour l’entrainer dans un parti contraire, doivent le faire estimer des françois et lui valoir une place distinguée dans leur opinion. Ils doivent montrer par son exemple qu’il est sage et utile de rester leur ami. En attendant il s’est fait chérir par le peuple de ce Pais qui auparavant lui étoit déjà très attaché. En voici une preuve sensible. Vous savez sans doute la visite que nous reçumes le 1er 7bre de l’année dernière par environ quatre mille de nos voisins, la fraternité avec laquelle nous les fêtâmes ? et leur satisfaction en nous quittant le jour suivant, chantans l’éloge des bons montbéliards. Pour faire plaisir à nos voisins on a ensuite planté l’arbre de liberté en Ville et dans les Villages, et même pour oter tout soupçon de mécontentement, le Conseil à ma requisition invita par une proclamation la Commune des Bourgeois à s’assembler et à faire les demandes et déliberations qu’ils trouveraient bon. – Toute la Commune s’assembla en effet, ce qui étoit absolument nouveau. Les seuls officiers civils n’y parurent pas dans la crainte de gêner leurs Concitoyens par leur présence – Rien ne s’opposoit au Vœu des habitans, pas un soldat, pas une bayonette, la petite garde du Chateau ayant été toute licenciée peu auparavant. Leur raison et leurs sentimens fesoient la seule règle de leur Volonté – Eh bien, Monsieur, sur la proposition faite de délibérer si l’on conserveroit le Gouvernement, on vit le bon Peuple verser des larmes, jurer de nouveau son attachement à son Prince en lui votant des remercimens et des veux.

  • 20 Le « sieur » Laveaux dirigeait le « Journal de la Montagne ».*

89Cela n’empêche pas de temps à autres quelques malveillans ou gens à projets qu veulent se faire le mérite du jour, ne nous calomnient nous ou le Duc. Le plus outré, le plus méchant est le Sr Laveaux et vous savez pourquoi. Comme sa gazette20 circule dans nos Contrées et que ses calomnies en imposent à nos voisins, si je connoissois le brave Citoyen Carra, qui je crois le protège, je le prierois d’inviter cet homme à oublier ses vieilles rancunes contre un Prince qu’il a servi pour s’occuper de la chose publique qu’il sert à présent.

  • 21 Porrentruy fut réuni à la France le 23 mars 1793.*

90Vous savez sans doute, Monsieur, qu’il y a dans le Porrentruy des Commissaires de la Convention et du Pouvoir exécutif. Suivant les nouvelles que je reçois, ils auront achevé dans peu de jours le travail de la réunion de ce petit païs21. Des personnes qui se disent instruites m’assurent qu’alors ils viendront aussi chez nous. Mais je n’en crois rien et notre petitesse doit nous faire disparoitre au milieu des vastes desseins qui occupent les Législateurs françois. La population du Porrentruy est de passé soixante mille ames, la notre d’environ Dix mille. Après le nombre de jeunes gens qui ont déjà passé au service de la nation, on auroit peine à former encore chez nous un Corps de 4 à 6 cents hommes. Je sais encore moins comment nous pourrions le solder et nous n’avons point d’armes – tandis que le Duc et son Cercle en se coalisant avec l’Empereur fourniroient un Corps d’armée de Trente mille hommes. Il me semble donc qu’il n’y auroit nul avantage dans notre réunion : Et les frais de bureaux pour la garde de ce pais cesseraient si l’on nous accordoit le commerce libre avec nos voisins. Que vous en semble ? Voilà une grande lettre qui montre bien le plaisir que j’aurois de m’entretenir quelque fois avec vous et mon empressement de recevoir de vos nouvelles.

91En attendant je vous prie d’agréer les assurances du sincère dévoûment avec lequel je suis, Monsieur, Votre très humbl[e] et t[rès] ob[éissant] serviteur

92Boigeol
Montbéliard le 9 Mars 1793

[23]

9328. [A Carl Eugen von Württemberg]
le 26 mars 1793.

  • 22 Les éditeurs allemands signalent que ce rapport de W. v. W. n’a pas été retrouvé. Le décret auquel (...)

94Il règne dans ce moment à Paris une espèce de morne silence qui présage une terrible éruption dans les prochains jours. Les prisons s’emplissent et dans un espace de 8 jours on interroge jusqu’à 900 personnes qui ont été arrêtées. Les horribles scènes des deux et trois septembre, dit-on, vont se renouveler, c’est du moins ce que soupçonne le commun qui ne se fie pas à l’humanité de la police. Les nouvelles provenant de la province rendent un son très alarmant. L’armée des rebelles en Bretagne gagne chaque jour du terrain et le Général Macé qui a été envoyé contre eux a été complètement défait. Dumourier dans les Pays-Bas est sur le point d’évacuer ce territoire et de se retirer sur la frontière. Tout cela ne décourage pourtant pas les patriotes parisiens qui s’apprêtent à faire face intrépidement à tous ces périls. On voit depuis quelques jours dans toutes les rues de Paris des volontaires qui ont été enrôlés et se rendent aux frontières tandis que des contributions volontaires sont exigées de toutes parts. On insiste particulièrement pour que tous les étrangers sans exception soient expulsés, et le décret que je citais à V.A.S. dans mon rapport du 23 mars no 2722 est déjà mis en vigueur.

95Les préparatifs de guerre vont toujours bon train, et les sommes qu’on y destine sont énormes – en février de cette année elles se sont élevées à 223 millions 110 mille Livres. Le recrutement de volontaires, dont on affirme qu’il est la cause des nombreux troubles qui ont éclaté dans les provinces, paraît mieux aller d’après les rapports qui arrivent à la Convention. C’est dans ce printemps, estime-t-on ici à Paris, qu’il se décidera si l’arbre de la Liberté ou la fleur de lys triomphera à l’avenir […]. On se reproche beaucoup de ne pas avoir détruit Guernesey d’où partent en grand nombre des émigrés qui sont débarqués sur la côte et rejoignent les rebelles pour se mettre à leur tête. Bien des gens craignent, ce qui n’est guère vraisemblable, que cette troupe augmente sans cesse et ne finisse par marcher sur Paris.

96Nombreux sont ceux qui tâchent de se récupérer en vendant leur magasin. Daguerre vend le sien avec la plus grande précipitation ; cette décision fut si rapide que je n’ai même pas pu prendre les ordre de V[otre] A[ltesse] S[érénissime] touchant des achats éventuels. Le baron Stahl se tient toujours à Paris, toutefois uniquement en particulier. Les journaux avaient dit qu’il était venu ici pour reconnaître la République ; pourtant, cette nouvelle ne semble être qu’un canard ; peut-être qu’il en est question dans des instructions secrètes, mais officiellement rien n’a transpiré. Le baron Blum s’en va – il passera par Ulm, Ratisbonne.

[25]

97No 29. [A Carl Eugen von Württemberg]
le 30 mars 1793.

98C’était hier le jour fixé pour le désarmement de tous les suspects. Le rappel fut battu de bon matin, les sections mises sous les armes et des perquisitions faites dans toutes les maisons. Toutes les personnes se trouvant dans la rue furent sommées de montrer leur carte civique. Si elles n’en avaient pas, elles étaient arrêtées. C’est pourquoi on ne voyait pas grand’ monde dans les rues, les équipages avaient complètement disparu car on faisait aussi la chasse aux chevaux de parade. Les barrières étaient fermées, personne n’était autorisé à sortir de la ville sans passeport. Vu qu’une loi punit de mort toute tentative de fermer les barrières sans un décret de la Convention, on l’éluda de façon singulière : on prétexta que les barrières étaient simplement gardées et que quiconque en avait la permission pouvait sortir. Attendu qu’on ne connaissait pas la raison de ces mesures, elles répandirent une crainte universelle ; il courut les bruits les plus épouvantables : dans un quartier on disait qu’on égorgeait les députés, dans un autre qu’on attaquait les prisons. Ces bruits prenant toujours plus de consistance, et nul n’osant se hasarder hors du logis en vue de les rectifier, j’entrepris de faire le tour de différents quartiers de la ville. En tout lieu, je trouvai des citoyens en armes et des commissaires qui perquisitionnaient, mais nulle part le moindre désordre ou la moindre violence [En marge : On arrête Morris]. Sur ces entrefaites on avait été chez moi, on s’était enquis de tout, mais il n’avait point été fait de fouille, car les commissaires étaient accompagnés du même capitaine qui était venu chez moi il y a quelques semaines afin de demander une contribution volontaire pour l’équipement des volontaires de la Section. J’avais représenté à cette occasion qu’en ma qualité d’agent d’un souverain neutre je ne pouvais rien donner, mais je le priais de distribuer 3 Louis d’or parmi les pauvres de la Section. C’est à cette contribution que je dus le cas qu’ils se fissent éconduire par le suisse placé à la porte. Les nouvelles touchant la politique et la guerre sont connues si tardivement qu’on en croirait le théâtre éloigné de plusieurs centaines de lieues […].

99Je reçois à l’instant l’ordre de V.A.S. du 14 mars, parti de Stuttgart le 18. Le cachet n’est pas tout-à-fait intact, et je suis tenté de soupçonner que la lettre a été ouverte […].

[26]

100No 31. [A Carl Eugen v. Württemberg]
le 5 avril 1793.

101[…] On parle aujourd’hui d’un débarquement des Anglais en Bretagne – ce qui est certain, c’est qu’ils se sont rendus maîtres d’Ostende. En Bretagne même, 40 000 rebelles sont sous les armes, n’attendant que le moment de se joindre à l’ennemi. Ces nouvelles ont beau être accablantes pour de bons patriotes, elles ne sont pourtant pas de nature à ébranler des convictions républicaines. Il y a bien de-ci delà quelques personnes qui ont l’audace de croire que la République est à l’agonie et qu’il est temps de penser à sa sécurité personnelle ; mais la plupart n’éprouvent pas ce genre de crainte. Paris est même plus calme que jamais ; n’étaient les nombreuses arrestations qui sont opérées, on ne se douterait pas que l’ennemi est aux frontières. […]. Tous ceux qui prêtent secours aux projets du traître [Dumourier], ou qui seulement les approuvent, sont passibles de la mort. Le général Santerre est à la tête de 120 000 hommes et de 12 000 canons. Le projet consiste, si les ennemis marchent sur Paris, d’enrôler toutes les personnes de sexe masculin, de les munir de vivres pour une semaine et de les envoyer contre l’ennemi.

[27]

102No 33. [A Carl Eugen von Württemberg]
le 15 avril [1793]

  • 23 Le duc d’Orléans, dit Philippe Egalité, avait été arrêté le 6 avril 1793.*

103Si importants que soient les événements qui adviennent au dehors de Paris et surtout sur les frontières, il en est fort peu à être divulgués. Soit que la communication fût interrompue soit que les nouvelles fussent tenues secrètes. En ce qui concerne la politique du gouvernement français, j’allèguerai l’incurie des ministres et de nombreux membres de la Convention, l’embarras inextricable de la situation et l’activité désordonnée du gouvernement qui, non content de ne plus embrasser l’ensemble des affaires, néglige complètement les moins importantes d’entre elles, surtout la méfiance universellement répandue et la prudence dès lors requise pour expliquer les lacunes qui paraissent dans les rapports que j’envoie à V.A.S. sur tous ces points, lacunes que je ne pourrai combler que de vive voix. C’est pourquoi je me borne aux seuls événements survenus à Paris. Les Bourbons ont été transférés sans délai à Marseille, sauf l’épouse de M. Egalité23 ; les habitants de Vernon, résidence de son défunt père, se sont refusés à la livrer et ils ont prétexté que cette dame ne pouvait se déplacer hors de sa chambre. Le 3e fils de M. Egalité, âgé de 24 ans, a montré beaucoup de morgue au cours de son interrogatoire. On raconte qu’à la question à lui posée s’il était aristocrate, il a répondu d’un ton déterminé « oui ». Avant d’être conduite à Marseille, cette famille avait été répartie entre les différentes prisons de Paris. Mme Bourbon était détenue à l’Hotel de La Force ; les autres à l’Abbaye. On dit cependant que M. Egalité sera ramené à Paris pour y être jugé devant le nouveau Tribunal révolutionnaire. Ce Tribunal a déjà, en 4 jours, fait guillotiner deux personnes, un noble émigré qu’on avait découvert et un canonnier qui avait parlé de rétablir la dignité royale. Le Manifeste du prince de Cobourg est loin de faire autant sensation que celui du duc de Brunsvick l’année dernière.

104[…] L’acharnement des divers partis à la Convention est tel qu’avant-hier soir il a failli dégénérer en voies de fait. Un député du côté droit avait tiré l’épée à la vue d’un pistolet braqué sur lui dans les travées de ce qu’on appelle la Montagne. Les séances ne consistent guère dans autre chose que dans une suite d’attaques personnelles, de réquisitoires et de plaidoiries : la Montagne reproche au côté droit de s’entendre avec Dumourier, le côté droit accuse la Montagne de comploter avec Orléans, de financer les anarchistes. Marat, le soi-disant ami du peuple et président des Jacobins, ce député qui prêche les mesures les plus atroces, les plus sanguinaires avec une violence qui se tourne souvent en accès de fureur, a été décrété d’accusation après un grand débat à la Convention pour avoir proposé au Club des Jacobins de courir sus à ses ennemis qu’il appelle les ennemis du peuple. Cette fermentation qui gagne la Convention aura des suites ; un parti doit nécessairement succomber et le salut de l’Etat dépendra du triomphe de l’un d’eux. En attendant, les Fédérés marseillais sont de retour à Paris, il en est arrivé dès hier 400. Ce sont les signes avant-coureurs de quelque dessein que l’on médite de mettre à exécution.

  • 24 Georg Forster avait participé au 2e voyage autour du monde de Cook (1772-1775). Elu député de la C (...)

105On fait beaucoup de difficultés aux étrangers qui sont à Paris. On leur refuse les passeports, et le Conseil de la Commune, qui est actuellement tout puissant dans la capitale, propose de se saisir de tous les étrangers sans distinction et de les garder en otages. Hier, au cours d’une procession solennelle, les réfugiés liégeois ont transporté leurs archives à l’Hôtel de la Ville de Paris ; la procession dura près de 4 heures. Les députés de la Convention mayençaise, parmi lesquels se trouve le savant Forster24 qui a fait le voyage autour du monde avec Cook, sont toujours ici et assurent la Convention nationale de l’attachement de leurs compatriotes à la liberté française.

[28]

10637. [A Carl Eugen v. Württ.]. Paris, le 4 mai 1793.

107J’ai exposé à Votre Altesse Sérénissime dans le dernier rapport n° 36 que j’ai eu l’honneur de Lui adresser le 30 avril les raisons pour lesquelles je crois devoir, maintenant que Montbéliard est évacué, ne plus insister comme auparavant pour qu’il soit répondu à mes lettres envoyées au Ministre des Affaires étrangères. La situation étant demeurée entre-temps inchangée, je garde ainsi en mains l’avantage d’une plainte justifiée et la possibilité d’en faire usage au moment opportun. Il appert par différents entretiens que j’ai eu avec des personnes qui sont instruites des dispositions du Conseil exécutif que l’on commence à rendre justice aux sentiments pacifiques de V.A.S. et que l’on règlera sa conduite en conséquence. Quoique cela réponde à nos vœux, je crois devoir toutefois répéter ici qu’on aurait tort de faire fond sur cette promesse indirecte, attendu que le système actuel, ou plutôt l’existence de principes éphémères, est trop incertain pour qu’on puisse se reposer entièrement là-dessus. Il y a quelques jours, quand on présuma que Dumourier gagnerait Stuttgart, on m’a fait sonder discrètement pour savoir comment il y serait accueilli ; je n’ai pas hésité à assurer que V.A.S. agirait à cette occasion conformément au principe de bonne entente avec la France qu’Elle a strictement observé jusqu’à présent. Les troubles causés par les rebelles et les grands progrès qu’ils ont faits le long de la Loire dans le département de la Vendée ont pour conséquence le recrutement de 12 000 hommes dans Paris, qui formeront un corps destiné à marcher contre l’ennemi intérieur. La levée ne devrait pas se faire par tirage au sort, mais par la réquisition arbitraire des hommes non mariés de 18 à 50 ans, sur décision de certains comités. L’ordre fut donné de rechercher les commis de bureaux chez les banquiers et les marchands. Cela engendra à son tour des désordres à Paris et fait que le projet n’a pas encore abouti. L’enchérissement des grains et les solutions pour y remédier occasionnent une agitation inquiétante ; à Rouen, une violente rébellion a éclaté et n’est pas encore tout à fait calmée. Avant-hier, 3 000 femmes environ se sont rendues de Versailles à la Convention pour demander que les grains soient taxés à un certain prix. Elles campèrent dans la salle des Jacobins jusqu’à ce qu’il fît nuit. Le faubourg Saint-Antoine s’est lui aussi soulevé, menaçant la Convention de se mettre en état d’insurrection si l’on ne trouvait pas de remède. Dans cette occasion et dans d’autres, les spectateurs des tribunes provoquèrent un tel tumulte qu’on délibéra pour savoir si on ne devait pas les jeter dehors. Ils n’attendirent pas que cette décision fut prise pour quitter la salle.

108Le Tribunal révolutionnaire procède toujours avec une grande sévérité. Il suffit d’avoir exprimé à haute voix le souhait d’avoir un roi pour que la mort soit prononcée. Il y a quelques jours, une cuisinière qui avait parlé sur ce sujet a été guillotinée ; aujourd’hui trois personnes dont un ancien fermier général seront guillotinées. L’exécution se passe généralement sur la place du Caroussel à côté de la maison de l’argentier Auguste. Quelques condamnés font preuve d’un incroyable sang-froid, certains ne cessent, jusque sous le couperet, de crier « vive le nouveau roi », d’autres plaisantent irrévérencieusement avec la foule nombreuse assemblée sur les lieux. La légèreté des Parisiens est si grande que dans quelques théâtres, pendant que ces scènes ont lieu sur la place du Caroussel, les passages faisant allusion à la malheureuse situation de la France sont frénétiquement applaudis. Le journal ci-inclus donnera une idée de la manière dont il est procédé lors de la découverte de complots. Le décret cité au commencement n’est pas correctement indiqué, il faut lire comme il suit : Decr. Republicainno du 4 mai 93.

[29]

109No 38. [A Carl Eugen von Württemberg]
le 9 mai 1793.

  • 25 W. v. W. avait déjà tracé dans son rapport no 24 du 7 mars 1793 un portrait de Desportes : « C’est (...)

110La constitution du Comité de salut public a eu pour conséquence que toutes les affaires de politique extérieure sont elles aussi évoquées devant ce Comité et que le Conseil exécutif ne décide plus de rien à présent. Les ministres travaillent continuellement avec les membres du Comité et ne reçoivent donc leurs instructions que de lui seul. C’est ici que désormais se trouve l’affaire de Montbéliard et le ministre attend la décision pour répondre à mes lettres. Je ne néglige cependant aucune occasion de rappeler que cette question doit être examinée dès que possible et des ordres donnés en vue de son règlement ; cela devrait maintenant faire d’autant moins de difficultés que la présence de Dumourier à Stuttgart a prouvé de façon convaincante que l’on peut se fier aux bonnes dispositions de V.A.S. à l’égard de la France. On le reconnaît d’ailleurs et cette conduite, publiée et commentée ici dans tous les journaux, devrait avoir les plus heureuses conséquences. Je serais tenté de conjecturer qu’elle a été à l’origine de l’envoi, auquel on pense de nouveau, d’une personne sûre à Stuttgart afin d’y faire diverses propositions. Je l’apprends à l’instant : cette personne, c’est Desportes25 qu’on attendait il y a quelque temps, un homme jeune, de 30 ans, qui fut déjà chargé auparavant des intérêts de la France à Deux-Ponts. Sous prétexte d’un voyage pour raisons de santé, il partira d’abord pour Deux-Ponts y rétablir la bonne entente et inciter le duc de Deux-Ponts à retourner dans ses Etats. Quant à ses autres missions pour l’Allemagne, on les cache soigneusement ; j’ai des raisons de penser qu’elles ont pour objet la cession à l’amiable de Montbéliard et l’accord que l’on doit conclure à cette fin.

111On a fini par mettre sur pied, non sans mal, un corps de 800 hommes qui marchera contre les ennemis de l’intérieur. Les citoyens riches ont été obligés de donner des contributions considérables ; on a fait des collectes dans toutes les maisons ; dans une section, il y en a 48 dans Paris, cette collecte à elle seule s’est élevée à 130 000 Livres. En outre, un emprunt forcé est ouvert, chacun étant taxé d’après sa fortune, et la proportion établie en sorte que celui qui a 50 000 fl de revenus devra en donner 20 000. De plus on s’empare des chevaux de luxe, et la signification de ce mot est extensible jusqu’à y comprendre les équipages des personnes de complexion délicate en alléguant que celles-ci peuvent se faire porter en porte-chaises. Dans quelques quartiers de Paris, les équipages sont arrêtés en pleine rue, les chevaux dételés et confisqués.

112Demain, la Convention nationale s’établira dans la salle qui a été aménagée pour ses délibérations aux Tuileries, du côté de la chapelle, et l’on dit qu’elle convient très bien à l’objet de sa destination. Le Palais lui-même prendra désormais le nom de National […].

[30]

113[A v. Bühler]
Paris, le 9 mai 1793.

  • 26 l’expression (traduite ici littéralement : « von Pontio zu Pilato herumgeführt werden ») existe au (...)

114Vous devez avoir reçu, cher ami, mes lettres du commencement de mai et jugé par elles comment j’en use avec les aimables propositions de m’attribuer des récompenses. Pour ce qui regarde notre situation de laquelle vous voulez être informé, je suis obligé de reconnaître qu’elle est fort précaire ; quoique Son Altesse Sérénissime persévère dans le système de bonne entente avec la France qu’elle a adopté, la considération qu’on devrait avoir pour de si bonnes dispositions n’est pourtant pas suffisante à écarter bien des désagréments qui peuvent arriver aux possessions du Wurtemberg. Une conduite avisée exige dans ce moment de paraître le moins possible au grand jour et de ne prendre la parole qu’en cas d’extrême nécessité. C’est la voie que je suis pour l’instant ; je me borne à l’exécution des ordres que je reçois, et je cherche pour le reste à vivre aussi discrètement que possible. C’est seulement s’il survenait des cas comme la prise de Montbéliard que je ne croirais pas devoir attendre qu’on m’ordonnât de faire des représentations à ce sujet. Le Conseil exécutif et conséquemment les ministres n’ont presque plus rien à faire et c’est le Comité de Salut public qui dirige toutes les affaires. C’est aussi ce dernier qui a présentement le dossier de la délibération et les pièces au sujet des tailles qui se perçoivent toujours à Montbéliard ; j’insiste le plus possible pour qu’un décret définitif soit pris à ce sujet et j’espère réussir sous peu. Ma situation individuelle à Paris n’est pas des plus agréables. On arrête dans les rues, dans les maisons, de nuit comme de jour, selon la fantaisie des sections. Pas plus tard que ce matin, alors que je revenais en équipage de chez le ministre, je fus arrêté et conduit devant le Comité révolutionnaire. Il y eut sur-le-champ un grand concours de peuple ; je demandai aux membres du Comité ce qu’ils me voulaient ; croyant que les chevaux et la voiture m’appartenaient, ils désiraient me les enlever en vertu d’un arrêt que la Commune venait de prendre et qui ordonnait de confisquer tous les chevaux de luxe pour les envoyer à l’armée. Je leur dis que j’étais un agent diplomatique, qu’en outre les chevaux n’étaient pas à moi mais à un cocher de fiacre. On passa alors à un examen de ma personne ; je me réclamai du ministre et exigeai qu’on lui écrivît à l’instant. La rédaction fut entreprise…, alors qu’on arrivait aux mots « Chargé des Affaires du Duc de, etc. », un membre du Comité s’avança, s’enflamma de colère, interrogeant celui qui rédigeait la lettre : « Et pourquoi ne mets-tu pas ci-devant Duc ? ». J’affirmai le plus sérieusement du monde que la Convention n’avait pas encore jusqu’à présent rendu de décret qui ne permît pas aux Princes étrangers de porter leurs titres. Ce fut au tour d’un autre membre d’éclaircir tous ces points litigieux et il me fut enfin permis au bout de deux heures de partir dans ma voiture. Il y a déjà quelques semaines, je fus arrêté la nuit et conduit devant une Section. A vrai dire, on me relâche quand je décline mes qualités et prouve qui je suis ; cependant il est toujours désagréable d’être renvoyé de Ponce à Pilate26. Quant à se plaindre de ce comportement à d’autres autorités, on sait par avance que celles-ci le regarderont comme une bévue que doit excuser la terrible crise qui règne en ce moment.

[31]

  • 27 Ministre de la Justice. Qualifié d’« eunnuque politique » par la Montagne.*

115[De M. Garat27].
Paris, le 11 mai l’an 2e de la république

116J’ai Communiqué, Monsieur, au Ministre des affaires étrangères le désir que vous avez d’obtenir de lui un passeport pour voyager dans l’intérieur de la république. Il m’a dit qu’avant de vous le délivrer il aurait besoin d’en conférer avec le Comité de salut public ; mais que je pouvais toujours rédiger votre passeport, et qu’il le signerait d’après le résultat de la Conférence qu’il doit avoir à ce sujet avec le Comité de salut public. Faites moi donc le plaisir, Monsieur, de me faire passer le plustot possible votre signalement, pour que je m’empresse de satisfaire à votre désir, et à celui du ministre.

117M. Garat

[32]

118No 39 [A Carl Eugen von Württemberg]
le 14 mai 1793.

119La nouvelle suivant laquelle Desportes se rendra en Allemagne s’étant confirmée – il me l’a dit lui-même – j’ai été avant-hier et hier à l’Hôtel du ministre pour voir ce dernier à ce sujet et lui rappeler ce que je lui avais exposé précédemment sur l’ordre de Votre Altesse Sérénissime, savoir que les circonstances ne permettaient pas à V.A.S. que cet envoyé déployât à Stuttgart un caractère officiel. Les deux fois, je ne pus être reçu, et je n’eus d’autre ressource que de m’adresser au premier commis, lequel ne m’éclaira point et me renvoya au ministre. Vu qu’on m’affirma que celui-ci était alité depuis plusieurs jours, je chargeai ce commis de parler au ministre et d’en obtenir les instructions nécessaires afin que, si je ne pouvais revenir le jour même, je pusse du moins espérer obtenir une réponse satisfaisante sur plusieurs points. C’est ce qui se fit. Relativement à l’envoi de Mons. Desportes, on me pria d’y voir une preuve que l’on rendait justice aux dispositions pacifiques de Monseigneur le duc et qu’on était prêt à aplanir toutes les difficultés qui avaient pu jusqu’alors nuire à nos bonnes relations. On ajoutait que Mons. Desportes, à la suite de mon intervention, ne paraîtrait point à Stuttgart comme personne officielle mais comme simple voyageur. En ce qui concerne l’absence de réponse à mes demandes, seules les affaires dont le ministre était surchargé expliquaient ce retard, mais la réponse arriverait prochainement. Ayant reçu hier l’ordre de V.A.S. de presser cette réponse, je demandai qu’on voulût me fixer le jour sur lequel je pouvais tabler afin que je pusse me régler là-dessus pour mes dépêches ; on m’affirma que je recevrais le lendemain ou au plus le surlendemain une note du Bureau des Affaires étrangères dans laquelle il serait répondu à tous les points soulevés dans mes lettres.

120[…] Il n’est pas surprenant, avec la crise actuelle, que les affaires du genre de celles dont je suis amené à m’occuper traînent souvent en longueur, et j’ose une fois de plus demander humblement à V.A.S. de bien vouloir attribuer les difficultés, qui peuvent parfois se produire, aux circonstances et non à un relâchement du zèle inaltérable que j’apporte à l’exécution des ordres de V.A.S.

[33]

121No 40 [A Carl Eugen von Württemberg]
le 18 mai 1793

122Je fais parvenir sans tarder à Votre Altesse Sérénissime la réponse que je viens de recevoir du ministre des Affaires étrangères. Votre Altesse Sérénissime daignera remarquer que l’objet de ma dernière note du 17 avril au ministre n’y est abordé qu’en termes très généraux nonobstant le fait que j’avais insisté pour qu’une réponse précise fût faite sur chacun des points. Le règlement de ceux-ci a vraisemblablement été confié à Desportes, l’agent diplomatique envoyé à Stuttgart, de même que d’autres propositions qu’on ne souhaite pas évoquer ici par manque de confiance et par crainte de se compromettre. J’ai à plusieurs reprises exprimé dans les bureaux auxquels j’ai accès l’opinion que cette mission est inutile et impolitique ; inutile autant qu’on se montre suffisamment persuadé des bonnes dispositions de V.A.S. et qu’on connaît les conditions dans lesquelles la bonne entente peut être maintenue ; impolitique autant que, de la sorte, on fixe l’attention des puissances belligérantes sur cette entente et met à V.A.S. des obstacles peut-être insurmontables à persévérer dans cette voie. Ces raisons ne sont toutefois pas suffisantes pour faire contrepoids aux intérêts privés qui, comme je le soupçonne, sont sous-jacents. On s’attend que Desportes soit très bien accueilli à Stuttgart, et c’est à cette circonstance que je dois sans doute d’être maintenant écouté avec plus d’attention et traité avec plus d’égards que cela n’avait été le cas jusqu’alors. Le dernier paragraphe de la [lettre] se réfère au fait qu’il y a quelques jours, comme je sortais de l’Hôtel des Affaires étrangères, je fus arrêté dans une Section et on voulut me confisquer voiture et chevaux. Je me rendis sur-le-champ au Comité révolutionnaire, protestai contre ce manquement et en appelai au ministre des Affaires étrangères. On me relâcha au bout de deux heures, mais on rapporta l’incident au ministre qui fit alors la réponse, dont il est ici question, à la lettre de la Section. Quelques lettres qui m’étaient adressées ont été apportées au Comité de surveillance et y ont été ouvertes, puis m’ont été transmises recachetées. Je me plaindrai à ce sujet et je pense pouvoir demander au ministre que ma correspondance soit mise à l’abri.

123Paris est en ce moment empli de tumulte, car les 12 000 hommes envoyés contre les rebelles se mettent en marche, tandis que des troupes de ligne venant des Pays-Bas traversent la ville. Il semble y avoir une telle urgence qu’une grande part de ces soldats est acheminée à la hâte, à cet effet on a confisqué les voitures dans plusieurs hôtels contre délivrance d’un reçu. Les chemins et les routes sont encombrés de courriers militaires. Même le général-commandant de la Garde nationale de Paris partira demain ; on a élu aujourd’hui à sa place quelqu’un du nom de Boulanger, lequel est du reste inconnu.

[34]

124Copie Paris le 18 Mai 1793, l’an 2e de la Rep.

125Le Ministre des Affaires Etrangères au Bon de Wollzogen

126J’ai reçu, Monsieur, les différentes lettres, que Vous m’avés addressées officiellement, comme Conseiller des Légations de Wurtemberg.

127Vous m’avés fait part des négociations que M. le Duc de Wurtemberg a entretenues auprès de la Cour de Vienne relativement aux intentions du Cercle de Souabe envers la France dans la guerre actuelle. J’ai vu dès lors avec plaisir dans la conduite de ce prince une preuve de ses bonnes dispositions et le conseil-exécutif et provisoire en a eu une juste Satisfaction.

128Vous m’avés également informé du résultat de ces négociations et quoiqu’il ait été contraire au Duc de Wurtemberg, vous vous êtes empressé de me confirmer la volonté, où il est de persister dans son Système de neutralité en qualité de Pce Souverain. Ce nouveau témoignage d’un désir constant de bonne intelligence doit le faire distinguer par la République Françoise des autres Membres du Corps Germanique et on rendra justice aux Sentimens qu’il parait professer à cet égard.

129Vous avés dementi par Votre lettre du 9. avril un bruit répandu que ce Prince avoit offert 8.000 hommes à l’Empereur. Votre attention à réfuter cette nouvelle a dû ne laisser aucun doute sur cet objet.

130J’ai Soumis au Conseil – exécutif – Provisoire votre Réclamation du 17 avril au Sujet de l’occupation du Duché de Montbéliard par des troupes de la République. Vous pouvez croire, qu’il sera pris à cet égard un parti juste et convenable.

131La Section des amis de la Patrie m’aiant informé de l’événement, dont vous avés été l’objet, dans son arrondissement et de la déclaration, que Vous y avais faite j’ai répondu que je Vous connois en effet pour le Conseiller des Légations du Duc de Wurtemberg ; que Vous devés être en cette qualité sous la protection du droit des gens et j’ai remercié les membres du Comité révolutionnaire de cette Section des égards qu’ils ont eu envers Vous sur Votre déclaration dont j’ai certifié la véracité.

132Le Ministre des Affaires Etrangères
(signé) Le Brun

[35]

133[A v. Bühler]
Paris, le 22 mai 1793

134Je vous ai déjà parlé, cher ami, dans mon avant-dernière lettre, de l’envoi de Monsieur Desportes à Stuttgart. Alors que je le croyais déjà sur les lieux, je l’ai rencontré aujourd’hui même dans les bureaux des Aff[aires] étr[angères]. Je lui rappelai à cette occasion que la situation de son Altesse Sérénissime Monseigneur le Duc ne permettait pas qu’il fût officiellement reconnu ; il en convint, s’attendant toutefois à recevoir le bon accueil dû à sa qualité de voyageur et d’étranger. « Je dois être déjà connu de son Altesse Sérénissime », ajouta-t-il, « et du fait que j’ai été désigné pour cette négociation il faut déduire que l’on a beaucoup d’égard pour le d[uc] de W[urtemberg] ». (Je ne saurais deviner s’il y a un rapport). Il me parla abondamment de l’amabilité du Prince chez lequel il était envoyé, et assura qu’il faisait fond sur les entretiens qu’il comptait avoir avec son Altesse Sér[énissime]. « Les questions que j’ai à présenter », poursuivit-il, « sont de nature, Monsieur de Wollzogen, à vous donner bientôt davantage d’occupation ». Je vous livre tout cela, sans ordre, cher ami, tel qu’il me l’a dit ; et je suis aussi curieux que vous de savoir comment il faut l’entendre. Il est sans contredit nécessaire à nos relations de faire à Desportes un accueil aussi bon que le permet la situation de son Altesse S[érénissime], vu que, pour plusieurs raisons que je ne puis vous détailler ici, il a quelque influence sur diverses personnes qui tiennent le gouvernail. Voici quelques renseignements touchant à sa vie privée ; il est bon que les personnes amenées à le fréquenter en soient instruites car ils donnent certaines indications dont on peut avoir besoin au cours d’entretiens. Desportes était maire de Montmartre, ce village est pour ainsi dire un prolongement de Paris et est situé sur les pentes et le sommet de la montagne qui limite la capitale vers le nord. Desportes demeure tout en haut d’où il a une vue magnifique sur l’ensemble de la ville et, du côté opposé, sur la Plaine de Saint-Denis. Devant et derrière sa maison, il y a un jardin plus pittoresque et agréable que beau. Quoiqu’encore jeune, il est marié depuis plusieurs années, il a des enfants ; sa femme, à peu près 21 ans, passe pour la plus grande beauté de Paris ; elle n’en est pas moins très posée, fort intelligente et elle vit, ce qui ici est rare, retirée et uniquement pour son mari et ses enfants. Desportes lui-même aime beaucoup briller et faire sensation, il a très bonne opinion de lui, ce qui ne l’empêche pas d’être réservé ; il devrait, si on le traite avec considération et sait tirer parti de son caractère, être utile à nos intérêts. Si incomplète que soit nécessairement cette description, attendu que je ne l’ai vu que rarement et peu de temps chaque fois, j’ai cru devoir néanmoins vous en faire part ; usez-en comme bon vous semblera. Mais faites tout (si du moins on veut continuer les bonnes relations) pour qu’il soit bien accueilli. Adressez vos lettres directement à moi, comme je vous en priais déjà dans le billet que je vous ai envoyé par l’entremise de Preiswerth. Je me suis plaint par écrit auprès du ministère au sujet de l’ouverture des lettres qui m’étaient destinées, et l’on m’a promis de veiller à ce que cela n’advienne plus ; c’est pourquoi il est nécessaire que les lettres portent désormais mon adresse. Son Altesse S[érénissime] doit vous avoir communiqué la réponse du ministre à mon avant-dernière lettre. J’attends vos réponses aux multiples questions que je vous ai posées dans les nombreuses lettres que je vous ai écrites. Dites à mon frère, si je puis vous demander cela, qu’il adresse lui aussi ses lettres directement à moi-même quoique je lui aie dernièrement envoyé une autre adresse. Le journal d’Elbers peut continuer à l’ancienne adresse. On édite maintenant à Paris, aux frais du gouvernement, un « Deutsche Zeitung » [« Journal allemand »] qui est rédigé par Forster, l’Allemand de Mayence bien connu qui se tient ici.

135Wollzogen

136Rue d’Anjou. Fxb St Honoré no 133.

[36]

137No 41 [A Carl Eugen von Württemberg]
le 23 mai 1793

138Hier, je rencontrai par hasard dans les bureaux des Affaires étrangères Desportes, l’agent diplomatique désigné pour se rendre en Allemagne. Il parla de son départ prévu pour le lendemain, disant qu’il avait des messages pour le duc [de] Deux-Ponts, pour le Prince de Nassau-Usingen et plusieurs autres souverains de cette contrée ; il pensait n’arriver à Stuttgart que dans une quinzaine de jours. Je cherchai à le faire parler sur le contenu de ses messages mais il s’en tint à des généralités, déclarant que Votre Altesse Sérénissime jugerait par là combien la France avait à cœur de maintenir de bonnes relations, et que d’ailleurs cette négociation me donnerait ici davantage d’occupation. Je lui répliquai alors que la situation de Votre Altesse Sérénissime ne permettait pas de le reconnaître officiellement et que la prudence consistait à ne faire aucune démarche qui pût compromettre cette situation. Il assura qu’il était parfaitement au courant, et qu’il ne séjournerait à Stuttgart qu’en particulier. Parlant au premier commis, Boisgelin, de la réponse que le ministre m’avait faite il y a quelques jours et que j’avais envoyée à Votre Alt[esse] Sér[énéssime] le 19 courant, j’ajoutai que, nonobstant toutes les promesses, le séquestre n’avait pas encore été levé à Montbéliard et que je me voyais contraint d’insister de nouveau auprès du ministre et de lui représenter que la levée du séquestre administrerait la preuve que la France avait à cœur la poursuite de bonnes relations. Desportes, qui était toujours présent, me coupa la parole, affirmant que c’était déjà chose faite, et que si ce n’était pas le cas il se chargerait sans tarder de diligenter l’affaire.

  • 28 Le second partage de la Pologne s’était opéré entre la Prusse et la Russie en l’absence de l’Autri (...)

139Le plan du gouvernement actuel, qui se rend compte à présent que la gloire de s’aliéner la sympathie de toutes les puissances européennes était payée un peu trop cher, semble avoir en vue grâce à des négociations, peut-être aussi grâce à des sacrifices, de détacher graduellement de l’alliance générale quelques pays moins intéressés à l’affaire, et de pouvoir faire la guerre à l’Autriche – qu’il regarde comme son principal ennemi – avec d’autant plus de succès. On assure même que des agents sont déjà envoyés en Angleterre en sous main avec des propositions donnant dans ce sens. On attend surtout beaucoup de l’Allemagne, se flattant de fixer l’attention des cours étrangères sur les intentions de l’Autriche par rapport à l’échange de la Bavière et d’une partie de la Souabe28. En Angleterre, la France voudrait faire valoir à son avantage le partage de la Pologne contre lequel, de toute façon, la minorité du Parlement s’était fortement déclarée.

140Ce souci de s’en tenir aux dispositions conciliantes des Allemands et, d’une façon générale, au système politique jusqu’alors en vigueur en Europe, fait un contraste singulier avec les déclarations incendiaires entendues auparavant ; et le passage rapide d’un système préconçu à un autre n’est pas une garantie de durée pour l’actuel. On se flatte toujours, et on ne peut que le souhaiter pour le bonheur de la France, d’affermir une Constitution qui a coûté si cher jusqu’à présent, et on ne voit même pas comment les ennemis arriveraient à imposer de nouveau à la France sa première Constitution de 89.

  • 29 « L’Armée catholique et royale », de son vrai nom.*

141Maintenant qu’ils se sont partiellement remis du coup porté par la reconquête des Pays-Bas et le passage à l’ennemi de Dumourier, les Français sont tellement sûrs du succès de leurs armes que la Convention, il y a quelques semaines, a réuni Liège, retombée sous son ancienne domination, à la République française. On ne craint plus les rebelles dans le département de la Vendée depuis qu’on a envoyé à la hâte une armée contre eux. Il n’est pas de jour où ne parviennent les bulletins de victoires remportées sur l’Armée chrétienne-catholique29 ainsi que se nomment ces Français de conviction royaliste. De quoi redonner courage aux troupes qui marchent contre eux et dont la hâte est d’autant plus grande qu’elles craignent d’arriver trop tard et de ne pas prendre part à une expédition glorieuse. A Paris, pendant ce temps, les exécutions continuent. Hier c’est un général du nom de Miactincky et aujourd’hui un aide-de-camp, qui auraient été l’un et l’autre d’intelligence avec Dum[ourier], qui ont été décapités.

[37]

14242. [A Carl Eugen v. Württ.]
29 mai 1793

  • 30 Hébert, substitut de la Commune et rédacteur du « Père Duchesne ».*

143Les députés de la Convention nationale, en changeant de local, ont emporté avec eux dans leur nouvelle salle du Château des Tuileries leurs rancunes et leurs divisions, l’esprit de parti et les horribles imprécations si funestes au repos public. On y retrouve un côté gauche et un côté droit, les Brissotins et les Maratistes, le Marais et la Montagne, les Hommes d’Etat et les Amis du peuple, et que sais-je encore. Le premier terme désigne les députés à qui on reproche d’être d’intelligence avec Dumourier, avec Pitt, avec les ennemis de l’intérieur ; par le second terme on entend les Jacobites. On range dans le premier parti le 22 membres qui sont principalement accusés d’être de connivence avec les ennemis ; le seul fait de n’avoir pas purement et simplement voté la mort de Louis XVI leur est déjà imputée à blâme. Dernièrement, la Convention a été saisie d’adresses émanant de plusieurs personnes pour exclure ces députés de son sein. Les désordres internes dans les départements limitrophes devinrent cependant si sérieux et l’organisation du recrutement y occasionna de tels troubles que l’on ne donna pas suite au projet de purifier la Convention, selon l’expression employée. Mais à présent, on y revient. Le parti des 22 accusés crut découvrir un complot et, en effet il avait été question d’user de moyens violents au cours d’une réunion tenue de nuit chez le maire. Une commission de 12 membres fut donc mise sur pied pour rechercher les auteurs de ce complot. Le décret passa à la majorité des voix car le parti opposé, celui des Jacobins, avait réduit le nombre des siennes en envoyant de multiples commissions aux armées et en province. Le Comité des Douze fit arrêter diverses personnes qu’il appelait des anarchistes mais qui avaient des liens étroits avec les Jacobins. Lorsqu’il alla jusqu’à traduire devant son tribunal, puis emprisonner à l’Abbaye, un membre très influent du Conseil de la Commune30, le mécontentement des Jacobins contre les Douze éclata bruyamment. Les Jacobins, voyant que leur parti était sur le point d’avoir le dessous, consacrèrent leur influence considérable et les armes redoutables qu’ils avaient en mains au soin d’échapper à leur perte et, selon leurs propres termes, à celui de sauver la République. Désormais, les séances de la Convention s’emplirent d’un tel tumulte, la lutte entre la minorité et la majorité se fit si violente qu’on pouvait craindre à tout moment que n’éclatassent dans la ville même des troubles sérieux. Les gardes furent renforcées et de nombreuses patrouilles parcoururent les rues. Jusqu’à maintenant, toutefois, les désordres ne sont survenus que dans la salle de la Convention et à proximité. Mais il faut craindre que le champ de bataille ne s’étende et que n’entrent en lice à leur tour tous les habitants de Paris. On parle déjà de tirer le canon d’alarme, de sonner le tocsin et de mettre Paris dans l’état où il se trouvait l’an passé au commencement de septembre.

[38]

14443. [A Carl Eugen v. Württ.]
le 31 mai 1793.

145Le Comité des Douze, qui a été installé pour faire une enquête sur les complots contre la tranquillité publique et la sécurité des députés que l’on pensait avoir découverts depuis quelque temps, s’accorde si peu aux desseins des Jacobins que ceux-ci mettent tout en œuvre pour le renverser. Au cours d’une séance de nuit, où la Montagne était plus nombreuse que la Plaine, il fut cassé effectivement ; mais le lendemain matin, il y eut un nouveau changement de majorité et un décret le rétablit. Diverses Sections de Paris avaient de plus envoyé des adresses dans lesquelles elles manifestaient leur approbation des moyens employés pour venir à bout du parti des anarchistes, selon leurs termes. Le président de la Convention avait, à cette occasion, répondu que si Paris violait la sécurité des députés, cette ville serait transformée en un tas de ruines par les départements. L’indignation fut telle que dès hier régnait à Paris une grande fermentation et que, de fait, les habitants furent réveillés, par le tocsin à 3 heures du matin. A 6 heures, la générale fut battue, à 8 heures toutes les sections étaient sous les armes. On vint quérir les hommes dans toutes les maisons pour qu’ils se rendissent dans leurs sections. A 10 heures, le canon d’alarme fut tiré. Dans les rues, on ne voyait que des femmes – tout le monde était dans l’anxiété. L’après-midi, 12 000 hommes du faubourg Saint-Antoine, fortement armés, marchèrent sur le Palais-Royal. On leur avait dit que quelques sections de ce quartier avaient arboré la cocarde blanche, et qu’il fallait les désarmer et les châtier. Les choses se passèrent autrement, les Sections et le faubourg St Antoine finirent par s’embrasser et se séparer pacifiquement. C’est alors que se présentèrent à la Convention des députations de différentes Sections pour réclamer que la Commission des Douze fût supprimée, que ses membres, de même que les 22 députés du côté droit proscrits, fussent traduits devant un tribunal pour trahison, et que tous les gens suspects, au nombre desquels étaient surtout comptés les ex-nobles, fussent mis en état d’arrestation. Pourtant le décret ne passa pas. Le tocsin sonnait toujours, et 160 000 hommes restèrent sous les armes jusqu’à 11 heures du soir. On se demandait : Pourquoi toutes ces précautions, qui les a ordonnées, où est le péril ? Et personne ne pouvait répondre à ces questions. On savait seulement qu’hier des commissaires des 48 Sections s’étaient rassemblés à l’Evêché dans le quartier de la Cathédrale et y avaient formé un Comité révolutionnaire de 9 personnes qui avait l’intention de déposer toutes les autorités constituées de Paris, et qui déclara la ville en état d’insurrection. Le Conseil de la Commune fut cassé l’après-midi, mais les mêmes membres en furent réélus. C’est ce Comité qui s’était emparé à la Poste de toutes les lettres et empêcha les courriers de partir. Les barrières furent fermées, les accès de la Convention occupés par des canons et la salle environnée de 20 à 30 000 hommes. A 10 heures, le président de la Convention leva la séance, se rendit, escorté de flambeaux et d’huissiers, sur la place du Caroussel et y entonna l’hymne des Marseillais. Maintenant il est minuit et tout est calme dans les rues. Seules passent çà et là des patrouilles de 2 à 300 hommes. Il semble que des entreprises plus violentes aient été concertées pour cette journée, mais elles ont été déjouées par la force armée ; pourtant ce n’est sans doute que partie remise.

  • 31 parmi elles Madame Roland.*

146Le 1er juin. A 3 heures de l’après-midi, on a encore entendu battre la générale et sonner le tocsin. Les mêmes pétitions sont de nouveau présentées à la barre de la Convention, les barrières sont toujours fermées. Le décret qui casse la Commission des Douze a fini par être arraché. Les 22 membres du côté droit, quant à eux, ne sont pas encore arrêtés, et on peut en conjecturer que demain de nouvelles mesures seront prises pour terminer le plan d’insurrection. Dans le faubourg St Germain, 80 personnes ont été arrêtées dont beaucoup de dames31. Elles ont été enfermées toutes ensemble soit dans les prisons soit dans de grandes salles. Tout Paris est encore en armes, et les tambours battent continuellement dans les rues le rappel et la générale.

  • 32 Cette journée, qui mit fin au règne des Girondins, tombait un dimanche.*

147Le 2 [juin]32. Le tocsin sonna encore, de grand matin. Les arrestations de suspects se poursuivent. Le département de Versailles, avec ses canons et ses fourgons de vivres, est arrivé dans la ville. Le faubourg St Antoine défila sur les boulevards et entoura la salle de la Convention, aucun député ne put sortir. On vit charger les fusils, et une députation de la Commune déclara à la Convention que c’était la dernière fois qu’elle venait au nom du peuple exiger qu’on prît le décret d’accusation contre les 22 membres de la Plaine ; elle serait désormais obligée de recourir à des mesures plus énergiques. Dans la Convention, on proposa que les députés en question donnassent volontairement leur démission ; quelques-uns le firent, d’autres refusèrent et restèrent stoïquement à leur poste. Enfin la Montagne obtint la majorité des voix et on décréta que les 22 membres ainsi que le Ministre des Affaires étrangères et celui des Contributions publiques, Le Brun et Clavière, seraient mis en état d’arrestation chez eux. En attendant, les courriers ne partent toujours pas, et toutes les lettres qui arrivent à la poste sont examinées minutieusement. Pour essayer néanmoins de donner à V.A.S. des nouvelles de la situation actuelle, j’ai mis à la poste plusieurs journaux portant l’adresse de M. v. [Bühler] ; peut-être ce paquet passera.

[39]

148[Du Conseiller de la régence v. Bühler]
Le 30 mai 1793, reçu le 5 juin

149[…] J’espère que vous avez reçu mes deux lettres dans lesquelles je vous annonce que vos affaires de famille exigent le retour dans votre pays, et que son Altesse S[érénissime] vous en donne l’autorisation. J’ai fait le nécessaire auprès de M. le Conseiller aulique Pfaff au sujet des 50 Louis d’or. M. Preiswerth les recevra dans le plus bref délai.

150Vous trouverez ci-joint une lettre de M. de Rieger. Je n’ai rien de nouveau à vous apprendre pour le moment. On paraît assuré que Desportes sera ici dans peu de jours. Je n’arrive pas à comprendre que vous soyez le seul à n’en rien savoir […].

[40]

151[Du Duc Carl Eugen]
Hohenheim, le 31 mai 1793

152Mon cher Chambellan et Conseiller de légation de Wollzogen,

153Vous avez déjà dû être prévenu il y a quelque temps par le Conseiller de la rég[ence] et Secrétaire privé von Bühler de Mes intentions relativement à votre départ de Paris – dans les formes –, et à votre retour ici sous prétexte d’affaires de famille.

154Attendu que vos derniers rapports no 39 et 40 contenant les explications du ministre des Affaires étrangères confirment amplement que toute prolongation de votre séjour est non seulement inutile mais, sous un rapport politique, ne saurait même que M’être dommageable, je vous demande impérativement de quitter Paris promptement et en observant les formes. Comptant sur la bonne exécution de Mes ordres, je suis, Mon cher Chambellan et Conseiller de légation, votre affectionné

155Charles DdW.

[41]

156[Du Conseiller de la régence v. Bühler]
Le 5 juin 1793, reçu le 17 juin

157La personne en question n’est pas encore parue, ce qui, à ce que je présume, signifie que son départ n’a pas eu lieu. Son arrivée ne saurait que nous jeter dans un fâcheux embarras car, quand même on le voudrait, son accueil ne peut absolument pas se faire. Je n’en reviens pas d’étonnement qu’on nous mette dans une telle situation après que nous eussions, en toute bonne foi, déconseillé cette démarche. Son Altesse Sérénissime est en très mauvaise humeur à cause de cette affaire et commence à s’impatienter de voir que la conduite modérée observée jusqu’à présent n’a même pas eu pour effet d’obtenir enfin la levée du séquestre dans les seigneuries et à Montbéliard. A quoi servent les ménagements, à quoi servent les bonnes relations si l’on nous traite en ennemis ? […].

[42]

158[A Carl Eugen v. Württemberg]
le 17 juin 93

159J’ai l’honneur d’informer Votre Altesse Sérénissime que je n’ai reçu qu’aujourd’hui Ses ordres du 31 relatifs à la permission qu’elle daigne m’accorder de revenir pour quelque temps dans mon pays en raison d’affaires de famille ; les lettres ont probablement été contrôlées par le Comité de surveillance car j’y trouve apposé le cachet de la Nation. Je me dispose à partir dès que possible conformément à la volonté exprimée par Votre Altesse S[érénissime] ; la seule raison qui m’en empêche pour le moment est la difficulté d’obtenir la délivrance rapide de l’expédition de mon passeport qui doit passer par les mains du ministre, du Comité de salut public, du maire de la municipalité et de la Commune de Paris. Cela fait pourtant 8 jours qu’il est déjà signé par le ministre, et je m’efforce en ce moment de savoir où il se trouve. J’espère néanmoins, à condition de n’être pas arrêté ou retardé sur ma route, arriver à Stuttgart à la fin du mois et rendre humblement compte à Votre Altesse Sérénissime de l’entretien que j’ai eu avec le ministre, entretien par lequel il appert que les dernières mesures prises par V.A.S. sont empreintes de sagesse et tout à fait appropriées aux circonstances. De plus amples détails sur ce sujet ne feraient qu’apporter du retardement au présent rapport, et je me vois donc contraint d’en réserver très respectueusement la relation de vive voix à Votre Altesse Sérénissime.

Notes

1 Stuttgart (au 18e siècle, orthographe encore flottante : Stoutgard, Studtgard…).*

2 Il existait toujours en 1793 des dépendances du Saint Empire situées sur le territoire français, C’est ainsi notamment que les principautés de Salm et le comté de Montbéliard appartenaient depuis des siècles aux ducs de Württemberg. Salm sera annexé le 2 mars 1793, Montbéliard le 10 octobre 1793. Toutes ces principautés seront définitivement réunies à la France par le Traité de Lunéville en 1801.*

3 Le baron Albrecht Jakob von Bühler (1722-1794). Conseiller aulique et Conseiller intime à la cour du Württemberg, il cumulait d’autres fonctions importantes au service du duc.

4 Georg Kerner pourrait être du nombre. Celui-ci écrit en effet le 30 décembre 1792 à Johann Gotthard Reinhold : « Il y a quelques jours Wolzogen est arrivé ici, je pense que le duc l’a chargé de porter des messages au gouvernement français » (Justinus Kerner, « Mein Brader Georg », Braunschweig, 1849).

5 Gambs.

6 Baron de Staël, époux de Anne Germaine de Staël, fille de Necker.*

7 Baron Blum.

8 Votre Altesse Sérénissime.*

9 ms : « eines neuen Pro Memoria ad Acta bedurft hätte ».*

10 ms : « ein Gravamen Commune ».*

11 ms : « eine Agnition ».*

12 ms : « ab ante ».*

13 « Le principal suit l’accessoire ».*

14 L’incident est rapporté par le « Moniteur Universel » du 16 mars dans les termes suivants : « Le ministre du duc de Deux-Ponts a cru pouvoir se permettre de protester contre la publication des décrets de la Convention, et d’empêcher le peuple de manifester son vœu pour un gouvernement libre. Le général craignant que cet homme ne fît naître quelques troubles, l’a fait arrêter et conduire à Sarrelouis où il sera détenu jusqu’à ce qu’on ait reçu des ordres de la Convention ». Deux-Ponts, occupé le 8 février 1793 par les troupes françaises, a été annexé par la Convention le 20 mars suivant.*

15 ms : « Kreuzer ». Nous traduisons « Kreuzer », employé dans le texte, par « Sol », sans opérer la conversion. En réalité, le « kreutzer » ne valait que 0,75 Sols.*

16 « ein deutscher Taler » au ms. Ici aussi, on peut proposer une équivalence communément admise, celle de « thaler » et d’« écu », soit 3 Livres.*

17 Cf. note du 26 février 1793 dans le « Journal » de Wolzogen. Le texte figurant ici est celui du journal de Marat, et non une retraduction.*

18 Allusion à l’appel de Danton : « Soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être, organisons un tribunal, non pas bien – cela est impossible – mais le moins mal qu’il se pourra afin que le glaive de la loi pèse sur la tête de tous ses ennemis ». Suite à cet appel, le Tribunal révolutionnaire fut institué le 10 mars 1793.*

19 Georg Friedrich Boigeol (1756-1843), ancien condisciple de Schiller à la Karlsschule (Ecole de Charles), fils de marchand originaire de Héricourt dans la principauté de Montbéliard, fit des études juridiques à l’Académie militaire et fit plus tard carrière dans les affaires extérieures. Il écrivit de Paris, en 1795, une lettre à Schiller dans laquelle il exprimait son enthousiasme pour la Révolution française.

20 Le « sieur » Laveaux dirigeait le « Journal de la Montagne ».*

21 Porrentruy fut réuni à la France le 23 mars 1793.*

22 Les éditeurs allemands signalent que ce rapport de W. v. W. n’a pas été retrouvé. Le décret auquel il est fait allusion a été voté par la Convention le 21 mars 1793, sur proposition du Comité diplomatique relative à la police extraordinaire à exercer à l’égard des étrangers. Dans chaque commune ou section de commune était institué un comité de surveillance pour la police des étrangers. Au cours de la discussion, il avait été proposé notamment que tous les étrangers soient tenus de quitter le territoire de la République, à l’exception de ceux qui se seraient établis en France avant le 14 juillet 1789.*

23 Le duc d’Orléans, dit Philippe Egalité, avait été arrêté le 6 avril 1793.*

24 Georg Forster avait participé au 2e voyage autour du monde de Cook (1772-1775). Elu député de la Convention rhéno-germanique de Mayence, il arriva à Paris le 30 mars 1793 en compagnie d’un autre député Adam Lux, afin de présenter à la Convention une demande d’annexion de la région de Mayence à la République française. Mayence étant encerclée par les troupes austro-prussiennes, Georg Forster et Adam Lux furent empêchés de regagner leur pays. Adam Lux fut guillotiné le 4 novembre 1793 pour avoir fait imprimer un écrit favorable à Charlotte Corday. Quant à Georg Forster, bien que déçu lui aussi par la Révolution, il en resta l’ardent défenseur jusqu’à sa mort, survenue à Paris le 10 janvier 1794 des suites d’une congestion.*

25 W. v. W. avait déjà tracé dans son rapport no 24 du 7 mars 1793 un portrait de Desportes : « C’est un homme de 28 ans, qui est investi d’une magistrature populaire dans le village de Montmartre. Jeune et galant Parisien – au sens large du terme –, il sent son expéditionnaire, et fera sa fortune plus avec les dames que dans la carrière diplomatique. Il fut fort malmené par des dames de qualité quand il se déclara démocrate. On lui dit combien on était persuadé qu’il était aristocrate, mais qu’il ne prenait le masque que pour avoir une place bien enviée. Il protesta vivement mais fit néanmoins voir beaucoup d’embarras ».

26 l’expression (traduite ici littéralement : « von Pontio zu Pilato herumgeführt werden ») existe aussi en français. (Cf. Littré).*

27 Ministre de la Justice. Qualifié d’« eunnuque politique » par la Montagne.*

28 Le second partage de la Pologne s’était opéré entre la Prusse et la Russie en l’absence de l’Autriche. Celle-ci, frustrée, songeait notamment à un échange des Pays-Bas contre la Bavière.*

29 « L’Armée catholique et royale », de son vrai nom.*

30 Hébert, substitut de la Commune et rédacteur du « Père Duchesne ».*

31 parmi elles Madame Roland.*

32 Cette journée, qui mit fin au règne des Girondins, tombait un dimanche.*

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search