Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

Décembre 1792-1793

1793 (Janvier – mars 1793)

« Journal politique »

Texte intégral

1L’auteur de ces pages s’est tenu depuis le commencement de la Révolution presque sans arrêt à Paris. Témoin des événements les plus importants, sa connaissance précise de certaines des circonstances qui les accompagnèrent et son observation continuelle des personnages qui jouaient les premiers rôles lui inspirèrent toujours quelque doute envers le succès de ces violentes démonstrations de liberté.

2Dans leur premier mouvement, l’esprit de parti et la furie dévastatrice tentèrent au moins de se couvrir du voile du patriotisme et du respect envers les droits de l’homme. L’étoffe en était apprêtée avec assez d’artifice pour éblouir et abuser jusqu’aux plus perspicaces de ceux qui observaient la France de loin ou par intervalles. Mais la fausseté des principes qui animaient ces entreprises dès leur origine ne pouvait échapper longtemps à l’observateur journalier et lucide.

3La sagesse ne s’apprivoise pas avec les extrêmes, et le respect dont une société entend se rendre digne en s’opposant aux abus et en rétablissant les droits dont elle était déchue ne peut se fonder que sur la stricte équité et la juste mesure. Dès qu’elle trahit son intention de poursuivre des buts étrangers à ceux qu’elle proclame bien haut, elle excite le doute dans la justesse de ses exigences, et en tout cas dans la pureté de ses actes.

4Le moindre pressentiment que la justice soit arborée comme une enseigne suffit à engendrer la crainte que l’esprit de parti et l’égoïsme ne se cachent derrière elle. Quand même il arriverait que la fortune s’attachât à de pareilles entreprises et que le fanatisme politique les soutînt un temps, jamais la raison ne leur donnera son consentement ni son suffrage. Paisible, la sagesse n’aime guère recourir aux caprices de la fortune dans ses entreprises, elle seule devrait se hasarder à faire le compte général du bonheur universel ; le plus souvent, elle demeure modestement en arrière, mesurant les difficultés et allant au plus sûr quand les têtes brûlées croient trouver le chemin libre.

5Par contre, la légèreté et la folie, secondées par un zèle sacrilège, n’hésitent pas à mettre en péril la tranquillité des autres Etats, désormais regardée comme un jouet sans valeur. Dans le funeste spectacle qu’offre cette nation parvenue au dernier degré de la décadence et de la barbarie, les insensés continuent de tenir les rôles les plus importants. Imbus de leurs chimères, séduits par de grands mots qui rendent à leurs oreilles un son jusque là inaccoutumé, combien marchent d’un pas chancelant en foule vers l’abîme et refusent de s’avouer la perversité de leurs desseins.

6Un égoïsme borné nourrissant les passions les plus infâmes et étouffant tout sentiment humain a tissé, avec un esprit de suite dont seule la méchanceté est capable, les premiers fils de l’étoffe sanglante. Les obstacles mis à des débordements d’une férocité inouïe ont tous été renversés, et les fondements créés par des siècles de droit et de civilisation pour la plus grande prospérité de l’humanité ont été anéantis au milieu des huées.

7Persuadé que pour une nation comme la France, le gouvernement monarchique est le meilleur, le seul qui convienne à l’état présent de l’humanité, le seul au sein duquel les sciences et les arts fleurissent et fructifient, l’auteur de ces lignes a vu dès la première Constitution, dans l’effort déjà reconnaissable fait par le parti dominant pour anéantir l’autorité Royale, le germe de tous les maux qui se sont déclarés depuis avec une si terrible violence.

8Il était assurément dans l’Assemblée quelques membres raisonnables et bien intentionnés qui sentaient combien une constitution républicaine était peu faite pour la France, et ils pressentaient les horreurs de l’anarchie qui menaçaient le pays. Cependant, ils manquaient de l’énergie suffisante pour s’opposer au règne d’une volonté despotique et téméraire.

9Qu’un funeste vertige plongerait ce peuple jusqu’alors aimable dans le gouffre d’une immoralité et d’une barbarie sans bornes, et qu’une soi-disante démocratie dont la faction a usurpé le nom pour exercer son pouvoir tyrannique empoisonnerait un jour les sources pures auxquelles s’abreuvaient les pensées et les sentiments des hommes – voilà bien ce qu’aucune âme sensible, à qui pareille dégénération de la nature paraissait impossible, n’eût jamais pu prévoir.

10Rappelé à Paris par ses affaires après un bref séjour en Allemagne, l’auteur a de nouveau été le témoin oculaire de scènes qui passaient de loin ses pires craintes. Il était à Paris depuis décembre 1792, dans le moment où eut lieu l’exécution du roi.

11Louis fut une victime infortunée de sa propre bonté qui l’empêcha de s’opposer, avec l’énergie qui eût convenu, aux initiatives de ses ennemis. Cette idée seule transforme les reproches dont on pourrait charger ce roi malheureux en une haine profonde envers ses assassins.

12La barbarie dont témoigne cette exécution a précipité la nation dans un abîme d’où elle ne s’est point relevée. La loi et la moralité ont totalement disparu ; toutes les menées actuelles annoncent le triomphe de la méchanceté et de la déraison. Le parti de quelques fanatiques insensés règne par la ruse et la perfidie, les hommes restés bons sont réduits au silence par la peur. Dans tout le peuple est répandue comme une familiarité avec le vice et la cruauté qui heurte tout sentiment délicat.

13Une nation qui ne respecte même plus l’apparence du Droit ébranle les bases de la société civile et politique, et ne mérite que le mépris des peuples civilisés.

14Peut-être nos compatriotes et leurs descendants trouveront-ils quelque intérêt à une relation contribuant même modestement à l’histoire de cette époque.

15L’auteur a été déterminé par sa situation individuelle à noter ses observations. Diverses circonstances qui se rapportent pour la plus grande part à la conjoncture politique ne lui permettent pas de les faire connaître dans toute leur étendue.

16Afin de ne pas tromper la confiance de plusieurs personnes mêlées dans ces événements, il se borne à livrer, en attendant que ces dernières aient quitté la scène, de brefs fragments tirés de l’époque la plus intéressante, dont peut-être des portraits et des anecdotes déjà connues qui trouveront simplement ici leur confirmation.

  • 1 Le Journal de 1793 occupe une place à part parmi les Carnets de voyage de W. v. W. dans la mesure o (...)

17On voudra bien attribuer le manque de cohérence qui règne dans les pages qui suivent soit aux considérations exposées ci-dessus, soit à la manière dont sont rassemblées des remarques notées au jour la journée1.

 

  • 2 W. v. W. reçut une instruction « secrète » et une instruction officielle qu’il « pourrait produire (...)
  • 3 Il manque l’indication de la somme*.
  • 4 Enzweihingen, faubourg de Vaihingen.
  • 5 Carl Eugen von Württemberg avait écrit de sa main le billet suivant daté du 10 décembre 1792 : « Au (...)

vendredi le 7 décembre 1792 : J’ai été informé ce jour par le C[onseiller] de la rég[ence] F[ischer] qu’il avait été question au Conseil privé de m’envoyer à Paris. Le lendemain 8 décembre, je reçus en effet du Ministre Uxküll un billet me demandant de venir le voir. Cela ne put se faire qu’à 9 heures du soir ; il me dit alors que le Duc m’envoyait à Paris et me demanda combien je réclamais par mois ; ajoutant que tout cela devait être tenu très secret. Tant que j’étais encore là, on me fit savoir que le Cons[eiller de la régence] von B[ühler] me cherchait partout. Au sortir de là, je me rendis donc chez lui. Il me dit la même chose, en spécifiant que je devais prendre un congé pour aller en Saxe et que je ne verrais le Duc que la veille de mon départ. Dès lors, le temps fut consacré à préparer des instructions et à faire venir l’argent autant nécessaire à régler les frais de mon voyage et de mon séjour à Paris qu’à payer l’arriéré de mes dettes dans cette ville. J’entrepris de me procurer aussi promptement que possible tout ce qu’il me fallait pour mon bagage, j’achetai pour 6 Louis d’or une chaise à Mons. Theobald, me rendis le mercredi à Hohenheim ; me mis ensuite en possession de 2 instructions, d’1 mémoire2, d’une lettre du Ministre Uxktill et d’une autre de M. de Maisonneuve, reçus du Conseiller aulique Hettler une somme de 207 carolins, et du Cons[eiller de régence] Bühler […]3 pour un séjour de 3 mois et 20 Louis pour le voyage, en tout 1890 fl., je pris ma chaise le jeudi 13 décembre à 1 heure du matin en direction de Entzweihingen4 après avoir indiqué à la porte de la ville que je partais en congé pour Ludwigsburg et la Saxe. Nul n’est au courant du secret5 que Mons. et Mad. von Biedenfeld. mon frère et Brandenstein ; c’est par le Conseiller privé Fischer que le Cons[eiller] de rég[ence] Frommann et le Conseiller aulique Hettler l’ont appris, et par ce dernier vraisemblablement la maison Kalb.

1re pièce incl[use :] J’ai remis mes comptes à Biedenfeld. Au Duc je demande par mois pour mes dépenses ce qui suit :

  • 6 W. v. W. emploie indifféremment fl., c.à.d. « florin », ou « franc » (et « livre »).*

Logement – 4

96

Nourriture, par jour 7 fl.

210

Valet, par jour 3 fl.

90

[…] Bois, lumière, etc. etc.

50

Menues dépenses

24

470 fl.6

me réservant de mettre sur le compte, des débours que je suis obligé de faire en plus, tels que la correspondance, les pourboires, l’argent des cochers.

A Pforzheim [dans la marge : D’ici j’écrivis à mon frère, à Schrebel et au Cons. de rég. Bühler et à Müller, j’envoyai 4 carolins à Müller dans une lettre pour Grenzenbach], où j’arrivai vers les 9 heures et où on me connaissait, je dis que j’allai en Saxe mais que je passais chercher un de mes bons amis à Carlsruh. A Rastatt et, avant même, à Durlach on me connaissait aussi. Sauf à Pforzheim où je déjeunai et à Durlach où je dînai, j’allai tout d’une traite jusqu’à Appenweiher où, mon essieu de derrière s’étant presque tout rompu, je fus forcé d’attendre jusqu’à 8 heures du matin qu’il fût réparé. J’arrivai à Offenburg le vendredi vers les 10 heures, poursuivis sur-le-champ jusqu’à Fribourg où j’entrai vers les 10 heures du soir. On me conduisit chez le lieutenant de place sandagnum, von Neugebauer. Il signa mon laisser-passer, et à présent, ce sont des chevaux qu’il me fallait pour pouvoir continuer ma route. A deux reprises j’avais été chez le maître de poste qui était déjà couché, et à deux reprises il m’avait envoyé promener. Trois Français dont l’un, M. de Freisenet, était autrefois page chez le roi, se trouvaient dans le même embarras : il leur fallait deux chevaux pour partir, et il n’y avait pas moyen de les avoir. Pour leur venir en aide, tout en ménageant mon essieu de derrière, je pensai leur être agréable en leur proposant de prendre l’un d’eux avec moi et de leur laisser mon coffre en échange. Ils consentirent volontiers à cette proposition, et nous quittâmes Fribourg, dès que nous pûmes avoir des chevaux, à 6 heures du matin. A Grözingen, nous rencontrâmes une dame fr[ançaise] qui ne voulait pas être reconnue pour telle et par cette raison ne cessait de baragouiner en allemand afin de se rendre inintelligible auprès des Fçais. Je finis par comprendre en gros que son mari avait été carabinier, qu’il avait émigré et était entré au service du landgrave de Hesse-Darmstadt. L’hôte me dit que son mari était colonel et s’appelait Damis. J’espérais être le soir à Bâle et ne fis halte en aucun lieu. Alors que j’arrivai au dernier relais à Kalten-Herberg, un hameau qui n’a que deux maisons, on me dit qu’il était inutile de poursuivre car les portes étaient fermées à Bâle (il était 4 heures 1/2) et que nul n’y pourrait entrer ; je crus d’abord que l’hôtelier essayait de nous filouter, mais les dires de plusieurs personnes finirent par me convaincre. Je passai donc la nuit dans cet endroit avec mes 3 Français. Au souper parut encore une autre chaise avec deux Français de Sélestat : un vieillard et un abbé ; le premier prétendait venir chercher des dames pour les ramener en France, le second voulait émigrer ; il avait déjà été à Rastatt en août, puis était retourné en Fr[ance]. Ils mangèrent dans ma chambre parce qu’on y était seuls. Nous avions fort bien fait de ne pas continuer notre voyage : Quelques heures après, arriva un postillon tout meurtri des coups qu’il avait reçus – il avait été assailli dans le bois situé à une demi-lieue d’ici. La veille, un marchand de bestiaux y avait été volé et horriblement maltraité, et depuis plusieurs jours on recherche un habitant d’un village voisin qui y a sans doute perdu la vie. Le corps-franc Michalowitz est campé dans la contrée. Il s’agit d’un ramassis de brigands recrutés parmi des Bosniaques, des Turcs, etc. : ils vont en maraude et mettent tout l’endroit au pillage. « Ce sont de braves garçons, mes soldats », dit le colonel quand on vient se plaindre, « mais ils prennent ce qu’ils trouvent ». A cause de ce manque de sûreté, nous ne partîmes pas avant 7 heures du matin ; et pour plus de sûreté, je demandai à un des 4 cuirassiers impériaux de nous escorter à cheval jusqu’à la lisière de la forêt. Il ne nous advint aucun désagrément ; mais il restait encore à franchir un poste périlleux : à une lieue de Bâle, on passe si près du Rhin qu’on peut distinguer les batteries placées en face ; les Impér[iaux] étant justement retranchés ici, il arrive que les Français fassent feu de ce côté, en sorte qu’il ne fait pas bon se hasarder sur le chemin en cas de canonnade ; nous nous en aperçûmes en voyant les arbres déchiquetés sur la chaussée. D’ordinaire on prend un détour, mais nos postillons ne jugèrent pas à propos de le faire, et nous eûmes de la chance : pas un coup ne fut tiré. Nous arrivâmes à Bâles à 11 heures ; je descendis à l’auberge des « Rois mages », mes compagnons de voyage à l’enseigne de la « Cigogne ». Il vient à Bâle toujours beaucoup de gardes-nationaux, en uniforme et avec la cocarde ; ils entrèrent avec des airs dégagés et prirent les premières places à la table d’hôte (ils étaient 7 ou 8). Je rencontrai à table un certain Hofman, garçon de boutique chez le marchand Weis ; il me reconnut ; je lui dis que j’allais à Zurich et le priai de ne rien dire à Stoutg[ard].

Après le repas, j’allai chez M. Lucas Preiswerth ; je ne le vis point ; je rentrai au logis, pris du café et y retournai une seconde fois, mais en vain. Avec mes Français j’échangeai 45 fl. 10 S. contre 65 fl. en assignats de 5 fl. Je fis une visite à un musicien du nom de Huber que j’avais connu à Stoutgard, il doit encore venir me voir et faire un tour en ma compagnie.

 

  • 7 W. v. W. arriva à Paris le 25 décembre.

le 17 [décembre]. Ce matin je suis sorti avec Huber, j’ai fait quelques emplettes et traité avec un courtier. Le soir j’ai fait mes malles, écrit à son Alt[esse], à Bühler, Caroline, Louis. Demain matin à 7 heures, je prendrai la diligence7, je laisse ma voiture à l’hôtelier qui la renverra à Stoutgard ou Ettlingen.

Paris, le 1er janvier 1793

18Cette ville, idéal du luxe, du faste, de l’élégance a depuis 4 ans subi des changements qui ne sont particulièrement frappants que pour celui qui connaissait Paris avant la Révolution. Paris devait ce qu’il était à la Cour et aux étrangers accourus de toutes les parties du monde – ces causes disparaissant, c’en était fait de sa prospérité. Les branches du commerce qui travaillaient pour tant de gens tombèrent en langueur, les magasins étaient pleins et ne se vidèrent pas, les millions placés ne rapportèrent rien. C’est alors que fut mis en circulation le papier-monnaie : c’était une monnaie peu sûre, on s’empressait de la dépenser ; ce qui aida en quelque sorte les commerçants, les manufacturiers, les artisans en tout genre à se relever. Pourtant la quantité des assignats crut tellement que la circulation n’eut plus aucun rapport avec la consommation. Tous les prix allèrent en augmentant – les papiers perdirent de leur valeur ; le cours du change monta extraordinairement, les étrangers en profitèrent pour faire venir de France des marchandises de toute espèce ; et quoique celles-ci, évaluées en assignats, fussent bien plus chères qu’elles ne l’eussent été autrement, les étrangers n’en gagnaient pas moins de l’argent. Par ce moyen, les émigrés sauvèrent tout ce qu’ils purent de leur fortune, soutenant encore les fabriques et les maisons de commerce qui auraient dû faire banqueroute depuis longtemps.

19Cette journée est le thermomètre de la prospérité à Paris. D’ordinaire, toutes les boutiques, tous les magazins rivalisent d’ardeur à se montrer plus brillants les uns que les autres. L’armée des visiteurs désœuvrés est immense, la foule des chalands plus grande que jamais. Des sommes d’argent considérables circulent en ce jour, et l’avare lui-même se résigne à ouvrir sa bourse. Le Nouvel An est ici ce qu’est chez nous Noël : le temps où l’on fait des présents et où l’on en reçoit ; où la cohorte affamée des laquais et des domestiques vient, le dos rond, congratuler et quémander ; où l’on s’équipe tout de neuf, adopte les nouvelles modes et découvre mille besoins qu’on ne ressentait pas jusqu’alors. Mais aujourd’hui – que tout a changé depuis 89 ! Le vendeur a beau multiplier les lustres pour rendre sa boutique plus attirante, il a beau choisir les plus jolies figures pour offrir les marchandises, il a beau déployer ses étoffes avec tout le goût et l’art de la séduction possibles, sa boutique reste déserte, les basses classes du peuple – car seules ces dernières ont maintenant le droit d’entrer – ne font que passer ou jeter un regard étonné. Que l’on entre dans une de ces boutiques et on jugera vite de la différence : on y voit le reste des marchandises qui étaient déjà exposées il y a 4 ans. Alors que pareil magazin renouvelait son étalage tous les ans. Plusieurs boutiques sont mêmes fermées, ce qui n’arrivait jamais auparavant, du moins ce jour-là où l’on allait jusqu’à vider les salles de café pour y mettre les marchandises en vente pendant 8 à 10 jours.

20La situation politique est encore plus affligeante : des factions naissent, d’autres disparaissent. A chaque affaire, les opinions se divisent : un parti est pour, l’autre est contre. Qui aujourd’hui est démocrate sera peut-être demain traité d’aristocrate. Le repos public des Parisiens dépend du hasard. Un trait de plume peut le perturber et faire trembler l’habitant pour sa vie. Que la partie la plus pauvre de la population ne soit pas encore entrée de vive force dans les demeures des riches pour s’approprier ce qui n’est pas à elle, voilà qui me paraît incompréhensible. Qui l’en empêche ? Dès que des crimes sont commis par la multitude ils restent impunis. Avec 200 vauriens déterminés, je vide des magasins entiers ; un prétexte est vite trouvé, et mon acte passera pour du patriotisme. 800 Marseillais furent capables de porter la terreur chez les 130 000 hommes de la Garde nationale parisienne. Ils les insultaient partout où ils les rencontraient et exerçaient un pouvoir despotique dans tout Paris ; et même encore maintenant, nul ne se hasarde de mettre obstacle aux menées de la poignée qui en reste (500 furent tués au 10 août). Avant-hier, ils furent quelques-uns à entrer au Café de Chartres, 3 d’entre eux montèrent sur une table. « Nous savons », dirent-ils, « qu’il y a des aristocrates dans ce Café ; qu’ils quittent les lieux sur le champ, ou nous leur romprons le cou ». – Il y avait environ 80 personnes dans le Café, tout le monde se leva, ce ne furent que des qui et des quoi, tout le monde tremblait. Voilà ce que 3 Marseillais purent faire impunément, et l’on fut bien aise quand ils furent repartis. Le plus préjudiciable au repos de la France, c’est la division qui règne au sein de la Convention nationale, c’est la violence et la tyrannie que la populace et quelques hommes pervers et affamés de pouvoir exercent sur les opinions qui y sont exposées.

21[…] En ce moment, la Convention nationale est occupée par le procès du roi. Il n’est point de sujet qui, dans cette Assemblée, eût excité dans le passé plus de luttes, plus d’esprit de parti que celui-ci. Dès que le roi eut exposé sa défense, il s’éleva dans l’Assemblée une tempête terrible : Pareille lutte, si elle devait se renouveler, serait le tombeau où s’engloutiraient tous les espoirs des patriotes les plus honnêtes et les plus intelligents. Deux orateurs captèrent particulièrement l’attention de l’Assemblée, chacun à un titre différent : Robespierre et Vergniaud. La question était de savoir si le procès et le jugement définitif devaient être laissés à la décision des assemblées primaires du pays, ou si c’était à la Convention nationale de juger. Robespierre se prononça pour la Convention, Vergniaud pour l’appel au peuple.

22Le Ministre des Affaires Etrangères avait informé hier la Convention de la prochaine rupture de la paix avec l’Angleterre. Aujourd’hui, un député, Kersaint, prit la parole sur ce sujet avec beaucoup d’assurance. Rien n’a encore été décidé.

  • 8 Devenu l’ennemi de Roland et des Girondins (qu’il contribuera à éliminer en mai-juin 1793 en sa qua (...)
  • 9 non transmis.

23A côté de la grande question qui est agitée présentement, qui remplit journaux et brochures, occupe toutes les sections et les départements, divise la Convention nationale, il y a aussi la lutte de deux puissants partis. Le ministre de l’Intérieur Roland, un homme de talent et d’un caractère indépendant, et le ministre de la Guerre Pache8 sont dressés l’un contre l’autre : tous deux avec la même intention de se renverser mutuellement. Le premier a pour lui le parti des nombreux patriotes modérés, amoureux de la tranquillité publique ; le second est soutenu par la classe des maratistes, moins importante mais plus redoutée pour sa férocité. Pour renverser le ministre de la Guerre, on fait venir des Flandres Dumourier qui fera des plaintes contre lui à la barre de l’Assemblée ; et à Roland, on objectera que sa place est inutile, qu’elle convient mal à son objet, et qu’il donc la morceler en plusieurs parts. Pache est pour la mort du roi : dans une adresse à la Convention nationale dans laquelle cette condamnation est exigée, on lit avec étonnement les noms de son fils âgé de 14 ans et de sa fille de 13 ans. Roland voudrait sauver le roi pour éviter de grands maux à la France. Du reste, cette opinion est jusqu’à présent la plus répandue : toutes les brochures qui se vendent servent à défendre Louis et à atténuer sa faute. Il n’est jamais question ni de la reine ni de la famille royale. Avant-hier matin, les rues furent parsemées du poème ci-inclus9, il avait aussi été glissé sous des portes et distribué gratis dans quelques maisons.

  • 10 Il s’agit de Louvain. L’interprétation que donne W. v. W. de l’incident paraît contestable. D’après (...)

24On s’attend de nouveau à une explosion prochaine, depuis quelques jours on s’est du moins donné tout le mal imaginable pour soulever le faubourg St Antoine en vue de perpétrer un mauvais coup quelconque ; toutefois, il semble que ce faubourg soit fort las de servir d’instrument. Il a même assassiné l’un des agitateurs ; on l’a annoncé à l’assemblée en ajoutant que c’était un ancien espion de La Fayette qui avait été reconnu10.

 

  • 11 W. v. W. se borne ici à résumer ou traduire (fidèlement) les passages du discours de Gensonné qui l (...)

le 3 janvier. La lutte des deux partis prend un tour de plus en plus vif : dressés les uns contre les autres, les orateurs déploient jusqu’à l’épuisement tous les artifices de l’éloquence, de la raillerie, de la sophistication pour essayer de se persuader, de se tromper, de se ridiculiser. Gensonné fit hier un discours à la Convention nationale11 ; il était pour le renvoi du jugement aux assemblées primaires. […]

Au Club des Jacobins, les orateurs profèrent sans broncher les arguments les plus saugrenus, les pires extravagances que peut engendrer l’esprit humain. Il y a quelques jours, un orateur prit la parole à la tribune en ces termes : « Ou le roi est coupable ou il est innocent – dans les deux cas il mérite la mort ; coupable – c’est clair de toute manière ; innocent – il en est de même, car c’est en sa personne que réside la contre-révolution ». On n’entend guère de meilleurs raisonnements au Conseil de la Commune de Paris. Il y avait été décidé et proclamé que la Fête de l’Epiphanie serait désormais appelée la Fête des sans-culottes. Quelques jours après, plusieurs membres demandèrent qu’on la baptisât la Fête des Philosophes puisque les Rois mages étaient des sages. « Et pourquoi changer ce que le Conseil de la Commune a décidé », s’écria l’un des membres, « qu’est-ce un philosophe ? Un homme qui aime la sagesse, la liberté et l’égalité – les sans-culottes aiment tout cela eux aussi, donc ce sont des philosophes ». Le décret ne fut pas abrogé.

 

  • 12 Mary Godwin Wollstonecraft (1759-1797), écrivain d’origine irlandaise et première féministe anglais (...)

le 4 janvier. Paris a toujours ses petits-maîtres et ses fats. Ils ont leur rendez-vous au théâtre et ils jouent leur rôle dans les loges des belles à présent délaissées. Sinon, on ne les voit guère. Quiconque avait de l’énergie a pris parti et soit a émigré ou est parti pour la frontière ou se livre à des activités patriotiques au Club des Jacobins et dans les Sections. Depuis 3 semaines environ, séjourne ici une Anglaise12 qui s’est fait connaître par les écrits suivants : ***. Elle comprend le français et l’allemand, mais parle très mal les deux langues, presque pas. J’étais hier dans une compagnie, et la conversation tomba sur la liberté des bouches de l’Escaut que les Français veulent ouvrir à toutes les nations ; avant, on avait parlé du caractère des Français et du flux de leur éloquence. « Les Français », dit-elle avec beaucoup d’esprit, « ouvrent tous les canaux, pourquoi ne commencent-ils pas par eux-mêmes en ouvrant le canal qui mène du cœur à la bouche, il s’épargneraient bien des maux ».

 

  • 13 Chambon de Montaux, en fonction durant une brève période, du 1er décembre 1792 au 4 février 1793.*

le 5 janvier. Le Maire de Paris13 est venu à la barre de la Convention nationale pour rendre compte des causes de la fermentation qui règne à Paris. Ce sont les suivantes :

  1. Le procès de Louis qui occupe présentement la Convention nationale.

    • 14 W. v. W. les appelle « Hülfs-Billet », c.à.d. littéralement « billet de secours ».*

    Le manque de confiance dans les billets [de la maison] de Secours14 et la difficulté de les faire passer (ces billets de secours ont été fabriqués par de grandes maisons spécialement autorisées dans un moment où, les petits assignats de 10 à 50 sols n’ayant pas encore été décrétés, le commerce de détail languissait et il était très malaisé de se procurer des denrées de première nécessité. Maintenant que la monnaie de billon est émise en assignats, on ne veut plus prendre que ces derniers et on refuse les billets de secours). Cette monnaie est entre les mains de la classe la plus indigente qui n’a pas le temps d’attendre qu’on les échange.

  2. La crainte, que l’on répand dans le peuple, que l’approvisionnement de Paris soit insuffisant.

  3. Le manque de travail pour les ouvriers.

  4. Les plaintes contre l’Administration des postes, les maisons de jeu et autres lieux de prostitution ; « c’est dans ces maisons, dit le Maire, que se tiennent tant d’émigrés qui sont rentrés et, changeant souvent d’habitation, pensent se soustraire aux examens sévères de la police ».

  5. Les prêtres et les émigrés agissent sous les masques les plus divers, et tous nos efforts pour les découvrir restent vains ». D’après ce rapport, le nombre effectif d’hommes de la force armée est à Paris :

  • 15 ms 127089.

Gardes nationaux à pied

116 452

Gendarmerie et vainqueurs de la Bastille

2 423

Fédérés

5 601

Cavalerie

2 603

127 07915

En outre, 3 860 hommes sont à Compiègne, St Germain et Rambouillet, partie Infanterie, partie Cavalerie.

Ce rapport contient à vrai dire quelques unes des causes de la fermentation présente à Paris ; mais le Maire n’est point remonté jusqu’à la source : Trop lâche pour dénoncer les premiers ressorts de tous les désordres, ou payé pour ne pas les désigner, il a tu l’influence de la faction et ses efforts pour agir sur le peuple et atteindre son but par les voies de la violence.

Mais quels sont alors les moyens dont cette faction se sert ? Où sont les trésors dans lesquels elle puise ? Le millionnaire qui payait jusqu’à maintenant – le duc d’Orléans – a sacrifié sa fortune à la Révolution et à la Contre-Révolution ; les autres sont pauvres au moins en apparence. – Quelles ruses emploient-ils pour gagner des gens à leur cause ? […]

Les départements s’aperçoivent que la Convention nationale n’est pas libre, qu’une horde de scélérats la domine et que Paris prétend dicter sa loi à toute la France. Plusieurs départements l’ont fait savoir en termes énergiques dans des adresses à la Convention nationale. Le département de la Haute-Loire est même allé plus loin, armant quelques-uns de ses concitoyens pour marcher sur Paris et délivrer la Convention nationale. Cette résolution fut présentée aujourd’hui et il en est résulté une vive discussion pour savoir si on ne devait pas l’annuler. La faction des Jacobins redoute la manifestation de la vérité ; elle s’appuie sur les Sections de Paris qui, tant que la Patrie est déclarée en danger, se rassemblent journellement, cependant que 10 à 15 orateurs font l’éloge de la faction et éloignent, par leurs propos, les amis de l’ordre et du repos publics. De cela aussi il fut question, la partie la plus saine de la Convention nationale souhaitant la suppression de ces réunions. Ce qui provoqua une violente opposition exprimée dans les injures les plus grossières. Ville singulière – peuple incompréhensible.

Pendant qu’au Sénat on dispute sur le bien de l’Etat avec un esprit de parti, une fougue, une fureur qui font des paroles de l’orateur autant de brandons allumés propres à provoquer l’incendie ; pendant que les poignards sont maniés et que les épées des assassins et des brigands sont suspendues sur nos têtes – eh bien, les 20 spectacles de la capitale poursuivent leur tranquille carrière, on siffle les dernières productions, on applaudit les grands sentiments et on rend hommage à la beauté et au talent des actrices. Plus loin, dans une rue proche, les prisonniers de l’Abbaye (une prison qui, au Faubourg St Germain, est dans l’Abbaye de même nom) peuvent bien être égorgés – ici viennent s’éteindre le vacarme des voitures, les cris des vendeurs et des acheteurs, les gémissements des mourants et les hurlements d’une foule ivre de sang et de meurtre.

 

  • 16 La scène, qui s’est déroulée à la Chambre des Communes le 28 décembre 1792, est rapportée dans la r (...)

le 7 janvier. Burke, l’ennemi déclaré du gouvernement français, tint au Parlement il y a quelques semaines un discours dans lequel il fit montre d’une belle éloquence pour peindre des couleurs les plus sombres la situation politique de la France. Il tira un poignard qui avait été voué à l’assassinat du roi, et il le jeta sur le bureau16. On trouve ici ridicule cet artifice de l’orateur et on le taxe de charlatanisme – je n’examinerai point si c’est à juste titre. Mais en quoi l’action qui suit serait-elle plus grande ? Il a été transmis au Conseil de la Commune de Paris un carton que l’on prétendait avoir découvert au château de Bretigni : c’étaient des papiers de La Fayette. On y trouva un drapeau blanc, armorié et fleurdelisé, et on y vit la marque du complot contre la Nation et le signal de la Contre-révolution. Il fut décrété que cet étendard serait foulé aux pieds, et le président se leva majestueusement de sa chaise et le foula aux pieds ; tous les membres tour-à-tour l’imitèrent, piétinèrent patriotiquement le drapeau de l’aristocratie sous les applaudissements, et cet acte fut jugé digne d’un Brutus ou d’un Caton. La faction qui a à sa tête Marat, Robespierre, Chabot, Merlin, etc. se sert, pour parvenir à ses fins, de moyens extrêmement mesquins, qui pouvaient peut-être agir au commencement de la Révolution, lorsque le spectacle était encore neuf pour le peuple, mais à présent, de tels artifices ne sont plus que ridicules.

  • 17 Roland – critiqué entre autres par ses ennemis au sujet de la gestion des fonds secrets – restera e (...)

C’est ainsi que pour exciter à la colère contre le roi et accélérer sa condamnation à mort, elle fit venir à la barre de la Convention des personnes qui avaient été blessées le 10 août, afin qu’elles exigeassent la condamnation du roi ; et à cette occasion on porta un cul-de-jatte sur une civière. – C’est ainsi que, pour faire tomber des soupçons sur le ministre de l’Intérieur17, son ennemi déclaré, elle fit partout placarder une affiche dans laquelle on priait ceux qui voulaient s’engager dans une entreprise d’un million de Liv. de se présenter dans un bureau du département de ce ministre.

On vend dans toutes les librairies « Le Procès de Charles Ier » et les libraires, pour affecter l’air du patriotisme étalent ces titres avec ostentation aux yeux des chalands.

On a trouvé une nouvelle manière d’extorquer de l’argent. Au Palais Royal un Marseillais vous attend, l’air furibond et un grand sabre sous le bras. Quand vous passez, il se retourne brusquement et prétend, avec la plus grande insolence et en criant comme un possédé, que vous l’avez heurté. Vous vous défendez, lui s’échauffe et exige que vous vous battiez en duel avec lui. Les timides sont mis dans l’embarras et ne savent plus à quel saint se vouer, les voilà entraînés malgré eux ; c’est alors que notre spadassin se calme et consent à un accommodement moyennant une somme d’argent. L’un de mes amis s’est trouvé dans cette situation. Les menaces du Marseillais l’émurent fort peu ; il le prit par le bras et le somma de vider cette affaire sans tarder car il était fort pressé. L’autre, voyant qu’il avait manqué son coup, se radoucit promptement et se perdit dans la cohue. Il y a peu, au Palais Royal, un homme avancé en âge apostropha un jeune homme du ton le plus brutal, le plus désobligeant qui soit. Le jeune homme demeura coi, souffrit la réprimande puis passa son chemin. Deux autres jeunes gens qui, comme beaucoup d’autres personnes, avaient été témoins de l’algarade se mirent en devoir de poursuivre le poltron et de s’amuser à ses dépens. Ils abordèrent l’offensé : « Il faut sans doute que tu [sois] l’homme le plus lâche de la terre pour tolérer pareil outrage, nous t’ordonnons de quitter le Palais Royal sur-le-champ ». – « De quoi vous souciez-vous, Messieurs ? », leur répondit-il, « plus un mot de tout cela, ou je vais vous montrer qui est le plus lâche de nous trois ». Sûrs de leur affaire, les jeunes gens l’en insultèrent de plus belle. L’homme saisit alors rudement celui qui était le plus proche et l’entraîna avec lui. « Et vous », dit-il à l’autre, « suivez-moi aussi ». Il se rendit dans un endroit éloigné ; on n’avait pas plus tôt dégainé qu’avec un sang-froid et une adresse incroyables il désarma l’un de ses adversaires tandis qu’il blessait l’autre. Ceux-ci, frappés de stupeur et de honte, s’éloignèrent sans demander leur reste. Pourtant, ils voulurent savoir avant de partir pourquoi il avait supporté une humiliation en silence, alors qu’il ne manquait pas de courage. « C’était mon père », répondit-il, et c’était vrai.

 

  • 18 Sans doute une houppelande du genre de celle que portait Marat. (On aura reconnu plus haut le panta (...)

le 8 janv. Les gens que l’on rencontre à présent dans les places publiques, aux spectacles, dans les promenades, les cafés et même le plus souvent en société ont dans leur accoutrement, dans leurs gestes, dans leur langage de quoi causer bien de l’étonnement et parfois de la répugnance, en sorte qu’on dirait que l’urbanité, le bon ton de Paris qu’on dénotait comme des traits caractéristiques de cette ville n’existèrent que dans la cervelle des voyageurs qui les ont rapportés. Pourtant, la cause en est évidente : les basses classes du peuple ont soudainement accédé à la première place de la société ; elles règnent despotiquement, et l’on ne peut régner avec elles qu’en adoptant leurs mœurs et leur caractère. C’est à ces classes qu’une infinité de personnes de bon ton et de grand mérite, qui à vrai dire n’avaient reçu qu’une éducation frivole, mais n’en possédaient pas moins de bonnes manières, ont dû céder la place. Elles ont émigré ou vivent retirées, ne pouvant digérer une nourriture aussi grossière. Comme dans l’état de nature où prime le droit du plus fort, tout le monde se promène armé soit de gros bâtons noueux qui au surplus sont plombés à leur bout, un seul coup en étant suffisant pour fracasser le crâne ; soit d’armes plus subtiles : des cannes qui contiennent deux poignards ou la lame d’une épée ; ou dont le bout est muni d’un dard qui se dévisse et se porte la nuit comme une arme blanche ; il en est une autre sorte qui renferme une cavité pour cacher 2 à 300 Louis ou des lettres. Le reste de la personne répond à ce genre d’armement : des culottes de bure, longues et amples, une veste courte avec des manches, une méchante pipe entre les lèvres, des cheveux ébouriffés, un bonnet militaire vénitien de drap grossier ou tout simplement un bonnet de nuit bariolé, voilà ce qui caractérise le patriote entre 20 et 30 ans. Les gens plus âgés, armés des mêmes bâtons ou cannes, portent généralement une sorte de redingote18 qui s’achète à vil prix au Palais Royal et dont le tissu est d’une nature fort grossière ; cela ressemble à une robe de chambre avec un col d’une couleur différente. Quant aux autres, ils battent le pavé dans des vêtements uniformes, avec des vestes courtes uniformes, le sabre au côté et arborant d’énormes moustaches. On ne porte plus le bonnet rouge. Tous ces gens-là ne savent point ce qu’est l’esprit républicain ; ils croient que cela consiste à se soucier le moins du monde possible de son voisin, à se montrer sous son jour le plus brutal et le plus inculte tant sous le rapport de l’habillement que sous celui de la conduite, à être un homme sans égards qui fait ce qui lui plaît. Ils regardent le bon ton des ci-devant gens de qualité comme le mauvais levain de l’aristocratie. Ils font résonner les places publiques de leurs tumultes, de leurs vociférations et de leurs beuglements, ils bousculent tout ce qui ne leur cède pas. Ils insultent les filles qui se vendent, et ils prennent cette marchandise sans payer. Aussi ces belles sont-elles toutes les plus farouches aristocrates, et nombreux sont ces derniers qui se réfugient chez elles quand la police est sur pied pour rechercher les contre-révolutionnaires et pour les livrer, eux et leurs principes, à la fureur de la populace.

 

le 9 janvier. Plus de 40 membres de la Convention nationale s’étaient fait inscrire en vue de prendre la parole pour ou contre le projet de renvoyer la sentence définitive du roi aux assemblées primaires. Trois semaines n’eussent point été suffisantes pour entendre tous les avis dictés par la haine et les passions de la faction ou par le bon sens des gens d’esprit. La Convention a décrété que chacun pourrait faire imprimer son opinion et que la décision serait rendue le 14 janvier. La querelle entre les deux ministres dure toujours : il est clair que les acteurs des scènes atroces du 2 septembre peuplent le département du ministre de la Guerre. Le Directeur d’un des bureaux, un homme de grand talent et de caractère que son savoir-faire dans les fonctions de sa charge ont rendu indispensable, a récemment eu part, à son corps défendant, aux conversations de ses commis qu’il avait un jour convoqués. Ces derniers se vantaient de leurs exploits : « Te souviens-tu », disait l’un à son collègue, « des grimaces, des sauts de cabri que faisait celui-là à qui j’avais passé mon sabre au travers du corps, ou de tel autre à qui j’avais fendu la tête ou encore d’un autre à qui j’avais ouvert le ventre ? » Plusieurs racontaient, en les accompagnant de plaisanteries effroyables, l’agonie de leurs victimes et leurs gémissements, ils contrefaisaient leurs dernières convulsions et avaient un sujet d’admiration mutuelle à raison des tourments ingénieux qu’ils avaient infligés à ces malheureux.

Au sujet du 10 août, l’un d’eux racontait l’anecdote suivante : « Alors que le massacre des Suisses touchait à sa fin, je vis un tambour de ce régiment, un garçon de 12 ans : il continuait à se défendre ; j’arrivai derrière lui et je m’apprêtais à lui fracasser le crâne quand plusieurs me crièrent de laisser la vie au polisson ; je renonçai donc ; le garçon se tourna alors vers ceux qui voulaient lui faire grâce : « Non, je ne veux pas de votre pardon, vous avez tué mon père, je ne veux rien des assassins de mon père » ; il fut entraîné par la foule, je crois qu’il s’en est tiré avec la vie sauve ». Un enseigne de cette Garde, un jeune homme de Neuchâtel qui était venu à Paris pour quitter le service et retourner se marier dans sa ville natale, est resté sur la place dans cette malheureuse affaire. Longtemps il avait résisté : la hampe de son drapeau se brisa, il continua la lutte avec le tronçon qui lui restait, défendant plus le drapeau que sa vie ; il succomba sous le nombre ; il tombe, et en mourant il remet les enseignes de son régiment à un vieux sergent suisse qui combattait encore à ses côtés. On érige des pyramides et des monuments en l’honneur des assassins du 10 août, leurs noms y sont inscrits en lettres d’or, et sur leurs cercueils on brûle de l’encens. Les exploits de ces malheureux Suisses ne resteront que dans le cœur de quelques hommes généreux en attendant des jours meilleurs qui permettront de les citer en exemple à un peuple aveuglé.

 

  • 19 Le lapsus n’est pas fortuit, le terme a été parfois employé plus ou moins ironiquement à la place d (...)

le 10 janv. Le parti des amis de l’ordre l’emporte sur la faction des Jacobites19 ; cela influe sur l’esprit public. Les gens honnêtes se sentent de nouveau le droit de dire qu’ils le sont ; les patriotes véritables, aux sentiments humains, élèvent la voix pour exciter à l’obéissance envers les lois. Au Théâtre National Fr[ançais] on joue une pièce intitulée « L’ami des lois » ; tout le monde accourt pour voir ce spectacle, et deux heures avant le début il n’est plus possible d’avoir des billets d’entrée. L’idée de l’obéissance envers les lois qui y est enseignée reçoit l’assentiment général. On y voit un aristocrate sous les traits d’un honnête homme. C’est surtout ce personnage qui est imputé à crime par la faction jacobite à l’auteur, un acteur de ce théâtre du nom de Laya. Dans d’autres théâtres, on applaudit de même aux propos de cette personne amie de l’ordre et des lois. Pourtant, il ne faut pas se reposer sur cet état des esprits, il n’est pas soutenu par le courage et la constance. Il n’existe encore aucune force bien organisée qui serait capable d’arrêter les abus et la licence de la faction. Dès que celle-ci met le fer homicide entre les mains de ses troupes stipendiées, la grande foule des bien-pensants se terre car ils n’ont aucun point de ralliement d’où ils pourraient agir de concert.

 

  • 20 Cambon.*

le 11 janv. Un membre20 de la Convention et du Comité des Finances a fait un rapport sur les rec[ettes] et les dépenses du mois de décembre : les dépenses extraordinaires se montent, à elles seules, à 165 400 601 Livr. Les armées ont coûté la somme de 110 millions. On a eu recours à l’expédient habituel consistant à émettre encore du papier-monnaie. Ce discours, à vrai dire, n’était pas réconfortant ; pourtant voici le baume pour la blessure : « J’ai dit que nous n’avions que deux millions de biens pour hypothèque, mais il nous reste une autre ressource. Le décret du 15 décembre nous fournit un nouveau gage dans la compensation que nous doivent les nations à cause des grandes dépenses que nous avons faites pour leur procurer la Liberté. Le respect aussi vain que ridicule envers la Déclaration des droits de l’homme, ainsi que des principes philosophiques hors de saison, ne doivent pas nous ôter ce bénéfice. Car c’est à nos finances que nous attendent l’Angleterre et les puissances étrangères coalisées. Est-il équitable que nous ayons mis 15 à 18 millions de thalers dans les Pays-Bas sans que ceux-ci nous en rendent compte ? – Assurément pas ». Voilà à quoi mènent toutes ces belles harangues : Les nations auxquelles on a imposé de force la liberté française devront la payer. Non content d’y faire vivre les armées à discrétion et d’y agir comme si l’on était chez soi ; non content d’imposer à ces peuples une constitution qui n’est pas faite pour eux, d’abolir toutes leurs lois sans leur en donner de nouvelles, de toucher aux biens de certaines catégories d’habitants et de les dilapider ; en bref, non content de répandre des désordres de toute sorte : encore veut-on forcer ces peuples à payer la liberté. La France tient boutique et on est obligé d’acheter la liberté, la France met le couteau sur la gorge des passants pour qu’ils achètent cette liberté ; et sur la première page de sa Constitution est écrit : Tous les hommes sont nés libres.

 

le 12 janv. Au nombre de ceux qui périrent dans les prisons le 2 septembre et les jours suivants se trouva parfois un coupable. Ainsi l’abbé Pardy. Il avait assassiné son frère sous l’Ancien régime pour avoir son argent et sa maîtresse. L’affaire fut mise au jour et l’abbé se réfugia à Venise. La France le réclama. La République répondit qu’il était tombé entre les mains de la Justice et avait été pendu. En vérité, il était en prison – il fut élargi et c’est ainsi que pendant quelque temps il parcourut l’Italie. Dans les commencements de la Révolution, voyant que tant de crimes restaient impunis, l’abbé revint et se constitua prisonnier afin d’obtenir la révision de son procès. On le mit à l’Hôtel de la Force. Les juges criminels, ne voulant ou ne pouvant pas prononcer, tirèrent les choses en longueur. Avec quelques autres détenus, pour passer le temps, l’abbé forma une bande qui confectionnait de faux assignats, et cela de telle notoriété qu’on vendait même ces assignats à un certain tarif. On venait le voir, par ex. pour acheter un billet de 300 francs ; il en montrait plusieurs, offrant 200 fr. pour celui-ci, 150 pour celui-là, etc. selon qu’ils étaient plus ou moins bien imités. Cet abbé fut une des premières victimes que le peuple sacrifia à sa fureur.

La pièce « L’Ami des lois » qui est jouée sur la scène du Théâtre français au Faubourg St Germain fait une vive sensation. Elle prône le calme et l’ordre, et présente les chefs des anarchistes sous des couleurs crues. L’effet sur le public est grand, et ce dernier fait connaître son approbation de toutes les façons possibles. On voit ainsi que la plus grande part des habitants de Paris, lasse des perpétuels désordres, aspire enfin à une situation telle qu’elle est décrite dans ce spectacle. Or, pour cette raison, il ne saurait agréer aux Jacobins qui emploient tous les moyens pour le faire tomber. Il en fut déjà question à la Convention nationale. Monsieur Prieur le présenta comme une pièce qui contient des opinions antipatriotiques ; on y trouve même, dit-il, le vers suivant : « Aristocrate, mais honnête homme ». Néanmoins, elle continue d’être jouée et reçoit toujours plus de défenseurs. Lors de l’élection du Président de la Convention nationale, avant-hier, la plupart des membres de l’assemblée avaient en mains cette pièce qui venait d’être publiée et ils la lisaient avec attention. – C’est Monsieur Vergniaud, le chef des patriotes modérés, un homme de grands talents et d’une honnêteté reconnue, qui a été élu. – Ce soir, on donna cette pièce pour la 5e fois. Juste au moment où elle devait commencer, elle fut interdite par une résolution du Conseil de la Commune qui entre dans les vues des Jacobins. Le Maire se porta sur les lieux pour faire exécuter cette résolution. Santerre, le général commandant la Garde nationale de Paris vint aussi avec un bataillon et des canons. Le public du théâtre retint le premier prisonnier et tourna le second en ridicule. Santerre s’avança dans le parterre et dit que seuls des aristocrates pouvaient applaudir une telle pièce, aussi abominable, et qu’elle ne devait plus être jouée. « Et de quoi vous souciez-vous », lui cria un jeune homme du parterre, « nous, nous voulons qu’elle soit jouée, et vous pouvez toujours vous en aller si elle ne vous plaît pas » – « Savez-vous, jeune homme », lui dit un officier de la suite de Santerre, « à qui vous parlez ? C’est le Général ». – « Eh bien, tant pis », rétorqua le même, ajoutant : « Mais, une chose est certaine : cet homme est chargé d’établir l’ordre et le repos publics et non de faire cabale ». Au parterre, un officier de la Garde nationale tira l’épée pour en imposer aux personnes qui exigeaient le spectacle. On lui tomba dessus, le désarma, lui arracha ses épaulettes et on le jeta dehors sans ménagements. Les Jacobins dépêchèrent des secours, des hommes à 30 Sols et 40 Sols par jour. On cerna la salle, on dégaina – mais en vain. Le public du théâtre envoya une députation à la Convention, celle-ci se conduisit avec beaucoup de dignité ; elle passa sur ce point à l’ordre du jour, puisque le Conseil de la Commune de Paris n’avait pas le droit de se mêler de critique théâtrale. La pièce fut jouée et, sans qu’il y eût du sang versé, les Jacobins subirent une défaite totale. Les Fédérés marseillais s’étaient pour une fois, en partie du moins, écartés d’eux. Ils avaient insisté eux aussi pour que la pièce fût jouée. Ces Fédérés qui arrivent maintenant armés de toutes parts pour défendre la liberté de la Convention pourraient dans la suite devenir très dangereux pour la Municipalité parisienne. Ils commencent déjà par se diviser. Les Jacobins dont ils se proposent de détruire l’influence tâchent de séduire non des corps entiers de Fédérés mais des individus ; ils savent bien que de cette façon, peu à peu, ils gagneront aussi les corps. Au Club des Jacobins où, le matin, des Fédérés s’assemblent, ceux-ci se font endoctriner. Ils se mettent aussi à rédiger des pétitions et à se mêler de beaucoup d’affaires qui ne regardent que la Municipalité parisienne. Une autre partie des Fédérés, de sentiments plus pacifiques, s’assemble dans la salle des Cordeliers et n’y parle que de son but qui est de rétablir la sûreté et la liberté de Paris, et de renverser le despotisme des anarchistes.

 

  • 21 Le Premier ministre Pitt avait écrit au représentant français à Londres : « Je suis obligé de vous (...)

le 13 janv. La déclaration de l’Angleterre faite au Ministre fçais Chauvelin21 et la réponse du Ministère Fçais occupent la Convention nationale ; on croit encore que l’Angletere n’en viendra pas au sérieux et que ses préparatifs de guerre n’ont d’autre dessein que d’intimider la France tout en fournissant à la nation anglaise un aliment propre à conjurer la fermentation qui sévit dans l’empire. Les théâtres donnent depuis la déclaration de guerre des pièces qui ont pour sujet la supériorité des Français sur les armées des coalisés. Ce sont surtout les émigrés qui, dans ce genre de spectacles, sont la cible du mépris et de la dérision des auteurs. Dans « Le Siège de Lille » qui est joué sur plusieurs théâtres, les Autrichiens sont traités avec beaucoup de ménagement tandis que les émigrés sont particulièrement malmenés. Ces pièces sont le plus souvent médiocres, seuls le caractère actuel et la représentation figurative des sièges, des batailles, etc. à l’aide de machines expliquent l’intérêt et la vogue qu’elles suscitent.

 

le 14 janv. C’est aujourd’hui qu’il devait être statué sur le procès du roi à la Convention nationale. La question fut en effet examinée ; mais, quoique la séance durât de 2 heures à 10 heures du soir, elle n’aboutit qu’à énoncer les propositions soumises au vote. La Convention est appelée à répondre aux trois questions suivantes :

  1. Louis Capet est-il coupable du crime de haute trahison ?

  2. Son jugement doit-il être sanctionné par le peuple ?

  3. Quelle peine encourt-il ? Hier et aujourd’hui, dans l’intérêt de la sûreté publique, on ordonna d’illuminer les premiers étages des maisons. Une fois de plus, le Conseil de la Commune s’arrogea le droit de fermer les théâtres aujourd’hui. Un droit qu’a seule la police, laquelle dépend immédiatement de la puissance exécutive représentée par les Ministres. Du reste, ceux-ci donnèrent à l’unisson des ordres contraires.

le 15 janv. On a prononcé sur la première et la deuxième questions : Louis est coupable de haute trahison [et d’attentat] contre la liberté et la sûreté [générale] de la France ; la sentence que rendra la Conv[ention] nat[ionale] ne sera pas soumise à la ratification des assemblées primaires.

  • 22 Cela ne fait au total que 697 députés auxquels il conviendrait d’ajouter les 52 signalés plus haut (...)
  • 23 L’original porte « unversiegelt » qui signifie le contraire (non scellé). On peut évidemment suppos (...)

La première question est passé à la quasi-unanimité. Sur 745 membres 26 étaient absents, en congé ou en mission, l’un sans motif, 26 donnèrent une réponse vague et conditionnelle. [En marge : annoté le 16 au matin à 4 heures 21 minutes]. Lorsque le duc d’Orléans (Monsieur Egalité) fut appelé à voter sur la première question et qu’il dit : Oui, le roi est coupable de haute trahison, un murmure de mécontentement s’éleva d’un coin de la salle. La deuxième question passa avec 414 voix contre 28322. Avant qu’il fût prononcé sur ces deux questions, le ministre de la Justice vint déposer sur le bureau de la Conv[ention] nat[ionale] la plainte de l’ancien ministre de la Justice Bertrand. Celui-ci aurait envoyé au Ministre quelques pièces utiles à la défense du roi et les avocats ne les auraient pas reçues. Garat attesta la réception de ce paquet qu’il avait transmis à la Conv[ention] nat[ionale]. Le Comité chargé de classer ces papiers déclara que la Convention avait gardé par devers soi quelques pièces insignifiantes. Il se trouvait même au Comité un paquet qui, arrivé trop tard, était encore sous le scellé23.

Voici une preuve de la façon dont même ceux qui président aux destinées du Conseil de la commune jugent de l’existence des lois. On disputait pour savoir si la pièce « L’Ami des lois » devait ou non être jouée. Presque tous les conseillers insistaient pour qu’elle fût interdite. « Pour ce qui est de moi », dit un membre de l’assemblée, « je ne l’ai pas lue ; mais le simple titre me montre quels principes y sont contenus. L’auteur se fait passer pour un ami des lois. S’il pense aux lois d’avant le 10 août – elles ne valent rien et ont été abrogées ; s’il veut dire les lois d’après cette période – nous n’en avons pas encore ».

 

le 16 janv. La Convention nat[ionale] siégera sans discontinuer jusqu’à ce que Louis soit jugé. On met tout en œuvre pour intimider les députés qui ne veulent pas voter pour la mort, et certes, c’est une vue assez fine de siéger sans interruption : un homme qui est exposé nuit et jour au tumulte le plus effroyable ; dont l’esprit est toujours tendu ; dont le corps ne prend ni repos ni nourriture comme à l’accoutumée – un homme mis dans cette situation n’est pas capable de garder la force d’esprit qui est nécessaire dans les moments de péril pour rester fidèle à ses principes. Le résultat le démontre : plusieurs voix sont déjà données : la majorité est pour la mort. En attendant, Paris est encore calme, car tout va selon les désirs de la faction qui, dans la capitale, a seule le pouvoir de fomenter des désordres.

La facilité et la rapidité avec laquelle, dans leur théâtre, les Français saisissent les répliques à la volée pour les applaudir ou les huer à peine sorties de la bouche d’un acteur, est surprenante. Il y a eu encore un grand tumulte au Théâtre de la Nation. Le parterre voulait voir l’Ami des Loix. On menaça des municipaux, Santerre qui était dans les coulisses fut appelé – mis en butte aux railleries et au mépris général, menacé d’un pistolet. Un de ses aides-de-camps voulu prendre la parole et expliquer que le Général avait insisté il y a quelques jours pour que la pièce ne fût pas jouée uniquement parce qu’il n’avait pas eu connaissance du décret requis à la Convention. « Le Général », commença-t-il, « le Général ignorant »…, il n’avait pas plus tôt prononcé ces paroles que s’élevèrent des applaudissements à tout rompre et on ne le laissa plus ajouter un mot.

 

  • 24 Les chiffres fournis par W. v. W. sont dans l’ensemble exacts. Les suffrages exprimés plus haut s’é (...)

le 17 janv. Le sort en est jeté, la séance fut levée ce soir à 10 heures : sur 745 voix, 369 sont pour la mort et 319 pour la prison et le bannissement. L’un est mort, 6 sont malades, deux absents – on ne sait pas pourquoi, ils ont été censurés –, 11 sont envoyés en mission, 4 n’ont pas voté : donc en tout 23 membres dont les voix sont perdues. Il reste encore 34 v[oix] : savoir 1 pour la mort à la réserve de transformation de la peine ou de fixation d’un sursis, 25 pour la mort avec demande de délibération préalable sur la date de l’exécution ; 8 pour la mort avec sursis jusqu’à la paix ou exécution dans les 24 heures qui suivent le franchissement des frontières par l’ennemi. – 319 pour l’exil [etc.] ; 369 pour la mort24.

 

le 18 janv. Hors de l’Assemblée, il ne se passe à Paris rien de bien notable. Tout le monde est tendu. La crainte et l’espoir se lisent sur chaque visage, – la joie sur les physionomies de ceux qui ne se dérident que quand ils flairent le sang. J’ai parcouru plusieurs rues : tout le monde vaque à ses affaires et parle des scènes qui arrivent avec un sang-froid à vous faire enrager. Les défenseurs du roi ont paru aujourd’hui à la Convention, ils lui présentèrent son appel au peuple. Le grand âge et la dignité de Malesherbes et de Tronchet, leur émotion qu’ils ne purent cacher : la scène fut grande et pathétique. La Conv[ention] décida qu’elle ne pouvait prendre leur proposition en considération. Vu que l’on sentait que la majorité des voix en faveur de la mort n’était pas suffisante, quelques membres déclarèrent qu’on ne les avait pas bien compris, qu’on avait falsifié leur vote, etc. Il fut résolu de présenter encore une fois son opinion à chaque député et de la lui faire signer.

 

  • 25 Ocariz.*

le 19 janv. La Convention décidera pendant cette séance à quel moment le roi doit mourir. Il n’a été tenu aucun compte de la lettre que le Chevalier Occaris25, Chargé d’affaires d’Espagne, a écrite au ministre Le Brun et dans laquelle il assure que le roi d’Espagne, si l’on sursoyait au jugement, se montrerait disposé à servir de médiateur pour la paix. L’intérêt pour le roi est général, moins prononcé toutefois dans les basses classes du peuple. N’a-t-on point tout fait, depuis 3 ans, pour lui [arracher] du cœur tout sentiment en faveur de son roi ; ne l’a-t-on point habitué à le traiter comme son pire ennemi et à ne lui épargner aucun affront ? Le roi devra mourir, et il n’est guère qu’un miracle qui pût le sauver.

 

le 20 janv. Le roi mourra demain ! Il en a été ainsi décidé, à minuit passé, à une faible majorité des voix. Il mourra demain de la main du bourreau ! Les 6 ministres ont été chargés de prendre toutes les mesures pour faire exécuter la sentence. Le ministre de la Justice l’a annoncée aujourd’hui au roi. Celui-ci tira un billet de son portefeuille et le lui remit. Il y demande que la Conv[ention] lui accorde un délai de 3 jours pour se préparer à comparaître devant Dieu ; il demande qu’elle l’affranchisse de la surveillance trop étroite du Conseil de la Commune afin de pouvoir s’entretenir avec sa famille ; il demande que la Conv[ention] prononce sans tarder sur le sort de sa famille et permette à celle-ci de se rendre où bon lui semble ; il recommande ses vieux serviteurs à sa sollicitude.

Un garde national a arrêté le Dauphin sur les marches du Temple : « Où vas-tu ? » – « Dans la rue », répondit le bambin en sanglotant, « Je veux aller partout et implorer la grâce du peuple pour mon père ». On le reconduisit chez lui. Le Conseil de la commune a décrété qu’aujourd’hui tout devrait être illuminé. Il a mandé Santerre, le commandant gén[éral] et lui a ordonné de prendre toutes mesures utiles pour la solennité du sacrifice et la sûreté publique. En outre, il a été décrété que nul ne devrait se [tenir] demain dans les rues sans être armé, et que toute personne demandant qu’on fît grâce serait sur-le-champ mise en prison. Les théâtres ne seront pas autorisés à faire relâche ; il leur est même ordonné expressément de jouer demain.

Le silence règne dans les rues : Paris n’a jamais été aussi calme ; preuve qu’il n’y a que la faction qui puisse mettre la ville en mouvement pour servir à ses desseins. – On voit aujourd’hui peu de gens de bien ; pas un seul bel équipage. Je parcourus plusieurs rues : partout le même état d’esprit. Moins de gens que d’ordinaire chez les restaurateurs. Je n’en vis qu’un parmi eux à qui le cœur saignât, il regardait de tous côtés à la recherche d’une âme qui partageât son affliction. Des 500 000 habitants de Paris il en est peut-être 20 000 à souhaiter la mort du roi, 100 000 sont indifférents, les autres voudraient bien le sauver s’ils le pouvaient ; mais la Nation est tombée si bas qu’une garde de quelques milliers d’hommes suffit à en terrifier un demi-million. Le manque de caractère et surtout la lâcheté ont mené la Nation à cette horrible catastrophe, et cela seul garantit que tout se passera dans le calme. Pourtant, aujourd’hui, un député, le plus riche particulier de Paris, Pelletier de St Fargeau, fut mortellement blessé d’un coup de sabre par une de ses connaissances après lui avoir répondu : « Oui, j’ai voté pour la mort du roi ». Un garde du corps, Pâris, l’avait vu se rendre chez un restaurateur, l’avait suivi. Lorsque Pelletier s’était levé pour payer, il s’était avancé vers lui : « Tu t’appelles Pelletier, tu as bien voté contre le roi ? » – « Oui, en bonne conscience » – « Tiens, voilà ta récompense », et à ces mots il lui passa son sabre au travers du corps et s’enfuit.

 

le 21 janv. De 5 heures à 10 heures : on n’entend rien d’autre dans les rues à l’aube de cette [journée] qu’une horrible batterie, la diane destinée à réveiller les assassins du roi. Il règne un silence solennel. Point d’autre bruit que cet épouvantable tambour. C’est à 11 heures que le roi doit être exécuté. Les diverses sections sont déjà rassemblées Place de Louis XV ; sinon peu de monde, pas le moindre équipage dans les rues. Timidement, poussée par la curiosité, de-ci delà une femme apparaît à sa fenêtre. Un silence de mort, d’autant plus terrible qu’il est inaccoutumé. – A présent, l’infortuné est conduit lentement le long des boulevards. – Bientôt, il ne vivra plus : que de larmes ne sont pas versées dans ce moment à Paris. Que de prières que nul n’entendra s’échappent des lèvres de tant d’infortunés qui voient leur roi conduit au supplice et le pleurent.

« C’est fini », dit mon valet en entrant, « à 11 moins un quart » – « Soyons calmes – puisque c’est fini ». Mais qui saurait rester maître de ses sentiments pour pouvoir continuer à décrire ce qui se passe dans son âme.

Je me ressaisis, et la Nation m’apparut comme un monstre que je n’aurais encore jamais vu ; j’ouvris ma fenêtre pour voir les hommes qui pouvaient faire une chose pareille. Dans la rue passait justement un jeune vaurien déguenillé qui annonçait la nouvelle en chantant et en dansant. Les hommes à piques et les citoyens des sections revenaient de la Place avec la même indifférence qu’en y allant. A part cela, tout est encore mort dans les rues.

Sur les 2 heures, les promenades reprirent aux Tuileries. Sur la Place Louis XV où l’exécution avait eu lieu, on ne voyait plus que quelques groupes épars de femmes et de désœuvrés qui s’en donnaient à cœur joie. Le supplice s’était passé derrière la statue, du côté des Champs-Elysées. L’échafaud était déjà démonté : ce n’est rien d’autre que des traverses et des étais peints en rouge qui sont amenés sur la place avec la guillotine peinte de même et remportés ; il doit faire environ 3 pieds de haut ; je pus encore le voir sur la charrette du bourreau et je remarquai même sur une perche le sang du roi. Le roi a paru effrayé à la vue de la machine. « Je meurs innocent, je pardonne à mes ennemis », c’est tout ce qu’il dit ; Santerre ordonna qu’on battît les tambours, les tambours étouffèrent sa voix ; le peuple cria : « Point de parolesà bas la tête ». Il semble qu’on ait donné l’espoir au roi que le peuple réclamerait sa grâce. Il fit plusieurs fois le tour de l’échafaud – personne n’eu l’audace de crier qu’on fît grâce. Le coup fatal fut porté à onze heures moins 1/4. Cette fois, la machine se détraqua, il fallut que le bourreau appuyât sur le fer pour séparer complètement la tête ; le roi avait le cou très fort. On cria aussitôt : « Vive la Nation, vive la république ».

On fit à l’instant un paquet du corps et on l’enterra dans la plus proche église paroissiale. Le bourreau vendit le ruban de queue à un Anglais pour 10 fl. et de petites touffes de cheveux pour 15 fl. Le roi avait passé sur son gilet de soie blanche et ses pantalons un habit violet avec une doublure de soie blanche ; on lui avait lié les mains derrière le dos. Après sa mort, sur l’échafaud, on montra au bout d’une baïonnette son habit et [son] chapeau à trois pointes avec une cocarde. Le roi avait pris place dans la voiture du Maire ; un prêtre irlandais, son confesseur, était assis à ses côtés, deux officiers de la gendarmerie en face de lui. – Le cortège partit dès 9 heures et dura jusqu’à 10 heures 1/2. L’infortuné était environné du son des trompettes et des tambours et des cris de mort poussés par le peuple : « à la Guillotine ! ». Le roi ne s’était pas couché de la nuit : il l’avait passée agenouillé et en prières. Plusieurs porteurs de pique ou de sabre trempèrent la pointe de leur arme dans le sang qui avait jailli, et quelques-uns plongèrent leurs mouchoirs dans le sang, l’un se lava les mains dedans.

Voilà donc l’Histoire (et la Nation) plus riche d’un crime. Il y avait de nombreuses forces sur le lieu du supplice, mais presque point d’habitants de Paris autour de l’échafaud ; on avait déjà choisi les gens qu’il fallait. Le roi fit tout le tour de l’échafaud pour se montrer et prendre la parole. Santerre cria à ses officiers : « Non – non, ne le laissez pas parler », et alors on se hâta de faire entrer sa tête dans la machine. Il tournait la tête un peu dans tous les sens et le bourreau fut obligé de poser sa mains dessus.

 

  • 26 Allusion à la bousculade qui se produisit le 30 mai 1770 à l’occasion des festivités données en l’h (...)

le 22 janv. Aujourd’hui, on se hasarde de nouveau à sortir ; mais hier il fallait véritablement du courage pour se promener, dans un silence de mort, parmi tous ces hommes en armes. Deux députés, Kersaint et Manuel, (ont] envoyé leurs démissions : grand débat à ce sujet à l’Assemblée nationale pour savoir si on devait les accepter. La satisfaction qui se peignit sur les visages des députés de la Montagne lorsqu’on leur apporta le procès-verbal de l’exécution de la sentence était visible. Le cadavre [du roi] a été transporté à l’église de la Madeleine et là, afin d’en hâter la décomposition, jeté dans la chaux ; il gît là où sont les restes des Suisses du 10 août et de tous ceux qui furent étouffés rue Royale à l’occasion de son mariage26. Madame, la fille du roi, est morte aujourd’hui. Une maladie propre à son sexe – objet des plaisanteries du Conseil de la Commune au moment où il reçut la nouvelle – lui avait occasionné une tumeur ; l’insalubrité du séjour, et plus encore le chagrin et la douleur causés par ce qui s’est passé hier obsédèrent tellement l’esprit de cette princesse de grand caractère qu’elle en rendit l’âme.

  • 27 Dans ce passage particulièrement confus – comme d’ailleurs dans tous les développements relatifs à (...)

Les citoyens avaient reçu la consigne de rester armés dans leurs sections et à leurs ralliements. Tous les administrateurs devient être à leur poste. Le roi laisse un testament. On dit qu’il a montré beaucoup de courage et de détermination. Les boutiques étaient fermées27.

 

le 23 janv. L’assassinat de Pelletier occupe à présent les esprits dans toute la ville. On [l’]a exposé à demi découvert dans la demeure de ses parents, la blessure est mise en évidence. Cette nouvelle affaire chasse l’exécution du roi. On en prend prétexte pour procéder à des perquisitions chez les habitants. Le Comité de sûreté a été renouvelé ; il ne se compose à présent que d’hommes énergiques. On parle de complots contre les députés républicains. On recherche les émigrés.

 

  • 28 Il s’agit sans doute des « dernières paroles de la victime » dont il a été question un peu plus hau (...)
  • 29 Rue Dauphine, avant 1792.*

le 24 janv. Aujourd’hui a eu lieu l’enterrement du député Saint-Fargeau. La cérémonie fut des plus solennelles : environ 10 000 personnes, en partie la Milice nationale, en partie d’autres corps armés constituaient le cortège ; la Convention nationale, la Municipalité, le Département, les électeurs de la Ville, les membres des divers clubs patriotiques suivaient le cortège ; les tambours, les drapeaux, les piques étaient voilés de crêpe ; on portait la figure colossale de la Liberté, les Droits de l’Homme étaient inscrits sur deux tables, les dernières paroles de la victime en tête. Le cadavre était placé sur un simple lit et découvert jusqu’à la blessure, qui fait environ 6 pouces de long sur le côté gauche de la poitrine, sa tête était ornée d’une couronne de [feuilles de] chêne ; devant lui était posé le sabre court que le meurtrier avait laissé planté dans la blessure. Devant cette épitaphe28 on portait les vêtements dans lesquels il avait été poignardé : un habit brun, un gilet rouge, la chemise encore pleine de sang. Derrière lui s’avançait sa famille. Le convoi longea la rue St Honoré, traversa le Pont Neuf, et par la rue de Thionville29 gagna le Panthéon où il fut inhumé parmi les grands hommes qui avaient servi la Révolution. Sur le Pont Neuf, des salves furent tirées par les canons qui y avaient été mis en batterie. Les spectacles étaient fermés. On avait fait choix de tout ce qui pouvait exciter à la compassion envers le défunt. Le sabre, ce qu’on appelle un briquet, d’environ 18 pouces de long, avec une poignée de métal jaune, était peint car le sang paraissait rouge comme s’il venait juste de couler sur la toile ; un effet qu’il n’a jamais sur du fer, surtout quand il date de 4 jours. La Conv[ention] Nat[ionale] a ainsi pour dessein :

  1. de détourner l’attention et l’imagination du peuple de l’exécution du roi vers un nouvel objet,

  2. grâce à l’impression produite d’échapper au danger dont la menacent les royalistes fanatiques,

  3. d’autoriser les perquisitions pour trouver ces gens,

    • 30 il s’agit du cimetière de la Madeleine sur l’emplacement duquel se trouvent aujourd’hui le square L (...)

    d’exciter les haines contre les royalistes tout en justifiant la sentence rendue contre le roi. Cet enterrement contrastait avec celui du roi dont le corps, après le supplice, fut jeté dans une charrette et enfoui sans aucune cérémonie dans l’église de la Madeleine30.

Dans l’église Ste Geneviève ou Panthéon, on continua ce spectacle. Le frère de Pelletier fit une harangue et, aux derniers mots, se jeta sur le cadavre de son frère ; l’Assemblée jura encore une fois de sauver la Liberté ; un Fédéré saisit l’épée sanglante et cria vengeance et mort aux tyrans.

 

le 25 janv. La preuve que tout tendait à ce dénouement dans le procès du roi, que tout ne travaillait qu’à anéantir cette pierre d’achoppement, c’est le calme, le relâchement, l’inaction qui règnent à présent : on attend des nouvelles des départements et on s’arrange en conséquence. Pourtant le Comité de surveillance, l’Inquisition incarnée, a été changé et fourbit ses armes perfides. Roland a donné sa démission, « L’Ami des lois » est interdit. La Patrie a adopté la fille de Pelletier ; le Dauphin, lui, n’a plus de père, plus d’amis, plus de soutien. On continue à prendre de la peine pour retrouver Pâris, le meurtrier. Il mérite la mort pour avoir fait périr un homme et pour la façon dont il a commis son acte. Il eut encore la cruauté de faire le calembour suivant : « Paris est cause de ta mort, ô mon roi ; Pâris sera le vengeur de ta mort ».

 

le 26 janv. Les prix des objets de première nécessité, à raison de la quantité énorme de papier-monnaie qui circule, ont fortement monté, tandis que ceux des articles de luxe sont en baisse. Les livres ont plutôt monté que baissé à cause de la quantité exorbitante de papier requise tant par les écrits de la Convention nationale que par l’infinité de journaux, affiches, mémoires, avis, etc. dont il se fait une consommation incroyable. Le « Moniteur » a lui seul, un journal imprimé grand in-folio, exige journellement 18 000 feuilles de ce format.

 

le 27 janv. Les apothéoses, les inaugurations, les cérémonies, les prestations solennelles de serment divertissent la population et manquent rarement le but qu’on s’est ainsi proposé. Aujourd’hui, c’est un arbre de la Liberté qui a été planté Place du Carrousel. Des troupes participaient au cortège, on portait le buste de Brutus et des faisceaux formés de 84 flèches avec au milieu le bonnet phrygien. Chaque faisceau avait un ruban tricolore que tenait un fédéré d’un département. Ces fêtes sont destinées principalement aux fédérés. On fait tout pour leur [rendre] Paris intéressant et agréable de sorte qu’à leur retour ils réconcilient la ville tant décriée avec les départements. On parla de nouveau, la nuit dernière, d’une attaque des prisons. On trouve ici tellement de plaisir à pouvoir égorger impunément qu’il semble qu’on veuille se donner cette réjouissance de temps à autre.

 

  • 31 Comme il a été signalé (Cf., supra note 179, 22), les dates figurant au manuscrit autographe concer (...)
  • 32 Cf. Chateaubriand : « Fils de Saint-Louis, montez au ciel, dit le prêtre qui assistait Louis XVI au (...)
  • 33 Ministre des Affaires étrangères.*

le 2831 janv. Hier, vers les 8 heures du soir, 10 000 hommes, surtout de la cavalerie, cernèrent le Palais Royal à l’improviste et avec la plus grande rapidité. Le théâtre et toutes les issues furent occupés et l’on défendit de sortir à quiconque ne pouvait exhiber la carte de citoyen qu’on délivre dans les districts. Les autres furent retenus jusque sur les 3 heures où on les conduisit en foule dans leurs sections ou en prison. Cette mesure frappait particulièrement les étrangers qui, d’ordinaire, n’ont pas de carte de leur section. On prit pour prétexte de l’opération que Pâris, le meurtrier de Pelletier, s’était caché ici. Mais, à vrai dire, ce sont les émigrés, dont on présume qu’ils se cachent dans les tripots et chez les filles de joie, qui étaient visés. De là cette perquisition générale. On n’en connaît pas encore le résultat. – Au sujet du roi on rapporte aussi qu’il se débattit au moment où le bourreau voulut le lier à la planche, et que son confesseur lui dit alors : « Fils de Saint-Louis, monte au ciel »32. Depuis la mort du roi, il est extrêmement difficile d’être reçu par le Ministre. Le Chargé d’affaires de Saxe, celui du Palatinat ont écrit à M. le Brun33 et ils n’ont pas eu de réponse. Le prince de Monaco, qui se tient d’ordinaire à Paris et dont les sujets ont déclaré vouloir être unis à la France, se voit maintenant abandonné de ses amis. Il a raconté qu’après avoir appris la chose il se rendit en voiture chez le Ministre le Brun qui ne put le recevoir. Puis qu’il fut chez le Ministre d’Et[at] Monge qu’il ne put rencontrer quoiqu’un rendez-vous lui eût été donné pour 11 heures. On lui dit de revenir à 5 heures. Là, il dut attendre – le Ministre venant de se mettre à table – que celui-ci eût fini son repas. Le Ministre avait alors observé au Prince combien il était aisé à ce dernier de se rendre compte que le pouvoir ou Conseil exécutif n’avait pas une ombre de puissance et dépendait entièrement de la Convention. Voilà donc comme ce Prince fut renvoyé d’un endroit à l’autre sans que nul ne l’écoutât ou ne lui fit réponse.

  • 34 Dans son rapport no 12 du 27 janvier adressé à Carl Eugen, W. v. W. écrit : « On lit dans les feuil (...)

Il avait une garnison française à Monaco – et il était lui-même le commandant de ces troupes. Le général Anselme dépêcha 600 de ses hommes qui exigèrent qu’on les laissât entrer. La garnison leur remontra qu’elle était déjà française et n’avait besoin de personne d’autre. Rien n’y fit. On planta un arbre de la Liberté et on créa un club sous prétexte que là ou était une garnison française il fallait que fussent aussi arborés les signes de la Liberté. Ce club détermina alors quelques habitants à se présenter devant les commissaires qui avaient été envoyés à Nice et à leur demander l’union avec la France. Et c’est ainsi qu’avait été fait le rapport qu’on a pu lire dans les gazettes. La paix avec l’Angleterre est très activement poussée du côté de la France. Chauvelin sera certes rappelé mais un autre agent, du nom de Maret, sera envoyé à Londres, Dumourier attendant à Boulogne de savoir s’il peut venir à Londres en qualité d’ambassadeur. Tout ceci est traité ici dans le plus grand secret34.

 

le 29 janv. La guerre avec l’Angleterre occupe à présent le Cabinet frs. Le Ministre Chauvelin est revenu de Londres où l’on ne lui avait laissé que 8 jours pour partir. Cela semble changer les mesures prises, quoique Maret soit parti pour Londres et qu’il ait rencontré Chauvelin à Douvres. On va voir maintenant les grandes ressources que la France possède en hommes et en argent. Attaquée de toutes parts, presque de toutes les puissances de l’Europe, elle relève le gant et provoque toujours davantage d’ennemis autour de soi. Son système de papier-monnaie : une source qui n’est pas près de se tarir. Ce grand problème – insoluble en économie politique – d’un papier qui n’a aucun crédit et qui circule quand même, la met en état de défier toutes les puissances étrangères, et elle trouve précisément là où ses voisins échoueront, des voies nouvelles pour faire valoir son crédit imaginaire.

 

  • 35 Après une première version jouée avec succès dès 1792, une autre adaptation paraît en 1793 sous for (...)

le 30 janv. On a traduit les « Brigands » de Schiller et on les joue au Théâtre du Marais sous le titre de Robert, chef de brigands35. Pourtant ce n’est pas une traduction : c’est la piètre tentative faite pour appliquer à la Révolution actuelle les principes qui règnent dans la pièce. Mal compris, détachés de leur enchaînement et représentés ainsi mutilés, ils n’excitent que répulsion et horreur, et il n’est que les Parisiens pour y trouver matière à disculpation et à louange.

Imaginons le buste de Brutus, apprêté à la nouvelle mode avec les grelots du bouffon, que l’on croit honorer en le peinturlurant de couleurs crues et sanglantes. Le rôle de Franz est complètement modifié et ne ressort plus du tout ; sans doute parce qu’on y aurait trouvé des allusions à certaines personnes importantes qui gouvernent la France dans ce moment. Des changements frappants ont été insérés dans l’intrigue de la pièce : Carl Moor reçoit pour lui et sa bande le pardon impérial et retourne dans les bras de sa chère Amalie.

Tous les changements introduits dans la pièce se rapportent principalement au châtiment du tyran et à la dignité que les brigands possèdent. Ah ! ces bons Parisiens, ils ne se sentaient plus et ils applaudissaient à tout rompre en entendant Robert couvrir ses brigands d’éloges : « On vous traite de brigands mais vous êtes d’honnêtes gens ; on vous destine au gibet et à la roue, mais vous méritez des couronnes de laurier ». La pièce ressemble au tronc d’un colosse auquel on aurait ajouté, outre la tête et les bras, les jambes d’un homme ordinaire pour qu’il puisse tenir debout. On en retire un sentiment de malaise et d’indignation. Ce n’est pas seulement aux armées allemandes, mais aussi à notre littérature que cette nation déclare la guerre. Elle rapine et elle pille partout où elle le peut, elle assassine nos productions d’esprit en les traduisant dans l’esprit de la Révolution.

 

le 31 janv. On a retrouvé l’assassin de Pelletier. Il était descendu sur le soir dans une auberge d’un village de Normandie. Il paraissait suspect, ils pénétrèrent de nuit dans la chambre où il dormait, ils lui demandèrent son passeport, lui ordonnèrent de se lever et de les suivre à la municipalité ; « à l’instant », répondit-il, se retourna et se fit sauter la cervelle. Les ministres qui tiennent maintenant le gouvernail cherchent de toutes les façons possibles à montrer par leur extérieur à qui ils doivent leurs élévation. La négligence de l’habillement passe, semble-t-il, pour de la modestie, et les réparties brèves, qui ne veulent rien dire, souvent arrogantes, pour de la fierté républicaine. Ils ont banni toutes les civilités, mais du même coup, on est privé de toute possibilité de s’entretenir avec eux dans le langage diplomatique. Sur la cheminée du ministre des affaires étrangères, qui passe pour le plus gentil de tous, est posé un petit buste de Brutus. Dans l’antichambre on croise toutes sortes de personnes, mais aucune qui soit mise proprement. Le peu de soin apporté à sa toilette paraît être une recommandation supplémentaire pour être reçu en haut lieu.

Février

1er La guerre est donc décidée ! Elle est déclarée au roi d’Angleterre et au stathouder des Provinces Un[ies]. Le Ministre est chargé de prendre toutes les mesures pour qu’elle soit faite avec énergie. On se persuade encore que, grâce à des proclamations, on ouvrira les yeux du peuple anglais et qu’on le déterminera à laisser son roi, ses ministres et ses courtisans s’enrôler seuls quand viendra le moment d’en découdre. Pourtant, s’il en va de même en Angleterre qu’en France, à savoir que la capitale influe de près ou de loin sur toutes les classes de la population et les mette à l’unisson avec ses idées, cela pourrait tourner autrement. Le peuple de Londres a accueilli la nouvelle de la mort du roi avec stupeur. Tous les spectacles furent aussitôt fermés ; on prit le deuil et plusieurs journaux parurent bordés de noir. Le peuple alla même jusqu’à insulter des émigrés, car après tout, pensait-il, ils sont Français et ils ont abandonnés leur roi, en revanche il manifesta le plus grand respect à l’égard des ecclésiastiques français. Quant aux Parisiens et à la populace, rien ne les influence, et pas davantage cette déclaration de guerre.

 

  • 36 Bernardin de Saint-Pierre. Louis XVI confia en 1792 à l’auteur de Paul et Virginie l’Intendance du (...)
  • 37 Appelé par Louis XVI en juin 1792 au ministère de l’intérieur, il donna sa démission peu après l’in (...)

le 2 fév. St-Pierre36, l’auteur des Etudes de la Nature, Paul et Virginie, La Chaumière indienne. Vœu d’un solitaire et de quelques autres petits écrits, est Intendant du Jardin botanique auquel est réuni le Cabinet d’histoire naturelle des trois règnes. Il était l’ami de Rousseau, et ses œuvres portent l’empreinte de la simplicité et de la vérité. Il avait aimé jusqu’ici la solitude, fuyait le monde, demeurait dans un coin reculé de la ville et ne fréquentait que les promenades les plus désertes. Sous le ministre Monciel37, on le proposa au roi qui approuva ce choix et fit venir Saint-Pierre lui-même. St Pierre, après avoir demandé un délai de réflexion de deux jours, accepta la place afin, dit-il, de gagner assez d’argent pour pouvoir se bâtir une chaumière et y vivre dans la paix, le repos et la solitude. Il a déjà choisi l’emplacement : une petite pièce de terre – à une lieue de Paris sur le chemin de Fontainebleau – qui forme une île resserrée entre un canal et une rivière. C’est là qu’il a l’intention de faire bâtir. C’est un homme d’environ 48 ans. Son aspect extérieur n’a rien d’engageant sans qu’on puisse dire qu’il soit rebutant. Il n’a pas l’expression facile, et son organe ne répond guère à l’aisance et à la simplicité avec lesquelles il écrit. « Tandis que cet établissement gagne beaucoup à vous avoir à sa tête », lui dis-je, « nous, nous serons désavantagés puisque vous n’aurez plus le temps d’écrire et de nous instruire ». – « Vous avez la Nature », répondit-il, « et elle vous instruira mieux que je ne saurais le faire ».

  • 38 Sans doute Gérard van Spaendonck, originaire des Pays-Bas hollandais, venu s’établir en France.*

Il nous montra un collection de plantes peintes par le célèbre peintre de fleurs Vanspanden38 : il est remarquable d’y voir la Nature imitée jusqu’aux moindres nuances et gradations des pétales. Il demeure dans les bâtiments du Jardin botanique et reçoit une pension à condition de livrer tous les ans 12 plantes.

Une Anglaise, Mme Woolstonkraft, était aussi chez lui. Elle ne parle pour ainsi dire pas le français et ne s’exprime qu’à grand’ peine dans cette langue. Elle a écrit sur les droits de la Femme. « Il est singulier », lui dit-il, « que, défendant les droits de votre sexe, vous soyez privée dans ce pays du plus beau droit qui soit, celui de parler ».

Il se trouvait là un professeur de rhétorique, de Meaux, un jeune homme aux cheveux en gras, ébouriffés, un gros gourdin à la main. « Il est professeur en Rhétorique à Meaux mais non pas de mots », se permit de dire St Pierre ; peut-être pour nous rappeler qu’il est Français car nous paraissons l’oublier.

Il évita de parler de la situation politique présente et nous certifia qu’il perdrait vraisemblabl[ement] sa place avant d’avoir mis assez de côté pour se faire bâtir une chaumière.

Il vint un grand homme poudré à blanc et mis fort soigneusement, qui demanda à parler à St Pierre. Celui-ci sortit de la pièce avec l’autre et nous dit en revenant : « L’homme était Arnoud, l’auteur de « Cte Commiege » et d’autres romans. L’homme a deux valets, sa femme une chambrière, un loyer de 1 200 fl. et pourtant il quémande partout ; il m’a demandé de l’argent ; il fait ça avec n’importe quel étranger qu’il aurait vu ne serait-ce qu’une fois ». St Pierre fait l’aimable avec les dames, tout ours qu’il soit autrement ; une vanité qui est l’apanage de presque tous les beaux-esprits et hommes de lettres français : ils mettent souvent sur le compte de leur personne ce qui est simplement un effet de la curiosité.

 

le 3 fév. Il est extrêmement intéressant de suivre la démarche d’un peuple qui abolit toutes ses relations et ses rapports avec l’étranger, qui méprise et renverse non seulement ses anciens principes de gouvernement, mais aussi le système politique qui jusqu’alors régnait en Europe. Tous les liens, plus ou moins solides, plus ou moins subtils, par lesquels la France était associée au système des Etats européens, sont violemment rompus, et elle est désormais laissée à son superbe isolement, abandonnée à sa propre grandeur et à sa propre force. La lutte avec ses ennemis a même jusqu’à présent tourné au désavantage de ces derniers, et du coup la Nation se croit la première d’Europe. Mais songe-t-elle qu’aucune autre nation ne s’est encore insurgée contre elle ; que jusqu’à maintenant elle n’avait affaire qu’avec des armées permanentes qui, pour se maintenir, étaient obligées d’épargner les individus. Un vide de 24 000 hommes dans une armée de 100 000 hommes est une perte irréparable, alors qu’au contraire chez un peuple de 24 millions d’habitants, cela ne se remarque même pas et se répare dans l’instant. Si les Allemands se soulevaient pour défendre leurs frontières comme le font les Français pour propager leurs principes, alors seulement il serait possible de mettre les deux nations en comparaison. Mais nous, nous n’avons pas de patrie commune : qu’importe à un habitant de la Bohême que la Souabe ait tel ou tel maître, qu’elle subisse telle ou telle dévastation ? Elle a son souverain qui la protège avec ses soldats, et tant que les ennemis ne ravagent pas son propre pays il ne ressent rien des horreurs de la guerre. Rien de tel en France. Les frais qu’occasionne la guerre doivent être payés aussi bien par le Languedoc que par l’Alsace. La classe industrieuse de Provence est aussi bien arrachée à ses charrues, à ses machines, à ses outils que celle de Lorraine. D’un côté comme de l’autre, les champs ne sont plus cultivés, que ce soit parce que l’ennemi répand la terreur ou parce que manquent les bras pour les travailler. Le choc que reçoivent les armées aux frontières de la Lorraine est ressenti avec la même force à la frontière espagnole. Et la perte d’une province est un coup porté à toutes les provinces.

 

le 4 fév. Pour une nation aussi vive qui agit sans réfléchir, les sentences bien frappées, les lieux communs passent souvent pour des raisonnements profonds. « Un peuple libre est généreux », dit un orateur, et chacun de ceux qui l’entendent de se croire généreux, quand même ses mains dégouttent encore du sang de ses victimes. « Vive la Liberté, à bas les tyrans ! », et le Français de voir un tyran dans chaque souverain et de s’étonner que ses sujets ne l’aient pas encore conduit au Palais Royal et livré à la fureur des Républicains. Ou de s’étonner que l’on n’aille pas à Vienne, à Berlin, à Rome pour en ramener les têtes couronnées car on lui a dit aussi : « Un peuple libre est invincible ».

Deux ministres ont maintenant quitté la scène, tous deux soutenus par des partis puissants : Rolland et Pache. Il semble que ces deux partis aient consenti mutuellement à des sacrifices et marchandé la mort du roi. « Si vous consentez à la mort du roi », dirent les Jacobins, « nous démettrons le ministre de la Guerre de sa charge ». – « Dans ce cas », répondirent les Brissotins, « nous n’agirons pas moins généreusement, et notre chef, le ministre de l’Intérieur, sera destitué ». Les deux tinrent parole.

  • 39 Hugon de Bassville, qui portait ostensiblement la cocarde et prétendait arborer le chapeau tricolor (...)
  • 40 Quant aux trois auteurs du vaudeville (Barré, Radet et Desfontaines) ils furent mis en prison.*

L’assassinat du chargé d’affaires à Rome, Basseville39, révolte la Convention ; on paraît heureux d’avoir motif à se venger du Saint Père. Les têtes chaudes des provinces méridionales de la France, le flegme des gens du Nord, l’esprit versatile des Gascons et la vanité des Parisiens ne font pas bon ménage au sein des Fédérés qui vivent ici. Il n’est guère de jours sans que n’éclatent des rixes et que le sang ne coule. Avant-hier, au Palais Royal, deux Marseillais fendirent la tête d’un colporteur qui vendait la comédie « La chaste Suzanne »40 parce que cette pièce ne leur plaît pas ; ils blessèrent deux personnes. A raison de l’afflux des Fédérés, Paris s’est dessaisi du droit de maintenir l’ordre, la paix et le repos publics.

[Café chinois] : Il parle de l’Angleterre : « Dans trois ans, la tête de leur roi et celle de Pitt seront sur la guillotine » – « Quoi ? », s’écrie une femme de l’autre bout de la salle, « vous voulez dire dans deux mois ! » – « Tous les dévots – vrais ou faux – sont des coquins qu’il faut pendre. C’étaient les ténèbres à Sedan avant que je ne misse la main à l’affaire ; maintenant, tout a changé ; que les tyrans viennent et qu’ils assiègent notre ville ! ». Le dialogue, ou plutôt le monologue, est vrai à la lettre et a été entendu aujourd’hui au Café chinois entre 6 et 7 heures.

On a fait encore un beau coup de filet : tous les trafiqueurs d’argent ont été cernés promptement et conduits avec leurs sacs à la Mairie où on leur confisqua leur argent au profit de la Nation ; il est à remarquer, toutefois, que ce commerce était autorisé jusqu’à présent et toléré officiellement.

 

  • 41 Beurnonville avait été nommé général en chef de l’armée de la Moselle le 9 novembre 1792 et, s’étan (...)

le 5 fév. La Convention s’est fait présenter la liste des candidats au poste de ministre de la Guerre, et elle a élu le général Beurnonville ; justement celui qui ne fut guère heureux durant la campagne dans le pays de Trèves41. En voilà un au moins qui eut l’occasion d’apprécier les Allemands à leur juste valeur. De cette façon de procéder il résulte clairement que la Conv[ention] possède à elle seule tous les pouvoirs : elle nomme et révoque les ministres, elle déclare la guerre et la paix, les ambassadeurs sont ses agents et les ministres ses commis. Pâris dont le cadavre a été examiné et reconnu véritable, a écrit sur son brevet de garde du corps la lettre suivante qui fut présentée à la Conv[ention] : « Mon brevet d’honneur. Que l’on n’inquiète personne ; nul ne m’a aidé à tuer ce scélérat de St Fargeau. Si je ne l’avais pas eu sous la main, j’aurais fait un acte plus méritoire : j’aurais purgé la France d’Orléans, régicide et parricide. Que l’on n’inquiète personne. Tous les Français sont des lâches, et je leur dis : Peuple dont les forfaits jettent partout l’effroi, avec calme et plaisir j’abandonne la vie. Ce n’est que par la mort qu’on peut fuir l’infamie qu’imprime sur nos fronts le sang de notre roi. – Signé Pâris – Garde du roi assassiné par les Français ».

 

le 6 fév. Le pain est à Paris meilleur marché que dans les lieux environnants. Les boulangers sont dédommagés de la différence ; cela seul coûte à la Caisse municipale près de 4 millions par an. On a fait l’essai, ces jours-ci, de hausser le prix du pain, mais sans succès ; la Caisse qui, au demeurant, est noyée de dettes, ne peut plus payer l’excédent. L’affaire a été présentée à la Convention et il a été résolu que les riches fourniraient ce surplus à l’aide d’une contribution. Celle-ci est levée à partir de 900 Liv. de rente, et l’éclat provoqué est d’autant plus grand que cette mesure, pouvant être répétée souvent, ne garantit plus la propriété. Qu’est-ce d’autre, au fond, sinon voler du cuir aux uns pour faire des souliers aux autres ?

Maret qui a été envoyé à Londres pour y porter des propositions de paix est de retour. Il trouva l’état des esprits tel qu’il ne jugea pas à propos de rencontrer les ministres. Il ne s’entretint qu’avec quelques membres du parti d’opposition et, à en croire des lettres, il publia dans des cafés qu’il avait carte blanche pour signer toutes les conditions de paix. Le prince de Galles s’est complètement séparé de l’opposition et il a proposé à son Club, auquel était affilié le duc d’Orléans, de rayer ce dernier des registres. Un autre membre du Club s’y est opposé, trouvant que c’était lui faire trop d’honneur. On a fait venir un jeune domestique qui [fut chargé] d’effacer le nom. Sur la Tour de Londres flotte un mouchoir blanc, trempé dans le sang de Louis XVI. Il semble que l’Angleterre veuille proclamer roi Louis XVII, et Monsieur comme Régent. Les négociations au sujet des colonies sont actives à Londres. L’intérêt de nombreux propriétaires de l’île d’Angleterre est contraire à la réunion des colonies fr[ançaises] avec l’Angleterre. Le sol des colonies anglaises est bien plus pauvre, et les propriétaires y perdraient beaucoup si, en Amérique, d’autres terres plus riches rendaient les leurs moins profitables.

 

  • 42 Le texte porte « in Perigord ».*

le 7 fév. On dit qu’à Périgueux42 les Jacobins ont été chassés de la ville. Quand même cela ne dût pas être pris au pied de la lettre, il n’en est pas moins indéniable que les départements ne se laissent plus diriger, tant s’en faut, par cette société aussi facilement qu’auparavant. Cette société mérite qu’on l’examine avec le plus de soin possible. C’est elle qui jusqu’à présent a soutenu la Révolution et qui domine despotiquement la France. C’est en son sein que tout se prépare et se réunit, ses principes sont les mêmes à Marseille qu’à Strasbourg ou à Paris ; ses organes et ses agents, ses ramifications, tout est étroitement lié à la société mère de Paris. De là, la promptitude des mesures qu’elle prend quand naissent par endroits des agitations qui pourraient lui être préjudiciables. Où elle ne peut convaincre, elle règne par la terreur. C’est en elle seule qu’est le point de réunion, en elle seule que règne l’unité. Elle est toute-puissante sur les ministres, les généraux et les armées. Toutes les caisses, toutes les hautes charges de l’Etat sont entre les mains de ses créatures qui n’ont d’existence que par cette société et mourraient avec elle. Tout moyen pour parvenir à ses fins lui est bon, et le crime ne lui coûte qu’une nouvelle définition de la règle morale. Elle connaît les hommes et elle sait comment il faut mener le peuple. Les hommes vertueux et sages sont bannis par elle et quand, néanmoins, ils élèvent la voix ils sont égorgés. Elle consacre des poignards et les remet à la multitude abusée qui les reçoit à genoux. Le patriotisme et la moralité ne [sont] pour elle que verbiage, et les hommes qui n’affectent la vertu que pour mieux s’adonner au vice sont ses meilleurs alliés. Le noyau de cette société comprend bien peu de monde, mais combien de milliers s’en croient les adhérents alors qu’ils ne sont que les instruments de cette minorité qui sait habilement se dissimuler pour ne pas exciter l’envie. En bref, cette société peut entreprendre tout ce qu’elle veut, puisqu’aucune loi, aucune règle morale, aucune considération politique ne l’empêchent de ne songer qu’à sa seule conservation.

 

  • 43 Johann Georg Schrepfer (1730-1774), spirite à Leipzig.

le 8 fév. On montre ici un spectacle de spectres comme en faisait apparaître Schrepfer43, et d’autres de sa secte. Il vaut la peine de voir jusqu’où peut aller l’illusion d’optique. Les images apparaissent, grandes et petites, lentement et rapidement, plus ou moins visibles, selon l’impression qu’il faut produire sur l’imagination. Elles disparaissent juste au moment où elles s’avancent vers vous et elles réapparaissent avec autant de rapidité en un autre endroit. Elles se retirent et deviennent de plus en plus petites – puis elles reviennent jusqu’à se mettre tout contre vos yeux, on veut les saisir et la main frappe dans le vide. Quand on ne s’y attend pas et sous le coup de la surprise, pareilles apparitions devraient faire leur effet même sur les plus intrépides ; surtout quand on a plus d’adresse que n’en a cet honnête Allemand qui fait bien mal le charlatan.

Mlle Wollstonekraft dont il a été parlé plus haut, une personne qui doit avoir eu des fortunes aussi diverses que singulières, mais qui n’en possède pas moins une âme pure et une tête excellemment organisée, a mis par écrit, ne parlant d’autre langue que l’anglais, quelques idées qu’elle voulait exprimer ; il y était question des passions. On lui observa que ce qu’elle avait dit sur ce sujet était merveilleux mais qu’on y pouvait reconnaître à chaque instant son sexe. « J’oublie », répondit-elle avec candeur, « j’oublie mon sexe quand je suis en compagnie des hommes, et je ne m’en souviens que quand je suis auprès de l’homme que j’aime ».

 

le 9 fév. Les préparatifs de guerre occupent à présent l’Assemblée et les Jacobins. Il s’agit pour eux de se mettre en défense : une seule campagne malheureuse peut ouvrir les yeux du peuple et mettre un terme à leur règne. Tous les moyens de coercition et de persuasion sont mis en œuvre pour envoyer des recrues aux frontières ; la peur les y pousse quand le patriotisme ne suffit pas. Les Jacobins qui ont leurs partisans dans tous les départements donnent en ce moment une mission délicate à leurs suppôts et serviteurs : celle d’électriser le brave bourgeois paisible pour qu’il quitte sa maison, sa ferme, sa femme et ses enfants, et parte s’exposer aux périls et incommodités de la guerre. La seule chose qui ne les met pas en peine, c’est l’argent. Ils créent des millions par décret, et quelle que soit l’immensité des frais pour équiper la marine et l’infanterie, les moyens ne manquent pas dans les Caisses pour fournir à la dépense. Les escroqueries auxquelles cela donne lieu sont énormes : l’Etat avança l’année dernière les soldes de 1 200 000 hommes, et il n’y en avait peut-être pas plus de 400 000 sur pied.

 

le 10 fév. Aux barrières il n’y a plus maintenant ni portes ni gardes, tout le monde entre et sort sans être questionné ou fouillé. A la campagne tout est aussi calme, aussi tranquille que si le pays était en paix. Aux alentours de Paris sont établis nombre de gens riches et pacifiques qui fuient les tumultes et ne veulent pas s’exposer au risque d’être enfermés dans Paris ; car en cas de grands mouvements, on ferme généralement les sorties, et, de toute manière, il est alors dangereux de quitter la capitale. Beaucoup de propriétés sont disséminées dans la contrée, avec leurs 5 à 10 maisons isolées dans la campagne où ne demeurent que des gens de bien. St Huruge, ci-devant marquis qui était déjà connu avant la Révolution pour ses démêlées multiples, et qui a pris fait et cause pour la Révolution, a partout répandu aujourd’hui le bruit qu’une révolution avait éclaté à Londres et que le roi avait été assassiné. On appelle ce St Huruge le stentor de la Révolution, il joint à sa taille de colosse une voix tonnante et un front d’airain. Pourtant, il ne possède pas beaucoup de courage personnel. Il a été rossé à plusieurs reprises. Après une telle exécution, ses amis lui demandèrent raison de sa déroute. « Que m’importe ce qu’on me fait par derrière », répondit-il.

 

le 11 fév. La loi agraire ou le partage égal des biens est une idée que certains roulent dans leurs têtes depuis longtemps, mais que l’on n’ose pas présenter trop crûment, car on craint qu’elle ne se heurte à trop de résistance. On s’y prend d’autre façon pour faire passer cette loi : une section de Paris a été obligée de faire à la Convention la proposition que les biens de tous les bourgeois servent de gage aux assignats. Si cela passait, celui qui possède des assignats aurait donc quelques droits sur mes biens, et ceux-ci perdraient d’autant plus de leur valeur que l’autre réclamerait sa garantie. Voilà qui préjudicierait fortement aux propriétaires et ils emploieraient toutes leurs forces à contrecarrer cette loi. C’est pourquoi on s’est contenté de pousser en avant une seule section afin de voir ce qu’on pense de la chose et à quels moyens on recourrait pour aller là contre – Le Comité secret des Douze qui est à la tête des Jacobins règne au sens propre : c’est là que les Ministres sont élus. Il est avéré que lors du choix du ministre de l’Intérieur, c’est là que le vote sur les candidats s’est fait. L’une de mes connaissances, un patriote honnête et de grand mérite, eut 8 voix. On vint le voir – il ne savait pas pourquoi, il n’avait jamais eu affaire à ces messieurs –, on voulut le persuader d’accepter la place ; il refusa, et jusqu’à maintenant personne n’est encore élu.

 

le 12 fév. La façon dont les Jacobins en province prirent de plus en plus d’ascendant est la suivante : dix ou douze agitateurs étaient en général mécontents des magistrats et des employés publics, ceux-ci aimant leur trantran et punissant parfois les écarts de conduite. Les agitateurs que, généralement, la punition concernait s’en prenaient aux magistrats. Ils formaient une société, s’adressaient au Club des Jacobins de Paris et celui-ci, dominant la Convention, destituait ces magistrats, et les traduisait même devant le tribunal comme cela est arrivé au maire de Strasbourg, Dieterich. Saisis de peur, les nouveaux magistrats, même s’ils n’étaient pas au Club, se rendaient bien compte qu’il fallait le redouter, et ils se réglaient exactement sur ses avis. J’ai entendu ce soir un de ces Jacobites départementaux s’exprimer ; il était de Sedan, envoyé pour porter une pétition à la Convention. « J’ai réduit », disait-il, « les aristocrates de Sedan ; maintenant ils ont peur et ils livrent de l’habillement pour l’armée ; tant qu’on a besoin d’eux on les laisse aller, mais ils ne perdent rien pour attendre – », on comprend ce qu’il voulait dire. « J’ai dissous l’ancien Club parce qu’il n’était pas conforme à l’esprit des Jacobins. J’ai attaqué les magistrats ; ces sots travaillaient contre la Révolution car ils voulaient réprimer les désordres. Les désordres sont nécessaires à pareilles époques. Au début, le peuple était contre nous parce que les riches manufacturiers et les marchands le faisaient vivre. Qu’avons-nous fait ? On nous avança de l’argent, et alors nous devînmes les bienfaiteurs de cette classe. En hiver, nous achetâmes du bois et nous le vendîmes meilleur marché ; nous allâmes voir les pauvres dans leurs chaumières et nous les secourûmes ; voilà comment nous les avons gagnés à notre cause. Quant à l’instruction publique, il faut tout réformer. Je suis professeur au séminaire – j’ai balayé tout ce fatras gothique ; les jeunes gens récitaient encore, il y a peu, des prières et autres saloperies, maintenant ils n’apprennent plus d’autre religion que celle des républicains ; ce sont les droits de l’homme et les lois de la Convention qui doivent être leur Bible et leur catéchisme. Il faut écraser les riches et donner le pouvoir aux sans-culottes ! ».

 

le 13 fév. La femme de l’ancien ministre Bertrand de Molleville et son père, un vieillard de 70 ans, ont été arrêtés : on a trouvé chez elle de faux assignats, et avancé qu’ils lui avaient été envoyés d’Angleterre par son mari pour être répandus. Des personnes qui connaissent la vertu de cette famille assurent avec une grande vraisemblance que la découverte des faux assignats est vraie, mais due au fait qu’on avait ouvert un paquet que Mme Bertrand avait reçu de Londres, retiré les assignats qui étaient dedans et mis des faux à la place. Il doit sans doute en être ainsi car la section dans laquelle le père, Verniet, est domicilié n’a pas tardé à insister pour qu’on relâchât ce vieillard ; ce qui fut fait.

  • 44 W. v. W. reprend ici la fameuse thèse du pacte de famine, mais en déplaçant les responsabilités. Se (...)

Peu à peu, les ressorts qu’on a fait jouer pour produire la Révolution et la soutenir seront découverts. On est déjà en passe d’en déceler quelques-uns. C’est ainsi qu’on donne pour certain qu’au commencement de la Révolution des assemblées se sont tenues dans un château de plaisance qui appartenait au duc d’Orléans, et qu’un projet y étant formé entre celui-ci, le duc d’Aiguillon, Mirabeau et un Hollandais, ce dernier acheta des quantités énormes de grains à très bas prix et les fit entrer en Hollande. Il en résulta une disette, on accusa la Cour et les Ministres, et prit la mesure dont on vit les suites en octobre. Voilà que les grains revinrent de Hollande et l’association gagna plus de 20 millions qu’elle employa au profit de la Révolution, c’est-à-dire à des fins de corruption44. C’est ainsi, pareillement, qu’on dit à présent du vol au garde-meubles qu’il fut ordonné par Camus, un ancien membre de l’Ass[emblée] Nat[ionale] ; qu’on laissa se mêler dans la foule d’autres voleurs ordinaires pour pouvoir punir ces derniers, mais qu’on enleva les meilleurs objets au profit de la Société dont Camus est membre.

La déclaration de guerre à l’Angleterre n’était pas encore connue à Londres le 8 ; on avait retenu les paquebots afin que les navires anglais ne pussent être rappelés et qu’on s’assurât d’eux auparavant grâce à l’embargo.

 

le 14 fév. Il y a quelques auberges proches de la Convention où les députés prennent leurs repas ; en particulier, presque tous les Jacobins de l’Assemblée viennent chez un restaurateur du nom de Viaud dans la rue s’Honoré. Dès qu’on entre dans la salle, on remarque leur présence par le vacarme qu’on y entend, l’ardeur des conversations, les singulières contorsions de leurs physionomies. Les gens qui mangent ici, et regardent ces hommes comme autant de régicides, ne doivent pas se sentir bien à leur aise au sein de cette société. […]

 

le 15 fév. Selon un décret de la municipalité, toutes les maisons de jeu devraient être interdites et fermées ; on sévit avec la dernière rigueur contre quelques unes, tandis que d’autres sont prises sous la protection du parti dominant. La plus célèbre est proche du Palais Royal ; une dame bien connue, St Amarente, y mène une table de pharaon avec un luxe tout asiatique. Il faut être présenté par un membre jouant ordinairement en ce lieu. Le point le plus bas, qui pourtant n’est que très rarement mis, est d’un Louis – si l’on joue de l’or, on est payé de même ; cependant, on accepte aussi les assignats. Tous les rafraîchissements sont servis à volonté et, la nuit, le couvert est mis pour 50 personnes, chaque convive coûtant 1/2 Louis à l’entrepreneur. Tout cela est donné gratis. On voit par là comme le profit doit être énorme s’il se dépense journellement 50 Louis rien qu’en victuailles. Cette maison que fréquentent de nombreux Jacobins a toujours été respectée jusqu’à maintenant et d’ailleurs le restera, tandis qu’on ferme et pille les petits tripots.

 

le 16 fév. Depuis qu’existe la liberté de la presse, il paraît tous les ans un almanach, ou plutôt une liste des filles de joie avec leur domicile, leurs physionomies, leurs qualités et leurs prix. Ceci n’est pourtant rien d’autre que la production de quelques jeunes gens qui soit par expérience personnelle, soit d’après les bruits qui courent, soit grâce aux renseignements que leur donnent leurs connaissances, confectionnent cette liste et y ajoutent des fables de leur crû, à défaut de matière suffisante pour avoir un nombre de pages convenables. Ils gagnent de cette manière peut-être 20 à 30 Louis sans songer quel tort ils peuvent ainsi causer. L’été dernier, lorsque parut le livre, le prétendant d’une jeune fille vertueuse trouva sa bien-aimée dans cet almanach ; il courut chez elle, lui reprocha vivement de l’avoir trompé jusqu’à présent et il lui déclara qu’il ne voulait plus entendre parler d’elle ; il était sur le point de l’épouser. La jeune fille fondit en larmes – quelques jours plus tard, on la trouva morte ; elle s’était empoisonnée, laissant une lettre dans laquelle elle démontrait son innocence. La passion se réveilla dans le cœur du jeune homme, il sentit quelle injustice il avait commise envers sa bien-aimée – et le lendemain il se brûlait la cervelle.

 

  • 45 Le marquis de Sade n’était plus à la Bastille quand la forteresse fut prise ; il avait été transfér (...)

le 17 fév. On vend au Palais Royal un roman sous un titre très vertueux ; je l’avais déjà vu souvent, sans le feuilleter ; il y a quelque temps, l’un de mes amis l’eut entre les mains – il y trouva des gravures obscènes et tomba sur quelques principes fort singuliers. Il l’emporta ; quel ne fut pas son étonnement lorsqu’il découvrit le livre le plus extraordinaire au monde. Jamais n’est [sorti] de la plume d’un homme le projet aussi abominable que celui-ci d’anéantir toute vertu, toute moralité, toute humanité. Les principes qui y sont exposés sont diaboliques, habillés dans des sophismes subtils, et réfutés par des arguments inconsistants, insignifiants. Afin de mieux faire admettre ces principes, on les a revêtus du manteau léger de l’amour physique, échauffant ainsi l’imagination et la disposant à prendre le tout ensemble. Sur 100 lecteurs, à vrai dire, 90 se borneront à suivre la trame des passions les plus effrénées, mais par-ci, par-là s’insinuera quand même l’un de ces principes, et cela suffira à fixer graduellement l’attention sur les autres. Il n’est qu’une ville comme Paris, il n’est qu’un pays comme la France où, le frein que mettent les mœurs et les lois aux désirs infâmes étant ôté, pareille production pouvait paraître et faire fortune. Si l’on ajoute que ces principes sont approuvés et observés par quelques-uns des personnages qui dirigent la France, qu’il existe même le dessein de faire mieux connaître cet ouvrage, plusieurs éditions en étant déjà parues et une perquisition ayant été ordonnée récemment dans les librairies sans qu’elle donnât lieu à confiscation mais bien plutôt avec l’intention de fixer l’attention du public là-dessus : voilà qui suffira à éclaircir bien des choses. On donne généralement pour auteur l’ami intime du duc d’Orléans, Mons. Laclos, qui s’est rendu célèbre par les Liaisons dangereuses. La plupart des scènes contenues dans ce livre sont tirées soit des boudoirs secrets du duc et de ses connaissances, soit des registres de l’ancienne police, soit des aventures d’un homme, le comte de Sade qui, mis à la Bastille sous l’ancien Régime à cause de ses atrocités, fut délivré par la foule et porté en triomphe45.

 

le 18 fév. Il semble que la France ne laissera pas longtemps les Suisses en paix ; son système politique ne peut-il se passer d’être environné d’ennemis ? Tel est l’avis de la France : à quoi nous sert la neutralité des Suisses ; ils ne sont pas assez forts pour résister à une tentative des Autrichiens, et nous ne serons donc pas en sûreté de ce côté tant que nous ne serons pas en possession des défilés suisses. Il a déjà été délibéré à plusieurs reprises sur ce sujet au Conseil exécutif et on en reparlera sans doute encore plus sérieusement.

 

le 19 fév. La Convention nationale a renoncé à imposer aux tribunes la considération et le respect auxquels elle a droit. Le désordre qui y règne, les cris, le vacarme causé par les allées et venues, les gestes de menace : tout cela fait de ce séjour un spectacle ignoble dont même nos foires ne donnent pas l’idée. La plus extrême négligence dans le vêtement, les manières rustiques délibérément adoptées, le rejet de tous les usages et convenances du beau monde : quel étrange contraste avec le comportement égoïste, despotique, arrogant que montrent les députés tant au sein de leur Assemblée que dans les sociétés privées et les places publiques.

Du plafond de la salle pendent les drapeaux pris à l’ennemi dans le territoire et hors du territoire. Voici le drapeau des Suisses qui, le 10 août, donnèrent au monde un rare exemple de courage et de loyauté. Ce drapeau en lambeaux, c’est peut-être l’infortuné Montmelier qui le portait, lui qui quitta sa bien-aimée, ses parents et ses amis à Neuchatel pour aller servir quelque temps comme enseigne dans le régiment des Gardes. Le Corps était digne de lui, lui de ce Corps. Il y était entré quelques jours avant le jour fatal.

 

le 25 fév. Depuis quelques jours, les désordres renaissent chez les boulangers à cause du pain. Est-ce vraiment la disette, ou sont-ils provoqués à dessein pour avoir un prétexte de faire un coup ? Toutes les autorités constituées assurent que Paris est suffisamment approvisionné en farine ; les boulangers cuisent plus de pain qu’à l’ordinaire, et pourtant on s’arrache les pains encore brûlants dans le four. Les femmes qui vivent de blanchissages se sont insurgées, se plaignant de la cherté du savon, du sucre, du café, etc., elles soutiennent que les épiciers et les marchands de chandelles sont des accapareurs. Dans la soirée, on a effectivement taxé de force ces marchands. On a attaqué leurs boutiques pour leur prendre ce qu’on y trouvait. Les victimes furent surtout les marchands en détail qui achètent 20 à 30 livres de sucre ou de café et les revendent ensuite à la demi-once. Les épiciers en gros soldèrent aussitôt des patrouilles, leurs amis s’assemblèrent dans leurs boutiques, et ils durent alors laisser à vrai dire la livre de café pour 10 Sols mais, au moins, ils purent sauver quelque chose. Si ces pillages continuent demain, ils seront mis eux aussi à la portion congrue. Où sont dans de telles occasions la Garde nationale et les forces qui devraient arrêter les désordres ? Je vois des patrouilles de 20 à 40 hommes marcher lentement et avec gravité dans les rues où l’on pille. Voilà qu’on s’en prend à vous, braves bourgeois aisés de Paris, à vous qui auparavant, dans votre badauderie, applaudissiez aux traitements injustes infligés à la noblesse et au clergé. Voyez-vous enfin que le système de l’égalité ne s’applique pas seulement aux titres mais aussi aux fortunes ? Dans la Convention, au Club des Jacobins ne siègent pas de riches propriétaires et de gros négociants qui défendent vos intérêts. Maintenant que vous subissez le joug de ces hommes – vous si riches en argent et si pauvres en courage – vous n’avez plus la force de secouer un tel fardeau. Un complot est formé contre votre argent et vous ne pouvez pas le contrecarrer.

 

  • 46 Le passage de cet article reproché entre autres à Marat, et dont W. v. W. ne fournit pas le texte, (...)

le 26 fév. On ne saurait s’imaginer la violence de la tempête, cette nuit. Le vent, l’orage, le son effrayant du tambour qui battait la générale, tout cela ne présageait rien de bon. Pourtant, le matin est plus tranquille qu’on eût dû le craindre. On continue à profiter du moment pour se procurer gratis du café, du sucre, des chandelles, etc. Maintenant, les patrouilles commencent à faire des rondes dans la ville ; cependant elles n’empêchent pas la licence. Au demeurant, les rues sont calmes. 300 fédérés du département du Finistère qui sont arrivés à Paris depuis 4 jours et, vraisemblablement, n’ont pas encore reçu les instructions des Jacobins, constituent des patrouilles et cherchent à établir l’ordre. Ils sont encore fidèles à leur principe, celui que tous les fédérés ont emporté avec eux en quittant leurs départements : arrêter le brigandage et les terribles conséquences de l’anarchie. A présent, un parti accuse l’autre. Au Club des Jacobins, c’est Rolland et sa faction qui ont été dénoncés pour avoir occasionné ces désordres, d’autres font retomber la faute sur les brissotins et les aristocrates déguisés. Même Marat, qui est regardé comme le véritable instigateur, s’en prend au parti opposé ; on lit ce qui suit dans son « Ami du Peuple » qui est paru la veille de ces désordres ***46

 

le 27 fév. Les troubles qui ont éclaté à Lyon où l’on a détruit le Club des Jacobins, attaché les bustes de la Liberté et celui de Rousseau à l’arbre de la Liberté pour les brûler ensemble, donnent beaucoup d’inquiétudes à la Convention nationale. Cependant, ce sont les membres qui sont regardés comme les plus dangereux ennemis de l’ordre et de la sûreté et comme des défenseurs déclarés du 2 septembre, Rovère, Legendre et Bazire, qui y ont été envoyés pour aider le parti terrassé à se relever. […]

 

le 28 fév. Comment ne pas conclure à ce que la sédition qui se déclara il y a quelques jours a éclaté trop tôt, et qu’elle n’avait pas la maturité voulue pour obtenir ce qu’on s’était proposé. Il est donc à craindre qu’elle ne se répète prochainement et plus sérieusement. Marat a été dénoncé à la Convention nationale à cause de son journal ; mais son parti ne l’a pas laissé avoir le dessous, et le seul résultat a été de charger le ministre de la Justice de rechercher les auteurs de la sédition et de les punir.

On lit l’anecdote suivante dans la « Défense » du général Anselme mis en cause pour son commandement à la frontière de Savoie. « On m’amena », écrit le général, deux prisonniers de la milice municipale […] ; le peuple qui les accompagnait réclamait leurs têtes. Je me montre, pousse les prisonniers dans ma maison et fais garder la porte ; je monte alors à cheval et je m’y reprends à quatre fois pour parler au peuple. Tout le monde finit par m’applaudir. Seul un soldat a l’audace de s’avancer et de réclamer la mort des prisonniers du ton le plus insolent qui soit. « Tu veux du sang », lui rétorquai-je, « tu es cruel. Bon, je te fais le bourreau de ces pauvres gens ». Ces paroles le frappèrent comme la foudre ; il pâlit, trembla et, baissant pavillon, se perdit bientôt dans la foule.

Mars

le 1er mars. Les Branbançons ont envoyé des députés chargés de demander à la Convention Nationale leur union avec la France. Il se trouvait parmi eux un jeune homme qui est colonel dans l’armée belge ; il avait été aide-de-camp de Vandermersch et avait servi dans le régiment Latour. Lors du siège de Lille, il avait reçu une blessure qui le voue à mourir sous peu de consomption. Il est donc prêt à tout pour trouver la mort sur les champs de bataille et, voulant périr, il appelle les plus grands périls de ses vœux. Les Flamands ne veulent qu’à contre-cœur leur union avec la France, mais ils y voient l’unique moyen de ne plus supporter le joug autrichien qu’ils redoutent encore plus. Il faut que les Français nous aident à présent, disent-ils, et si, en 87, nous fûmes assez forts pour résister aux Impériaux, comme cela nous sera plus facile maintenant que nous pouvons appeler à notre aide des maîtres aussi magnanimes que les Français.

Il y avait lieu de croire que l’ordre, la discipline, l’habileté des officiers, le courage des soldats dans les régiments allemands et hongrois rendraient cette chose impossible : se faire battre par des Français même supérieurs en nombre, mais sans ordre, sans discipline ou sans connaissances militaires. Les causes suivantes expliquent pourtant en quelque façon cette énigme :

Les Français attaquent avec beaucoup d’impétuosité ; ils recherchent autant [que] possible le corps à corps. Leur dextérité, leur agilité corporelle, la légèreté de leur armement : tout cela leur donne des avantages que nos lourdes troupes n’ont pas. Ils assaillent un régiment qui leur oppose son feu roulant ou ses baïonnettes tout comme s’ils montaient à l’assaut d’une forteresse. Les régiments allemands n’évoluent qu’en masses. On a inculqué aux soldats, à force de discipline et de manœuvres, qu’ils ne doivent agir qu’en masse, on leur a expliqué qu’ils ne vaincront qu’à la seule condition de faire corps avec leur régiment. Donc, si le soldat allemand voit ses lignes forcées, s’il s’aperçoit que l’ennemi est dans ses rangs : il se croit perdu.

  • 47 On aura reconnu dans ce passage sinon la description de la bataille de Jemmapes elle-même, du moins (...)

Dumourier, quand il attaque, place ses gardes nationaux devant la cavalerie et en lance les colonnes sur l’ennemi. Les hommes se donnent alors mutuellement du courage, ils chantent, ils crient à tue-tête, et ils fondent sur l’ennemi. Si Dumourier voit qu’il y a du flottement dans une colonne, que peut-être elle recule, il accourt au galop, relève le courage des combattants, se met à chanter l’hymne des Marseillais : « Allons enfants de la patrie », et les voilà qui se précipitent de nouveau sur l’ennemi. Des milliers tombent mais il arrive à ses fins. Il ne manque pas d’hommes dans son armée, et le fanatisme de la Liberté les anime. Bien entendu, l’artillerie excellente, nombreuse et bien servie contribue grandement à soutenir cette sorte d’attaque. Dumourier est bien le général qu’il faut à des Français ; il en fait ce qu’il veut. La rapidité de sa décision, la justesse de son coup d’œil, sa grande vivacité, sa façon de plaisanter quand l’affaire est chaude et qu’il est au cœur de la mêlée, autant de qualités qui inspirent confiance au simple soldat, lui donnent courage et ardeur. Elles compensent le manque de connaissances militaires qu’on pourrait lui reprocher. Il a en quelque sorte créé une nouvelle tactique pour les Français ; une tactique qui est fort bien appropriée au tempérament national et à l’état présent des esprits. Dumourier connaît les gens de son pays, il connaît aussi ses ennemis et il sait user à merveille des traits que d’autres généraux ont regardé dans la Nation française comme des obstacles insurmontables à la victoire47.

 

le 2 mars. Les mécontents et les partisans de l’ancienne monarchie sont encore en foule à Paris, ils se cachent de toutes les manières possibles. Il est intéressant de voir, quand on va dans une compagnie où l’on est étranger, comment on tourne autour du pot pour apprendre de quelle opinion [on] est : tantôt on touche cette corde, tantôt une autre, tantôt on parle en démocrate tantôt en aristocrate. On chercher à lire sur le visage de l’étranger pour voir si telle opinion est accueillie avec faveur, si telle autre est accompagnée d’un sourire de satisfaction. Découvre-t-on que ses principes ne sont pas ceux qui règnent dans la compagnie, on est alors sur ses gardes si c’est un démocrate : on excuse les excès qui ont lieu, parle des victoires remportées par les armées. Est-il aristocrate et la compagnie a-t-elle des convictions démocratiques, celles-ci étant dominantes le voilà mis au rancart, on le juge à peine digne de s’expliquer : on parle avec le plus grand mépris de la nation dont il est, du souverain qu’il sert. Les mots de tyran, de despotes, d’esclaves apparaissent dans chaque phrase. En bref, il ne lui reste plus qu’à s’éclipser, non sans se reprocher de s’être imprudemment dévoilé, lui et ses opinions.

 

les 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 mars. Le recrutement des armées va bien lentement ; on fait tout son possible pour convaincre les gens de se battre pour la Patrie – mais en vain ; l’ardeur qui enflammait l’esprit des Parisiens s’éteint peu à peu ; ce n’aura été qu’un feu de paille. On voit dans les rues des compagnies entières, couvertes de lauriers, défiler enseignes déployées aux sons de marches turques. Des officiers municipaux à cheval sont à leur tête, tenant de beaux discours. Des perruquiers salariés pour la circonstance et des jeunes gens se sont mêlés dans les rangs afin de faire croire aux passants qu’ils se sont enrôlés. C’est aux coins des rues que se font les annonces publiques. Tout le monde accourt ; tout le monde s’éclipse dès que l’officier municipal, à cheval, d’un air majestueux, regarde de tous côtés sur qui sa déclamation a fait son effet. Nul n’a plus envie de se battre pour la Liberté ; car les braves Parisiens se rendent bien compte qu’il n’est point de liberté quand on pénètre de nuit dans les demeures – la Loi à la main – pour faire perquisition, suspecter tout le monde et même occasionnellement emmener un voisin – qu’il n’est point de liberté quand on cerne leur cher Palais Royal, qu’on les y enferme de 8 heures à 3 heures du matin, qu’on conduit 6 000 personnes dans les sections et qu’on en met 300 en prison, – qu’il n’est point de liberté quand on attaque les boutiques des épiciers, qu’on emporte leurs marchandises ou qu’on les taxe, quand on refuse de leur donner des passeports, quand à tout propos on leur demande des dons patriotiques, des armes, des uniformes, de l’argent et des biens, pour après les imposer encore plus lourdement. Ah, les braves bourgeois de Paris ! Ils ont bien une vague présomption de tout cela ; mais trop lâches pour s’arrêter à cette idée ils en resteront longtemps encore à une simple présomption.

Les nouvelles reçues selon lesquelles les Prussiens sont entrés dans les Pays-Bas, Mastricht est délivré et Liège enlevée ont mis tout Paris en alarme. On s’était tellement accoutumé à être bercé de victoires et de conquêtes que l’on croit déjà tout perdu. Les nouvelles recrues ont été convoquées aussitôt pour se mettre en marche, des membres de la Convention font le tour des sections et réveillent les poltrons. Une taxe – encore une taxe – est levée sur les riches pour équiper ces recrues, le drapeau noir est hissé sur la tour de Notre-Dame. Dans les assemblées de section, le vin coule à grands flots, et les verres ne se désemplissent pas, de quoi remettre du cœur au ventre de la populace accourue. Les nouvelles sont tour-à-tour démenties, rectifiées, confirmées : nos malheurs – dit-on – sont réparés, les Français se refont, les ennemis reculent, et tout va bien comme devant. Les commissaires des Pays-Bas font leur rapport, le ministre de la guerre fait le sien, le ministre des Affaires étrangères le sien aussi : et tous ces rapports se contredisent et s’accusent réciproquement. Il y a apparence que l’armée de Valence qui était établie sur la frontière entre le pays de Liège et les Pays-Bas est en débandade. Et quand une armée française se met dans ce cas elle ne s’arrête pas de sitôt, nous l’avons appris à Rosbach. Voilà qu’à toutes ces funestes nouvelles se joint la déclaration de guerre de l’Espagne. Incompréhensible est la politique de la France : alors qu’elle est de toute part environnée d’ennemis, elle cherche encore l’occasion de s’en faire de nouveaux. Au lieu de diviser, au moyen d’habiles négociations et de sacrifices qui ne lui soient pas trop gênants, la grande coalition formée contre elle, elle traite les rares puissances étrangères qui sont encore bien avec elle de telle manière qu’elles ne peuvent faire autrement que d’agir contre la France pour ne pas rester assises entre deux chaises. Le ministre des Affaires étrangères s’ingénie à rompre les fils que l’habile politique de la France avait tissés dans toute l’Europe. A présent, ils sont tous rompus et le ministre n’a plus de rôle à jouer : il est seul avec lui-même.

 

les 11, 12, 13 mars. La fille du comte de Pétigy, une demoiselle de 16 ans, belle comme un ange, était revenue de Bruxelles à Paris. Elle fut, en sa qualité d’émigrée, décrétée d’accusation et condamnée à être décapitée. Les juges et les législateurs, ces derniers encore plus sévères que les premiers, ne furent pas insensibles à la beauté de la jeune fille, mais d’un autre côté ils craignirent qu’un exemple de clémence envers un émigrée n’en fît revenir d’autres en France, prêts à reprendre possession de leurs biens. Chabot, un ancien capucin dont les penchants lubriques à l’égard du beau sexe sont bien connus, exposa le cas à la Convention. Les Robespierre, les Marat, etc. s’opposèrent à l’élargissement et exigèrent la tête de la belle fille innocente. Une partie de l’Assemblée, la meilleure, prit pourtant sa défense, et il fut résolu qu’elle serait reconduite à la frontière. Une loi prescrivit que, désormais, il en serait de même pour toutes les femmes émigrées qui n’auraient pas plus de 18 ans et pour les personnes du sexe masculin qui n’auraient pas plus de 16 ans et qui seraient retournées dans leur patrie. La peine de mort prévue pour tout émigré qui revient dans son pays est davantage le fruit de l’avidité que de la haine. Les biens des émigrés sont maintenant entre les mains de la Nation. On sait bien ce que cela veut dire : on connaît la façon dont ils sont gardés en séquestre et, pour cette raison, on ne s’étonnera pas de voir tout mis en œuvre pour éloigner les propriétaires légitimes.

Au nombre des lois remarquables que la Convention a votées depuis quelque temps est aussi l’interdiction faite aux propriétaires de léguer leur fortune à qui bon leur semble ; autrement dit, la liberté de faire son testament est abolie.

Dans la Convention étaient de nombreux députés qui soit travaillaient eux-mêmes en qualité de journalistes soit publiaient des journaux en leur nom : Brissot, Gorsas, Marat, Condorcet, Robespierre et d’autres. Plusieurs de ceux qui s’étaient rangés sous la bannière de Roland, comme s’expriment les Jacobites, tentaient dans leurs feuilles de divulguer les dessins de la faction et de les étaler au grand jour. On a tout fait pour leur imposer silence.

 

  • 48 Il va de soi que les affirmations de W. v. W. relatives à Condorcet exigent d’être accueillies avec (...)

le 14 mars. Avant-hier, on envoya dans leurs demeures des gens soudoyés, on brisa leurs presses, les menaça dans leur personne, et le député Gorsas ne s’enfuit qu’avec peine en sautant, un pistolet à la main, par-dessus un mur. Le même jour, il fut décrété à la Convention que les députés qui rédigeaient des journaux devaient choisir s’ils voulaient rester députés ou journalistes ; et dès lors ces gazettes dites contre-révolutionnaires cessèrent de paraître. Gorsas, Brissot, Condorcet contre lesquels se déchaîne présentement la colère des Jacobins, ne traitaient pas mieux leurs adversaires quand ils étaient du parti dominant. Ils n’ont qu’à s’imputer à eux-mêmes ce traitement, car c’est eux qui prônaient l’anarchie et toutes sortes de moyen violents pour imposer la Révolution, c’est eux qui disaient au peuple : La souveraineté est entre vos mains, exercez-la, égorgez, incendiez – vos ennemis ne sont pas dignes de votre pitié. Condorcet, lui-même, un homme qui en sa qualité de savant jouissait de quelque considération en Europe, Condorcet lui-même s’est rendu coupable de la plus grande ingratitude, de la dernière des basseses. Le duc de La Rochefoucauld faisait à Condorcet une pension annuelle de 5 000 fl. Lorsque cet homme de lettres exprima des opinions révolutionnaires favorables à l’anarchie, La Rochefoucauld, un vrai patriote qui avait joué un rôle dans la première Convention, lui fit dire que les convictions qu’il proclamait ne lui permettraient probablement pas, à raison de sa délicatesse, d’accepter plus longtemps de percevoir la pension qu’il lui servait, de bien vouloir en conséquence accepter un capital de 100 000 fl. avec lequel il se paierait la pension de ses mains. Condorcet accepta cette somme. La Rochefoucauld fut victime de l’honnêteté de ses principes et de la sincérité de son patriotisme. Il fut égorgé dans une auberge, dans une petite ville de Normandie. On arrêta l’assassin, celui-ci produisit des ordres supérieurs et ce fut ce même Condorcet48 qui couvrit l’assassinat de son bienfaiteur. Encore un trait de son avidité : lorsqu’il fut question que la nation donnât un gouverneur au dauphin, ce fut ce même Condorcet qui fut proposé, et l’on fut sur le point de le nommer à cette fonction. Le roi, à qui ses principes religieux ne permettaient pas de confier son fils entre les mains de ce savant, lui fit parvenir l’offre de lui verser 300 000 fl. s’il n’acceptait pas cette place. Condorcet accepta l’argent, et il ne fut plus question de gouverneur national.

 

le 15 mars. Depuis le 10 de ce [mois], il semble que les esprits aient grandement changé dans la Convention. On parle de conspirations, de complots, de comités secrets. Le spectateur n’y voit pas encore très clair : mais on sent comme une fermentation dans les partis ; serait-ce une conséquence des nouvelles, qu’on présume funestes, provenant des Pays-Bas ? On n’en dit mot, et les courriers qui remettent des dépêches et en emportent ne sont pas autorisés à quitter le bureau avant d’être expédiés. L’enrôlement dans les armées, qui dans quelques endroits a dû se faire par tirage au sort, produit une fermentation des esprits. Jusqu’à maintenant, il était des plus commode de parler de patriotisme, de liberté, de tyrannicide tout en restant au coin du feu ; car nul ne contredisait et chacun gardait ce qu’il avait. Voici venir le moment décisif où l’on doit donner des preuves de ses convictions en sacrifiant sa fortune, sa vie. Dès lors, le ton change : qu’avons-nous à faire dans des pays étrangers ? Nous sommes libres et l’on ne peut nous obliger à marcher. A Nanterre, près de Paris, un lieu jusqu’à présent réputé autant à cause de sa bonne cuisine que de son patriotisme, les jeunes gens furent contraints de partir en dépit de ces idées. Eh bien, s’écrièrent-ils, courant arracher l’arbre de la Liberté, qu’avons-nous encore besoin d’un pareil emblème de la Liberté puisqu’on nous force à faire ce que nous ne voulons pas. Il doit en aller de même dans les provinces éloignées. Mais à Paris nous ne sommes pas informés de toutes ces choses, et il ne sera possible que dans la suite de comprendre l’enchaînement des événements et des intrigues des partis. Le discours fait il y a quelques jours par Vergnaud, un député de la Convention, jette quelque lumière sur de secrètes machinations. Il contient en outre quelques passages fort éloquents qu’on lira ici avec plaisir.

 

le 16 mars. Il est arrivé des courriers depuis plusieurs jours, mais on tait soigneusement les nouvelles qu’ils apportent. Il semble que les moyens employés par les Jacobins pour se maintenir et exercer un pouvoir despotique sur toutes les classes de citoyens soient épuisés. Ils sont tout près de leur chute si quelque hasard ou quelque projet hardi ne vient pas à leur aide. Le décret selon lequel aucun citoyen ne pourra plus être emprisonné pour dettes portera le coup de grâce au commerce moribond. C’est ainsi que sont graduellement anéanties toutes les bases légales sur lesquelles reposait la société civile, et on ne tardera pas à voir seulement régner dans la Nation le droit du plus fort.

 

le 17 mars. Que d’actions cachées mais magnanimes l’oppression présente ne dérobe-t-elle pas à la vue ! Nul n’ignore la soif de vengeance et l’avidité avec lesquelles les biens et les personnes mêmes des émigrés sont recherchés. Quant à ceux qui cachent de telles personnes, ils s’exposent à une peine de 6 ans de prison. Et pourtant, il est des âmes généreuses qui ne considèrent aucun danger, ne trouvent trop grande aucune gêne dès qu’il s’agit de sauver un père, un époux, un ami. Je connais une jeune dame de vingt et quelques années, peu au fait des misères de la vie, qui coulait des jours heureux auprès d’un brave homme. Sa naissance l’élevait à un rang qui s’accordait à ses mérites. Son mari, victime de l’anarchie, chercha un abri dans des pays étrangers. Sa famille à elle revient, ne croyant pas possible que sa patrie puisse agir aussi cruellement envers ses membres. La persécution contre les émigrés éclate et se fait toujours plus violente. Cette excell[ente] femme se consacre à leur salut. Grossièrement vêtue, mise comme une roturière, elle va d’un endroit à l’autre. Ni le mauvais temps, ni les désordres, ni les attroupements ne l’empêchent de parcourir les taudis les plus infâmes, méprisables par la cruauté, la lubricité de l’habitant, et – montrant autant de délicatesse que de sagacité, ici grâce à l’argent, là à force de supplication – de désarmer le scélérat menaçant. Afin de na pas éveiller le soupçon, cette famille se prive de toutes les commodités que sa grosse fortune pourrait lui procurer. L’état continuel de peur dans lequel on vit est terrible, et seule une âme aussi généreuse que celle de cette femme est capable de réfléchir de sang-froid aux moyens d’échapper au danger.

 

le 19 mars 93. La voilà donc déclarée, cette redoutable guerre civile que l’on prévoyait depuis longtemps et qui, avec plus de sagesse et en tenant mieux compte des opinions et du tempérament national du peuple français, aurait pu être si facilement empêchée. Dans plusieurs provinces – telles furent les nouvelles d’hier – particulièrement en Bretagne et en Picardie, les patriotes et les royalistes sont aux prises. Ceux-ci portent des bonnets blancs et leur cri de guerre est « Vive le Roi et le Régent ». Il y a déjà beaucoup de sang versé, et dans plusieurs engagements ce sont les royalistes qui ont eu le dessus. Les nouvelles sont encore fort imparfaites et, pour cette raison, elles n’ont pas produit la sensation que l’on en attendait. A Orléans, un député de la Convention, Bourdon, Jacobite zélé, a même été maltraité ; plusieurs coups de baïonnette portés par des gardes nationaux lui auraient coûté la vie si un commandant de bataillon ne s’était interposé. La Convention a chargé son Comité de défense et de sûreté de faire un rapport sur ces désordres. Il fut seulement résolu que tout citoyen rencontrant une personne dont il suppose qu’elle fait partie de la classe des émigrés avait le droit et même le devoir de l’arrêter et de la conduire en prison, afin qu’elle fût ensuite jugée et menée à l’échafaud dans les 24 heures.

 

  • 49 Cf. « La République ? Beaucoup de Bretons demandaient : Quelle est cette femme ? » (Michelet, Histo (...)

le 22 mars. Depuis longtemps réclamée, la Constitution est enfin publiée, Condorcet en est le principal rédacteur. Condorcet est un écrivain reconnu. Il n’est donc pas douteux qu’elle soit bien écrite. Il est tellement facile pour ce monsieur de faire en 24 heures une constitution pour 25 millions d’habitants, de la faire examiner et appliquer que nul ne doit s’étonner si, demain, il en est présenté une autre à la Convention. Il faut d’autant plus s’y attendre que les Jacobins ne sont pas contents du travail de Condorcet. Les cordonniers et les tailleurs, les comédiens et les avocats courent à la tribune du Club des Jacobins, soutenant sans pourtant donner de preuves, que la nouvelle constitution est un monument de ridicule et d’absurdité, qu’elle a été confectionnée à Vienne et que ceux qui en défendent la teneur sont payés pour le faire. L’un des membres de la société, juste arrivé de province, voulut d’entrée montrer son patriotisme et, emporté par son zèle, s’écria d’une voix tonnante : « Pour moi, mes amis, je voterai contre ce fripon de Constitution49, qu’on l’envoie à la guillotine, lui est tous les gens de son espèce, chez moi aussi, c’est plein de ces scélérats ». Le Club loua son ardeur, mais décréta en même temps qu’il chargerait l’un d’entre eux de donner quelques leçons à ce patriote dépaysé pour lui apprendre le sens des termes les plus usuels.

 

le 23 mars. Maintenant que la guerre avec l’Angleterre est décidée, de nombreux particuliers arment des navires en course, on vend déjà des actions de cet équipement. Tous les noms patriotiques possibles sont choisis pour les donner à ces navires : Dumourier, Constitution, Liberté, Brutus et plusieurs autres. Il est peu probable que cet armement de vaisseaux puisse beaucoup nuire au commerce de l’Angleterre, vu que la supériorité navale des Français est pour ainsi dire nulle ; une seule frégate anglaise est suffisante à bloquer tous les corsaires d’un port. – Les prisons de Paris sont de nouveau très remplies. « Elles ont besoin d’une saignée », affirmait hier un Jacobin. « Le peuple doit se faire justice lui-même si les juges ne veulent pas faire leur travail ». Les angoisses des pauvres prisonniers ne sauraient qu’être indescriptibles. Dès qu’ils entendent le moindre tumulte dans la rue, ils ne peuvent s’empêcher de craindre que la populace aille de nouveau se répandre dans les prisons comme au 2 septembre de l’année passée. Les gardiens ont la cruauté de répondre aux malheureux, quand ceux-ci leur demandent si Paris est calme, que l’on craint à tout moment une attaque des prisons. On leur donne à lire la brochure dans laquelle le chevalier de St Méard relate la situation effroyable des prisonniers le deux septembre, situation dont il réchappa lui-même grâce à une extraordinaire présence d’esprit.

On bâtit présentement à Paris plus que jamais, et cela avec une magnificence, une rapidité, une élégance qui peuvent seules survenir dans une nation dont la fortune consiste en papier-monnaie. Quiconque a des assignats obtenus grâce à des spéculations, au remboursement d’un capital important ne trouve rien de mieux que d’employer son argent de cette manière. Acheter des biens d’émigrés est toujours regardé comme une spéculation peu sûre. Dans la rue Richelieu, on est en train de construire un théâtre qui a déjà coûté à peu près un million et qui est loin d’être fini. Le valet d’un homme jadis fort considéré à Paris a acheté tous ses biens à son maître. Nul ne se hasarde à l’interroger sur la façon dont il s’est procuré cet argent car il est membre du Club des Jacobins. Le beau trait qui suit mérite d’être partout publié. Dans une maison de commerce réputée, un vol important avait été commis. On accusa un domestique qui n’était entré en service que depuis peu. L’homme fut emprisonné. Sur ces entrefaites, la maison fait banqueroute, son chef laisse tout ce qu’il a aux créanciers et se fait militaire. Le domestique entre-temps est libéré, son innocence ayant été prouvée. Il s’enquiert de son ancien maître mais ne trouve que sa fille, âgée de 14 ans, sans ressources, abandonnée et sur le point de mendier. Le domestique, touché de la douleur de cette fille, partage avec elle 300 Livres qu’il avait économisées depuis longtemps, lui loue une chambre et travaille à présent pour la nourrir.

Notes

1 Le Journal de 1793 occupe une place à part parmi les Carnets de voyage de W. v. W. dans la mesure où il fut conçu en vue d’une publication. L’avant-propos l’atteste. On a toute raison de supposer qu’il fut rédigé parallèlement aux rapports (« Relationen ») et aux lettres que W. v. W. envoyait régulièrement à Stuttgart. Cependant il existe des indices permettant de déceler un décalage dans le temps par rapport au classement des documents. Il arrive parfois que W. v. W. mentionne des faits qui datent d’un mois auparavant comme s’ils s’étaient produits le jour même (cf. du 25 au 28 mars, de même que du 28 au 31 [sic] février). De toute évidence, W. v. W. a confondu les mois, ce qui implique une rectification de la chronologie, notamment en fonction des « Relations ». On est donc en droit de considérer le Journal de 1793 comme résultant de la transcription immédiate d’observations journalières (telles que les rencontres avec J.-J. Bernardin de Saint-Pierre et Mary Godwin Wollstonecraft) et du remaniement d’observations déjà notées.

2 W. v. W. reçut une instruction « secrète » et une instruction officielle qu’il « pourrait produire en cas de besoin » ; le mémoire était destiné au Ministre Le Brun.

3 Il manque l’indication de la somme*.

4 Enzweihingen, faubourg de Vaihingen.

5 Carl Eugen von Württemberg avait écrit de sa main le billet suivant daté du 10 décembre 1792 : « Au Gentilhomme de la chambre et Conseiller de légation von Wollzogen. En réponse à la lettre qui m’a été adressée hier, j’informe M. le Conseiller de légation que je veux bien lui accorder la permission qu’il sollicite de se rendre en Saxe pendant quelques mois afin d’y pourvoir à ses affaires de famille ». En fait, c’est W. lui-même qui avait eu l’idée d’un voyage ostensiblement entrepris en Saxe. […] Quant à la mission qui lui fut effectivement confiée de retourner à Paris, elle est précisée dans une lettre du 11 décembre 1792, en français, et qui n’est pas de la main de Carl Eugen (cf. « Dossier annexe »).

6 W. v. W. emploie indifféremment fl., c.à.d. « florin », ou « franc » (et « livre »).*

7 W. v. W. arriva à Paris le 25 décembre.

8 Devenu l’ennemi de Roland et des Girondins (qu’il contribuera à éliminer en mai-juin 1793 en sa qualité de Maire de Paris), il n’en devait pas moins sa nomination à leur soutien actif. Il est considéré comme « l’une des figures les plus énigmatiques de la Révolution » (Dictionnaire critique de la Révolution française, F. Furet, M. Ozouf). Des témoins allemands de la Révolution portent sur lui des appréciations divergentes. Pour l’un : « Du maire, Pache, chacun parle avec respect, comme d’un homme d’une vertu éprouvée et unanimement reconnue. On m’assure qu’on ne peut faire sa connaissance sans devenir son ami » (G. Forster, Parisische Umrisse/Esquisses parisiennes, 1793-94). Un autre, en revanche, compare Marat à Pache : « Loin de dissimuler, comme un Pache, son âme hideuse… » (G. Kerner, « Erinnerungen aus den Jahren 1786 bis 1804 « /Souvenirs des années 1786 à 1804).*

9 non transmis.

10 Il s’agit de Louvain. L’interprétation que donne W. v. W. de l’incident paraît contestable. D’après Michelet, « le 31 décembre, un certain Louvain, ex-mouchard de La Fayette, s’étant avisé de dire dans le faubourg un mot pour le roi, un fédéré lui passa son sabre à travers le corps ». Taine, pour sa part, met indirectement Marat en cause : « Le 31 décembre, un nommé Louvain, dénoncé jadis par Marat comme agent de La Fayette, est égorgé au faubourg Saint-Antoine, et son cadavre est traîné dans les rues jusqu’à la Morgue ».*

11 W. v. W. se borne ici à résumer ou traduire (fidèlement) les passages du discours de Gensonné qui lui ont paru caractéristiques. Nous avons jugé inutile de reproduire la traduction (ou plutôt la retraduction) d’un texte dont la version originale figure au « Moniteur Universel » du 2 janv. 1793.*

12 Mary Godwin Wollstonecraft (1759-1797), écrivain d’origine irlandaise et première féministe anglaise. Elle avait publié en 1790 A Vindication of the Rights of Men, a Letter to Edmund Burke et en 1792 Vindication of the Rights of Women. Elle fréquenta entre autres, de même que W. v. W., le couple suisse de Madeleine Schweizer, née Heß (1751-1809) et Johann Caspar Schweizer (1754-1811), banquier à Zurich et à Paris.

13 Chambon de Montaux, en fonction durant une brève période, du 1er décembre 1792 au 4 février 1793.*

14 W. v. W. les appelle « Hülfs-Billet », c.à.d. littéralement « billet de secours ».*

15 ms 127089.

16 La scène, qui s’est déroulée à la Chambre des Communes le 28 décembre 1792, est rapportée dans la rubrique de politique étrangère du « Moniteur Universel » du 6 janvier 1793 : « M. Burke parle sur ce sujet avec beaucoup de chaleur, il jette au milieu de la salle un de ces poignards qu’il avait prétendu, dans une autre séance, avoir été fabriqués ou apportés en Angleterre. Voilà pourtant, s’écrie-t-il, ce qu’ils ne rougissent pas d’employer. Ils ont conçu le projet de détruire l’espèce humaine, et rendu l’homme ennemi de l’homme en lui apprenant qu’il n’y a point de Dieu […]. C’est avec ces instruments de mort que vous appuyez vos principes ».*

17 Roland – critiqué entre autres par ses ennemis au sujet de la gestion des fonds secrets – restera en fonction jusqu’au 21 janvier 1793.*

18 Sans doute une houppelande du genre de celle que portait Marat. (On aura reconnu plus haut le pantalon et la carmagnole).*

19 Le lapsus n’est pas fortuit, le terme a été parfois employé plus ou moins ironiquement à la place de « Jacobins » (Cf. Seb. Mercier).*

20 Cambon.*

21 Le Premier ministre Pitt avait écrit au représentant français à Londres : « Je suis obligé de vous prier de permettre que j’évite l’honneur de vous recevoir » [sic] (Tulard, Fayard, Fierro. Histoire et Dictionnaire de la Révolution française).*

22 Cela ne fait au total que 697 députés auxquels il conviendrait d’ajouter les 52 signalés plus haut par W. v. W. lui-même, pour obtenir le chiffre de 749. En tout état de cause, les chiffres et les résultats sont divergents, sans remettre en cause le rejet de la proposition girondine.*

23 L’original porte « unversiegelt » qui signifie le contraire (non scellé). On peut évidemment supposer que le paquet, arrivé trop tard, n’a même pas été décacheté (« unentsiegelt »).*

24 Les chiffres fournis par W. v. W. sont dans l’ensemble exacts. Les suffrages exprimés plus haut s’élèvent effectivement à 721, obtenus en déduisant les 24 députés qui pour un motif quelconque n’ont pas pris part au vote (y compris le député décédé). En ce qui concerne les résultats, le chiffre de 369 voix pour la mort indiqué par W. v. W. est en gros exact, mais non définitif. Il correspond au résultat du premier vote qui se déroula dans la confusion et donna lieu à des erreurs de pointage. Dans le scrutin du 18 janvier (dont W. v. W. rend brièvement compte plus loin) on compta 387 voix pour la mort et 334 voix contre. En retranchant les 26 voix des députés favorables à la proposition Mailhe (« Si la mort a une majorité, je crois qu’il serait digne de la Convention d’examiner s’il ne serait pas utile de retarder le moment de l’exécution »), il reste 361 députés partisans de la mort immédiate soit une demi-voix de majorité (360,5). Un dernier vote, le 20 janvier, fut donc organisé pour se prononcer sur le sursis à l’exécution. Celui-ci fut rejeté par 380 voix contre 310). (Cf. Tulard, Fayard, Fierro, Histoire et dictionnaire de la Révolution française).*

25 Ocariz.*

26 Allusion à la bousculade qui se produisit le 30 mai 1770 à l’occasion des festivités données en l’honneur du mariage du dauphin Louis, futur Louis XVI, et de Marie-Antoinette d’Autriche. Lors d’un feu d’artifice tiré place Louis XV, la panique de la foule provoqua la mort de plusieurs centaines de personnes. Certains virent dans cette catastrophe comme un sinistre présage. Mais, écrit Séb. Mercier en 1787, « les craintes vulgaires ne se sont pas réalisées ».*

27 Dans ce passage particulièrement confus – comme d’ailleurs dans tous les développements relatifs à l’exécution de Louis XVI – W. v. W. note visiblement ses observations dans l’ordre, ou plutôt le désordre, dans lesquels elles lui viennent à l’esprit. Lui-même nous avait d’ailleurs prévenus au sujet du « manque de cohérence » dans son avant-propos pour l’année 1793. Il reste que cette confusion et, surtout, l’aspect répétitif des annotations ne sont nullement négligeables car ils sont significatifs.*

28 Il s’agit sans doute des « dernières paroles de la victime » dont il a été question un peu plus haut.*

29 Rue Dauphine, avant 1792.*

30 il s’agit du cimetière de la Madeleine sur l’emplacement duquel se trouvent aujourd’hui le square Louis XVI et la Chapelle Expiatoire.*

31 Comme il a été signalé (Cf., supra note 179, 22), les dates figurant au manuscrit autographe concernent parfois des faits survenus un mois plus tôt. C’est notamment le cas ici où la chronologie effective (28-31 janvier) a été substituée à celle du manuscrit (28-31 février, le mois de février 1793 s’arrêtant, en tout état de cause, au jeudi 28).

32 Cf. Chateaubriand : « Fils de Saint-Louis, montez au ciel, dit le prêtre qui assistait Louis XVI au baptême du sang » (Mémoires d’outre-tombe, IV, 9).*

33 Ministre des Affaires étrangères.*

34 Dans son rapport no 12 du 27 janvier adressé à Carl Eugen, W. v. W. écrit : « On lit dans les feuilles publiques d’aujourd’hui que le général Dumourier est parti hier soir. Le Conseil exécutif, y est-il dit, l’a chargé d’entamer des négociations avec le roi de Prusse avant que la campagne commençât. D’autres feuilles disent qu’il est parti pour inspecter les frontières occidentales des Flandres. Ces nouvelles viennent de paraître et je m’empresse de les communiquer à Votre Altesse. [En marge : Un agent secret du nom de Maret, dont on dit qu’il a déjà [été] en Angleterre, est parti pour Londres, sans doute pour remettre son rappel à M. Chauvelin, l’ambassadeur de Fr.].
Il me parut valoir la peine de tirer au clair cette affaire du départ de Dumourier et j’ai fini par percer le mystère. Maret part pour Londres avec la mission secrète de négocier la paix, Chauvelin rentre – Dumourier attend à Boulogne et se rend à Londres en qualité d’ambassadeur pour voir si l’on prête l’oreille aux propositions de paix. La France consent à tous les sacrifices [en marge : à la restitution de l’Escaut] pour obtenir la paix ». Quelques jours plus tard, le 31 janvier, W. écrit à Stuttgart pour faire état d’une situation changée. La source principale de son information est alors un billet non daté et non signé : « La négociation n’est pas encore rompue, mais l’expulsion de Chauvelin a néanmoins rendu une attaque nécessaire. Dumourier en est chargé et on lui demande d’envahir la Hollande sur-le-champ. L’embargo sur tous les bateaux anglais a été mis dans les ports fçais ».

35 Après une première version jouée avec succès dès 1792, une autre adaptation paraît en 1793 sous forme d’un « drame en cinq actes imité de l’allemand par le citoyen La Martelière, à Paris ». En fait, La Martelière est la francisation de Schwindenhammer, un littérateur allemand. Il est possible que Mirabeau y ait prêté la main.*

36 Bernardin de Saint-Pierre. Louis XVI confia en 1792 à l’auteur de Paul et Virginie l’Intendance du Jardin des Plantes et du Cabinet d’histoire naturelle. La place fut supprimée en 1793.*

37 Appelé par Louis XVI en juin 1792 au ministère de l’intérieur, il donna sa démission peu après l’invasion des Tuileries le 20 juin 1792. Il fut remplacé le 16 juillet de la même année.*

38 Sans doute Gérard van Spaendonck, originaire des Pays-Bas hollandais, venu s’établir en France.*

39 Hugon de Bassville, qui portait ostensiblement la cocarde et prétendait arborer le chapeau tricolore, avait été massacré le 13 janvier 1793 à Rome par la foule indignée et hostile aux idées révolutionnaires. Il fut remplacé le 16 février par C.-F. Reinhard, un Allemand originaire du Wurtemberg, qui fera une brillante carrière dans la diplomatie.*

40 Quant aux trois auteurs du vaudeville (Barré, Radet et Desfontaines) ils furent mis en prison.*

41 Beurnonville avait été nommé général en chef de l’armée de la Moselle le 9 novembre 1792 et, s’étant porté sur Trèves, y avait livré quelques combats malheureux, notamment à Pelligen et à Grevenmacher.*

42 Le texte porte « in Perigord ».*

43 Johann Georg Schrepfer (1730-1774), spirite à Leipzig.

44 W. v. W. reprend ici la fameuse thèse du pacte de famine, mais en déplaçant les responsabilités. Se faisant l’écho des rumeurs qui circulaient dans les milieux contre-révolutionnaires, il attribue au duc d’Orléans et à ses complices le rôle dévolu habituellement au roi et au gouvernement par les classes populaires.*

45 Le marquis de Sade n’était plus à la Bastille quand la forteresse fut prise ; il avait été transféré depuis le 4 juillet 1789 à l’hospice de déments de Charenton. Quant à l’ouvrage scandaleux mais « au titre très vertueux » dont parle W. v. W. il s’agit, selon toute vraisemblance, de Justine ou les Malheurs de la Vertu. L’auteur en est bien Sade, mais les éditions successives (au moins jusqu’en 1793 ainsi que le confirme W. v. W.) furent publiées anonymement à Paris. La première édition date du second semestre de 1791. Accusé de modérantisme et considéré comme « un homme très immoral, suspect et indigne de la société », Sade fut arrêté en décembre 1793, condamné à mort le 26 juillet 1794 (8 thermidor !). Il ne dut son salut qu’à un heureux concours de circonstances et, surtout, à la chute de Robespierre et des « terroristes ».*

46 Le passage de cet article reproché entre autres à Marat, et dont W. v. W. ne fournit pas le texte, avait la teneur suivante : « Dans tout pays où les droits du peuple ne sont pas de vains titres, consignés fastueusement dans une simple Déclaration, le pillage de quelques magasins, à la porte desquels on pendrait les accapareurs, mettrait bientôt fin à ces malversations qui réduisent des millions d’hommes au désespoir et qui en font périr des milliers de misère ». Journal de la République française, 25 février 1793.*

47 On aura reconnu dans ce passage sinon la description de la bataille de Jemmapes elle-même, du moins le rappel précis et vivant des conditions qui ont permis (selon W. v. W.), le 6 novembre 1792, la victoire des armées françaises.*

48 Il va de soi que les affirmations de W. v. W. relatives à Condorcet exigent d’être accueillies avec la plus grande réserve. De façon générale, il convient de souligner que les informations dont W. v. W. fait état dans son « Journal politique » paraissent trop souvent puisées aux mêmes sources, quand elles ne relèvent pas du ragot pur et simple.*

49 Cf. « La République ? Beaucoup de Bretons demandaient : Quelle est cette femme ? » (Michelet, Histoire de la Révolution française, Coll. Bouquins, p. 267).*

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search