Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

1791

1791

Texte intégral

le 1er janvier. Jour redoutable pour beaucoup ; les différentes dépenses auxquelles ont est tenu pour des raisons de convenance, les visites et souhaits de Nouvel An qui sont d’usage, tout cela fait une lourde charge. Cette année pourtant, où l’on a renversé tant de règles de bienséance souvent au détriment de la moralité, on se tirera plus facilement d’affaires ; en outre, on a perdu tellement d’amis et on en a fait si peu de nouveaux que l’on peut commencer cette année plus tranquillement et avec moins de frais. Ce qui ce jour-là m’est insupportable c’est l’armée insolente des gueux de toute espèce, surtout dans les cafés et les auberges. Quand le garçon qui toute l’année s’est montré impertinent et arrogant se présente maintenant les cheveux frisés et le dos courbé, et vous tend humblement l’enveloppe sur laquelle est posé un cornet de pralines malpropres ; quand il attend anxieusement le moment où il recevra ses 12 à 24 ou 60 sols ; quand, au moment de partir, il exhibe encore sa tirelire avec de misérables bouts-rimés pour vous rappeler la coutume qui ce jour-là lui donne le droit de mendier ; quand il épie chacun de vos gestes de son air avide, dissimulé, soumis – alors vraiment, il y aurait de quoi vous échauffer la bile à subir tant d’insolence obséquieuse et à voir cette tête de mendiant toute frisée. Le soir, j’ai encore été dans quelques magazins de peu d’intérêt.

 

le 2 janvier. Rencontré à dîner deux Russes, Douborowsky et Rieth, avec lesquels j’allai encore une fois voir le magazin de Daguerre ; et de là au Louvre où il y a dans les salles de l’académie de peinture l’exposition de porcelaine de la Fabrique royale de Sèvres. […] Il est intéressant, dans de telles occasions, d’entendre les jugements variés de la foule et de contempler de plus près les nombreuses figures originales qui viennent ici. Nous fûmes aussi dans le magazin anglais de Syks qui resplendit, ce jour-là comme toujours, de l’éclat des plus belles marchandises qui sont confectionnées à Londres, et qui est de plus agrémenté par le charme discret et la chaste beauté des deux vendeuses, filles du marchand. La finesse et le soin du travail, la nouveauté des articles et les frais de transport enchérissent ces marchandises qui, de toute façon, sont déjà chères à Londres. Avec Rieth dans la Société de lecture allemande, puis pris le thé chez Douborowsky. Nous rencontrâmes dans le magazin de Syks la duchesse d’Orléans avec ses enfants ; ainsi que Mad. Genlis et le fameux abbé la Fare, fils du défunt H. d’Orléans, l’Adonis des Parisiennes.

 

  • 1 Avec la Révolution, l’affaire Calas devenait exemplaire. Cf. le « Niedersächsischer Merkur » (juin- (...)

le 3 janv. S. et moi fûmes invités à dîner chez Mme Meier, Mons. de Blumendorf et Mons. Osiander étaient de la compagnie. Au sortir de là, chez les Koenig, Delanoy, le comte de Genonville où je rencontrai quelques personnes, puis chez Reinewald. La femme de Calas1 vit toujours, elle porte toujours le deuil, chez elle les pendules sont toujours arrêtées à l’heure où son mari fut exécuté. Une condamnation à mort, criée sous ses fenêtres, la fait changer de couleur. Sa servante, sa fidèle servante qui l’accompagna dans sa prison et ne voulut jamais quitter ses maîtres à l’heure où tout le monde abandonnait l’infortuné, cette servante veille avec sollicitude et, dès qu’elle entend venir de loin un de ces crieurs publics endurcis par l’habitude, elle tente de le persuader de prendre un autre chemin. Nous parlâmes de l’humiliation de l’empereur romain Henri IV du temps de Grégoire VII. Reinewald voudrait déterminer un auteur dramatique, maintenant que tout leur est permis, à mettre sur la scène ce fait historique. – Chez Sterett, puis encore une fois au magazin de Syks où quelques petites-maîtresses, accompagnées de leurs amoureux voulaient, à les en croire, vider tout le magazin, se faisant tout déballer pour cela ; finalement, elle n’achetèrent rien du tout.

 

  • 2 Carl Eugen von Wurttemberg était arrivé à Paris le 12 mars 1791 à 7 heures du soir. Le Journal qu’i (...)

mercredi le 27 avril. Le duc est parti ce matin2 à 7 heures après avoir séjourné ici pendant environ 6 semaines ; je ne l’ai pas quitté un seul instant et il eut recours à moi dans diverses circonstances. A bien des égards, j’ai beaucoup appris et je crois qu’au fond le séjour du duc m’aura été d’un grand profit. Le matin même de son départ, et à plusieurs reprises pendant qu’il était là, il me promit d’être employé à Paris comme conseiller de légation. Vu que dans un tel poste il est nécessaire d’avoir la main rompue à bien des choses et de tenir un compte exact de tout ce qui se fait, un Journal précis et détaillé est absolument requis ; je vais donc 1° tenir mon diarium plus régulièrement que je ne l’ai fait jusqu’à présent, 2° enregistrer toutes les lettres qui arrivent ou qui partent, et même les billets, et – si possible – en copier l’essentiel, enfin 3° tenir un Journal politique dans lequel je marquerai d’abord les événements principaux, ensuite les raisonnements que ceux-ci m’inspirent, de même que la liste des connaissances que je fais et des livres que je lis. Le temps que j’emploierai à cela ne le sera pas inutilement. J’acquerrai de cette manière de l’aisance dans l’art d’écrire et je m’habituerai à une discipline qui influera sur toutes mes affaires.

 

  • 3 J.-C. Schweizer (1754-1811), banquier à Zurich et à Paris ; Magdalene, née Heß, sa femme.

jeudi le 28 avril. Dîné chez Rieger et soupé chez les Schweizer3 où je rencontrai un capitaine du Royal-Suédois, du nom de Schulz.

 

vendredi le 29 avril. Dîné chez Schweizer et soupé au Club [allemand], préparé la caisse de porcelaine qui partira demain par la diligence ; été chez l’emballeur et chez les routiers.

 

samedi le 30 avril. Le soir, j’expédiai les 3 stucateurs pour Stuttgart, leur remis 9 Louis de frais de voyage, leurs passeports visés par le roi et le ministre, une lettre pour Böhnen et un accord succint. Le matin, j’avais envoyé une lettre d’avis à Strasbourg pour Frank.

  • 4 Le texte suivant, rédigé sur une feuille pliée deux fois dont il occupe une page et demie, est dist (...)

Nous partîmes4 de Paris le mercredi 25 [mai] à 4 heures un quart du soir. Il avait déjà plu toute la journée et il continuait à pleuvoir sans arrêt, et cela dura encore toute la nuit. Je ne trouvais en moi aucun de ces sentiments qui agitent l’âme quand on quitte un endroit où l’on s’est tenu pendant des années, où l’on a donc fait la connaissance de personnes qui nous sont chères et dont on a peine à se séparer, je n’avais nul regret d’amis ou d’amantes dont le souvenir plonge l’esprit dans ces réflexions mélancoliques qui font tout oublier autour de soi, non, mon attention fut d’emblée absorbée par l’incommodité du voyage en diligence et la difficulté du chemin, par la misère et la maigreur du postillon qui, malgré la pluie, n’en était pas moins frisé, et par les 5 chevaux dont 3 de timon côte à côte. Mais quel homme mal embouché que ce postillon n’acquittant à proprement parler sa sortie de Paris qu’au prix d’injures jetées aux voituriers et cochers qui ne se garaient jamais assez vite à son gré ! Nous arrivâmes à Meaux vers 9 heures et demie, mais nous ne pûmes, malheureusement, jouir de la vue qui s’offre quand, venant de la montagne, on descend vers la vallée et vers la ville qui est partagée en deux par la Marne, une assez grande rivière. Nous soupâmes ici ; la table est d’ordinaire à 45 sols et l’on mange tous ensemble. On peut se rassasier quoique la cuisine ne soit pas des meilleures.

  • 5 Le dernier arrêt après Chalons est normalement Strasbourg où W. v. W. arriva début juin 1791. Cf. l (...)

Nous repartîmes vers minuit – La Ferté – ; je fus fâché de ne pouvoir contempler cet endroit de jour, il doit être intéressant : la Marne décrit ici des sinuosités, partout des ponts — l’un d’eux me frappa particulièrement, quoiqu’il fît sombre, par sa construction en bois – partout des maisons, en plaine comme en montagne, au bord de la rivière, etc. Toujours la pluie et un brouillard épouvantable. Nous déjeunâmes à Chateau-Thierry et nous dînerons à Dormans. Avant d’arriver dans ce dernier endroit, il y a une montée assez raide, et la descente de même – mais ensuite quelle belle et large vallée au fond de laquelle coule la Marne que l’on ne quitte plus jusqu’à Châlons5 ; cette vallée a beaucoup de ressemblance avec celle du Neckar, sauf qu’elle est plus large. Les villages sont ici moins proches les uns des autres et les vergers moins nombreux que de l’autre côté. Nous fîmes un bon repas à Dormans. L’hôte aime à plaisanter, par exemple quand on lui répond : « mais », il réplique à l’instant par un bon mot : « non, avril ! ». De Dormans à Châlons, la route est fort inégale, pourtant nous arrivâmes vers 3 heures. En même temps arrivait la diligence celle qui de Paris [interruption du manuscrit]

 

  • 6 Le texte suivant est distinct du Journal même, il a été trouvé sur une feuille volante. A première (...)

Hohenheim le 7 juillet 17916. La proposition du duc de passer la nuit à Hohenheim ne fut pas pour moi des plus agréables, car je présume que je resterai davantage que quelques jours. Cette situation est pour moi d’autant plus fâcheuse que l’on m’emploie dans un domaine où je me sens totalement inapte ; et comment alors envisager d’obtenir la satisfaction du duc qui pourtant à bien des égards m’est très précieuse. En raison de l’incertitude de ma position, et au fond de ma destination, il ne m’est pas possible d’avoir des projets auxquels je conformerais mes occupations, mes actes et toute ma conduite. La prudence est nécessaire dans tous les cas, mais encore plus ici où l’on est observé, espionné et peut-être détesté par tant de gens mal-intentionnés ; une certaine indépendance est plus que jamais requise, une certaine audace, en un mot le courage d’oser faire ce qu’on juge à propos. A vrai dire, le climat ici n’est pas le moins du monde favorable à mon éducation, ni morale, ni scientifique : nul homme remarquable unissant aux qualités du cœur celles de l’esprit et par qui l’on se sente attiré, aucun de ces êtres indépendants qui suivent leur propre voie, mais seulement des gens très ordinaires se prêtant à toutes les besognes, et qui regardent la fréquentation des Princes comme un des degrés de la perfection. Mon Journal sera aussi uni et peu intéressant que mon genre de vie. Pourtant, on peut tirer parti de tout, et quelle est la chose qui, retournée en tous sens, ne montre aussi ses bons côtés, fructueux pour l’avenir […].

Notes

1 Avec la Révolution, l’affaire Calas devenait exemplaire. Cf. le « Niedersächsischer Merkur » (juin-juillet 1792) : « Le Parlement de Toulouse était plus répréhensible en assassinant légalement Calas que la populace parisienne ne l’est en pendant des gens à la lanterne ».

2 Carl Eugen von Wurttemberg était arrivé à Paris le 12 mars 1791 à 7 heures du soir. Le Journal qu’il a tenu lui-même permet de reconstituer l’emploi du temps des jours manquants chez W. v. W. :
13.3 : « Tout est calme et le Français, dans sa légèreté, n’a pas encore remarqué qu’il creuse sa propre tombe ».
14.3 : Revue de la Garde nationale : « Tout y est fait sans ordre ».
15.3 : Visite, en compagnie du comte Diodati, ambassadeur du Mecklembourg, de l’Assemblée nationale « où il était question du revenu du Prince de Condé ».
16.3 : Boutiques – Promenade aux Tuileries – Opéra.
17.3 : A l’Assemblée nationale « où régnait toujours le même désordre ».
18.3 : Visite de « quelques ambassadeurs ».
19.3 : Magasins – Boutiques – Opéra.
20.3 : Assemblée nationale – Opéra.
21.3 : « Théâtre de Monsieur ». – Librairies – Opéra.
22.3 : Assemblée nationale.
23.3 : Visite chez Simoline, ambassadeur de Russie.
24.3 : « Rendu visite… au Nonce ».
25.3 : Comte Diodati – Tuileries – Opéra.
26.3 : « Pour la première fois au Théâtre de la Nation ».
27.3 : Comte Diodati – Assemblée nationale – Opéra.
30.3 : Chez l’ambassadeur Simoline – « le soir à la Comédie où l’on représentait la Prise de la Bastille ».
1.4 : Comte Diodati – Bibliothèque du Roi.
2.4 : « Aujourd’hui est mort Mirabeau, un homme qui était célèbre tant à cause de son mauvais caractère que de ses actes et de ses dangereux écrits ».
3.4 : « Indécences, surtout de la part des femmes » à l’Eglise Ste Madeleine.
4.4 : « A 4 heures, enterrement de Mirabeau ».
7.4 : A la fabrique de porcelaine d’Angoulême [Il s’agit vraisemblablement de l’atelier du duc d’Angoulême, rue de Bondy-*].
11.4 : « Regardé la Garde nationale à l’exercice dans ce qu’on appelle le Champ de Mars ».
13.4 : Fabrique de glaces – Spectacle.
14.4 : Visite de la « fabrique de porcelaine » de Sèvres.
18.4 : « Regardé la Garde nationale à l’exercice… A 10 heures, le Roi fit atteler ses chevaux, une grande foule s’assembla devant et derrière les Tuileries, et se livra à toute sorte de désordres. Il vint 10 à 15 000 hommes de la cavalerie et de l’infanterie sous le commandement de La Fayette. Le roi monta dans sa voiture avec la reine et c’est alors que les désordres commencèrent pour de bon. Tous deux furent insultés dans leur voiture, et après y être demeurés pendant près de deux heures, il leur fallut redescendre et retourner dans leurs appartements. Le général commandant en chef fut insulté par ses subordonnés… Le tumulte dura jusqu’à 3 heures et nous en fûmes les témoins oculaires ».
21.4 : L’après-midi nous allâmes à Bellevue.
25.4 : « Reçu… quelques visites ».
26.4 : Résumé de Carl Eugen : « Là où auparavant un monarque régnait despotiquement par l’entremise de ses ministres, on trouve maintenant un roi, qui n’en porte plus que le nom, des ministres qui, dépourvus de puissance et d’influence, en sont réduits à faire ce que leur ordonne une Société(*) ayant tous les pouvoirs en mains. Le commerce qui, en France, était autrefois si florissant, est complètement ruiné, la circulation de l’argent complètement arrêtée ; plus de luxe qui, quelque mal qu’il cause autrement, n’en soutient pas moins les fabriques, et à la place le dénuement et la malpropreté dans les habits, et, le plus surprenant, voir une nation qui naguère aimait tant son souverain, réduite à une telle désorganisation de ses facultés qu’elle n’en parle plus qu’avec mépris et ne lui accorde plus que le privilège d’être le premier citoyen ». (*) [Il s’agit de la Société des Amis de la Constitution, plus connue sous l’appellation de Club des Jacobins*].
27.4 : « Notre départ a eu lieu… à 7 heures du matin ».
(Herzog Carl Eugen von Württemberg, Tagebücher seiner Rayßen/Duc Charles Eugène de Wurtemberg, « Journaux de voyages ». Ed. par Robert Uhland, Tübingen 1968, pp. 379-390).

3 J.-C. Schweizer (1754-1811), banquier à Zurich et à Paris ; Magdalene, née Heß, sa femme.

4 Le texte suivant, rédigé sur une feuille pliée deux fois dont il occupe une page et demie, est distinct du Journal de Voyage. On peut considérer que ces notes de voyages représentent le dernier document pour l’année 1791.

5 Le dernier arrêt après Chalons est normalement Strasbourg où W. v. W. arriva début juin 1791. Cf. la lettre de Georg Kerner : Strasbourg, le 7 juin 1791, 11 heures du soir. A Mlle Louise et Auguste Breyer Monsieur le Baron de Wollzogen, un de mes très bons amis, a la bonté de se charger de vous remettre cette lettre, laquelle se propose surtout de vous demander à toutes deux de vos nouvelles : sans doute, ma chère Louise, êtes-vous remise à présent, et vous, ma chère Auguste, n’êtes-vous pas tombée malade dans l’entre-temps, sans doute aussi nos chers parents seront-ils pareillement en bonne santé. M. de Wollzogen, le porteur de cette lettre, était autrefois à l’Académie et se tenait depuis 5 ans à Paris qu’il vient de quitter pour quelques semaines afin de se rendre à Stuttgardt et y séjourner pendant ce temps. C’est un excellent homme, je connais sa conduite qui me le rend très respectable, et les heures ou plutôt les quelques jours que j’ai passés en sa compagnie furent les plus agréables de mon séjour ici. Il vous racontera bien des choses à mon sujet, si du moins cela vous intéresse, il vous parlera entre autre de mes talents en fait de navigation et du peu de danger qui y préside. Je n’ai pris le bateau qu’une seule fois depuis votre lettre, ma chère Auguste, et c’était avec M. de Wollzogen, et cela parce que nous ne voulions pas faire tout le chemin à pied jusqu’à Kehl. Monsieur de Wollzogen met autant d’excellence dans ses principes qu’il met peu de contrainte dans sa vie. C’est ainsi par exemple que si une jolie femme ou en général une belle dame se mettent à leur fenêtre et que, se trouvant à passer dessous, il les remarque, il monte à l’instant, engage une conversation avec elles et prend congé le plus poliment du monde sans que rien dans sa conduite ou dans sa conversation n’eût donné en quoi que ce soit sujet d’être fâché contre lui ; il apprécie une femme honnête autant qu’il méprise une femme de mauvaise vie. L’un de ses plus grands plaisirs est de converser avec de jolies dames qui soient en même temps intelligentes, et la plus merveilleuse occasion lui en sera donnée quand il vous remettra cette lettre, je serai infiniment heureux de le voir à son retour où il restera ici encore quelques jours et emmènera avec lui son frère (qui est Chevalier dans l’Académie). Faites mes compliments à nos chers parents et à la famille. Au revoir, ma chère amie, et écrivez sans tarder à votre ami sincère.
G. Kerner.
[Württembergische Landesbibliothek, Cod. hist. Q
t 292 : Georg Kerner an Auguste Breyer].

6 Le texte suivant est distinct du Journal même, il a été trouvé sur une feuille volante. A première vue, le domaine dans lequel W. v. W. se sent « totalement inapte » pourrait être celui d’architecte. Il semble toutefois qu’une certaine imprécision règne quant à son exacte « destination » (en allemand du 18e siècle « Bestimmung », c’est-à-dire « Berufsziel », en français moderne « orientation »*). L’orientation qui lui était officiellement donnée serait plutôt la « Cameralwissenschaft », c’est-à-dire des fonctions administratives et financières auxquelles il se sentait effectivement « inapte », ce qui n’était pas le cas en architecture, matière dans laquelle il était venu en France pour se perfectionner. Finalement, il trouvera sa voie dans la diplomatie.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search