Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

1790

1790

Texte intégral

Le 1er janvier 1790. L’importance que nous attribuons à ce jour est à vrai dire un pur effet de notre imagination et de certaines convenances. Il n’en est pas moins d’une grande utilité. Avec ce jour, tout pour nous recommence. Lequel d’entre nous, après avoir jeté un regard sur sa vie de l’an passé, ne prend de nouvelles résolutions, soit pour améliorer son sort de façon ou d’autre, ou pour acquérir telles ou telles connaissances, ou pour échanger tel défaut contre telle vertu ; et lequel n’emporte pas avec lui ces résolutions et ces vœux en entrant dans cette période que les astronomes lui ont prescrit ? Ma résolution pour cette nouvelle année est le projet égoïste de vivre pour moi-même, de m’efforcer sans répit à surmonter les obstacles qui se mettent en mon chemin et que j’y mets moi-même, comme pour m’empêcher d’avancer dans l’étude de l’architecture. Mon seul et modeste souhait est d’avoir de quoi me procurer, sans souci de subsistance, toutes facilités pour parvenir plus promptement à mon but, par exemple de prendre les leçons d’un maître de dessin, d’un maître ital[ien], etc. Je ne demande rien pour mes plaisirs, n’ayant d’ailleurs jusqu’à maintenant que fort peu et même point du tout dépensé en cela.

Il en résulte que je romprai tout commerce avec des gens qui ne me rendent pas meilleur ou qui n’enrichissent pas mon esprit. La société peut se passer de moi, je devrai donc partout songer qu’on me souffre mais que je ne suis pas indispensable, que je peux être absent sans que la société y perde le moins du monde ; donc je me propose de me tenir à l’écart. En agissant de la sorte, j’espère recouvrer ma liberté d’esprit, perdre ce dégoût et cette léthargie qui me rendirent si malheureux jusqu’à présent. Toute occupation qui s’accordera avec l’organisation de ma vie contribuera à me faire oublier les plaisirs auxquels je pourrais prétendre eu égard à mon âge et à mon état.

A tant marcher, hier soir, j’étais assez fatigué ; nous avions couru toutes les boutiques des confiseurs de la rue des Lombards. C’est le grand jour spécialement pour cette sorte de marchands, celui sur lequel ils fondent le travail de toute une année. Ils dépensent des trésors d’imagination pour inventer quelque chose d’ingénieux qu’ils pourront exécuter en sucre et, de cette manière, attirer des spectateurs, donc aussi des acheteurs. L’un d’eux avait une Place nationale, au milieu un lac avec des gondoles et un rocher sur lequel se tenait Louis XVI. Un autre avait la Bastille en sucre avec des canons dessus ; et il faisait particulièrement vanité de boutons en sucre sur lesquels était gravé le même emblème que sur ceux de la Garde Nationale de Paris. Un autre avait des Boulets aristocratiques ou plutôt des Poulets, comme il se plaisait à les nommer afin d’indiquer que les gentils billets doux des aristocrates sont comme les boulets de canon dont on menace les Parisiens. Un trait d’esprit excellent.

Les charmantes jeunes filles dans les magasins, l’illumination, la singularité des tableaux et des personnages réalisés avec des sucreries, tout cela vaut vraiment la peine de faire un tel tour cette nuit. Le magasin de Daguerre était joliment illuminé et on y rencontrait du beau monde. Le Palais marchand, où se voyaient auparavant entre 11 heures et minuit tous les gens possibles, de la plus haute à la plus basse classe, est à peu près vide cette année, à part quelques rares acheteurs subalternes. Tout cela était triste, et faisait regretter le beau coup d’œil qu’on aurait eu sur la compagnie bigarrée emplissant les vestibules et les corridors dans toute leur largeur. Outre les confiseurs, ce sont les marchands d’almanachs qui gagnent le plus. Mais attendu que depuis quelques années ils se sont multipliés, le profit est peu important. La quantité d’almanachs est telle qu’on ne saurait les décrire. Parmi les nouveaux, il en est toute une liste, on s’en doutera aisément, qui, cette année, portent le titre de « national » : Almanach Aristocrate-national ; bref, il faut parcourir la liste et ensuite les almanachs chez un libraire pour admirer les frivolités de cette sorte de cadeaux de Nouvel An. Il suffit d’un tour dans les divers magasins pour voir soi-même combien le nombre des acheteurs est peu considérable cette année, et les marchands que l’on connaît bien vous le confirment encore plus clairement. L’espoir de s’en tirer tant bien que mal grâce à l’argent gagné pendant ces jours-là a retardé peut-être chez plus d’un marchand la banqueroute ; malheureusement cet espoir sera cruellement déçu à cause du manque d’argent universellement répandu : encore quelques mois et l’influence fâcheuse que la Révolution aura eu sur le commerce deviendra évidente aux yeux de tous.

[…] Tout le monde est aujourd’hui sur pieds pour souhaiter la Bonne année à ses amis et connaissances. Tous le font à contre-cœur, mais ils le font quand même. Il faut paraître en habit noir et l’épée au côté et les embrasser tous. Je sortis le matin avec Allaix, ni bien coiffé ni bien mis. Tous les seigneurs qui, ployant sous le poids de leur coiffure et de leur épée se dandinaient sur la pointe des pieds de peur de se crotter, me regardaient avec étonnement, enviant peut-être ma chance de n’avoir aucune visite à faire. Leurs mines disaient combien ils étaient contrariés d’une telle corvée, alors que je me réjouissais fort d’avoir passé outre à cette étiquette. Il est vrai que cela revient à sacrifier les personnes que je connaissais, mais après tout, ce n’est point perdre grand’chose.

Chez Reinewald je rencontrai Mascow, nous dînâmes à l’Hôtel d’Espagne, puis allâmes nous promener au Palais-Royal. J’allai chez Rieger lui porter deux cartes, je rencontrai son fils dans la cour. Cette journée est le piège de mainte grisette : les filles ont la permission de voir le Palais-Royal, le Palais Marchand, etc., à vrai dire elles y vont ensemble ou avec leurs tantes, cousins, frères, mais combien n’est-il pas facile de se perdre dans la foule, et alors il ne manquera assurément pas de sbires qui leur enseigneront le chemin. Je retournai au logis avec Reinewald fumer une pipe.

 

le 2 janvier. Douborowsky et Floret sont venus chez moi ; j’ai terminé mon plan de caserne et, attendu qu’on ne m’apporta point de repas, je me fis moi-même une soupe. […].

 

le 3 janvier. Je suis resté toute la journée chez moi et j’ai dessiné.

 

le 7 janvier. Ce matin chez Rieger. Aux Tuileries, j’ai rencontré le roi. Il allait faire un tour sur la Terrasse des Feuillants ; il était escorté de nombreux gardes nationaux. On passait à côté de lui sans être intimidé et on se contentait d’ôter son chapeau. […]

 

le 8 janvier. Ce matin, Delanoy ; puis un certain M. v. Uchteritz, ancien capitaine au service de Brunsvic, qui avait perdu un bras à Bergen. Il venait quémander, cela faisait peine à voir. J’ai travaillé au plan d’une caserne. On ne m’apporta point mon repas ; je me contentai donc d’une soupe. Fleuret : il m’a avoué qu’il était tombé éperdument amoureux de la célèbre Mme Kockmann. Allaix : nous bûmes de la bière et fumâmes la pipe. Je travaille à la traduction d’un ouvrage sur le caractère de l’architecture. Je vais traduire ce livre partie pour me perfectionner dans la langue française, partie aussi pour consacrer les instants que je ne destine pas au dessin à une occupation qui soit de mon ressort ; je donnerai ensuite à Allaix les feuillets à corriger ; et si cela me paraît réussi et que je trouve un éditeur, j’irai jusqu’à le publier afin qu’on montre quand même aux Français comment on écrit en Allemagne sur un art dont ils croient être les maîtres incontestés.

 

le 9 janvier. Mon hôte et mon hôtesse m’ayant fait une visite le jour de l’An, je la leur devais rendre. De toute façon, j’avais dessein de faire d’autres courses par la ville. Je mis donc mon habit et je me rendis à cette occasion chez Le Comte. […] Puis chez Harwey, et de là chez Vaillant ; sa femme n’était pas au logis. J’allais chez Rondelet, directeur du bâtiment de l’église Ste Geneviève. Il me montra l’église. La troisième partie en est finie. L’édifice est superbe mais on a eu trop peu de répit. Son plus grand mérite réside dans le soin remarquable, dans l’application et en vérité dans le bon goût avec lesquels les détails de l’ornementation sont réalisés. Dès l’entrée, en passant sous le portail principal, on aperçoit à droite et à gauche un pilier qui est engagé dans une colonne, si bien que les chapiteaux se fondent l’un dans l’autre, une faute qui est d’autant plus impardonnable que si l’on avait renoncé aux piliers l’inconvénient aurait été évité sans dommage pour l’architecture. La cause en est que Soufflot, obligé de rallonger sa nef et de faire ce travail à la hâte, n’étudia pas suffisamment cette partie. Vues sous un angle aigu, les colonnes d’ordre corinthien paraissent un peu trop étroites d’en haut, particulièrement les chapiteaux, quoiqu’elles soient très bien proportionnées quand on les regarde de près. Une erreur qui est inévitable à raison des différents points de vue ; on voit par là combien l’œil peut nous abuser. Quoique les ornements soient très nombreux, on ne peut dire pour autant qu’ils masquent le caractère fondamental de l’architecture de l’édifice. Je montai avec Rondelet jusqu’à la lantene ; jusque-là tout est déjà voûté, seule la lanterne n’est pas encore fermée. Les galeries aux différents étages sont bien disposées afin d’y jouir de points de vue de plus en plus beaux, jusqu’à ce que, tout en haut, on finisse par voir Paris dans toute son étendue. Un spectacle superbe qui explique la galerie de colonnes qui soutient le dôme et sans laquelle on n’aurait pas joui de ce spectacle remarquable. Quiconque a été à Paris et n’a pas vu cette perspective aura perdu beaucoup, il n’aura jamais une idée suffisante et complète de la dimension de la ville et des proportions de ses beaux édifices avec sa dimension. […]

Dîné chez Farget ; de là chez moi, puis je voulus aller au Palais Royal. Comme je traversai le Louvre, je pensai soudain qu’il y avait une exposition de porcelaine de Sèvres. J’entrai, il y avait du beau monde. La porcelaine, les dorures, le goût délicat, tout y est vraiment remarquable. […] Les grands hommes de France sont excellemment exécutés en porcelaine, ils ont 1 pied 1/2 de haut dans une posture assortie à leurs actions et à leur caractère. Plusieurs vases à l’antique, d’autres étrusques, des figures allégoriques et quantité de services de table, à thé, etc. etc. Quelques bas-reliefs, dessins, etc. rendent le magasin si remarquable qu’on perdrait beaucoup à ne le point voir. Je m’informai de quelques prix auprès d’un homme avec de grosses lunettes et vêtu d’une redingote noire, assis contre la cheminée. A son accent, je supposai qu’il était Allemand. Je ne voulus pas l’interroger directement. Mais pour pouvoir parler des Allemands et de l’Allemagne, je lui demandai qui avait peint deux guéridons qui se trouvaient près de la fenêtre. J’ajoutai, de ma propre invention, qu’on m’avait dit que c’était un Allemand. « Oui, Monsieur », répondit-il, « C’est moi ». En bref, le plus singulier des hasards voulut qu’il fût lui-même le peintre, natif de Suisse, Directeur de la fabrique de Sèvres, et il s’appelait Edlinger.

J’avais remarqué à plusieurs reprises une personne du sexe, la taille bien prise, de la plus agréable physionomie et superbement mise ; finalement, je crus vois qu’elle me suivait ; elle releva les dentelles de son chapeau et je vis à la vérité une figure angélique. Je cherchai néanmoins à m’éloigner car je supposai qu’elle pourrait bien être une de ces dangereuses nymphes de haute classe qui, sans doute parce que j’avais la mine d’un riche Anglais, avait jeté sur moi son dévolu. Sur ces entrefaites, je rencontrai la femme qui est toujours assise aux Tuileries sous un arbre avec sa fille. Elle fut ravie de me voir et m’engagea à faire une fois encore un tour. Elle me faisait remarquer toutes les belles choses, m’expliquait chaque allégorie, chaque statue, chaque grand homme, en bref elle montrait qu’elle avait bien des connaissances et de la lecture. Je finis par lui offrir mon bras pour l’accompagner chez elle. Arrivés à sa porte, elle me dit qu’elle n’acceptait pas de visites, qu’elle n’était pas riche, qu’elle était mal logée et qu’elle avait presque honte de me faire monter. J’y passai plusieurs heures. Cette femme parle parfaitemt sa langue, lit en outre l’italien et l’anglais, je trouvai sur sa table l’Arioste, le Tasse, Milton, La Fontaine, etc. Quand je voulus m’en aller, elle me donna son adresse : Mme Dupertois, rue St Thomas du Louvre en face de l’hôtel de Longueville, no 28.

Attendu qu’elle sait, le lui ayant souvent déjà dit, que je suis très timide, elle me proposa de venir au secours de ma timidité. Cependant, je me tirai d’affaire en lui promettant de revenir une autre fois ; je doute que cela arrive car cette femme est en effet bien plus dangereuse par son intelligence et ses manières que la plus belle nymphe du Palais Royal. Le soir, chez Douborowsky qui me parla d’un certain Douborinsky, le fils de la Czarine, un jeune homme de 25 ans qui était à Paris il y a quelques temps et y dépensa en un tournemain plus d’un million. Le père en serait le roi de Pologne. La czarine, célèbre entr autres pour ses favoris, a pour ceux-ci un appartement particulier où ils vont dès qu’ils sont élus, ce qui est le plus souvent négocié par l’entremise d’un général ; ils ont une table de 20 à 30 couverts et quand la czarine ne veut plus d’eux ils sont généralement dédommagés avec 20 ou 30 000 roubles, des décorations, des charges, etc.

 

le 12 janv. C’est pour ainsi dire la première fois que j’ai arrêté le dessin d’une petite maison qui, pourvue tout simplement d’une seule pièce, me permit d’en faire le plan, la coupe et l’élévation. Voilà par où j’aurais dû commencer depuis longtemps et ne pas m’entêter à tirer aussitôt les plans d’une grande maison, ce qui bien sûr ne pouvait que me décourager, tout comme si je voulais lire un livre écrit dans une langue dont j’ignorerais les rudiments. On parle à nouveau d’un tumulte qui a eu lieu cet après-midi aux Champs Elysées.

 

le 14 janv. Delanoy, Fleuret et Allaix sont venus me voir. J’ai fini l’élévation de la caserne. Hier, alors que je m’en revenais au logis à 10 heures, je croisai une civière sur laquelle ont portait un homme bien mis. Une minute avant que j’y passe, il avait reçu deux coups de couteau au Palais Royal. On avait arrêté les deux meurtriers. L’homme vivait encore.

 

  • 1 Le nom de l’hôtel est illisible.

le 18 janv. De bonne heure chez Delanoy ; il me donna des plans à emporter chez moi, je me mis sur-le-champ à dessiner celui de l’Hôtel***1 Sur le soir, un tour sur les quais pour voir les estampes. Mais on emballait déjà. Je rencontrai un jeune garçon qui, dans un petit panier, trimbalait toutes sortes de choses à vendre. Je lui achetai un calendrier. Je fis un bout de chemin avec lui et nous conversâmes ensemble. Il me dit qu’il était Auvergnat, et je lui demandai pourquoi il portait les cheveux en queue et non coupés comme les Savoyards. Il me répondit que ce n’était pas la coutume dans son pays et qu’on n’y verrait jamais personne les cheveux plats ; il ne se les couperait pas même pour 2 Louis d’or (il voulait me laisser toute sa pacotille pour un Louis), car les autres se moqueraient de lui et l’appelleraient le Tondu.

Le drôle m’avait dupé et profité de la pénombre pour me donner un calendrier de 89. Le soir, j’ai travaillé à la liste de mes lettres.

 

le 19 janv. Point de sortie. Allaix chez moi le soir. Delanoy aussi.

 

  • 2 Il faut sans doute lire : 1er février.

Le 20 janv. Je me suis abonné pour 3 mois à la Gazette nationale à partir du 1er janvier2 ; fini le plan de l’Hôtel. Le soir chez Delanoy.

 

dimanche 25, 26, 27, 28, 29 janv. Ces jours-ci, je restai le plus souvent au logis et dessinai. Je ne sortis que le soir ; avec Delanoy chez Munnich.

Un soir chez Douborowsky ; chez Waechter ; chez Mlle Baletti qui n’y était pas. Passé prendre Reinewald à l’Hôtel d’Espagne pour aller avec lui à l’Hôtel de Bouillon à la vente des livres. Nous demeurâmes quelque temps dans l’Hôtel avant de partir car il vint des Députés de Besançon dont deux me parurent des hommes intelligents. Nous parlâmes de la liberté des nègres, une question dont à présent tout le monde dispute. Tous les gens raisonnables, de bon sens, impartiaux semblent contre ; tandis que ceux dont le cœur est bon et sensible, mais la vue courte sont pour. A l’Hôtel de Bouillon, il se vendit entr’autres plusieurs livres allemands et anglais, ces derniers surtout s’en allèrent à vil prix. La connaissance qu’ont les libraires des volumes anciens et véritables, de la qualité des éditions, de leur plus ou moins grande valeur, des prix auxquels ils se sont vendus dans telle ou telle bibliothèque est vraiment digne d’admiration, et on la trouve souvent même chez les bouquinistes qui ont les échoppes les plus mal tenues. Il n’est pas un capitaine de régiment qui connaisse mieux son annuaire militaire que ces gens le catalogue des livres rares et véritables. Leur science est si étendue qu’il est extrêmement rare d’acheter ici un livre véritable par hazard quoiqu’il se vende par les rues des centaines de mille de volumes comme bouquins. La « Galerie du Luxembourg » se vendit pour 7 Louis, « Seba » pour 36 Liv., en anglais. L’ignorance des Français en matière de langue étrangères est souvent si grande que même des gens dont on devrait présumer quelques connaissances ne sont pas capables de distinguer les différentes langues. C’est ainsi qu’un abbé disputait avec son voisin, pendant cette vente, si un livre qu’ils avaient devant eux était écrit en anglais ou en espagnol.

Après la vente, je suis allé avec Reinewald prendre le thé chez Douborowsky.

  • 3 « …qu’il n’y en eut un qui… ».*

P.S. Au sujet d’hier, j’ai oublié de noter que j’ai été au Café de la Régence et que je me suis informé des grands joueurs d’échecs. Philidor est regardé comme étant le plus grand, après lui c’est un Italien, Verdoni, puis vient un certain *** avec une physionomie singulière dans laquelle un Lavater aurait bien de la peine à lire. Je rencontrai beaucoup de physionomie marquées dans ce café où Rousseau avait joué aux échecs. Non seulement le cafetier n’est plus le même, mais le lieu a changé lui aussi, le Café de la Régence ayant été reculé à cause de l’élargissement de la rue. De Rousseau on dit qu’il était un joueur médiocre. Je demandai si de longtemps il n’y en avait eu ici de forts. « Non, Monsieur, il y a très longtemps qu’il y avait un qui eut marqué »3. C’est donc le terme technique dans un café pour un homme fort aux échecs : il a « marqué ».

 

le 30 janv. […] Un trait de la façon de penser des Parisiens :

Dans une maison de la rue Traversière, un locataire tomba par la fenêtre du 8e étage. Naturellement, tous ses membres étaient rompus, sa cervelle avait jailli et son corps était dans le plus triste état. L’hôtesse était assise sous le porche avec sa fille et elle vit l’effroyable spectacle ; or son premier geste fut de courir vers l’infortuné et de lui prendre son argent et sa montre, car, expliqua-t-elle après, il devait encore un mois de loyer. Je ne sais ce qu’il faut le plus admirer de la présence d’esprit ou du manque total de sentiment et de compassion. Le fait est exact, et arrivé devant ***.

Les Français ont fait une découverte importante : ils ont trouvé que Abé Mauri était le nom de Mirabeau dont on a permuté les lettres.

 

le 2 février. Ce matin au Café du Luxembourg pour prendre un café en compagnie de Le Comte. Ici, on boit notoirement le meilleur café de Paris, sans compter que tout y est plus champêtre, moins fastueux et que tout à côté il y a la magnifique promenade. Chez les Harwey ; de leur chambre on a une vue splendide sur Paris du côté de Vaugirard, etc.

J’ai dessiné une maison avec une arcade, elle se trouve dans le jardin d’un cloître. Puis je traversai le Palais du Luxembourg et allai à St Sulpice ; dans la rue Garancière, près de l’église, il y a quelques édifices singuliers, entre autres une maison avec des pilastres d’ordre ionique où au lieu de volutes il y a des têtes de béliers. Les bases des piliers sont omises mais indiquées en coupe. Une autre maison neuve dans cette rue a de gracieux avants-corps. Retour au logis. Ayant toutefois commencé à sortir je voulus continuer ainsi ma journée. Chez Gambs. Où je rencontrai ***.

Puis par la rue de Grenelle vers les Invalides. Il y a de très beaux hôtels dans cette rue. Entre autres, le portail de l’Hôtel de Maillebois me plus tout particulièrement. La chapelle de l’Abbaye Royale de Panthemont est de Contant, mais elle ne dit pas grand’chose ; l’ordre ionique qui y règne est trop grand pour l’intérieur ; les volutes sont mal faites, et cela vous frappe.

L’Hôtel Royal des Invalides : Extérieurement, l’architecture n’a rien qui la distingue, cependant elle n’est pas sans caractère. L’idée d’un portail enchâssé dans une grande arcade ne semble pas des plus heureuses. La cour intérieure et centrale est entourée d’une double rangée d’arcades superposées qui donnent à l’ensemble grâce et légèreté. L’avant-corps au milieu devant l’église devrait davantage faire masse, or il est constitué de deux ordres de colonnes superposées qui sont disparates. La disposition intérieure est sans contredit tout ce qu’il y a d’admirable en fait de commodité. Quand même F édifice ne toucherait pas par le caractère de son architecture, il le ferait par sa destination qui est noble, charitable, généreuse. Quelle impression sublime doit être celle d’un Français au grand cœur qui marche parmi ces invalides vénérables et voit les défenseurs de ses pères ! Mon inévitable préjugé envers la Nation, la pensée que ce furent ces gens qui tirèrent sur mes compatriotes à Fontenoi, à Hastenbeck, à Blenheim m’interdisait d’aussi agréables sensations. Je n’en éprouvai pas moins quelque irritation contre plusieurs jeunes soldats de la Milice nationale qui se promenaient d’un air triomphant au milieu de ces vénérables vieillards et se glorifiaient d’une liberté imaginaire, se croyant plus braves et plus grands que ces défenseurs éprouvés de leur roi, mutilés à la guerre. Ceux-ci toutefois doivent trouver le temps long dans cette maison ; ils ont bien la permission de sortir, ils font même des gardes, malheureusement la plupart restent au logis et s’ennuient excessivement. S’ils étaient répartis dans le pays, la considération qu’ils inspireraient dans leur village ou dans leur district, l’envie qu’on aurait de les écouter quand ils raconteraient leurs actions, l’amour pour le roi et le métier des armes qu’ils répandraient autour d’eux, tout cela les dédommagerait, les divertirait et les rendrait plus utiles. Il serait intéressant que l’un d’eux, vivant en leur sein et possédant assez de patience, d’intelligence et de connaissance des hommes recueillît et cherchât à ordonner les différentes anecdotes touchant aux batailles, événements militaires et autres faits que ces gens connaissent ou doivent connaître. Il faudrait qu’il eût le don de savoir tirer bon parti de chaque individu, au bon moment, de vérifier exactement chaque anecdote et de la rapprocher des autres sans avoir l’air d’y faire attention, car sinon on lui ferait gober pas mal de faussetés. La nuit tombait et je m’en revins chez moi. Le soir, chez Douborowsky et chez Reinewald.

 

le 3 fév. Delanoy m’invita à aller au Théâtre de Monsieur, Foire St-Germain, avec lui, David et quelqu’un du nom de Quatremère qui fournit les articles sur le théâtre dans le « Moniteur universel », ainsi que quelques autres artistes italiens. Je ne me repentis pas, la pièce « La Vuona Figliola » fut jouée à merveille, et j’eus le plaisir de voir le grand compositeur Piccini en personne diriger l’orchestre. David et nous tous donnâmes le branle aux applaudissements, nous fûmes suivis, le vieil homme fut content. Ses deux filles, dont une fort jolie brune avec une physionomie italienne du genre de celles que peignait Léonard de Vinci, étaient dans la première loge. Mlle Balleti eut beaucoup de succès.

 

  • 4 Ici, lacune du manuscrit. On connaît les circonstances dans lesquelles Foulon et son gendre Berthie (...)

le 4 fév. Le roi se rendit aujourd’hui à l’Assemblée et y prononça un très beau discours. Il y eut des illuminations le soir à cette occasion. Je fus chez Ravoisé, puis j’allai avec Rousseau sur la Place de Grève où l’Hôtel de Ville était illuminé. Je me trouvai sous le fameux réverbère qui pend au coin d’une maison au-dessus d’un buste. La maison, au rez-de-chaussée, est une Fabrique de Chocolat. J’étais sur la place où Foulon tomba à terre deux fois sur les genoux lorsque la corde se rompit, où Bertier, désespérément, se […]4. Maintenant, il y a un poste de garde sous la lanterne. J’accompagnai Rousseau sur les quais, puis au Palais Royal. L’illumination des hôtels qui sont sur les rives est très belle à voir, il faut se placer sur l’un des ponts pour bien jouir de la perspective. Je soupai chez Ravoisée.

 

le 14 fév. Je ne pus rien voir de la grande procession qui eut lieu aujourd’hui quoique, Delanoy et moi, nous fîmes le tour de tous les ponts ; nous en fûmes dédommagés par quelques très jolies figures que nous vîmes parmi la multitude des spectateurs. La cérémonie consistait en un grand Te Deum chanté dans l’église de Notre-Dame et où toute la municipalité et l’Assemblée nationale se rendirent en cortège solennel. A midi au logis où je me contentai de vin et de biscuits. L’après-midi chez Ravoisé, puis chez *** où il y avait deux demoiselles *** de Strasbourg, filles d’un commis chez *** et Mlle Farman. Les jeunes filles avaient grande [envie] de faire un pas coulé et malheureusement personne d’autre que moi ne savait cette danse. Chez le vieux Ravoisé où je soupai ensuite, non sans y avoir rencontré auparavant l’auteur de la feuille Assemblée nationale Séance, etc., de Beaulieu. Il promit de nous emmener un de ces jours à l’Assemblée pour faire la connaissance des divers députés que l’on nomme Enragés.

 

le 16 fév. J’étais en train de balancer si j’irais à la bibliothèque ou non lorsque Rieger arriva et me décida à sortir avec lui. Nous parcourûmes la Foire de St Germain, le Luxembourg où je déjeunai, puis nous prîmes vers la Porte St Bernard, passâmes sur les ponts, arrivâmes Place de Grève où il y avait justement une revue militaire, et à l’Hôtel de Ville. L’escalier que l’on monte pour aller dans la cour fait un bel effet, il est dans le goût italien. La cour est assez belle, il s’y trouve la statue de Louis XIV, dans les frises et sur les murs sont inscrits en lettres d’or sur des plaques noires les différents événements mémorables dans l’ordre chronologique où ils sont survenus, tels que les traités de paix, les mariages des rois, les naissances des Dauphins. C’est par ce moyen que l’Histoire est répandue dans toutes les classes du peuple, et c’est de là que provient – je pense – la connaissance si exacte qu’ont les Français de l’année et du jour des événements mémorables de leur Histoire. Nous passâmes devant le portail de St Gervais, suivîmes le Quai de la Ferraille, traversâmes le Palais Royal pour aller chez Rieger où je dînai. Sur les 6 heures, Palais Royal et académies de billard. Dans l’une d’elles, on ne jouait pas, on se contentait de parier ; le marqueur prenait 8 billes, se mettait au milieu du petit côté et, des deux mains envoyait ces 8 billes du côté opposé dans la blouse du coin gauche ; on pariait alors sur le nombre de celles qui resteraient dehors et de celles qui tomberaient. Les écus volaient sur le billard comme si l’argent ne manquait pas partout à la ronde. D’une façon générale, il semble bien que le jeu fasse à présent plus de ravage que jamais ; un jeune homme de condition ordinaire a gagné il y a quelques jours, avec 18 Liv. dans sa bourse, 100 000 Liv. Cette passion du jeu a sans doute été toujours vive à Paris, mais qu’elle soit maintenant poussée à cette extrémité vient – je pense – de la surveillance plus relâchée de la police ; de la situation désespérée de bien des gens qui cherchent l’occasion de se tirer d’affaire… ou de tout perdre ; de l’état de désorganisation des esprits causé par des désagréments plus nombreux que jamais ; de la disparition des moyens de gagner sa vie comme on le faisait auparavant et de la nécessité d’en trouver d’autres ; du manque de divertissements publics et de sûreté dans les lieux de plaisirs (Pal. Roy., Comédies, promenades, où tout est sans dessus dessous), on préfère dès lors s’enfermer chez soi ; etc. etc. Chez Allaix, puis chez M. Faine où étaient Mlle Join, Mlle Pusilier, Farman, Vaudran. Nous dansâmes le pas glissé, jouâmes à colin-maillard et eûmes un petit soupé. Je rentrai au logis à minuit et demi, mais je rencontrai encore beaucoup de monde dans les rues à cause du Mardi Gras.

 

les 18, 19, 20 février. Demeuré le plus souvent chez moi, le soir chez Douborowsky ou Delanoy.

  • 5 Il s’agit du 19 février 1790.*
  • 6 Thomas Mahy marquis de Favras (né en 1745 à Blois). Vraisemblablement victime d’une machination. Il (...)
  • 7 lacune du manuscrit. Il s’agit sans doute du procès lui-même.*

Aujourd’hui5, le Marquis de Favras6 a été exécuté, l’affluence était considérable, la Place de Grève environnée de troupes. Il n’était pas possible de se frayer un chemin au travers de la multitude. La cruauté que la foule montra à cette occasion prouve de nouveau la nature féroce et impitoyable de ce peuple, ses sentiments vils et sa furie dévastatrice. Chez nous en Allemagne, quel que soit le crime commis par le malheureux, la foule assiste avec compassion et en frémissant à une telle exécution, elle va même jusqu’à détourner la tête dans l’instant horrible du passage de la vie au trépas, elle baisse les yeux et dit pieusement un pater pour l’âme du pauvre pécheur. Ici, la foule demandait la tête d’un homme qui pourtant ne lui avait rien fait ; ici, elle applaudissait à tout rompre quand l’infortuné, avec une incroyable fermeté, fit amende honorable devant l’église ; ici, elle poussait des cris d’allégresse lorsqu’on le conduisit sur le lieu du supplice, et elle criait ses cruels, ses atroces bravos aux oreilles de ce pauvre Favras. Ici, elle ne pouvait contenir sa rage. Quand, pour faire son testament, […]7 plongeant les assistants dans le plus grand étonnement par son sang-froid, elle avait exigé violemment qu’on lui rabattît son caquet afin qu’elle ne fût pas contrainte à attendre plus longtemps le beau spectacle de sa pendaison. Il était encore sur l’échelle quand il se tourna vers la foule et lui recommanda avec la plus grande résignation, le calme le plus extraordinaire, sa femme et ses enfants, proclama encore une fois son innocence, puis, se tournant vers le bourreau lui dit : « Fais ton devoir ». Le bourreau le fit, mais en tremblant, attendri aux larmes, si bien que l’infortuné souffrit longtemps – tandis que la foule n’en finissait pas d’applaudir, de faire des bons mots au sujet de ses grimaces et de ses souffrances. Voilà le peuple humain et doux qui prétent être libre – libre, si c’est ainsi qu’il entend user de sa liberté. Aussi longtemps qu’il était soumis à un sceptre de fer, il était doux, bon, aimable. Maintenant, il est cruel, terrible, injuste. Malheur au pays assez inhumain pour refuser sa pitié à l’infortuné condamné, pour railler celui qui souffre et meurt horriblement, pour se délecter au sang versé.

 

  • 8 [« …die wir jetzt bey unsern jungen gelehrten oder galanten Damens und bey unsern Jockeis-Seigneurs (...)

le 22 fév. Reinewald étant chez lui, j’allai le voir. Nous descendîmes le boulevard, puis prîmes par quelques rues jusqu’au Quartier du Temple. Ici, Paris a un tout autre aspect. Le lieu est calme, peu fréquenté, mais point pauvre. Les grands palais y paraissent inhabités. On y voit l’antique carrosse d’une vieille duchesse retirée qui ne connaît pas le Palais Royal. On n’y voit que de vieilles gens qui ignorent le monde nouveau et le haïssent, à qui toute nouveauté répugne, chaque jour valant l’autre. La Révolution y est une chose inconcevable et la nouvelle Constitution le poison produit par la philosophie moderne. La philosophie et ses lumières y ont été battues en brèche, car seuls d’antiques préjugés bien enracinés y prédominent. C’est ici qu’il faut chercher les mœurs gothiques, les modes et le train de vie de l’ancien régime ; peut-être aussi ne trouvera-t-on qu’en cet endroit l’ancien ton, celui qui rendait les Français si aimables et que nous ne connaissons plus que par ouï-dire : la fameuse galanterie chevaleresque, le caractère enjoué, l’air fringant, cette douceur de vivre que nous ne trouvons pas maintenant chez nos jeunes femmes savantes ou galantes8 et chez nos Jockeys-Seigneurs.

Nous entrâmes dans une église, les Capucins au Marais ; elle est lambrissée presque jusqu’à la voûte de la nef. Quelques tableaux y sont accrochés, ils ne font pas bel effet sur le bois. Le Temple même est l’asile des débiteurs. La toute-puissance de l’huissier s’arrête ici sur le seuil. On trouve de tout dans cet enclos qui appartient à l’Ordre de Malte. Le Duc d’Angoulême, fils du Comte d’Artois en est le Grand-Maître. Il y a ici des hôtels garnis, des bains, des cafés, des marchands de toute sorte. Une vieille et vénérable église, à côté un cloître qui sert maintenant de passage, un jardin sans ornement, ténébreux, s’accordant bien à la bâtisse flanquée de 4 tours qui est une prison dans laquelle le grand Condé fut autrefois enfermé, tout cela témoigne de l’ancienneté des lieux. Qui n’a jamais vu la Bastille n’a qu’à regarder cet édifice, il est bien dans le même style et en a le même caractère, sinon que la première était plus grande et plus vaste. Nous soupâmes à l’Hôtel d’Espagne ; puis chez Douborowsky.

 

  • 9 Plus tard la Halle aux vins, actuellement la Faculté des Sciences de Jussieu.*

le 26 fév. Douborowsky est venu me prendre. Reinewald nous avait donné rendez-vous devant la maison. Nous allâmes à l’Abbaye St Victor9. […] Vue surtout du jardin, l’église a un aspect gothique intéressant. Quand on s’avance, à chaque pas on découvre une diversité, une variété, je dirais presque une confusion des formes qui nous frappe par ce qu’elle a d’insolite et d’inattendu. C’est bien là que réside la magie du Gothique jugé par rapport à l’Antiquité. […]

Nous voici dans la bibliothèque. Elle est surtout célèbre à cause de ses manuscrits, mais ceux-ci sont dans le plus grand désordre car on a ajouté à la bibliothèque une aile qui n’est pas achevée et ne le sera probablement jamais. Nous y vîmes le livre d’Heures de Philippe le Bel orné de miniatures aux charmantes couleurs, de bordures et de grotesques. Deux des arabesques de Raphaël. La dorure, dans ces livres, est d’une beauté extraordinaire. – Des tablettes de cire sur lesquelles sont inscrites les dépenses d’un voyage de ***. – Une Bible de Fust de Mayence de 62 ; celle de la Sorbonne est de 60. – Un superbe Coran dans lequel un ambassadeur turc a écrit quelque chose en turc sur la page de titre après avoir fait le signe de la croix devant le livre et l’avoir baisé respectueusement. Vraisemblablement par négligence, on nous faisait pleinement confiance, nous aurions pu enlever ce que nous voulions. Des personnes à la conscience moins scrupuleuse que la nôtre n’eussent pas manqué d’emporter maint feuillet important. […]

 

le 27 fév. […] Il ne reste plus rien de la Bastille. On en est au fondement. […]

 

le 4 mars. Je suis allé à la Monnaie avec Delanoy. L’un des édifices de Paris le plus parfait, le plus achevé et qui convient le mieux à l’objet de sa destination. Tout ce qui touche la monnaie est exécuté ici au grand complet et dans ses moindres détails. Tout y respire la solidité et l’utilité. La petite chapelle est particulièrement agréable et charmante ; le vestibule qui conduit à la grande salle est riche, peut-être trop riche, ainsi que la salle elle-même dont les détails – autant sous le rapport des ornements que des meubles – ont de très jolies formes antiques. C’est dans cette salle que M. Sage, que j’eus l’honneur de rencontrer ici, fait son cours public de Chimie et Minéralogie. Une [collection] d’Histoire naturelle pour ces matières se trouve dans des cabinets attenants. […]

 

le 7 mars. Avec Delanoy et Allaix chez David qui n’y était pas, puis traversé les Tuileries pour aller aux barrières. Aux Champs-Elysées, nous rencontrâmes une foule innombrable, de même que, sur le chemin du Bois de Boulogne, cabriolets et voitures touchaient les uns aux autres. Cette foule était si nombreuse dans toutes les promenades publiques, mais surtout aux Tuileries, qu’il [fallait] poster des gardes pour prévenir les désordres que la presse ne manquerait pas d’occasionner à l’entrée et à la sortie. Aujourd’hui, il faisait beau et chaud pour la première fois de l’année, chacun voulait profiter du beau temps. Les toilettes les plus élégantes, les plus beaux équipages, tout ce qui n’avait plus paru depuis la Révolution était exhumé. Et on n’eût pas dit que le moindre changement était survenu, tant sous le rapport du genre de vie que sous celui des richesses ; on n’eût même rien remarqué du tout si l’attention n’avait été attirée, aux Champs-Elysés, par la revue d’une division de la Garde nationale. Ces revues, ces uniformes, ces épaulettes, etc., voilà le jouet qu’on a donné aux Français pour se divertir ; depuis qu’ils ne chantent plus, il jouent avec des fusils. Attendu que tous prétendent se distinguer et que l’idée leur plaît de porter un plumet vert et une écharpe avec deux pistolets passés dedans – l’uniforme des Chasseurs – ils veulent tous être Chasseurs ; quant aux plus grands qui croient encore hausser leur taille d’une aune en mettant le ridicule bonnet à poil et se donner ainsi de l’importance, ils voulaient être grenadiers. Les sapeurs (à chaque compagnie l’un deux marchait en tête) plaisaient fort aux Parisiens. Quelle farce ! Ils s’étaient laissé pousser la barbe, elle leur couvrait tout le visage, on ne voyait que leurs yeux qu’ils roulaient pour se donner l’air redoutable. C’est avec des sentiments d’admiration et de fierté que le Parisien républicain regardait ces terribles troupes. Il lui paraît inconcevable que le roi de Prusse puisse avoir une meilleure armée, et il ne craint pas les puissances coalisées de tous les empereurs et rois d’Europe. Il soutient qu’avec les 1 800 000 Français qui soi-disant constituent la Milice nationale il peut conquérir le monde s’il en a envie, mais qu’étant généreux il se contente de vivre en paix et de simplement prouver son ardeur guerrière dans les revues passées sur les Champs-Elysées. Et pour preuve de sa puissance, il invoque la grande barbe des sapeurs et les pistolets à la ceinture des Chasseurs !

Nous visitâmes avec Allaix la Barrière de la Conférence. L’intérieur est extrêmement solide et durable, et conforme à l’extérieur pour autant que ce soient des masses lourdes et grossières. Du balcon de cette barrière, on a un très beau point de vue sur les montagnes voisines du côté de Montmorency. […]

Après m’être contenté chez moi d’une tartine beurrée et d’un verre de vin, je sortis pour examiner l’Ecole militaire de l’extérieur. Sa situation en fait vraiment un lieu d’instruction par excellence. Je m’imagine le vaste Champ de mars rempli de cadets se livrant à des exercices du corps. Je m’imagine les vastes salles du bâtiment, silencieuses et à l’écart, faites pour l’étude ; les dortoirs calmes et bien aérés, partout des perspectives riantes et gaies. Il faut reconnaître que tous les édifices Louis XIV [ont] un caractère de majesté qui est encore rehaussé par leurs belles dimensions, la splendeur de leurs masses et la noblesse de leurs destinations. L’Ecole militaire, les Invalides sont de cette sorte. Il est triste de voir que, dans la première, l’objet n’est pas rempli et d’apprendre que ce bâtiment sert à présent d’entrepôt de fromage et de magasin de farine. Sur le soir je rencontrai Kolovatschefsky avec lequel je bus du punch et mangeai des gaufres.

 

le 10 mars. Dans quelques églises de la rue du Bac ; rien remarqué de particulier. Une triste journée vu que l’état de mes finances ne me permet plus de manger et que l’espoir que j’avais d’être payé aujourd’hui a été déçu. Le soir, Delanoy a été chez moi. J’ai vendu mes boucles d’argent pour avoir ne serait-ce que de la menue monnaie en poche.

 

le 13 mars. Reinewald m’avait fait dire qu’il viendrait me chercher. Nous allâmes ensemble à l’église des Prémontrés à la Croix rouge, puis vers le Luxembourg par la belle rue du Cherche Midi. Les Carmes Déchaussés ont près de là, dans la rue de Vaugirard, leur église et leur couvent. Nous entrâmes. […] – Leur jardin est simple et plutôt fait pour rapporter ; pourtant ça-et-là il y a quelques bosquets qui sont d’autant plus agréables qu’ils sont plus rares à cause de la mise en rapport. Une fort bonne idée. Ici aussi les Corps de garde, l’Etat-Major et les casernes ont établi leurs campements, contraste singulier avec le silence et l’isolement de l’enclos, contraste singulier, mais combien désagréable. […]

 

le 17 mars. Chez Reinewald, longé avec le boulevard et quelques rues du Quartier du Marais. En chemin, près de l’Hôtel de Richelieu, nous croisâmes un député que la Garde, en pleine rue, emmenait au Corps de Garde. C’est un député de Rouen du nom de Lucas (après, j’ai appris que ceci était faux). Il ne paraissait pas avoir toute sa raison, il déclamait et poussait de grands cris. Il aurait déjà eu à plusieurs reprises des accès de folie. Quoi qu’il ait fait, il n’en est pas moins peu convenable qu’un député soit ainsi, en pleine rue, la risée d’une foule qui a pour devoir d’obéir aux décrets du Corps auquel il appartient, et de les respecter. […]

 

le 20 mars. Avec Reinewald chez Le Brun dans la rue de Cléry. Cet homme dont la femme est la célèbre Mme Le Brun a fait une spéculation consistant à bâtir une maison, avec une grande salle environnée de galeries et éclairée d’en haut. C’est dans cette salle que se font les expositions publiques de tableaux et d’autres choses de valeur qui doivent être vendues à l’enchère. En échange, ainsi que pour les autres besognes qu’il prend toutes à charge, il reçoit 10 pour cent. Par contre, le vendeur n’a plus à s’occuper de rien : On vient chercher les tableaux chez lui, les accroche, les numérote, on confectionne un catalogue raisonné, en distribue environ 3-400 exemplaires, vend le reste, on fait paraître un avis dans les Petites Affiches, on paie les suisses et autres personnes qui assistent tant à l’exposition qu’à la vente telles que par ex. notaire, huissier, secrétaire, etc. etc. On pourvoit à l’illumination, au paiement, en bref à tous les détails nécessaires. A vrai dire, 10/°° c’est beaucoup, car rares sont les ventes où il ne se vend pas pour 100 000 Livres. Quand c’est une vente de tableaux, les galeries disparaissent derrière une tenture verte – et les peintures y sont accrochées. Cette vente était d’un certain M. Marin *** que l’on a accusé d’avoir imité des billets de la Caisse d’escompte ; il le fit avec tant de finesse qu’on n’a jamais pu découvrir le pot aux roses. Il y avait de très beaux morceaux dans cette collection, quelques-uns de l’école italienne, un grand nombre de l’école flamande ; particulièrement remarquables en fait de paysages, ils étaient *** de Ruysdal, *** de Wouwermann […], *** […]

  • 10 Besenval.

J’y ai rencontré le fameux Besenwald10. C’est un homme déjà avancé en âge, grand, les cheveux gris, rien d’un petit maître, mais avec ce ton de cour exquis si particulier qu’il est inimitable et ne s’acquiert qu’au prix de 40 ans d’expérience ; on ne saurait dire en vérité en quoi il consiste, tellement les nuances en sont délicates. Après cela, nous primes par quelques rues du quartier derrière la rue de la Ferronerie vers le fleuve. […]

 

le 21 mars. Avec Delanoy à l’exposition de peinture ; y ait fait la connaissance d’un amateur, Maurice, qui a, dit-on, de belles choses et qui a gagné autrefois beaucoup d’argent en Russie en peignant des portraits médiocres. L’après-midi au Palais Royal, le soir soupé chez Ravoisé.

Cet après-midi, j’ai reçu des lettres de Schiller et de Muller. Quel ne fut pas mon étonnement lorsque j’appris dans les premières le mariage avec ma cousine ; des sentiments singuliers, désagréables agitèrent mon âme. Tout est vain désormais, je n’ai plus personne qui soit censé avoir pour moi un intérêt exclusif. Quel n’est pas le malheur de l’homme qui ne saurait dire : il existe au moins une âme au monde qui t’aime davantage que tous les autres êtres humains ne sont aimés d’elle. Quel malheur pour celui dont le cœur ne désire rien plus ardemment que d’aimer et rendre l’amour. Mais aussi : que cette façon de penser exclusive est intéressée, qu’elle est odieuse ! Je fus submergé par un horrible flot de réflexions, je m’enfermai dans ma chambre et pleurai. – La lettre de Senkenberg ne ranima guère mon courage, attendu que Caroline m’écrit elle aussi avec tant de froideur.

 

le 26 mars. Lichtenstein arriva, nous nous rendîmes ensemble dans les salles du Louvre. […] De là, nous allâmes voir M. Robert, l’habile peintre des ruines ; il avait dessiné à Merville un jardin anglais pour M. La Borde de Merville. Il en a peint quelques parties qui semblent être fort belles au naturel, quoique les figures qu’on voit disséminées sur le tableau ajoutent beaucoup à leur charme. […]

 

le 29 mars. Chez Slompf, pour aller prendre mon argent.

 

le 30 mars. J’ai payé mes dettes, petites et grosses.

 

le 31 mars. Avec Delanoy à l’Assemblée générale. Soirée au billard avec Lichtenstain, puis soupé au Palais Royal.

 

  • 11 Il s’agit à l’évidence de Duval d’Eprémesnil, ancien parlementaire guillotiné en 1794, victime d’un (...)

Le 2 avril. Nous (Lichtenstain) jouâmes de nouveau chez Masson. Après cela, j’allai à l’Assemblée nationale avec un billet. Par bonheur, je pus encore avoir, juste au-dessus du Président, une très bonne place que le suisse qui était en faction me céda. A côté de moi était assise une fort belle demoiselle d’Orléans. On parlait de l’Affaire de la Compagnie des Indes. Un abbé, M. Duport, Neirac, le baron de Cazalès, Duprémerit11 surtout parlèrent de cette question, le dernier fit de la chose un exposé si clair qu’il ne subsista plus aucun doute. Il était pour une seule Compagnie. Cela fini, je redescendis et me mêlai parmi les députés.

 

les 4-5 avril. Passé ces deux journées au logis, travaillé aux manuscrits de la Bastille et du Masque de fer.

 

le 11 avril. Perrodin m’avait donné rendez-vous pour 7 heures au Café de Chartres. Je lui apportai mon paquet qui contenait ce qui suit : […] 1 paquet à Schiller :

  • 12 le contexte ne nous éclaire pas sur l’importance de cette question.

1) Une lettre pour lui datée du 12 avril.
Le manuscrit du Masque [de fer],
de la Prise de la Bastille,
le plan de la Bastille.
le manuscr. au sujet de l’abonnement de linge12.
un discours imprimé de Quatremère sur les spectacles.
[…]

Perrodin m’a emmené avec lui dans le Club allemand nouvellement créé qui ressemble à nos Sociétés de lecture. Ce sont surtout des Suisses qui y sont. L’assortiment de livres, jusqu’à présent, n’est pas encore important. On paie 12 Livres d’entrée et 4 Livres par moi. A certaines dates, il y a un grand repas qui coûte 45 Sols par personne ; qui ne vient pas paie la moitié. De même l’absence aux assemblées consacrées à des délibérations est punie d’une amende. On élit un Président, un Secrétaire, des caissiers, etc. Une pièce est réservée aux fumeurs. On y joue aussi aux échecs. Meister, l’auteur de plusieurs écrits, est membre, ainsi qu’un riche banquier du nom de Schweizer et quelques autres.

A midi chez Lichtenstain ; point de dîner. Le soir au Club allemand, très peu de membres étaient présents, un fort orage étant survenu et la pluie ne cessant pas ; je fis quelques parties d’échecs.

 

le 15 avril. Dîné chez Rieger. Pour la première fois depuis 2 ans, j’ai tiré avec un fusil appartenant à un Garde du Corps et qu’on avait enlevé aux Invalides pendant les désordres. De la fenêtre, nous tuâmes un moineau dans le jardin.

 

le 16 avril. Chez Ravoisé. Allaix m’a tiré d’un grand embarras en m’avançant une somme d’argent. Le soir fait les armes dans une salle d’armes.

 

le 20 avril. Ce matin, Rieger vint chez moi. Nous jouâmes chez Masson quelques parties de billard. J’attendis ensuite au logis l’Irlandais. Me rendis chez le Russe *** où je rencontrai l’aumônier de l’ambassade de Russie et convins avec lui d’une partie de promenade à Versailles. Puis au Palais Royal, billard avec Lichtenstain, gagnai 25 Liv. Chez moi ; à ma leçon d’anglais ; au Palais Royal avec Megrien, bu du punch et rencontré un Franconien de Nuremberg. – J’allai il y a quelques jours à l’église St Sulpice. La chapelle de la Sainte Vierge, grâce au jour qui tombe d’en haut et éclaire la statue de la mère de Dieu et tout le groupe, est resplendissante de majesté et de lumière. J’étais en train de contempler l’effet produit lorsque je vis un vieil invalide s’agenouiller à côté de moi. Il avait encore le teint éclatant et coloré, mais il était chenu et vénérable ; seuls quelques cheveux blancs lui recouvraient l’arrière de la tête. Il était à genoux juste vis-à-vis de la statue. Quelques peintures ornent aussi cette chapelle ; à droite celle de la mère de Dieu tenant l’Enfant Jésus sur son sein. L’invalide regarda longtemps ce tableau, se leva, s’approcha et l’examina en détail. Ce vieil homme est-il un amateur des beaux arts ? me demandai-je. L’invalide regagna sa place, s’agenouilla et se tourna vers le tableau. Il n’en détournait pas les yeux, se penchant en arrière dans la posture de celui qui veut voir un tableau sous un meilleur éclairage. Son regard brillait, ses lèvres souriaient, une chaleur réconfortante colorait ses joues, il oubliait le monde autour de lui, éperdu d’admiration. Ce n’était point la beauté du tableau, ni l’art du pinceau qui le plongeaient dans cette extase – une mauvaise toile aurait causé le même effet –, c’était son imagination qui lui faisait voir la mère de Dieu et le Sauveur, qui le mettait dans cet état d’exaltation mystique et lui procurait des moments inconnus du philosophe impassible. Il exprimait dans ses attitudes tous ses états d’âme. La tête penchée tantôt d’un côté tantôt de l’autre, les yeux demi-clos et comme implorant le ciel, soudain fixes et grand ouverts, la tête redressée d’un seul coup, la raideur du corps, tous ces mouvements exprimaient alternativement l’amour, la tendresse, la pitié, l’admiration, l’étonnement devant tant de grandeur et de puissance. Cette extase dura environ un quart d’heure. Alors commencèrent ses prières. Il fit des signes de croix à toutes les parties de son corps, les effleura comme il se fait dans les séances de magnétisation, tira un chapelet de sa poche, l’éleva à hauteur de la statue, l’agita comme pour attirer l’attention de la Vierge, puis le porta à ses lèvres et à son cœur. Ces attouchements et démonstrations singuliers se prolongèrent longtemps. Il finit par prendre son livre de prière usé à force d’avoir servi, posé devant lui sur son chapeau et sa canne en travers, il le prit et le tendit de même vers la statue ; puis il se mit à lire, tout en se signant mille fois. Je ne pus m’attarder plus longtemps et attendre la fin de la scène. – Ô heureux et vénérable vieillard, ton âme sensible se livre à cette sorte d’imagination qui mène à la béatitude, réchauffe ton zèle et adoucit tes vieux jours en te rendant désirable le terrible et si proche moment. Qui pourrait se moquer de tes gestes, qui serait assez cruel pour te déranger dans tes rêves bienheureux ! Nous condamnons ces images dans nos églises, mais avons-nous aussi songé à leur effet sur cette catégorie de gens à qui il faut un motif pour mettre en branle leur imagination, laquelle réchauffera leur âme et provoquera des dispositions salutaires à s’élever au-dessus de soi-même ? Je n’oublierai jamais mon invalide dans la chapelle de Marie à St Sulpice, sa vénérable tête chenue, le ravissement et la joie dans son regard, et la rougeur qui empourprait son visage et sa religion qui le rendait si intéressant à mes yeux.

 

le 21 avril. Ce soir, j’ai eu Karamzine chez moi, nous avons pris le thé ensemble et fumé du tabac. Je lui lus la 2e partie du Visionnaire. Nous passâmes une agréable soirée. Karamzine avait la conviction, pour moi nouvelle et surprenante, que tout ce que nous désirons doit nécessairement arriver, sinon notre machine se désorganise en cas de non-accomplissement, mais on se trompe très facilement sur tout ce qui touche ses désirs, tenant souvent pour tel quelque chose qui n’en a que l’apparence.

 

le 23 avril. Allé en voiture avec Lichtenstein au Palais Royal pour changer un billet de 1 000 Liv. Ne pouvant m’en défaire à moins de 4 1/2 ‰ je dus finalement aller dans un cabaret et pour cela m’engager dans un cul-de-sac étroit qui donne à droite dans une cave, de là je pris un mauvais escalier de planches sans rampe, de 2 pieds de large, qui monte directement à une sorte de pièce sombre où la lumière du jour ne pénétra jamais, des bougies étant allumées en plein jour, où les vapeurs de vin empestant l’air, où la plus vile canaille boit le vin frelaté à 8 sols. C’est donc dans ce cabaret que se négocient à présent les richesses de l’Etat, c’est ici que je vis d’un coup payer et changer 20 à 30 000 Livres, c’est dans ce bouge, siège de misère et d’ivrognerie, qu’on entend partout sonner l’or et l’argent, les tables en sont couvertes, c’est tout juste si on y a assez de place pour poser son verre malpropre rempli d’un vin infect. […]

 

le 25 avril. Repas chez Rieger. Soirée chez Douborowsky avec Karamzine. Chez Mlle Bertin et l’Irlandais que je ne vis pas.

 

  • 13 Une maîtresse d’anglais.

le 29 aril. Déjeuné chez Karamzine. Puis chez l’Anglaise13. Presque tout l’après-midi chez Delanoy, la nuit Karamzine chez moi, nous bûmes du thé ensemble.

 

  • 14 A la date du 10 avril 1790, W. v. W. note dans son journal : « Le soir, j’ai pris, avec Delanoy, ma (...)

le 30 avril. Sorti seulement le soir. Delanoy était chez moi, il va à la campagne pour quelques jours, j’en parlerai dans ma lettre à Mme Goffrey14. Karamzine est resté tard chez moi.

 

le 1er mai. Delanoy est parti à midi pour la campagne. Chez Karamzine. Chez Ravoisé avec Rousseau au Palais Royal.

 

le 2 mai. Avec Karamzine sous une très forte pluie chez Reinewald. Ensuite dîné rue Coqueron, pris chez lui le café. Passé, le soir, chez M. Antoine qui n’y était pas, chez Mlle Esse, chez Karamzine.

 

  • 15 C’est-à-dire un carrosse de remise : C’était une voiture admise partout, même à la cour et chez les (...)

le 3 mai. Dans mon hôtel, juste en face de chez moi, une dame et sa fille ont emménagé depuis un mois ; elles sont belles toutes les deux, et surtout mises avec un goût exquis. Elles ont 2 domestiques et tous les jours une remise15. La dame est connue sous le nom de Chevalier. Vu qu’elle a dans son ajustement quelque chose d’une phryné et, m’a-t-on dit aussi, qu’elle fréquentait assidûment les loteries, il ne m’en fallut pas plus pour me dissuader de chercher à les approcher, comme je l’aurais évidemment fait si elles avaient été des personnes de bonnes mœurs. Une de leurs chambrières vint hier matin dans ma chambre et demanda un livre à lire pour la dame, je lui envoyai le « Gil Blas » ; elle le rapporta, je lui envoyai le Journal des modes, elle le rapporta de même ne cherchant apparemment que l’occasion de m’extorquer la question : ses maîtresses consentiraient-elles que je leur rendisse visite ? Aujourd’hui, elles me firent savoir que si je voulais les éclairer sur le Journal des Modes, elles resteraient toute la soirée chez elles. Je refusai et me rendis chez Reinewald en compagnie de Karamzine. Reçu des lettres de Lichtenstain.

 

  • 16 …de contracter une maladie vénérienne.*

le 4 mai. Normann a déjeuné chez moi ; les dames m’ont fait dire qu’elles m invitaient à dîner, je refusai ; néanmoins je promis de venir l’après-midi. Le matin chez Ravoisé, chez quelqu’un du nom de Boisseau, rue Magloire, puis chez Fleuret, Gambs, puis chez les belles. La plus âgée qui se fait passer pour la mère, une femme d’une trentaine d’années, me reçut au lit, prétextant une indisposition ; je dus m’asseoir à ses côtés, et c’est alors que fut mis en œuvre tout un art de la séduction propre à susciter en moi des convoitises pareilles aux siennes. Ce qui était chose facile, mais j’étais préparé et ne pus donc être retenu dans ces dangereux filets. Je pouvais en profiter et ne voulus pas en profiter ; pourtant j’avoue que je dus ce triomphe moins à la timidité qu’à la crainte16. Le soir chez Esse, puis chez moi, j’écrivis quelques lettres et me couchai. […]

 

les 24, 25, 26 mai. Dessiné ; souvent avec Karamzine qui partira bientôt avec Reinewald, chez Allaix, Ravoisé.

 

le 27 mai. Nous sommes allés, Karamzine et moi, aux Thermes de la rue de La Harpe. C’est ici, dit-on, que l’empereur Julien l’Apostat aurait demeuré ; c’est ici que demeurait Charlemagne et ici que – selon Mercier – s’est passée la scène avec sa fille cadette et Eginhard. On ne voit plus rien d’autre qu’une haute et vaste voûte qui est très solide et épaisse, et une grande porte cochère. La maison appartient à un tonnelier qui y a entassé ses fûts et ses douves. Le dessus de la voûte est cultivé en jardin, mais pour y aller il faut se glisser à travers un colombier puant, établi par un rotisseur. Quoique ce jardin, qui existe peut-être depuis 40 à 60 ans, eût déjà dû complètement détruire la voûte à raison de l’humidité et des racines, elle n’en est pas moins toujours là, inébranlable, et ce monument de l’Antiquité se moquera longtemps encore de la fragilité de nos constructions, quand même la postérité peu reconnaissante le négligerait et le mépriserait.

Repas chez Farget dans le jardin.

 

  • 17 On regrette de ne pas en apprendre davantage sur les relations de W. v. W. et du grand écrivain rus (...)

le 28 mai. Chez Mochkow, l’aumônier russe, où je déjeunai ; chez Douborowsky. Karamzine17 est parti aujourd’hui pour Londres. Je lui écrivis hier une lettre. C’est un homme bon et sensible, qui possède de nombreuses connaissances dans les beaux-arts. Chez Rieger.

 

le 1er juin. Rieger est venu chez moi. Nous nous abonnâmes ensemble au « Moniteur », puis allâmes au Palais Royal pour y voir Heideloff que nous ne rencontrâmes pas, puis chez lui. De là au logis, je m’habillai et dînai chez Rieger. Le soir chez Ravoisé.

 

  • 18 de la Fête-Dieu.*

le 3 juin. Aujourd’hui tout le monde est à la procession, et au moins en qualité de spectateur dans la rue. Dans toutes les rues où passe la procession18, les maisons sont tendues de tapisseries plus ou moins somptueuses, de tapis, souvent même dans les quartiers pauvres de draps et de serviettes cousus ensemble. Le cortège est escorté des deux côtés de soldats en armes, et les paroissiens qui ont à cœur de paraître bons chrétiens sont là. Les grands seigneurs de la paroisse envoient leurs valets dans la plus belle livrée avec de grandes bougies auxquelles les armoiries sont attachées comme enseignes. La musique militaire au milieu du cortège interrompt les chants de temps à autre. Lorsque parut la procession de S’Sulpice j’entendis chanter en allemand, c’étaient les paroissiens allemands qui ont une messe à St Sulpice et un sermon en allemand. Les prêtres revêtus de leurs lourdes chapes brodées d’or et d’argent, les jeunes enfants de chœur, les encensoirs au bout de leurs chaînes d’argent balancés par moments à toute volée vers le Saint-Sacrement, les rues jonchées de fleurs et de roses : tout ceci prête au cortège une certaine solennité et une dignité qui à vrai dire étaient amoindries cette année par la chute de prestige des prêtres. La foule mettait moins d’empressement qu’avant à se jeter à genoux, elle se moquait des évêques qui, vêtus de leur habillement sacerdotal, précédaient le Saint-Sacrement, on entendait du bruit, du bavardage, des rires, alors que naguère tout le monde restait à genoux, dans le silence et le recueillement, jusqu’à ce que l’ostensoir fût passé.

C’est dans de telles journées qu’on voit quelle multitude de gens il y a à Paris. L’affluence est telle qu’on ne peut pas se frayer un chemin. Mais on voit aussi comme il y a peu de figures passables parmi les filles honnêtes, et de toute façon on peut y [faire] la remarque que les Français en général ne sont ni beaux de visage ni bien faits de leur personne, leur unique avantage étant une certaine aisance des manières. […]

 

le 10 juin. C’est aujourd’hui la petite Fête-Dieu, les mêmes cérémonies et cortèges que pour la première ont lieu. Le roi, la reine et sa famille en furent de nouveau avec la procession de l’église St Germain l’Auxerrois. J’allai chercher Lamsdorf pour y assister. Un reposoir était édifié dans le Louvre, environ 20 pieds de longueur sur 10 de largeur, couvert d’un toit en bois. Grâce à un hazard nous pûmes entrer ; car sinon, hormis un seigneur et les 8 à 10 personnes nécessaires à la cérémonie, il n’y avait pas une âme au-dedans, les députés étant obligés d’attendre dehors que le roi eût fait ses dévotions.

Le reposoir se présentait sous la forme d’un temple oblong avec, devant, un fronton et 4 pilastres cannelées, la décoration intérieure étant pareillement de pilastres et de guirlandes sur les côtés, avec, au bas, des orangers dans des baquets ; sur le fond il y avait l’autel, garni sur quelques marches de fleurs et de vases en argent et en or. Derrière, à moitié cachée, était placée une tribune sur laquelle il y avait la musique de la cour. Toutes les rues que parcourait le cortège étaient occupées des deux côtés de soldats de la Garde nationale, il était défendu de traverser. Dans toutes les maisons, on était entassé aux fenêtres et balcons comme harengs en caque, et rien n’était plus intéressant que le spectacle offert par tant de gens si divers dans leurs accoutrements, leurs coiffures, leurs expressions et leurs postures.

Le cortège, après avoir parcouru les rues, passa devant le reposoir, en attendant que vînt le roi avec sa suite et le président de l’Assemblée. Ceux-ci entrèrent derrière le Saint-Sacrement et s’agenouillèrent devant l’autel sur la première marche. Monsieur précédait le roi, puis venait celui-ci, avec à ses côtés le Capitaine des Gardes et les premiers personnages du Royaume ; à sa droite, mais à cause de sa discrétion personnelle, un peu en arrière, le président en exercice de l’Assemblée nationale, l’abbé Sieyès, entouré des huissiers avec leurs longues verges noires garnies d’ivoire. Il se mit à genoux aux côtés du roi.

La reine était à gauche avec 5 ou 6 de ses dames d’honneur et quelques gentilhommes ; la sœur du roi, Mme Elisabeth, et l’épouse de Monsieur se tenaient derrière la reine. On resta quelques minutes dans le reposoir, puis le cortège se rendit à l’église de St Germain l’Auxerrois. Il était ouvert par de la cavalerie, puis venaient diverses musiques militaires, des prêtres avec des bénitiers et des enfants qui jetaient des fleurs, ainsi que toutes les personnes faisant partie de cette cérémonie. Des deux côtés marchaient les fidèles du diocèse, et ensuite venaient les députés de la nation, sans excepter le roi et la reine. Tout à l’extérieur, sur les côtés, marchaient aussi des gardes. Le roi et la reine, avec le président et la suite, s’avançaient immédiatement derrière le Saint-Sacrement. Devant celui-ci marchaient la livrée de Monsieur, celle du roi et celle de la reine. Tout en tête, après la cavalerie, les indigentes emprisonnées à cause des mois de nourrice et délivrées, couvertes d’une cape grise qui leur descendait jusqu’aux genoux, pareilles aux faneuses revêtues de leur cape de toile contre la pluie.

Dans l’église, le roi accompagné de toute la cour gagna le chœur, mais point le président qui resta devant, sur son prie-dieu. Le roi portait un habit à fines rayures bleues et blanches. Les dames et la reine n’avaient pas mis leurs plus beaux atours. Leur toilette était simple, et elles n’en plaisaient que davantage. A côté de chaque dame marchait son valet. La reine, par son maintien, sa prestance ne saurait qu’inspirer le respect ; sa dignité lui fait regagner, ou mieux reconquérir, un peu plus chaque jour ce que des histoires secrètes et de méchantes langues lui avaient ravi.

 

le 13 juin. Rieger est parti ce matin à 4 heures. Les frères Allaix sont venus chez moi. Tout-à-coup Salis entra. J’en éprouvai une très grande joie. Je sortis ensuite avec Reinewald, Douborowsky, Lamsdorf et un autre Russe pour aller voir la demeure de Mlle Dervieux. La beauté en réside moins dans la commodité et la nouveauté des appartements que dans la façon dont elle est meublée et décorée. Dîné à l’hôtel de Lamsdorf.

 

le 19 juin. Le matin avec Allaix chez un monsieur du nom de Varro qui révise les voyages de Vaillant et qui a le projet de faire un Voyage Sentimental en Italie. Je n’ai pas vu Harwey. Avec Allaix au cirque pour voir les assauts des différents maîtres. Le plus fort après St George est un musicien de la Chapelle du roi du nom de Lamotte.

 

le 30 juin. Chez Rieger, rangé la bibliothèque. Chez Reinewald. Reçu du baron Auewerk des billets pour l’Assemblée pour ce soir. Une députation de poissardes ou dames de la Halle qui faisaient savoir à l’Assemblée, dans un discours rédigé par un membre de l’Assemblée, leur satisfaction des travaux de celle-ci. Ces femmes jouent, comme on sait, un rôle essentiel dans chaque émeute ; il s’ensuit que la politique de l’Assemblée consiste à susciter aussi souvent que possible pareilles députations afin que ces femmes maintiennent et défendent toujours son intérêt. De la Martinique : le rapport qui en est parvenu est affligeant. Le Chevalier de Boufflers : fit une longue harangue sur la régénération des arts et les récompenses qu’il convient d’attribuer aux inventions. Ces propos parurent ennuyeux à quelques-uns qui s’écrièrent : « Point de discours académiques ». Un autre interrompit le Chevalier avec la proposition de suspendre toutes les académies tant que des lois ne seraient pas faites à leur sujet. « Vous n’êtes pas dans la question » lui cria le président. « Dites plutôt, M. le Président », dit un membre du côté droit, « qu’il est dans la digestion ». Et en effet, le membre en question sortait justement d’un bon repas et les fumées du vin étaient encore des plus agissantes. Pour finir, M. Robespierre fit un rapport sur une affaire privée que les parlementaires avaient jugée. Sur ces deux rapports, d’excellentes choses furent exprimées, en plus des rapporteurs, par Prieur, Dionis de Ségour, Tronchet, le président de Folleville, Reubell, etc. Le soir, chez Reinewald.

 

le 8 juillet. Ecrit au duc à la date du 5 et envoyé la lettre par la poste. A midi chez Reinewald, nous dînâmes ensemble, rue Pagevin, et, passant par le Palais Royal, nous rendîmes aux Champ de mars où la Fête doit avoir lieu : la terre est déblayée pour former des deux côtés des remparts sur lesquels les spectateurs s’assoiront. Quoiqu’on eût embauché jusqu’à 15 000 travailleurs, il ne parut pas possible d’achever ces travaux, partie à cause de la négligence des ouvriers, partie à cause du manque de temps. Quelques citoyens, électrisés par leur patriotisme, prirent alors une pelle et partirent travailler à leur tour ; le lendemain, les assemblées de districts décidèrent de se rendre en corps l’après-midi au Champ de mars. Elles y allèrent en rangs par 3, tambour en tête. Le troisième jour, ces cortèges s’embellirent et s’étendirent. Le talent qu’ont les Parisiens de donner à tout, même aux affaires les plus sérieuses, un vernis d’enjouement et d’afféterie se confirma ici aussi. Les voilà qui sortaient à présent musique en tête, enseignes déployées, en fait d’enseignes tantôt le bonnet de la liberté au bout de longues piques, tantôt de simples mouchoirs noués à des bâtons, quelques-uns portaient des perches auxquelles était attachée une planchette portant une inscription ou une saillie quelconque. Les ouvriers du faub[ourg] St Ant[oine] avaient peint une lanterne sur leur planche. Tout le monde était mélangé. Sur une place de *** travaillaient quelque 100 000 personnes ; des femmes avec leurs chapeaux à plume, des chevaliers de St Louis, des abbés, des moines, des poissardes, tout était en mouvement, les uns pour charger de terre les brouettes et les hottes, les autres pour emporter le fardeau. Les jeunes gens, des femmes parmi eux, allaient et venaient en courant avec leurs brouettes sans faire attention, en sorte qu’il fallait prendre ses précautions pour ne pas être blessé ; il survint d’ailleurs quelques accidents et plusieurs personnes furent renversées. La diversité des gens qui, à raison de leurs conditions différentes, s’y prenaient avec plus ou moins d’adresse ; l’activité extraordinaire d’une telle quantité de personnes serrées sur une place ; l’amour-propre excitant chacun à croire que sans lui rien ne se ferait ; tout cela donnait lieu à des contrastes et à des scènes bien singulières. Les jeunes messieurs, toujours galants, ramenaient les femmes et les filles dans les mêmes brouettes que celles-ci avaient renversées, et plus d’une fois ce ne fut pas l’effet du hasard. Le marquis de La Fayette lui aussi vint à cheval, sur le soir, avec ses aides-de-camp. Tout le Champ de mars accourut vers lui. Un boucher s’empara d’un cheval, sauta en selle et lui fit les honneurs. Il le précéda, fendant la foule pour lui frayer un chemin, une grande pelle à la main qu’il brandissait en tous sens ; d’autres marchaient à ses côtés et, la pelle sur l’épaule, formaient comme une garde, d’autres faisaient une sorte de musique en frappant les pelles les unes contre les autres. Dans l’entre-temps, l’affluence était devenue si considérable que le cheval [de La Fayette] fut sur le point d’être étouffé. [La Fayette] avait ôté son chapeau, souriait comme à l’ordinaire, promenant modestement son regard sur cette foule qui l’idolâtre. Il se penchait à droite et à gauche, écoutant l’un, répondant à un autre. Les dames de la halle, qui à de telles occasions jouent toujours le premier rôle, se placèrent sur son chemin, il se pencha bien bas pour les embrasser, comme elles y étaient accoutumées. La prestance du marquis, son éloquence, ses dehors modestes et affables, son air de douter que c’est bien à lui que ces honneurs sont rendus, sa jeunesse, sa manière adroite de savoir au bon moment se rendre important et populaire, comment tout cela n’en ferait-il pas l’enfant chéri du peuple ? C’est lui incontestablement qui joue le rôle principal dans la Révolution ; c’est sur lui que repose la sûreté de la ville, et lui seul qui étouffe et empêche toutes les entreprises de la Noblesse et du Clergé qui viseraient à rétablir l’autorité du roi. Il a ses émissaires dans les pays étrangers et suppute d’après leurs rapports les dangers qui pourraient menacer la France de l’extérieur ; il agit à Londres comme à Madrid, à Berlin et dans le Brabant comme en Sardaigne. Il est assez subtil pour cacher cette influence qui pourrait le compromettre aux yeux du peuple ; il profite de la moindre bagatelle pour prouver au peuple que, ferme dans ses convictions, il ne veut que son bien ; s’il devait perdre son affection, il est sûr de la regagner, et au-delà, dans les minutes qui suivront. C’est ainsi, par ex., qu’il y a quelques semaines la foule voulait pendre sur-le-champ un voleur qui avait été pris en flagrant délit ; c’était [interruption du journal].

 

  • 19 Ce voyage a eu lieu manifestement en juillet 1790 car le poète et capitaine de la Garde suisse Joha (...)
  • 20 Une rature du manuscrit montre l’hésitation de W. entre octobre et novembre. De toute façon, à la d (...)

le 25 novembre. L’interruption de mon Journal depuis plus de 5 mois est d’autant plus impardonnable que pendant cette période les événements qui ont eu lieu, les voyages que j’ai faits et le commerce que j’ai lié avec des gens méritent d’avoir leur place dans l’histoire de ma vie et parmi les choses remarquables dont je me suis proposé de donner une relation. Je me borne à citer à la hâte ce qui me vient à l’esprit de crainte d’en perdre complètement le souvenir. La grande fête de la Confédération du 14 juillet et les réjouissances qui la suivirent sont suffisamment décrites dans quelques brochures ; j’ai été le témoin oculaire de presque tout ce qui s’est passé. Le 25 septembre, j’ai entrepris avec Delanoi un voyage à pied de Meaux à Betz, à Ermenonville, Mortfontaine et Chantilly. J’en ai commencé une description que l’on trouvera dans mes papiers, je tâcherai de l’achever plus tard. Le 16 oct., j’allai à la campagne avec Madame de Trénonai, à Labarre dans la vallée de Montmorency, j’en fournirai pareillement la relation ; j’y restai environ 13 à 14 jours. J’allai à la campagne une seconde fois avec cette dame le 11 [nov.] et j’en revins le 18 [nov.]. En outre, j’ai été quelquefois à Issy où je mangeai avec Allaix chez une personne du nom d’Auvrai. Le 18 ou le 19 août à Clichy chez Vestris qui a épousé Mlle Hayndel, je dînai chez eux, ils ont loué là-bas une très belle maison de campagne. En été, j’ai été aussi à St Cloud où je dînai chez les officiers de la Garde suisse et un aide-de-camp de La Fayette. C’est le cpne Salis19, un brave et honnête Suisse, qui nous régala. Nouvelles connaissances : Mons. d’Auerwerk, fit ses études à l’Ecole des cadets de Vienne, puis servit dans l’armée impériale comme officier, prit son congé et fit un voyage dans le Levant, à Constantinople, Malte, etc, l’Italie et se tient maintenant à Paris. Forbes, un banquier-négociant de Londres, est à Paris à cause d’une livraison de blé que sa maison avait faite à Dieppe quand la France manquait de blé ; il vient négocier le paiement qui lui est refusé. Sterret, jeune Américain de 23 ans, est en France à cause de sa santé, cinq de ses frères sont déjà morts de consomption, ses parents le laissent voyager pour le préserver de ce mal qui afflige leur famille ; mais il voyage seul. Rieth, un jeune Russe de 28 ans. Un jeune chirurgien anglais du nom de Harkins qui habitait dans mon hôtel, il me donna une lettre pour Mme de Montolien, il a passé sa jeunesse à Lausanne. Meister, l’auteur d’un traité politique ; j’ai fait sa connaissance chez le comte Diodatti où je rencontrai aussi à plusieurs reprises le chevalier ***, auteur de la vaste Description de l’Empire turc. Meister présenta mon adhésion au Club allemand dans lequel je fus admis le 14 Nov[embre]20. Je l’ai rencontré un jour aux Ombres chinoises avec une fille du Palais Royal. Le baron de Walden, de la Garde suisse au même endroit. Mons. de Fetzer, de Nuremberg, celui qui eut la bonté de me soutirer 12 Livres. Chalgrin, architecte de Monsieur, à Labarre avec M. de Bart.

Pendant ce temps aussi, ma correspondance s’est élargie. J’écris à Mons de Rieger au moins une fois par semaine, j’ai envoyé des lettres à Schiller, Senkenberg, Beulwitz et son mari à Genève, Miller, Sahler, Herzog, et plusieurs billets sans importance à diverses personnes. Je me suis rapproché du fils Rieger ; j’ai fait pour lui quelques commissions et il m’a recommandé un sergent du nom de ***.

  • 21 Ambassadeur du Danemark à Stuttgart.

Du même régiment, j’ai fait à Paris la connaissance d’un officier du nom de chevalier Moutot. Je n’ai pas souvent vu Reinewald. Mes relations sont à présent le comte Diodati, Mme de Trénonai, M. de Bart. Mes visites : Douborowsky rarement ; Marval, officier au Régiment suisse, occasionnellement ; Allaix, Delanoy, etc. Le baron Waechter21 – fut ici quelque temps et y est encore ; je lui fis une visite qu’il me rendit. Mme de S’Priée, fille de notre hôte, et femme de chambre du Dauphin, une charmante petite femme, tout à fait le ton et les manières de la Cour.

Je n’ai été qu’une seule fois à cheval à Montfermeil et au Raincy avec Rousseau et Allaix. Je continue mes relations avec Tertelin, mais elles se relâchent depuis quelques temps.

 

le 27 nov. Je vais désormais tenir mon Journal avec davantage d’assiduité. Tout y sera pêle-mêle, mais au moins rien ne se perdra.

On fête en France le prénom des femmes, on les congratule, on leur fait fête, leur apporte des bouquets, bref ce qu’on appelle ici « la fête » est comme chez nous celle de la naissance. D’où cela vient-il ! La raison n’en serait-elle pas la coquetterie des femmes qui est plus forte ici qu’en d’autres lieux, la galanterie dont les nuances sont plus subtiles ? Le jour de la naissance rappelle trop l’âge, il est souvent l’occasion de questions indiscrètes sur ce sujet, et en tout cas on y pense. Il faut de plus une trop grande attention ou des informations trop précises pour savoir le jour de naissance de ses amies, tandis qu’il suffit d’entendre le prénom et qu’il est alors facile de chercher l’heureux jour dans le calendrier.

  • 22 Wiederkommen (= revenez). W. v. W. reproduit phonétiquement (i bref, pas de n à la fin) le mot tel (...)

Dîné aujourd’hui chez Madame de Trénonai. Son oncle, un homme de 90 ans, le baron de Cambis, prit son repas avec nous. Il parcourt encore Paris à pied, mange de tout, et d’un très bon appétit, participe aux conversations. J’aime bien écouter les conseils donnés par de vieilles gens, leur règles d’hygiène sont sûres et basées sur l’expérience. « Si vous voulez devenir vieux », me dit-il, « couchez-vous à 9 heures et levez-vous à 5 ou 6 heures ». Il me raconta qu’en l’an 35 il était campé aux portes de Spire, et il chercha à se remémorer les quelques mots d’allemand qu’il avait ramenés de son séjour en Allemagne. « Widderkomme22 », me dit-il, et ce mot me parut exprimer toute la cordialité qu’il avait rencontrée à cette époque. « Revenez », devaient sans doute lui dire nos braves et honnêtes Allemands, qui – n’ayant pas eu à se plaindre de lui – lui auront tendu la main avec reconnaissance. « Je reviendrai », leur aura-t-il répondu, touché de leur gentillesse et pensant : Parmi de telles gens, dans un tel pays il doit faire bon vivre. « Revenez », lui disait la belle fille qui trouvait dans la tournure, les belles manières, la galanterie de l’officier français tout ce qui parlait à son cœur innocent et flattait sa vanité naturelle. Tous les vieux chevaliers de St Louis à qui j’ai parlé et qui connaissent l’Allemagne pour y avoir fait la guerre se souviennent encore du pays avec plaisir : « C’est un bon païs, ce sont de bonnes gens ». Et alors ils se rappellent les villes, les bourgades où ils ont été ; l’hôte qui les logeait ; chacun a ses anecdotes au sujet de la cordialité, de l’honnêteté avec laquelle on les traitait. A l’un, son hôtesse voulait absolument chauffer son lit ; à l’autre, on faisait le grand honneur d’offrir un verre de vieille eau-de-vie : « Je le goutais, et j’étais embarrassé », me dit le chevalier, « Je me serais brûlé, si je l’avais avalé ». A un troisième, il paraît encore incroyable que son hôte lui eût avancé de l’argent sur sa seule parole. Pour eux, être allemand, c’est un titre ; ils aiment à converser avec des Allemands et ils adoptent alors un langage qu’à notre époque ils ne peuvent pas prendre avec chacun. Au contraire, ils ne peuvent souffrir l’Anglais. Invité à la table du comte Genonville où je mangeais un jour en compagnie de plusieurs vieux chevaliers, l’un des convives m’interrogea : « Monsieur est étranger ? Anglais ? » – « Il est encore plus », répondit le comte Genonville, « il est Allemand ». – « Tant mieux, tant mieux », dirent les vieux chevaliers, et mon voisin se mit alors à m’entretenir de ses campagnes et à faire l’éloge de l’Allemagne à toute la compagnie. « Quand vous retournerez dans votre pais, Monsieur », me dit un chevalier de 70 ans, « dites à vos braves Allemands que nous les aimons de tout notre cœur, que nous les estimons et que nous sommes loin de sourire aux caprices de nos neveux, qui préfèrent les Anglois aux Allemands sans connaître ni l’un ni l’autre ». On a souvent l’occasion de trouver la confirmation de cette dernière remarque. La cause de ce changement réside principalement dans le fait que l’Angleterre donne maintenant le ton en matière de mode aux jeunes Français, et qu’est-ce qui saurait davantage contenter le cœur d’un jeune Français qu’une mode nouvelle ? Il regarde comme plus parfaite la nation qui est capable de lui donner le ton puisqu’il trouvait lui-même sa perfection à prescrire son goût aux autres nations.

  • 23 L’allusion (aujourd’hui inintelligible) de W. v. W. au marquis de Villette atteste que la réputatio (...)

Après le repas et sur le soir, j’allai au Club allemand et au sortir de là chez M. Forbes. Il me raconta qu’avant-hier soir trois jeunes Anglais, qui, venant du Faubourg Saint-Germain, rentraient chez eux, avaient rencontré sur la place des Tuileries deux soldats de la Garde nationale qui se conduisaient à la manière de Villette23. Les jeunes gens qui croyaient à tort qu’un tel acte fût un crime dans un pays où l’on se propose d’établir le respect des lois et des bonnes mœurs, furent tellement révoltés qu’ils en parlèrent entre eux et venant à passer devant le poste de garde tout proche, l’un d’eux s’adressa même à quelques soldats-citoyens pour leur demander d’arrêter pareil scandale. Mais ces messieurs leur rirent au nez, et l’Anglais le prenant mal et les apostrophant peut-être rudement, ils lui tombèrent dessus et lui auraient fait subir de mauvais traitements s’il n’avait trouvé son salut dans la fuite, ainsi que ses camarades. Un garde à cheval le poursuivit et le serra plusieurs fois de si près qu’il faillit lui fendre la tête d’un coup de sabre ; et ce n’est qu’à grand-peine qu’il put échapper à ce péril, persuadé désormais qu’une Constitution qui n’est pas fondée sur la morale ne pourra jamais subsister. L’Anglais, auparavant zélé démocrate qui aurait donné sa vie pour la Constitution fse, changea d’opinion après cette soirée.

 

le 28 nov. Une certaine baronne de Battincourt m’a fait demander de joindre pour elle une lettre à Rieger dans le paquet ; je renvoyai la lettre et fis dire que j’irai en personne lui présenter mes respects. Je m’y rendis vers midi, elle me parla beaucoup d’une fille qu’elle avait et qui était mariée à un certain Mons. de Montigné. Sa fille avait été dans les bonnes grâces de la reine qui lui avait accordé une dot de 100 000 Livres, mais maintenant que les pensions étaient confisquées elle était dans la gêne, etc. Son fils, un beau jeune homme, se tenait devant la cheminée, la mère faisait la louange de ses enfants, elle en a trois. Je ne pus m’empêcher de penser à ma mère si bonne et à son ardeur, à son éloquence quand il s’agissait de parler en faveur de ses enfants. Je pris la lettre. La bar. de Battincourt me donna entre autre à entendre qu’elle avait été la première dame d’honneur auprès de la landgravine de Cassel.

Le soir je fus chez le comte Genonville où se trouvaient quelques Maréchaux de camp, un abbé et d’autrs hôtes de marque. On s’entretint du nouveau Garde des sceaux, Duport du Tertre qui, d’obscure extraction, est revêtu d’une des premières charges du Royaume. A cette occasion, on raconta que Mirabeau, à qui un de ses amis reprochait de consentir à laisser employer de pareilles gens comme ministres, répondit ce qui suit : « Nigaudn’envoyons-nous pas nos valets aussi au spectacle pour garder nos places ». Plus tard, j’eus le temps d’aller chez Reinewald ; il me confirma la mort de Lamsdorf qui provient vraisemblablement de la maladie qu’il a contractée à Paris.

 

le 29 nov. Je lis depuis une semaine les Tragédies de Corneille ; de grands sentiments y sont exprimés avec de grands mots. Mais qu’il y a peu de naturel, peu de vraisemblance dans les passions, les actions des personnages ! Que les génies français, anglais, allemand ont des façons différentes de se manifester ! Le premier se présente avec raffinement et bonne éducation ; le second a les dehors de la virilité et de la vigueur ; le troisième n’est qu’ambition, démesure et violence.

J’ai été chez Allaix, chez La Bard. Mme de Trénonai n’y était pas, puis à la Société de lecture où je jouai aux échecs.

 

le 30 nov. Envoyé des lettres à Rieger, no 18, 27 nov. ; à Muller le 28 n[ov.] ; au fils Rieger du 28 nov. Mis de l’ordre dans mes écrits et ne suis sorti que vers les 8 heures pour me rendre au Club allemand où je jouai quelques parties d’échec, et […].

  • 24 Il manque l’équivalent d’une feuille, soit 4 pages, entre les deux membres de la phrase. Il est pos (...)
  • 25 L’église Saint Roch.*

[…] que dans ce moment24 il n’y a pas 100 personnes qui soient attirées ici25 par la piété et la religion. Il vient en ce lieu des jeunes gens qui n’ont d’autre objet que de jeter les regards les plus indécents sur des filles qui ne sont ici que pour y être regardées. Des coupeurs de bourse, mains jointes et mine recueillie, ne sont ici que pour dérober à leur voisin sa montre et sa bourse. Des mendiants se glissent dans les rangées, supputant les effets de la charité que ne manqueront pas de produire l’office et la communion. L’ami de la vertu et de la morale frémit d’indignation devant les scènes dont il est le témoin. C’est en ce lieu dédié à la religion où, selon la foi, Dieu lui-même demeure, que la licence et l’impudence ont élu domicile ; c’est en ce lieu que toutes ces passions qui dégradent l’homme s’étalent hardiment et impunément. Là est assis un groupe de jeunes gens des deux sexes riant aux éclats de la manière la plus indécente et rivalisant d’ardeur à dire les pires polissonneries. Ici, c’est une patrouille qui entre l’arme sur l’épaule et, marchant autour de l’église, l’emplit d’un vacarme inconvenant. Plus loin, ce sont des filles de joie dans la posture la plus malhonnête, qui font leur entrée au bras de jeunes débauchés ; ailleurs c’est la patronne d’un b[ordel] qui se pavane avec quelques sirènes et guette avec avidité le signe que lui fera le riche libertin. Les allées et venues des personnes isolées ou des groupes dans l’église ne cessent jamais, il y a un va-et-vient continuel dans les bas-côtés, autour du maître-autel, dans les chapelles, partout où les chaises ne forment pas une masse infranchissable. Qu’on se place non loin d’une sortie et qu’on regarde de là ceux qui entrent et sortent : quelle diversité dans les vêtements, dans la démarche, dans les tournures, que de nuances depuis l’élégante mise du petit-maître jusqu’aux guenilles du mendiant appuyé sur ses béquilles. Mais que les Parisien ont peu d’expression dans leur physionomie, quelle insignifiance ! Rien de sérieux, rien de viril, point la moindre fermeté dans leurs traits, plutôt une méchante mine, un air de curiosité bornée, une expression dépourvue d’humanité. Tout cela est d’autant plus frappant qu’ils frisent et poudrent leurs cheveux, les portant en queue ou en bourse, et cela jusqu’au moindre petit mendiant. Cette nullité peinte sur le visage règne surtout dans la classe d’hommes entre 20 et 50 ans. Avant, ils ont encore souvent la fraîcheur de la jeunesse, et une certaine légèreté d’esprit peut encore passer pour de l’ardeur, et après, les traits de leurs visages sont plus expressifs, donc en disent plus ; mais entre la 28e et la 50e année, c’est la période où l’homme est sorti de sa jeunesse, où il a dissipé ses forces et où il sent alors pour la première fois les conséquences d’une vie déréglée.

Pourtant l’artiste trouvera certainement de la matière pour son activité où le philosophe, plus austère, fait de tristes réflexions. L’église est modérément éclairée ; les effets différents de l’ombre et de la lumière, qui font paraître un ouvrage tantôt dans la lumière tantôt dans une obscurité plus ou moins complète ; l’effet perspectif produit par cette église attendu que la longueur en est rompue par plusieurs chapelles, la diversité et la beauté des lignes et des contours que dessinent les postures des statues agenouillées ou à demi-penchées : voilà autant de modèles pour l’artiste. […] Il n’est personne assurément qui, entrant dans cette chapelle, niera l’effet que la pénombre du sanctuaire, la simplicité des œuvres ont sur l’imagination, ô Bienheureux, vous qui priez en ce lieu, vos sentiments ont peut-être plus de valeur que la grande et hautaine sagesse du philosophe qui passe près de vous et ne s’arrête pas à ces préjugés et à cette superstition qui vous apportent quelques instants de bonheur.

Il n’est rien de plus désagréable et de fâcheux que d’être dérangé au milieu de sa prière par un homme qui demande l’argent pour les chaises ; il faut payer toute chaise sur laquelle on est agenouillé ou assis, et les jours où les périodes ou les églises sont le plus fréquentées, le prix des chaises augmente ; ce soir, chacune coûte 4 Sols. Il est singulier de voir ce quêteur avide s’insinuer partout, même là où l’on croit impossible de mettre encore le pied ; il fend la masse la plus impénétrable, car le corps d’un tel homme est flexible comme celui d’une marionnette : tantôt il écarte une chaise avec une habileté consommée, tantôt il se glisse par en-dessous, tantôt il disparaît et ressort là où personne ne l’attendait. Il a généralement à ses trousses une armée de mendiants qui calculent ce que leur rapportera la piété des fidèles, profitant du moment où ceux-ci tirent leur bourse pour payer leur chaise.

 

le 29 nov. Je m’étais procuré un billet pour la séance de la Société d’agriculture, elle s’est tenue dans la salle de Mons. le Brun. Cette salle est une spéculation qui rapporte beaucoup à son entrepreneur ; il la cède afin qu’on y expose en vente des toiles et autres œuvres d’arts qui sont mises le soir à l’enchère ; il la loue à certaines sociétés qui accueillent le public dans leurs assemblées. La salle fait environ 30 pieds de long sur 20 de large, elle n’a d’autre clarté que celle qui tombe d’en haut, ce qui ne peut que profiter aux tableaux. A une hauteur de dix marches, des galeries règnent tout autour qui sont fermées par 7 arcades des deux côtés et, du petit côté, par 5. Quand il y a exposition de tableaux, on déploie des tentures vertes auxquelles les tableaux sont attachés, et alors on ne voit plus les galeries. Lors d’assemblées solennelles, on place des banquettes tout autour, elles montent en amphithéâtre et sont revêtues de tissu. C’est là que s’assoient les spectateurs tandis que les femmes sont dans les galeries. Aujourd’hui, il y avait au milieu une longue table à laquelle les Membres de la Société avaient pris place. Le Directeur – car ils n’ont pas de Président – était assis au milieu du grand côté et en face de lui le Secrétaire. Le premier, M. Parmentier – le Vice-directeur : le duc de Charost –, le second un homme de talents, Broussonet. Les correspondants sont assis derrière les membres. Le Directeur commença par dire quelques mots des buts de la Société, puis Mons. Broussonet lut un mémoire dans lequel il faisait part des travaux de la Société au long de l’année. Plusieurs traits acérés, décochés avec fiel contre la Noblesse et le Clergé me firent mal, me paraissant peu charitables dans une époque où tout le monde s’en prend à eux. La dissertation était excellente, pleine de ces idées nouvelles et paradoxales auxquelles les Français ont le don de donner un tour brillant et persuasif. « Tout le monde regarde les différens objets sous d’autres vues. Le boucher et le berger regardent la brebis sous de différents rapports » : la phrase fut très applaudie. Quelques filles de joie de haute classe, mettant en vente des charmes que rehaussait une toilette de princesses, parurent pendant la harangue et causèrent le plus grand embarras, à telle enseigne que le Secrétaire fut forcé de s’arrêter quelques minutes. Après que le Secrétaire eut terminé, plusieurs membres donnèrent communication d’affaires plus ou moins importantes touchant la culture des champs, les expériences agricoles, l’un d’eux lut une dissertation qui traitait de l’analyse chimique de ce qu’on nomme la gomme élastique. Un membre lut les remarques qu’il avait faites au cours d’un voyage en France ; ces remarques plurent puisqu’elles s’accordaient avec les vues de la nouvelle Constitution, et que bien des attaques contre les ci-devants seigneurs [interruption du manuscrit].

Notes

1 Le nom de l’hôtel est illisible.

2 Il faut sans doute lire : 1er février.

3 « …qu’il n’y en eut un qui… ».*

4 Ici, lacune du manuscrit. On connaît les circonstances dans lesquelles Foulon et son gendre Berthier furent assassinés par la foule le 22 juillet 1789. S’agissant de Berthier, le passage interrompu peut être complété par la relation qu’en donne, dans la « Semaine nocturne », Restif de la Bretonne, soi-disant « témoin oculaire » : « Parvenu au fatal réverbère, Berthier […] se défend, il se bat avec ses bourreaux. On lui passe le nœud coulant, on l’enlève [= le hisse]… Mais la corde ayant cassé une seconde fois, on le massacre au pied du réverbère, on l’éventre et on lui coupe la tête ». (« Paris le jour, Paris la nuit », p. 1126. Coll. Bouquins, Robert Laffont).*

5 Il s’agit du 19 février 1790.*

6 Thomas Mahy marquis de Favras (né en 1745 à Blois). Vraisemblablement victime d’une machination. Il fut condamné à mort, au cours d’un procès bâclé, pour satisfaire la populace parisienne.*

7 lacune du manuscrit. Il s’agit sans doute du procès lui-même.*

8 [« …die wir jetzt bey unsern jungen gelehrten oder galanten Damens und bey unsern Jockeis-Seigneurs nicht finden »]. Le jugement négatif de W. v. W. sur les « dames savantes » paraît en contradiction avec ce qu’on sait de lui : intérêt pour Mary Wollstonecraft, mariage avec Caroline von Beulwitz. La phrase allemande est ambigüe.

9 Plus tard la Halle aux vins, actuellement la Faculté des Sciences de Jussieu.*

10 Besenval.

11 Il s’agit à l’évidence de Duval d’Eprémesnil, ancien parlementaire guillotiné en 1794, victime d’une Révolution dont il avait été l’initiateur (un temps célèbre) à la fin de l’Ancien Régime. Il défendait les privilèges de la Compagnie des Indes orientales dont le monopole fut supprimé lors de la séance du 3 avril 1790. W. v. W. qui évoque son intervention la résume en ces termes : « Er war vor eine Compagnie ».*

12 le contexte ne nous éclaire pas sur l’importance de cette question.

13 Une maîtresse d’anglais.

14 A la date du 10 avril 1790, W. v. W. note dans son journal : « Le soir, j’ai pris, avec Delanoy, ma première leçon chez l’Anglaise Scott-Goffrey, rue Mazarin, no 61. Nous donnons ensemble 30 S. de cachet ».*

15 C’est-à-dire un carrosse de remise : C’était une voiture admise partout, même à la cour et chez les princes ; mais elle coûtait cher, car on ne pouvait la prendre pour moins d’une demi-journée. La journée entière était tarifée à 15 livres, plus un pourboire de 24 sous à 3 livres au cocher. Au mois, le prix était de 360 livres. (Babeau, Paris en 1789).*

16 …de contracter une maladie vénérienne.*

17 On regrette de ne pas en apprendre davantage sur les relations de W. v. W. et du grand écrivain russe*. Celui-ci, toutefois, dans ses « Lettres d’un voyageur russe », nous a laissé les deux témoignages suivants :
1) « Adieu, cher Paris, adieu cher W[olzogen], Nous ne sommes pas nés dans le même pays, mais nos cœurs battaient à l’unisson. Nous nous vîmes, et durant trois mois fûmes inséparables. Que de soirées agréables avons-nous passé à l’Hôtel Saint-Germain à lire des poèmes de Schiller, ton compatriote et ami de jeunesse, ou à philosopher ensemble ou à critiquer une pièce nouvelle que nous avions vue ensemble ! Jamais je n’oublierai nos dîners agréables, nos promenades nocturnes et les aventures que nous vécûmes ensemble, et toujours je garderai la lettre amicale que tu écrivis secrètement dans ma chambre une heure avant notre séparation. J’aime tous mes compatriotes que je laisse à Paris, mais ce n’est que de toi et de B. que je me sépare avec regret. Seule me console la pensée que nous nous reverrons un jour dans ta patrie ou dans la mienne, peut-être en ayant changé d’idées et de sentiments, mais certainement en restant des amis et connaissances ».
2) « Dix ans après, période pendant laquelle je n’avais plus eu de nouvelles de mon ami, je reçus de Pétersbourg, où il avait été envoyé par sa Cour pour des affaires importantes, une lettre de lui qui me prouvait que ses sentiments envers moi n’avaient pas du tout changé ». Suite à cette lettre de W. v. W., Karamzine lui répondit de Moscou à la date du 25 juin 1799, en français : « Je commence par vous embrasser bien tendrement, mon cher Baron. Votre lettre datée de Pétersbourg fut une surprise pour moi, mais une surprise extrêmement agréable. Vous n’aviez pas besoin de me rappeler l’époque de notre connaissance : elle m’était toujours présente parmi les souvenirs les plus intéressants de mon voyage en France ; et bien des fois je me suis demandé où vous pouviez être pendant ce fracas militaire et politique qui nous étourdit depuis sept ans. Je suis charmé d’apprendre que vous êtes si bien établi dans un pays tranquille, que vous avez une charmante et spirituelle épouse, et que vous passez vos jours avec l’élite des beaux esprits allemands. Soyez toujours heureux, parce que vous méritez de l’être. Pensez quelquefois à moi ; écrivez-moi, je vous en prie ; donnez-moi plus de détails sur la vie que vous menez à Weimar ».

18 de la Fête-Dieu.*

19 Ce voyage a eu lieu manifestement en juillet 1790 car le poète et capitaine de la Garde suisse Johann Gaudenz von Salis-Seewis (1762-1834), dont W. avait fait la connaissance à Paris avant la Révolution, écrit de Rouen à W. le 27 juillet 1790 : « Vous serez le bienvenu, mon cher Monsieur de Wolzogen, et je me réjouis de votre résolution de nous rendre visite à Rouen. La noblesse de sentiments d’un Allemand m’est partout précieuse, mais encore plus précieuse en France […] Je m’enorgueillis d’être l’une des causes de votre résolution, aussi permettez-moi de ne vous encourager à la mettre à exécution qu’autant qu’elle sera compatible avec votre propre commodité […] ». Apparemment, à Saint-Cloud, W. et Salis avaient prévu la visite de W. à Rouen ; mais elle ne se fit pas.

20 Une rature du manuscrit montre l’hésitation de W. entre octobre et novembre. De toute façon, à la date du 14, W. était absent de Paris ainsi qu’il le signale lui-même plus haut (partie de campagne du 11-18 novembre). Il faut sans doute placer avant novembre la fixation d’un règlement pour être admis au sein du « Club allemand » à laquelle Gerhard Anton von Halem fait allusion en novembre 1790 : « Intéressant pour l’Allemand qui arrive ici est le Club allemand établi depuis un an par le peintre [paysagiste] Füssli… On s’emploie en ce moment à en permettre l’accès à tous nos compatriotes qui sont pourvus de la lettre de recommandation d’un savant allemand estimé et connu (« Paris en 1790. Le voyage de Halem »). C’est Wolzogen qui était à l’origine de cette proposition. Les détails s’en trouvent dans la copie d’un mémoire de sa main qu’il faut donc dater au plus tard d’octobre 1790 (les feuilles présentent au surplus le même format et la même qualité de papier que le Journal).

21 Ambassadeur du Danemark à Stuttgart.

22 Wiederkommen (= revenez). W. v. W. reproduit phonétiquement (i bref, pas de n à la fin) le mot tel qu’il l’entend prononcer par un Français.*

23 L’allusion (aujourd’hui inintelligible) de W. v. W. au marquis de Villette atteste que la réputation de celui-ci était si bien établie que son nom était inévitablement associé à l’évocation des « vices contre nature » selon l’expression en usage à cette époque ».*

24 Il manque l’équivalent d’une feuille, soit 4 pages, entre les deux membres de la phrase. Il est possible que la suite soit la continuation du même jour. La journée suivante étant datée du 29 novembre, il subsiste de toute façon des incertitudes quant à la datation exacte.

25 L’église Saint Roch.*

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search