Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

1788-1789

1789

Texte intégral

Le 1er janvier 1789. D’ordinaire peu sujet aux cérémonies, le Parisien y est d’autant plus astreint aujourd’hui. Il semble qu’il les rachète en cette journée pour le restant de l’année. Et cela avec tant d’aisance et un tel art de se plier aux circonstances qu’on dirait qu’il s’est préparé toute l’année ; c’est bien le propre du Français, et de lui seul, de s’accommoder à tout et de s’adapter à chaque situation comme si elle ne lui avait jamais été étrangère.

Pour cette journée, donc, l’armée des protégés est obligée de se rendre chez ses protecteurs. On s’imaginera facilement que la presque totalité de la population parisienne est ici comprise ; car qui n’a pas de protecteur ? Le ministre aussi bien que le moindre clerc, le gros banquier aussi bien que le petit vendeur d’allumettes. Quiconque n’est pas malade ou a un habit à se mettre sur le dos se trouve donc dans la rue, que ce soit en équipage ou en fiacre ou en pirouette ou en chaise à porteurs ou à pied. Or dans cette ville où il y a un million de gens, cela fait un joli va-et-vient. Pourvu qu’on possède un habit noir et une épée, la plupart étant dans cette toilette, on va se pavaner. On commence par se débarrasser des vœux de Nouvel An chez les protecteurs – puis viennent les visites chez les amis et personnes de connaissance – ; et là, nouvelle question : qui serait assez isolé, assez malheureux pour n’en point avoir ? Si peu de femmes sont comprises dans la première catégorie, elles sont présentes dans la seconde. Les Grands font leurs visites à l’aide de billets. Ils mettent leurs valets de chambre dans une voiture de parade fermée qui fait la tournée, le laquais remettant à chacun son billet. Il arriva une fois, dans cette occasion, que l’ambassadeur de l’Empereur, le comte Mercy, se trouvât précisément chez *** quand son valet de chambre passait pour remettre son billet – une bévue qui fit beaucoup rire.

Au surplus, tous les ambassadeurs doivent aujourd’hui aller à Versailles pour souhaiter la Bonne Année au roi. Cela commence par le nonce, puis c’est le tour de l’ambassadeur d’Autriche, etc. Quand tous les ambassadeurs sont passés, on claque un battant de porte au nez de Messieurs les envoyés. En outre, tous les ministres vont à Versailles, en bref presque toutes les personnes qui dépendent de la Cour et recherchent de la Cour et des Ministres la protection. La quantité de présents qui se distribue aujourd’hui est incroyable : de la Ville de Paris qui fait ses cadeaux au roi jusqu’au garçon de café qui présente un cornet de bonbons – tout le monde y va de son cadeau. Cette journée est aux enfants ce qu’est chez nous le jour de Noël. Il est plus d’une maîtresse qui reçoit de son amant 20 à 30 mille Liv. de présents. Dans la bourgeoisie en entrant, on embrasse toute la maisonnée, les vieilles grands-mères et les jeunes femmes, les jolies filles et les vilaines tantes. On leur donne ensuite plus ou moins, des bonbons aux enfants, des oranges aux femmes. Si on a été reçu à la table d’une maison, et souvent reçu, il faut aussi s’y rendre, faire aux domestiques un petit présent en espèces. Si l’on entre dans un café, le garçon ne manquera pas de présenter un cornet de sucreries que l’on doit payer 12 à 60 sols. Le perruquier, les artisans qui travaillent pour vous, leurs garçons ; tout le monde veut sa part et être payé pour ses vœux de Nouvel An. Cette journée est souvent celle de la réconciliation de familles entières : les enfants brouillés avec leurs parents, les frères, les sœurs, les cousins, les oncles, les tantes qui sont en froid les uns avec les autres, tout le monde se retrouve et c’est la porte ouverte au rétablissement de liens d’amitié.

Le garçon de la maison a la parole : « Allons », dit-il en entrant dans la pièce, « Bonjour, Monsieur. Je vous souhaite la nouvelle année. Comment vous portés vous, allons ». C’est ainsi que commença pour moi le premier jour de l’année. Puis vint mon maître tailleur qui, au lieu d’un habit noir, m’apporta un sac. Je le renvoyai avec l’ouvrage. Ensuite, je fis mon courrier et l’empaquetai. Je dînai au logis, allai au café de Chartres où j’eus une discussion au sujet de la langue allemande avec Roessle (Hartmeyer), le frère de Dietrich. […]

 

le 2 janv. Mon tailleur m’a rapporté mon habit noir, qui est toujours aussi mal fait ; je l’ai gardé cependant et j’ai payé au tailleur ce que je lui devais pour me débarrasser de lui à jamais. Je sortis ensuite pour allez chez Rieger. Point de portier. Je me fis donc annoncer par le cocher puisqu’on ne pouvait me dire si Monsieur était visible ou non. En attendant, il me fallut patienter… chez le portier. Réponse : Monsieur le Ministre avait affaire et Monsieur son fils était indisposé. Voilà comment on expédie un créancier, mais point quelqu’un qui, par courtoisie, vient vous présenter ses souhaits du Premier de l’An ! Au sortir de là, je passai chez Blumendorf déposer un billet. Puis j’achetai dans le Fauxbourg Montmartre 6 oranges, et je m’acquittai envers la famille Munnich.

J’allai ensuite voir Anting et, de là, chez mon architecte qui n’était pas au logis. Puis j’allai chez Harwey, et ensuite chez Baletti. Vu que j’étais en habit noir, avec l’épée et le cordon, elle me dit que si l’on était tant gêné ce jour-là, c’est parce qu’on était obligé de s’habiller en petit-maître. Je lui répondis que cela [était] vrai pour ceux qui s’habillaient de cette manière. Vu qu’au surplus Mons. Reinewald a la façon la plus inconvenante de toujours se planter devant la cheminée et que ses manières sont grossières et discourtoises, je m’abstiendrai de venir jusqu’à nouvel avis. Cependant, j’avais négligé de dîner, je rentrai donc chez moi d’où je me rendis chez les Meyer pour souper chez eux.

  • 1 n’avait pas payé son loyer, ses dettes.*

Alors qu’aujourd’hui j’allai voir l’abbé, on m’apprit qu’il était parti, qu’il en avait fait de belles, entre autres volé des colliers pour 40 Louis, emporté de l’argent en espèces et des boucles d’argent appartenant au pauvre petit Anglais Lewis et qu’il n’avait rien payé1. C’est lui vraisemblablement qui a dérobé le double-louis qui me manquait ; car justement ce jour-là il était chez moi. Il m’a emprunté aussi les trois parties de la « Descr. de Paris » et les a emportées. Voilà le prix à payer pour mon apprentissage à Paris.

 

le 5 janv. J’ai fait la connaissance de Hoyer. Il est secrétaire de l’Académie de Copenhague. Je crois qu’il n’est venu à Paris – où il avait logé déjà il y a quelque 20 ans dans la même chambre –, qu’à cause des filles, car il les aime beaucoup. Le soir Allaix était chez moi, nous prîmes le thé. Il m’a parlé de l’Italie.

 

  • 2 David avait quatre enfants, deux garçons et deux filles.*

le 6 janv. Ce matin, j’ai été chez David. Il me donna la liste de ses tableaux ; il se sentit flatté lorsque je lui dis que je la ferai paraître dans un journal allemand. Sa femme, ni laide ni belle, entra en pleurs – je ne pus donc pas faire sa connaissance. Ses enfants, il en a 4, les garçons2 couraient partout en chemise, une vieille tante vint, et elle se fâcha comme l’on fait aussi chez nous, disant que les enfants n’étaient pas gardés, que c’était affreux, etc. Plus je contemple sa toile « Les Horaces » (la plus petite), plus elle me plaît. Excell. et touchante à la fois est l’idée de son « Bélisaire » qui montre le personnage recueillant l’aumône dans son casque ; on imagine toute la distance qui sépare l’époque où ce casque ornait la tête du général jusqu’au moment où il reçoit l’obole qu’on donne au mendiant aveugle.

  • 3 Olivier-Stanislas Perrin (1761 Rostrenen, 1832 Quimper), peintre.

J’ai rendu visite à Perrin3, rue du Sentier. Il m’a montré un modèle de lit qui ne m’a pas autrement plu ; il est trop lourd. Les colonnes sont trop rapprochées et la place se rétrécit encore davantage du fait des deux piédestaux au demeurant fort laids. Le ciel de lit est pareillement trop massif. En vérité, j’aurais attendu mieux d’un Perrin. […]

 

le 10 janv. On rencontre en ce moment beaucoup de gens qui mendient dans les rues, et même au Palais-Royal. Les gens se servent de toutes sortes de moyens pour exciter la pitié. Ils gisent sur le sol en geignant. « Qu’avez-vous ? » – « Je meurs de faim ». Hoyer m’avait donné rendez-vous au P. R. – mais je ne l’y trouvai point ; nous avions l’intention d’aller ensemble chez Greuze. Je restai quelque temps dans le magasin que Ravoisé tient à la Grotte flamande. J’ai ensuite été chez mon architecte. Il me reçut fort civilement, mais il insista pour que je travaillasse dans le bureau. Il me donna un projet de bains : élévation, coupe et plan ; ainsi que le lit qu’il a conçu pour le *** et qui est fort élégant.

[…] J’ai changé mes lettres de crédit chez Girardot et Haller (400 Liv.). On va au bureau montre sa lettre, on la signe, puis on se rend à la caisse où l’on est payé sur-le-champ […].

 

  • 4 W. v. W. donne le titre de l’une d’entre elles : « Sanct Paul war auch ein Medicus, etc. ».*
  • 5 Le Théâtre de Nicolet sur le boulevard du Temple.

le 11 janv. […] A midi, nous fîmes un festin : Perrodin apporta deux bouteilles de vin du Rhin et deux d’Alsace. Goldschmidt du fromage de Gloucester – il a un aspect rougeâtre-et six bout. de bière angl., Hall une bout. de Champagne, Huber, Fusli, Megrien et moi fournîmes la soupe, la viande de bœuf, la choucroute et les saucisses, la dinde et une tarte, ainsi que deux bouteilles de vin rouge. On but et on finit par quelques jolies chansonnettes4. Fusli devint un peu gai et les autres messieurs aussi. On voit bien chez ces derniers qu’ils n’ont reçu aucune éducation, et je n’ai jamais ressenti aussi fortement qu’à Paris la différence que crée l’éducation et les avantages qu’elle répand sur tous les plaisirs de la vie de l’homme. Glauber vint pour le café. Ces messieurs allèrent chez Nicolet5 – je m’abstins. Perrodin, qui devient très trivial, se servit d’une expression fort inconvenante. Cela me donna pour règle de ne jamais me lier étroitement avec des gens sans éducation car, tôt ou tard, il ne saurait en résulter que des désagréments […].

 

  • 6 Comédie de Joseph Patrat (1732-1801).

le 12 janv. L’après-midi avec Glauber aux Variétés, dans la loge de Girardot et Haller. Les pièces que l’on donnait étaient : « Le Fou raisonnable6 » Volange joue le rôle ; l’Anglais a si bien su se faire respecter des Français que, sur leur théâtre, ils le représentent toujours comme généreux et noble – ; « Le Seigneur supposé », une pièce nouvelle. Un domestique qui est envoyé sur le domaine que son maître vient d’acquérir, se fait passer pour le maître. Celui-ci arrive au moment où le valet est assis à la table des notables du village, et il le sert jusqu’à ce que l’autre, qui ne s’est d’abord aperçu de rien, finisse par s’en rendre compte avec effroi. Le domestique étant traité par son maître d’« aventurier », le parterre cria : « Bas l’aventurier » ; ils ne veulent pas de ce mot. On réclama l’auteur ; la pièce avait été envoyée sans le nom. Un acteur annonça que demain on jouerait au profit des pauvres. On battit des mains ; mais le public s’en tint là. – « Jérôme Pointu ». Volange joue, comme dans l’« Intendant comédien malgré lui », plusieurs rôles et montre sa promptitude dans l’art de s’habiller et de se déshabiller.

Alors que je rentrai au logis, nous vîmes le jeune Wille avec une fille. Je les suivis, la fille alla au café Allemand, rue Montorgueil au cinquième. J’en savais assez et je rentrai chez moi où la compagnie d’hier était là. On mangea les restes de choucroute, de saucisse, de fromage et on but du vin avec. Goldschmith qui travaille dans le magazin de Six, raconta que ce magazin est un des plus riches qui existent. Il contient à lui seul pour 4 millions 1/2 de marchandises au prix coûtant. Ils ont vendu dans la quinzaine du Nouvel An pour 110 000 Liv. quoique cette année on eût bien moins acheté que d’ordinaire. Ils vendent tous les jours pour 1 000 Liv. au moins. Le magazin a un crédit extraordinaire ; il a su l’acquérir entre autres en reprenant les marchandises à leur prix d’achat si elles n’ont pas été gâtées. A vrai dire, cela se fait rarement, et ils y perdent sur le moment, mais cela augmente beaucoup leur débit et inspire confiance. Six se tient toujours à Londres et ne vient que rarement à Paris. Il n’avait que 500 Louis quand il arriva à Paris et, grâce à la protection du duc d’Orléans et de la chance, il est maintenant millionnaire. C’est à son intelligence qu’il le doit le moins […].

 

le 13 janv. Ce que l’on fait pour les pauvres est extraordinaire – le prince de Condé a contribué à lui seul pour 20 000 Livr. – ; et pourtant cette sorte de gens n’est pas contente. J’ai commencé le dessin des bains. A présent, il dégèle rapidement, et il ne fait pas bon marcher dans les rues.

 

  • 7 Karl August Ludwig Freiherr (Baron) von Böhnen (1760-1829), gentilhomme de la chambre puis chambell (...)

le 17 janv. Le Duc est arrivé dans la soirée, il demeure rue Caumartin no 35. Bœhnen7 vint à sa rencontre jusqu’à Meaux. Nous avons fait un petit banquet chez Goldschmidt (un Juif baptisé, un homme qui a partout roulé sa bosse et maintenant se trouve dans le magazin de Sixt), même compagnie qu’il y a huit jours. Nous mangeâmes des pâtés de l’Hôtel de l’Amérique, bûmes de la bière anglaise de deux qualités différentes avec du fromage de Gloucester.

On a frappé une médaille à l’effigie du roi, sur une face Louis XII, sur l’autre Henri IV. La légende porte : « XII et IVsont seize ». […]

 

  • 8 Justus Philipp Adolph Wilhelm Ludwig Frhr. von Wolzogen (1773-1845), fit partie de l’état-major de (...)
  • 9 Karl Freiherr von Wolzogen (1764-1804) frère de Wilhelm, élève de la Karlsschule, en 1787 lieutenan (...)

le 18 janv. Je me suis mis ce matin en grand uniforme, y compris les boucles de chaussures et la coiffure avec ses trois rouleaux. Un fiacre me transporta ; l’air martial, je roulai ainsi à grand bruit sur le pavé de Paris, ma petite brosse à habits dans un sac d’où je la retirais de temps en temps pour m’épousseter, après avoir remonté les glaces de la portière. Non loin de la place Vendôme, vers le boulevard, je rencontrai la duchesse avec Klein dans un carosse de remise ; le duc en a deux. Je ne les reconnus pas avant qu’ils descendissent de voiture, c’est alors que j’aperçus Klein. Je fis ensuite mon compliment à la duchesse, sur les marches de l’escalier. Elle me demanda comment j’allais, si j’avais fait déjà quelques progrès, m’apprit que mon frère8 se portait bien et s’était plaint que je n’écrivisse pas. Je la suivis jusque dans la deuxième antichambre où elle me dit qu’elle avait encore à faire avec sa toilette, et me quitta. J’allai vers Klein qui me parla d’Esslingen, etc., me remit aussi des lettres de Muller, de Graevenitz et de Lotte, ainsi qu’une lettre de cette dernière pour Carl9. Je me fis annoncer auprès du duc par l’entremise du sieur Bœhnen. « Ah, je ne peux pas le recevoir maintenant, il faudra qu’il revienne demain ! ». Je ne pus avoir de fiacre pour le retour. Bœhnen qui, au nom du duc, se rendait chez le prince Henri, rue de l’Université (l’hôtel de l’Université) m’emmena. Je restai un moment dans sa voiture, jusqu’au Pont-Neuf où il me déposa et où je me servis pour la première fois d’un parapluie.

Je m’étais chargé des commissions pour la famille Meier, et j’allai donc chez eux ; auparavant, je passai chez Ravoisé. Le duc avait été dans l’après-midi chez le prince Henri, puis avait gagné l’Assemblée du Corps diplomatique dans l’uniforme de son régiment, coiffé d’un petit chapeau étriqué orné de l’aigrette. La duchesse était restée au logis. J’ai reçu aussi une lettre de Baer.

 

  • 10 Parues début 1789, sous forme de publication anonyme, les « Histoires secrètes… » étaient un conden (...)

le 19 janv. A neuf heures, je sortis comme hier en grande tenue pour me rendre en fiacre chez le duc. Il allait sortir en carosse. Je m’entretins avec lui. Il paraissait bien disposé, me demanda qui je fréquentais – il entendait par là quel architecte –, je lui parlai de Perrin. Il fit son éloge. Après cela, nous descendîmes l’escalier. Il voulait me charger de quelques commandes ici. « Les Français n’ont plus rien de nouveau, tout ce qui est chez eux nous l’avons aussi chez nous ». L’Angleterre semble avoir sa préférence en ce qui touche l’ameublement. Je l’aidai à monter dans sa voiture. Il partait pour la rue St-Jacques ; Bœhnen, Klein, Rieger partirent avec lui. « J’attendrai les ordres de son Altesse chez moi », et je m’en allai. Cela lui avait plus de me voir en grande tenue ; cependant il me dit que je pouvais aussi mettre d’autres habits. « Dites à Perrin, mon chez Wollzogen, qu’il s’enquière tout exprès des goûts du jour ». Je me déshabillai, laissai mon uniforme et mon épée, endossai ma redingote et allai chez Perrin ; de là je rentrai chez moi. J’ai acheté l’ouvrage « Histoires secrètes10 de la cour de Berlin » de Mirabeau, pour 9 Liv.

 

le 20 janv. J’ai dessiné mon plan, et le soir, je me suis fait coiffer et friser, ce qui m’occasionna un léger mal de tête. Le Duc était ce matin à côté de mon logis chez le libraire Mérigot. Il y demeura près de 2 heures. Je n’avais aucune envie de me montrer à la fenêtre. Bœhnen et Klein étaient avec lui.

 

le 21 janv. […] Aujourd’hui enfin, la glace s’est rompue sous les arches du Pont-Neuf, contre lesquelles elle s’était amoncelée au cours de la journée d’hier. Ce fut un beau spectacle que cette débâcle ! Le fleuve, qui pourtant est très large, était complètement encombré de blocs de glace monstrueux qui roulaient les uns sur les autres dans un grondement furieux ; les eaux avaient considérablement monté. Parmi les glaces flottaient souvent les débris d’un véhicule, ou sur un morceau à la dérive un tas de fumier, ou encore un tronc d’arbre. Au milieu de tout cet amas, on vit un grand chien sauter d’un morceau de glace à l’autre. Son maître surpris dans son véhicule par la fonte des neiges avait péri noyé. L’animal passa par le Pont-Neuf et le Palais-Royal. Je ne sais pas ce qu’il est devenu. Les rives et tous les ponts étaient couverts par la multitude.

L’après-midi, j’allai en compagnie de Megrien à l’église St-Sulpice. Il y a là beaucoup d’architecture qui non seulement est en grande partie perdue, mais même a quelque chose d’incongru, étant vue sous un angle trop grand […].

 

le 22 janv. J’ai eu une épouvantable soif, la nuit dernière, et quoique j’eusse de l’eau dans ma chambre, il me fut impossible d’en boire parce qu’elle a vraiment l’air de trop mauvaise qualité et que d’ailleurs elle est malsaine ; c’est pourquoi je m’en tiendrai au lait.

  • 11 Jean Reichsgraf (comte d’Empire) von Diodati (1733-1807) représenta de 1781 à 1792 le duc de Meckle (...)
  • 12 Nous n’en apprenons pas davantage sur ces deux personnages (« Die Fürstin *** » et « Der Fürst ***  (...)
  • 13 Nous n’en apprenons pas davantage sur ces deux personnages (« Die Fürstin *** » et « Der Fürst ***  (...)

Perrodin chez moi. A 1 heure 1/2, un domestique vint m’annoncer que le duc me mandait chez lui pour 2 heures. Je mis un habit noir, pris mon épée de cour avec son cordon, et une haute vergette ; j’avais très bien fait, car il voulait que je grossisse sa suite, vu qu’il attendait de la visite. Rieger était là, ainsi que Bœhnen. Nous nous assemblâmes dans l’antichambre, puis dans le salon. L’ambassadeur du Portugal *** vint en premier, il parle passablement l’allemand, il a servi à Ratisbonne comme capitaine des hussards dans un régiment allemand, et il a à présent le grade de général en France. C’est un homme de 40 à 50 ans, pas très grand, qui a fort l’usage du monde ; on n’en voit pas moins de quelle nation il est. Le duc fit apparition peu après, se montra très courtois et lui tendit la main. Bœhnen l’avait accueilli dans l’antichambre. Après arriva l’ambassr du Mecklembourg, le comte Theodati11, un homme encore jeune, de 40 ans, grand et plutôt bien de sa personne. On s’assit, le Duc nous fit signe de prendre place également ; mais nous restâmes debout. Puis vint la Duchesse. L’ambassadeur du Mecklembourg, surtout, adressa la parole en français à la Duchesse, elle répondit juste par quelques mots. Elle ne sait que très peu de français, à la Comédie le Duc lui expliqua diverses choses qui étaient pourtant très faciles ; s’il lui arrive d’être obligée de prendre part à la conversation, ce n’est que pour dire deux ou trois mots. Elle semblait très gênée et embarrassée, elle jouait avec son éventail et n’eut point de cesse qu’elle ne l’eût brisé. On voyait qu’elle respirait difficilement, si grande était son anxiété. Finalement, l’ambassadr du Portugal lui parla en allemand. Ils restèrent ainsi environ une demi-heure, puis Pombal commença à prendre congé. Au bout de quelques minutes, il fut imité par l’ambassadeur du Mecklembourg. Le duc s’était abondamment informé auprès du Portugais au sujet du voyage en Espagne et des bibliothèques dans les monastères. On attendait aussi la marquise de Ponce, sœur de Mme de Mercié ; mais elle n’arrivait pas. En attendant, on parlait de choses et d’autres. La duchesse railla le duc à cause de ses bas de soie blancs jaunis et il parut le prendre mal. Elle recommença pourtant. Il fit : « Je suis certain que nul dans cette salle n’en porte d’aussi fins que les miens » ; l’ambassadeur du Mecklembourg en portait même avec des taches, il l’avait remarqué. On parla du Théâtre de Monsieur, disant que demain ce serait sans doute amusant. « Alors, nous irons », dit la Duchesse ; avant elle se serait contenté de demander respectueusement : « Votre Altesse ira-t-elle demain à la Comédie ? ». Elle a certainement sur le Duc un grand ascendant qui n’est pas l’effet d’un dessein médité mais du hasard. Le Duc l’avait choisie par caprice. Elle se soumettait à tout, était toujours humble, il la regardait encore comme son ouvrage, et c’est ainsi qu’il s’attacha ; à son âge un attachement est plus durable qu’à d’autres moments. On parla bâtiments. Le Duc n’aime pas Ste Geneviève : « Cela ne repose pas la vue » ; il ne sait pas lui-même ce qu’il entend par là. Le Duc était bien mis, et pour le coup il se croyait habillé comme un Parisien. 11 portait son habit de velours incarnat plutôt passé ; un toupet coupé court et des bouclettes de deux pouces de long relevées par derrière ; le petit ruban de l’ordre de Charles à la boutonnière ; des bas de soie blancs qui étaient si solidement attachés qu’il ne pouvait s’asseoir qu’avec peine – mais il tirait vanité de ce qu’ils ne fissent aucun pli. Ce qui me fit le plus honte, ce furent ses toutes petites boucles sur ses grands souliers. Un chapeau plat avec un plumet autour et une bourse à cheveux vaguement carrée, une épée de parade en argent avec un cordon constituaient sa tenue d’apparat. La marquise ne venant toujours pas, nous nous rendîmes chez le prince Salm : le duc et la duchesse dans un carrosse, Rieger, Bœhnen et moi dans l’autre. Un gentilhomme de la cour nous accueillit au bas des marches. Il y avait de nombreux domestiques, tous de grands et beaux gaillards, à peu près 20 personnes. Nous fûmes conduits dans un petit salon, éclairé d’en haut. Le prince Salm faisait son possible pour se donner l’air d’un seigneur du Saint-Empire germanique qui ne possède rien mais qui, fier de son prestige, se voit comparé à plus riche que lui. La Princesse ***12 s’adressa à la Duchesse, elle avait pris la première place d’un côté de la cheminée. La princesse de Fürstenberg-Sigmaringen, qui a quitté son époux, une jeune, très jolie et gracieuse dame, était toute seule, assise de l’autre côté ; et vu qu’on la laissait seule et que ni le Duc ni la Duchesse (par embarras) ne causaient avec elle, elle se leva promptement et s’en alla. Le Prince ***13 est âgé, de stature moyenne, ramassé, mais il a quelque chose de suffisant dans sa physionomie. Le commandant du régiment des Deux-Ponts et un autre homme, âgé et de petite taille, que je ne connaissais pas, se trouvaient là.

Le Prince de Salm a son Hôtel à un bel emplacement. La cour intérieure me parut être une imitation de l’Ecole de chirurgie. Je pus voir en détail les appartements. Il me semble à tout le moins que la décoration est extraordt pesante : les moulures surchargées ont été presque toutes conservées, particulièrement dans le petit salon où nous étions et où les colonnes ioniques ne sont absolument pas à leur place. Je vis dans un petit cabinet les caissons, très étroits, tapissés de damas plissé ; c’est d’un assez bel effet, mais la poussière et la vermine s’y nichent facilement.

  • 14 de Voltaire.
  • 15 L’acteur et metteur en scène H.-L. Le Kain (1729) avait tenté précisément grâce à cette scène (Arsa (...)
  • 16 En allemand « Die Decoration ». Employé en français couramment au 18e siècle pour le[s] décor[s] de (...)

Nous allâmes à la Comédie-Fr. : « Sémiramis ». Nous avions, du côté de la reine, une loge de cinq places où on était assez à l’étroit. Devant nous était le balcon. Un Français se carra dans son siège juste devant le duc et braqua sa lorgnette sur son visage ; voilà qui a dû lui plaire. « Sémiramis » de ***14 fut bien joué. Digne d’un tableau est le moment où Arsaces surgit du tombeau15, ayant tué sa mère sans le savoir. Il s’avance l’air terrible, les traits décomposés, l’esprit égaré, titubant, appuyé sur son sabre. La décoration16 était très belle.

  • 17 Texte allemand : « 8-Zöllige », c’est-à-dire « Des 8 pouces ». Il s’agit de gens de grande taille q (...)

A ma grande satisfaction, nous retournâmes ensuite au logis car, n’ayant pas dîné, j’avais une faim épouvble. En sortant de chez lui, le duc m’avait fait dire par Bœhnen que je devrais l’accompagner chez le prince, puis à la comédie et que je souperais chez lui – mais pour aujourd’hui seulement. A une table oblongue le duc était assis près de la duchesse ; juste en face de lui Bœhnen, et Klein à côté ; du petit côté, près de la duchesse, Rieger dont le couvert avait été enlevé parce qu’il ne soupe pas ; vis-à-vis à côté du duc Votre Serviteur. C’est Bœhnen qui s’était chargé de servir les viandes et, d’un côté de la table à l’autre, les tendait au duc qui les présentait à la duchesse. Quand il n’en voulait pas, il les repassait à Bœhnen ; il ne me les passa qu’à de rares reprises, il semblait ne pas y penser. Le duc commença par jeter une poudre dans son verre et versa dessus de l’eau acidulée d’une cruche. Puis il but un verre de vin. Il mange beaucoup – surtout des petits pois de primeur que personne d’autre que lui ne prit. Il y avait une douzaine de plats. Seuls 3 ou 4 laquais servaient à table. Rieger parla tout le temps de Paris, de Mirabeau, de Beaumarchais, etc. Après le repas, je parlai des mauvaises constructions des Français : le plus modeste des bourgeois en Allemagne est souvent mieux logé, dis-je, que bien des hommes les plus en vue de Paris ; les maisons sont si mal bâties que l’on sent le vent dans tous les coins et qu’au dernier étage, tout tremble jusqu’au lit quand passe un carrosse ; les caves sont en mauvais état […]. Rieger ne se gêne pas le moins du monde devant le duc, allant même jusqu’à l’impolitesse. Le duc le sent parfois, mais il ne dit rien. Souvent, il lui coupait la parole ; quand Rieger disait : « Oui » – « Non », il demandait alors : « C’est oui ou c’est non ? ». Le duc s’informe très exactement au sujet de l’ étiquette et, fréquemment, s’embarrasse des moindres vétilles – lui d’ordinaire un si grand maître des cérémonies. Tout homme de grande taille ne saurait être que dans son régiment. Voilà des gens pour sa garde du corps : « Tous des huit pouces17 », dit-il des gens salariés par le prince Salm. « J’ai fait semblant de ne pas les lorgner mais j’avais les yeux sur eux ».

  • 18 Cette scène paraît se situer au moment où le duc quitte l’Hôtel du prince Salm pour se rendre à la (...)

Lorsque le duc monta en voiture18, une députation de 5 ou 6 poissardes l’attendait. On lui dit qu’elle allaient peut-être l’embrasser – il eut une peur bleue ; il leur fit donner 2 Louis, mais elles ne voulurent pas s’en aller, elles voulaient voir le Prince et la Princesse. « Vive le Roi, le Prince et la Princesse », criaient-elles lorsqu’il descendit les escaliers, tout en chantant horriblement. Les tambours et les fifres de Versailles et Paris étaient aussi venus à son Hôtel et ils jouèrent sous ses fenêtres. Bœhnen leur donna quelque chose, deux écus de six livres, je crois. Le duc fit un bref compliment et se retira avec la duchesse dans leur chambre. Pendant la journée, à plusieurs reprises, j’avais jeté un coup d’œil en passant : tout y était sens dessus dessous, le pot-de-chambre était au beau milieu. […].

 

le 24 janv. Ne suis pas sorti. Dessiné toute la journée. Le soir chez Hoyer pour boire du thé en sa compagnie. Il a rapporté de Mannheim une maladie vénérienne qui l’incommode beaucoup. Nous entendîmes soudain un grand vacarme : le vent avait arraché les chapeaux des cheminées qui sont très hautes.

 

le 25 janv. Je devais être à 1 heure chez le duc ; aussi, je m’habillai en hâte. Lorsque je fus prêt, je ne trouvai pas mon épée que j’avais oubliée chez Huber ; et ce dernier était sorti. Pourtant, il fallait bien ouvrir, et personne n’y parvint, même le serrurier. Huber arriva juste au moment où j’allais faire défoncer la porte. Mais maintenant, point de fiacre. Il me fallut attendre de midi 1/2 jusqu’à 3 heures, où j’eus la plus grande peine à en avoir un. Quand enfin j’arrivai, j’appris qu’il s’agissait seulement d’aller avec la duchesse chez Mlle Dervieux ; mais c’était trop tard à présent. […].

 

  • 19 Opéra-bouffe, musique « del Signor Tritta », joué pour l’ouverture du Théâtre de Monsieur (« le nou (...)
  • 20 M. Rovedino, superbe basse-taille, dont la manière de chanter a excité les plus vifs transports («  (...)

le 26 janv. Ne pensant pas que le duc m’enverrait chercher aujourd’hui, je sortis de bonne heure pour aller chez David ; ensuite chez Perrin, où je pris un café ; retour au logis par la rue Saint-Denis. Le duc m’avait convoqué pour 2 heures. Je me rendis chez lui – il était sorti en carrosse. Il me faisait dire de me rendre au nouvel Opéra d’abord pour retenir sa loge, et ensuite le conduire à celle-ci ; je partis dès 3 heures 1/2. Il y avait déjà beaucoup de monde, mais bien en avance puisque le bureau n’ouvrait qu’à 4 heures 1/2. Il me fallut donc attendre. Parmi l’assistance, j’aperçus un jeune officier en frac bleu et rouge. A son chapeau et au cordon je pus voir que c’était un militaire allemand. Je lui adressai la parole, et j’appris que c’était le Capne Schwarz au service du duc de Weimar, qu’il avait fait ses études à Gœttingue, qu’il avait été ami de Mareschall et Burstorf, qu’il connaissait aussi Rumor, Mandelsloh à Weimar, etc., et que d’ici il se rendait à Londres. Les gardes françaises occupèrent le poste qui est en ce moment aux Tuileries. On ouvrit enfin. La presse ne fut pourtant pas aussi grande que je me l’étais imaginé. Les billets furent promptement distribués, et aux 5 à 600 personnes qui patientaient encore, il ne resta rien d’autre à faire que de contempler ceux qui arrivaient peu à peu et qui avaient soit des places fixes, soit des loges. Pour ne pas manquer le duc je me postai à la porte, et je vis les belles dames et les beaux messieurs entrer en se donnant des airs plus ou moins importants. Juste comme la symphonie commençait, le duc arriva. Avec lui se trouvait la marquise de Bons, une jolie petite femme, la sœur de Mme Macco. Notre loge était de 9 places, mais nous n’étions que 6. Elle a le no 2 « du côté de la reine », c’est ainsi que l’on répartit ici, dans les grands spectacles, les loges à droite et à gauche – « le côté du roi » est l’autre côté. La salle était comble, éclairée d’en haut par 11 lanternes en quinconce. J’achetai un livre pour 3 Liv. et j’en fis présent au duc. Après la symphonie, un acteur en habit noir avec des gants glacés blancs vint sur la scène pour prononcer un compliment bien tourné [qui] exposait les buts du spectacle, rappelait la protection du Prince sous laquelle, il était placé, et remerciait par avance le public de son indulgence. D’entrée, il ne parvint pas à placer un mot, un bruit qui était né au parterre et enflait dès qu’il voulait parler l’obligea à recommencer sans cesse. Quelqu’un cria plusieurs fois : « Point de cabale ! ». Un Français du parterre cria, en le voyant : « Ôtez-moi cet animal-là ! ». Il fut expulsé. Quelques passages du discours furent très applaudis. L’acteur se retira, la symphonie commença et le rideau se leva. Le choix de la pièce « Le vicente amorose19 » de ***, musique de ***, n’est pas des plus heureux. Qui allait être l’acteur favori du public ? Ce dernier resta indécis jusqu’à ce qu’enfin, ***, une belle basse20, reçut les applaudissements unanimes ; le jugement me parut équitable. L’acteur a beaucoup de maintien dans son action et c’est certainement lui qui chante le mieux. Baletti : on était déjà prévenu en sa faveur et son arrivée fut saluée par les applaudissements. Pourtant, elle ne chanta pas autrement, si grande était son anxiété. Son jeu manquait étonnamment d’aisance auprès des deux autres qui ont beaucoup d’action. Les récitatifs ennuyèrent fort les Parisiens ; à plusieurs reprises, des murmures se firent entendre, qui auraient pu mettre la pièce en péril sans l’arrivée opportune des airs. On battit des mains quand l’orchestre attaqua, preuve que l’on était à présent satisfait. Le langage du parterre, qui est souverain, est au commencement incompréhensible pour un étranger quelles qu’en soient la clarté et la facilité pour un Parisien. Je fis bien attention au Duc pour voir sa réaction à l’arrivée de Baletti. Il souhaitait que la pièce et les acteurs fussent sifflés… parce qu’elle en était. De toutes parts, il entendait faire son éloge. Il se tourna vers la marquise : « Ils ont certainement attendu davantage qu’ils n’ont trouvé », et, prenant une vengeance bien mesquine, il ajouta à haute voix : « On voit bien à sa physionomie qu’elle a été grosse ». Quelle ne devait pas être sa peine, il est vrai, de voir une jeune fille qu’il avait fait élever, qui devait à cette éducation son talent et son art, qu’il avait eue dans son théâtre et qui en était partie secrètement, venir à Paris récolter le succès, quoique d’un autre côté il pût en être flatté. Cela seul peut être la raison qui lui fit dire du spectacle qu’il était exécrable. Il reconnut pourtant après coup que c’était elle qui avait le mieux chanté. Pour montrer ses connaissances en musique, il relevait ostensiblement les défauts des acteurs, allant même une fois jusqu’à dire à Bœhnen : « Si c’est pour moi qu’il avait chanté aussi faux, je lui aurais donné un soufflet ». La duchesse ne disait rien, car je ne crois pas qu’elle soit capable de distinguer ce qui est beau de ce qui ne l’est pas. En somme, ce spectacle a beaucoup de gens contre lui, je pense néanmoins qu’il réussira et pourra devenir un jour l’un des meilleurs, attendu qu’il a, à ce qu’il semble, de fermes soutiens. La décoration est passable sans être superbe. L’orchestre est bon. Le spectacle sera demain et peut-être, tout au plus, après-demain le sujet du jour ; et les pauvres chevaux devront tirer à une allure folle les cabriolets des jeunes fats pour que ceux-ci aillent demander à leur maîtresse et à leurs cercles ce qu’ils pensent du spectacle, ou le raconter eux-mêmes si l’on n’y était pas. Ils auront passé la nuit à méditer quelques traits d’esprit, ils pourront alors déballer une satire qui fera rire tout le monde… Et ce sera leur récompense.

Je rentrai avec le duc et je soupai chez lui. Il parla de […] l’actuel grand-bailli Eppler qui est médiocre ; fit l’éloge de Neuffer, l’archivte ; fit aussi celui du secrétre Moser dont il n’a jamais entendu citer le nom, signe qu’il est modéré dans ses prétentions, etc. Vers les 11 heures, je regagnai mon logis à pied. […].

 

  • 21 Le texte allemand ajoute « von ungefähr 7-8 Zoll » (= d’environ 7 ou 8 pouces). Rapprochée de la re (...)
  • 22 Le baron K.-F. Hieronymus von Münchhausen a existé. Né dans le Brunswick en 1720 où il est mort en  (...)
  • 23 V. supra note rel. à « Histoires secrètes » (63, 14).*

le 27 janv. J’ai déjeuné avec David, c.à.d. j’ai bu du thé et mangé du pain avec du beurre et du fromage de la Brie ; avant, nous fumâmes une bonne pipe bourrée du tabac que Klein m’avait rapporté. Il le trouva excellt. Heureusement je retournai au logis à temps car à 1 heure, je devais être chez le duc. Le Prince Henri devait venir. Il arriva vers les 2 heures – la duchesse était partie en carrosse auparavant-, le duc l’accueillit en haut de l’escalier, je l’aidai à descendre de voiture. Que l’on se représente un homme de petite taille […]21, l’air vieillot, le front un peu aplati, de grands sourcils proéminents, sous lesquels brille un regard ardent, un nez plutôt long, la distance de la base du nez à la bouche un peu grande, et les coins de la bouche s’abaissant légèrement. Il ressemblait au vieux roi à en juger d’après les portraits que l’on a de lui. Je ne pus saisir de quoi le duc s’entretenait avec lui. Le gentilhomme qui était avec lui, M. de Munchhausen, chambellan et chevalier teutonique, la trentaine environ, passe pour être un grand musicien, mais il a tout l’air d’un hurluberlu. Comment m’imaginer autre chose avec un tel nom22. Il parla de l’écrit de Mirabeau23 ; dit que le Prince en avait offert lui-même 12 exemplaires ; qu’une épigramme courait, disant à peu près que si l’écrit devait être brûlé par le bourreau, ce serait déjà lui faire trop d’honneur, qu’il méritait d’être brûlé par la main de l’auteur. Il connaît Wollzogen à Cologne. […].

 

  • 24 Le personnage de Maria apparaît dans « Tristram Shandy » et dans le « Voyage sentimental » de Laure (...)
  • 25 Probablement le peintre de genre Martin Drolling (Sélestat 1752-Paris 1817), dont le fils Michel Dr (...)

le 28 janv. Je ne trouvai pas Delanoy chez lui. J’allai au Palais-Royal, pris une tasse de lait au café de la Régence, me rendis chez Six où je contemplai quelques estampes anglaises. Leur prix est énorme : une gravure ovale, enluminée, comme par ex. Maria de Jorik24 coûte de 27 à 30 Liv. Je ne trouvai pas Goldschmidt. […] En sortant de là, j’allai chez Droll25, un paysagiste en manière brune qui a séjourné en Italie et a chez lui de jolis dessins d’intérieurs. Son hôte, un maître d’armes, monta, sachant que je cherche quelqu’un pour me donner des leçons. Impertinent et vantard comme le sont les Français dans tout ce qu’ils font, il n’eut de cesse de crier comme un forcené : « Vous n’avez aucun principe. Je vous apprendrai à vous tenir d’aplomb. Il n’y a que le Parisien pour les armes, etc. ». Une chose est certaine : ce n’est pas à Paris que j’apprendrai l’escrime !

 

le 3 Février. J’ai terminé « L’histoire secrète de la Cour de Berlin » par le comte de Mirabeau. Comment imaginer plus impudent que la publication de ces lettres !

Charmante est la distinction des Français entre politesse ordinaire et extraordinaire : « Je lui ai fait la politesse ordinaire » me disait récemment un Français à propos d’un jeune homme qui avait des lettres de recommandation pour lui. « L’homme n’est pas du tout considéré à Paris, ce n’est que son étalage qui le fait valoir ». […].

 

le 6 fév. Je voulais juste aller à la vente de Le Brun lorsque le duc m’envoya chercher. Je dînai et soupai chez lui, et j’allai avec lui à l’Opéra où l’on jouait « Panurge dans l’Isle des Lanternes ». […]

Le duc a la permission du roi de placer sa voiture près de celle des ambassadeurs, et il la fait donc avancer quand il vient. Il est parti au dernier acte, juste quand le ballet commençait.

Lorsque je rentrai vers 10 heures au logis, je pris un fiacre. Vu que les chevaux n’en pouvaient plus, le cocher fut forcé de me remettre à un autre dont le véhicule se heurta si violemment contre un fiacre venant en sens inverse que le cheval tomba sous les roues et que le timon se brisa en mille morceaux. Il me fallut donc descendre à nouveau et prendre un falot pour ramener au logis mon encombrante personne […].

Post[scriptum] : le duc semble bien peu familiarisé avec les cabinets des Cours étrangères et avec la politique extérieure. Cette matière est probablement trop ardue et trop vaste pour lui. Son cœur n’est pas naturellement bon car il [est] jaloux du bien et se réjouit du mal qui arrive aux autres. C’est ainsi qu’il est heureux comme un enfant à la pensée que la pièce jouée demain à la Comédie fr. tombera. Il lit l’« Histoire secrète de Berlin » avec beaucoup d’attention parce que l’auteur accable les grands seigneurs, dont il ne peut souffrir aucun puisqu’ils sont ses égaux et qu’il voudrait être l’unique. Il a, surtout pour son entourage, le regard perçant et une bonne mémoire, il loue ses anciens serviteurs et leur rend justice quand ils sont morts.

 

  • 26 Kolin, ville de Bohême, où Frédéric II subit en 1757 une défaite devant les Autrichiens.*
  • 27 le château de Hohenheim fut construit en 1785 au sud de Stuttgart. L’épouse du duc était comtesse d (...)
  • 28 Mot hongrois signifiant « fantassin » (en allemand : Heiduck). Plus particulièrement utilisé par le (...)

le 7 fév. J’ai rendu visite à Schaeffer pour l’envoyer à la duchesse. Me suis enquis de Meyer, suis allé chez Ravoisé, ai déjeuné au café de ***, été appelé ensuite chez le duc où je dînai et soupai. Il parla beaucoup de la bataille de Collin26 et de sa bravoure. Après le repas, je l’interrogeai au sujet du 20e Cahier du Jardin anglais et je lui parlai du plan de Hohenheim27 que Le Rouge désirerait avoir. « Ce n’est pas du tout nécessaire », dit-il, peu après : « Tout cela est misérable », et sur ce, il s’en alla. Je ne parviens pas à démêler cette façon de penser. Il faut étudier de près ce qui lui est agréable et ne jamais rien avancer qui puisse le lui rappeler ne serait-ce qu’indirectement. Il prétend savoir bien l’allemand et il le parle très mal, surtout dans le choix des mots. Sa grande lubie, maintenant, ce sont les gens de grande taille. Il en a recruté ici quelques-uns comme heiduques28. Bœhnen m’a proposé pour le transport : peut-être cela se fera-t-il ?

J’ai été avec lui à la Comédie-Française. Nous ne sommes pas arrivés tout-à-fait au commencement. On représentait une pièce nouvelle, « Astyanax ». Dès le 2e acte, une rumeur naquit au parterre. Le bruit s’enfla sans cesse jusqu’à finir par des cris de « A bas ! ». Les acteurs arrêtèrent. L’actrice qui jouait Andromaque, après avoir fait signe qu’elle exigeait de connaître la volonté réelle du public et obtenu le silence, demanda : « Désirez-vous que… ». Quelques « Oui » qui jaillirent avec force en décidèrent et on continua à jouer la pièce. Mais dès lors, les spectateurs firent attention à chaque mot qui était prononcé, à chaque vers, à chaque métaphore ; et il y a lieu de leur rendre cette justice que leurs remarques étaient aussi justes que promptes, et qu’ils les faisaient entendre à l’instant par des huées, ou des « Ah » ou tout autre bruit. Cela dura presque jusqu’à la fin du 5e acte où, à cause du vacarme perpétuel, les acteurs et le souffleur ne s’entendaient plus, et l’on dut baisser le rideau. Maintenant, on devait jouer « Crispin rival de son maître ». Ces deux personnages paraissaient dès la première scène. Un murmure général, un « à bas », quelques coups de sifflets s’élevèrent. Ils étaient dirigés contre La Rochelle, l’acteur qui jouait le rôle de Crispin. On ne voulait pas de lui, mais d’un autre, meilleur, Dugazon. Les pauvres acteurs étaient là, debout, se voyaient sifflés et bafoués, et ils ne savaient que faire. On criait sans cesse « Dugazon, Dugazon ! ». Ils finirent par se retirer. Comme on ne put trouver Dugazon, ils revinrent sur la scène et voulurent commencer, mais c’est alors que le vacarme se déchaîna pour de bon, les sifflets redoublèrent et lancèrent même des trilles. La Rochelle voulut parler au public et s’excuser sans doute de se présenter de nouveau, mais personne ne l’écouta et les deux comédiens furent forcés de quitter la scène. Valère parut alors seul et déclara que puisqu’on n’avait pas pu trouver M. Dugazon, le rôle serait joué par M. Ablarenart. « Bon », cria-t-on et la paix se fît. Pourtant quelques-uns lancèrent : « A l’amende Dugazon ». Et enfin, le spectacle commença. Maintenant que le calme était revenu, ce fut au tour du duc de s’ennuyer, car par pure malignité, il s’était fortement diverti. Sur ces entrefaites, Rieger de retour de Versailles était aussi venu à la Comédie, où se trouvait Simoline, l’ambassadeur de Russie, que le duc avait également invité. Je dus commander les voitures et l’on partit.

Rieger dit au duc qu’en arrivant à la Comédie, il avait demandé où on en était [et] qu’il avait [eu] pour réponse qu’ils en étaient au 5e acte, et qu’on pensait qu’ils iraient jusqu’au bout. Il se montra fâché que le duc désirât moins voir le public content du spectacle, que se repaître de la confusion.

 

  • 29 Johann Friedrich Lebret (1732-1807), historien et théologien, en 1779 Professeur à la « Grande Ecol (...)

le 11 fév. A huit heures, je me rendis chez le duc afin de lui présenter mes vœux d’anniversaire. Il m’invita à dîner, puis partit avec Lebret29, Klein et Bœhnen. Le duc fera un voyage en Angleterre, il sera absent jusqu’au 20. Il fit cadeau, pour son anniversaire, de 2 Louis à chaque valet de chambre, de 1 1/2 à chaque domestique et de 1 Louis à chaque laquais de louage ainsi qu’au cocher. Le duc étant sorti une deuxième fois pour se rendre chez le baron de Stahl, la duchesse me fit venir : « Je n’ai pas encore pu m’informer au sujet de votre famille qui m’intéresse. Je serai brève – car son Altesse va bientôt être de retour. Dites-moi comment je pourrai vous rendre service, parlez-moi franchement ». Je lui répondis que mon vœu étant de me rendre le plus utile possible, je désirais avoir occasion de pouvoir prendre quelques leçons. « Oui, oui, je vous comprends » dit-elle. Elle répéta à plusieurs reprises : « Mon influence est très faible ». Elle me dit quelques mots au sujet de la cassette du duc, ajoutant que le duc me laisserait quelque chose en partant, qu’elle n’avait pas du tout mis le nez dans mes affaires, etc. « Comptez sur mon amitié », et je m’en allai. Elle accueillit le duc en grande toilette sur les marches, ce qui lui fit plaisir. Lebret partagea notre repas, et plia fort soigneust sa serviette. Après le repas, le duc demanda où il était. « Il n’est pas déjà parti », dis-je, « car il ne se croit pas dans une auberge où l’on ne fait qu’entrer et sortir ». – Le soir, j’allai avec les autres à la Comédie-Italienne. Les dorures y sont plus abondantes qu’à la Comédie-Française, mais les loges ne sont pas très bien placées et la salle et trop longue pour le théâtre. Les dames se plaignent de l’or sur fond bleu, cela leur nuit ainsi qu’à leur habillement. Je vis la fin de la « Servante justifiée », de plus « La dut » et le commencement des « Deux Savoyards ». Mme Dugazon jouait. Je vis non loin de moi une fort aimable personne, assise dans une loge et qui me fixait souvent. Je m’y pris de toutes les façons possibles pour savoir à qui elle s’adressait, mais elle ne laissa rien paraître. Je désirerais fort faire connaissance avec une dame qui unirait aux mérites de l’intelligence ceux de la décence et de la modestie ; on ne saurait que tirer d’innombres avantages d’une telle compagnie.

Le soir, je soupai chez le duc et rentrai ensuite au logis.

 

le 13 fév. […] Paris est grand dans les petites choses et petit dans les grandes.

 

le 15 fév. Ce matin, chez Delanoy qui n’y était pas, puis chez Harwey. A midi, j’ai dîné chez le duc. La princesse de Salm était là. Ensuite vint Mme la vicomtesse de Vargemond, née Mlle de Dunsdorf, la fine fleur de la noblesse. […] Enfin, dans un fiacre, vint Mme de Kœnigseck, fille du général Fabe de l’armée impériale, elle vit ici chichement, elle était chez la duchesse de Kingston. On dîna, et je me retirai dès la fin du repas.

Le duc parla des titres ; il faut lui donner, dit-il, « du très-humble et très-obéissant serviteur ». Il goûtait fort que l’Empereur lui écrivît maintenant en mettant : « A son Altesse Sérénissime ». […] Quel amour-propre ! […].

 

le 18 fév. Bœhnen est parti vers 1 h 1/2. J’y allai ce matin et me chargeai des dépenses. Le duc dînait au dehors. Auparavant vint l’ambassadeur d’Autriche, le Comte Merci, un homme qui a soixante ans bien sonnés. Le soir, nous sommes allés au « Misanthrope » de Molière, mais nous n’en avons vu que les 3 premiers actes, puis nous sommes partis.

 

le 19 fév. Le duc a fait quelques visites ; il a été reçu par le comte Theodati, ambassadeur du Mecklembourg. Il a mangé au dehors, et je dînai avec Klein chez les restaurateur de la Comédie-Ital. Le repas fut médiocre, et le vin nous causa un mal de tête. Le soir, le duc resta chez lui. J’eus bien du mal à découper les viandes, tâche que je n’avais jamais accomplie de ma vie.

 

le 20 fév. Le duc a dîné et soupé chez lui. Avant le repas, il fit quelques visites : il fut reçu par l’ambassadeur de Russie Simoline. Son hôtel appartient à Monsr de St-Laix qui n’en occupe que la moitié. La disposition intérieure en est des plus charmantes. Dans l’après-midi, le duc alla chez le prince Salm avec la duchesse. Celle-ci descendit de sa voiture pour aller retrouver la princesse, quant au duc et moi-même, nous nous rendîmes chez le nonce Borghia, un homme d’une quarantaine d’années, qui est très courtois et instruit de beaucoup de choses. Le soir, à la Comédie. Une pièce nouvelle de M. Colin, Les Châteaux en Espagne. La pièce comportant quelques allusions au roi et à la situation actuelle, elle passa et fut accueillie par quelques applaudissements. Molé y jouait très bien.

La duchesse a le meilleur cœur du monde, elle est vraiment sans prétention, et ne peut supporter de voir quelqu’un dans la souffrance ou la misère. Son intelligence n’est pas brillante ; néanmoins, il lui arrive de faire des réflexions judicieuses.

 

le 21 fév. Ce matin, le duc est parti à 5 heures 1/2. Après que j’eus arrangé un peu mes affaires dans la maison, j’allai chez Touret, Alaix, Meyer, Ravoisé, je rentrai au logis, puis je partis chez les Harwey.

Dînai chez Farget. Dans l’après-midi, Harwey est venu me voir. Le soir, j’allai chez les Meyer. L’abbé a été roué aujourd’hui. Il était de bonne famille, et l’on dit que les siens ont donné 60 000 Liv. pour que son nom fût gardé secret.

La princesse Salm a dû donner hier au coiffeur de la reine, Leonhardi, la somme de 4 Louis pour une seule coiffure, et encore, il paraît que c’est bon marché ; l’ordinaire coûte 10 à 12 sous. Quand une dame étrangère (comme par exemple la princesse Tabella qui a été présentée par l’ambassadrice de Naples) vient en France et paraît à la cour de Versailles, elle doit se faire 1) friser par le Coiffeur de la reine, 2) habiller par Mlle Bertin, la célèbre marchande de modes, 3) enseigner la révérence par Vestris. Cette unique visite lui revient donc, simplement pour ces 3 personnes, à au moins 1 500 Liv. Le Prince Radzivil est ici, un homme qui va habillé simplement, paraît tout observer avec la plus grande minutie, mais qui a des dehors bourrus. La plupart des affaires, ici, sont colportées par les domestiques. Ces gens-là, la lie du genre humain et le pur produit du manque d’éducation, de l’insolence et de l’oisiveté, s’assemblent souvent à 50 ou 60 dans les antichambres, et ils y racontent entre eux ce qu’ils savent de leurs maîtres.

 

le 24 fév. Rieger, que je croyais parti depuis longtemps, vint tout à coup chez moi. J’ai dîné au logis. […].

  • 30 Comme le Vauxhall, le panthéon était un lieu de concerts et de divertissements construit près du Pa (...)

Aujourd’hui, c’est la fin du carnaval. On voyait, durant ces 3 derniers jours, des masques dans toutes les rues : des arlequins, des espagnols, des maures, des polichinelles, etc. L’habitude est surtout que les hommes se déguisent en femmes, s’avancent à grand pas et se livrent à toutes espèces de facéties. On les appelle des « chie-en-lit » ; mais c’est vraisemblt un terme très grossier. C’est dans la rue St-Honoré que sont la plupart des masques. Y sont aussi postés à la même époque des gardes tous les 30 pas, les voitures roulent en procession sur deux files pour voir les masques rassemblés au milieu. J’étais avec Rieger dans un cabriolet. Mais comment aurions-nous pu attendre le moment de nous mettre dans la file des voitures – le cortège allait vraiment trop lentement !, nous prîmes donc une rue latérale et filâmes au Palais-Royal. Nous fîmes quelques tours, il y avait une grande foule mais rien qui valût la peine. Nous allâmes au Panthéon30, les entrées nous coûtèrent 36 Sols. Au commencement, ce n’était pas plein, mais vers 10 heures il y eut davantage de monde. Mme Delaurie vint avec sa troupe de filles et les produisit en public pour les vendre, c’était de gentils petits minois. Les enfants dansèrent leur ballet au milieu du salon [ovale], et les vieux barbons couraient tout autour afin de faire choix d’une demoiselle de compagnie pour le soir. Vers les 10 heures, on sortit et je regagnai mon logis.

  • 31 Banlieue du nord de Paris (actuellement St Lazare-Montmartre) où étaient situés les cabarets popula (...)

En ce moment, la moitié de Paris se livre à des activités frivoles. La populace, et souvent aussi ce qui n’en est pas, hante les grands salons et les Porcherons31 et toutes espèces de tripots, à la recherche du plaisir. Le beau monde, quant à lui, noue ses intrigues au bal de l’Opéra, ou bien s’y ennuie. Demain matin, les débauches de la nuit seront peintes sur mille visages, avec tout ce qui s’ensuit : le dépit d’avoir dissipé son argent d’aussi piètre manière, l’impossibilité de dégager du Mont-de-Piété les effets qu’on y a portés. […]

 

le 6 mars. Le valet de chambre d’un grand seigneur donne des leçons dans l’art et la manière de nouer les grandes cravattes que l’on porte à présent ; le cours complet coûte 6 Liv.

 

le 7 mars. […] J’ai été chez Harwey, puis j’ai traversé les Tuileries pour aller chez Rieger. […] Je dînai avec lui, puis je gagnai le Palais-Royal et les Variétés.

« Christophe Le Rond » – une pièce médiocre : Un homme dont rien ne peut exciter la colère, mais qui finit, le parti ayant été fait de le jeter hors de ses gonds, par s’emporter quand il apprend la trahison d’un ami, trahison qui n’est cependant qu’une fable inventée de toutes pièces.

« La Fête du jour » – une pièce misérable, très médiocre, sans intrigue, sans intérêt ; ne sera sans doute plus jouée.

« Le Médecin malgré tout le monde » – une satire du magnétisme qui est très plaisante et alerte ; d’un plus bel effet théâtral que la pièce d’Iffland qui traite le même sujet. Un français assis non loin de moi, la cinquantaine, une espèce d’abbé à ce qu’il paraissait, voulut me persuader de changer de place parce que je n’étais pas bien là où j’étais, il s’était fait précéder de son domestique, disait-il, pour se faire garder une place dans les premiers rangs. Il me prenait pour un Anglais, me raconta qu’il avait voyagé avec 4 voitures. On avait voulu visiter la dernière et on lui avait fait des difficultés à cause de quelques articles qu’il avait sur lui. Il avait promptement dépêché un courrier au Contrôleur général et alors tout avait été réglé. Il me présenta du tabac : « Il ne saurait qu’être bon, je l’ai habituellement d’un Fermier général ». — Bref, l’homme s’évertuait tellement à mentir que je ne pus m’empêcher de lui rire au nez. Il suffit d’avoir appelé une fois un Savoyard dans la rue pour faire une commission et l’on parle de son valet de chambre. Derrière moi était assis un homme qui se mêla de la conversation. Il avait un jour passé la frontière, raconta-t-il, et mis dans son porte-feuille les dentelles qu’il avait avec lui, il était descendu et avait dit à son valet de chambre de s’arrêter, de laisser visiter les bagages et de le rattraper ensuite. Eh bien, on ne s’était pas avisé de toucher à la moindre chose. Cela doit être un grand seigneur, pensai-je, je me retournai… et je vis un particulier dont je me serais écarté si la nuit je l’avais rencontré dans la rue ainsi accoutré. […]

 

le 13 mars. Extraordinaire la neige, ce matin ! L’instant d’après la neige fondit et les rues furent pleines d’eau. Aussitôt, les Savoyards, à l’affût de toute occasion de glaner quelque argent, sont là avec leurs ponts volants qui consistent en une planche, et ils mettent à contribution quiconque est forcé de traverser le ruisseau qui s’est formé. Les voitures roulent sans s’arrêter et n’épargnent pas les planches quand le Savoyard n’est pas assez prompt à enlever la sienne de devant les sabots des chevaux. Je ne passe jamais sur ce genre de planche, craignant qu’un jour elle ne soit retirée de dessous mes pieds et que je ne sois rudement culbuté dans l’eau, avec en plus le risque d’être renversé par une voiture.

Je fus chez Delanoy, lui apportai mon dessin et en pris d’autres en échange. – Chez Harwey. – Chez Allaix où je pris aussi quelques dessins. – Chez Perrin. Il a rapporté des crayons anglais, la douzaine de bonne qualité coûte 3 Liv. 12 S. ou 3 shilling. Un shilling vaut 24 S. Je lui en demandai une 1/2 douzaine ; mais comme il voulait m’en faire cadeau, je ne les acceptai pas. Le soir, je restai au logis et fis quelques extraits de St-Laix.

 

  • 32 Friedrich Freiherr von der Trenck (Königsberg 1726 - Paris 1794). Le personnage était connu du publ (...)

le 14 mars. Koenig m’a fait savoir qu’il m’invitait pour la soirée, le baron Trenk32 en sera. Je m’habillai et y allai vers les 7 heures. On but du punch et soupa ensuite à la parisienne, c.à.d. quelques poulardes, des compotes, de la salade, du dessert. Il n’y a jamais de soupe le soir. […]

Le baron Trenk : quelques pouces de plus que moi, 65 ans mais ne les paraît pas. Ses cheveux, il est vrai, sont tout blancs, soigneusement peignés en arrière et retenus dans une bourse, sur les côtés ils forment naturellement une boucle. Il marche un peu voûté. Son visage annonce la douceur et le calme, et ne se contracte qu’à de rares moments pour prendre une expression moqueuse bien que débonnaire. Pourtant, il ne dénote ni la délicatesse ni l’élévation d’esprit que l’on espérait y trouver. L’homme parle peu, à voix basse, ses mots ne sont pas choisis, il préfère s’exprimer en allemand plutôt qu’en français, quoiqu’il parle cette langue. Il se tient le plus souvent les bras croisés ; et quand je le voyais debout devant la cheminée, les mains derrière le dos, regardant droit devant soi, je me représentais d’un coup toute la situation de cet homme victime de tant de mauvais traitements, et je ne pus lui refuser ma compassion qui allait presque jusqu’à l’émotion. Je l’avais toujours pris auparavant pour un rebelle, pour un querelleur ; mais comment cette pensée n’aurait-elle pas fait place à l’estime que l’on doit à un être qui, avec ses cheveux déjà blanchis, son air rien moins que querelleur, et toutes les souffrances qu’il a endurées, se tient devant vous ? « Mon existence ne sera vraie qu’a posteriori », dit-il. Il en veut toujours, et à juste titre, à l’ancien roi. « Que pensez-vous de l’actuel ? » F interrogea-t-on. Il se tut un instant. « C’est un honnête homme », finit-il par dire, « qui n’a pas l’intention de faire du mal à quiconque ». Je lui demandai si le théâtre berlinois était florissant, si le roi s’y rendait souvent. « Rarement », fut sa réponse, « mais il ne manque jamais un sermon ». – Quelle fut donc la vraie raison pour laquelle le roi vous a fait tout ce mal ? « Je n’ai pas le droit de le dire », répondit-il, « et je ne le dirai pas ». On m’a affirmé que c’était une aventure amoureuse irréfléchie avec la princesse Amélie et qu’il avait sans doute, dans cette occasion, manqué de discrétion. Il ne parle de ses prisons et autres vicissitudes que quand on l’interroge, mais il ne s’y refuse pas, tout en se montrant peu bavard à ce sujet. Il semble être très favorable à la loi berlinoise contre le catholicisme et être un ennemi déclaré des curés. Il raconta toutes sortes d’anecdotes à propos de la présence du pape à Vienne : la vraie cause de son voyage aurait été un certain Gunther dont il chercha, auprès de l’Empereur, à obtenir la chute parce que c’était lui qui avait inspiré à ce dernier l’idée de s’enrichir grâce à la fermeture des monastères ; il y parvint. Sa nature est telle que rien ne semble l’abattre. Malgré tant de maux qui mirent son corps et son esprit à si rude épreuve, on ne lui donnerait guère plus de 40 ans. Il a dû être d’une force prodigieuse car je le vis porter un homme corpulent sur son mollet sans placer le genou de la jambe porteuse dans le creux de l’autre jambe, mais au contraire la tendre complètement. Il n’y a pas six semaines qu’il aurait fait un saut de 14 pieds au-dessus d’un fossé. « Je n’ai jamais été la dupe du simple soldat, mais souvent de l’officier ». Il en est arrivé au point, dit-il, qu’il peut ouvrir toute serrure si ingénieuse soit-elle, qu’il peut couper à la lime tout morceau de fer ; et quand même ce serait du bois qui lui servirait de lime, le fer finirait à la longue par céder.

Il était vêtu de noir, au côté une épée avec son cordon. Je lui contai l’accident arrivé à la petite-fille de Diderot, un enfant de 10 ans, pourvu de connaissances extraordinaires dans tous les domaines, quelque chose d’inouï pour son âge, à qui il vint une tumeur au cerveau. On se résolut à la retrancher. Pendant l’opération, le cerveau tomba dans les mains du chirurgien et l’enfant mourut. Il affirma qu’il lui était survenu une chose semblable. Alors qu’il était en Russie, il avait pendant quelques jours si intensément réfléchi à un problème d’algèbre qu’il avait soudain ressenti à la tête une douleur peu commune et que, depuis, toutes ses connaissances en algèbre, et il en possédait beaucoup, avaient complètement disparu. Il n’était même plus capable de faire les comptes qu’exige la vie ordinaire sans ressentir des douleurs sur-le-champ. Pendant le souper il ne dit presque rien ; car Gambs – fidèle à sa mauvaise habitude de vouloir briller partout – ne laissa personne placer un mot. Nous arrangeâmes une partie, la compagnie se retrouvera demain en quinze. On se sépara tard, je rentrai au logis à 1 heure.

 

le 15 mars. Je me fis beau pour aller chez Madame Suin qui n’y était pas. Puis un moment chez Harwey, puis chez Baletti… absente elle aussi. Une bourrasque me jeta dans le café de Chartre. Je dînai à l’Hôtel de Bourbon. On n’y causait de rien d’autre que du Tiers Etat et des Etats généraux. Retour au logis, de là chez Mme Suin… toujours absente. […] Le soir, je voulus rendre visite aux Meyer, mais je ne les trouvai point. Je restai chez Ravoisé, Allaix me raccompagna chez moi.

 

le 16 mars. J’ai dessiné et écrit toute la journée et ne suis sorti que pour dîner. Le soir, je suis passé entre les mains de mon coiffeur qui, de ses fers et des ses ciseaux, me frisa si bien mes pauvres cheveux que j’en sortis tout endolori et avec un mal de tête. J’allai me coucher de bonne heure.

 

le 19 mars. […] Tout est vraiment traité en farce. Ce matin des hommes défilèrent avec des bouquets de fleurs, des oriflammes, au son des tambours et de la musique. Ce n’est rien d’autre que la mi-carême, c.a.d. que l’on est au milieu du jeûne, ce qui donne le signal des réjouissances pour les porteurs d’eau, les bateliers et les lavandières. Attendu que ces gens sont très pauvres et ont une occupation qui ne souffre d’être interrompue un seul jour, on n’en voit que très peu avec leurs beaux costumes. Ceux que l’on voit en procession pour annoncer la mi-carême sont des mouchards payés par la police. Cela me révolte chaque fois que je vois des créatures de la police, quoiqu’elles soient soudoyées après tout pour ma tranquillité et ma sûreté.

 

le 20 mars, vendredi. A midi, j’ai dîné chez les Koenig […]. Un jeune homme de Magdebourg, ***, qui a longtemps vécu à Nantes et retourne maintenant en Allemagne : il plut très fort à ces dames, et lorsqu’il partit, elles burent solennellement à sa santé. Un autre, dénommé Mez, de Strasbourg. Landgraf, un garçon qui, à ce titre, raconte au beau sexe les histoires les plus indécentes, une chose qu’à Paris l’on ne [trouve] pas insolite ; on y cause clairement d’affaires auxquelles chez nous, en compagnie, on n’oserait même pas penser, et on sourit et on rit des sujets les plus innocents, du moment qu’ils donnent lieu à une quelconque ambiguïté […].

 

le 23 mars. C’est aujourd’hui la grand’messe en l’église des Augustins pour célébrer la reddition de Paris aux mains d’Henri IV et son abjuration. Toute la matinée se passa donc pour les prêtres et les frères de Notre-Dame à faire leur entrée dans l’église après avoir défilé sur les quais par petits groupes, revêtus de leurs plus beaux ornements et avec tout le cérémonial et l’attirail d’usage. En dernier vinrent aussi les parlementaires en manteaux rouges, entourés et escortés des garde du corps et des gardes de la ville habillés dans leur grand uniforme, malheureusement au mépris de la mode, s’avançant solennellement avec autant de lourdeur et, chaussés de leurs bas rouges, avec encore plus de ridicule que n’en ont les Prussiens tout roides que les Français se plaisent d’ordinaire à mettre sur leurs théâtres. Les magistrats se faisaient porter la queue de leur robe par leurs valets. Le Parlement n’était cependant pas là au complet, seuls une vingtaine de ses membres étaient venus. Dans de telles occasions, la vigilance de la police est tout-à-fait digne d’être louée car elle poste des gardes tout au long des rues que la procession doit parcourir. Il se trouva justement que l’on promenait le Saint-Sacrement. Les gardes s’assemblèrent, mirent l’arme sur l’épaule et posèrent un genou en terre en présentant les armes lorsque le Saint-Sacrement parvint à leur hauteur. Jusqu’à présent, rien à redire. Tout cela paraît solennel et de bon aloi, et je me réjouis assurément d’y assister. Mais n’est-il point ridicule qu’un soldat mette chapeau bas dans cette attitude, et n’est-il point encore plus ridicule que le Bon Dieu, par l’entremise d’un coup d’encensoir agité par le prêtre, remercie la puissance militaire des honneurs qui lui sont rendus, alors que, sans égard pour les personnes civiles, il passe fort impoliment devant elles sans s’arrêter ? Impossible d’entrer dans l’église, je me contentai donc de regarder ces messieurs défiler gravement […].

Un Frère, ivre comme un charretier, passa sous mes fenêtres en titubant. La populace fit cercle autour de lui, on lui jeta des quolibets, on voulait l’exciter. Un soldat de la Garde française le coiffa de son chapeau, etc. C’est ainsi que les serviteurs de la religion enseignent eux-mêmes aux autres le mépris envers la religion et envers leur état qui, à vrai dire, fut toujours craint et jamais aimé.

 

le 25 mars. Je ne suis sorti qu’un instant, pour aller chercher les règles chez Delanoy. Il n’y était pas. Je dînai avec Hoyer et le soir nous allâmes au concert spirituel. […] J’ai vu pendant le concert le Baron de Bagge qui est connu par son amour-propre aussi inexplicable que sa rage de musique. C’est déjà un homme avancé en âge, fort laid, qui a une figure peu propre à provoquer l’enthousiasme.

L’avantage que les Allemands ont presqu’en tout sur les Français, c’est ce que prouva aussi ce concert. Tout ce qui était beau y venait des Allemands : Haydn, Ek et Todi (on m’a dit qu’elle était née au Portugal mais élevée à Berlin) sont allemands. Ek a failli s’attirer la défaveur du public parce qu’il était trop sans façons sur la scène et que plusieurs fois il tourna le dos au public… un crime pour les Français et dont quelques-uns s’aperçurent à l’instant. […]

 

le 27 mars. (…] Dans la rue de Tournon à l’hôtel de Suède, je visitai un logement qui était beau mais trop cher. Je rentrai chez moi pour y dîner avec Hoyer et Palmyre. Celle-ci est une de ces filles qui servent aux plaisirs des hommes. Quoiqu’elle ne fût pas de la dernière classe, elle n’est même pas à ranger parmi les coureuses du Palais-Royal. C’était la première fois que j’étais en compagnie d’une telle fille. J’attendais de l’esprit, de la répartie, de la légèreté et de la délicatesse dans les propos, mais je ne trouvai que balourdise, avidité du gain, allusions pour la mener à la Comédie ou ailleurs.

Elles flattent le riche : « C’est un bon garçonje l’aime », et elles n’aiment point l’homme plus beau, mieux fait de sa personne, plus noble de cœur, du moment qu’il a moins d’argent. Elles ont le plus souvent un nom d’emprunt ; cette fille s’appelle Prévôt mais elle se nomme à présent Palmyre. La fille qu’elles hébergent comme domestique, ou plutôt pour les servir quand elles ont des chapeaux chez elles, est souvent de la même condition et n’a d’autre différence que celle de n’être pas assez belle pour pouvoir exercer le métier à son compte. Elles les appellent leur femme de chambre et quand on se trouve chez elles, il faut encore donner quelque chose à cette personne. Palmyre ira en Allemagne chez le Baron Busch à Darmstadt qui l’a connue ici et en a gardé un si vif souvenir que, par l’entremise de Hoyer, il la fait venir. Elle n’est pas autrement belle, n’a point la taille fine, a de grands pieds, de grandes mains et le teint médiocre. Voyant finalement qu’il n’y avait rien à faire de nous, elle se retira. J’avais bien envie de la mener chez Audinot et je lui courus après, mais par bonheur je ne la trouvai point. Le soir, j’allai avec Hoyer au Palais-Royal où il me montra ses connaissances et me donna ainsi l’occasion d’examiner de plus près ces pitoyables créatures. Finalement, nous nous ennuyâmes et rentrâmes au logis.

 

le 29 mars. […] A midi, j’allai chez Mme Suin. Elle m’invita à dîner. […] Un certain De La Porte était là… je l’y rencontre tout le temps. Ce doit être ce qu’on appelle un piqueur d’assiettes, Mme Suin le traitant assez impoliment alors qu’elle débattait d’une question de langage. Cette dame a la prétention d’avoir de l’esprit et, pour cette raison, elle avance des arguments qui souvent, malheureusement, sont sans valeur ; et quand elle est convaincue d’erreur, elle aime, comme toutes les femmes, avoir raison et veut avoir le dernier mot. C’est alors un flot de paroles pour intimider l’adversaire et réfléchir à la réponse : « Vous me faites mourir, j’étouffe de rage, je me fâche sérieusement ». Souvent, au lieu de se servir d’un mot injurieux, par ex. « Vous êtes une bête », les Français disent : « Vous êtes… », puis ils s’arrêtent comme s’ils réfléchissaient à un propos bien outrageant, et finalement ils jettent : « Vous… vous êtes.. vous ». […].

 

  • 33 Pompe à eau installée contre le Pont-Neuf en 1608 et surmontée d’une horloge.*

le 2 [avril]. Un garçon pâtissier qui était entré de force dans les Tuileries et y avait commis des vols, a été pendu. Je sortis pour voir cette cérémonie. Cela se passait sur la place de la Croix-de-Trahoir, là où la rue de l’Arbre-Sec débouche dans la rue St-Honoré. Le gibet – guère plus de 8 pieds de haut et en fort mauvais bois – est dressé en toute hâte comme nos poteaux d’infamie. Lorsque le malheureux arriva, il y en eut même pour grimper sur la potence afin de le voir venir de loin. Ah, le pauvre garçon ! Traversant le Pont-Neuf et passant devant la Samaritaine33, il jeta un coup d’œil sur l’horloge : « Trois heures et demie – eh bien, dans une demie heure je serais foutu ». Il continuait à rire et à plaisanter. La presse était trop grande, je ne pus rester et partis sans avoir rien vu […]. Me voilà sans argent et attendant impatiemment d’en avoir. Aussi, j’ai imaginé une solution économique qui consiste à prendre mes repas au logis. Je me prépare une soupe et je fais venir un petit pâté pour manger avec. Je m’en trouve fort bien.

 

le 3 avril. Perrin vint chez moi ce matin et me dit qu’il partirait en voyage demain matin. Grande fut alors ma précipitation pour terminer les lettres que je voulais lui confier. […] Le soir, Allaix vint me voir. J’ai acheté les lettres de Mme de Sévigné et me mets à les lire pour apprendre le style épistolaire.

 

le 4 avril. Dès qu’il eut cessé de pleuvoir, je sortis pour prendre de l’exercice et visiter quelques lieux. Je fus chez Harwey, puis je pris par la rue du Colombier où j’allai voir des chambres dans l’hôtel de St-James et d’Angleterre – les deux sont côte-à-côte et appartiennent à la même personne. A l’hôtel d’Espagne, tout proche, un homme imposant en habit galonné me fit visiter. Il me montra de charmants appartements à 6 louis… ce n’était pas pour moi. Je pris ensuite par la rue St-Jacques de l’Université où il y a quelques jolis hôtels ; c’est dans un de ceux-là, qui porte le nom de la rue, que logeait le prince Henri. J’arrivai au Palais du Prince Salm. C’est une réplique évidente de l’Ecole de chirurgie, hormis quelques changements. Les colonnes à l’entrée font un vilain effet ; on ne voit pas ce qu’elles font là… Je contournai l’édifice pour le voir du côté du fleuve, il est des plus charmants… Si seulement il était payé ! […].

De là je gagnai la rue St-Antoine. J’avais le cœur serré à la pensée que je me rapprochais de la Bastille. Je craignais de la voir et, au même temps, je le souhaitais. Je finis par apercevoir la partie supérieure d’une tour pareille à celles que nous voyons contre les murailles de nos anciennes fortifications, et peu à peu je vis la totalité du grand côté. Les sentiments que j’éprouvai alors se mêlaient à la curiosité de bien examiner le bâtiment afin d’en informer mes amis. C’est par cette rue, pensais-je, qu’étaient conduites tant de victimes innocentes qui passaient le reste de leur vie à languir derrière ces murs ; c’est ici qu’ils approchaient des hommes pour la dernière fois, et qu’ensuite ils en seraient éloignés pour l’éternité. On ne voit que de cette rue la partie supérieure de l’édifice. Il fait un rectangle, les grands côtés ont des tours qui font une saillie demi-circulaire et sont surmontées d’une corniche reliée par des consoles à la masse de la tour. Les petits côtés se joignent aux grands par des tours d’angle, en sorte qu’il y a en tout 8 tours. Les courtines sont à la même hauteur que les corniches. L’ensemble est borné par des embrasures qui ne sont pas excessivement hautes mais sont larges, par quelques cheminées et postes de garde. Les quelques petites fenêtres extrêmement étroites que l’on voit de ci de là donnent une idée des horribles ténèbres qui doivent régner à l’intérieur de cette masse de pierres. Les pierres ont une couleur noirâtre qui convient à cette sorte d’épouvantable construction. Les tours se dressent, inébranlables et comme une insulte aux larmes qui y sont versées ; il faut que cette masse soit d’une effroyable solidité pour ne s’être point encore laissé attendrir. Des boutiques qui se trouvent alentour, à quelque distance de la terrible forteresse, empêchent qu’on en voie la base, ce qui est plus possible de l’autre côté à droite, où l’on voit le fossé qui se remplit par grande crue, et les bastions qui protègent la Bastille. S’il est au monde une chose propre à éveiller des idées de force, de dureté, de despotisme et d’ignorance, c’est bien cette bâtisse ; qui est d’autant plus choquante qu’elle s’élève dans une ville au sein de laquelle règnent des mœurs si douces, molles, raffinées, et où les autres monuments situés aux environs sont si fragiles, jolis, délicats.

  • 34 Actuellement place des Vosges.*

Je cherchai la Porte St-Antoine, mais elle est démolie. Les hommes et la foule que je rencontrai dans ce quartier de la ville sont bien différents de ceux des autres quartiers. On n’y voit pas l’affluence de désœuvrés, les nombreux équipages, les élégants à pied et à cheval. La plupart des gens sont des ouvriers des basses classes, et un homme bien mis qui à l’intérieur de la ville passe inaperçu au milieu de mille autres personnes ne manque pas, ici, d’être remarqué. La Place Royale34 est un peu triste car elle est fermée de tous côtés. Les arcades qui en font le tour sont un peu basses. J’ai eu plaisir à voir enfin un autre roi que les éternels Louis XIV et Louis XV : Louis XIII à cheval vêtu à la romaine, le piédestal est mesquin. L’ensemble de la place est enclos par une grille de fer de 8 à 9 pieds de haut environ. La rue passe entre la grille et les arcades. L’intérieur est divisé en pièces de gazon, à peu près comme notre plaine à Stuttgart. Les maisons qui entourent la place ont un revêtement de brique avec des encadrements blancs aux fenêtres, ce qui donne une apparence trop bigarrée qui manque de noblesse. Quand on quitte cette place, le dos tourné au fleuve, on tombe juste sur l’église des Minimes, un charmant petit bâtiment des plus gracieux, bâti par Mansard.

  • 35 Expression inconnue.*

La nuit tombait, en même temps que moi entra une jolie jeune fille. Elle s’agenouilla à un confessionnal. Il régnait un silence solennel dans cette église vu qu’il n’y a pas de passage. Je n’entendais que les chuchotements du Père à qui la jeune fille s’était confessée, elle était à genoux, complètement enfoncée dans le confessionnal. Le révérend, gros et gras et bien portant, parla assez longtemps. Il finit par sortir en respirant bruyamment, il me parut échauffé et tout rouge. La jeune fille se jeta alors à genoux sur un prie-Dieu de paille, elle fit une prière et sortit. Je la suivis, lui demandai quelle était cette église. Mais elle ne voulut pas engager de conversation avec moi. « Je ne le sais pas, Monsieur » fut sa réponse et elle s’enfuit si promptement que je ne tardai pas à la perdre de vue. Ô Parisiens, vous en êtes venus à ce point qu’un honnête étranger ne peut même pas avoir une aventure à la bonasson35, etc. !

Je me dirigeai ensuite vers la rue St-Denis. Dans une rue, je tombai par hasard sur un grand et beau bâtiment, tout en longueur, une sentinelle montait la garde devant. Cherchant à savoir la destination de cette maison, j’aperçus alors l’inscription en grosses lettres : « Mont de Piété ». Ces mots me frappèrent comme un coup de massue. Voilà donc la maison construite avec la sueur des pauvres veuves et des ouvriers ! Ces façades, ô Parisiens, c’est un honnête étranger victime de vos duperies qui aida à les payer, mettant en gage son dernier habit pour pouvoir continuer son voyage ; ce rang de denticules, il est fait des derniers meubles d’un pauvre chevalier de St-Louis qui les mit en gage pour manger un jour quelque chose de chaud ; ce portail est né des dissipations d’un fils de famille qui, pour avoir l’argent nécessaire à ses maîtresses et à ses débauches que lui refusaient ses parents, leur vola des objets précieux et les changea ici contre de l’argent. – Pareil édifice ne devrait-il pas être aussi simple que possible, renoncer à toute magnificence superflue ? N’est-ce point insulter au malheur de ceux qui le fréquentent, leur imposer comme en se moquant un désagréable souvenir : J’étais dans la misère quand je me suis vu forcé d’aller dans cette maison ! – La rue s’appelle, je crois, Blanmanteau. – Et encore, vous dira-t-on, cette institution est ce qu’il y a de plus humain. Cela ne fait que dix ans qu’ils prennent 10 pour cent et vendent le gage au bout d’1 an et 1 jour ; ils rendent ce qui reste. Naguère, l’usure était si élevée que 2 liards la livre pour la semaine était chrétien, et que l’on faisait publiquement le compte d’une telle modération ; pourtant, cela faisait 105 pour cent par an. Le Mont-de-Piété accepte maintenant l’argent à 4 pour cent, mais il y est en sûreté. Le roi y a aussi sa part comme à toutes choses douteuses et lucratives. […]

 

le 5 avril. […] J’ai été avec Droll. Nous avons aussi visité l’église Ste-Geneviève. L’exécution du travail est remarquable de pureté et de goût ; dommage seulement que les détails soient en partie trop petits, comme par exemple l’ornementation de la frise. Nous continuâmes à monter et arrivâmes rue des Postes. Si l’on veut, étant à Paris, se mettre dans une situation semblable à celle des petites villes sous le rapport du bruit, des habitations, etc. il faut aller dans ce quartier. Ici, les maisons ne sont pas trop hautes, les rues sont moins animées, les équipages sont rares, l’air est plus pur et les gens sont moins pressés ; on n’y voit pas la différence des conditions dans les habits comme à l’intérieur de la ville. Les pensions bourgeoises y sont très nombreuses.

Nous retrouvâmes la rue St-Jacques dans sa partie supérieure […]. Dans quelques églises nous vîmes les chandeliers d’argent attachés à l’autel avec des chaînes d’argent. Dans l’une d’entre elles, je remarquai le tarif des chaises d’églises marqué en grosses lettres sur un écriteau. Le montant varie selon que les fêtes sont plus ou moins sacrées. Le Vendredi Saint, la chaise coûte 4 sols. On dépense des milliers de Livres pour des tableaux, et personne ne fera une fondation ou un legs dans son testament pour supprimer cet abus. Vous êtes tranquillement assis et vous écoutez attentivement l’orateur qui vous transporte ; vous ne voyez, n’entendez rien d’autre que lui seul ; il prêche justement contre l’avarice ; et voilà que, soudain, quelqu’un vous tape doucement sur l’épaule et vous répète jusqu’à ce que vous vous retourniez : « Avez-vous payé pour votre chaise, Monsieur ? » – N’est-ce point fâcheux ? Nous nous plaignons en Allemagne quand nous entendons tinter la bourse à quêter ; après tout, elle existe au profit des pauvres, alors qu’ici c’est pour payer la place d’où l’on écoute la parole de Dieu. […].

 

  • 36 les trois jours de la semaine sainte (mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 avril 1789).*

le 8 avril. […] L’après-midi commençait la promenade de Longchamp. C’est à peu près à une lieue de Paris, une place du Bois de Boulogne. […]. Pendant ces trois jours36 se rassemblent en ce lieu presque tout ce que Paris compte d’équipages. Ils sont obligés de se mettre en ligne, de remonter au pas d’un côté et de redescendre de l’autre. Voilà tout le plaisir et le pourquoi de la Promenade. L’agrément en est la variété des équipages, la diversité des goûts et des manières de s’afficher, la beauté des voitures, des chevaux, des dames, et la conduite de la foule.

[…] La manie des Français de vouloir faire des mots d’esprit se montre ici aussi. Chaque voiture est critiquée avec tout ensemble le cocher et les laquais ; et ces critiques superficielles sont exprimées à voix haute, souvent avec la dernière impertinence. « Palefreniers ! », criaient-ils à l’adresse de deux Anglais dans un phaëton, avec bottes et éperons. « Mlle, n’y a-t-il pas un peu de contrebande ? » interrogeaient-ils souvent quand ils voyaient des paniers trop bouffants. « Voilà un domestique bien maigre, il n’a pas assez à manger, son maître est un gueux ! » – « Que je donne 6 sols à ton maître pour faire un habit neuf pour la promenade de demain ! » – « Cocher, tu as oublié de mettre un ruban neuf ! » – « Comme cette femme est laide ! »« Qu’est-ce qu’il veut cet homme ? » – « Allons, mène ton maître chez lui, il n’est pas fait pour Longchamp, qu’il mange des pommes de terre ! » et bien d’autres impertinences du même genre. Si l’équipage est tellement beau qu’il n’y a rien à blâmer, on ne s’en tire pas pour autant. Alors, on entend : « Voilà un équipage pour le Mont-de-Piété ! » – « Ah, que je plains ce pauvre sellier, il ne sera jamais payé ! ». Les plus effrontés se trouvent parmi les garçons perruquiers et les petits Savoyards. Souvent, ils ont l’art de lancer des plaisanteries d’une telle vivacité et d’une telle drôlerie que l’on ne peut s’empêcher d’en rire tout en étant fâché d’être exposé en ces lieux à pareilles incongruités. Il vint entre autres un cabriolet plutôt délabré avec des lanternes, l’un des chevaux dans les timons, l’autre monté par un cocher, tout cela conduit comme l’on ferait d’une chaise de poste. « Cocher ! Cocher ! menez-vous loin ? ». Les poissardes, cette espèce fort singulière d’êtres humains qu’il faut pourtant bien classer parmi les femmes – la volubilité de leur langue est sans égale, leur vocabulaire est d’une vigueur et d’un à-propos toujours renouvelés –, ce sont elles qui ont la langue la plus riche du monde, une langue qu’aucun Académicien ne connaît, qu’aucun dictionnaire n’enseigne, et qui pourtant n’en est pas moins compréhensible ; elles qui n’ont point appris leur philosophie, leur esprit de répartie, leur verve intarissable dans une quelconque Faculté mais dans le quartier des Halles, en vendant du poisson, du beurre, des fruits, etc., ces poissardes donc étaient là, elles aussi, venues en corps voir les voitures et donner libre cours à leur caquet. Elles avaient une tirelire dans laquelle elles ramassaient les pièces qu’on leur donnait : « Eh bien, mon vigoureux, comment est-ce que tu te trouves entre ces belles – n’est-ce pas, tu b… bien ? », bref, on ne peut imaginer de termes dont elles n’usent point. […]

 

le 15 avril. Au no 30 de la rue de Prouvaires est un Théâtre-Bourgeois. Munnich avait eu un billet pour un M. et une dame, et aucun des siens ne voulant l’accompagner, il me persuada d’y aller avec lui. Les regards de travers qui furent lancés quand on vit venir une personne étrangère, l’exiguïté du lieu, mais aussi, en vérité, la pensée que j’étais ici parmi des Français qui croient vous faire une grâce insigne quand ils vous font voir gratuitement quelque chose, tout cela me détermina à m’en aller avant même que le rideau ne se levât. Munnich me suivit. Il me parla d’un phisicien escamoteur qui faisait ses tours au théâtre des Beaujolais. Nous y allâmes. La salle est petite, bien plus qu’aux Variétés. Le phisicien (Perrin) donna quelques jolis tours. Il fait la plupart d’entre eux à l’aide de l’aimant et de l’électricité. Il avait entre autres une montagne – le Vésuve-, deux pieds de hauteur environ, qui crachait des flammes à la volonté des spectateurs et qui finissait, à leur commandement, par faire surgir des fleurs dont au préalable les dames avaient fixé l’espèce. Il les coupait alors et les leur remettait. La vanité des Français se montrait ici aussi. « Messieurs et Mesdames », disait-il, « on m’a dit que des Phisiciens étrangers ont fait afficher au coin des rues des tours qu’on n’a jamais vû. Si vous en avez vû que je ne sais pasou dans des pays étrangers ou des étrangers ici –, je vous prie de me le faire savoir par un petit mot de lettre, et je m’engage de faire le même pour prouver qu’un Français sait faire autant qu’un étranger ». Il fit faire ensuite à un automate (poupée articulée) suspendu à une barre toutes sortes d’oscillations. A une telle distance, après tout, et pourvu de tous les moyens nécessaires pour ce métier, il n’est pas tellement difficile de faire des tours d’adresse qui soient surprenants.

 

  • 37 ordre de chevalerie, dit ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.*

le 19 avril. […] Le matin il y a eu la cérémonie de la confrérie de Jérusalem37 qui a délivré 40 prisonniers pour dettes, le cortège est passé en grande pompe sur le Pont-Neuf au son du canon ; chaque prisonnier tenait une bougie dans la main.

 

le 20 avril. Ce matin, la Noblesse s’assemble pour élire des Députés. L’après-midi, je suis allé avec Rieger faire un tour au café d’Apollon. A côté, un duc fait planter un jardin anglais. De là, fait tous les boulevards ; vu la Salpêtrière pour la première fois en passant. De ce côté-ci du Boulevard, il y a tellement de traiteurs, marchands de vin, cafés, salles de danses qu’il paraît vraiment incroy. que tout ces gens puissent gagner leur vie ; il faut y voir la preuve de la quantité énorme de personnes qui vivent à Paris. Ces sortes des maisons ont toute espèce d’enseignes. C’est ainsi par ex. qu’un traiteur avait une vestale peinte sur un autel et surmontée de l’inscription Au Feu Eternel […].

 

le 21 avril. Ce matin le Tiers-Etat s’est assemblé. On avait convoqué dans son église paroissiale quiconque est bourgeois de Paris et paie une capitation de 6 Liv. Les gardes ont été doublées. Le Régiment des Suisses est arrivé et toutes les précautions ont été prises pour couper court aux excès qui ne manquent pas de naître lors de pareilles assemblées à Paris. Il est intéressant de voir de quel air important, avec quel sentiment de leur dignité et de leur liberté ces messieurs les bouchers, les tailleurs, les boutiquiers, les aubergistes, etc. etc., les fermiers généraux, les avocats,… – bref toute la canaille respectable – s’étaient mis sur leur trente-et-un pour donner leurs voix à ceux qui voteraient à leur tour pour l’élection d’un Député aux Etats-Généraux. Quels accoutrements n’y avait-il pas là, tels qu’on en voit rarement ! La plupart de ces messieurs étaient habillés de noir. Ils portaient de vieilles défroques datant du règne glorieux de Louis XIV : des habits noirs qui depuis des temps immémoriaux n’avaient plus été mis sur le corps d’un homme, et qui rougissaient d’en voir les descendants ainsi fagotés et poudrés. Il fallait évidemment que la démarche, les gestes et la mine s’accordassent à pareil cortège. Or, pouvait-on voir plus grotesque que la lenteur de celui-ci alliée à la crispation des attitudes ? « Est-ce bien mon époux ? Est-ce bien notre père ? », s’exclamaient femme et enfants quand ils rencontraient le chef de la famille sur cette route glorieuse.

Mon hôte, un vrai Don Quichotte, grand et maigre, la bêtise et la niaiserie peintes sur sa physionomie, maître ès-saleté, avait passé lui aussi un habit noir – agrémenté de brandebourgs – et c’est ainsi que, dûment pourvu des sages recommandations de sa chère moitié, plus avisée et instruite, il avait fait son entrée dans le Temple des Augustins. Afin de le voir encore une fois quand il rentrerait au logis, je restai à la fenêtre ; je pensais en effet que cela durerait au plus une demi-heure. Nullement ! A six heures du soir, ils étaient encore assemblés. Quelques-uns s’étaient fait porter à l’église de quoi boire et manger, d’autres étaient promptement allés chez eux pour se restaurer. Notre hôte revint à cette heure-là, accueilli à grands cris, tour à tour interrogé, fêté, morigéné, admiré. Greuze a beaucoup peint dans le genre, comme par ex. Le Retour du Chasseur, du Laboureur. Ne serait-ce point un tableau caractéristique que le Retour d’un membre du Tiers-Etat dans sa famille, représentant fidèlement l’instant où le Français se croirait libre pour la première fois de sa vie, son visage exprimant l’espoir de posséder bientôt des monceaux d’or, de ne plus payer de redevances ni d’impôts ? Le peintre ne devrait rien oublier de tout cela.

Dans quelques églises, ils restèrent même toute la nuit. Ils ne rentrèrent à la maison le lendemain matin à 6 heures que pour prendre un peu de repos. Puis les voilà repartis ! Et au soir du deuxième jour, il y en avait encore sur les lieux. Un secrétaire assis près de la porte était chargé de vérifier si ceux qui entraient en avaient le droit. Des barrières étaient placées devant les églises pour en défendre l’accès, et des gardes y furent postés. Il paraît qu’il se passait là-dedans des choses étranges. Quelques-uns faisaient de singulières propositions, par ex. celle de fermer les spectacles les dimanches et jours fériés, et de diminuer le nombre des fêtes à Paris, etc. On sait combien le Français aime à causer et disputer, surtout dès qu’il s’agit de son gouvernement dont il n’a pas la moindre idée. Il ne parle pas aux autres pour s’instruire auprès d’eux et écouter leur réponse, mais seulement avec le dessein de donner son avis ; il suit de là qu’ils parlent tous à la fois, chacun ne craignant que d’être interrompu. Il y en a, dit-on, qui montèrent sur leur chaise, d’autres même en chaire, à 4 ou 5 à la fois, pour faire prévaloir leurs vues. Ils commencèrent par destituer les présidents que l’on met d’autorité à la tête de l’assemblée pour assurer l’ordre des délibérations, et par en élire de nouveaux. J’ignore la manière dont on s’y est pris pour adopter une résolution définitive et réunir en un seul Cahier les opinions proposables. Cela dût être un travail d’Hercule. Cependant tout se passa assez calmement, et l’on ne fit de tapage qu avec sa langue ; il n’y eut point de violences. Le Français se croit à présent plus libre que l’Anglais, que le Suisse, bref il se prend pour l’être le plus libre en ce bas monde. Voilà comme je me représente les choses : le roi, la reine, les ministres ont tout dilapidé, ils ont fait des dettes considérables et vidé le Trésor. Maintenant, ils ne savent plus où se tourner et ils sont aux abois. Pour avoir de l’argent et trouver de nouveaux moyens d’en soutirer au peuple, on appâte ce dernier en lui promettant d’alléger ses charges, d’améliorer le gouvernement, d’écouter ses propositions et de les appliquer ; et on l’attire dans le piège des Etats-Généraux ; autrement dit, on l’escroque. Or dès que le Roi sera parvenu à ses fins, dès que les Députés auront montré les voies par lesquelles on obtient de l’argent et remplit les caisses vides de l’Etat, dès cet instant on entendra : « Adieu, Messieurs ». Ils auront beau crier, faire du tapage, se rebeller. On les traitera alors comme des rebelles, on les pourchassera sérieust ; et quand le Français voit que c’est sérieux, il se traîne aux pieds du roi. – Et tout recommencera comme devant.

Les députés arrivent de leurs provinces avec des habits galonnés, de petites épées d’argent, empêchés et embarrassés de leur personne. Ils arrivent gallonés, et le Roi les renverra dégallonés. […]

 

le 22 avrilMercredi. J’ai envoyé les dessins à Delanoy. Il n’y était pas, [je] n’ai donc pas pu en avoir d’autres en échange […]

 

le 23 avril. Je suis allé chez Renard l’architecte, mais je ne l’ai pas trouvé chez lui. Puis chez Frost et chez Balletti où je rencontrai Mme Meyer. On répétait le « Philosophe imaginaire » chez elle. Elle était très gentille aujourd’hui. Elle a chanté récemment à Versailles devant la Reine sur l’ordre de celle-ci et sans en avoir fait la demande. La reine ne récompense pas les chanteuses aussi largement que les chanteurs, dit-on, parce qu’elle en est jalouse, se piquant de très bien chanter. […]

 

le 24 avril. […] On ne parle plus de rien d’autre, à présent, que de motions, d’Etats-Généraux et du Tiers-Etat. Un bavardage insipide. […]

 

le 25 avril. Je suis allé le matin aux Champs-Elysées pour voir la Garde Suisse faire l’exercice ; mais elle était déjà entrée dans ses quartiers. Je suis allé ensuite chez Rieger que je ne trouvai pas. Chez Munnich qui était en train de travailler à un rideau destiné à la réunion des Etats-Généraux. Avant de rentrer au logis, je fis encore un tour pour voir les Porcherons ; cependant, je ne vis rien d’autre qu’une place avec beaucoup d’auberges qui n’offrent qu’à manger. En regardant aux fenêtres, j’aperçus quelques grandes salles où les couverts donnaient assez l’idée de la malpropreté […].

 

le 26 avril. Lanoy m’a envoyé des dessins. Je suis resté toute la journée au logis, j’ai dessiné et écrit. Depuis avant-hier, la rumeur se répand que l’Empereur serait mort. Hier soir, les journaliers du Fauxbourg St-Antoine ont saccagé la maison d’un homme qui avait proposé à l’assemblée du Tiers-Etat de baisser leurs salaires à 15 sols. Le roi a renvoyé avant-hier soir tous les ministres sauf Necker.

 

le 27 avril. Rieger est venu chez moi à midi, je l’accompagnai chez lui en passant par les Tuileries […]. Je devais rester chez lui à souper, mais entendant la rumeur selon laquelle une émeute aurait éclaté au Fauxbourg St-Antoine et semblait se propager, je regagnai mon logis. Tout le monde courait dans les rues, avait l’air mystérieux et inquiet, les patrouilles étaient renforcées, les boutiques étaient fermées, les rues étaient pleines de journaliers, et je ne vis guère d’honnêtes gens dehors. La cause de cette effervescence est un papetier qui a proposé ce que j’ai dit hier. Sa maison était gardée par 800 Suisses ; les ouvriers ne pouvaient donc rien lui faire, ils s’en prirent alors à la maison d’un salpêtrier qui était son ami et qui peut-être aussi en avait parlé. Ils se livrèrent à un pillage en règle et brûlèrent jusqu’à sa montre en argent.

 

le 28 avril. Ce matin, j’ai été à la Gallerie d’Appollon et dans les salles où les prix des peintres couronnés sont accrochés. Ces salles sont un abrégé de l’Histoire de la peinture et de la sculpture en France ; car quiconque prétend accéder à l’honneur d’être membre de l’Académie doit faire ici la preuve qu’il en est digne. Attendu que leur ouvrage [est] présenté à d’autres artistes pour examen, il est naturel que les candidats prennent toute la peine possible pour montrer leur talent, et moissonner les lauriers qu’ils devront à l’arrêt de juges compétents.

Les troubles continuent toujours. Un régiment de Dragons du Royal-Cravate est arrivé. Les Suisses venant de la Province prirent possession de deux canons dans la caserne des Gardes-Françaises et se déployèrent dans le Faub. St-Ant. On jeta sur eux des pierres, des poutres, des tuiles, de leur côté ils firent feu sur les maisons d’où ils avaient reçu des salves peu militaires. Un officier du régiment de Dragons, entre autres, fut mortellement assommé. Transpercé de mille coups de feu, l’homme qui en était cause tomba du toit à terre. Le commandant du régiment aurait eu, dit-on le bras brisé en deux. Quand les gens qui n’étaient sans doute là que pour regarder voulurent s’en aller, des hommes, qui se tenaient d’un côté et de l’autre des maisons les accueillirent au bout des rues avec des gourdins, les forçant à rester pour se mêler à la sédition. Les coups pleuvaient de toutes parts. Un curé fut arraché à son église et cruellement battu. Il y avait des courses à Vincennes, ceux qui s’y rendaient, à pied ou en voiture, furent arrêtés par la populace et refoulés. Le pire, c’est que profitant de telles occasions, des hommes s’introduisent souvent dans les caves et se saoulent par-dessus le marché.

 

le 29 avril. J’ai été ce matin encore une fois dans les salles de l’Académie et dans la galerie, où je mesurai et dessinai la base d’un pilier. J’étais seul et, en conséquence, j’eus le loisir de tout examiner attentivement. Les peintures et les sculptures sont dans 3 salles qui communiquent entre elles ; la galerie est attenante à celle du milieu. Les tableaux sont accrochés sans ordre, si tant est que j’en voulusse trouver. Dans les antichambres quelques-uns sont aussi accrochés, mais ce ne sont pas les meilleurs. On est accueilli par un Hercule d’une grandeur colossale. […]

De là, j’allai chez Rieger – qui n’y était pas – et le soir chez Meyer, en dépit du fait que l’on ne se sentît pas encore en sûreté dans les rues. Les troubles ont toutefois diminué vu que ce soir on a pendu deux mutins. Parmi ceux qui se sont introduits dans la cave de Réveillon et burent son vin, il y en eut quelques-uns qui tombèrent sur des bouteilles remplies d’huile de vitriol et furent ainsi sur-le-champ victimes de leur propre avidité.

 

  • 38 Les enfants de la princesse Adelhaid Amalie Gallitzin, née comtesse de Schmettau (1748-1804), et du (...)

le 30 avril. Une des journées les plus désagréables que j’aie jamais vécues. La longue absence du duc et le manque d’argent qui en est résulté me contraignent à vivre dans une grande gêne et, sous le rapport de la nourriture, non sans quelque irrégularité. J’ai cherché à me divertir mais j’ai partout ressenti l’incommodité de ma situation. J’ai été chez Fleuret, un homme jeune qui fut professeur d’Histoire à l’Ecole Militaire. Il me parla de l’échec de cet Institut qui avait pourtant coûté au roi environ 1 million, des détournements commis par les administrateurs et de la fermeture rendue ainsi nécessaire. Le prince Salm y fut lui aussi. A présent, le bâtiment sert de réserve de grains. Fleuret est pour le moment chez les enfants Gallitzine38 qui sont ici avec leurs parents. J’ai été obligé aujourd’hui d’envoyer quelques effets-pistolets, boucles, montre et une petite plume d’argent – dans la rue des Blancs-Manteaux.

 

le 4 mai. Aujourd’hui presque tout le monde est à Versailles, et la diminution des gens bien habillés dans les rues et les promenades est visible. J’étais invité chez la Baletti mais c’est aux Tuileries que je la trouvai et qu’un dîner au Bois de Boulogne fut arrangé. Quel que fut le désagrément que cela me causât à cause des dépenses auxquelles conduit ce genre de partie de plaisir, je ne pouvais absolument pas me dégager. Nous mangeâmes passablement à l’orée du bois et revînmes le soir à pied par un très beau temps.

 

le 6 mai. […] Alors que je rentrai chez moi on me dit que le duc était arrivé.

 

le 7 mai. Le matin j’allai chez le duc, je dînai chez lui. Le soir, Bœhnen allant à la Comédie, je dus recevoir les personnalités étrangères : le nonce, le comte Theodati, etc. J’y restai pour souper.

 

le 8 mai. Etaient à dîner le prince de Wurtemberg, son chambellan M. de Septitz, un Mecklembourgeois et le fds Rieger. Dans l’après-midi on fit les bagages. Le duc me fit présent de 10 Louis, une somme qu’il ne m’appartenait pas d’accepter ; comme toutefois il ne lui appartenait pas davantage de la donner, nous étions à égalité. Il remit en cadeau à Mettang et à Touret à chacun 5 Louis […].

 

  • 39 c’est-à-dire à l’Ambassade.*

le 9 mai. J’ai été obligé de dormir là-bas39, le duc partant ce matin à 5 heures […].

 

  • 40 Le poète Johann Gaudenz Freiherr von Salis-Seewis (1762-1834), de 1779 à 1786 officier dans les Gar (...)

le 13 mai. Le régiment Salis-Samate est arrivé, un régiment de Gardes-Suisses dans lequel sert le poète Salis40. Il a les couleurs rouge et jaune, et paraît être en bon ordre. Je cherchai à voir Fleuret, que je ne trouvai point, pour lui apporter cette nouvelle. Je dînai chez Rieger. Le Prince de Wurtemberg vint vers les 4 heures, et je partis peu après. Je ne rencontrai pas Fleuret, mais justement comme j’arrivais au logis il en sortait. Nous montâmes, bourrâmes notre pipe et après l’avoir fumée, nous allâmes voir le régiment de Salis. On nous avait dit qu’il était caserné à l’Ecole militaire. Alors que, le voyant faire aux autres, nous traversions la pelouse devant les Invalides, une sentinelle s’avança vers nous et fut si impolie que nous entrâmes dans l’Hôtel et, le Commandant n’étant pas là, que nous nous plaignîmes auprès du capitaine en premier ; lequel nous promit, pour nous apaiser, de faire son rapport à M. le Gouverneur. Mon domestique avait eu querelle lui aussi dans l’après-midi. Il était assis à sa fenêtre, gardant son chapeau sur la tête alors que passait le Saint-Sacrement. Un cocher de fiacre vit la chose et l’accabla d’injures effroyables. Le domestique se lança à sa poursuite, ne le perdit pas de vue et, lorsque le soir tombé le fiacre s’arrêta au coin du Pont-Neuf, il défît les vis arrière des roues pour que le cocher ne s’échappât point, se saisit de lui dès qu’il fut descendu de son siège, le jeta à terre et le rossa d’importance. Pendant ce temps la foule s’était assemblée, la garde avait accouru. Mais il s’était déjà depuis longtemps mêlé aux spectateurs, et on ne savait plus qui était l’auteur des coups. Cette scène et plusieurs circonstances me rendent la vie extrêmement désagréable, et je ne souhaiterais rien de plus ardemment que de m’en aller d’ici.

 

le 14 mai. C’est avec ces idées que je me suis éveillé ce matin, et j’ai passé une des journées les plus désagréables qui soit. J’ai écrit à Muller au sujet des livres de Schiller ainsi que de son œuvre. J’aimerais n’avoir jamais vécu cette journée – tellement elle me fut pénible.

 

le 17 mai. Le matin avec Fleuret au Luxembourg. Nous y prîmes un café, puis nous fîmes un tour dans la campagne. Nous allâmes du côté de Mon Rouge, Grand Mon Rouge, et retournâmes au logis par les Invalides. Chez Fleuret, je vis pour la première fois le cadet des princes Gallitzine […].

 

le 24 mai. […] Deux Russes de l’Ambassade ainsi que Reinewald et moi, avons entrepris le pèlerinage aux tombeaux des rois à St-Denys. […] Ci gisent les dépouilles des Géants de ce monde. Eux que rendait inabordables un rempart de mille gens, étaient seuls en ce lieu, uniquement gardés par un Suisse qui permettait, pour 24 sols, de marcher sur leurs corps et de les critiquer. Aujourd’hui, le cerbère de service, un jeune débutant, n’avait d’autre souci que de détourner notre attention des rois pour l’attirer sur ses épaulettes dorées ; chose qui lui paraissait plus considérable que tous les Louis et les Henri – singulier contraste. Voilà où se sont réfugiés le faste, le clinquant et les oripeaux qui dorment ici : sur les épaulettes d’un suisse ! […].

 

le 28 mai. Ce matin chez Harwey, Fleuret et au Jardin du Luxembourg, la seule promenade à Paris où l’on a de la fraîcheur quand il fait très chaud et du soleil quand il fait froid, sans être importuné par la poussière épouvble qui en été rend les autres promenades publiques malsaines et incommodes. On y est seul et tranquille, on prend un bol de café chez le suisse – qui est un homme délicieux – puis on s’assoit sous les arbres pour lire. On voit parfois le matin un abbé qui lit en faisant les cent pas, ou une vieille matrone qui a perdu le sommeil, ou une actrice qui apprend son rôle par cœur. Ce matin j’ai rencontré un vieux débauché qui voulait dédommager la fille qu’il entretient des tourments qu’il lui a fait endurer cette nuit. La pauvre petite osait à peine lever les yeux, de honte d’être vendue sans doute par une mère infâme à ce vieux paillard.

 

  • 41 modèles en petit, dits aujourd’hui maquettes.*
  • 42 de Cessart (1719-1806). Ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées, réputé pour les travaux dont il d (...)

le 4 juin. Blondel m’avait promis de me montrer l’Ecole aujourd’hui. Je suis allé chez lui ce matin. Cette Ecole des Ponts-et-Chaussées est un Institut créé il y a seulement 40 ans qui doit pour ainsi dire sa fondation et son existence à M. Perronnet, son Directeur. On y forme des jeunes gens destinés à être ingénieurs. Ils ont un enseignement gratuit dans les mathématiques et les arts mécaniques qui y sont liés, tels que la construction des ponts, l’architecture au sens étroit, la coupe des pierres, la charpenterie, les arts du dessin, etc. Un bâtiment fait exprès pour cela dans la rue St-Lazare – construit par M. Henry, mais peu digne d’être remarqué – contient plusieurs salles d’enseignement ainsi qu’une plus grande dans laquelle sont placés divers modèles41 et [la] Bibliothèque de l’Institut. Parmi les premiers je vis la construction des cônes qui furent coulés dans le port de Cherbourg et que Monsr César42, que j’ai vu hier à la Comédie avec sa femme et sa fille, a inventés […].

Plus loin, une machine spéciale, telle qu’il en existe en Angleterre où les voitures sont tenues de ne pas dépasser une certaine charge afin de les ménager. Or il serait trop incommode de les peser à chaque fois pour leur imposer l’amende qu’elles doivent payer pour chaque livre en trop. Aussi – comme un pont-levis à la douane – un pont sur lequel toutes les voitures sont obligées de passer est placé en travers du chemin. Si la voiture est trop lourde le pont ploie légèrement, en proportion du poids qu’il supporte. Cet excédent de poids peut alors être évalué sur une balance qui est reliée au pont.

Plusieurs modèles de ponts […], plusieurs modèles de charpente, de machines à puiser l’eau, etc. Pour un mécanicien il est vraiment très intéressant de voir cette salle. Au milieu, contre le mur, il y a le buste de Perronnet. On distribue aussi des prix dans cette Ecole. Les travaux qui sont présentés au concours étaient accrochés en attendant d’être jugés le samedi. Le sujet était un pont de bois jeté sur une rivière d’une largeur déterminée. Il y avait plus de 40 projets dont assurément quelques-uns de très bons ; comme aussi des compositions architecturales de toutes tailles, des modèles de bois, de coupe des pierres, etc. Les prix sont divers – de 200 Livres jusqu’à 60 L. – ; mais ils ne sont pas payés en numéraire, le jeune homme peut seulement se procurer des volumes pour son gain. En outre, chaque prix lui donne 25 degrés ; et quand il en a 120 il fait partie de ces sujets parmi lesquels le roi choisit des ingénieurs et des hommes qui seront employés pour des travaux en province. Voilà vraiment un établissement remarquable qui manque à bien d’autres pays et qui est particulièrement rare en Allemagne où le calcul des poussées et résistances n’est enseigné que dans les traités et dans les cours des professeurs, mais n’est pas appliqué à la pratique […].

 

le 5 juin. Ce matin, je suis allé chez Delanoy et j’ai commencé à y composer un temple. A midi j’ai fait des armes avec le prince Gallitzine et Fleuret. Son maître d’armes, La Bossière, avec son prévôt Le Prince – le plus fort après St-George – était là pour lui donner la leçon. La méthode des Français de se battre avec un masque et des sandales étonne les Allemands. On en vient à négliger de protéger son visage et à être embarrassé quand on n’a plus cette garde. L’après-midi j’ai fait des armes avec Haendel, un homme de Carlsruhe, qui se présenta un jour chez La Bossière pour tirer les armes avec St-George. Celui-ci ne tarda pas à voir qu’il ne savait rien et lui dit en conséquence : « On ne se présente pas dans une salle où je fais les armes quand on sait si peu que vous, Monsieur » […].

 

  • 43 Friedrich von Matthisson (1761-1831), poète, bibliothécaire et intendant de théâtre.
  • 44 Gottlieb Konrad Pfeffel (1736-1809), poète alsacien, pédagogue.

le 10 juin. Je suis allé à Vaugirard pour faire une visite à Monsr de Salis, le poète. Il était passé chez moi quelques jours auparavant mais je n’y étais pas. Une compagnie du régiment faisait l’exercice, Salis était de service. J’admirai la précision et l’ordre avec lesquels les hommes faisaient leurs évolutions. Puis j’allai avec Salis à son logis. C’est sans contredit un homme intéressant doué d’une grande sensibilité sans être un rêveur. Il exprime bien ses idées, il parle avec chaleur, il embrasse son sujet dans son ensemble. Je lui crois beaucoup de droiture, de sincérité, de douceur du caractère. Il est étonnant de voir un homme vivant comme lui, c’est-à-dire dans la condition militaire, et de plus dans l’armée française où les incroyables changements de garnison engendrent si peu de calme et de stabilité, de voir un homme de son âge garder cette finesse, rester sensible à tout ce qui est bon et noble. Cela suppose de fermes principes et une force de caractère certaine ; de quoi le rendre intéressant non seulement en tant que poète mais en tant qu’homme. Il me lut un poème de Mathison43 sur le Pays de Vaux qui est très beau – Mathison vit seul à Lyon-, un autre de Pfeffel44, une épître à Salis. Il fut assez modeste pour ne pas me dire un seul mot de ses vers. – Salis était à Lausanne avec son précepteur en même temps que Senkenberg.

Je rentrai vers les 11 heures 1/2. Il m’accompagna un bout de chemin. Il faut que ce soit vraiment un homme d’une qualité peu commune car je me sentis mieux après l’avoir quitté. Je sentis renaître en moi cet heureux état d’âme que bien souvent j’avais éprouvé auprès de Caroline et dans son club ; cette impression de dignité intérieure, de considération pour moi-même et pour tout ce qui est noble et bon. Je me rendis soudain compte combien je me suis dégradé à Paris, et combien il est nécessaire à ma santé morale de connaître et de fréquenter intimement des personnes qui soient meilleures et plus sensées que moi. Je longeai la face arrière de l’église des Invalides, ce monument qui rappelle l’ambition et les grands desseins de Louis XIV. Les vieux guerriers vêtus de bleu et de rouge qui se traînent et recueillent avidement le moindre rayon de soleil, sans doute comme un ultime réconfort, inspirent le respect […].

  • 45 (« Die Verschwörungen »). Le développement qui suit montre que W. v. W. ne pense pas à la « Conjura (...)

Salis m’avait donné en me quittant les « Conjurations » de Schiller45. Je les ai lues avec beaucoup de plaisir. Admirable est sa façon de conduire l’Histoire ; d’exposer le cours des événements et de le représenter concrètement, de déterminer le caractère des principaux personnages sans prendre parti pour son héros, d’amener le dénouement. Il s’entend merveilleusement à tout cela. Son style a gagné en brièveté, en concision, j’admire comme il a su passer du style poétique au style historique et s’est approprié ce dernier.

  • 46 Cf. Séb. Mercier : « Ce point central d’un grand empire » (« Tableau de Paris »).*

[…] La nuit tombant, je m’assis dans le jardin du Palais-Royal où il y avait foule à cause de la fermeture des spectacles. C’est ici le point central46 des modes et nouveautés du monde entier. De là assurément le grand intérêt d’y faire ses observations, de sang-froid et avec assez de pénétration pour examiner son sujet sous tous les rapports. Les individus qui composent cette multitude sont mélangés à un degré tel qu’il est impossible d’en déterminer si peu que ce soit la condition, la façon de penser, le métier, etc. Est-ce là un Prince ou un commis, un colonel ou un chanteur de l’Opéra, un ministre ou un valet de chambre ? Ici, le savant oublie sa science, le stoïcien change de système et se fait épicurien, le vieillard décrépit oublie son âge et, tel les jeunes gens, convoite une belle. L’abbé est dans son élément, celui des petites intrigues, de la débauche brutale, de la coquetterie, etc. Ici les filles qui se pavanent dans leurs plus beaux atours, la tête haute et le regard invitant à la débauche, respirent l’effronterie, envolées la vertu et la pudeur du beau sexe ! Ici, des coupeurs de bourse dévisageant leur homme et méditent le projet de sa ruine. Ici, la police surprend les secrets les mieux gardés grâce à des mouchards sans foi ni loi. Ici, le marchand dupe l’acheteur et, en lui fourrant sa camelote, vend sa conscience et son honneur par-dessus le marché. – Qui consentirait à décrire ce gouffre engloutissant tout, sans qu’à chaque instant sa plume, de dépit, ne se refusât à traiter ces sujets indignes d’elle ? Les étrangers de toutes conditions, venus en foule de tous les pays se retrouvent au Palais-Royal, pensant y atteindre plus ou moins le but de leur voyage : connaître Paris. Combien d’étrangers sans expérience recherchant en ce lieu des plaisirs que leur patrie ne leur fournit point, et combien trouvent dans ces plaisirs la source des plus funestes, des plus désespérées des situations ! Que de jeunes gens pleins d’avenir, que d’hommes faits y tombent dans la déchéance au lieu de s’élever, ôtant tout réconfort à ceux qui espèrent encore !

 

le 13 juin. Ce matin chez Delanoy. L’après-midi j’allai chez Rieger,… il était encore à table. On voit toujours les préjugés attachés à l’état ; le grand-bailli de Wurt. perce toujours dans le baron. Il aime beaucoup parler des grandes dépenses qu’il fait. Parlant de son logement et des 1 300 Livres qu’il doit donner tous les trimestres, il me fit le beau compliment que voici : « Ils ne peuvent pas comprendre cela à Stuttgart : Voilà que vient un pauvre hère qui loge ici pour un Louis (tout juste mon cas) et « il s’imagine que n’importe qui peut se loger comme cela ! » […] Nous allâmes ensuite nous promener aux Champs-Elysées et voyant de nombreuses voitures entrer dans le Bois de Boulogne nous résolûmes aussi d’y aller. J’allai donc chercher sa voiture. Il y avait une énorme quantité d’équipages – assurément dans les quatre à cinq mille – ainsi que des piétons, des dames et des messieurs à cheval. Tout ce monde voulait voir le Dauphin. Cependant, ayant appris que rien ne se passerait avant 11 heures nous retournâmes. Je descendis près de la place Louis XV. J’y rencontrai Voltecoff avec lequel je fis un bout de chemin. Il me dit que l’Hôtel du Prince avait coûté dans les 2 millions, ajoutant que l’architecte Rousseau s’était bâti une maison vis-à-vis, et que tout le monde sait que c’est avec l’argent du Prince, certainement aussi en employant les matériaux de meilleure qualité qui étaient destinés à l’Hôtel. Voilà jusqu’où va ici l’impudence des architectes ! Il ne s’esquivent pas doucement avec leur gain, non, ils se placent par-dessus le marché sous le nez de celui qu’ils ont ruiné et, de cette façon, lui font pour ainsi dire journellement – à chaque fois qu’il sort de chez lui – le reproche de sa crédulité […].

 

  • 47 Il s’agit vraisemblablement de Dietrich Philippe August Freiherr von Stein auf Ost und Nordheim (17 (...)

le 14 juin. […] Dîné chez Rieger. J’y ai appris qu’un Monsieur de Stein était arrivé47 […].

 

le 25 juin. Ce matin à 3 heures, Monsr de Stein est parti. Je me rendis sur-le-champ au logis et me remis des fatigues que j’avais prises sur moi jusqu’ici. L’après-midi j’allai au Palais-Royal pour apprendre les nouvelles du jour. Autant il était intéressant d’entendre auparavant parler en ce lieu de la Constitution et de ses péripéties, autant cela est maintenant fastidieux. Toute la racaille possible s’y précipite, savoyards, journaliers, cordonniers, tailleurs, etc., tous gens qui n’attendent que l’occasion, à la faveur d’un désordre, de voler et de piller. Ils se mêlent impunément aux attroupements qui se forment çà et là, et Ton ne doit même pas avoir la mine de n’être pas d’accord. Ils s’appuient sur les droits du Tiers-Etat. La Garde-Française qui refusait de faire le service et a quitté ses casernes est partout applaudie. Quelques gardes qui traversaient le Palais furent menés dans des cafés et régalés en public. Les militaires se rangeant désormais eux-aussi de ce parti, il n’y a plus aucune sûreté pour le particulier […].

 

le 26 juin. Dîné avec Chaumons chez Balletti. Nous avons eu des éclaircissements au sujet de Zingarelli qui est si fortement amoureux d’elle qu’il en a perdu la tête. L’agitation au Palais-Royal persiste toujours.

 

le 27 juin. […] J’ai écrit à Schiller – les désordres – et lui ai envoyé « Don Carlos » ; à Caroline et Lotte – au sujet de Salis. A ma sœur et à Deahne j’ai joint en même temps la lettre de Salis à Wieland […].

 

le 28 juin. N’ayant pas trouvé Fleuret, je suis allé chez Reinewald. Nous sommes allés manger ensemble au Palais-Royal. Nous avons pris notre repas, un Russe du nom d’Alexiew et nous, chez les restaurateurs anglais. C’est ici que j’ai goûté pour la première fois un plumpudding à Veau de vie que l’on flambe en le portant sur la table. […] Au Palais-Royal le bruit est plus désagréable que jamais. On n’en finit pas de tirer des feux d’artifice, des fusées et des serpenteaux.

 

le 2 [juillet]. Ce matin chez Del[anoy]. Dîné chez Balletti, soupé chez moi. J’ai écrit à Muller au sujet des désordres et de 12 carolins. Eustace, le commis, était chez moi et m’a apporté des nouvelles au sujet de Stein.

 

le 5 juil. Malgré la pluie je me rendis à Vaugirard pour faire une visite à Salis. Je ne le trouvai point ; son régiment était parti de bon matin. Je restai chez son hôte en attendant qu’il cessât de pleuvoir. C’était un ancien traiteur à l’enseigne du Trianon de la rue St-Jacques. Il me fallut l’entendre parler de toute la généalogie de sa maison, de ses anciennes pratiques, etc. […] Il ne cessait toujours pas de pleuvoir, je m’en allai donc. Je trouvai le régiment à l’Ecole militaire : il était sur le point de camper sur le Champ-de-Mars. Je passai la matinée avec Salis. J’eus bien du plaisir à l’entendre dire qu’il connaissait Caroline par ses écrits et qu’il l’appréciait beaucoup. Je devais rester avec lui pour le repas ; mais comme les officiers mangeaient ensemble, je partis. Cela me fit du bien de me savoir parmi des Allemands. Les soldats campaient ici tout autour : dans les escaliers, dans l’embrasure des fenêtres, sous les arcades ; là était assis un groupe qui jouait aux cartes, plus loin un soldat soufflait la fumée de sa pipe sous le nez du grand Condé ou du grand Turenne dont les statues dominent le grand escalier, – bref, c’était un campement allemand.

Je retournai pour dîner chez Farget. En chemin, je regardai les enseignes et les inscriptions aux maisons : Au noble jeu de billard… précisément à l’endroit où ce jeu est le moins « noble », où la plus vile populace, où les plus ignobles coupeurs de bourses et autres désœuvrés retiennent tout homme honorable d’entrer, en raison de la vulgarité de leurs propos et de la bassesse de leur pensée, infectant et empestant l’air autour d’eux. – Ici on loge proprement : Que celui qui s’est plaint un jour d’avoir été dans la plus mauvaise auberge d’Allemagne, que celui qui a pesté un jour contre la malpropreté entre là « où on loge proprement » et il ne se plaindra plus : des lits pleins d’insectes de toutes sortes, des draps qui vingt fois ont été repassés sans être une seule fois lavés, des chambres qui ressemblent plus à des prisons et à des taudis qu’à des logements, une puanteur qui ferait défaillir une organisation tant soit peu délicate, une appréhension, une inquiétude, – bref, tous les sens sont le plus cruellement offensés là « où on loge proprement »Ici on donne à manger proprement : c’est ici la même chose, à cela près que l’on est forcé d’avaler en plus toute la saleté qui vous est donnée « proprement ». Si un étranger, ignorant des mœurs parisiennes, marche dans les rues et s’en remet à cette inscription, il est bien à plaindre. En général ces marques extérieures signalant quelle sorte de métier on exerce sont fort curieuses. Le Français exagère tout : le fourbisseur place devant sa porte des épées faites de fer-blanc qui vont jusqu’au 2e étage ; le gantier suspend un gant dont le petit doigt donne asile aux oiseaux et souvent à 3 ou 4 nids sans la moindre gêne ; le chapelier expose un chapeau qui rivaliserait avec le plus grand parapluie, l’arracheur de dents a mis devant sa fenêtre une dent qui a tout l’air d’un modèle d’église avec ses trois clochers ; l’armurier a devant sa fenêtre un fusil avec lequel on peut tirer son lièvre à 200 pas ; et ainsi de suite.

 

le 6 juillet. J’ai été à la poste ; laquelle est à la vérité si merveilleusement organisée que, dans cette grande ville, il est plus facile d’avoir des renseignements sur une lettre dont l’adresse n’est pas bien mise que dans la plus petite ville allemande. On m’en avait envoyé une de Rudolstadt au mois de mars ou de février ; je ne savais pas moi-même le mois. On avait mis l’adresse de mon ancien quartier ; j’avais déménagé, mais là-bas on ne savait pas où ; la lettre avait donc été renvoyée. Je me suis adressé aujourd’hui à la poste et ne me suis point rebuté d’aller d’un bureau dans un autre. On m’a promis de retrouver ma lettre.

[…] Je fis à midi des économies de nourriture avec Megrien. Nous nous faisons porter une portion pour 28 sols et nous en avons assez pour nous deux. Le soir j’allai aux Tuileries et m’assis pour observer les passants. La coupe des vêtements, la grosseur des cannes, des boucles, etc., la marche, les postures, la façon de se rendre important : ces choses et plusieurs autres sont assurément aussi divertissantes que bien des livres. La coupe des habits a tellement changé qu’aujourd’hui les deux boutons sur les pattes arrière se touchent presque, alors que les habits anciens les ont encore très espacés. Cette différence d’écartement pourrait être un signe aussi caractéristique de la mode que la différence entre les cannes de nos pères et leur élégance actuelle.

  • 48 Johann Kaspar Lavater (1740-1801) s’était illustré par ses travaux tendant à établir une corrélatio (...)

Dès que je me fus assis vint la femme qui réclame deux Sols pour la chaise. Elle avait un carnet sous le bras dans lequel elle faisait des inscriptions ; c’était les noms des personnes qui ont payé d’avance ; on s’abonne à une chaise pour l’année entière. La liste de tels noms dans les différentes promenades publiques serait intéressante à voir : on pourrait en tirer des conclusions sur le ton qui domine ici ou là. Cette femme est familiarisée avec toutes les nuances des visages et des physionomies : les nez les plus semblables ont pour elle leurs ma[rques] distinctives. Elle est, en ce qui concerne les formes et tout l’habitus de l’être humain, le plus grand physionomiste qui soit. Il n’est pas rare, les beaux jours de fête en été, que 5 à 6 000 promeneurs aient pris place sur leurs chaises. Elle va et vient pour percevoir ses 2 sols et ne se trompera que rarement en les réclamant deux fois à la même personne ; de même qu’il ne sera pas facile de s’en aller sans avoir payé quoique les changements dûs aux arrivées et aux départs soient continuels. Lavater aurait dû faire venir de Paris, pour pénétrer dans les replis du cœur humain, les loueuses de chaises des Tuileries, les espions de la police ; elles auraient fourni les meilleurs matériaux et documents pour sa « Physiognomonie48 ».-Je rencontrai Blondel, un de ces jeunes Français qui courent après tout joli minois sans savoir si c’est celui d’une duchesse ou d’une fille, uniquement pour suivre leur penchant vers ce genre d’intrigues ; souvent ils y réussissent et c’est ce qui les rend hardis.

 

le 7 juillet. L’après-midi, j’allai chez le prince Gallitzine pour voir le camp avec lui. Celui-ci est au Champ-de-Mars. Les grilles qui y conduisent sont fermées et occupées par des sentinelles afin de tenir à distance le peuple parisien, toujours curieux et qui n’a encore jamais jeté un coup d’œil dans un camp militaire. On ne laisse entrer que ceux qui y ont des connaissances et doivent parler à quelqu’un. Néanmoins, les gardes ont quelque peine à se rendre maîtres de la foule, si grande est l’effronterie des Parisiens ; dès que la grille s’entr’ouvre ils pénètrent à l’intérieur. Or les Suisses, qui n’y sont point accoutumés et n’épargnent pas le Français, distribuent de tous côtés force coups de poing et de crosse ; ce qui étonne les Parisiens. Plusieurs avaient consulté un état militaire avant de venir, avaient choisi un nom quelconque parmi les officiers et demandèrent à parler à un tel. Souvent, il se trouva qu’ils rencontrassent ce même officier : « Qui voulez-vous ? » – « Tel et tel que je connais, il est mon parent, mon ami ». – « C’est moi-même ! ». Un autre avait un état militaire de 1780 et devait impérativement parler à un officier qui n’était plus en vie depuis 4 ans.

Jusqu’à présent ne campent que les régiments suisses de Chateau-Vieux (87), Diesbach (78) et Salis-Samate ; le Royal-Allemand occupe les hauteurs autour du camp. Un détachement de hussards de Bergeny et Esterhazy est caserné à l’Ecole militaire. Nous fîmes les cent pas, Salis et moi, nous assîmes dans sa tente, fumâmes une pipe, tout comme des militaires !

 

le 8 juillet. […] Les hussards en sont venus aux mains avec les gardes-françaises à Versailles ; il en est demeuré quelques-uns sur le carreau. Il est funeste que des querelles de ce genre éclatent entre les régiments allemands et français ; cela pourrait tirer à conséquence. A Versailles, l’Assemblée insiste beaucoup pour que l’on éloigne ces régiments étrangers. Elle les voit de fort mauvais œil.

 

le 9 juillet. […] Les désordres n’ont point de cesse. L’exaspération contre les troupes étrangères et particulièrement les hussards est à son comble. Deux de leurs officiers qui passaient ce soir par le Palais-Royal furent insultés, poursuivis, on criait : « Tuez les housards » ; ils eurent toutes les peines du monde à s’en tirer.

 

le 10 juillet. J’étais juste en train de dessiner quand quelqu’un entra […]. C’était Toscani, cadet dans le régiment Wurtemberg. Avec lui était venu Hiller. Il avait quitté le service et il revient maintenant pour épouser Mlle de Bernardin. Hiller avait rencontré Toscani à l’Orient, […] sans argent, délaissé ; quoiqu’il n’eût guère plus que ce qu’il lui fallait pour son voyage à Stuttgart, il l’emmena quand même avec lui, Toscani lui ayant promis de tout rembourser à Paris sur-le-champ. Cependant il en advint autrement et les deux jeunes gens sont ici sans argent, sans amis, sans rien. Ils m’ont rapporté de bonnes nouvelles de mon frère ; qui à cette époque, à la fin de février, n’avait pas encore appris la mort de ma mère.

 

le 12 juillet. Le prince Gallitzine et Fleuret sont venus me chercher de bon matin pour aller à Charenton. Un très beau chemin au bord de la rivière d’où l’on voit sur la droite des sites peu étendus mais riants et champêtres. Charenton même, au bord de l’eau, est tout ce qu’il y a de ravissant. On y respire un air sain et pur […]. Encore deux abbés et nous voilà en route pour St-Maur où c’était justement la fête. La plupart des villages pour y aller sont très bien situés, mais surtout celui-ci. Nous y visitâmes un château qui appartient au duc de Bourbon, avec un jardin […]. Il est encore meublé mais à l’antique. Ah, ces sofas, ces lits, ces sièges ! Qu’ils sont grossiers et lourds auprès de nos mignonnes petites chaises, légères et fluettes ! Notre ameublement ne serait-il pas en proportion avec nos mœurs et, de là, avec nos façons de penser ? Jadis solide, énergique, tout d’une pièce, inébranlable, à demeure – maintenant sans force, délicat, poli, guère propre à son usage, fragile : comme les chaises du 16e et du 17e auprès de celles du 18e siècle.

Nous nous tînmes ensuite dans le jardin qui est médiocre, nous jouâmes au petit ballet, fîmes des armes, gambadâmes, excitant notre appétit au point que nous eûmes peine à attendre l’heure ; malheureusement nous avions commandé notre dîner dans une auberge où tout était sens dessus dessous. Nous pûmes tout au plus avoir une petite pièce pour nous seuls ; mais l’effroyable puanteur qui y régnait, le fâcheux spectacle de 3 ou 4 lits d’une saleté répugnante pleins de vermine et d’ordures inexprimables, les figures et les mains horribles des valets : tout cela n’était pas engageant ; nous ne pûmes y tenir et nous préférâmes nous asseoir en plein air. Après cela, on nous invita à aller voir le bal au château. Nous y allâmes. Pensez au tableau de nos kermesses : les grands tilleuls, les musiciens du village, les fraîches jeunes filles que de robustes gaillards font tournoyer avec entrain, les cris d’allégresse lancés à pleins poumons, les grands pots de vin et de bière auxquels font honneur ceux qui ont passé l’âge de danser, les joyeux éclats de voix, les grands coups frappés sur les tables à faire trembler les verres, – voilà ce que nous pensions voir. Quelle ne fut pas notre déception ! Dans un petit vestibule, un vieux bonhomme juché sur un tréteau jouait sur une misère de violon les tristes danses françaises, monotones et sans joie. Il y avait là au plus 4 couples de danseurs, les autres personnes étaient assises autour, dans leurs toilettes de ville et avec leurs bonnets montés ; pas une jolie figure ; des physionomies graves, une raideur grotesque et des entrechats ; point de rafraîchissements pour les danseurs, la compagnie. L’ennui nous gagna et nous partîmes pour Vincennes, à travers bois ; un beau chemin. Le Château de Vincennes qui servait autrefois de prison en a tout-à-fait le caractère. Il y avait aussi un bal dans la cour – la plupart des gens étaient des notables des environs – ; les danses ne devaient qu’à plus de coquetterie d’être animées. Nous prîmes du café, il advint un petit différend à cause de Fleuret qui veille avec trop de sollicitude sur son prince. Nous rentrâmes alors au logis. Comme nous étions à la Barrière, nous apprîmes qu’une grande rébellion avait éclaté à Paris.

Je regagnai alors aussitôt mon logis. En route, je croisai déjà des bourgeois munis de fusils et de sabres qui enfonçaient les boutiques des épiciers pour y dérober des torches. En vérité, le tumulte était général. Les désordres avaient été occasionnés par l’approche du régiment du Royal-Allemand avec le prince de Lambesc à sa tête afin de ramener les Gardes-françaises dans l’obéissance ; il avait soudain fait mouvement sur les Champs-Elysées. Quelques gardes qui étaient là se retirèrent dans les Tuileries. Le prince Lambesc reçut une pierre à la tête ; il vit le coupable, le poursuivit et lui porta, près du pont tournant, un coup de sabre à la tête, puis il envahit les Tuileries avec sa troupe à cheval. Il y avait là une grande foule de promeneurs comme cela est habituel le dimanche par beau temps. La peur des dames fut à son comble ! Tout le monde chercha à fuir, répandant de la sorte les plus vives alarmes dans la ville. Les bourgeois, et en bref tout ce qui était en humeur de porter des armes, se saisit de ce qu’il trouva. A l’Hôtel de Ville on distribua une grande quantité de fusils. Il suffisait qu’on sût qu’il y avait des armes quelque part pour qu’on les enlevât ; les boutiques des fourbisseurs furent forcées et toutes leurs réserves emportées, le Gardemeuble fut pris d’assaut, et il fallut sortir les vieux fusils et les sabres. Les Gardes-françaises se dispersèrent parmi ces bandes indisciplinées. Toutes les rues s’emplirent du cliquetis des armes, on sonna le tocsin, les gens qui ne voulaient pas en être furent forcés de prendre les armes et de suivre les autres. On était vraiment en danger : moins à cause de l’ennemi contre lequel on marchait qu’à cause de la maladresse des combattants qui, point exercés à manier les armes, se blessaient parfois eux-mêmes. Les sabres dégainés, les fusils avec des baïonnettes, les pistolets, les hallebardes, les couteaux ou les faucilles, etc. emmanchés sur de grands bâtons, tout cela était si négligemment porté sur l’épaule et agité en tous sens que l’on n’était pas sûr, en marchant dans la rue ou en les suivant, de n’être pas blessé. J’ai moi-même vu un homme qui portait un vieux sabre à plat sur l’épaule reculer brusquement et enfoncer la lame dans la gorge de celui qui était derrière lui, le tuant sur le coup. Le tumulte persista toute la nuit.

 

le 13 juillet. Pour Paris et ses habitants, le péril fut à son comble ce matin. Une multitude de gens sans aveu qui n’avaient rien à perdre parcouraient la ville en tous sens, en armes et causant les plus grands désordres. Ils tiraient, criaient et insultaient toutes les personnes qu’ils rencontraient. Un de ces vauriens tourna son arme droit vers notre logis – j’étais à la fenêtre –, il fit jouer le chien et la bourre me passa sous le nez. A quelque 13 000 hommes on avait peu de temps auparavant donné de l’occupation dans le faubourg Montmartre. Ceux-ci se ruèrent sur le grand et riche couvent de St-Lazare, y mirent le feu, en enlevèrent le grain, pénétrèrent dans la cave et s’y saoulèrent tant et si bien que nombreux furent ceux qui périrent dans les flammes. Au même temps, ils prirent les barrières d’assaut, les démolirent et les incendièrent totalement en chassant les commis. Où ils savaient du vin, ils faisaient invasion ; les bateaux chargés de barriques pleines de vin qui étaient à quai furent mis à sac. Les passants étaient entraînés contre leur gré ; impossible de résister, il ne restait plus qu’à guetter une occasion de s’échapper. De nombreux étrangers et des Parisiens voulurent se sauver ; mais on ne laissa sortir aucun équipage. Il paraissait bien çà et là des dragons, des hussards et des suisses, mais ils se rendirent compte qu’il n’y avait rien d’autre à faire que de battre en retraite. Voilà qu’on se mit à porter des cocardes, au début vertes. Mais s’avisant que c’était la couleur de la livrée du comte d’Artois, on les changea en bleu, rouge et blanc. Quiconque ne portait pas de cocarde était arrêté. C’est aujourd’hui aussi que l’on saccagea le Gardemeuble. Ces désordres se firent à la fin si violents, la crainte que le roi n’envoyât des troupes grandit tellement que les bourgeois furent appelés par le tocsin, qui à vrai dire sonnait sans cesse, à s’assembler dans leurs diverses paroisses où ils formèrent une milice bourgeoise. On consigna donc les habitants des maisons, on mit sur pied des compagnies, des escouables ; et l’on vit alors des patrouilles chargées d’établir un ordre qui ne régnait guère dans leurs rangs ; mais au moins on se sentait mieux à l’abri des entreprises de la basse populace. Toutes les vieilles armes furent sorties. L’un n’avait qu’une baguette, un autre une lame sans la garde, tel autre une masse d’armes, et encore un autre le canon tordu d’un mousquet. Il y avait les fusils munis d’un mécanisme particulier, les antiques pistolets de brigands d’une longueur extraordinaire, les fusils sans platine, les fûts sans canon, les canons sans fût : tout était bon pourvu que cela eût un jour fait partie d’une arme. La diversité des armes que l’on voyait quand on marchait dans les rues surpasse tout ce qu’on n’a jamais vu dans les arsenaux. Un vrai cabinet d’armes ambulant.

 

le 14 juillet. La nuit, l’agitation reprit. Les coups de feu tirés au hasard, le tumulte, le tocsin mis en branle au gré de chacun, les rumeurs signalant les troupes étrangères ; il n’en fallait pas plus pour augmenter les désordres. On menaça d’incendier quelques hôtels, la colère gronda contre le prince de Lambesc, contre quelques autres Grands. Une garde fut placée devant la demeure de l’ambassadeur d’Autriche ; personne n’y entrait on n’en sortait sans être visité, chaque voiture, chaque charrette, chaque courrier était arrêté, fouillé, ses lettres décachetées ; il en fut de même à la poste. Puis, à tout hasard, on tâcha de prendre ses sûretés : on rechercha des canons, on envahit les Invalides et on enleva l’artillerie qui s’y trouvait, finalement on eut l’idée de s’emparer de la Bastille et d’en sortir les canons.

  • 49 rue de la Ferronnerie, dans le prolongement de la rue St Honoré.*

C’était là une entreprise qui ne pouvait germer que dans la cervelle d’un Français. Jusque-là on avait toujours pensé que cette forteresse était une des plus solides, des plus inaccessibles et qu’elle ne pouvait être prise qu’au moyen d’un bombardement sans relâche ; son caractère même suffisait déjà à renforcer ces idées. Mais accoutumée à ne rencontrer de résistance nulle part, espérant même que la garnison prendrait son parti, une troupe de bourgeois armés s’avança sans ordre, sans dessein. Le Gouverneur, Mgr de Launay, arbora le drapeau blanc, mais fit néanmoins tirer avec des canons chargés à mitraille ; sans dommage il est vrai, les gens étant déjà trop près sous les canons. Les invalides en garnison dans la Bastille tiraient au fusil par les meurtrières ; mais sans non plus causer beaucoup de mal ; 47 hommes environ tombèrent. Cependant, on travaillait à baisser les pont-levis, on mit le feu aux poutres qui les maintenaient relevés et on finit par entrer. Une fois dans la place, les assiégeants n’avaient plus à redouter une quelconque résistance car il n’y avait qu’une cinquantaine d’invalides et une trentaine de Suisses de Salis-Samate. Ils se jetèrent alors sur le Gouverneur. Le premier à se saisir de lui fut un garde-français. Il fut décoré sur-le-champ par le peuple. La foule conduisit triomphalement le Gouverneur sur la place de Grève et avec lui un autre officier de la Bastille, l’Inspecteur des poudres et salpêtres, quelques invalides qui avaient fait feu, le guichetier. Ils arrivèrent déjà à moitié-morts sur la Place. Là on les acheva en les pendant ou en leur tranchant la tête ; le premier venu qui [avait] un sabre s’en chargeait en pleine rue sans autre forme de procès. Au même temps, on avait découvert une lettre que le Prévôt des marchands avait eu l’intention d’envoyer à Versailles pour informer le roi que la révolte gagnait tout Paris, que les bourgeois eux-mêmes étaient en partie armés, qu’il voulait cependant garder les autres armes qu’on lui réclamait et retenir les bourgeois jusqu’à ce que le roi eût envoyé des troupes ou que des mesures eussent été prises pour mater la révolte. – On envoya donc quérir ce M. de Flaissel ainsi que son fils, on le conduisit à l’Hôtel de Ville, il fut forcé de lire lui-même sa lettre à haute voix. Lorsqu’il eut achevé, un jeune homme lui déchargea son pistolet sur la gorge. Il vivait encore et se défendit désespérément. On s’acharna sur lui : on le traîna au bas des escaliers – son fils le suivit-, on le jeta sur la paille – de sa main il repoussait la paille –, un autre lui trancha la tête. La sienne et celle du Gouverneur furent plantées sur des perches et promenées ainsi aux sons du tambour et escortées par la milice bourgeoise dans un quartier de la ville. Je rencontrai ce cortège dans la rue où Henri IV fut assassiné49. Jamais encore je n’avais eu une impression aussi effroyable, renforcée par les acclamations, les applaudissements, la licence de la foule. Je vis avec épouvante la tête au bout de la pique, avec plus d’épouvante encore je vis de tous côtés la multitude battre des mains autour de cette tête, à côté d’elle, au-dessus d’elle. Des dames avaient occupé toutes les fenêtres, la moitié du corps penché vers la rue, et elles [rendaient] la terrible scène encore plus horrible en y mêlant leur atroce exultation. « Ah, quelle grimace qu’il fait, le vilain », s’écria près de moi une dame bien mise, éclatant de rire bruyamment. C’était un outrage à l’humanité et jamais encore des figures joyeuses ne m’ont paru aussi effroyables que cette fois-là. Un peuple d’ordinaire si doux, si bon, si raffiné se montrait ici au comble de la cruauté, de la barbarie, de la sauvagerie ; un sexe aux nerfs si délicats, fait pour éprouver des sentiments exquis, si souvent aimable, si généreux, si frivole, se montrait ici sous un jour atroce. Notre pitié accorde une larme à l’assassin, au brigand qui, sorti des bornes de l’humanité pour satisfaire cruellement sa cupidité, gît sur la roue, on détourne le regard et on prie pour le repos de son âme ; or ici on ricane d’un malheureux qui a exécuté les ordres de son maître et n’est que la victime de son obéissance. Depuis ce moment, je pénètre mieux le caractère des Français. Je vois le Parisien tel qu’il est : point d’autre caractère [que] celui inspiré par le moment, dicté par les conventions, – point d’autre que celui qui est nécessaire pour garder les apparences. Je vois combien il est nécessaire qu’il soit toujours soumis à un sceptre de fer ; il ne saurait être libre car il est cruel et injuste, sans fermeté, sans principes, accoutumé à être dirigé et tenu en lisière. Il prend la licence pour la liberté, pour du patriotisme. Il s’écrie : « Vive la Nation, le Tiers-Etat ! », et c’est tout ce qu’il fait pour la patrie ; et si quelqu’un ne hurle pas avec lui, il lui fracasse la tête. Et c’est cette nation qui se veut rendre libre, qui se sent libre au moment où elle exerce la pire des tyrannies, où seule une opinion a le droit de régner tandis que toute autre est atrocement punie ! Non, assurément, le Français n’est pas apte, en ce moment, à la liberté dont jouit l’Anglais, le Suisse, l’Américain. Avant qu’il n’ait chassé de son esprit l’idée selon laquelle l’obéissance aux lois, c’est la servitude, – avant qu’il n’ait un caractère, des principes fermes, il faudra peut-être des siècles.

La prise de la Bastille fera certainement grand bruit en Europe ; on en glorifiera les Français et on y verra la preuve de leur grand courage.

Mais quand on sait qu’ils agirent ainsi seulement pour avoir des canons, seulement pour exercer des violences, quand on sait que le dessein de délivrer les prisonniers, de démolir ce bâtiment n’a pris naissance qu’après coup et ne pouvait donc influer sur eux lors de l’attaque, alors ces éloges tombent d’eux-mêmes.

  • 50 W. v. W. a effectivement laissé 10 pages vides – sans doute en vue de notations ultérieures – et re (...)

Les désordres étant d’une telle violence que l’on n’est pas capable de s’asseoir et d’écrire de sang-froid et avec de la suite dans les idées, Monsr de Hiller étant au surplus chez moi et m’entretenant sans cesse, il y aura une lacune dans mon journal50 eu égard aux dates et non au contenu. Je me bornerai ici à noter les anecdotes que j’ai glanées çà et là.

Le vice-nonce l’Abbé *** est sorti en voiture pendant ces désordres. Le peuple l’arrêta, le conduisit à l’Hôtel de Ville. Ces messieurs lui firent des excuses. Il demanda qu’on le reconduisît chez lui avec un minimum de sûreté. Ils lui déclarèrent qu’ils feraient tout leur possible mais qu’à la vérité ils n’étaient pas tout-à-fait les maîtres ; qu’ils ne répondaient de rien. Quels ne durent pas être les sentiments de cet homme !

Les gravures et dessins satiriques qui paraissent en ce moment sont tant en considération de l’idée que de l’exécution fort médiocres, extrêmement indécents et ils n’[ont] pas la moindre trace de l’esprit et de l’ironie d’un Hogart avec lesquels les Anglais dessinent en de telles occasions. L’idée est encore ce qu’il y a de meilleur, mais l’exécution est déplorable : la France est représentée toute nue. Necker à ses côtés. Il lui fait prendre les mesures par un tailleur du Tiers.

 

le 5 [sept.] Une de ces journées qui laissent un vide désagréable dans notre vie. R[ieger], chez qui j’habite maintenant, était d’humeur exécrable et m’occasionna de la sorte quelques moments bien pénibles qui m’entraînèrent à réfléchir sur mon sort, lequel est vraiment peu réjouissant. Que suis-je ? De quoi suis-je capable ? Quel est mon avenir ? – ces 3 questions, si je veux y répondre en conscience, ne tournent pas à mon avantage. Ce soir (le 7), pour ne pas encore aigrir mon esprit, je ne reviendrai pas sur ces réflexions. A cela s’ajoute le fait que mes lettres de crédit ne sont toujours pas arrivées et que j’ai beaucoup de dettes d’honneur qui m’accablent.

 

le 6 sept […] J’ai commencé à traduire le « Visionnaire » de Schiller, et je vais m’adonner sérieusement à l’étude de la langue française, ne serait-ce que pour retirer quelque avantage de mes pérégrinations. […]

 

le 9 sept. R[ieger] avait été chez Mme Sulivan, celle-ci l’avait entretenu de l’affaire de Hiller. Il chercha à me faire parler et moi à éluder ses questions. Il fut assez indiscret pour insister et me faire monter la rougeur au visage ; il tint au surplus les propos les plus offensants au sujet du choix de mes compagnies ; parlant de mensonges etc. : en sorte que je sentis comme il est déplaisant de se rendre dépendant de quelqu’un. On peut pardonner son humeur à chacun, surtout à un homme de son âge et de son expérience ; mais user de dureté, d’expressions discourtoises alors qu’on n’y est pas poussé mais qu’on ne les emploie que parce qu’on sent sa supériorité, est bas et inamical ; surtout au sujet d’une affaire dont je m’étais chargé pour le soulager. Cela me mit de mauvaise humeur pour la journée entière au point qu’il me vint de ces pensées que l’on ne saurait avoir qu’au comble du désespoir ; mais j’avais aussi de l’humeur au sujet de ma destinée.

 

le 10 sept. Quoique R[ieger] eut prétendu que la Balletti n’était point une compagnie qui pût me faire honneur, j’ai dîné chez elle aujourd’hui et me suis fort bien trouvé en sa compagnie. Waechter, Blondell et un Italien étaient là. […]

 

le 13 sept. […]R[ieger] avait une loge de Mad. de Trenonai pour Mad. de Koenigsec et ses filles. J’allai les prendre en voiture et je les y accompagnai. Est-ce la mauvaise humeur que j’ai depuis quelques jours ou toute autre cause, quoi qu’il en soit, je ne parvins pas à me divertir. Iphigénie en Tauride me parut sans intérêt : la musique de Gluck, les voix, les décors – rien n’eut d’effet sur moi ; même le ballet La Rosière de Gardel me sembla insipide. ô combien l’impression que les choses font sur nous dépend de notre état d’âme du moment !

 

le 14 sept. La situation fâcheuse dans laquelle je me trouve m’empêche complètement de travailler. Je ne me souviens pas d’avoir déjà vécu des jours aussi pénibles. Encore aujourd’hui, j’ai erré de tous côtés, sans me fixer à rien.

 

le 15 sept. […] Le soir avec R[ieger] à l’Ambigu Comique. Les pièces que l’on donnait étaient : Le Filet, extrêmement indécent, immoral, Le Soufflet, Le Nègre comme il n’y a pas de blanc, les pièces, les acteurs, la musique tout est mauvais et n’amuse pas. Les ballets et divertissements qui y sont entremêlés sont encore le plus passable […].

 

le 16 sept. […] Le soir chez Nicolet. Un théâtre puant, désagréable, une baraque de bois, toute en recoins indescriptibles à telle enseigne que si un jour un incendie y éclatait, on peut craindre le plus grand désordre et le plus grand malheur. Les pièces étaient : Le Préjugé de la naissance, Gusman d’Alfarache, le Politique et l’homme franc, Polichinelle protégé par l’amour et la Fortune.

 

  • 51 Six, Sixt.
  • 52 « Jene stille Größe » dans le texte allemand. W. v. W. applique à cette jeune fille la célèbre form (...)
  • 53 Selon les éd. allds l’emploi inattendu du pronom « te » (« Dir ») semblerait être un lapsus révélat (...)

le 17 sept. J’ai dessiné le matin, lu le « Visionnaire » de Schiller. L’après-midi j’eus la visite de Delanoy. Je sortis avec R[ieger] ; il alla au Cirque, j’allai faire un tour dans les galeries avec un Russe. De là nous fûmes dans le magasin de Syks51. Nous y rencontrâmes une très jolie personne ; son équipage élégant et somptueux, s’était arrêté en bas. R[ieger] la connaissait, son nom est Smits ; on dit qu’elle était infiniment plus belle il y a quelques années. On raconte à son sujet que le comte Sarti, le fils du ministre, avait fini par obtenir d’elle une nuit pour 30 000 Livres. […] Il est vrai qu’elle est très séduisante : pas très grande, plutôt menue, sans être trop petite, une grâce légère et l’aisance des manières règnent dans tous ses gestes, une certaine nonchalance provocante dévoile chacun de ses moindres appas. Elle parle à ravir ; entend l’italien, l’anglais. Un piano-forte était dans le magazin, elle s’approcha et en joua merveilleusement. Elle m’aurait ensorcelé pour de bon si en même temps il n’y avait pas eu dans ce magasin la fille du marchand, une Anglaise ; elle vendait et montrait les marchandises. Elle n’est pas belle, non, pas du tout. Elle n’est pas bien faite, elle est mise sans luxe ; mais cette modestie inimitable, cette modestie naturelle dans son regard, cette carnation délicate, d’une pureté sublime et sans apprêt répandue sur son visage, ces cheveux noirs tombant naturellement et sans recherche sur ses épaules, ce sein virginal et la pensée que nul libertin ne s’y est encore reposé, cette majestueuse simplicité52 dans tout son être […] : quel suprême contraste avec la légèreté de la Française, et qui m’arrachant à celle-ci m’attira vers l’autre ! Un petit service que je pourrais rendre à cette Anglaise, un plaisir que je pourrais te faire53, la gratitude que je pourrais lire dans ses yeux, voilà qui me rendrait plus heureux que 20 nuits de la petite Smits, même si elle est plus belle !

 

  • 54 Cf. « Balayer l’église » : en sortir le dernier.*
  • 55 A la guerre, les arts se taisent.*

le 22 sept. Nous allâmes le soir au Salon. Comme nous entrions dans la cour nous vîmes une garde bourgeoise rassemblée tambour battant. C’étaient les élèves des trois ateliers : David, Vincent, et ***, qui s’étaient chargés de faire la police du salon. Il était déjà inconvenant de paraître dans le Château du roi au son du tambour et en armes – officier en tête l’épée nue –. Mais quelle ne fut pas notre surprise de voir ce corps de troupe monter l’escalier et, toujours tambour battant, faire son entrée dans le salon. Le vacarme et la résonance provoqués dans la salle par les roulements de tambour étaient assourdissants et faisaient mal à la tête. Dans le salon même, les hommes rompirent les rangs et se mirent en ligne, le tambour au milieu, c’est-à-dire qu’ils se disposèrent comme les batteurs qui poussent le gibier devant eux ; c’est ainsi qu’ils rabattirent les visiteurs toujours plus vers la porte, et comme à la chasse, ils firent halte à plusieurs reprises ; puis la battue reprenait, le tambour roulait à tout rompre, l’officier commandant s’égosillait, flamberge au vent. Ils appelaient cela « balayer la chambre54 ». Tout ce monde descendit ainsi l’escalier et gagna la cour. Il valait la peine, en réalité, de voir le tambour monter et descendre les marches tout en jouant de son instrument sans perdre la cadence. Mais saurait-on s’imaginer cela : assister à de telles contradictions dans une ville civilisée où les arts et les sciences étaient les plus florissants ! – Inter arma silent artes55.

Je fus très mécontent, en vérité, de cette manière incivile de « balayer » la salle comme ils se plaisent à le dire. Naguère un suisse annonçait « que l’heure était passée et qu’il priait de se retirer » ; et maintenant on est éconduit par la force armée. En passant devant l’Hôtel de Police nous vîmes M. de la Fayette sortir dans son carrosse, deux cavaliers sabre au clair à la suite ; les tambours battirent et la sentinelle présenta les armes.

 

le 24 sept. Pressé par diverses circonstances, j’ai vécu une des plus désagréables journées que l’on puisse s’imaginer. Mon amour-propre blessé, ma pénurie d’argent pour fournir aux dépenses ordinaires, mes sombres perspectives d’avenir : tout fondait sur moi. J’ai reçu des lettres de Muller, Caroline Beulwitz et Schiller.

 

le 25 sept. […] L’après-midi, je suis allé avec R[ieger] à la Bastille […].

 

le 26 sept. […] J’ai rencontré aujourd’hui au salon le fameux La Tude. Il paraît encore robuste et vigoureux malgré son âge avancé.

R[ieger] m’avait donné à copier une note que j’avais faite. Ne sachant pas qu’il voulait l’expédier le soir même, j’avais remis cette tâche au lendemain matin. – Je rentrai au logis. Il me demanda aussitôt d’un ton irrité où j’en étais ; j’allai sur-le-champ lui faire deux copies. Lorsque je les lui portai il me laissa entendre avec beaucoup d’aigreur que je faisais preuve de négligence à son égard. Je lui dis : « Je suis fâché, Monsieur, que vous preniez de l’humeur contre moi ». Il releva ces paroles avec hauteur, redressa la tête et dit en prenant de grands airs : « Monsieur, ménagez vos termes ! ». Il me reprocha alors, avec une suffisance qui n’en était que plus révoltante, de me traiter en « égal » – comme s’il avait entendu par là montrer sa condescendance –, et fit une allusion à peine déguisée à ce que, selon lui, je lui devais.

 

le 27 sept. Cet incident et plusieurs autres du même genre avaient cependant agi sur moi si fortement que je ne me sentis pas bien de tout le jour ; je restai chez moi, sauf le soir où j’avais donné rendez-vous à Mons. Eustace au Café de Chartres au sujet de l’achat de biens de Mons. de Stein. Toutefois je n’y demeurai pas longtemps, ressentant les effets d’un accès de fièvre. Mons. de R[ieger] ne rentra que fort tard. Je voulus pourtant rester debout pour ne pas lui laisser voir que j’étais malade ; je ne me couchai donc pas avant minuit. C’est alors que la fièvre me prit avec une telle violence que je passai la nuit dans un délire et une agitation qui me rendirent méconnaissable le lendemain matin.

 

le 29 sept. Pris un purgatif de la composition de Klein, le chirurgien ordinaire du duc ; tout alla bien et je pus bien me soigner, Mons. de R[ieger] étant à Versailles. La fièvre disparut mais la gorge m’incommodait encore quelque peu. Je lus « Intrigue et amour » de Schiller et je finis sa « Révolte des Pays-Bas ». C’est là qu’il se montre dans toute sa grandeur, dans toute sa force, avec la pénétration d’un regard qui embrasse le tout et lie les parties. Il serait assurément aussi utile à l’Etat dans le Cabinet d’un prince qu’il l’est aux habitants de cet Etat par le plaisir et le profit qu’ils tirent de la lecture de ses écrits. […]

 

le 1er octobre 1789. Toujours rien de chez moi, pas de lettre de crédit. Cependant les créanciers me pressent de toutes parts : n’importe quel artisan fait maintenant ses recouvrements quand même il n’aurait que 3 Livres à toucher. J’ai écrit à Deahne à propos d’argent et j’ai joint un petit billet pour ma sœur. Vers le soir je revins pour la première fois au Palais-Royal ; cependant l’air y était trop vif et je ne m’en trouvai pas bien.

 

le 2 octobre. Un bien vilain temps ; à midi même un orage. La nature semble bouleversée et le ciel lui-même être hostile envers la France. J’ai dessiné un peu, par ennui. Quelle funeste situation […].

 

le 5 oct. J’ai appris aujourd’hui que Fleuret était arrivé. Le tumulte reprend de plus belle ; cependant, il y a moins à craindre dans Paris parce qu’ils sont tous partis pour Versailles. Au moins 1000 femmes se sont peu à peu assemblées et mises en route, entraînant avec elles tous les gens qu’elles rencontraient sur leur passage, des dames furent obligées de descendre de voiture et de les suivre, des messieurs aussi furent contraints de se joindre à elles. Plusieurs bataillons de la Milice bourgeoise les accompagnaient ; vraisemblt pour empêcher de plus grands désordres. Ils avaient leurs tambours et leurs canons. L’inquiétude dans laquelle on vivait ce soir à Paris provenait davantage de la tension des esprits que de violences effectivement commises.

 

le 6 oct. Ce matin arriva la nouvelle que le roi viendrai à Paris. Hier, les Gardes du corps avaient voulu contenir à la grille du Château le cortège des femmes car celles-ci proclamaient leur intention de prendre la reine. Il y eût une petite escarmouche et deux gardes y restèrent.

Leurs têtes furent portées au bout de piques jusqu’au Palais-Royal, horribles à voir, méconnaissables. L’une était encore intacte, seulement barbouillée de sang, toute rouge, les cheveux au vent portant encore un ruban, l’autre était fracassée, criblée de balles. Le roi avait été forcé de dissoudre le Corps de garde, de se montrer sur le balcon avec la reine et de promettre de venir à Paris aujourd’hui. C’est ce qui fut fait. Dès 4 heures on l’attendait : mais il ne vint que vers les 7 heures. La Milice bourgeoise était en rangs de Versailles jusqu’à l’Hôtel de Ville, derrière ces rangs une multitude innombrable. Si l’on voulait profiter du spectacle il fallait être à pied et se mêler à la foule. Tout Paris était dehors pour voir l’arrivée du cortège ; lequel en vérité était assez curieux à voir. Peu après 4 heures passèrent entre les rangs des charrettes chargées de farine et de grains, escortées de gardes de chaque côté, et tout au-dessus des soldats et des bourgeois, des catins et des poissardes, tous vautrés pêle-mêle. Ensuite venaient par instants de petites troupes de femmes – crottées jusqu’aux oreilles – arborant des rubans volés en guise de cocardes, des troupes de bourgeois et de gens de métier brandissant des armes hétéroclites, des hommes de la Milice nationale avec leurs fusils. Parmi ces derniers, quelques-uns avaient enfilé des miches de pain sur leur baïonnette, d’autres avaient accroché en même temps des lièvres au canon du fusil, ce qui ne les empêchait pas de décharger leurs armes, en sorte que la bourre restait plantée dans le pain. Beaucoup d’entre eux avaient arraché des branchages, voire des arbres entiers, et ils faisaient leur entrée avec ces trophées. Jetant un coup d’œil derrière moi, je vis Mme Dugazon et Mlle Rosalie ; elles étaient descendues de voiture et, au beau milieu de la presse, elles tâchèrent de se mettre tout-à-fait devant et elles y demeurèrent, quoique les coups de feu, la pressse due aux chevaux, la foule qui nous bousculait, la pluie qui, à la fin, tombait sur nous missent en peine le plus résolu. S’il est un trait propre aux femmes de Paris, même aux femmes de qualité, c’est de n’avoir peur de rien, bien moins que les hommes ; l’habitude, la frivolité et la fréquentation d’hommes peu virils en sont les causes. Quoique je restasse 3 heures entières debout je ne m’ennuyai point. Quelques femmes du commun à côté desquelles je me trouvais me divertirent par leurs raisonnements. Elles n’appelaient le roi que le « boulanger », elle la « boulangère », parce qu’ils rapportaient de la farine. « Versailles est à louer à présent », dit l’une d’elles ; et elles faisaient ainsi 1 000 bons-mots en se servant de ces expressions savoureuses qui n’appartiennent qu’à elles. Le cortège arriva enfin, quoiqu’on ne pût appeler cela un cortège à cause du peu d’ordre qui y régnait. D’abord les hommes de la Milice bourgeoise avec, dispersés parmi eux, les Gardes du corps l’épée à la main et coiffés de chapeaux de la Mil. bourg. Ils n’étaient pas vraiment prisonniers, mais sur leurs visages se lisaient l’altération et la fureur, l’humiliation qu’ils avaient subie depuis hier ; quelques-uns saluaient de leur épée en criant : « Vive la nation ! », mais on voyait combien il leur en coûtait. Puis vinrent les Dragons à cheval, la Prévôté, les Cent-Suisses et, pour finir, le carrosse du roi, entouré de grenadiers de la Garde nationale. Le précédant de peu, deux voitures étaient déjà passées, attelées de 8 chevaux comme le coche du roi, et dans lesquelles se trouvait probal1 Monsieur. Il faisait déjà nuit, on ne pouvait plus rien distinguer. Là où je me trouvais, je n’entendis pas même crier : « Vive le roi ! », rien d’autre que : « Vive la nation, et la liberté ! ». – Voilà comment le premier monarque du monde fit son entrée solennelle : mêlé aux catins, aux artisans désœuvrés, aux filous et aux brigands, environné de soldats indisciplinés, félons, escorté de courtisans lâches et irrésolus, de toutes parts des sujets le forçant à aller là où il ne veut pas, qui le retiennent pour ainsi dire prisonnier, qui pénètrent dans son Château de Versailles, égorgent ses gardes, troublent son sommeil, excitent ses serviteurs à la trahison, portent l’effroi partout, tirent des coups de feu et font du tumulte jusque dans la chambre du roi et y mettent leurs propres gardes. Quelle situation pour un souverain qui pourrait sentir tout ce qu’il y a d’horrible, d’ignoble, d’avilissant dans cette façon de le traiter ; pourtant Louis XVI ne paraît pas le sentir ; plus profonde est l’atteinte chez la reine : il est visible que sa fierté, sa sensibilité, sa délicatesse plus grandes en souffrent infiniment. Il fallut encore que le roi se rendît à l’Hôtel de ville et, au sortir de là, aux Tuileries où il n’aura qu’un mauvais logement.

 

le 7 oct. Il me semble lire sur tous les visages l’étonnement que le roi ait dormi à Paris. Aujourd’hui cependant, il est fort alarmé par une députation de quelque mille femmes, par la multitude assemblée aux Tuileries devant sa fenêtre pour réclamer sans doute qu’il se montre à tout instant. Nous y fûmes ce soir et les vîmes, lui et elle, au balcon. De là, nous allâmes au Palais-Royal.

 

  • 56 Traduction en allemand d’un texte publié dans le « Mercure de France » par L.-P. Manuel (1751-1793) (...)

le 8 oct. Aujourd’hui à midi les ambassadeurs assistèrent au lever du roi, lequel est des plus mal logés. On le dit fort dispos et d’excellente humeur. En revanche, on lit sur le visage de la reine à quel point elle ressent ce qu’il y a d’horrible et d’humiliant dans sa situation. […] J’ai commencé à traduire la Bastille dévoilée56.

 

le 9 oct. […] Le soir, j’allai avec R[ieger] au Palais-Royal. Tout y paraissait en effervescence ; aussi, nous nous éloignâmes sans tarder. J’allai dans un café pendant que R[ieger] allait au salon.

 

le 13 oct. J’ai commencé ce matin à dessiner les ordres de colonnes. Le soir à la Comédie-Italienne dans la loge de Mad. de Trénonay : Les époux réunis. Je me rappelle d’avoir déjà vu cette pièce au Théâtre de Stuttgart – mais sous un autre titre que j’ai oublié.

Aristote amoureux : Une farce en musique, avec pourtant quelques charmantes ariettes ; j’en entendis chanter une d’après la mélodie connue : Si vous trouvez dans la plaine, me disait certain chasseur, etc.

Encore des Savoyards : Les Parisiens raffolent de ce genre de pièces depuis que la première tentative de mettre sur la scène des enfants qui, vagabondant comme ramoneurs, se font aimer par leur bon cœur, a eu tant de succès.

 

le 14 oct. Le Chev. Deroche a dîné chez nous. Le soir, Allaix était chez moi ainsi que Reinewald. J’ai reçu ce matin une lettre de Mme Frost qui était très désobligeante et grossière au sujet d’une dette de 18 Liv. pour une planche à dessiner. J’ai cherché à me procurer cet argent pour le lui envoyer.

 

le 15 oct. Fait une copie de la lettre et l’ai envoyée sous enveloppe à son mari sans un mot d’explication, en y joignant les 18 Liv. Ce matin, après cela, je fus chez Allaix, puis avec lui au Palais-Royal. Le soir, je restai au logis. Je m’aperçois avec effroi que je ne suis pas propre à grand’chose, je ne suis propre à rien ; s’il est encore possible de percer, que cela se fasse.

 

le 19 oct. Toujours pas de lettres de chez moi, et en conséquences point d’argent. Je ne saurais décrire combien cela me met dans une situation des plus fâcheuses. C’est maintenant que mon logement est le meilleur possible, que je roule en équipage, que j’ai la table la plus exquise et les premières loges aux spectacles, c’est maintenant que je suis plus éloigné que jamais du plaisir et du contentement qui étaient les miens quand tout cela me manquait. […]

 

le 20 oct. Temps magnifique. Il nous poussa à aller aux Tuileries. Nous y rencontrâmes entre 1 et 2 heures tout le beau monde. Certains hommes s’étaient mis en grande toilette avec l’épée au côté, en noir, les dames étaient superbement coiffées. On menait promener le Dauphin. Deux dames et un monsieur en habit noir ainsi que 3 laquais l’accompagnaient ; à côté marchaient quelques gardes nationaux qui faisaient faire place. C’est un petit garçon de 4 ans en costume marin avec un chapeau noir et rond et le ruban bleu de l’ordre du Saint-Esprit autour. Comme nous sortions, nous aperçûmes Mlle Balletti ; elle fit semblant de ne pas nous connaître, moi de même […].

 

le 24 oct. […] R[ieger] m’a déclaré aujourd’hui que je devais déménager parce qu’il voulait faire venir son fils.

 

le 25 oct. Un écrivain dîna chez nous aujourd’hui, M. de Carmontelle, auteur de plusieurs pièces aux Variétés, et de *** ainsi que d’autres pièces ; il peint aussi, etc. Un génie manqué. R[ieger] alla avec lui aux Variétés : On y jouait une pièce nouvelle – elle tomba. Le publ. réclama une autre pièce nommément. Un acteur parut sur la scène : « Messieurs, on ne peut pas donner la pièce demandée, Monsieur un tel est de garde chez le roi ! ».

Les dimanches sont toujours pour moi les journées les plus fastidieuses. Il en fut de même aujourd’hui – et doublement, vu que je suis à présent pressé de toutes parts et que je n’ai point encore de réponse […].

 

le 27 oct. Je suis sorti pour chercher un logement. J’allai chez Gambs. Celui-ci me conduisit chez M. Wailly, auteur de la bonne grammaire fçaise qui est connue sous son nom ; il demeure derrière l’église Ste Genev., à l’écart du bruit ; un homme déjà avancé en âge qui s’occupe de pensionnaires ; autrefois il donnait des leçons de fçais en ville. Il portait une robe de chambre blanche et un petit bonnet de marin noir, en velours, brodé d’une bordure argentée. J’ai cru remarquer dans sa physionomie qu’il possédait toute la froide subtilité requise pour se charger d’une besogne aussi minutieuse que la rédaction d’une grammaire.

 

le 28 oct. Toujours point de réponse de chez moi. A présent, cela est d’autant plus fâcheux pour moi qu’il faut que je déménage. Je vais voir çà-et-là quelques logements. […].

 

le 29 oct. A la Comédie-Italienne : Les dettes. Un acteur *** y imitait feu le Maréchal de Richelieu avec une perfection qui n’échappa à personne ; il avait déjà tenté la même chose de son vivant, mais cela lui avait valu d’être mis en prison […].

 

le 30 oct. A l’Opéra : Œdipe à Colone. Seuls quelques rares morceaux de la musique firent impression sur moi ; elle passe pourtant pour très belle. Le Ballet Le Déserteur me plut davantage, il reste très fidèle à la pièce. Fort joli est ce pont bombé qui traverse la scène et sur [lequel] le déserteur arrive, se défendant contre les mouchards. Gardel et Mme Muller ont les rôles principaux.

 

le 2 novembre. Avec R[ieger] aux Tuileries. Nous y rencontrâmes la Ctesse de Malazon avec ses 2 filles. Son époux est député de St-Domingue où il [possède] de grands domaines. Voilà bien pour ainsi dire la première jeune fille française qui m’ait plu : elle a quelque chose de très doux dans sa physionomie. J’en suis éperdument amoureux. Nous les accompagnâmes. Je m’entretins avec la cadette, mais elle est déjà mariée. La mère fit un faux pas et tomba, je la relevai. Il me sembla lire dans le regard de sa fille que mon empressement lui était particulièrement agréable.

 

le 7 nov. […] M. de Carmontel a dîné avec nous. Il a été lecteur chez feu le duc d’Orléans, a encore une pension et loge au Palais-Royal. Il s’occupe de toutes sortes de choses, il peint, il écrit – surtout pour les Variétés ; ses Corrélations des gens du monde sont franchement médiocres. Nous parlâmes de Shakespeare : « Il est bon pour le peuple » – voilà comment juge un auteur de théâtre. Le soir j’écrivis et lus quelques comédies : Le jaloux, l’Ecole des Pères, Les amis à l’épreuve.

 

le 8 nov. […] Les fumistes que l’on voit ici sont un genre à part. La plupart sont Italiens. Ils arrivent comme petits ramoneurs, rampent dans toutes les cheminées possibles, ce qui leur donne, pour peu qu’ils raisonnent sur l’art de grimper, quelques idées sur la fumée, le tirage ; petit à petit ils mettent de l’ordre dans leurs expériences, donnent çà-et-là des conseils et parviennent ainsi au titre de fumiste. Tout n’est qu’affaire d’expérience et de raisonnement ; et ils jugent mieux de la circulation de l’air que Descartes de ses tourbillons. J’ai parlé à l’un d’eux, du nom de Mazanino, qui m’expliqua qu’il avait appris de cette manière ce qu’il savait. Je vais appliquer mon esprit à ces travaux ; chez nous, on les connaît fort peu.

 

le 10 nov. Je fus ce matin chez Mme de Trénonet. Elle était encore assise à sa toilette en bonnet de nuit : effrayante à voir, avec son grand corps maigre, jaunâtre. Je dus faire appel à toute ma contenance pour ne rien laisser paraître de mon étonnement. Elle nous a procuré une loge pour après-demain à la 6e représentation de « Charles IX ». Elle souhaiterait que j’emménageasse chez elle et s’en entretiendra avec son hôte […].

 

le 12 nov. 1789. Je rentre juste du Théâtre-Français où j’ai vu une des pièces les plus singulières qui aient jamais été représentées sur une scène : « Charles IX, Roi de France ». Le massacre de la Saint-Barthélémy, cette souillure de la Nation, cette abomination du genre humain que tout Français, il y a un an encore, ressentait avec une telle vivacité qu’il rougissait quand on en parlait, et cherchait un faux-fuyant en vous priant de n’en point dire davantage : le massacre de la Saint-Barthélémy est sur la scène, sa préparation et sa consommation.

[…]

J’ai appris aujourd’hui la fâcheuse nouvelle que Muller est parti en voyage, et que mon argent ne peut donc arriver ; ce fut un coup pour moi. J’écrivis aussitôt à la femme de Muller et j’envoyai la lettre sans délai.

 

le 13 nov. L’embarras dans lequel je me trouve à présent est inimaginable. Aussi, je ne suis pas sorti. R[ieger] m’a donné à recopier quelques lettres pour le duc ainsi que la note que les ambassadeurs présentent contre les empiétements sur leurs prérogatives.

le 14 nov. Pour le moment, je ne vois aucune issue – la perspective de recevoir quelque chose est trop lointaine. Les boucles d’argent, les montres et tout ce que j’ai de précieux s’en va et se transforme en espèces.

L’après-midi à la Comédie-Italienne. Raoul Sieur de Créqui, une pièce nouvelle. L’histoire est intéressante, mais l’ensemble, et surtout le dénouement, trop précipité. La scène la plus intéressante est celle où les deux enfants du geôlier, dans la tourelle où est leur père, enivrent ce dernier et délivrent le prisonnier. La scène est partagée en deux : d’un côté le cachot de Raoul, de l’autre la chambre du geôlier. La musique, hormis la symphonie qui est jouée au commencement, est assez médiocre. Cadine jouait merveilleusement ; nous causâmes avec elle pendant qu’elle jouait. Lorsque nous sortîmes de la Comédie il pleuvait comme si toutes les écluses des cieux étaient ouvertes ; je n’ai encore jamais vu une pluie pareille.

 

  • 57 « Depuis que vous avez quitté Paris, il s’est passé bien des choses dont vous aviez déjà vu les sig (...)

le 16 nov. Envoyé à Monsr de Stein57 une lettre qui partira par la poste d’aujourd’hui. J’ai cherché partout dès hier un logis mais n’ai pu en trouver aucun. Aujourd’hui, je me suis adressé à Mme Lafare qui me cède une chambre pour 2 Louis.

 

le 17 nov. J’ai écrit une lettre au duc et l’ai montrée à R[ieger] – il l’a trouvée bien –, fis mes paquets pour les transporter demain là-bas.

 

le 18 nov. J’ai donc déménagé aujourd’hui : je ne suis pas resté pour le rangement et me suis rendu chez Reinewald. Eberts s’y trouvait, il me parla d’un certain Wambold de Mayence qui était à Paris. Quoiqu’il habitât loin j’allai chez lui : c’était bien celui que j’avais connu à Stoutgard à l’Académie – un beau garçon. Il est en pension rue Saint-Dominique chez un homme qui s’appelle Le Comte. Un jeune comte, du nom de Stadion, y est aussi. Ce Le Comte parla beaucoup de politique ; à la fin, il me donna une gazette qu’il avait écrite : une adresse aux provinces au sujet du retour du roi à Paris. En rentrant, je rencontrai R[ieger] aux Tuileries. Je pris mon repas chez lui. L’après-midi je ne pus entrer dans ma chambre et il me fallut donc, après avoir longtemps attendu en vain, aller le soir au Palais-Royal. Comme je sortais de la boutique d’un horloger, un homme très bien mis sauta dehors, on se lança à sa poursuite et on l’arrêta ; il avait voulu se sauver avec une montre. Il était bien coiffé, vêtu d’un habit de soie et chapeau-bas. – Un autre jetait ses effets par la fenêtre à quelqu’un afin de s’enfuir de son logis parce qu’il ne pouvait pas payer. Mme La Fare me raconta qu’elle avait eu il y a quelque temps un locataire qui avait pris l’étage du bas pour 30 Louis par mois. Il n’avait pas pu le payer et s’était alors fait donner le 2e étage pour 20 L., – et il était ainsi monté de plus en plus haut jusqu’à finir dans une mansarde à 18 Livres. A côté de moi loge pareillement un Français qui n’arrive pas à régler son loyer et qui est tellement endetté que toute sa matinée se passe à recevoir une procession de créanciers qui hurlent si fort qu’on penserait à un égorgement.

J’ai reçu aujourd’hui, par une main inconnue, quelques lettres de ma sœur ainsi qu’une d’Auguste et de Deahn qui m’apporta comme consolation la nouvelle que l’on ne pouvait rien pour moi. J’écrivis sur-le-champ à ma sœur pour l’informer de ma situation, combien elle était désespérée et j’expédiai la lettre sans tarder de telle sorte qu’elle parte demain.

 

le 19 nov. […] Le soir, je trouvai mes affaires dans le plus grand désordre. J’en fus tellement fâché que j’ordonnai à l’instant à mon valet de s’éloigner de ma vue et de me laisser seul. Je méditai ma situation et, de là, je tombai dans une mélancolie qui aurait pu me mener loin si je ne m’étais jeté sur mon lit et n’y avait pris quelque repos. Vers le soir, je travaillai à un plan des environs du château de Stuttgart et j’achevai mon travail vers minuit. Puis je lus quelques pages de la première partie des Confessions de Rousseau et je terminai malgré tout cette fâcheuse journée l’esprit en paix.

 

le 20 nov. Les Confessions de Rousseau ont fait sur moi une vive impression. L’aisance, la simplicité, la franchise avec lesquelles elles sont écrites sont la vraie marque du génie. On y croit sans peine et on est près de s’asseoir pour écrire une confession semblable. Tout homme s’y retrouve et s’imagine à un moment ou à un autre penser de même, attendu que tous les hommes ont certains point de contact par lesquels ils se ressemblent – fût-ce un Rousseau et un Louis XVI. Je vais m’en acheter un exemplaire et j’en soulignerai tous les passages où je me sens à l’unisson avec lui […].

 

  • 58 Mentionnée ici pour la première fois. Des précisions à son sujet seront données plus loin.*

le 21 nov. Le matin chez Wampold. Avec lui chez l’Inspecteur de Ste Geneviève, un élève de Soufflot qui a été longtemps à Rome : Rondelet. Il est plutôt architecte mathématicien et plus habile dans l’exécution d’une construction selon des tracés donnés que dans la disposition et la décoration des appartements. Il me montra une grue de son invention et une formule géométrique pour le calcul des voûtes. A côté de sa demeure sont des ateliers spéciaux pour les dessinateurs, les fabricants et les charpentiers de modèles en réduction. Il n’était pas bien, nous ne pûmes donc pas voir l’église. J’allai ensuite avec Wampold aux Tuileries. En chemin, j’appris que le prince Gallitzine était arrivé. Il y avait du beau monde au Jardin. Je m’entretins avec la femme sous l’arbre58. Wampold me présenta le comte Monjuge. Rentré le soir au logis, je trouvai enfin une lettre de crédit de 20 Louis ; je me rendis sur-le-champ chez Slomp qui me paya sans me faire attendre les 15 jours […].

 

le 23 nov. […] N’ayant pas trouvé Fleuret et Gambs, j’allai chez Reinewald. Nous dînâmes ensemble à l’Hôtel d’Espagne pour 3 Liv. par personne à la carte. Nous y eûmes d’excellents pâtés de foie gras. Les députés de la Franche-Comté prenaient aussi leur repas à une autre table. Leur accent étranger fit que je ne pus pas bien les comprendre. Après le repas, au Palais-Royal. Il y était beaucoup question des boucles d’argent que l’on arrache aux gens dans la rue. […]

Je passai la soirée chez Reinewald avec Douborowsky. Nous prîmes le thé, parlâmes de manuscrits, de politique et de la défense de Mounier. Je ne rentrai au logis qu’à 11 heures 1/2. Il n’y avait plus beaucoup de monde dans les rues et on a peine à croire que dans une ville comme Paris, vu les temps où nous sommes, l’on puisse marcher en sûreté dans les rues à une heure aussi tardive […].

 

le 24 nov. Ce matin je mis à la poste la lettre pour le duc et j’écrivis à Beulwitz au sujet des événements actuels, de Necker, et je lui envoyai une copie de la lettre de Lally Tolendal. Aux Tuileries je conversai avec la femme sous l’arbre. Je dînai au coin de la grande place devant le Palais-Royal chez un restaurateur, médiocre et cher. J’y rencontrai un homme grand et fort du nom de Hirt, originaire de l’Alsace, qui se dit député d’une ville envoyé à l’Ass[emblée] Nat[ionale] pour des affaires privées. Je l’emmenai au Café Corazza et le régalai de café et de liqueur puisqu’il me proposait aussi de me régaler. […]

 

le 25 nov. 27 ans révolus. Les 3 prochaines années seront décisives. Puissé-je les employer aussi utilement que je le souhaite aujourd’hui ! […].

  • 59 W. v. W. aurait-il rencontré Rivarol ? « La tête de Mirabeau, disait Rivarol, n’était qu’une grosse (...)

Reinewald m’avait prié de venir le voir. Nous fîmes un tour sur les boulevards et dînâmes ensuite à l’Hôtel d’Espagne. Nous y rencontrâmes des convives attablés avec lesquels, à la fin, nous fîmes connaissance ; un même penchant à tenir table longtemps tout en faisant bonne chère nous avait rapprochés. L’un des messieurs avait des idées justes, assaisonnées de propos judicieux et de traits d’esprit. Il savait parler de Mirabeau et fort bien le dépeindre en disant de lui « qu’il savait s’approprier une idée élue, sortie de la tête d’un autre, et l’appareiller dans le tems et le moment à propos59 ».

Nous restâmes un bon moment au Berceau lyrique, le café souterrain, et examinâmes les personnes qui entraient et sortaient pour discerner quel pouvait être leur métier […].

 

le 30 nov. Chez Reinewald. J’allai avec lui me promener sur les boulevards et nous mangeâmes là où sont les petits théâtres. Il s’y trouve plusieurs traiteurs. Leurs maisonnettes sont divisées en tout petits appartements de sorte que souvent tout juste 3 personnes peuvent prendre place à une table. Les portes-fenêtres sont garnies de gaze et de taffetas rouge, et les fenêtres ouvrant sur la rue, de jalousies, à telle enseigne que personne ne peut voir ce qui se passe à l’intérieur. C’est ici que se donnent ce qu’on appelle des parties fines.

Nous allâmes après le repas dans un de ces petits théâtres qui ne sont guère connus parce qu’ils ne peuvent pas faire d’annonce dans les gazettes publiques. La première place coûte 12 sols, etc., les baignoires 18 s. Celles-ci sont les seules loges fermées au parterre sous l’exhaussement du premier étage. La salle est petite, sans loges, et munie de bancs très étroits. Aujourd’hui, elle était comble, la foule des spectateurs étant composée de la populace au sens le plus étroit du terme ; je pris ma place à côté d’un postillon et derrière une poissarde. L’odeur était si infecte qu’on en pouvait conclure par elle seule de quelle classe spectateurs et acteurs venaient. Les cordonniers, les écaillères, les ouvriers, les journaliers en gros sabots : tout ici est pêle-mêle. Je vis plusieurs hommes ôter par devoir leur bonnet de coton blanc quand on levait le rideau. Il se fit dans la première loge un grand vacarme : une des personnes qui y était assise avait senti tomber d’en haut quelque chose de chaud et d’humide ; il y eut un contrôle et il se trouva que l’un des généreux spectateurs avait laissé libre cours à la nature. Autant cet auditoire était répugnant, autant une petite pièce qu’on y donnait était charmante : La gerbe du bled. Un acteur surtout qui faisait le bailli, St-Aubin, jouait à la perfection. La musique est généralement tirée d’autres opérettes, le chant médiocre, mais l’action dans l’ensemble très naturelle. Une pièce plus sérieuse par laquelle on avait commencé, Olinde et Sophronime, était elle aussi fort passable. Habituellement, me dit-on, ils donnent les plus grandes pièces de Racine, Corneille, etc. avec des personnages travestis. Il s’assit finalement à côté de nous une fille des plus aimables. Elle me tint des propos si intéressants sur le spectacle que je proposai à Reinewald d’aller avec elle dans un café proche et de boire un bol de punch ; ce qui se fit. Nous n’avions pas d’autre intention que de nous entretenir avec elle au sujet des petits théâtres qu’elle connaît. Elle s’appelle Gosset et elle est de Metz. Le clair de lune étant magnifique et les rues sèches nous l’accompagnâmes jusqu’à sa porte dans la rue St-Louis. C’est une des plus belles rues de Paris – pourtant on la connaît peu. Il s’agit d’une toute autre ville quand on va dans ce quartier de Paris. Nous passâmes par les boulevards pour rentrer au logis et nous profitâmes de la nuit si belle. Il était 11 heures passées. La place près de la porte St-Denis, tournée vers la ville, est vraiment pittoresque. C’est le point d’où la vue donne dans les 4 rues et sur le boulevard. La lueur des réverbères, l’irrégularité des rues, la vapeur bleue qui baignait dans le lointain les palais, les maisons et les jardins, tout composait un tableau bien intéressant ; on pourrait en faire un beau dessin. Il faut jouir de cette perspective la nuit quand les lanternes sont allumées et que la lune éclaire la scène.

 

le 1er décembre. […] Avec Wambold chez Vaillant. Nous y rencontrâmes un Cercle féminin dans lequel nous ne nous trouvâmes pas très bien, car on y parlait d’événements trop particuliers pour prendre part à la conversation. Vaillant nous montra son cabinet et me remit un exemplaire de son ouvrage. […]

 

  • 60 (V. supra, Journal, 18 oct. 1788).*

le 2 déc. Aujourd’hui rendez-vous chez Moreau pour aller chez Boullée60. C’est un homme de 58 ans environ. Il nous montra 6 ou 7 de ses projets qu’il a sous verre. Il n’a pas la parole facile, mais sa pensée est claire et compréhensible, et il suit de là qu’il s’exprime d’une manière intelligible. Jamais encore je n’avais entendu juger aussi bien de l’architecture, jamais encore je n’avais senti, aussi fortement qu’ici, l’étroite relation qu’a cet art avec la nature. Ses idées sont simples, et comme Newton faisant ses déductions de la chute d’une pomme, il trouve les lois de la composition. Parmi ses projets, j’ai surtout aimé le cénotaphe de Newton : une sphère, qui est creuse à l’intérieur et [sous] le sommet de laquelle est inscrite l’épitaphe, constitue la partie principale. La sphère n’est pas ornée, seulement peinte en couleur bleu azur. La lumière du jour passe au travers de diverses ouvertures, dont une plus grande que les autres, qui sont ordonnées selon le système planétaire. Cette sphère repose sur un piédestal dans lequel elle est engagée à moitié, de telle sorte que l’on voit pourtant toute sa rondeur, sans que d’une forme peu commune en architecture on conclue à de la bizarrerie. Le monument est sobre et majestueux, et il pourrait du reste être exécuté à peu de frais. – Plusieurs autres monuments et sarcophages, pareillement de la plus grande simplicité. – Un projet de château de style grandiose sur la terrasse de St-Germain ; d’un Hôtel de Ville ; d’une église qui est admirablement raisonnée et ne peut que faire le plus grand effet : Le mystérieux des églises gothiques est produit par des lumières réfléchies au moyen desquelles l’église est illuminée ; mais lors des occasions solennelles, lors des processions qui sont plus sereines, on peut éclairer l’église complètement. Les règles de la perspective sont ici parfaitement appliquées. – Plusieurs portes de ville qui sont pourtant ce qui m’a plus le moins : elles sont trop lourdes, et l’idée d’en faire reposer le socle sur des boulets de canons n’est pas heureuse. – Une bibliothèque dont il existe un modèle, un opéra et bien d’autres projets qui portent tous l’empreinte de l’homme de talent et de la simplicité. Il était déjà 3 heures quand nous partîmes. […]

 

le 3 déc. Le matin chez Reinewald, je suis allé me promener avec lui. J’avais donné un billet de la Caisse d’escompte à mon valet pour le changer. – Je rentrai chez moi pour aller chercher cet argent. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je ne trouvai sur la table que quelques louis, avec une lettre dans laquelle il prenait congé et m’informait en partie des objets qu’il m’avait dérobés ou avait engagés. Attendu que je n’avais qu’à m’attribuer la faute, lui ayant trop facilement fait confiance alors que j’avais des raisons de me méfier de lui : j’en suis d’autant plus dépité, et je me ferai désormais une règle non seulement d’adopter les mœurs du pays où je vis mais de prendre les domestiques dans le pays même ; une leçon qui vaut bien 25 louis sans doute […].

 

le 6 déc. Je suis resté chez moi toute la journée pour mettre de l’ordre dans mes lettres. Je me suis contenté le matin de 2 tasses de café et je n’ai ensuite plus rien pris de la journée.

 

le 7 déc. […] La faim m’a poussé hors du logis. En outre, j’avais un rendez-vous chez Wambold pour voir la nouvelle église. J’allai chercher Reinewald pour dîner avec lui rue Parchevin. Après, au Châtelet. […]. Rein[ewald] y resta, mais moi j’allai chez Wambold – c’était trop tard ; il faisait nuit noire. Je me contentai de prendre avec moi les deux parties du « Voyage de Vaillant » que j’y avais laissées, et me rendis chez Harwey […], au Palais-Royal et ensuite chez Reinewald.

 

  • 61 François Le Vaillant (1753-1824). « Voyage de Monsieur Le Vaillant dans l’intérieur de l’Afrique, p (...)
  • 62 W. se réfère au passage suivant du « Voyage de Vaillant » (T. I, p. 209) : « Mon souvenir durera pl (...)

le 8 déc. Le soir, je me mis à lire le « Voyage de Vaillant »61. Je fus à ce point entraîné par cette lecture que je lui écrivis la nuit même le billet suivant : « Je ne puis m’empêcher de Vous tracer dans le moment ou je lis Votre voyage le plaisir extrême qu’il me donne. Je Vous en fais mille et mille remercîmens. Attendri jusqu’aux larmes, je les verse avec Vous dans les bras du généreux Klaus62, sous la tente du Camp de Auteniquoi, au milieu de ces sauvages amis. Ceci est parti du Cœur et parti au Cœur. Simple et sans une eloquence recherchée et fastueuse il entraîne, il ravit, il emeut. Je partage avec Vous ce contentement, ce plaisir pur et rare de vivre avec ces enfans de la nature, je les honore, je les aime et je ne veux pas d’autres amis. Ces Idées romanesques d’attachemens purs et simples, ces Idéals d’amis vrais et sans faux, cette Simplicité naïve et touchante, que je desespérais de rencontrer dans le monde ; je les vois enfin réalisés dans la Société que Vous formiez au milieu de ce pais heureux, que des hommes froids appellent Sauvage et désert. Mon cœur s’ouvre à tous ces Sentimens délicieux, nobles et enchantons, qui sont les délices de la Vie et qui laissent dans l’ame une certaine tranquilité, un certain repos, que les gens du monde ne connaissent et ne trouvent pas dans leurs plaisirs raffinés et bruyans. Que de reconnaissance ne dois-je pas à l’auteur qui les a fait naître, que des momens heureux où je Vous les exprime. Je ne crois pas de me rendre ridicule à Vos Yeux par cet épanchement du Cœur ; en douter serait la plus grande Offense faite à votre Cœur sensible et genereux. L’effet que doit faire votre Ouvrage sur tout homme droit et sensible en est le plus bel éloge. Je suis entrainé de vous dire cela encore cette nuit, avant que le Jour et les hommes me fassent penser à des Conveniances malheureuses, qui taxent ces Epanchemens de folie et de farçe. Je retourne à ce concert de Guimbardes, que je n’ai quitté que pour Vous faire part du plaisir, que Vous me faites gouter et dont je Vous dois les plus vives et les plus sincères remercîmens.

 

le 9. à 2 heures la nuit. W. ».

 

le 11 déc. […] N’ayant plus d’argent, il me fallut jeûner. J’en fus quitte pour quelques tasses de café avec du pain et, le soir au café Italien, encore du café avec 3 petits pains (Bendole). Le soir, je pris du thé chez les Russes à l’Hôtel des trois Milords. […]

 

le 13 déc. Des lettres de ma sœur avec une assignation et une lettre à M. de la Chaussade, rue de Bondi, no 51. La bonne fille ! Cette marque de sa part me toucha. Je partis aussitôt pour aller chez lui : c’est un vieil homme, plus de 80 ans. Il était assis dans un fauteuil près de la cheminée et deux femmes âgées à ses côtés. Il me fit aussitôt ses excuses pour me dire qu’il ne pouvait pas me payer ; et je n’étais pas peu embarrassé, comprenant d’après la lettre sous quel jour de pauvreté et de misère Endler me présente. Je protestai tout sur-le-champ et cela parut lui agréer. Il me donna de l’espoir pour une autre fois. Puis je fus chez Mme Trénonay – je ne savais pas qu’il était si tard : j’arrivai au moment précis où on servait la soupe. Je me retirai donc sans plus tarder. Reinewald n’était pas chez lui. Je rentrai au logis et me fis donner quelque chose de chaud par Mme Lafare. L’après-midi chez Rieger. Son fils m’acheta mes pistolets […].

 

le 14 déc. Aujourd’hui, j’ai enfin loué mon logis à l’Hôtel d’Angleterre, rue Colombier Fxb St-Germain, pour 30 Liv. par mois ; je donnai 6 Liv. d’acompte. […]

 

  • 63 Il est vraisemblable que ce Forster est de la même famille que Georg Forster, le « Mayençais », qui (...)

le 17 déc. Le matin chez le Chevalier où je me suis fait payer l’argent de ma sœur. Puis chez Forster63 et avec lui chez Mme Vaillant ; le mari sortit avec une certaine Mme Foyaux qui loge dans la maison pour quelque temps, pour se rendre à une invitation à dîner. Je restai chez elle avec Forster pour le repas de midi. Un homme âgé mais bien conservé et alerte descendit pour manger : c’était le père de Vaillant. Je restai là tout l’après-midi. Le soir vint un jeune homme : Varro […]. Vaillant est un homme qui a largement passé trente ans. Sa physionomie n’a rien d’attrayant, elle est froide et impassible. Un blanc qui vit quelque temps avec des noirs doit nécessairement devenir égoïste : il est traité à l’égal d’un dieu, et seul compte son avis ; il paraît en avoir gardé quelque chose. Il juge péremptoirement mais sainement et sans ménagements. Je pense que les sentiments qu’il exprime dans son livre sont décrits avec vérité et fidélité – mais qui n’aurait senti de même en pareil cas ? A tout prendre, je ne le tiens pas pour un homme hors du commun ; mais néanmoins intéressant puisqu’il le fut dans un certain moment. Il y a des gens que l’on ne connaît bien que par une longue fréquentation, – des gens qui, repliés sur eux-mêmes, doivent être jugés avec la plus extrême prudence et qui ensuite, grâce à plus d’intimité, laissent voir tous les bons côtés qu’il renferment en eux. Vaillant est sans doute de ceux-là ; et alors le jugement que je porte maintenant ne sera plus valable. Mais tel que je le décris ici, tel il m’apparut du moins quand je fis sa connaissance il y a quelques jours. Vaillant n’est pas un savant – il ne semble pas même exceller en histoire naturelle – ; mais il n’en était sans doute que plus apte à voyager comme il le fit, et à voir ce qu’il vit. Il parle peu, et point du tout de ses voyages.

Mme Vaillant est des Pays-Bas autrichiens, une femme encore charmante ; elle paraît avoir une fermeté de caractère qui est plus proprement masculine. Elle a une foule de petits talents – qui pourtant déclinent maintenant –, tels que le chant, la musique, la danse. Je dansai moi-même aujourd’hui avec elle quoique Monsr Forster ne nous permît pas de venir en cadence.

Forster est un homme peu commun à Paris. Il est tout comme ces femmes qui prennent une pose, et exigent que l’on écoute tout ce qui les concerne, elles et leur maison : il faut absolument que tout soit raconté, étalé et il ne vous est fait grâce d’aucune des lettres qu’on a reçues de son frère, de son père, etc. et que l’on porte toujours sur soi. Cela se fait chez Forster avec une ingénuité, avec si peu de méfiance – que cela pourrait être ennuyant pour un tiers-, avec une telle envie de ne rien omettre qu’on n’a vraiment pas la cruauté de l’interrompre. Il a étudié la science minière dans la région de Coburg et il aide à présent son frère dans le commerce en grand des minéraux que celui-ci fait en Angleterre et en Fance. Il me raconta qu’ils étaient sur le point de vendre une collection en Espagne pour 120 000 Liv.

Vers les 8 heures, j’allai chez Febret sur le Quai de la Ferraille no 21. Voilà beau temps que je n’avais vu pareil capharnaüm, pareille porcherie que cette maison ! M. Lebret s’y trouve si bien qu’il m’a recommandé le logement […].

 

le 18 déc. Payé Mme Lafare, le perruquier, etc. et fait transporter mes malles et d’autres affaires peu importantes par 2 commissionnaires. Ils chargèrent tout sur une petite carriole, l’un se mit devant pour tirer, l’autre poussa […]. Dans la soirée, je fus encore chez Lebret qui s’en va demain. J’y rencontrai un certain Monsr Cammerer, pareillement de Stuttgart.

 

  • 64 en principe vin de Graves, dans le Bordelais.*

le 19 déc. […] J’ai fait un tour sur le Quai et fouillé dans les vieux bouquins ; j’en ai acheté quelques uns. Le soir à l’Hôtel d’Espagne. Il y avait des députés assis près de moi. L’un d’eux a son propre vin de Grave64. Il m’en offrit, je bus un verre. Lui et les autres messieurs me prenaient pour un Anglais. Ils aiment beaucoup parler de leur Révolution avec les gens de cette nation. Ils voulaient absolument savoir mon opinion à ce sujet. Mais je me contentai de répéter : « Messieurs il faut voir la fin de tout cela » – Ils me dirent que c’est précisément ce que deux Anglais avec lesquels ils avaient pris leur repas avant-hier leur avaient répondu ; dès lors ils crurent à plus forte raison que j’en étais un. Ils se mirent alors à me questionner au sujet de la Constitution, des Parlements, etc. etc. – Par bonheur, j’avais ces temps-ci tellement entendu parler de cette matière et de la différence entre l’Assemblée et le Parlement de Londres que je pus leur répondre passablement […].

 

le 20 déc. J’avais l’intention de rencontrer Le Comte avec Wambold au Jardin de Luxembourg où ils prennent d’ordinaire le café le dimanche – mais je ne les y trouvai pas, non plus à leur logis. Mme Vaillant m’avait demandé les Confessions de Rousseau. Je les achetai, me les fis apporter au Luxembourg et de là, je me rendis chez elle. Je passai la matinée chez elle. J’y rencontrai un certain Masse qui part pour la Zélande rejoindre le régiment Méron en qualité de chiurgien et qui double Le Cap ; il veut bien me prendre des lettres pour mon frère.

 

le 21 déc. Achevé de ranger mes affaires et dîné chez Farget. Dans l’après-midi chez ma première hôtesse à Paris. Quoiqu’elle soit une fripière, demeure rue des Mauvais Garçons et y tienne un petit hôtel pourvu d’un escalier misérable et d’une entrée effroyable : elle n’en est pas moins une brave femme qui a dû être fort belle dans sa jeunesse […].

Ma fripière s’exprima d’une façon qui me plut beaucoup. Il était question des nombreuses filles de joie qui sont dans ce quartier. Elle me dit combien ces créatures étaient dangereuses, intéressées et perverses : « Elles vous ruinent, elles vous désolent, elles prennent toujours et tout ce que votre bon cœur leur donne, et quand vous n’avez plus rien du tout, quand vous n’avez que les yeux pour pleurer elles vous quittent et se moquent de vous ».

 

le 23 déc. Chez Gambs. Je fouillai parmi ses livres et trouvai les œuvres d’Helvétius que j’ai dessein de lire […].

 

le 24 déc. Allaix était chez moi, nous prîmes le café ; je lui vendis ma montre pour 60 Livres. Afin de profiter le plus possible des lectures que je vais mettre en train, je vais chaque fois noter ce qui me plaît. Jusqu’à présent j’ai lu trop de choses sans en retirer un quelconque avantage – désormais je vais commencer comme l’écolier son abécédaire. A midi j’allai dîner chez Farget. Les visages singuliers des habitués, l’air glouton avec lequel ils avalent tout me divertissent souvent. Pourquoi le Parisien a-t-il coutume de toujours garder son chapeau sur la tête, lui qui d’ordinaire prétend être si courtois ? Ne serait-ce point la méfiance, la crainte qu’il lui soit volé s’il s’en sépare ? Pour prendre un peu l’air je longe les quais, regarde les gravures, les vieux bouquins, le Louvre et l’Eglise Mazarin. Je lus le soir quelques pages d’Helvétius, en fis un extrait, et écrivis à Carl.

 

le 31 déc. Delanoy m’avait donné rendez-vous dans une maison de la Place des Victoires, cela m’obligea à sortir. Au Palais-Royal, je rencontrai Fleuret. Del[anoy] et moi nous visitâmes le magasin de Daguerre qui, à cette époque, est plus superbe que jamais. Après, au Palais-Royal où je vis Naumann. Dînai à l’Hôtel d’Espagne. Le soir chez Douborowsky ; Reinewald vint et nous fîmes ensemble encore quelques tours jusqu’à 10 heures. Voilà donc comment j’achevai une année pendant laquelle, en ce qui concerne mon art, j’ai fait très peu de progrès mais, sous le rapport de l’expérience du monde et des idées nouvelles que j’ai acquises grâce à la grande Révolution, j’ai avancé d’autant plus loin. A tout prendre, ce ne fut pas pour moi une année heureuse : peu de jours sans nuages, point de pures joies de l’âme – mais point de débauches non plus dont j’eusse à me repentir. Je forme ce dessein pour la nouvelle année : employer tout mon temps, toutes mes forces à l’étude de mon art.

 

Finis 89

Notes

1 n’avait pas payé son loyer, ses dettes.*

2 David avait quatre enfants, deux garçons et deux filles.*

3 Olivier-Stanislas Perrin (1761 Rostrenen, 1832 Quimper), peintre.

4 W. v. W. donne le titre de l’une d’entre elles : « Sanct Paul war auch ein Medicus, etc. ».*

5 Le Théâtre de Nicolet sur le boulevard du Temple.

6 Comédie de Joseph Patrat (1732-1801).

7 Karl August Ludwig Freiherr (Baron) von Böhnen (1760-1829), gentilhomme de la chambre puis chambellan (1786-1791), faisant fonction de « maréchal-des-logis » de Charles-Eugène. (Titre des officiers chargés de faire préparer les logements pour la Cour en voyage).*

8 Justus Philipp Adolph Wilhelm Ludwig Frhr. von Wolzogen (1773-1845), fit partie de l’état-major de Koutousof et devint plus tard général d’infanterie ; à cette époque, il était élève à la Karlsschule (Ecole de Charles).

9 Karl Freiherr von Wolzogen (1764-1804) frère de Wilhelm, élève de la Karlsschule, en 1787 lieutenant au régiment d’infanterie de Württemberg, partit la même année pour un voyage au Cap de Bonne Espérance et vécut jusqu’à sa mort à Samarang (Indonésie).

10 Parues début 1789, sous forme de publication anonyme, les « Histoires secrètes… » étaient un condensé de l’ouvrage en 7 volumes de Mirabeau relatif aux changements survenus en Prusse après la mort de Frédéric : « De la monarchie prussienne » (Londres 1788). Elles mettaient notamment en cause le frère de Frédéric II, Henry de Prusse, alors en visite à Paris.*

11 Jean Reichsgraf (comte d’Empire) von Diodati (1733-1807) représenta de 1781 à 1792 le duc de Mecklembourg-Schwerin à Paris en qualité de ministre plénipotentiaire et de 1790 à 1791 le Württemberg à la place de Rieger.

12 Nous n’en apprenons pas davantage sur ces deux personnages (« Die Fürstin *** » et « Der Fürst *** »).*

13 Nous n’en apprenons pas davantage sur ces deux personnages (« Die Fürstin *** » et « Der Fürst *** »).*

14 de Voltaire.

15 L’acteur et metteur en scène H.-L. Le Kain (1729) avait tenté précisément grâce à cette scène (Arsaces paraît sur scène, après le meurtre de sa mère, les bras barbouillés de sang) de réformer le théâtre dans l’esprit de Voltaire en présentant un « véritable spectacle » et « une peinture animée ».

16 En allemand « Die Decoration ». Employé en français couramment au 18e siècle pour le[s] décor[s] de théâtre.*

17 Texte allemand : « 8-Zöllige », c’est-à-dire « Des 8 pouces ». Il s’agit de gens de grande taille qui mesurent 5 pieds 8 pouces (1 m 80), seuls les pouces étant alors pris en compte.*

18 Cette scène paraît se situer au moment où le duc quitte l’Hôtel du prince Salm pour se rendre à la Comédie.*

19 Opéra-bouffe, musique « del Signor Tritta », joué pour l’ouverture du Théâtre de Monsieur (« le nouvel Opéra » dont parle W. v. W.), le 26 janvier 1789.*

20 M. Rovedino, superbe basse-taille, dont la manière de chanter a excité les plus vifs transports (« Journal de Paris » du 27 janv. 1789).*

21 Le texte allemand ajoute « von ungefähr 7-8 Zoll » (= d’environ 7 ou 8 pouces). Rapprochée de la remarque faite plus haut au sujet des domestiques du prince de Salm (65, 1), cette précision est incompréhensible. C’est pourquoi nous l’avons supprimée.*

22 Le baron K.-F. Hieronymus von Münchhausen a existé. Né dans le Brunswick en 1720 où il est mort en 1797, il était contemporain de W. v. W. et déjà réputé pour la drôlerie et l’invraisemblance des histoires de chasse, de guerre ou de voyages qu’il racontait à ses amis lors de beuveries. Un premier récit avait été publié en Angleterre en 1785, d’après une version allemande anonyme (1781-83), et retraduit en allemand, augmenté de nouvelles aventures par le poète allemand Bürger en 1786.*

23 V. supra note rel. à « Histoires secrètes » (63, 14).*

24 Le personnage de Maria apparaît dans « Tristram Shandy » et dans le « Voyage sentimental » de Laurence Sterne. Il s’agit sans doute ici de la Maria de Yorick (c.à.d. du « Voyage sentimental ») telle qu’elle est représentée sur une gravure anglaise.*

25 Probablement le peintre de genre Martin Drolling (Sélestat 1752-Paris 1817), dont le fils Michel Drolling (Paris 1786) fut élève de David.

26 Kolin, ville de Bohême, où Frédéric II subit en 1757 une défaite devant les Autrichiens.*

27 le château de Hohenheim fut construit en 1785 au sud de Stuttgart. L’épouse du duc était comtesse de Hohenheim depuis 1774.*

28 Mot hongrois signifiant « fantassin » (en allemand : Heiduck). Plus particulièrement utilisé par les souverains des Cours Allemandes pour les domestiques de très haute taille, vêtus à la hongroise.*

29 Johann Friedrich Lebret (1732-1807), historien et théologien, en 1779 Professeur à la « Grande Ecole de Charles », en devient le chancelier en 1782 ; Professeur de théologie et chancelier de l’Université de Tübingen en 1786 ; exerça la fonction de conseiller de Karl Eugen von Württemberg.

30 Comme le Vauxhall, le panthéon était un lieu de concerts et de divertissements construit près du Palais-Royal.*

31 Banlieue du nord de Paris (actuellement St Lazare-Montmartre) où étaient situés les cabarets populaires fréquentés par des classes laborieuses.*

32 Friedrich Freiherr von der Trenck (Königsberg 1726 - Paris 1794). Le personnage était connu du public français qui non seulement pouvait voir à l’Ambigu comique « Le Baron de Trenck », pièce en un acte avec divertissement, mais avait également pu lire depuis l’année précédente la version française de son ouvrage à succès (40 000 exemplaires, tirage énorme pour l’époque) : « La Vie de Frédéric baron de Trenck, écrite par lui-même et traduite de l’allemand en français par M. le baron de B*** ». L’autobiographie plus ou moins romancée racontait ses captivités et tentatives d’évasion des forteresses de Glatz et de Magdebourg où Frédéric II, le poursuivant de sa vindicte, l’avait fait enfermer pendant une dizaine d’années. Arrivé en France en février 1789, il quitta le pays vraisemblablement en août 1789 dans des circonstances mal éclaircies et n’y revint qu’en avril 1793. Il tenta alors de faire paraître un « Journal de Trenck » dont un des rares abonnés fut W. v. W. lui-même qui lui fit parvenir la somme de 30 Livres. Vivant dans la misère, criblé de dettes, imprudent dans ses actes et ses paroles, jouant peut-être double jeu, Treck se retrouvera finalement emprisonné à La Force (en compagnie de l’Allemand Adam Lux et des Girondins) puis à Saint-Lazare où sa participation à une prétendue « conspiration des prisons » le mènera sur l’échafaud le 25 juillet 1794 (7 thermidor, soit deux jours avant la chute de Robespierre !). Ceux qui l’ont rencontré éprouvent en général une impression défavorable. Il a « déplu » à Georg Forster « comme à tous ceux qui sont capables de juger » ; Forster n’a vu chez lui que « vanité, hâblerie…, égoïsme sordide…, mélange d’orgueil et de bassesse… » (Lettre du 23 juillet 1793). Témoignage analogue dans « Les Prisons de Paris sous la Révolution » de Dauban : « Le baron de Trenck, cet aventurier célèbre, échappé des fers d’un roi, vint en chercher en France… C’était un fort mince personnage que ce baron fameux, sale, malhonnête, ignorant et menteur ».*

33 Pompe à eau installée contre le Pont-Neuf en 1608 et surmontée d’une horloge.*

34 Actuellement place des Vosges.*

35 Expression inconnue.*

36 les trois jours de la semaine sainte (mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 avril 1789).*

37 ordre de chevalerie, dit ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.*

38 Les enfants de la princesse Adelhaid Amalie Gallitzin, née comtesse de Schmettau (1748-1804), et du prince Dimitrij Alexejewitsch Gallitzin (1738-1803), ambassadeur de Russie à La Haye.

39 c’est-à-dire à l’Ambassade.*

40 Le poète Johann Gaudenz Freiherr von Salis-Seewis (1762-1834), de 1779 à 1786 officier dans les Gardes-suisses à Versailles, puis au régiment de ligne Salis Samaden (jusqu’en 1792). De Rouen, le poète s’adresse à W. v. W. en ces termes : « Faites-moi savoir, mon bien cher Wolzogen, où je puis vous rejoindre si vous deviez quitter la France […]. L’Allemand franc et droit que j’ai trouvé au beau milieu de Paris, telle une paillette d’or perdue dans le sable, me laissera pour toujours le plus agréable des souvenirs ».

41 modèles en petit, dits aujourd’hui maquettes.*

42 de Cessart (1719-1806). Ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées, réputé pour les travaux dont il dirigea la construction.*

43 Friedrich von Matthisson (1761-1831), poète, bibliothécaire et intendant de théâtre.

44 Gottlieb Konrad Pfeffel (1736-1809), poète alsacien, pédagogue.

45 (« Die Verschwörungen »). Le développement qui suit montre que W. v. W. ne pense pas à la « Conjuration de Fiesque » (« Die Verschwörung des Fiesko… », au singulier), drame paru en 1783. Il ne songe pas davantage (malgré le pluriel qui peut prêter à confusion) au recueil édité par Schiller en 1788 et contenant trois récits historiques qui ne sont pas de lui (« Geschichte merkwürdiger Verschworungen und Rebellionen… »). Il s’agit donc de l’ouvrage de Schiller paru la même année, avec pour titre : « La Révolte des Pays-Bas » (« Der Abfall der Nierderlande »).*

46 Cf. Séb. Mercier : « Ce point central d’un grand empire » (« Tableau de Paris »).*

47 Il s’agit vraisemblablement de Dietrich Philippe August Freiherr von Stein auf Ost und Nordheim (1741-1803). Le journal de W. v. W. s’interrompt à partir de cette date jusqu’au 24 juin, ne comportant que quelques notes brèves. On lit par exemple pour le 21 juin : « Versailles - Galerie - Chapelle - Tableaux - Roi, Reine - Ct. Dessain - Parque - Statues - Orage - Trianon - Ménagerie - Vauxhall ». Quant aux fatigues auxquelles il est fait allusion le 25 juin, les annotations ne permettent pas d’en savoir davantage.

48 Johann Kaspar Lavater (1740-1801) s’était illustré par ses travaux tendant à établir une corrélation entre le caractère d’une personne et les traits de son visage.

49 rue de la Ferronnerie, dans le prolongement de la rue St Honoré.*

50 W. v. W. a effectivement laissé 10 pages vides – sans doute en vue de notations ultérieures – et repris sa relation à la date du 5 septembre 1789. Seul document pour cette période : une lettre à Caroline von Beulwitz dont on ne sait d’ailleurs s’il s’agit d’un brouillon ou d’une lettre non parvenue à son destinataire. Elle est datée du 23 juillet 1789 : « Je ne t’écris ces quelques lignes, ma chère amie, que pour te dire que je suis encore en vie et que mon affection envers toi est toujours aussi profonde. Les circonstances ne me permettent pas, pour l’instant, de fournir de plus amples détails. La plus grande prudence est de rigueur. Je me bornerai à te dire que pour l’honneur du genre humain la Bastille n’est plus ; encore quelques semaines et l’on pourra marcher sur les lieux où elle se dressait. Cela dit, j’ai toujours les mêmes idées que celles que j’exprimais dans mes précédentes lettres envoyées de Paris, je dirai même que je suis affermi dans mon opinion. Suis-je heureux ? A toi d’en juger ». De son côté Schiller fait allusion, dans une lettre du 30 octobre 1789 adressée à Caroline et Lotte, à une rencontre manquée, à Paris, entre Christoph Friedrich Schulz (le futur auteur de l’« Histoire de la grande Révolution de France » parue en 1790) et W. v. W. Il confirme : « …Nous savons au moins qu’à cette époque [vers le 20 octobre] Wolzogen était encore en vie et qu’il a trouvé un compatriote ».

51 Six, Sixt.

52 « Jene stille Größe » dans le texte allemand. W. v. W. applique à cette jeune fille la célèbre formule de Winckelmann relative aux statues grecques : « Die edle Einfalt und stille GröBe der griechischen Statuen… » (« La noble simplicité et la tranquille grandeur des statues grecques… »).*

53 Selon les éd. allds l’emploi inattendu du pronom « te » (« Dir ») semblerait être un lapsus révélateur.*

54 Cf. « Balayer l’église » : en sortir le dernier.*

55 A la guerre, les arts se taisent.*

56 Traduction en allemand d’un texte publié dans le « Mercure de France » par L.-P. Manuel (1751-1793), et destiné à paraître dans la « Thalia » de Schiller. Il n’est pas sûr que la traduction figurant dans le 3e volume (n° 9/10) de la Thalia soit celle de W. v. W. (cf. réponse de Schiller à W. v. W. du 11 avril 1790).

57 « Depuis que vous avez quitté Paris, il s’est passé bien des choses dont vous aviez déjà vu les signes avants-coureurs à Paris. Vous avez profité du seul instant qui restait encore de voir Paris dans sa prospérité – 6 jours de plus et vous n’auriez plus pu vous en vanter. Ce que nous vîmes alors, nos enfants et les enfants de nos enfants ne le verront plus ; si cette remarque ne se bornait qu’à la Bastille dont il n’y a plus rien à voir, elle serait déjà assez intéressante. Les temps ont changé notre palais des fées, le Palais-Royal, à un point tel que vous ne le reconnaîtriez plus. Au lieu des gentils petits minois si séduisants, vous ne voyez rien d’autre qu’une armée de gueux malpropres, déguenillés, sentant mauvais : de grandes barbes, des physionomies épouvantables et de gros gourdins ; des gens qui vous donnaient envie de recommander votre âme à Dieu quand vous les rencontriez près d’un tripot. Si un homme de belle mine vient à passer par là, il est mal mis, habillé exprès le plus négligemment possible afin de ne point éveiller l’attention et de ne point passer pour un aristocrate. – Et nos belles princesses – c’est pitié de voir ces enfants : leur petits jupons de taffetas sont vendus, leurs bijoux mis en gage, leurs meubles enlevés. Plus d’étranger philanthrope pour souper avec elles, plus d’Anglais pour gaspiller en leur compagnie 2 ou 3 000 Guinées, plus de Monseigneur du Clergé pour entretenir 3 ou 4 hôtels servant à ses oisivetés. Plus de phaëtons avec Mlle A., Mlle B. et la suite ; tout ce monde va à pied, en toute humilité, et bien heureux encore s’il peut se payer un dîner à la sueur de son front, […] Mais vous allez me prendre pour un libertin de parler de ces choses libertines en ces temps d’affliction. Vous attendriez plutôt que je vous parlasse de la prise de la Bastille, des têtes promenées au bout des piques, de l’arrivée du roi à Paris, des débats à l’Assemblée nationale, du spectacle que l’on donne en ce moment dans le premier Théâtre de la Nation et où la nuit de la Saint-Barthélémy est représentée avec tous ses détails, où un Cardinal revêtu de ses ornements donne sur la scène sa bénédiction aux assassins et consacre leurs poignards, où il est question des grands hommes que furent Luther et Calvin, et où l’on parle du pape comme du maître d’école de Bauerbach : vous voudriez que je vous racontasse tout cela bien dans l’ordre et tel que ça s’est passé ; malheureusement, vous lirez tout cela dans la gazette avec plus de détails et orné de davantage de faussetés que je ne saurais vous le dire moi-même […]. Pour un Louis par mois on a connaissance de la moindre souris qui se noie ; car à présent on imprime tout. Au sujet de la reine, on entend des choses qu’aucune bouche n’avait encore prononcées. La pauvreté à Paris est si grande, le manque d’argent comptant à crû à un point que l’on peut avoir les plus belles choses à très bon marché […]. Voici encore quelques petits potins assez singuliers sur Paris : le roi est obligé de se faire garder par la Milice bourgeoise. Il lui a fallu remercier sa garde personnelle. Cette Milice vient prendre la garde tous les jours, formée en corps ; tantôt c’est un district, tantôt l’autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que les 64 districts y passent. Chaque district remporte chaque fois ses canons placés devant le Château, et le nouveau qui vient prendre la garde met à son tour les siens en batterie. Les cordonniers et les tailleurs, les faiseurs de balais et les marchands, les savants et les artistes : ils montent tous la garde pêle-mêle comme dans l’Arche de Noé. Il y a quelques jours, il y avait une nouvelle pièce aux Variétés, un théâtre du Palais-Royal que nous fréquentions souvent, la pièce tomba et la représentation cessa. Quand plus de la moitié d’une pièce n’est pas jouée, le public a le droit d’en réclamer une autre. C’était le cas : on réclama – je ne sais plus laquelle. Le rideau se leva, un acteur parut, fit une profonde révérence et dit : « Messieurs, nous sommes bien fâchés de n’être pas en état de vous satisfaire. On ne peut pas donner la pièce demandée. L’acteur principal de la pièce est de garde chez le Roi ». Toute la salle applaudit. Qu’en pensez-vous ? – Le roi n’est pas encore sorti du Château des Tuileries ; il ne va que rarement se promener dans le Jardin, et alors on relève les ponts-levis. Quant à la reine, elle ne sort pas du tout. Elle montre beaucoup de courage et se conduit avec sagesse ; pourtant il arrive souvent qu’on lise du ressentiment et du mépris dans son visage ». (Deutsches Literaturarchiv/Schiller – Nationalmuseum, Marbach a.N.).

58 Mentionnée ici pour la première fois. Des précisions à son sujet seront données plus loin.*

59 W. v. W. aurait-il rencontré Rivarol ? « La tête de Mirabeau, disait Rivarol, n’était qu’une grosse éponge toujours gonflée des idées d’autrui ».*

60 (V. supra, Journal, 18 oct. 1788).*

61 François Le Vaillant (1753-1824). « Voyage de Monsieur Le Vaillant dans l’intérieur de l’Afrique, par le Cap de Bonne Espérance, dans les années 1780, 81, 82, 84 et 85. Tomes I-IV, Paris 1790 ».

62 W. se réfère au passage suivant du « Voyage de Vaillant » (T. I, p. 209) : « Mon souvenir durera plus longtemps et plus glorieusement chez les hordes sauvages que par les vains trophées de la vanité des hommes ; j’en suis peu digne ; je les abjure, mais toi, généreux Klaus, jeune Elève de la Nature, belle âme que n’ont point défigurée nos brillantes institutions, garde toujours la mémoire de ton ami : c’est à toi seul qu’il adresse ses pleurs et ses tendres regrets ! ».

63 Il est vraisemblable que ce Forster est de la même famille que Georg Forster, le « Mayençais », qui arrivera à Paris en mars 1793. Toutefois, il n’a pas été possible de déterminer leur lien de parenté avec exactitude. « Le Voyageur à Paris » (1790) mentionne un « M. Forster naturaliste célèbre pour ses connaissances en minéralogie, forme des collections considérables dans ses fréquents voyages, dont il fait des ventes à son retour dans cette ville. Sa demeure, lorsqu’il est à Paris, est rue Neuve des Bons-Enfans, no 10 ».*

64 en principe vin de Graves, dans le Bordelais.*

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search