Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

1788-1789

1788

Texte intégral

le 13 sept. Stuttgart. Ce fut le samedi 13, à quatre heures de l’après-midi, que je quittai Stuttgart. Arrivé aux portes de la ville, je me retournai une dernière fois pour voir les quelques amis que j’y laissais. Mais au fond je m’éloignais volontiers, et par une sorte d’instinct, d’une ville où tout porte l’empreinte du despotisme, où la soumission servile envers le Prince et la vaine arrogance envers les inférieurs ôtent aux relations sociales tout naturel et tout intérêt. La grandeur et la dignité de l’homme, l’égalité entre les hommes : autant de beaux sentiments et de nobles idées entièrement étouffés par un gouvernement digne du despotisme oriental. Même les meilleurs d’entre nous sont infectés, quoique, le sentant, ils se retirent au sein de leur famille pour y chercher ce qui leur manque au dehors : la liberté de parler et d’agir. De là le peu de société à Stuttgart : Un étranger peut y vivre depuis longtemps sans se faire des connaissances ni trouver du divertissement, et cela dans une ville qui est pourtant loin d’être l’une des plus petites d’Allemagne et où, autrefois, se trouvait la Cour la plus brillante. Il est vrai aussi que la noblesse n’y est pas très riche et que les appointements y sont médiocres. Les dépenses fastueuses faites jadis à la Cour, etc. en sont la cause.

Le Duc était justement à droite de la chaussée, à Berg, pour diriger une manœuvre. Je vis quelques cavaliers courir à travers champs, je descendis alors de voiture craignant que ce ne fût le Duc. Les choses en sont venues à ce point qu’on a peur ne serait-ce que de le rencontrer ; car à coup sûr, il recherchera ce qui, soit dans les habits, soit dans le lieu du séjour, n’est pas tout-à-fait réglementaire, et, tout aussi sûrement, il n’aura pas de mots assez durs envers le coupable. Je fis donc partir ma voiture et je pris à gauche par un chemin détourné… Pourtant ce fut peine perdue, car ce n’était qu’un de ses aides de camp. Pendant ce temps, mon cocher avait poursuivi sa route, et c’est par la plus grande chaleur, et avec un très fort catarrhe, que je fus contraint d’aller à pied une bonne lieue pour le rejoindre, ce qui se fit tout près de la nouvelle auberge. Notre homme avait lui-même, instruit par quelques cas précédents, contracté une telle terreur panique du Duc qu’il ne lui fallut pas moins d’une grande distance avant de nous estimer en sûreté, lui et moi.

Le soir tombait, il faisait beau et clair. Le ciel s’était dégagé, l’air rafraîchi, après la chaleur orageuse de la journée. Il était presque dix heures lorsque nous arrivâmes à Vaihingen. […]

 

le 23 sept. […] Il se faisait tard. Nous craignions de ne plus pouvoir passer et en conséquence nous allions grand train. C’était un beau chemin. A gauche, la chaîne de montagnes, si variée, et qui s’assombrissait à chaque moment, au-dessus de nous le ciel chargé de petits nuages auxquels le soleil couchant faisait une bordure dorée. Ce spectacle, uni à la pensée de quitter bientôt l’Allemagne, de lui dire : Adieu, ma chère patrie, il n’en fallait pas plus pour éveiller en moi des sentiments singuliers. A droite, nous vîmes Fort Louis à bonne distance, enfin la cathédrale, sa flèche, sa deuxième tour. Nous arrivâmes à Kehl. Nos mœurs allemandes ont déjà ici quelque peu les airs du libertinage français. L’Allemagne que l’on quitte est sale, car Kehl est sale : l’imprimerie de Beaumarchais, qui est ici, et bien d’autres affaires louches, agitent fort la petite ville.

Nous voici arrivés au pont du Rhin et au dernier rempart de l’Allemagne contre la France : une grille de fer devant le pont. Le Rhin s’étalait à droite et à gauche, roulant ses flots majestueux. Les beaux peupliers à main gauche ne laissaient qu’entrevoir la surface des eaux miroitant sous les derniers rayons du soleil. Quelle vue magnifique ! Le pont est de bois, en mauvais état et incommode. On ne peut le franchir qu’au pas et il faut presqu’un quart d’heure pour le franchir avant d’être de l’autre côté. Au bout, il y a de nouveau une porte en grillage et le poste de garde français. Nous passâmes sans que rien nous fût demandé. A la douane, « Halte ! » : 12 sous de péage. « Est-ce que vous n’avez rien contre les ordres ? ». L’homme examina notre chaise, je lui tendis les clefs, […] « Passez », et nous voilà libres. Nous traversâmes la Citadelle où est caserné le Régiment La Fère. Il faisait déjà presque nuit. Nous passâmes plusieurs ponts. Les soldats revenaient de la ville. Après bien des allées et venues, nous entrâmes au « Brochet bleu » sur la Place d’armes. […]

 

le 30 sept. Nous partîmes de Strasbourg à 7 heures 1/2 du matin. J’avais pour compagnie : l’épouse d’un laquais chez l’Ambassadeur d’Espagne, une brave femme d’env. 40 ans, sans prétentions ; une Française qui avait été femme de chambre à Strasbourg et revenait chez elle, une pauvre créature de quelque 30 [ans], petite, efflanquée, les yeux enfoncés. […]. Je ne tardai pas à la reléguer sur le devant de la voiture et je pris place dans le fond, près d’une dame de Carlsruhe d’une vingtaine d’années, ayant bonne mine, mariée depuis peu à un Anglais du nom de Harwey qui avait travaillé chez un fabricant de cuir à Rieburg près de Carlsruhe, et qui demeure maintenant à Paris. Elle est née Hanen et loge à l’auberge de « La Croix ». Elle ne parle pas un mot de français. […].

  • 1 « Steinthal » dans le texte allemand. En fait, la vallée de la Bruche.*

Nous traversions maintenant des contrées très fertiles. Les gens étaient occupés à vendanger, et ils engrangeaient aussi les dernières récoltes. Le premier endroit où nous fîmes manger les chevaux fut Dorlesheim. Je descendis aussitôt afin de visiter le lieu mais il ne renferme que des maisons mal bâties. […] Je vis en passant Mons. de Baer et sa belle-fille la Comtesse de Schwerin, c’est un petit homme assez fort de soixante ans environs ; il était aumônier à l’Ambassade de Suède. […] Notre route traversa plusieurs jolis villages, se poursuivit par le Ban de la Roche1 et Schirmeck, une petite ville dépendant du Prince de Salm […]. A six heures, nous partîmes pour arriver, au bout d’une demi-heure, à une montagne aux pentes à vrai dire peu escarpées, mais recouvertes d’effrayantes forêts que nous traversâmes par des chemins sinueux durant deux lieues et demi environ. […]. C’est alors que le temps se brouilla, il se mit à pleuvoir. Cela m’empêcha de faire mes observations jusqu’à Paris, ainsi que je l’avais souhaité. Nous fûmes forcés de fermer nos fenêtres, et nous cherchâmes à remplacer par le sommeil l’agrément que la vue du paysage nous aurait procuré. Ravon-en-Pleine fut le premier lieu que nous rencontrâmes dans la vallée. Le contraste est déjà grand : derrière nous l’Alsace prospère, accueillante, fertile, et ici des gens misérables, des terres incultes, des montagnes pelées, une population rare. Nous déjeûnâmes légèrement et poursuivîmes notre route […].

 

  • 2 La Rotonde de la Villette au débouché de la route d’Allemagne.*

Paris, le 8 octobre 1788. Nous arrivâmes à Paris à quatre heures environ. Aussitôt, notre vue fut frappée sur notre droite par un bâtiment qu’on refait à neuf. C’est une sorte de rotonde à quatre frontispices2, soutenue par des colonnes comme le Panthéon. Pourtant on ne se croirait pas encore à Paris quand on s’arrête devant la barrière. Le cocher alla chercher sa marque au bureau, puis vint un homme tenant à la main une grande et longue aiguille à tête pour percer les marchandises telles que le blé, le sel, etc. Nous descendîmes. « Faites votre devoir bien promptement, j’ai encore affaire en ville et nous n’avons rien contre les ordres du Roi ». L’homme monta dans la voiture, et pendant qu’il faisait ses recherches je lui glissai, sans que personne s’en aperçût, trois Livres dans la main. Il ne me remercia pas par crainte de se trahir. Il examina encore telle et telle chose. Ma malle se trouvait derrière le siège du cocher, et ce fut la seule chose qu’il me dit d’ouvrir, feignant de fouiller, mais tout se passa en un tournemain. Je refermai et nous voilà repartis. Il y avait quelque vingt voitures autour de la barrière qui n’est rien d’autre qu’une poutre comme chez nous aux péages. Le cocher avait sur lui une petite boîte de couleur bleue, la vieille femme dut la mettre sous son manteau en descendant de voiture.

Le bruit et le mouvement commençaient à se faire sentir. Nous rencontrâmes de jeunes faquins à cheval, en cabriolet, vingt à trente charrettes de farine aux roues énormes […], plusieurs voitures de roulage, des voitures recouvertes d’une bâche et conduites généralement par des femmes, un cheval, un abbé, deux soldats et mille autres personnes : il fallait sans cesse se garder à droite et à gauche. La rue était large, très large, mais les maisons d’aspect médiocre. Nous franchîmes la Porte St-Martin. De tous côtés déjà, on voyait les échoppes des petits marchands ; ce qu’ils vendaient était peint généralement sur le devant des maisons. Arrivée devant l’auberge St-Martin, notre voiture entra. J’avais dessein d’y rester quelques jours. Le mari de la dame de Carlsruhe arriva sans tarder, je lui fît part de mon embarras d’esprit. Il se contenta de me dire de le suivre. Je pris donc promptement un fiacre, y jetai mes affaires, et me voilà parti tout droit derrière lui. J’avais eu le temps, avant de quitter l’auberge, de payer une bouteille de vin que nous bûmes dans la pièce à côté de la cour, Harwey, mon cocher et moi (15 Sols). Le domestique qui avait transporté mon bagage réclama son dû, un autre garçon aussi. Je leur donnai 12 Sols.

  • 3 Il ne s’agit donc pas de la rue située sur la rive droite (dont une partie subsiste aujourd’hui) en (...)

J’étais enfin assis dans un fiacre, en compagnie de mes affaires éparpillées ça et là en désordre, j’avais ma malle et mes coffres comme vis-à-vis. Nous longions les rues au petit trot, à notre droite et à notre gauche toujours des magasins et des étalages, des cafés ou des bureaux. Le Pont-Neuf ! On allait vite, pourtant la statue d’Henri me sauta aux yeux, je me découvris. La presse et la confusion augmentaient sans cesse… Enfin, halte. Nous descendîmes. Notre course pouvait avoir duré à peu près une demi-heure. Harwey entra dans un café allemand. L’homme s’appelle Henry, je lui demandais pour en finir, où je devais aller pour avoir une chambre garnie. Il donna une commission à l’hôte pour l’une des maisons situées en face, au no 4. Je visitai les logements : l’un au 3e étage pour 18 liv., un autre au second pour 20 liv. Je pris le dernier à 20 liv. (10 liv. pour 15 jours), je fis monter mes affaires, je payai au cocher 30 sols. Il ne s’en contenta pas… je fis du bruit et on en resta là. […] Voilà donc mon logis fixé pour quelques jours. […] L’adresse où je demeure est : Mme Routiée, Marchande Fripière, rue des Mauvais-Garçons, Fauxbourg St-Germain3. Tient l’hôtel de Toulouse, garni à Paris.

 

le 9 oct. Aujourd’hui, c’est la fête de St-Denis. Je me réveillai de bonne heure, j’arrangeai un peu mes affaires et m’assis pour écrire. A côté de moi, des coups étaient frappés continuellement, on était sans doute en train de bâtir. Le vacarme dans les rues reprit lui aussi. Toutes les minutes, les porteurs d’eau passaient avec deux seaux accrochés à une perche posée sur l’épaule et ils criaient : « A l’eau ». Je fis venir un coiffeur. Il arriva et demanda 3 Liv. pour les 15 jours. Il réclama des épingles à cheveux et se mit à rire quand je lui en donnai : on ne connaît pas ça à Paris ! Il sortit de grandes épingles, longues et noires et me fit de chaque côté de la tête une longue boucle épaisse, dépassant derrière.

  • 4 Georg Friedrich Eberhard Wachter (Balingen 1762-Stuttgart 1852), peintre. Entra en 1773 à l’Académi (...)
  • 5 Joseph Ignaz Huber (1759-mort après 1807), graveur.

Ma première sortie fut pour aller à l’hôtel d’Auvergne. Je finis par le trouver après avoir descendu de ce côté-ci de la Seine. Vu de cette rive, le Louvre frappe par sa longueur, mais à distance, ne se distingue guère que par ce trait. Je laissai à droite un très bel édifice, la Monnaie, j’étais trop près pour en percevoir la beauté dans son ensemble. A Paris, on est habitué à être questionné, c’est pourquoi on répond la plupart du temps avec obligeance et précision. Je m’adresse généralement, quand je demande quelque chose, aux marchands de fruits ou aux gens de métier qui se tiennent au bas de la maison. Rendu à l’hôtel, je m’enquis de Waechter4 ; il n’était plus là. Je voulus rester pour dîner mais un jeune homme (j’appris après que c’était Huber5, le graveur) me dit que la table n’était pas ouverte au public et qu’eux, les Allemands, n’y étaient qu’en pension. Il faut que ce soit une chose tout-à-fait ordinaire de voir des Allemands ici, car on ne se réjouit pas autrement de rencontrer des compatriotes ; on ne leur demande même pas de quelle province d’Allemagne ils sont. Je cherchai le chemin du retour et je descendis chez M. Henry – ils étaient juste à table. Ma dame de Carlsruhe et M. Harvey dînaient, mais je ne pus causer avec elle.

Je dînai dans la rue des Boucheries, tout près de ma rue, à gauche. J’entrai, je demandai si je pouvais dîner. – Oui ! L’on m’indiqua une salle au rez-de-chaussée qui ouvrait de plain-pied sur le jardin. Deux personnes étaient à table, je m’assis vis-à-vis d’elles. Une petite jeune fille me demanda aussitôt si je ne voulais pas une douzaine d’huîtres. Elle me parlait si rapidement que, dans mon angoisse, je lui dis oui. On me remit alors une feuille de papier sur laquelle étaient inscrits deux potages, des viandes confites, bouillies, fricassées, etc., sept ou huit choses diverses, trois ou quatre légumes, deux rôtis et des desserts, des biscuits, des raisins, des poires, des noix. Sont servis sans les demander un pain et une demi-bouteille de vin rouge. On prend la feuille et on a le droit de commander quatre plats, n’importe lesquels, et ensuite un biscuit ou des raisins, etc. On paie 26 Sols, et 2 Sols à la fille. Cela s’appelle à peu près : « Chez M. Farget, Traiteur ». […].

  • 6 de son vrai nom Mœnch (dit Munich).
  • 7 Victor Wilhelm Heideloff (1757-1816), ancien élève de la Karlsschule, en voyage d’études à Rome en  (...)
  • 8 sans doute du Vauxhall.*

J’allai ensuite chez Munich6 pour qui j’avais deux lettres. […] Je l’accompagnai au Vauxhall. Nous y restâmes jusque vers 11 heures. Il me raconta à cette occasion combien Heideloff7 avait mal agi envers lui quand il lui avait donné du travail pour la décoration de la salle8 ; et qu’il avait même tenté de lui enlever la salle de l’Opéra de Marseille qu’il n’obtint pas pour autant ; Heideloff, ajouta-t-il, avait fort peu travaillé à Paris, fréquentant toujours des musiciens ambulants ou autres gens de mauvaise compagnie, et dépensant énormément d’argent avec les filles. Il me parla en outre de l’effervescence qui avait eu lieu ici il y a trois semaines. Le peuple avait allumé des feux de joie à cause du rappel de M. Necker, confectionné des mannequins de paille, les avait habillés comme les ex-ministres et y avait mis le feu. Le Commandant du guet avait voulu réprimer cette licence et fait disperser la canaille. Mais celle-ci s’en était pris aux gardes, les obligeant à faire feu, avec des pertes des deux côtés qu’on estime à 40-50 personnes, souvent innocentes, qui se contentaient de passer sur le Pont-Neuf. C’est ainsi que le Marquis de Nelle reçut un coup de baïonnette au visage. Quant au Duc d’Orléans, il fut contraint de saluer la statue d’Henri IV. Peu à peu, les attroupements de gens sans aveu augmentèrent et les rues aussi devinrent peu sûres. Presque toutes les nuits, on trouvait des gens assassinés et détroussés ; souvent on rencontrait la nuit une bande de 5 à 600 personnes, on était forcé de les suivre sous peine de s’exposer à toutes sortes d’insolences et de dangers. A présent, il y a plus de tranquillité grâce à la vigilance de la police dont les espions ont découvert et arrêté nombre de ces mutins. N’avaient-ils pas été jusqu’à vouloir brûler vif le Commandant du guet, plus de 1 000 d’entre eux donnant l’assaut à sa maison. Il se cacha, cependant il fallut les laisser entrer pour qu’ils se convainquissent d’eux-mêmes qu’il n’était pas là. Ce n est que trop vrai : on verra difficilement assemblées en un lieu autant de basse populace et de mines patibulaires-j’entends seulement en haillons, je ne parle pas des autres – qu’il en court par ici. J’eus pourtant l’audace de retourner seul à pied du Vauxhall à mon logis à 11 heures et demie, un trajet d’une heure. Il ne m’arriva qu’une seule fois de rencontrer près de l’église St-Eustache une troupe d’une douzaine de vauriens loqueteux qui parcouraient les rues dans le tumulte et les rires. Je cherchai à rester derrière eux. Près de la place, ils passèrent devant une sentinelle qui, prudemment, se tint coi et attendit sagement qu’ils fussent à 20 ou 30 pas pour murmurer dans sa barbe : « Ces coquins-là font un tapage du diable ». A deux reprises, cependant, je fus abordé par des filles de joie, elles se tenaient sur le pas de leur porte. Je longeais la file des maisons, la première fille, quittant sa porte, s’avança vers moi de 3 ou 4 pas, me prit par le bras droit comme l’on fait pour retenir quelqu’un à qui l’on veut dire quelque chose, puis elle me dit tout de go : « Ne voulez-vous pas venir avec moi ? » – « Je suis déjà engagé », et je continuai ma route. A quatre cents pas plus loin, la seconde me proposa le même marché. Elles étaient habillées de blanc et très proprement mises. En Allemagne, je me serais découvert respectueusement et j’aurai exprimé mon étonnement que Madame s’exposât si tard à la fraîcheur de la nuit. Près du Pont-Neuf, la garde était sous les armes, 40 à 50 soldats environ, vraisemblt par précaution ; il doit en être ainsi tous les soirs. J’arrivai ainsi sans encombre à mon logis et je fus surpris de mon propre courage. Cependant, je ne m’y hasarderai pas une nouvelle fois sans nécessité absolue. La maîtresse de la maison avait été inquiète à mon sujet. L’illumination des rues est médiocre mais pourtant suffisante pour y voir un peu devant soi. Sur le Pont-Neuf, il y a sept lanternes, une tous les 50 ou 60 pas. La statue d’Henri IV n’en a aucune, elle se dresse juste au milieu entre deux lanternes qui, à cet endroit, sont plus espacées que les autres. Pourquoi cela, je ne saurais le dire.

  • 9 Tippo (Tippu) Sahib, Sultan de Maissur (de 1750 à 1799).

Comme j’allai chez Munich, les ambassadeurs de Tippo Saïb9 passèrent dans quatre voitures et avec quelques courriers. Ils étaient escortés de 50 hommes du guet à cheval. Ils parcourent gratuitement la France aux frais du Roi ; de même qu’à Paris, dans n’importe quel café, dans n’importe quel lieu public, ils sont défrayés de tout. Ils avaient le teint olivâtre, une barbe noire autour de la bouche et du menton ; leur aspect était effrayant. Je n’ai pas pu distinguer leurs habits, car ils étaient assis dans des voitures fermées.

  • 10 La Baletti est, avec la Todi*, l’une des cantatrices les plus célèbres de l’époque. D’origine itali (...)

Mlle Baletti10 a ici une grande réputation ; elle est extraordint appréciée à cause de ses talents. Au commencement, elle chantait dans presque toutes les bonnes sociétés ; à présent, sur les conseils de ses amis, elle se fait payer 8 à 10 louis d’or pour faire entendre sa voix dans des concerts privés. Il y a quelques semaines, elle a chanté à ce prix trois fois en une semaine. En attendant, le théâtre n’est pas encore achevé, mais, dit-elle, elle touchera son cachet à dater du 1er oct. On croit déjà la voir dans quelques semaines ayant un brillant équipage et logée dans un hôtel garni. D’ici là, elle vit encore retirée et fait la prude.

 

  • 11 Le Baron Emmanuel de Rieger (1727-1798) fut successivement grand-bailli à Cannstadt, premier consei (...)

le 10 oct. A 10 heures et 1/2 je sortis pour rendre visite à M. de Rieger11. Je me moquai de l’étiquette et allai à pied et en frac. Après le Pont-Neuf, j’arrivai devant la façade du Louvre de Perrault tant vantée. Etait-ce que j’en avais trop attendu, ou bien mon âme était-elle, alors, encore fermée à l’idée du Beau, bref, j’avais attendu davantage, et je n’avais pas assez de temps pour laisser agir sur moi l’impression produite par l’ensemble et me livrer à un examen plus approfondi ainsi que je le ferai une autre fois. On traverse un passage pour aller au Palais-Royal. L’intérieur me déplut complètement. Sous les portiques du Louvre, des marchands tiennent boutique. J’y achetai : « 1) Nouvelle description des curiosités de Paris, 2 tomes, par Dulaure, Sec. Edit. 1787, 3 liv. 60 s. ; 2) Singularités historiques pour servir de suite aux descr. d. P. et de ses environs, 1 liv. 16 s., 3) Almanach parisien pour l’année 1788, 1 vol. 3 liv. ». […] On passe par une petite rue pour aller rue St-Honoré et ensuite au Palais-Royal. Je n’aperçus qu’à la hâte l’infinie variété des marchandises de toutes sortes qui étaient étalées là pour le chaland, il y en avait à droite et à gauche, à gauche et à droite, de tous côtés. Je perdis en chemin mon plan de Paris dont je m’était servi jusqu’ici pour m’orienter. J’en achetai un plus petit, celui de 88 à 3 Liv., avec son étui et entoilé. Dans la rue Caumartin, je m’informai du Baron de Rieger dans quelques maisons. Dans l’une d’elles, un suisse plein de suffisance me fit pour toute réponse, comme s’il s’agissait d’un homme plus important qu’un simple baron : « Ah… c’est un Fermier général qui loge ici ». Je finis par trouver, au no 11 à gauche. Je fus reçu comme un étranger. Il était occupé à sa toilette et je jugeai bon de ne pas l’importuner plus longtemps. […]

Lors de l’émeute sur le Pont-Neuf dont j’ai parlé, le peuple chassa la garde dont les soldats s’enfuirent en laissant leurs habits, fusils, montres, etc. La foule planta tous ces objets trouvés sur les baïonnettes, les dressa bien haut, puis les jeta dans les flammes afin de montrer que sa révolte n’était pas due à l’esprit de rapine. Le cocher du Duc d’Orléans refusa d’ôter son chapeau. Le Duc s’inclina en disant : « Je fais cela d’autant plus volontiers que nous sommes parents ». Et il demanda pardon au peuple pour son cocher qui est Suisse, ordinairement brave homme et bon serviteur. On le laissa finalement partir aux cris de « Vive le Duc d’Orléans ! ».

 

le 11 oct. […] J’achetai rue Dauphine, à gauche en allant vers mon logis, une épée d’acier et son croc, je mis un habit noir et me rendis en voiture chez M. de Rieger. Il avait fini son repas, mais était encore à table. Il m’avait mandé pour 2 heures 1/2… et il était 3 heures 1/2. Après s’être levé de table, il me montra sa maison, qui, au vrai, est assez grande pour un ambassadeur du Wurtemberg et de fort belle apparence ; mais il lui faut donner quelque 6 000 Liv. par an et la meubler lui-même. Il me parla des désagréments éprouvés avec les domestiques français : le valet de chambre ne touche à rien qui ne relève de son département, le frotteur (qui balaye la chambre et fait les lits, etc.) n’ira pas chercher la moindre plante dans le jardin, le faiseur ne décrotte pas les souliers, etc. Voilà pourquoi il faut entretenir une domesticité aussi nombreuse. Le suisse reçoit 400 florins pour lesquels il n’a rien d’autre à faire que de rester assis toute la journée dans l’antichambre et, quand le maître sort, de se tenir à la porte ceint de sa large bandoulière. J’ai particulièrement apprécié les lieux d’aisance à l’anglaise qu’il me faudra mieux connaître afin de les introduire chez nous. Cela revient ici à peu près à 50 écus, me dit Rieger.

Après souper, je partis avec lui en voiture aux Champs-Elysées, une promenade consistant uniquement en allées. A droite sont de très beaux hôtels : [celui] de la Duchesse de Bourbon, celui de Mme de *** est particulièrement gracieux. Puis aux Tuileries et de là au Palais-Royal. Dans les deux premières promenades, il n’y avait pas trop de monde, ici en revanche beaucoup plus, surtout quand je partis et que les spectacles s’achevèrent. Les filles de joie font ici le principal intérêt. Mais celui qui a des préoccupations plus sérieuses est davantage attiré par les boutiques illuminées, arrangées avec goût et pourvues d’articles somptueux. Ici se trouve tout ce que le luxe et le bon goût ont jamais pu inventer ; tout ce qu’on peut imaginer : de la simple épingle à 1/2 S. jusqu’à la broche à brillants qui coûte 100 000 Liv., de la moindre figure en porcelaine à 4 S. jusqu’à la statue d’albâtre vendue 30 000 Liv., du petit tableau à 3 S. à la toile de maître à 40 000 Liv. ; de la fille à 3 Liv. à celle à 3 Louis d’or ; de la bavaroise à 6 S. jusqu’au souper fin à 20 Louis d’or. […]. Rieger s’acheta la suite du Tableau de Paris, à partir du 14e tome, 12 Livres les 3 volumes.

Dès que Rieger fut parti, je pris un fiacre pour rentrer chez moi. Il fait déjà assez froid, et vu que les sols sont carrelés, on est bien avisé de s’acheter une paire de pantoufles fourrées en peau de mouton. C’est ce que je fis ce soir même pour 3 Liv. 10 S. A n’importe quelle occasion, on vous dit : « N’oubliez pas les filles », même ici, quand j’eus payé les pantoufles et quoique la fille n’eût que la rue à traverser pour me les porter dans ma chambre ; il est vrai qu’elles se contentent de 2 Sols. Rieger m’a dit tenir du lieutenant de police que parmi les 3 ou 400 filles publiques qui sont parfois arrêtées, il ne s’en trouve que deux ou trois d’infectées. Cela provient de la crainte éprouvée par quiconque a affaire à elles ; d’où il suit que des actes où se manifestent des penchants bestiaux et pour lesquels, du reste, le Français n’a généralement que trop de faiblesse, n’ont pas lieu le plus souvent, les jeunes messieurs se contentant de menues galanteries. En rentrant en voiture à mon logis, je vis pour la première fois de ma vie, au-dessus d’une porte, un papier huilé sur lequel était inscrit le mot « bordel » ; j’en conçus une frayeur de novice.

 

  • 12 Louis-Jean Allais (Paris 29.3.1762-Paris 27.8 ou 27.9.1833), élève du peintre Allegrain.

le 12 oct. Je suis allé rendre visite à Alay12, mais il n’était pas chez lui. Il demeure – voici son adr. : « Allaix, rue St-Denis près l’Egl. du Sépulchre au nom de Jésus no 728, et il dîne au Fidèle Berger, rue des Lombards ». Après avoir mangé chez Farget, j’allai chez Küfler, un cafetier allemand de Carlsruhe. Les cafés allemands sont ici tout ce qu’il y a de désagréable : on y rencontre une foule de compagnons, garçons de métier etc., tous allemands, qui fument dans leurs longues pipes de Cologne le tabac de Paris exécrable et puant ; au surplus, il y règne une propreté douteuse. J’allai ensuite dans mon café, rue Dauphine. […] Je trouvai Allaix l’après-midi dans sa pension. Il paraît être un homme discret, aimable, qui, sur-le-champ, prit soin de moi. Puis je me rendis chez Munnich. Il travaillait dans son atelier, je ne voulus pas le déranger. Sa femme s’apprêtait à sortir et je pris le parti de me retirer. Elle eut le temps de me dire combien ici on est attaché à l’étiquette. C’est ainsi qu’on ne doit pas, même par le plus grand froid, mettre ses vêtements d’hiver avant la Toussaint (1er Nov.), pas plus qu’on ne saurait mettre des vêtements d’été au printemps, si grande soit la chaleur. Waechter n’était pas chez lui. Le négoce va son train le dimanche comme les autres jours, seuls quelques rares dévots ferment boutique. […]

 

le 13 oct. […] Après le dîner, je me rendis chez Allaix. Il était encore à table. Je me mis au bas de la maison : on voit défiler la multitude. Que d’êtres singuliers et, mon Dieu, que de diversité dans la Création ! – Je passai par la rue Saint-Honoré pour aller au Palais Royal, où j’attendis Allais. J’allai avec lui au Café du Caveau. Il s’y trouve les bustes de Piccini, Sachini, etc. L’endroit n’est pas particulièrement bruyant. Pas d’orateur de café, pas d’homme en renom autour duquel se presse un auditoire studieux. Nous prîmes un café : après son café, le Français ne manque jamais de boire un verre d’eau, il y verse tantôt un peu de café, tantôt y met du sucre, ou bien il prend un petit verre de liqueur à 3 S. et en verse dans son café. Tout cela parce que c’est la mode, sans raison. Puis je partis avec Allaix faire choix d’un logement. Je souhaiterais en avoir un sur la grande place où il habite. Mais il n’y avait que deux pièces sans meubles. J’avais presque envie de me meubler moi-même. Dans une autre rue, la rue Quincampoix, j’aurais dû monter quatre étages donnant sur la cour. Mais je m’abstins de le faire. Entrer et sortir chaque fois en tremblant de peur : je ne me rends compte qu’à présent combien il en coûte pour bien parler le français ; aussi, je vais me donner toute la peine qu’il faut. On rencontre bien çà et là des personnes qui parlent l’allemand, mais la plupart du temps, c’est le mauvais all[emand] de Strasbourg qu’ils ont appris. Allay m’accompagna chez moi. Il me raconta à quel point les architectes en prennent ici à leur aise, n’ayant le plus souvent aucune connaissance des détails, et n’étant capables que de dresser un plan.

Je le reconduisis jusqu’à la statue d’Henri IV. Après, je restai en bas avec Mme la fripière. A côté de chez moi demeure un homme qui autrefois était en Prusse, à Rupin. Il a une cinquantaine d’années. Il m’a parlé d’un jeune duc dont il faisait l’éducation et avec qui, soi-disant, il voyagerait. L’homme s’insinue, moi, je le tiens à distance. Je l’ignore.

Au-dessus de chez moi, loge un certain M. de Valois. Il était colonel, son fils porte le cordon. Lui-même semble avoir noyé sa raison dans la boisson. Tous les soirs, il est presqu’ivre mort. […]

 

le 14 oct. Je m’habitue peu à peu à tous ces bruits qui au commencement me mettaient en peine. Pourtant, je déteste toujours autant les cris de ces marchands qui parcourent les rues, surtout les porteurs d’eau qui d’une voix sans éclat, désagréable, lancent : « A l’eau » ; ils traînent sur le o et l’achèvent par un filet de voix : « io »… « à l’o-io ». Il en va de même quand on traverse un marché où les voix des revendeurs font le concert le plus effroyable qui soit. Je n’arrive pas encore à les comprendre. Cependant je vois ici des scènes fort peu appétissantes. C’est ainsi que les marchandes prennent de temps à autre les belles pommes rouges dans leurs éventaires et, pour les faire briller, les frottent vigoureusement contre leurs jupons de laine en loques et d’une saleté épouvantable […].

 

le 15 oct. […] Ce matin, j’ai été chez Harwey, puis je suis allé voir les bouquinistes qui longent, en descendant, le bâtiment de la Monnaie. Tout y est pêle-mêle : la jurisprudence, l’histoire, la théologie et principalement les romans et les brochures du jour. On y peut souvent acheter un bon livre à très bas prix. Le nom de mon voisin est Maréchal. Je mangeai avec lui dans une pension à côté de la mienne, chez Duval. On paie 2 S. de plus et on ne mange pas mieux, outre qu’une puanteur épouvantable venant de la rue emplit la salle. A côté de moi, était assis un Français qui n’avait été que six mois en Allemagne, aux environs de Deux-Ponts. Il parlait l’allemand comme il faut. C’est un homme encore jeune, d’une vingtaine d’années. Il connaissait les poètes allemands – et il savait même quelques petits refrains par cœur, par exemple que notre langue et notre littérature font de grands progrès en France. Elles ont pourtant encore bien des difficultés à surmonter ! La commodité qu’ont les Français de se tirer d’affaire dans le monde entier à l’aide de leur propre langue les rend dès lors très négligents pour apprendre l’allemand ; et, à la vérité, ce n’est pas par ouï-dire qu’on acquiert de solides connaissances en littérature. […] Ensuite, j’allai trouver Allaix, chez Mme Ravoisé. Nous partîmes à la recherche d’un logis, mais une fois de plus nous ne trouvâmes rien. Ou les chambres sont au 5e étage, et il faut souvent se mettre hors d’haleine à gravir des escaliers de trois pieds de large, malpropres et obscurs ; ou elles se trouvent plus bas et sont effroyablement chères, et trop exiguës, souvent sans meubles. Bref, il est difficile de se procurer ici un logis qui, sans être excessivement cher, ne soit pas du même coup dépourvu de toute commodité.

Le soir, j’allai chez Mme Kœnig. Je me plais beaucoup dans cette maison. Je parlai de littérature allemande, elle aussi, et avec beaucoup de finesse quoiqu’elle ne lise pas beaucoup d’allemand. Il vint quelques-uns de ses parents. On parla du commerce de la France, des pertes énormes subies par le pays à cause de la libre entrée des marchandises anglaises ; on se plaignit qu’à présent tout soit anglais et que, par leur exemple, les Grands à la Cour nuisent beaucoup au commerce de la Nation. C’est ainsi, paraît-il, que le Duc d’Orléans, n’a rien qui ne soit anglais : ses maîtresses, ses laquais, ses chevaux, ses chiens, ses jardins, etc. jusqu’à la servante de la cuisine… Necker, dit-on, est fort accablé par la cabale de la Cour… Il y aurait à Paris deux salles de prédication pour les protestants, à la légation du Danemark et à celle de la Suède. Les sermons de Carême sont faits par les meilleurs prédicateurs ; ils sont annoncés publiquement par la voie d’affiches. La place coûte souvent de 12 à 30 S. Il n’est pas rare que grâce à ces recettes, le gardien de l’église (le sacristain) paye à l’eccl. jusqu’à 5 000 Liv. pour son sermon.

Il paraît qu’hier au soir, une nouvelle fois, sur les onze heures, on a de nouveau jeté à l’eau une sentinelle du guet qui montait la garde sur le Pont-Neuf. La colère du peuple envers ces gens-là est à son comble. Il est vrai, à ce qu’on dit, qu’ils ont causé bien du malheur, blessant quantité de personnes innocentes lors des derniers tumultes, tandis qu’ils épargnaient la canaille. Ce fut le Marquis de Nelle, un des plus anciens M. de France, qui fut ainsi blessé en traversant le Pont-Neuf. C’est ce même marquis qui, il y a un an environ, alors qu’il revenait de la Comédie-Française avec l’actrice Raucourt dans son cabriolet et se faisait passer à l’autre bord, occasionna l’accident avec son cheval. Celui-ci, rendu ombrageux par le glissement du câble contre le bateau, sauta dans le fleuve, entraînant quatre ouvriers avec lui ainsi que le valet de la Raucourt qui le tenait par la bride ; ils se noyèrent tous les cinq. Aucune des personnes qui étaient sur la rive ne se hasarda à se jeter à l’eau pour les sauver. Un ivrogne s’y précipita, mais il fallut le retirer lui-même de l’eau. Les cabriolets à un cheval sont les plus dangereux pour les piétons. Ils roulent au grand trot. Il est fréquent qu’ils soient conduits par des dames, et rare qu’un laquais s’y tienne à l’arrière. Comment se pourrait-il qu’elles fussent capables, s’il survenait une soudaine complication, de diriger le cheval comme elles le désirent ? Au surplus, leurs voix sont bien trop faibles pour que le « Gare ! » qu’elles crient soit entendu. On a moins de raisons de craindre les fiacres, ils sont plus prudents, et la constitution de leurs chevaux ne leur permet pas non plus d’aller aussi vite.

 

  • 13 Johann Friedrich Anthing, dessinateur de silhouettes (26.5.1753 à Gotha – 12.8.1805, à Pétersbourg)

le 16 oct. 1788. J’ai fini par rencontrer Mettang dans la rue Ste-Anne, à l’Hôtel d’Artois. Lui et son compagnon, originaire de Gotha, sont donc occupés par Antin13 ; ils mettent en petit les portraits à la silhouette que celui-ci tire chez les particuliers, les dotant d’un cadre et d’un dessin destinés à frapper l’œil. Mettang touche 500 fl. par an et est défrayé de tout sauf de la nourriture. A combien doit s’élever le gain considérable d’un homme qui n’a rien d’autre qu’un bon coup d’œil et le don de se mettre en valeur ! Je menai Mettang chez mon traiteur et ensuite au Café du Rendez-vous. Nous allâmes ensuite au Louvre pour y questionner Waechter qui est de Stuttgart. Il peint chez Regnault, un peintre connu. Il n’était pas encore là, mais vint au bout de quelque temps. Nous l’attendîmes sous le portail du côté de la rue St-Honoré. Waechter, à n’en pas douter, est déjà fort avancé, particulièrement dans l’art du dessin ; jusqu’à maintenant, il est vrai, il n’a rien fait d’autre que dessiner, et il y a bien quatre ou cinq années qu’il est ici. Son extérieur n’est pas des plus engageants, il est même choquant, tant sa personne se ressent du peu de soin qu’il lui donne pour mieux se consacrer à son art. On devrait chercher à le rendre amoureux et l’inciter par là à plus de propreté. Il m’accompagna dans la rue St-Denis pour chercher un logement. Nous en trouvâmes effectivement un dans l’Hôtel à la croix de fer, vis-à-vis l’Eglise des Sts. Inn. […].

 

  • 14 Aumônier de la légation de Suède, il avait succédé à Monsieur de Baer, comme lui d’origine alsacien (...)
  • 15 Le titre complet du roman de Gœthe paru en 1774, et qui connut un succès foudroyant tant en Allemag (...)

le 17 oct. […] Chez Gambs14, aumônier à la légation de Suède. C’est un homme d’un commerce très agréable. Il a une bonne diction, une voix très expressive, il se montre chaleureux et plein d’égards. Il me reçut fort bien. J’avais pour lui une lettre de Strehle. Il vit ici avec sa mère, une brave et honnête Alsacienne, et avec sa sœur. Nous causâmes des Français et des Allemands. Il parla avec beaucoup de justesse des « Souffrances de Werther15 ». – Mad. de Laroche n’est pas son amie. – Il fut assez aimable pour m’accompagner chez un jeune architecte de Carlsruhe afin de solliciter ses bons offices en ma faveur. Nous ne le trouvâmes point, et il demanda qu’on lui fît la commission de se rendre chez lui le soir même, puis il m’invita aussi à venir y manger une salade. Nous traversâmes ensemble le Palais de Justice. Je m’attendais à ne trouver à l’intérieur qu’un vaste espace vide, et je fus d’autant plus étonné d’y découvrir sous de grandes arcades des échoppes et des marchands, tandis que dans les vestibules allaient et venaient des personnes qui sont ou employées au Parlement (car c’en est ici le siège) ou viennent pour quelque requête. […]. Quand on sort du bâtiment, on arrive sur la Place Dauphine où la populace jouait ses comédies avec les effigies empaillées des ex-ministres. […]

  • 16 Au 18e siècle, rue de Sève ou de Sèvre, pour Sèvres.*
  • 17 Le baron de Stäel – Holstein, époux de Madame de Stäel, née Necker, était l’ambassadeur de Suède à (...)

Après le repas, nous allâmes W[aechter] et moi au Palais-R. Je pris une tasse au Café de Foi. Les garçons c’est ainsi qu’on les appelle – se mêlent parmi les habitués, posent un genou ou s’étalent sur les sièges et lisent aussi les gazettes. J’allai voir Allaix. Il avait affaire rue de Sève16. J’y allai avec lui et, de là, nous suivîmes la rue jusqu’au boulevard. C’est comme si nous nous étions trouvés hors de Paris. L’air y est sensiblement plus pur et agréable à respirer, plus de rues malpropres, ni même de poussière dans les vastes allées, pas de bruit, seulement de-ci de-là un promeneur qui, lui aussi, est venu prendre l’air. A gauche et à droite, des maisons de campagne nouvellement construites ; car c’est bien ainsi qu’on peut les nommer quoi qu’elles soient encore situées dans la ville. Nous en passâmes quelques-unes en revue. Toujours des colonnes – il ne saurait en être autrement. Les modillons ne manquent jamais aux corniches, et ils font généralement un très bel effet. Souvent, il est vrai, la maison est pourvue de deux corniches, et la répétition des modillons est fâcheuse pour l’œil. Le soir tombait, nous continuâmes. A gauche, le dôme des Invalides émergeait lentement. Nous approchions de cet édifice qui fait tant d’honneur à la France. Elle y récompense ses vieux guerriers en leur donnant une meilleure demeure que celle du roi lui-même. A l’endroit où nous reprîmes la direction de la ville, une femme a établi un café. Nous y entrâmes pour nous reposer et nous désaltérer, et nous fûmes très heureux d’apprendre qu’il y avait du punch. […]. Au sortir de là, nous allâmes jusqu’à la rue du Bac, puis je pris à droite et j’allai voir Gambs. Nous causâmes de choses et d’autres, et nous nous sentîmes en intimité. Son souper consistait simplement en une omelette et de la salade, comme plat unique. Je n’en trouvai pas moins le repas excellent et je passai une agréable soirée. Le jeune homme de Carlsruhe ne vint pas. Gambs me dit du Baron de Staël17, qui avait épousé la fille de Necker, que c’était un homme de bien, avisé et aimable ; de Necker qu’il était froid et distant, mais que, pourtant, il lui avait vu les larmes aux yeux lorsqu’il avait baptisé son petit-fils et que Necker lui avait ensuite serré la main pour le remercier. Gambs me fit, de l’Assomption de la Vierge Marie de Pigalle dans l’église St-Sulpice, une description très vivante et imagée.

 

  • 18 Boullée : (1728-1799), W. v. W. lui rendra visite plus tard (cf., infra « Journal », 2 décembre 178 (...)

le 18 oct. […] Je revins au Palais-Royal en compagnie d’Allaix pour prendre un café au Caveau. Puis nous allâmes nous promener du côté du boulevard. On y voit plusieurs belles maisons, particulièrement l’Hôtel d’une certaine Mme Thelusson – à présent décédée – qui a été construit par Boulet18, regardé ici comme l’architecte le plus habile qui soit. […].

Nous nous hâtâmes pour avoir des places aux Variétés. Au parterre et à l’amphithéâtre, la place coûte 30 S. S’il n’y a plus de place et que la pièce n’a pas encore commencé, on ressort, reprend son billet et on est remboursé à l’entrée. Le théâtre n’est pas grand, il contient au plus 3 000 personnes. Il n’y a que deux rangs de loges qui se terminent au fond dans un demi-cercle où est un amphithéâtre. […] Au milieu du plafond pend un grand lustre avec 10 à 12 lampes d’Argand. On jouait « Les Deux filles ». C’était une pièce nouvelle, très courte, qui ne veut pas dire grand-chose, et plutôt ennuyeuse, mais qui heureusement est courte. Le public est extrêmement mal élevé. A chaque instant, le tapage reprenait. Les cris répétés de « Paix donc » et le bruit des cannes ne faisaient qu’augmenter le vacarme. A plusieurs reprises, une voix s’éleva : « Point de cabale, la cabale ». […]

La seconde pièce « Le Mariage de Dumont », est nouvelle aussi, […] La pièce a quelques belles scènes, le public criait d’ailleurs continuellement : « L’auteur »… Il ne parut point. Bordier se montra, disant que la pièce avait été envoyée à l’entreprise sans nom d’auteur. Il y avait aussi une actrice qui ou jouait pour la première fois ou n’est pas aimée du public ; chacune de ses entrées en scène provoquait un murmure et des toussotements et, pour finir, un tapage. Quels ne doivent pas être les sentiments d’une personne qui est ainsi jugée en public ! Il est vrai que son jeu, au commencement, n’était pas bon, ce ne fut que peu à peu, dans le feu de l’action, qu’elle se distingua heureusement dans plusieurs passages. Le public était sans parti pris, il ne ménagea point ses applaudissements, au contraire.

La 3e pièce était « Jérôme Pointu », où Volange est tout-à-fait dans sa partie dans le rôle de Jérôme Pointu. Il joue vraiment à la perfection les petits rôles dans les farces. Je l’avais déjà vu à Strasbourg il y a deux ans. Les ouvertures ne me plurent guère. Il y avait des moments d’inspiration italienne, puis toute une suite de roulades françaises. Les actrices jouent à merveille, déclament fort bien et ont une légèreté des gestes que nous autres Allemands n’avons pas.

 

le 19 oct. Il était presque 1 heure 1/2 quand je sortis pour allez chez Mme Maier où je fus invité à dîner. Après le repas, nous allâmes nous promener ensemble. Le mari a un emploi dans un bureau anglais et touche 4 000 Liv. par an, sa femme tient le magasin de souliers, la fille est fort gentille, mais point belle. Au moment où nous traversions la place où était jadis le cimetière, nous vîmes une foule de 2 à 300 personnes qui formaient un cercle. Au milieu, une violente agitation des mains : on était en train de faire subir de fort mauvais traitements à un jeune homme. Celui-ci parvint à s’échapper du cercle et se mit à courir à toutes jambes, la meute à ses trousses. Il vint se cacher derrière nous. Je voulus le protéger, mais les gens n’entendaient pas renoncer à le poursuivre, en outre ils criaient tous « Mouchard ». Il ne m’en fallut pas plus pour sentir s’éteindre en moi toute pitié envers lui.

  • 19 (« Die Rheinische Thalia ») : revue littéraire publiée par Schiller à partir de 1785 sous des dénom (...)

Nous traversâmes le Pal.-R. pour nous rendre aux Tuileries. Il faisait un peu froid, le nombre des promeneurs n’était pas considérable. De là, nous allâmes chez les Munich. Il se faisait tard. Une fois arrivés, nous nous assîmes tous autour de la cheminée, prîmes du café, puis je leur fis la lecture de la 4e livraison de la « Thalie Rhén[ane]19 ». Ils semblèrent y trouver quelque agrément. Madame Munich paraît être une brave et honnête femme. A huit heures et demie, nous rentrâmes au logis. Il y avait un grand concours de peuple aux alentours de la maison. Un homme était aux prises avec sa femme qui ne voulait pas rentrer chez elle. Dans de telles occasions, il se forme toujours un cercle autour des combattants. Il est vraiment intéressant d’entendre deux Français échanger des insultes dans leur langue. Assurément, on ne trouverait pas une pareille volubilité chez le meilleur chanteur qui soit, sans parler des expressions. Ces scènes sont particulièrement intéressantes chez les marchandes de fruits.

 

  • 20 Louise-Sophie Charlotte von Wolzogen (1766-1794) que Schiller connut à Bauerbach et pour qui il épr (...)
  • 21 Caroline von Beulwitz, née von Lengefeld (1763-1847) que W. épousera en 1794.
  • 22 August Philipp Friedrich Freiherr von Wolzogen (1771-1825) frère de Wilhelm.
  • 23 Wilhelmine Christiane Henriette Johanna Freifrau von Wolzogen, née Marschalk von Ostheim (1745-1788 (...)

le 20 oct. Je rendis visite à Rieger, son fds est arrivé. Il semble avoir l’intention de s’associer avec moi pour toutes sortes de parties de plaisir. Non, merci… […]. Vers les cinq heures, je rentrai au logis pour envoyer des lettres, avec Antin. J’écrivis à Deahne, à ma sœur20, à Caroline21, à Schiller et Doll – et à Auguste22. En écrivant cette dernière lettre, ma douleur au sujet de la perte de ma mère23 se raviva ; le souvenir de ses derniers moments me fit monter les larmes aux yeux.

 

le 21 oct. Je sortis à huit heures pour rendre visite à Rieger. Il n’était plus chez lui, car j’étais passé auparavant chez Mettang où vint aussi Heideloff. On me pria néanmoins de venir dîner. Quand j’arrivai à deux heures, le maître de trictrac était justement là. C’est vraiment le jeu à la mode – grand trictrac à écrire – qui fait fureur chez les dames de la meilleure société parisienne. Certains professeurs gagnent 3 Livres de l’heure, d’autres 6 Livres. Après le repas, nous prîmes place autour de la cheminée. Rieger nous raconta avec quelle extraord. effronterie les dames empruntent des équipages, etc. Elles abusent à fond de la complaisance, qu’en France plus qu’en n’importe quel autre lieu, les hommes ont envers elles. Vers le soir, j’allai au Palais-Royal avec le fils Rieger. Il était particulièrement attentif aux petits minois qui défilaient devant nous, et se sentait grande envie de les suivre. Il chercha à m’entraîner avec lui. Je lui déclarait alors tout rondement que j’étais venu à Paris pour des occupations sérieuses et non pour me mettre à rechercher des plaisirs qui m’en distrairaient tout en étant préjudiciables à ma bourse et à ma santé. Il s’était trompé à mon sujet, pensant trouver en moi un compagnon prêt à s’engager avec lui dans les voies du libertinage, et c’est pourquoi il s’était montré si prévenant quand j’avais été chez lui la première fois. Je l’accompagnai tout de même dans quelques-unes des rues les plus mal famées aux alentours du Palais-Royal. En vérité, la débauche y est montée au suprême degré ; on ne peut s’en faire une idée. C’est à peine si on peut faire 6 pas sans être arrêté. De vieilles maquerelles, à quatre ou cinq dans une rue, offrent leur marchandise : « L’aînée quatorze ans, toute fraîche de la province ! », et elles crient cela comme les marchandes de fruits vendent leurs poires : « A deux sols à deux sols la pièce ! ». Les filles elles-mêmes, avec une impudence inimaginable, l’œil allumé non par la luxure mais par l’appât du gain, tenant les propos les plus indécents, mais parées comme de grandes dames, vous tirent à elles par le bras. La réponse : « Je n’ai point d’argent sur moi », paralyse cependant le bras passé autour du vôtre. […].

 

le 22 oct. […] J’allai chez Gambs et, avec lui, chez un jeune architecte, Ludwig, de Carlsruhe – rue de la Licorne, Hôtel de Rome – où nous fumâmes une pipe et bûmes un verre de bière. Le soir, j’ai lu avant de m’endormir quelques pages de la 4e partie du « Tableau de Paris » de Mercier.

 

le 23 oct. J’ai enfin quitté mon logis […]. Sur les quatre heures, je pris donc un Savoyard, qui dut descendre mes effets et les mettre dans le fiacre. Et je partis pour mon nouveau logis. J’étais tombé d’accord auparavant avec le Savoyard sur 24 S. et je donnai 26 S. au cocher. […] J’allai aussitôt après chez Gambs-il vint un docteur qui était de Berlin, Ludwig vint aussi. […] Je trouve que le caractère de Gambs et le mien concordent très bien – il me faudra cependant examiner la chose plus avant… ; car souvent nous inférons d’un seul point commun à plusieurs autres et nous nous trompons d’autant. Je leur ai lu la scène du marquis Posa avec le roi. Je rentrai chez moi avec Ludwig – il pouvait être onze heures – et je lus quelques pages du « Tabl. d. P. IV » avant de m’endormir.

 

  • 24 Poète allemand (1724-1803), auteur notamment de la « Messiade » et d’Odes qui connurent un très vif (...)

le 24 oct. J’ai lu quelques Odes de Klopstock24, elles ne pouvaient que me frapper. Celle d’Ebert, particulièrement réveilla en moi si fortement le souvenir de ma mère que je me mis à arpenter ma chambre avec vivacité et peut-être même qu’involontairement je fis quelques gestes. Mes pistolets avaient juste assez de place sur la cheminée. Craignant que je ne les fisse tomber dans mes allées-et-venues, je les posai sur la table. Tout cela avait dû être vu par des ouvriers qui travaillaient vis-à-vis, car ce fut une procession dans ma chambre : l’un vint chercher mes bottes pour les décrotter, un autre les rapporta, enfin ce fut l’hôtesse qui vint me proposer de garder mes pistolets. Je crois que tous ces gens pensaient que j’avais l’intention de me brûler la cervelle ; ce qui jusqu’à présent ne m’a que très peu tenté. A midi, je pris mon repas à la table d’hô[te]. C’était vendredi, il fallut donc manger maigre. Cela ne me plut pas, je préfère le système dans lequel chacun demande ce qu’il veut et est servi à part. […] Après le repas, je rendis visite à Allaix et ne l’ayant pas trouvé chez lui, je revins chez Maier. Le secrétaire d’ambassade du Comte Mercy, ambassadeur d’Autriche, Mons. de Blumendorf, est venu. J’avais lu auparavant quelques pages de la 5e partie de la « Thalie ».

 

le 30 oct. Je suis allé voir Perrodin chez Tourton, il a été fort aimable et m’a prié à dîner. […] C’est dans une pension qu’est Perrodin, avec plusieurs Allemands, Strasbourgeois, etc. […]. Je pris un café avec Perrodin au Chartres, au Palais Royal ; un café où se retrouvent beaucoup d’Allemands. Puis retour au logis. Il m’a raconté bien des choses au sujet de Baletti […]. Je suis impatient de la voir, car il paraît que ses couches l’ont fortement éprouvée, surtout elle n’aurait plus ses belles mains. […]

 

le 1er [novembre] Perrodin est venu me voir. Nous avons dîné ensemble chez un traiteur, de la rue St-Honoré, et nous nous sommes particulièrement délectés avec les huîtres. Ce mets, ainsi que les harengs frais, non salés, simplement servis bouillis avec une sauce au beurre, sont pour nous Allemands une chose rare. Ici, elles sont très bon marché. Pour deux Liv. vingt, j’ai tout un cent d’huîtres. On les mange sans citron. Au café de Chartres, nous prîmes un café, puis nous allâmes au concert spirituel. Il a lieu aux Tuileries.

  • 25 employé familièrement au 18e siècle pour « homme ».

La salle dans laquelle on jouait autrefois la Comédie française est à peu près aussi spacieuse que notre Comédie de Stuttgart, sa disposition est aussi à peu près la même. La scène est placée un peu haut, de sorte que les personnes des deux premiers rangs, qui sont tout contre, ne peuvent rien voir, même en se tenant debout. L’empressement des applaudissements et des acclamations est toutefois si grand que les gens qui sont assis à ces places se lèvent et se dressent sur la pointe des pieds, battant des mains au-dessus de leur tête afin que les applaudissements soient non seulement entendus mais vus. Les meilleures places coûtent 6 Liv., tout le parterre est à 3 liv. Le public est généralement constitué de gens plus posés qu’aux spectacles. Cela se voit dès qu’on jette un regard sur la foule, et cela s’entend aussi, car il y a peu de bruit et les applaudissements sont opportuns et discrets. J’étais assis à côté de Perrodin, autour de moi on parlait toutes les langues : l’allemand, l’anglais, le russe, le français, l’italien. Les gens de cette dernière nation étaient particulièrement nombreux, preuve de l’amour des Italiens pour la musique. La salle est éclairée avec mesure, sans éblouir. Aux premières loges se trouvent surtout les petits-maîtres avec leurs maîtresses ; cependant il n’y en a pas beaucoup, tant il est vrai que pour 80 chapeaux25 il n’y a guère qu’une personne du sexe. A la première loge, tout devant, était un as de pique. Les musiciens sont presque tous habillés en noir. […] D’abord quelques symphonies. Je ne m’y entends point en musique, mais elles me parurent bien exécutées. L’une était de Haydn. Ce fut une certaine Mlle Warrie qui commença, au piano-forte. Puis ce fut le tour de Mlle Baletti, vêtue de noir avec un fichu de gaze blanche dont les pans, croisés devant et passant sous les bras, étaient noués ensemble. Comme toutes les cantatrices, elle fut introduite par l’entrepreneur du concert. L’orchestre est assis en demi-cercle, elle se tenait debout devant, au milieu, sa partition à la main, sans pupitre. Il est naturel que son anxiété ait été très grande. Une jeune fille, quoique comédienne, mais qui n’avait jamais joué ailleurs que dans la ville où elle était née et avait été élevée, une jeune fille qui à présent doit chanter pour la première fois dans la plus grande des villes, devant les plus grands maîtres, pour un public difficile, et avec en plus la pensée qu’elle détermine son avenir, que de ce quart d’heure dépend sa bonne ou sa mauvaise fortune : tout cela devait nécessairement lui serrer la poitrine. Elle perdit un peu sa couleur, autant qu’on put le voir sous son fard très léger, elle prit haleine à plusieurs reprises comme quelqu’un qui respire mal. On remarqua d’ailleurs son manque de souffle au début. Peu à peu, elle prit pourtant plus d’assurance et chanta à merveille, les applaudissements de toute la salle le lui dirent. Voilà le premier pas de fait, maintenant tout est gagné. Après elle, vint un trio de cors de chasse. Il faut connaître les difficultés de cet instrument pour admirer l’art avec lequel, vraisemblablement, ces gens jouèrent. Pourtant, je n’ai pas aimé. L’un des trois grimaçait furieusement, et si le public n’avait pas été par chance le mieux élevé de Paris, il y aurait eu quelque tapage. Après, ce fut un chanteur de la Comédie-Italienne, Chenard. Il fit son entrée avec une impertinence et un sans-gêne incroyables, et d’une voix gutturale nous chanta un air français où il était question de Dieu, de misère, d’humilité, etc. Son mérite semble être la forte voix avec laquelle il couvrait l’orchestre. Apparemment, la langue française n’est pas faite pour des morceaux de bravoure. Je ne l’aimai point. Sa voix n’a rien d’agréable. Le suivant fut un Français, Albel, au violon. Je ne peux souffrir cet instrument, je fus donc contrarié de l’arrivée de l’artiste. Mais combien pensais-je autrement quand il s’en alla, et combien suis-je réconcilié avec l’instrument ! Tant de précision, des sons aussi purs, tenus aussi longtemps, tant de grâce et d’éclat : cela était nouveau pour moi. Auprès de lui, nos violonistes sont des ménétriers de village. Il joua longtemps, et j’aurais pu l’écouter une journée entière. Tout le monde retenait son souffle, on n’osait applaudir afin de ne perdre aucun son. C’est un jeune homme qui peut avoir 26-28 ans. Quelle joie cela devait être pour son père qui, assis trois rangs plus loin, répétait sans cesse, le cœur débordant de contentement : « C’est mon fils ». Qui aurait pu lui en tenir rigueur ? Après, Baletti revint sur scène. Elle fut accueillie comme la première fois, les applaudissements redoublèrent. Elle chanta un air sentimental de Paizello. Son premier air, un morceau de bravoure de Cygnarelli, aurait dû être chanté en dernier. Cygnarelli en fut fort irrité. L’exécution en était du reste bien plus difficile que l’autre air dans lequel elle réussit parfaitement. Un léger brouhaha involontaire, dû à des « ah » d’admiration étouffés, était provoqué par chacun des sons qu’elle soutenait, et les bravos furent d’autant plus vifs qu’ils apportaient comme un soulagement. Elle fut une nouvelle fois présentée par M. Le Epos, les bravos ne cessaient pas, enfin on cria bis. Elle fut assez complaisante pour revenir sur-le-champ, un geste qui lui vaudra la faveur du public, alors que dans le cas contraire elle l’aurait perdue. Elle reprit le même air avec autant de bonheur. Elle avait de quoi être contente de ce triomphe. Sa mère était assise à quelque distance derrière elle. Il est vrai que Baletti a fait bien des progrès. Depuis qu’elle est à Paris, elle a beaucoup travaillé et a pris les leçons des meilleurs maîtres. Elle s’est défaite d’une vilaine grimace qui lui déformait la bouche. Elle a reconnu plus tard que son anxiété avait été des plus vives et qu’elle n’avait vu personne, d’autant plus qu’on ne lui avait pas permis d’avoir un pupitre devant elle. Après quoi, ce fut un chœur. Un abbé s’avança avec 6 ou 7 dames et autant de chanteurs qui s’assirent en demi-cercle. L’abbé se tenait au milieu devant un pupitre et battait la mesure. Voilà à quoi sont bons les abbés ! Il était lui-même le compositeur de ce chœur et, au sein de son sérail, il avait un air conquérant. Il est possible que les amateurs de musique aient trouvé bon. Pas moi. Ainsi se termina le concert, sans autres symphonie ou quoi que ce soit. […]

 

le 6 nov. […] Chez Mlle Baletti. Elle est bien logée. Un portier produit, à l’aide d’un sifflet, un des sons les plus effrayants qui se puisse imaginer pour annoncer l’approche d’un étranger. Elle a acheté ses meubles d’occasion, ils sont de soie verte avec des fleurs blanches : les fauteuils, le lit (un ornement important à Paris), etc., le tout pour 1 800 Livres au valet de chambre de la reine. Elle était fort charmante, mais son initiation au grand art de la coquetterie française ne paraît pas encore achevée ; cependant, ce qui n’est pas peut encore se faire, et se fera certainement. Elle a pourtant perdu de ses premiers attraits ; aux yeux de certains elle y a peut-être gagné. Ses formes se sont affinées, adoucies et, pour employer une expression provinciale, sont moins rebondies qu’auparavant. Je ne l’ai vue jusqu’à présent que dans le cercle des personnes qu’elle connaissait déjà, je ne peux donc pas dire grand chose de son usage du monde. Cependant, j’ai l’impression que, de ci de là, perce quelque peu l’oie blanche du Wurtemb. La mère restera toujours une bonne Souabe ; mais qui parle de la mère à propos de la fille !

Etaient là : M. et Mme Chaumont, une femme de 80 ans qui avait vécu 30 ans à Stuttgart et y avait fait de la danse, elle avait élevé tous les enfants du duc, et l’un d’eux est encore chez elle, mais il est sourd-muet, il peint en miniature ; M. Reinewald, de Stuttgart, qui a séjourné longtemps en Russie et qui est maintenant ici en affaires pour la Russie ; M. Blondel, fils du grand Blondel et neveu du constructeur de la porte St-Denys, un galant homme, fort civil dont on vante l’habileté dans la construction des ponts et chaussées, il me recommanda Renard en tant qu’architecte très expert ; il y avait d’autres personnes que je ne connais pas. […]

 

le 9 nov. Perrodin est venu me chercher à midi pour aller dîner. Avec lui était un certain Mons. Osiander que j’ai vu à Stuttgart. Il sort beaucoup avec Stahl. Nous allâmes dans un café sur les boulevards. Il y a généralement de la musique dans ces cafés, elle est le plus souvent exécrable. Nous nous séparâmes finalement de notre compagnie, et Perrodin et moi nous allâmes chez Balletti. Blumendorf s’y trouvait aussi. Au sortir de là, nous nous rendîmes dans une académie de jeux vis-à-vis le Palais-Royal. […] Les joueurs y sont des gens de toutes conditions. J’ai vu un abbé jouer avec toute la passion d’un joueur de profession. La police a ici de nombreux espions dont, avec les escrocs et les jeunes gens, cette compagnie est composée […].

 

le 10 nov. […] Vers le soir, je me rendis chez Allaix, de là au Palais-Royal où le vieux Heidelhoff ne me quitta pas et me raconta des polissonneries juste au moment où je rencontrai Mme Kœnig qui va avoir une bonne opinion de moi. […] En sortant du Palais-Royal, j’achetai des gaufres. Une des filles qui étaient là m’en demanda un morceau, je lui donnai la moitié de ce que j’avais, néanmoins elle était si méfiante qu’elle exigea que je mangeasse mon morceau d’abord. Elle mangea alors sa part et m’embrassa. Pauvre créature ! C’était peut-être la première bouchée qu’elle prenait aujourd’hui !

 

  • 26 Frère de Frédéric II (lui-même décédé depuis 1786). Né à Berlin en 1726, mort à Rheinsberg en 1802, (...)

le 11 nov. […] On joue « Figaro ». J’allai chercher Perrodin au café de Chartres pour voir ce spectacle. Or, bien qu’il ne fût que 4 heures 1/2 nous ne pûmes avoir de billet, ils étaient tous vendus. Une des raisons en était que le Prince Henry de Prusse26 était au spectacle. Comme nous repartions, un homme nous aborda pour nous offrir un billet qui valait 48 sous pour le prix de 3 L. 12 s. Ces gens achètent souvent six ou sept billets, les gardent jusqu’au dernier moment et se livrent alors à leur commerce. […]

 

le 13 nov. Je suis allé voir Perrodin à 1 heure pour choisir un logis avec lui. A l’hôtel de Conty, il y en a un fort bien au 4e étage, pour deux personnes : la vue est étendue et agréable, le Louvre avec sa belle façade est presqu’en face à droite ; mais c’est pour deux personnes et coûte 50 Liv. J’irai sans doute à l’hôtel d’Auvergne. […]

 

Le 15 nov. […] J’ai […] réglé l’affaire de mon nouveau logis. C’est la première fois que j’ai trouvé chez un hôte français un homme moins intéressé qu’à l’ordinaire. Je lui dis que je n’emménagerais aussitôt ; seulement dans huit jours. Il répondit que cela lui ferait donc perdre huit jours, et moi de vouloir le payer dès ce jour. Il réfléchit et me déclara qu’il s’arrangerait pour que je ne payâsse qu’à partir du jour où quelqu’un viendrait et se proposerait de louer le logis. Depuis 10 ans, cet homme a toujours logé des Allemands, et cela a vraiment profité à son caractère.

 

  • 27 J.-D. Leroy (Paris 1723-24/1803) qui succéda à J.-F. Blondel comme professeur à l’Académie.

le 17 nov. C’est aujourd’hui que commencent les divers cours publics. Je me trouvai à midi au Louvre pour assister au cours d’architecture. C’est au deuxième étage. J’entrai. Un petit homme, d’âge avancé mais bien coiffé, était assis derrière une table, un manuscrit à la main, et, d’une voix monotone et si rapide que celui qui ne faisait pas très attention perdait tout, il relisait la même chose peut-être depuis 10 années consécutives. Autant que je pusse comprendre, il me sembla que rien de vraiment intéressant ne se disait. Il avançait l’idée rebattue selon laquelle les ordres de colonnes des Grecs étaient les diverses figurations de la force du corps humain. Après avoir fait la lecture pendant à peu près une demi-heure, Le Roi27 ferma son livre – « Pour mercredi, la suite », se leva et partit. – Voilà donc le fameux cours d’architecture tant vanté dont on fait si grand cas, qui fait tant de bruit et pour lequel le professeur est si bien payé ! Dans les salles et les pièces contiguës se trouvent toutes sortes de modèles, et de dessins parmi lesquels il en est de fort jolis. Les travaux qui concourent pour les prix consistaient à traiter le sujet : faire un monument à la gloire de quatre grands marins, ou autres personnages. C’étaient pour la plupart des pyramides au bord de la mer. Le dessin m’en plut davantage que la composition. Le rivage, l’atmosphère, les ténèbres, la mer étaient rendus à merveille chez quelques-uns avec simplement de l’encre de Chine. On va et vient dans les salles, son chapeau sur la tête. Il flâne ici toutes sortes de jeunes hommes qui se disent architectes débutants. Mais ce ne sont le plus souvent que de vrais rustres. […]

 

le 21 nov. Rieger m’avait prié de venir chez lui à 10 heures. Auparavant, je passai au Palais-Royal prendre une tasse de chocolat au café de Chartres. Chez Rieger, on m’invita à dîner ; le père sortit. Il me remit mes 25 louis en billets de caisse d’escompte. Pareil billet est imprimé sur du papier très fin, de sorte qu’il est impossible de le gratter. […] Ces petits papiers ont cours partout ; on peut aussi les changer à la caisse d’escompte. Après le repas, nous allâmes à la Comédie Française. Pour avoir de bonnes places, nous fûmes forcés d’attendre une heure entière devant le bureau avant qu’il fut ouvert, puis la presse commença. Rieger fendit la foule, je me mis dans sa mouvance, et ainsi soutenu il ne tarda pas avoir un billet, mais un seul ; et ce fut une chance que l’on ne remarquât point qu’il en prenait un autre, car, comme de juste, on n’aime pas cela. Nous eûmes des places au parterre, au milieu du premier rang. Devant nous était le parquet. Il est plus cher et trop près de la scène. Il était 4 heures lorsque le bureau avait ouvert ; maintenant, il nous fallait attendre jusqu’à 6 heures, la pièce ne commence pas avant. Le parterre se remplissait petit à petit, de même que les premières loges. Pendant ce temps, les garçons parcourent la salle : orgeat, limonade. Rieger but un grand verre de limonade et ne paya que 6 Sols. Je me réjouis de voir qu’ici on n’abuse pas de la soif des spectateurs. Chez nous, un verre aurait coûté 12 S., et on en hausserait encore le prix si on se tenait assuré du débit. Un autre vendait l’imprimé de la pièce : « Figaro ». J’en achetai un exemplaire pour 48 Sols. L’homme en coupa les pages sur ma demande. A force d’attendre, les spectateurs s’ennuient, et pour passer le temps, le parterre qui, comme dans toute la France, s’arroge seul le droit de juger, s’occupait à observer les loges. Une jeune fille bien parée entrait-elle dans la salle, un vacarme se déchaînait, on applaudissait, on frappait le sol de sa canne, etc. Un gros homme se tenait debout dans une loge : le parterre le contraignit à s’asseoir ; – et plusieurs autres désordres causés par le parterre. Enfin, la musique se fit entendre et le rideau se leva. La salle était brillamment éclairée d’en haut par un grand lustre, les bougies brûlent dans une circonférence d’environ 8-10 pieds de diamètre. Elle est bleue avec du stuc blanc ; de même le rideau est bleu avec les fleurs-de-lis, au milieu un soleil. Du reste, le théâtre n’est pas particulièrement grand. On avait beaucoup économisé la place. Il y rentre à peu près 2 à 3 000 personnes. Il était intéressant pour moi d’être dans le premier Théâtre de la nation qui est regardée comme la plus raffinée et la plus éclairée de toutes, dans le Théâtre où doivent nécessairement être les meilleurs acteurs, – intéressant d’y voir « Figaro », une des pièces les plus spirituelles et qui conviennent le mieux à notre siècle. Les acteurs jouèrent vraiment à la perfection. Je vis les suivants :

  • 28 W. v. W. fait sans doute allusion à la Princesse Amalia von Gallitzin (cf., « Journal », 30 avril 1 (...)

M. Molé, on le regarde comme le meilleur acteur de la Comédie française.
Mlle Saint-Val – ressemble beaucoup à notre Munstérienne28.
M. Azincourt – dans le rôle de Figaro, sa physionomie ne me paraît pas des plus heureuses.
Mlle Contat – selon moi, rien ne laissait à désirer, et de tous, c’est son jeu que j’ai le mieux aimé. Elle est bien faite de sa personne et a une physionomie spirituelle. Elle aurait déjà, dit-on, six enfants et, en ce moment, un entreteneur qui la traite fort mal.
M. Belmont – faisait très bien le gros jardinier.
M. Dugazon – s’accordait à merveille avec son rôle.
Le page *** aurait pu mieux faire.

La pièce fait réellement un grand effet. Elle est la suite du « Barbier de Séville » et elle lui ressemble beaucoup dans la tournure. Les chansons de la fin sont fort charmantes, l’accompagnement musical est si joli, si joli. La Contat a dû rechanter son charmant couplet – Brid’oison de même. Je dois avouer que je n’ai encore jamais quitté un théâtre en ayant autant à me louer des acteurs. Le soir, je suis allé chez Meier, j’y suis resté à souper.

 

le 22 nov. Ce matin, je fis mes paquets et je déménageai. Mettang m’aida. Vers midi Perrotin vint aussi, il fut assez aimable pour escorter mes affaires pendant que je me rendais chez Baletti pour le dîner. […]

 

le 25 nov. Aujourd’hui, j’aurai 26 ans et je ne me suis encore guère avancé. Sera-ce à Paris, cette année ou pas du tout ? […]

 

le 26 nov. […] Après avoir un peu dessiné, j’allai le soir chez Mme Maier. Blumendorf nous y joignit et, plus tard, un autre secrétaire de l’ambassade d’Autriche, ***, un homme alerte qui prétend discuter de tout, dont les raisonnements sont bien des fois brillants sans être profonds. Il parla de l’impudence des laquais à Paris, de leur paresse et de leurs tromperies. Un maître qui a 6 ou 7 domestiques est plus mal servi que chez nous avec un seul. Que ce soit dans l’ antichambre ou dans quelqu’autre endroit où ils doivent se trouver, ils se jettent dans un fauteuil, et il est alors difficile de redonner le mouvement à cette masse. Un étranger à la maison s’avance-t-il pour demander le maître, le drôle le contemple, les bras croisés et son chapeau sur la tête. Au bout de quelques minutes, ce monsieur daigne, sans se lever de son siège, appeler le valet de chambre qui paraît à son tour et se livre à un examen de même genre touchant la taille, la physionomie, les habits du visiteur. « Votre nom ? » « Tel ou Tel » « M. est sorti ». Le visiteur s’en va et, tournés vers lui, ils le suivent d’un regard chargé de mépris. Vous entrez dans un hôtel, un de ces marauds est sur le pas de la porte. Vous ôtez poliment votre chapeau et vous demandez quelque chose que le particulier sait certainement ; mais la livrée vous dit, sans bouger de sa place : « Parlez au suisse ». Dans l’antichambre, il leur arrive souvent de jouer, et malheur à qui les dérange ! Ces gens ont toujours les poches pleines de pacotille – des boucles, des bas, des rubans, des mouchoirs, etc. – avec quoi ils essaient de duper celui qui se joint à eux, ou qui est forcé de se joindre à eux. Si l’on mange quelques fois dans l’année chez leurs maîtres, ils viennent le Jour de l’an, se postent devant vous, mettent chapeau bas et restent plantés là. Voilà qu’à présent, pour prix de la grossièreté qu’ils vous ont infligée d’un bout de l’année à l’autre, vous êtes de plus obligé de leur donner de l’argent. Et encore vous regardent-ils de travers s’ils ne reçoivent qu’un écu. La coutume est que, quand quelqu’un donne de grands dîners, les laquais des invités participent au service de la table. Ils raflent alors tout ce qui leur tombe sous la main ; il est fréquent que la valetaille emporte dans de grands sacs prévus à cet effet toute la desserte avec les couverts et les serviettes. Chez le prince de Soubise qui recevait souvent à sa table, on finit par remarquer que l’achat du linge de table représentait un article des dépenses surprenant. On ne vit d’autre remède que de prier les domestiques, quand ils arrivaient et demandaient une serviette pour le service, d’abandonner leur chapeau pour la durée du repas, et de ne le recouvrer qu’en échange de la serviette.

*** parla aussi de Philidor. Celui-ci n’est connu chez nous qu’en qualité de joueurs d’échecs. Mais c’est aussi un musicien et il a composé de nombreux opéras imités de la musique italienne. *** dit de lui qu’il a peu d’intelligence et encore moins d’esprit et que, chez lui, tout est mécanique. Mais il ne faut pas faire grand cas de son opinion. C’est lui qui portait un jugement semblable sur Helvetius et le regardait comme un sot !

Depuis hier, il gèle très fort, ce soir, il neige même. Il s’ensuit que l’eau est rare et l’approvisionnement interrompu, en conséquence les vivres ont déjà enchéri. […]

 

le 27 nov. Il fait aujourd’hui encore plus froid qu’hier. A Paris, où il y a tant de pauvres qui n’ont pas d’argent pour acheter du bois et se protéger du froid, où tant de gens doivent trouver leur subsistance dans la rue, tels les fiacres, les marchandes de fruits, les Savoyards, les fripiers, etc., cela est doublement tragique ; les gens ressentent en effet doublement leur misère puisque le froid s’ajoute à la faim, et il se commet alors plus de vols et de meurtres qu’à l’ordinaire. […]

 

le 28 nov. Il continue à faire très froid. A midi chez Farget, ensuite au café de Chartres où j’ai vu Perrodin avec qui je suis allé aux Tuileries. Sur les deux bassins, il y avait quelques patineurs, mais pour la plupart de jeunes garçons. L’esprit de lucre des Parisiens ne leur accorda point de prendre leurs ébats sans être dérangés : sans tarder, des gens armés de pioches et de pelles arrivèrent pour casser la glace sous les pieds des patineurs, en détacher des morceaux et aller les vendre. Même avec ses arbres dépouillés, cette place est très jolie. Les gardes-meubles à droite sont une copie malheureuse de la façade du Louvres, qui est plus belle, les colonnes n’en sont pas couplées, ni pour autant plus épaisses, d’où il résulte que cela fait maigrelet. Le pont Louis XVI à gauche sera très commode pour cette place. […]

 

le 30 nov. Waechter est venu chez moi. Je lui ai montré les Principes Elémentaires d’Architecture. J’ai mangé chez Farget. Les prix des vivres augmentent beaucoup, ceux des pensions montent, même chez Farget 2 S. sur 26. […].

 

le 1er [décembre], Munnich m’avait fait venir chez lui pour aller chez un certain M. Sallery, architecte. Il habite près de la porte St-Denis au troisième sur le boulevard. Il n’était pas chez lui. Nous l’attendîmes dans l’antichambre, qui est à la fois le bureau et l’endroit où se tiennent les domestiques. Autour du poêle étaient assis deux valets, un garçon d’environ 13-14 ans et un jeune homme de 25 ans. Rennard (c’est ainsi que s’appelait ce dernier) est, à l’en croire, fort habile. Il nous montra quelques projets qu’il venait de faire pour un Anglais qui lui avait proposé d’aller en Angleterre avec lui. Il avait fixé ses conditions à 500 Louis par an. C’est ce qui s’appelle être précieux ! Il paraissait tirer beaucoup d’orgueil et de suffisance de son habileté. Rien ne put l’arracher à sa posture : les bras croisés, étalé sur son siège. Il ne se distinguait en rien des valets qui étaient de compagnie avec lui, sinon par sa grossièreté plus grande et son manque de savoir-vivre. Un homme bien mis entra et demanda M. Sallery. Après une longue réflexion, le fat répondit : « Le domestique de Monsieur viendra d’abord », car c’est ainsi seulement que M. Sallery, qui finalt était arrivé par un escalier dérobé dans son cabinet, donnait le signal. Nous fûmes introduits. Munnich lui exposa que je souhaitais trouver un architecte chez qui je pourrais dessiner, et sollicita son avis. Il me conseilla de m’adresser à M. Rennau ou plutôt de trouver un jeune architecte qui reviendrait tout juste d’Italie et qui aurait encore en tête les principes de l’architecture et de son étude. Il se fit coiffer et j’eus l’honneur d’assister à sa toilette. L’homme parlait de 30 000 Livres comme moi de 6 Liv., or je sais qu’il a chez une confiturière, Mlle Ravoisé, 300 Liv. de dettes et qu’il ne les paie pas. Chez lui aussi, quel orgueil, quoique déjà plus raffiné que chez Rennard. […]

 

le 2 déc. L’abbé vint chez moi ce matin. J’allai ensuite chez David avec la lettre que j’avais pour lui de la part de Foesel, de Wurzbourg. Il a son logement au Louvre. Les entrailles du Louvre sont abominables. Des maisons particulières, construites sans plan d’ensemble et consistant en quelques pièces, sont ménagées à l’intérieur pour loger les académiciens qui ont leur demeure ici. Il fait souvent si sombre dans les petits couloirs qui ont été percés que, la première fois, il faut être fort résolu pour s’y engager sans accompagnateur, et quand on en a un, que l’on ne lâche surtout pas les basques de son habit, car une fois perdu on ne le retrouve plus. Après avoir passé l’entrée de la colonnade à droite et gravi péniblement dans d’effroyables ténèbres les marches incommodes d’un escalier en limaçon, je parvins jusqu’à son académie et le trouvai parmi un groupe d’une vingtaine de jeunes gens. Quelques-uns dessinaient d’après des originaux, d’autres d’après nature, un homme avec une grande barbe posait habillé. Il monta avec moi dans son atelier. Quoiqu’il ne se souvînt plus de Foesel, il fut néanmoins très courtois et serviable. Il voulait bien parler de moi à Lanoy, un jeune architecte de sa connaissance. Ses « Horaces » étaient accrochés dans son atelier. […].

David me donna l’adresse d’un dessinateur du nom de Borell. Il avait signé avec ***, un graveur, un contrat par lequel il prêtait son tableau pour en faire un dessin. Pour cette permission, David touchait 3 000 Livres. Or ce dessinateur est Borell. Je me rendis chez lui dans l’après-midi en compagnie de Huber. Le tableau représente Pâris, assis sur un petit tabouret devant un sofa, nu, dans la main gauche une lyre qui repose sur sa cuisse gauche. A son côté se tient Hélène, légèrement et négligemment vêtue. […].

Le dessin de M. Borell ne voit pas ce que la toile veut dire ; l’esprit du tableau n’y règne pas, le ton n’y pénétrera pas. Le dessin reste un Borell – le tableau un David.

On appelle dessinateur, à Paris, un artiste qui ne s’occupe d’autre chose que de dessiner des tableaux au crayon noir tels que le graveur veut les exécuter. Ce dernier s’en tient alors très exactement au dessin et, souvent, ne verra plus le tableau. Ces dessinateurs sont très bien dans leurs affaires, vu qu’il existe ici de nombreux graveurs qui ne savent pas dessiner et qui, néanmoins, veulent faire de la gravure pour gagner leur vie.

Nous rentrâmes au logis vers 5 heures en passant par la place de Grève. A cause des grands froids, on y fait du feu autour duquel les gens qui se tiennent dans la rue s’assemblent et se chauffent. Il est intéressant de voir tous ces visages divers, illuminés par les flammes, surtout quand il fait nuit. Allaix est venu chez moi. Nous traversâmes le Pont-Neuf, moi j’allai chez Mme Kœnig. […]

 

  • 29 Heinrich Füssli le jeune (1755-1829), peintre paysagiste, graveur et marchand d’objets d’art, cousi (...)

le 3 déc. Rieger fils est venu ce matin chez moi. Je sortis avec lui pour aller au Palais-Royal, mais je retournai sans tarder au logis, où je pris mon repas. Après, je fumai une pipe. Je ne sais pas si c’est cela qui me fit mal, bref je fus obligé de me coucher. Allaix vint chez moi. Vers le soir, je rendis visite à Füsli29, un paysagiste. (…].

 

le 6 déc. Il a beaucoup neigé, et une forte tempête a duré toute la journée. Il me fallait sortir pour aller chez Rieger. Les fiacres sont rares en ce moment ; alors que d’ordinaire, il y en a toujours 6 à 8 sous ma fenêtre, je fus obligé d’en faire venir un. Les chevaux ne peuvent presque pas avancer car ils ne sont pas ferrés à glace comme chez nous, en outre ils sont très faibles et la neige fait bien un pied d’épaisseur. Il s’ensuit que l’on ne va que très lentement. Je mis bien 3/4 d’heure pour aller rue Caumartin. A midi, je dînai avec Rieger, et après, je me rendis à l’Hôtel de l’Ambassadeur d’Autriche pour rencontrer Mons. de Blumendorf. […]

 

le 7 déc. Le froid et la neige sont toujours là, au grand étonnement de MM les Parisiens qui n’ont aucune idée d’une chose qu’ils n’ont pas vue depuis bien des années. Les rues ont maintenant une teinte grisâtre, la neige s’étant mélangée à l’ordure gelée. 900 voitures et tombereaux sont journellement occupés à enlever cette boue puisqu’à présent on peut la manier, et à nettoyer les rues. Les pauvres chevaux sont à plaindre, on n’entend plus dans les rues que les coups de fouet et les cris contre ces pauvres bêtes qui n’ont pas de prise et s’abattent à tout moment. Certains fiacres roulent avec 4 chevaux, les beaux équipages se font plus rares car celui qui n’est pas forcé de sortir ne demande qu’à rester chez soi. Cependant, il faut dire à la louange des Parisiens qu’ils sont très secourables. Si une voiture monte une côte, à un pont ou ailleurs, et que les animaux n’y arrivent pas, tout le monde accourt. J’ai vu aujourd’hui sur le Pont-Neuf un Anglais, vraisemblt un manufacturier, empoigner avec une force extraordinaire une voiture par la partie de devant de la roue et soulager ainsi les chevaux en sorte qu’ils pussent se remettre à tirer sans trop de peine. Dans l’intérieur étaient assises deux Françaises qui regardèrent la scène sans s’émouvoir ni bouger le moins du monde ; c’était vraisemblt des courtisanes.

En sortant ce matin, je passai dans la rue Montorgueil devant un vieillard déguenillé qui était en train de déplier son tapis pour vendre en plein air, malgré le grand [froid], des épingles à cheveux et autres babioles. Transi de froid, il se pencha sur le sol pour arranger ses affaires. « Il faut vaincre ou mourir », grommela-t-il entre ses dents. Cette noble sentence, venant d’un pauvre hère couvert de haillons, me parut surprenante ; et pourtant elle était aussi vraie que dans la bouche d’un César.

  • 30 Le personnage est décrit par Gœthe dans les notes qu’il a jointes à sa traduction du « Neveu de Ram (...)

J’ai été chez David. Il était assis au coin du feu, un autre peintre, un homme dans les 26-30 ans, était chez lui. On parla de Voltaire, de l’Allemagne, etc. Un clerc entra avec sa fille âgée de 16 ans, elle n’est pas jolie, sans être d’une laideur frappante. Elle montra à David des dessins qu’elle avait faits d’après la bosse. Leur style n’était pas celui d’une femme. Ils étaient grands et expressifs. David les loua fort ; je vis le père de cette jeune fille savourer cet éloge avec un plaisir infini. Son regard s’illumina, se posant tantôt sur David, tantôt avec contentement sur sa fille, tantôt interrogatif sur nous. Je fus touché par cette scène, si humble fût-elle. La mère qui est bigote n’entend pas consentir à ce que sa fille dessine d’après nature. Cette fille fera de très grands progrès. David me parla d’un certain baron de Bagge30, un Allemand, qui veille sur l’art musical avec une sollicitude extraordinaire et qui se passionne pour la musique. […]

Au sortir de là, je me rendis à la vente aux enchères de tableaux et de bronzes qui se vendent rue de Clery. Le catalogue indique qu’ils appartenaient à un certain marquis de *** Je m’enquis du nom et j’appris que l’on prenait des libertés et que le vendeur est M. Le Brun, le mari de la fameuse Madame Le Brun, célèbre par la variété de ses talents – elle joue du piano, a une très belle voix et est connue comme peintre (Müller l’a gravée sur cuivre)-, par son intelligence, son esprit et sa beauté, par ses aventures galantes, surtout avec M. de Calonne. Ce dernier lui a fait construire, dans cette rue au no 95, à l’intérieur de la cour, un bâtiment spécial dans son propre style.

Ce Monsieur Le Brun, donc, est un marchand de tableaux et avec ce commerce, grâce aux talents et aux charmes de sa femme, il a fait une fortune de 2 millions. De temps en temps, il arrange des ventes. A cette fin, il a fait apprêter une maison à côté de la sienne, avec une salle qui, d’en haut, éclaire très bien les tableaux. Les murs sont des faces de pyramides, et l’ensemble de la salle une pyramide tronquée dont le plancher est la base. Pour savoir ce qu’il y a dans cette vente, combien il y a de tableaux – et on n’en voit ici, paraît-il, que le quart – je m’en rapporte au catalogue. De nombreuses personnes étaient venues précédemment pour examiner les tableaux ; on pouvait les regarder 7 jours à l’avance de 10 à 5 heures tout à loisir. On a ici l’occasion de connaître plusieurs jeunes peintres, des académiciens, et, à proprement parler, des trafiquants de tableaux ; car ceux-ci, hormis quelques amateurs, forment la foule des visiteurs. […]

 

le 9 déc. C’est un vacarme insupportable qui est fait sous mes fenêtres : les charrettes qui transportent les boues ramassées dans les rues les déchargent sur le quai où quelques centaines de balayeurs les précipitent ensuite avec des pelles dans la Seine. […].

 

  • 31 (1755-1835). Architecte, élève de J.-D. Antoine. Son activité concerne surtout les bâtiments offici (...)

le 11 déc. La première chose que je fis ce matin fut d’aller chez David. Il était en train de fumer sa pipe lorsque j’arrivai. Je restai une demi-heure chez lui. Il me dit qu’à son début, il avait travaillé dans le mauvais goût français d’un Boucher et d’un Vanloo, qu’il avait lui-même peint de cette manière un plafond dans la maison de Mlle Guimard, mais qu’il avait fini par abandonner le genre ; n’ayant pas eu besoin de travailler pour de l’argent, cela lui avait été d’autant plus facile. Il me donna l’adresse de Denanoi31 et je me rendis chez ce dernier. Il me reçut fort civilement, me disant qu’il prenait des gens en stage dans son bureau pour 18 Liv. par mois, et tout fut réglé. – Voilà donc le premier pas de fait, dont j’ignore s’il me profitera.

[…] Les dames de qualité, ici, vont généralement elles-mêmes dans les boutiques pour y acheter leurs étoffes. On ferme alors tout pour elles, on tire les rideaux, produisant une obscurité complète afin de leur montrer, à l’aide de nombreuses lumières, l’effet que fait l’étoffe la nuit puisque c’est le moment principal où elles se montreront dans l’éclat de leurs toilettes.

 

le 12 déc. C’est aujourd’hui que j’ai commencé mes leçons chez M. Delanoy. J’allai dans son atelier à 10 heures. Il n’était pas chez lui. Il n’arriva que plus tard, je ne pus guère travailler. Il me donna une croisée de Caprarole. Elle est très facile et pourtant je ne me fis pas vraiment à ce travail, vu qu’ici on n’a ni planche ni équerre pour dessiner. Je dînai chez Farget, puis je passai tout l’après-midi chez Delanoy. Le soir on dessine les figures. Il me donna à faire un masque.

 

  • 32 Les frères J.-C. et A.-C. Périer des Garennes, ingénieurs parisiens, constructeurs de la pompe à fe (...)
  • 33 Philippe Friedrich Hetsch (1758-1839), professeur, peintre de cour et directeur de galerie à Stuttg (...)

le 13 déc. Del[anoy]. J’ai refait ma croisée. Delan[oy] me dit fort justement qu’en architecture les règles ne sont faites que pour les ignorants, et que l’homme de génie et de talent devait avoir le compas dans l’œil. Les autres jeunes gens, ils sont 5, qui travaillent avec moi dans l’atelier sont des plus mal élevés. Il n’en est qu’un qui soit quelque peu avancé-et ce qu’il fait ne vaut rien –, pourtant il est appliqué. Il semble que les mauvaises manières qui règnent ici au plus haut point soient celles des autres ateliers à Paris. Chez nous aussi les jeunes gens se conduisent mal en pareille occasion, mais quand même point continuellement. Ils se battent peut-être, puis se boudent et alors personne ne prononce plus une parole. Mais la mauvaise éducation de mes élèves réside principal[t] dans leurs niaiseries, ils coiffent des chiens avec du papier, ou aboient eux-mêmes comme des chiens ou crient comme des perroquets, bref, c’est une bien vilaine engeance que ces jeunes Français ! Le soir, j’ai dessiné dans le goût des frères Périer32. Vers 8 heures, je me rendis chez Allaix. Un beau jeune homme, peintre et élève de David, qui avait fait le voyage de Rome en compagnie d’Allaix et de Hetsch33, était là. […]

 

le 14 déc. Allaix était chez moi, de même que l’abbé. Il me parla de la révolte de Bruxelles. Tout y doit être sens dessus dessous. Je fis des armes avec Allaix. Je dînai au logis. Encore une fois, je ne vis pas Perrodin au café de Chartres. Le froid est aujourd’hui au plus haut degré, la Seine est entièrement prise par les glaces, des centaines de jeunes gens glissent dessus. Des tables et des chaises sont sur la glace et on y loue des patins. Plus que jamais on entend parler maintenant d’assassinats quoique les mesures prises en faveur des pauvres soient tout à propos. […] J’ai rendu visite à la Baletti et j’ai passai la soirée chez elle jusqu’à ce que Blumendorf vînt la chercher pour la mener chez la famille Meyer. Un peintre de Vienne, du nom de Guttenbronn, un homme d’à peu près 30 ans qui a vécu très longtemps en Italie, se trouvait là. Munich vint aussi. Il y eut ensuite un grand souper chez Meier ; outre Reinewald, il y avait 8 personnes. La maîtresse de logis est restée bien allemande : comble de la félicité pour elle, c’est qu’on fasse honneur à son repas par son grand appétit. Ses yeux brillent de joie quand tout va bien, que les convives sont gais et mangent beaucoup. Il fallait voir son embarras, son regard interrogateur quand il manquait quelque chose, l’entendre demander : « Trouvez-vous bon ? Vraiment, cela vous a plu ? ». Ce spectacle me contentait infiniment et me montrait ce qu’est une vraie femme dont la plus grande gloire est d’avoir un ménage bien tenu ; une gloire à laquelle les femmes françaises ont renoncé il y a beau temps ; chez elles, c’est le mari qui doit veiller à tout pour donner à Madame le loisir de se faire caresser par ses petits messieurs, que le pauvre diable d’époux doit régaler par dessus le marché. Le riz était brûlé – mon Dieu, quel malheur ! […]

 

le 15 déc. J’ai passé la matinée et l’après-midi chez Denanoix. Le soir je rentrai au logis où je pris un thé. Huber était chez moi. Dans la soirée, j’ai été chez Harwei. Il vient chez lui du fretin si vulgaire – non par son état mais par sa façon de penser – que je vais me retirer de cette compagnie. […]

 

le 19 déc. Ce matin j’ai reçu une lettre de l’abbé. Je lui ai répondu. Rieger est venu chez moi. Il me dit que l’hôtelier chez qui le Duc avait logé autrefois était venu et lui avait dit qu’un grand diable à cocarde était venu et avait demandé le duc, ajoutant qu’il devrait être là puisque le ministre avait cherché un logement. C’est pourquoi, me dit-il, je devais me garder de me mettre dans quelque embarras. Ce que cela signifie, je l’ignore ; je vais m’informer plus avant, car je ne sais pas un mot de tout ceci. […]

 

le 20 déc. Rien de plus singulier que les personnages que l’on rencontre maintenant dans les rues. De grands gaillards décharnés au visage farouche, à la barbe hideuse, des yeux qui vous regardent de travers, de longs manteaux usés, des chapeaux avachis, et de longs et gros gourdins : leur mine fait qu’on les évite. J’ai fini « Cécile, fille d’Achmet III ». C’est le récit des aventures extraordinaires d’une fille de Sultan qui fut enlevée à l’âge de six mois par une certaine Emilie dont l’histoire est entremêlée. Elle vit encore à Paris. Huber l’a vue récemment. Mettang est venu. Il a quitté Anting et travaille chez Munnich. […]

 

le 27 déc. Au sortir du Palais-Royal, je me suis acheté, tant il est dangereux de se promener en ce moment, une canne à épée. […]

 

  • 34 les pratiques éditoriales de l’époque ne permettaient qu’à des lecteurs avertis d’identifier les li (...)

le 25 déc. M. Goldschmidt, Juif baptisé, Hollandais, il fut longtemps en Angleterre et à la Jamaïque, il avait une librairie, il est maintenant dans le grand cabinet de Sixt à Paris et loge ici dans la maison. Il a de jolis livres anglais. Il me prêta un ouvrage français orné de mauvaises estampes lascives : « Histoire de Marguerite, fille de Suzon, nièce de D.B., portier des chartreux » et « La Couchoise ou Mémoires d’une courtisane célèbre » ; l’un des livres les plus orduriers que l’on puisse imaginer. On y voit jusqu’à quel point la débauche est poussée à Paris. Il n’a d’autre intérêt que d’être écrit pour le plus voluptueux des libertins dont il excitera peut-être l’imagination. Je notai quelques autres livres de ce genre qui sont annoncés dedans afin d’en avertir celui chez qui je les trouverais34. Un autre livre, qui a à peu près pour titre « Les douze Césars et leurs amours » : ce sont des gravures d’après des camées représentant les positions obscènes des empereurs telles qu’elles nous viennent de l’Antiquité. […]

 

le 28 déc. J’ai rendu visite à Blondel, rue Neuve des Capucines, je ne l’y trouvai point, mais rue n.d. Capucins ; je ne savais pas qu’il existait aussi des capucines. – Il est le fils du célèbre Blondel qui a beaucoup travaillé en architecture. Il était professeur à l’Académie et avait de réels mérites pour son époque qui à vrai dire sacrifiait au mauvais goût français. Le fils perdit son père quand il avait 7 ans, et sa mère pareillement très tôt. Il est employé maintenant dans les Ponts et Chaussées, mais possède beaucoup de connaissances en architecture. Il me montra quelques beaux plans d’hôpitaux. Je pris un chocolat chez lui. […]

 

  • 35 Jean-Baptiste Regnault (1754-1829).

le 30 déc. J’ai écrit toute la journée et ne suis sorti que le matin, où j’ai vu le peintre Regnaud35, au Louvre, pour présenter Megrien. Regnaud fut très courtois, c’est un homme d’environ 36 ans, de stature moyenne, le visage un peu marqué de la petite vérole. Il me conta des histoires touchant la rage de mettre partout des colonnes ; c’est ainsi qu’un bourgeois va un dimanche à l’Opéra : « Qu’est-ce qu’on donnera aujourd’hui ? », demande-t-il à son voisin qui s’étonne qu’il ne sache pas ce qu’on joue.

« Œdipe à Colorie, Monsieur. » – « Comment », dit-il, « ses colonnes sont-elles donc partout ? » – Je n’ai vu aucun de ses tableaux. […]

 

le 31 déc. C’est aujourd’hui le grand jour pour toutes les sortes possibles de marchands. Qui ne vend pas ces jours-ci est ruiné. Aussi les marchands mettent-ils tout en œuvre pour parer leurs boutiques et les rendre aussi voyantes et accueillantes que possible. Parmi les confiseurs surtout, c’est à qui saura le mieux se faire valoir. Vu qu’on offre des bonbons dans toutes les maisons où se trouvent des enfants et des femmes – et où ne trouverait-on pas spécialement ces derniers ? – il s’en vend une quantité incroyable. Dans la rue des Lombards habitent la plupart de ces confiseurs leurs maisons sont illuminées et leurs magasins décorés avec beaucoup de goût à l’aide de guirlandes, de glaces, de lumières. Une autre belle illumination était chez un confiseur dans la rue de la Harpe. Ces maisons ont aussi leurs magasins au Palais-Royal. Le Fidèle berger a loué pour 15 jours la place dans un café, la Grotte flamande, et il donne au cafetier 1 800 Liv. rien que pour la cession de sa place. Ce confiseur a vendu l’année dernière pour la somme de 26 000 Liv. C’est en cette saison que le Palais-Royal est le plus éblouissant. Tout ce que le luxe peut inventer, l’industrie et le goût produire, y est exposé de la manière la plus séduisante. Les marchands redoublent de politesse, leurs visages, si moroses et réservés soient-ils autrement, se plissent de mille façons pour paraître avenants et gracieux. Les femmes – car généralement ce sont les femmes qui ici tiennent boutique – sont plus recherchées dans leurs costumes, dans leurs vêtements. Souvent, une femme, belle ou bien mise, vous invite à entrer. Elle a une façon de parler et d’offrir ses affaires avec tant de gentillesse qu’on ne peut s’empêcher de lui faire plaisir. C’est bien ce qu’ont compris les confiseurs qui choisissent les plus belles filles parmi leurs amis et connaissances pour vendre dans leurs magazins […].

Notes

1 « Steinthal » dans le texte allemand. En fait, la vallée de la Bruche.*

2 La Rotonde de la Villette au débouché de la route d’Allemagne.*

3 Il ne s’agit donc pas de la rue située sur la rive droite (dont une partie subsiste aujourd’hui) entre la rue de la Verrerie et la rue de la Tissanderie, mais de la rue située sur la rive gauche entre la rue de Bussy (Buci) et la rue des Boucheries, correspondant en gros à une partie de l’actuelle rue Grégoire-de-Tours.*

4 Georg Friedrich Eberhard Wachter (Balingen 1762-Stuttgart 1852), peintre. Entra en 1773 à l’Académie militaire de Stuttgart (qui deviendra plus tard la « Grande Ecole de Charles ») où W. v. W. et Schiller firent également leurs études. Renvoi de l’Ecole en 1784. Arrive à Paris l’année suivante et entre dans l’atelier de Regnault en 1786 ou 1787. Retourne à Stuttgart en 1793, non sans avoir adhéré aux idées de la Révolution.

5 Joseph Ignaz Huber (1759-mort après 1807), graveur.

6 de son vrai nom Mœnch (dit Munich).

7 Victor Wilhelm Heideloff (1757-1816), ancien élève de la Karlsschule, en voyage d’études à Rome en 1782, puis séjour à Paris.

8 sans doute du Vauxhall.*

9 Tippo (Tippu) Sahib, Sultan de Maissur (de 1750 à 1799).

10 La Baletti est, avec la Todi*, l’une des cantatrices les plus célèbres de l’époque. D’origine italienne, elle était née à Stuttgart en 1768. On perd sa trace après 1792 (ou 1802). Elle devait sa formation de comédienne et chanteuse à l’« Ecole des Demoiselles » de Stuttgart, ville qu’elle quitta pour venir à Paris en novembre 1788 où elle fut engagée ensuite dans la troupe des « Bouffons du Théâtre de Monsieur ». Elle retourna à Stuttgart en 1792 et y poursuivit une carrière de chanteuse.

11 Le Baron Emmanuel de Rieger (1727-1798) fut successivement grand-bailli à Cannstadt, premier conseiller, conseiller référendaire et, en 1784, vice-directeur du Consistoire. Promu conseiller privé, Rieger prit en mars 1788 la succession du ministre de Thun, décédé, comme ambassadeur du Württemberg à Paris. Anobli en 1775, il fut élevé à la baronnie en 1790.

12 Louis-Jean Allais (Paris 29.3.1762-Paris 27.8 ou 27.9.1833), élève du peintre Allegrain.

13 Johann Friedrich Anthing, dessinateur de silhouettes (26.5.1753 à Gotha – 12.8.1805, à Pétersbourg).

14 Aumônier de la légation de Suède, il avait succédé à Monsieur de Baer, comme lui d’origine alsacienne (cf., supra « Journal », 30 sept. 1788). Il avait la réputation d’être un excellent prédicateur. La chapelle de l’ambassade était fréquentée par la colonie allemande de Paris car on y prêchait le dimanche en allemand.*

15 Le titre complet du roman de Gœthe paru en 1774, et qui connut un succès foudroyant tant en Allemagne qu’en France où il fut rapidement traduit, est : « Les souffrances du jeune Werther ». En France, Gœthe ne sera pendant longtemps connu et désigné que comme « l’auteur de Werther ».*

16 Au 18e siècle, rue de Sève ou de Sèvre, pour Sèvres.*

17 Le baron de Stäel – Holstein, époux de Madame de Stäel, née Necker, était l’ambassadeur de Suède à Paris.

18 Boullée : (1728-1799), W. v. W. lui rendra visite plus tard (cf., infra « Journal », 2 décembre 1789).*

19 (« Die Rheinische Thalia ») : revue littéraire publiée par Schiller à partir de 1785 sous des dénominations légèrement différentes. Il s’agit sans doute ici, plutôt que de la « Rheinische Thalia » (dont un seul numéro est paru), de la « Thalia » contenant la scène du Marquis Posa évoquée plus loin.*

20 Louise-Sophie Charlotte von Wolzogen (1766-1794) que Schiller connut à Bauerbach et pour qui il éprouva une tendre inclination.

21 Caroline von Beulwitz, née von Lengefeld (1763-1847) que W. épousera en 1794.

22 August Philipp Friedrich Freiherr von Wolzogen (1771-1825) frère de Wilhelm.

23 Wilhelmine Christiane Henriette Johanna Freifrau von Wolzogen, née Marschalk von Ostheim (1745-1788), amie et protectrice de Schiller.

24 Poète allemand (1724-1803), auteur notamment de la « Messiade » et d’Odes qui connurent un très vif succès de son temps. L’influence exercée par la poésie de Klopstock sur les esprits et les sentiments de toute une génération fut considérable.*

25 employé familièrement au 18e siècle pour « homme ».

26 Frère de Frédéric II (lui-même décédé depuis 1786). Né à Berlin en 1726, mort à Rheinsberg en 1802, s’était distingué pendant la guerre de Sept ans par ses qualités militaires. Il défraya la chronique scandaleuse en 1788 en raison de la publication de l’« Histoire secrète de la Cour de Berlin » de Mirabeau.*

27 J.-D. Leroy (Paris 1723-24/1803) qui succéda à J.-F. Blondel comme professeur à l’Académie.

28 W. v. W. fait sans doute allusion à la Princesse Amalia von Gallitzin (cf., « Journal », 30 avril 1789) qui animait le Cercle de Munster.*

29 Heinrich Füssli le jeune (1755-1829), peintre paysagiste, graveur et marchand d’objets d’art, cousin du « grand » Füssli (Joh. Heinrich, dit aussi « Henry Fuseli »).

30 Le personnage est décrit par Gœthe dans les notes qu’il a jointes à sa traduction du « Neveu de Rameau » (cf., infra « Journal », 25 mars 1789).*

31 (1755-1835). Architecte, élève de J.-D. Antoine. Son activité concerne surtout les bâtiments officiels : Palais de Justice, etc.

32 Les frères J.-C. et A.-C. Périer des Garennes, ingénieurs parisiens, constructeurs de la pompe à feu de Chaillot qui puisait l’eau de la Seine au bas de Chaillot aux fins de distribution dans les maisons, de secours pour les incendies, etc.

33 Philippe Friedrich Hetsch (1758-1839), professeur, peintre de cour et directeur de galerie à Stuttgart.

34 les pratiques éditoriales de l’époque ne permettaient qu’à des lecteurs avertis d’identifier les livres pornographiques (qui faisaient l’objet de camouflages et codages divers).*

35 Jean-Baptiste Regnault (1754-1829).

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search