Version classiqueVersion mobile

Journal de voyage à Paris (1788-1791)

 | 
Wilhelm Von Wolzogen

Avant-propos

Christoph von Wolzogen
Traduction de Michel Trémousa

Texte intégral

1« Ne me demandez, bien cher ami, ni avis ni jugement, car je suis fort peu versé dans ce domaine, et il est vrai au sens littéral que je ne vis pas du tout dans mon siècle ; et quoique je me sois laissé dire qu’une révolution avait eu lieu en France, c’est en gros à peu près tout ce que j’en sais » – L’accueil réservé par Schiller, dans sa lettre du 3 août 1795 aux spécimens du Journal « La France » que lui avait envoyés Johann Friedrich Reichard, est resté célèbre, pour ne pas dire trop célèbre. Le silence ironique de Schiller – ironie entendue comme distraction intentionnelle – a en vérité un caractère provoquant au sein du bruyant enthousiasme exprimé dans les comptes rendus d’un Campe, d’un Schulz et de tant d’autres. Mais il suffira de quelques années, comme on sait, pour que s’éteigne totalement la joie naïve de voir « voler les têtes des aristocrates comme des têtes de pavot » – c’est Campe qui a forgé cette belle image. Ce qui suivra, Hegel l’a décrit comme « la mort froide et banale, sans plus d’importance que trancher une pomme de chou ou prendre un verre d’eau ». Ce qui demeure, c’est la constatation si judicieusement prophétique de Schiller d’après laquelle « celui-là n’est pas encore mûr pour la liberté civique à qui il manque tant pour sa liberté d’homme ». La formule exprime sans nul doute une incompréhension à l’égard des agissements des Jacobins, mais certainement pas à l’égard de ce qui constitue l’essence de la Révolution française. Sa lecture des événements était autre. Avant même que ne déferlât sur l’Allemagne le flot de littérature connu sous la forme de « Lettres de Paris », l’écrivain disposait déjà d’informations authentiques en provenance de la capitale. La source en était son ami et beau-frère, l’un des tout premiers lecteurs des « Brigands », Wilhelm von Wolzogen.

2La carrière du baron Wilhelm von Wolzogen, né à Meiningen le 25 novembre 1762, débuta comme tant d’autres sous le règne de Carl Eugen de Württemberg par l’entrée, en 1775, à l’Académie militaire (devenue plus tard « Grande Ecole de Charles ») encore installée au château de Solitude à cette époque. Matière principale : la « science camérale ». En 1784, sortie de l’Ecole avec le grade de sous-lieutenant dans le régiment Augé. Fonction effective : l’intendance des bâtiments ducaux à Hohenheim, soit deux ans après que Schiller eut quitté le même régiment et, poursuivi par la vindicte du duc, eut trouvé refuge à Bauerbach, chez sa protectrice Henriette von Wolzogen, mère de Wilhelm. Les talents de Wolzogen, qui aurait préféré étudier le droit, semblent avoir été multiples : ses diplômes, établis par Carl Eugen, lui attribuent des mentions dans des disciplines telles que l’arithmétique, la minéralogie, la science minière, la trigonométrie, l’agriculture et l’histoire naturelle. L’esprit pratique l’emporte chez lui sur le goût de la théorie pure : il ne lui manque que l’expérience de la vie.

3Il ne pouvait donc que lui être agréable d’être envoyé à Paris en septembre 1788 pour s’y perfectionner dans le dessin d’architecture. Sans parler de la possibilité qui s’offrait à lui de se soustraire – du moins pour un temps – au « despotisme oriental » qui régnait dans le minuscule duché. Arrivé à Paris, Wolzogen apprendra « qu’y voir des Allemands est une chose fort ordinaire ». C’est à foison, en tout cas, qu’il rencontrera des personnalités originaires de Stuttgart. Que ce soit le peintre Heideloff qui « dépense énormément d’argent avec les filles », ou le dessinateur Waechter qui choque Wolzogen « tant son extérieur se ressent du peu de soin qu’il lui consacre », ou encore l’architecte Thouret, et finalement la Baletti, cantatrice et danseuse élevée à la Cour de Carl Eugen de Württemberg et dont Wolzogen suit avec admiration la fulgurante carrière parisienne. A ce cercle de Stuttgart s’agrègent d’autres personnes avec lesquelles il a une relation quasi journalière : Gambs, le secrétaire particulier de Madame de Staël ; Fuessli, le paysagiste cousin du peintre vivant en Angleterre ; Alais, graveur à Paris ; et, non des moindres, Jacques Louis David grâce à qui Wolzogen aura la possibilité de faire son stage de formation chez l’architecte Delanoy.

4Le contact effectif avec la Cour de Stuttgard est assuré, en ce qui le concerne, par l’ambassadeur du Württemberg Emmanuel von Rieger. Celui-ci lui fait part, dès la première visite, des « désagréments éprouvés avec les domestiques français : le valet de chambre ne touche à rien qui ne relève de son département, le frotteur (qui balaie la chambre et fait les lits, etc.) n’ira pas chercher la moindre plante dans le jardin, le faiseur ne décrotte pas les souliers, etc. » Wolzogen reviendra souvent sur ce curieux renversement de la relation maître-valet qui annonce, à la veille de la Révolution, la décomposition de l’Ancien Régime. Dès son arrivée, Wolzogen s’était trouvé confronté au problème des « basses classes » ou de la « populace », concept encore flou même chez Hegel. Plus exactement, c’est une de ses connaissances qui lui avait appris l’existence de violences commises par le « peuple ».

5Tout autre est sa relation à la « classe laborieuse » – Wolzogen a déjà recours expressément à ces termes. Wolzogen évoluait avec aisance, pourrait-on dire, entre les diverses couches de la société : il lui paraissait aussi naturel de fréquenter chez le prince Gallitzine ou, de façon générale, dans les salons de l’aristocratie que de converser avec un fumiste du nom de Mazanino. Ce n’est pas par hasard que l’ambassadeur du Württemberg von Rieger – toujours soucieux du « bon ton de la Cour » – lui fait des remontrances à propos de ses prétendues « mauvaises fréquentations » ; même la Baletti n’est pas, lui dit-il, « le genre de relation qui lui fasse honneur ».

6Lors des séjours du duc Carl Eugen à Paris, c’est le cas en janvier 1789, il s’agira bien sûr pour notre architecte qui a de l’ambition de tenir son rang dans le cérémonial d’usage. Mais son regard exercé, celui d’un homme qui connaît l’élite socio-culturelle de son temps, n’en dévoile pas moins impitoyablement l’envers peu reluisant du décor. « Ce qui me fit le plus honte », conclut-il la description irrespectueuse de l’aspect extérieur de son souverain, « ce furent les toutes petites boucles sur ses grands souliers ». Cet irrespect, Wolzogen le partage au surplus avec les esprits éclairés de son époque. Tant s’en faut, il est vrai, qu’à l’instar de certains hommes de lettres français, il colporte les secrets d’alcôve de l’aristocratie, mais la chambre à coucher ducale n’échappe pas pour autant à son ironie mordante : « Pendant la journée, à plusieurs reprises, j’avais jeté un coup d’œil en passant : tout y était sens dessus dessous, le pot-de-chambre était au beau milieu ».

7Wolzogen est en chemin du matin au soir : il rencontre des amis, des connaissances et des inconnus, il est dans les cafés – le plus souvent au café de Chartre –, il rencontre le baron de Trenck dans le salon de Madame Koenig, il s’entretient au coin du feu avec Jacques Louis David, il scelle une amitié pour la vie avec le voyageur russe Karamzine – sans oublier les visites chez Le Vaillant, explorateur en Afrique –, et surtout il est tous les jours au Palais-Royal. L’architecture, le théâtre, l’art et l’activité mondaine – sans oublier le prix de la vie à Paris –, tout cela est enregistré par l’auteur du Journal avec la précision de « physiognomoniste » qui le caractérise.

8Quant aux événements politiques, il leur voue une attention croissante. Le 21 avril 1789, il rapporte une réunion du Tiers-État, et le 12 juillet 1789 la malencontreuse incursion du prince de Lambesc aux Tuileries – en des termes inspirés par le scepticisme du royaliste, c’est certain. Mais d’un royaliste qui ne ferme pas les yeux devant la triste réalité et qui, lors d’une visite antérieure, avait eu « le cœur serré » à la vue de la Bastille. Quoi qu’il en soit, Wolzogen dépeint les événements avec la conscience de leur dimension historique. Après avoir dès juin 1789 informé Schiller « sur les désordres », Wolzogen lui envoie entre autres le 12 avril 1790 l’article « De la Prise de la Bastille ». Il s’agissait d’une traduction en allemand qu’il avait lui-même effectuée à partir des documents que Louis-Pierre Manuel, libraire et écrivain, avait publiés sous le titre « La Bastille dévoilée ». Conformément à son accord avec Schiller, la version de Wolzogen parut en 1791 dans le troisième tome de la « Thalie ». Wolzogen fournit également des articles pour le « Journal des Modes » de Bertuch, ainsi qu’il y avait été invité par Schiller dès juillet 1788.

9L’Allemagne est gagnée par le virus jacobin. Était-on au courant à Paris ? En tout cas, au cours de son deuxième séjour à Paris en 1793, Wolzogen fera personnellement connaissance avec la fine fleur des « Jacobins allemands » : Forster, Kerner, OElsner et – telle une vigie dans la tempête – Schlabrendorf, le « Diogène de Paris ».

10En attendant, en 1790, nous rencontrerons fréquemment Wolzogen au « Club allemand », société de lecture créée fin 1789, suppose-t-on, par son ami Heinrich Fuessli. Tout comme Gerhard Anton von Halem, Wolzogen est parrainé par Jakob Heinrich Meister. Le lecteur, malheureusement, n’apprend rien de plus, sinon qu’il y joue aux échecs. Il arrive d’ailleurs que l’atmosphère de Paris soit franchement idyllique. Du moins si l’on suit Wolzogen dans le quartier du Temple. « La Révolution y est ici une chose inconcevable », écrit-il, « et la nouvelle Constitution le poison produit par la philosophie moderne. La philosophie et ses lumières y ont été battues en brèche car seuls d’antiques préjugés bien enracinés y prédominent ». La suite de la phrase montre combien il est malaisé de définir la position exacte de l’auteur. Son attitude royaliste, qu’il ne cherche nullement à occulter, est constamment contrebalancée par une observation minutieuse qui va précisément dans le sens de l’absence de préjugés propre aux Lumières. Wolzogen décrit Paris dans une perspective de vécu quotidien, il parle des boutiques et des cafés, des filles de joie et de leurs amateurs, d’artistes ivrognes et de cette foule d’individus entraînés dans le tourbillon de la métropole, et surtout il fait les comptes de la Révolution. Désignant par là non seulement « l’influence néfaste que la Révolution a exercée sur le commerce » mais aussi le fait que – ainsi qu’il le dira plus tard – « on ne peut plus avoir confiance en personne ».

11Le 25 mai 1791, Wilhelm von Wolzogen quitte Paris. Faisant le bref bilan de son séjour, il note : « En ce qui concerne mon art, j’ai fait très peu de progrès mais, sous le rapport de l’expérience du monde et des idées nouvelles que j’ai acquises grâce à la grande Révolution, j’ai avancé d’autant plus loin ». A Strasbourg, il fera à Georg Kerner un premier tableau de la situation. Et plus tard – après 1793 – il rendra compte également à son ami Schiller de son deuxième séjour à Paris : de ses négociations sur la neutralité du Württemberg avec le ministre des affaires étrangères Le Brun, de l’exécution du roi, de la puissance des Jacobins, de la chute des Girondins, des débuts de la Terreur, de la très contestable mise en scène parisienne des « Brigands » sous le titre « Robert, Chef de Brigands », du baron de Trenck et de son journal, de la féministe Wollstonecraft, peut-être aussi de Forster, Œlsner et Schlabrendorf. Il n’est pas douteux qu’il affermira le scepticisme de Schiller ; non sans ajouter, il est vrai, que les journées révolutionnaires de Paris auront été « la plus belle leçon qui fût jamais offerte en politique ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search