Version classiqueVersion mobile

La machine à voir

 | 
Viva Paci

Avant-propos et remerciements

Texte intégral

1Longtemps je suis arrivée au cinéma en retard…

2Dans ces quelques lignes d’avant-propos, je vais peut-être donner l’impression de parler de manière personnelle et familière de mon sujet. Lorsqu’on vit tant d’années avec un sujet de recherche, il est inévitable qu’on finisse par s’intéresser aussi aux détails, aux causes qui, à différents niveaux, nous ont faits, jadis, choisir notre sujet.

3Et voilà qu’en regardant, à rebours, ma relation avec le cinéma, je me suis rendue compte qu’il est vrai que longtemps je suis arrivée en retard au cinéma. La séance commencée, la noirceur déjà totale, les images déjà déchaînées sur l’écran, et juste des apparitions (des choses, des corps, des mouvements, des visages, des sons…) qui attiraient mon attention. Ce n’était pas l’histoire qui se présentait à moi, celle qui se met en place quand on regarde un film narratif du début.

4Les films, ainsi, pour moi, ne finissaient jamais : la fin n’était pas celle de l’histoire. La chaîne des images terminait quand je quittais la salle, d’habitude bien après que la boucle se soit bouclée (… ce n’est pas un hasard, si tout cinéphile parle avec nostalgie de l’époque du cinéma permanent).

5Pendant longtemps, ma relation avec le cinéma a ressemblé à cela. Et je crois maintenant qu’elle m’a formée et… déformée.

6Le cinéma ne raconte pas seulement des histoires, mais montre des images qui nous touchent — et font que nous restons dans la salle… C’est un des constats de départ de mon travail : le cinéma mène une double vie. D’un côté il déploie sa pulsion à créer de la narration (bien sûr, je ne peux pas oblitérer l’existence du cinéma narratif), mais de l’autre côté (c’est-à-dire du côté un peu caché, ce côté caché qu’on a quand on mène une double vie), et en même temps qu’il raconte, le cinéma se livre à la discontinuité dans son aptitude à créer de l’attraction. Il happe notre attention par des éclats, par des détails, autrement, en somme, que par l’ordre de l’histoire. Ainsi captivé, mieux, capturé, le spectateur ne se projette pas vers la fin du film, mais il est constamment frappé par le présent des images qui apparaissent.

7Pas de fin : c’est là sans doute une autre cause qui a fait que je me suis passionnée pour mon sujet, « l’attraction au cinéma ». C’est que je ne supporte pas la fin des choses. Alors en regardant le cinéma par la loupe de l’attraction je pouvais refuser — au moins une fois dans la vie — la fin inéluctable, le sens orienté et irréversible (celui de la narration) et m’accrocher à l’enthousiasme des présentations efficaces et attachantes ; éphémères oui, mais à répétition, qui libèrent le film de la fin inéluctable qui l’attend au bout de la dernière bobine.

8Rétrospectivement, je comprends aussi qu’il y avait dans cette idée d’un « système des attractions au cinéma » quelque chose qui m’interpellait directement (être directe, et dirigée, en même temps, c’est après tout la nature de l’attraction) et même, personnellement. En effet, quand on traite d’attraction il est question d’apparition/-disparition, d’interruptions, de charges émotives, d’épiphanies, de surprises, d’incohérences, de tourbillon sensoriel, d’agitation et de surplace. Ce qui ressemble pas mal à la vie de toute personne, beaucoup plus que ne lui rassemble une histoire claire, bien racontée, entière…

9Je dirais ainsi que ma relation avec le cinéma s’est construite, déjà avant les débuts de mes études et de mes recherches, quand, avec ma mère, j’arrivais tard au cinéma, comme si le cinéma était là pour enchaîner une attraction après l’autre, et non pour me raconter une histoire avec un début, un milieu et une fin. Le cinéma était pour moi, déjà à ce moment-là, une expérience d’attractions.

10Et comme un livre ne s’écrit jamais tout seul, je tiens à remercier les collègues qui, par leurs invitations à des conférences, séminaires, publications et recherches, m’ont permis de développer des pistes qui se retrouvent maintenant dans ce livre (après avoir été l’objet d’une partie de ma thèse de doctorat : De l’attraction au cinéma, Université de Montréal, 2007). Et en particulier : François Albera, André Habib, Frank Kessler, Rosanna Maule, Éric Méchoulan, Guglielmo Pescatore, Leonardo Quaresima, Matthew Solomon, Wanda Strauven, William Straw, Maria Tortajada.

11Une pensée attentive va aux étudiants de « Cinéma et images en mouvement » de l’UQAM, pour l’écoute dynamique et les bonnes discussions. Et en particulier : Stéfany Boisvert, Martin Bonnard, Guillaume Lemire et Louis-Philippe Rondeau.

12À Ernie Gehr, Ron Magliozzi, Al Razutis, Alberto Zotti, va ma gratitude pour m’avoir fourni des matériaux précieux.

13Aussi, au cours des années, dans les péripéties de la réflexion, entre Bologna, Lausanne, Montréal, New York, Paris, Pordenone, Roma, Siegen, Utrecht, Udine et Venezia, des amis et des collègues m’ont relancé sur quelques points, et m’ont empêché de m’arrêter... : Timothy Barnard, Vincent Bonin, Francesco Casetti, Bernard Eisenschitz, Alberto Gini, Martin Lefebvre, Éric Legendre, Silvestra Mariniello, Beniamino Mirisola, Giusy Pisano, Haidee Wasson.

14À l’origine, il y eut une passion pour des films fragiles, une époque révolue, une pensée juste, un enthousiasme continu. Je la dois à Michele Canosa, Antonio Costa, Tom Gunning, Pierre-Emmanuel Jaques.

15André Gaudreault a eu un rôle important dans la double naissance de ces pages : et je le remercie encore tout particulièrement.

16Quelques éléments de ce livre ont été publiés, dans une version antérieure, en Europe et en Amérique du Nord, dans les revues Cinéma et Cie, Cinémas, Comunicazioni Sociali, Intermédialités, Médiamorphoses ; ainsi que dans The Cinema of Attractions Reloaded (2006), Il Racconto del film. La novellizzazione : dal catalogo al trailer/Narrating the Film. Novelization : From the Catalogue to the Trailer (2006), I Cinque Sensi del cinema/The Five Senses of Cinema (2005), Dispositifs de vision et d’audition : épistémologie et bilan (2011).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search