Version classiqueVersion mobile

Veilles de guerre

 | 
Fritz Taubert
, 
Vincent Chambarlhac
, 
Véronique Liard
, 
et al.

Troisième partie. Voies pour la paix, internationalismes

« Le plus brillant Congrès » ? La Monarchie des Habsbourg et la paix européenne en 1914

Alma Hannig

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cela aurait pu être sensationnel : si l’empereur François-Joseph n’avait pas signé la déclaration de guerre à la Serbie le 28 juillet 1914 et donc fait le premier pas vers la « catastrophe séminale » du XXe siècle, il aurait peut-être été le premier (et seul) monarque de l’histoire du monde à obtenir le Prix Nobel de la paix. Car il avait été nominé pour la troisième fois en 19141 ! Le célèbre pacifiste de l’époque, Ferenc Kemény, avait exposé son raisonnement au Comité Nobel à Oslo le 25 janvier 1914 : l’empereur François-Joseph aurait agi avec « sagesse, tempérance et prévoyance », afin d’éviter « l’incendie mondial » imminent pendant les guerres balkaniques2. Kemény souligna en particulier l’importance de la « Mission Hohenlohe » en février 1913, lorsque François-Joseph fit un pas décisif vers le règlement d’une crise aiguë entre la Russie et l’Autriche-Hongrie, en envoyant le prince Gottfried de Hohenlohe à Saint-Pétersbourg pour proposer un désarmement mutuel3. Pendant la Premi...

Auteur

Université de Bonn

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search