Version classiqueVersion mobile

Veilles de guerre

 | 
Fritz Taubert
, 
Vincent Chambarlhac
, 
Véronique Liard
, 
et al.

Deuxième partie. Polémiques nationales et fronts intérieurs

À la recherche des « luttes fécondes avec l’art étranger » ? Les compositeurs symphoniques français et l’Allemagne, 1870-1914

Stefan Keym

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 8 septembre 1914, Anton Webern écrivit à Arnold Schönberg : « Mon cher ami […], j’attends mon incorporation avec impatience. Nuit et jour, je suis obsédé par le désir de me battre pour cette chose grande et héroïque. N’est-ce pas, cette guerre immense n’a pas de causes politiques ? C’est la bataille des anges avec les diables. Que Dieu anéantisse ces diables ! »1. Quant à Schönberg, il déclara que la musique étrangère serait déjà une sorte de déclaration de guerre à l’Allemagne, voire une attaque2.

Du côté français, c’est Camille Saint-Saëns qui entama en septembre 1914 dans L’Écho de Paris, une série d’articles dans lesquels il s’éleva contre « l’absurde germanophilie qui depuis si longtemps égare l’opinion et corrompt le goût du public au bénéfice de l’étranger », contre « l’asservissement du génie français au génie tudesque » et surtout contre le culte français pour Richard Wagner qui, selon lui, était « la machine la plus puissante employée par l’Allemagne pour germaniser l’âm...

Auteur

Université Toulouse Jean Jaurès

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search