Version classiqueVersion mobile

Veilles de guerre

 | 
Fritz Taubert
, 
Vincent Chambarlhac
, 
Véronique Liard
, 
et al.

Première partie. Mobilisations culturelles et construction de la figure de l’ennemi

L’enseignement scolaire – une préparation à la guerre ? L’exemple de l’avant-guerre 1914 dans les manuels scolaires français et allemands

Stéphanie Krapoth

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les discours actuels, qu’ils soient savants ou de vulgarisation, l’évolution générale en amont de 1914 fait l’objet d’un consensus : la montée des tensions internationales s’accompagne de celle du militarisme, entre autres en France et en Allemagne. Heinrich August Winkler par exemple évoque la diffusion d’un nouveau nationalisme de droite, répandu après 1871 dans la petite et moyenne bourgeoisie allemande, et qui se radicalise après 19111.

Pour la France, Claude Digeon, dans sa thèse de 1959 devenue célèbre, a décrit la « crise allemande de la pensée française » pour les années 1871-1914, où la perspective d’un nouvel affrontement armé constitue un élément essentiel de l’horizon d’attente2. Le recueil du diplomate et journaliste Jörg von Uthmann, intitulé Le diable est-il allemand ? et publié en 1984, rassemble des textes savoureux à ce propos3. Ce ne sont là que quelques exemples qui embrassent des périodes variables.

L’ouvrage de référence de Michael Jeismann s’appuie sur ces ...

Auteur

Université de Franche-Comté

© Presses universitaires du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search