Version classiqueVersion mobile

Confréries urbaines et dévotion en Champagne

 | 
Stefano Simiz

Liminaires

A Florence et à nos enfants

Texte intégral

« Ceux qui ont traité de la dévotion ont presque tous regardé l'instruction des personnes fort retirées du commerce du monde, ou au moins ont enseigné une sorte de dévotion qui conduit à une entière retraite. Mon intention est d’instruire ceux qui vivent ès villes, ès ménages, en la cour, et qui, par leur condition, sont obligés de faire une vie commune quant à l’extérieur ».
François de Sales, Introduction à la vie dévote, « préface », Paris, Seuil, 1962, p. 12.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search