Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La philologie au présent

 | 
Christoph König
, 
Denis Thouard

VII. Bibliographie choisie

Texte intégral

1962

Von Baudelaire bis Saint-John Perse. Französische Gedichte und deutsche Prosaübertragungen, choisis par Mayotte Bollack, traduits par Bernhard Böschenstein et JB, Frankfurt am Main : Fischer (= Fischer Bücherei 466).

1963

« L’or des rois. Le mythe de la "Deuxième Olympique" », Revue de philologie 37-2, p. 234-254.

1964

« Les Sophistes », Athènes au temps de Périclès, Paris, Hachette, p. 190-229.

1965

Empédocle I. Introduction à l’ancienne physique, Paris, éd. de Minuit, « Le sens commun ».

1969

« L’autre Grèce » (Interview), Le Monde, 20. Décembre.

Empédocle II et III. Les Origines (édition, traduction et commentaire des fragments et autres témoignages), Paris, éditions de Minuit, « Le sens commun », 3 vol. (réedition en 3 vol., Paris, Gallimard, « Tel », 1992).

1971

Avec M. Bollack et Heinz Wismann : La lettre d’Épicure, Paris, éditions de Minuit.

« Mythische Deutung und Deutung des Mythos », M. Fuhrmann (éd.), Terror und Spiel. Probleme der Mythenrezeption (Bericht zur IV. Tagung « Poetik und Hermeneutik », Rheda, 1968), München, Fink, p. 67-119.

1972

Avec Heinz Wismann : Héraclite ou la Séparation (édition, traduction et commentaire des Fragments), Paris, Éditions de Minuit (2e édition avec nouvelle préface, 1995).

Lettre à un Président sur le découragement des études grecques en France, Paris, Éditions de Minuit.

1973

Avec H. Beese, W. Fietkau, H.-H. Hildebrandt, G. Mattenklott, S. Metz, H. Stierlin : édition des œuvres de P. Szondi, 1 : Celanstudien (préface de J. B.), Frankfurt am Main, Suhrkamp ; 4-6 : Studienausgabe der Vorlesungen, I : Die Theorie des bürgerlichen Trauerspiels im 18.

Jarhundert, II : Poetik und Geschichtsphilosophie 1, Antike und Moderne in der Ästhetik der Goethezeit, Hegels Lehre von der Dichtkunst, III : Poetik und Geschichtsphilosophie 2, Von der normativen zur spekulativen Gattungspoetik, Schellings Gattungspoetik, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

« Vom System der Geschichte zur Geschichte der Systeme », R. Koselleck et W.-D. Stempel (Hrsg.), Geschichte, Ereignis und Erzählung (Bericht zum V. Kongreß « Poetik und Hermeneutik »), München, Fink, p. 11-28.

1975

Avec Heinz Wismann : « Heidegger l’incontournable », Actes de la recherche en sciences sociales 5-6, p. 157-161.

La pensée du plaisir. Épicure : textes moraux, commentaires, Paris, Éditions de Minuit, « Le sens commun ».

Édition de P. Szondi, Poésie et poétique de l’idéalisme allemand, traduit sous la direction de JB par B. Cassin, I. und J. Michot, H. Stierlin, Paris, Éditions de Minuit, « Le sens commun ».

Édition de P. Szondi, 7 et 8 : Studienausgabe der Vorlesungen, IV : Das lyrische Drama des Fin de Siècle et Einführung in die literarische Hermeneutik, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

« Ulysse chez les philologues », Actes de la recherche en sciences sociales 5-6, p. 9-35.

1976

Avec A. Laks (éds.), Études sur l’épicurisme antique, (= « Cahiers de philologie » 1), Lille, PUL (publications de l’Université de Lille III).

1977

« Critiques allemandes de l’Université de France : Thiersch, Hahn, Hillebrandt », Revue d’Allemagne 9 (Hommage à Pierre Bertaux), p. 642-665.

Avec André Laks : Épicure à Pythocles. Sur la cosmologie et les phénomènes météorologiques, Lille : Presses Universitaires de Lille / éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (= Cahiers de philologie ; 3)

« Réflexions sur la pratique philologique », Informations sur les sciences sociales 16 (3/4), p. 375-384.

Avec P. Judet de la Combe et Heinz Wismann : La Réplique de Jocaste. Sur les fragments d’un poème lyrique découverts à Lille (Papyrus Lille 76 a, b et c). Avec un Supplément, Lille (PUL, « Cahiers de philologie » 2), Paris (Éditions de la Maison des sciences de l’homme).

1978

Avec A. Laks : Épicure à Pythoclès, Lille (PUL, « Cahiers de philologie » 3), Paris (Éd. de la Maison des sciences de l’homme).

1979

« Zum Verhältnis von Aktualität und Überlieferung », Neue Hefte für Philosophie 15-16 : Aktualität der Antike, p. 1-19.

1980

« L’identité juive. Entretiens avec Gershom Scholem » [transcription des réponses de Scholem, établi par Mayotte et Jean Bollack], Actes de la recherche en sciences sociales, n° 35, p. 3-19.

« L’ordre et la formation des corps célestes chez les atomistes », Revue de philologie 54, p. 276-283.

1981

Agamemnon 1, 1re partie. Édition, traduction et commentaire du prologue, de la parodos anapestique, de la parodos lyrique (v. 104-159). Avec une introduction à l’ensemble de la série par J. Bollack et P. Judet de la Combe : « La dissonance lyrique. Sur le sens de la tragédie », Lille, PUL (= « Cahiers de philologie » 6).

Avec Pierre Judet de La Combe, Agamemnon 1, 2e partie. Édition, traduction et commentaire du prologue, de la parodos lyrique (v. 160-fin) et du premier stasimon, Lille, PUL.

« Fragments d’une réflexion » (sur André Frénaud), Sud 39-40, p. 80-95.

1982

« À propos du rapport sur la recherche en sciences sociales demandé à Maurice Godelier », Le Débat, 22. Novembre, p. 5-8.

1983

« Pour une histoire sociale de la critique », M. Bollack et H. Wismann (éds.), Philologie et herméneutique au XIXe siècle II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 17-24.

« Über die Voraussetzungen wissenschaftlicher Beschäftigung mit Literatur », Jahrbuch des Wissenschaftskollegs zu Berlin 2, p. 47-66.

1984

« M. de W.-M. (en France). Sur les limites de l’implantation d’une science », W. M. Calder III, H. Flashar und T. Lindken (Hrsg.), Wilamowitz nach 50 Jahren, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, p. 468-512.

1985

« Eden encore », M. Bollack (éd.), L’acte critique. Sur l’œuvre de Peter Szondi (Actes du colloque de Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1979), Lille, PUL, Cahiers de philologie 5, p. 267-290.

Avec Mayotte Bollack, traduction de : Sophocle, Œdipe roi, éditions de Minuit.

1986

« Paul Celan sur la langue. Le poème Sprachgitter et ses interprétations », M. Broda (éd.), Contre-jour. Études sur Paul Celan (Colloque de Cerisy-la-Salle, 1984), Paris, Éditions du Cerf, p. 87-115.

1987

« Paul Celan sur sa langue : 1. Échec à la langue allemande (sur le poème : Un qui était devant la porte) ; 2. Le projet s’invente dans le poème. Sur le silence comme source du dire (Keine Sandkunst mehr…) », A. Colin (éd.), Argumentum e silentio (Actes du International Paul Celan Symposium, Seattle, Octobre 1984), Berlin, De Gruyter, p. 113-153.

« Pour une lecture de Paul Celan », Lignes 1, p. 147-161.

1988

« Destin d’Œdipe, destin d’une famille », Mètis 3, 1-2, p. 159-177.

« Sur l’interprétation de deux poèmes de Paul Celan, Stehen et Treckschutenzeit », A. Gethmann-Seifert et K.R. Meist (éds.), Philosophie und Poesie. Festschrift für Otto Pöggeler, Stuttgart-Bad Cannstadt, Frommann-Holzboog, Bd. 2, p. 261-280.

1989

« Un futur dans le passé. L’herméneutique matérielle de Peter Szondi », préface à P. Szondi, Introduction à l’herméneutique littéraire (traduit par M. Bollack), Paris, éditions du Cerf, p. I-XVII.

« Questions sur des réponses », Théâtre/public 87, Mai-Juni (numéro H. Müller), p. 46-51.

1990

« La cosmologie parménidéenne de Parménide », R. Brague et J.-F. Courtine (éds.), Herméneutique et ontologie. Hommage à Pierre Aubenque, Paris, PUF, p. 19-53.

Avec M. Bollack, traduction de : Euripide, Iphigénie à Aulis, Paris, éditions de Minuit.

L’Œdipe roi de Sophocle. Le texte et ses interprétations. I : Introduction. Texte. Traduction (« Cahiers de philologie » 11), II : Commentaire. Première partie (« Cahiers de philologie », 12), III : Commentaire. Deuxième partie (« Cahiers de philologie » 13a), IV : Commentaire. Troisième partie, Index et Bibliographie (« Cahiers de philologie » 13b), Lille, PUL (réimpression Lille 2009).

« Réflexions sur les interprétations du logos héraclitéen », J.-F. Mattéi (éd.), La Naissance de la raison en Grèce, Paris, PUF, p. 165-185.

1991

Avec J.-M. Winckler et W. Wögerbauer (éd.), Revue des sciences humaines 223, Paul Celan. Lecture à plusieurs.

Pierre de cœur. Un poème inédit de Paul Celan, « Le Périgord », Périgueux, Fanlac.

1992

« Arrêt sur le sens », L’Ane 50, p. 40-46.

« Un art abstrait. Celan, ou la liberté du désespoir », Lignes 16, p. 19-32.

« De l’exil dans l’art », préface à : Angelin Prejlocaj, Paris, A. Colin, p. 16-19.

« Paul Celan : une histoire de la poésie », Io. Revue internationale de psychanalyse 1 : Le refoulement des lois, p. 15-30.

« Wie kritisch und hermeneutisch sind die antiken Texte selbst ? », R. Faber und B. Kytzler (Hrsg.), Antike heute, Würzburg, Königshausen und Neumann, p. 110-119.

1994

Avec M. Bollack, traduction de : Euripide, Andromaque, Paris, éditions de Minuit.

Sophokles, König Ödipus (Bd. 1, traduction du grec par J. Bollack ; [traduction du commentaire par R. Schlesier ; Bd. 2, et B. Schulz)], Frankfurt am Main, Insel.

1995

La Naissance d’Œdipe. Traduction et commentaires d’Œdipe roi, Paris, Gallimard, (= Tel ; 253).

« La référence allemande dans les études philologiques à l’école normale », M. Espagne (éd.), L’École normale supérieure et l’Allemagne, Leipzig, Universitätsverlag, p. 23-38.

1996

« Le bleu de l’œil », dans S. Auroux, S. Delesalle et H. Meschonnic (éd.), Histoire et grammaire du sens. Hommage à Jean-Claude Chevalier, Paris, A. Colin, p. 211-221.

« Durchgänge », W. Barner et C. König (éds.), Zeitenwechsel. Germanistiche Literaturwissenschaft vor und nach 1945, Frankfurt am Main, S. Fischer, p. 387-403.

« Jacob Bernays, un homme d’un autre monde », J. Glucker et A. Laks (éds.), Jacob Bernays. Un philologue juif, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, « Cahiers de philologie » 16, p. 135-226.

« Le langage philosophique d’Épicure », G. Giannantoni (éd.), Epicureismo greco e romano, Naples, Bibliopolis, p. 169-195.

« Le Mont de la mort : le sens d’une rencontre entre Celan et Heidegger », Lignes 29, p. 159-188.

« La pointe en hébreu », Dédale 3-4 (Multiple Jérusalem), p. 533-555.

« Shakespeare et la tragédie antique », D. Goy-Blanquet (éd.), Shakespeare, variations sur la lettre, le mètre et la mesure, Amiens, Presses de l’UFR de langues de l’université de Picardie, p. 63-69.

1997

La Grèce de personne. Les mots sous le mythe, Paris : Éditions du Seuil (= L’ordre philosophique.)

Euripide : Hélène, traduit par Jean et Mayotte Bollack, Paris : Minuit 1997.

« L’homme entre son semblable et le monstre », B. Cassin et J.-L. Labarrière (éds.), L’animal dans l’antiquité, Paris, Vrin, p. 377-394.

1998

Jacob Bernays. Un homme entre deux mondes (introduction de R. Schlesier), Lille, P.U.S.

« Rilke in Celans Dichtung », Celan-Jahrbuch 7 (1997/1998), p. 177-196.

1999

Sophocle : Antigone, traduit par Jean et Mayotte Bollack, Paris : Les Éditions de Minuit.

La mort d’Antigone. La tragédie de Créon, Paris, P.U.F.

« Mythe et littérature », Les cahiers de la Villa Gillet 10, La transmission, p. 5-15.

« La tradition revisitée. Entretiens avec J. B. » (par B. Mezzadri), Europe 837-838, Les tragiques grecs, p. 156-182.

« Le tragique du vrai. À propos d’Iphigénie à Aulis », Europe 837-838, Les tragiques grecs, p. 201-205.

2000

Paul Celan. Poetik der Fremdheit (Traduction allemande par W. Wögerbauer de L’écrit), Wien, Zsolnay.

« Paul Celan et nous », Études germaniques 55, 3, p. 363-380 ; repris : R. Colombat, J.-P. Lefebvre et J.-M. Valentin (éds.), Paul Celan. Poésie et poétique, Paris, Klincksieck, 2002, p. 11-28.

Sens contre sens. Comment lit-on ? Entretiens avec Patrick Llored, Lyon, éditions La passe du vent.

2001

« Le jeu de Pénélope. Lire l’Odyssée », B. Mezzadri (éd.), Homère, Europe 865, p. 218-249.

« Juden in der Klassischen Philologie vor 1933 », W. Barner et C. König (éds.), Jüdische Intellektuelle und die Philologien in Deutschland. 1871-1933, Göttingen, Wallstein Verlag, p. 165-185.

Poésie contre poésie. Celan et la littérature, Paris, P.U.F.

« Voir la haine. Sur les nouveaux fragments d’Empédocle », Methodos 1, La philosophie et ses textes, p.173-185.

2002

Piedra de corazón. Un poema póstumo de Paul Celan, « Le Périgord », préface de J. B., traduit par A. Pons, édition revue par l’auteur, Madrid, Arena Libros.

« La poésie d’Archiloque », Poé&sie 99, p. 84-86.

2003

L’Écrit. Une poétique dans l’œuvre de Celan, Paris, PUF.

Empédocle. Les Purifications. Un projet de paix universelle, Édition, traduction et commentaire de J. B., Paris, Éditions du Seuil, « Points ».

« Juifs allemands : Celan, Scholem, Susman », J.-Ch. Attias et P. Gisel (éds.), De la Bible à la littérature, Genève, Labor et Fides (Religions en perspective, Nr. 15), p. 187-219.

Sinn wider Sinn. Wie liest man ? Gespräche mit Patrick Llored, traduit par R. Schlesier, Göttingen, Wallstein Verlag.

2004

Avec M. Bollack, traduction de : Euripide, Les Bacchantes, Paris, éditions de Minuit.

2005

« Celan lit Freud », Savoirs et clinique. Revue de psychanalyse 6, Transferts littéraires, Toulouse, érès, p. 13-35.

Dionysos et la tragédie. Commentaire des Bacchantes d’Euripide, Paris, Bayard.

Paul Celan unter judaisierten Deutschen, München : Carl Friedrich von Siemens Stiftung (= Themen ; 83)

Poesía contra poesía. Celan y la literatura, A. Pons (éd.), traduction amplifiée par Y. Langella, J. M. Mejía Toro, A. Pons und S. Romano-Sued, avec A. Nuño, Madrid, Trotta.

2006

Dichtung wider Dichtung. Paul Celan und die Literatur, traduit par Werner Wögerbauer (avec l’aide de Barbara Heber-Schärer, Christoph König et Tim Trzaskalik), Göttingen : Wallstein Verlag.

Parménide. L’étant et le monde, Verdier, Paris.

2007

Avec C. Jambet et A. Meddeb : La Conférence de Ratisbonne. Enjeux et controverses, Paris, Bayard.

Avec M. Bollack : traduction de Sophocle, Électre, Paris, éditions de Minuit.

La Grecia di nessuno, traduit par Rossella Saetta Cottone, Palerme, Selllerio.

2008

« Dans une famille juive en Alsace. Un témoignage de Jean Bollack », Revue des Sciences Sociales, Université Marc Bloch Strasbourg, n° 40, p. 212-214, précédé de Patrick Wehrli, « Un chemin de vie », p. 210-211.

« Un sonnet, une poétique (Mallarmé : "Le vierge, le vivace...") » : Mémoire et oubli dans le lyrisme européen. Hommage à John E. Jackson (Écrits réunis par D. Wieser, P. Labarthe, avec J.-P. Avice), Paris, p. 581–594.

2009

Jacob Bernays, traduit en allemand par Tim Trzaskalik, Göttingen, Wallstein.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540