Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La philologie au présent

 | 
Christoph König
, 
Denis Thouard

VI. Rencontres

Trois moments partagés avec Jean Bollack. Un rappel autobiographique

Bernhard Böschenstein

Texte intégral

1Un parcours dont j’ai été le témoin, parfois proche, parfois éloigné, durant 57 ans a traversé des étapes fortes différentes. Aujourd’hui, je choisis trois moments, pour moi significatifs, qui représentent aussi trois constellations, distantes les unes des autres, situées en 1962, 1991 et 2005. Il s’agira de la poésie française des XIXe et XXe siècles, de Paul Celan en Dordogne et des Bacchantes d’Euripide. Ce choix est destiné aussi à démontrer l’ampleur des domaines, des thèmes, des espaces, des méthodes représentées par trois publications.

1. De Baudelaire à Saint-John Perse. Poèmes français et traductions en prose1

  • 1 Von Baudelaire bis Saint-John Perse. Französische Gedichte und deutsche Prosaübertragungen. Ausgewä (...)
  • 2 Stéphane Mallarmé, Prose (pour des Esseintes), Œuvres complètes, éd. Bertrand Marchal, Paris, Galli (...)

2Ce choix est dû en grande partie à Mayotte et Jean Bollack. Il présente des traits spécifiques qui peuvent en partie se rattacher à une géographie magique. Nombre de poèmes choisis témoignent d’une extension vers le lointain, voire vers un ailleurs qui peut se confondre avec « ce pays [qui] n’exista pas »2.

  • 3 Charles Baudelaire, La Chevelure, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallmard, 1975, vol. (...)
  • 4 Op. cit., p. 102, vers 40.
  • 5 Valery Larbaud, Ode, Oeuvres, éd. G. Jean-Aubry et Robert Mallet, Paris, Gallimard, 1977, p. 44sq., (...)
  • 6 Henri Michaux, Je vous écris d’un pays lointain, Oeuvres complètes, éd. Raymond Bellour, Paris, Gal (...)
  • 7 Saint-John Perse, Vents, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1972, p. 238.

3Le premier poème choisi, La Chevelure de Baudelaire, évoque « La langoureuse Asie et la brûlante Afrique, / Tout un monde lointain, absent, presque défunt » et les « Infinis bercements du loisir embaumé ! »3 Les lieux, les climats, les flots, les vaisseaux s’accordent à mettre en scène un départ enivrant qui commandera une succession de filiations apparentées de poèmes répondant à ce texte inaugural par des tonalités de plus en plus novatrices et souvent déstabilisantes, à commencer par le terrifiant Rêve parisien de Baudelaire, avec ses Ganges, « son océan dompté »4. Le Bateau ivre aussi bien que La Chanson du mal-aimé se sont insérés dans ce sillage, mais aussi tous les grands fleuves de la terre, célébrés dans L’Esprit et l’Eau de Claudel, et, je l’ai appris seulement en traduisant avec Jean Bollack ces textes, les « locomotives » de l’« Orient-Express »5 avec des bruits insolites et désormais pleinement intégrés dans l’Ode de Valery Larbaud, le « pays lointain »6 de Michaux et, à la fin du livre, la « mer de Balboa » de Saint-John Perse : « Et au-delà, et au-delà, qu’est-il rien d’autre que toimême – qu’est-il rien d’autre que d’humain ? [...] Minuit en mer après Midi […] Et l’homme seul comme un gnomon sur la table des eaux […] Et les capsules de la mort éclatent dans sa bouche »7.

4Cet immense trajet, si cohérent, allant de Baudelaire aux Vents de Saint-John Perse, a été créé par Mayotte et Jean Bollack grâce à une vaste exploration rattachant les poètes de plusieurs générations au même fil conducteur. Il s’agissait peut-être aussi de transmettre à l’Allemagne un grand souffle de libération faisant sauter les formes figées des artifices de Benn et de la rhétorique de Brecht qui dominaient encore le paysage poétique allemand de 1962 ! Je ne pourrai plus jamais pratiquer ces poètes sans me rappeler cette organisation inventive de l’espace et sa traduction en vers de plus en plus libres que Mayotte et Jean Bollack ont situées à l’aide d’une filière dont l’unité marqua l’anthologie élaborée à trois. Sans mes amis, je n’aurais pas saisi cette continuité, que l’Allemagne n’a pas connue, de Baudelaire à Saint-John Perse, qui présente une conception de la succession des temps forts de la poésie française où l’on peut renoncer aux parricides qui rythment l’histoire de la poésie allemande.

5Ce choix n’a jamais tu les paradoxes tourmentés de l’illimité à la fois exubérant et désert qu’affrontent les poètes français en explorant ces territoires qu’ils ont inventés grâce à la langue qu’ils ont créée comme un instrument du risque, du péril, de l’absence de certitudes et de consolidation. Je dois à Mayotte et à Jean Bollack l’initiation fondamentale à la modernité de l’écriture poétique.

2. Jean Bollack : Pierre de cœur. Un poème inédit de Paul Celan « Le Périgord »8

  • 8 Jean Bollack, Pierre de coeur.
  • 9 Paul Celan, Gesammelte Werke (GW) in sieben Bänden, vol. VII, éd. B. Badiou, J.-C. Rambach et B. Wi (...)

6Ce fut une tout autre expérience que celle vécue en commun avec Paul Celan, de 1959 à 1970. Je n’ai pas été présent lors du séjour de Celan en Dordogne d’où est né le poème Le Périgord9. Mais je découvre en tant que lecteur de Pierre de cœur (1991) un équilibre que l’interprétation de ce poème par Jean Bollack atteint par la combinaison de plusieurs démarches conjointes.

  • 10 Paul Celan, GW I, p. 121
  • 11 Friedrich Hölderlin, Sämtliche Werke und Briefe, éd. J. Schmidt, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1 (...)
  • 12 Op. cit., p. 365, vers 35sq.
  • 13 Hölderlin, Œuvres, éd. Philippe Jaccottet, Paris, Gallimard, 1967, p. 880.
  • 14 Cf. note 11, vol. II, p. 690, vers 11.

7Il s’agit pour lui de démontrer comment le système poétologique de Celan parvient à tirer des éléments de la réalité la plus matérielle d’un lieu spécifique des prolongements et des transformations permettant au poète de rejoindre la thématique et la construction qui seules sont à même de fonder sa poésie. Grâce à cette interprétation, je crois percevoir deux voies distinctes. Peut-être que Celan a voulu cette coexistence de deux perspectives. Lui, « ein weither Gekommener », « venu de loin », « in verbrannter Gestalt », « sous une forme de brûlé », reste séparé de la « tour » et des « mille ans ». Il se dit « âme […] desséchée, / toujours assoiffée / d’étoiles ». Jean Bollack a insisté à juste titre sur le sentiment d’exclusion qui habite le « toi ». Il est exclu de la sphère qu’évoque la « bête de midi », « l’abreuvoir de bleu », « d’infini », « la belle Dordogne », comme des « riches plants de tabac ». Ces évocations contiennent des éléments antiques, méditerranéens, d’expansion, d’abondance qui émanent de la sphère qui transmet sa richesse, sa vitalité, en accord avec la beauté et l’étendue du site. Le tu du poème ne peut y participer. Mais à travers sa solitude, sa douleur, il sera, grâce à son labeur poétique mordant et inspiré par la vacuité, prêt à accueillir le « lait de figue » que je comprends aussi comme une nourriture antique, fortement érotisée, captant les échos contenus dans le poème Andenken du recueil Von Schwelle zu Schwelle10 et dans le poème Andenken de Hölderlin11, peut-être même dans d’autres textes du même poète, qui combinent le figuier avec un tombeau : celui d’Achille dans Mnemosyne (encore un poème intitulé « Andenken » !) : « Am Feigenbaum ist mein / Achilles mir gestorben »12, « Achille sous le figuier, mon Achille / Est mort »13, et j’ajouterai même celui de Sémélé, dans le vers 11 des Bacchantes, où Hölderlin a faussement traduit σηκόν (lieu sacré, ici tombeau) par « Feigenbaum »14 (qu’il a confondu avec συκῆν). La séparation de ces deux voies est thématisée dans le retour « en toi », créant le « rempart » qui s’oppose au bleu, à l’infini, à tous les éléments du début du poème que je tends à faire coïncider avec l’autre voie présente dans ce texte. La faculté de transformer en poème ce qui lui résiste est ce qui donne au poète sa force inventive.

3. Jean Bollack : Les Bacchantes15

  • 15 Ce titre combine deux publications : 1) Euripide, Les Bacchantes. Traduit par Jean et Mayotte Bolla (...)
  • 16 Cf. note 11, vol. II, p. 690, vers 1-24.
  • 17 Le reflet se trouve dans Dichterberuf (Vocation du poète), au vers 40 : « Feil, wie gefangenes Wild (...)
  • 18 Heinrichch von Kleist, Sämtliche Werke und Briefe, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1987, vol. II, (...)
  • 19 Cf. note 11, vol. I, p. 291, vers 147sq. (Brot und Wein).
  • 20 Cf. note 15, p. 109 du commentaire.

8Une nouvelle fois, je suis tenté de découvrir deux voies fortement distinctes l’une de l’autre. Il s’agit cette fois des Bacchantes d’Euripide, traduites et interprétées par Jean Bollack, et du début de l’œuvre, traduit par Hölderlin. Ce dernier s’arrête exactement au vers 24, là où débute l’accusation s’adressant aux sœurs de Sémélé. Tout ce qui précède peut être interprété comme les paroles d’un dieu fondateur d’une nouvelle religion, proche des hommes, respectueuse du tombeau de sa mère16. Sa stratégie vengeresse ne s’annoncera qu’après ce passage que Hölderlin a probablement lu avec un regard pieux. Et tout ce qui s’ensuit n’est plus qu’une succession de plus en plus terrifiante d’actions conduisant à la mort de Penthée. C’est comme si Hölderlin ne voulait pas en entendre parler. Car son Dionysos, que l’on saisit le mieux à partir de l’hymne pindarisant Wie wenn am Feiertage…, est compris comme l’analogie avec le poème né de l’éclair et d’une mortelle figurant la terre. Ce poème n’a pas grand’chose à voir avec le déroulement des Bacchantes. En démontrant les « lectures dominantes » de cette pièce, Jean Bollack nous montre à quel point l’approche de Dionysos y est soumise à des implications théologiques, pédagogiques, thérapeutiques. Hölderlin n’a évidemment pas interprété le drame d’Euripide, il ne s’est inspiré que du prologue et du vers 434 d’Euripide : « τήν δ’ ἄγραν ἠγρευκότες » (« nous avons attrapé à la chasse la proie »)17. Ce vers lui fait dire que le poète qui asservit l’Esprit à ses fins et le renie et se joue de lui se conduit comme Penthée avec Dionysos. Là aussi, Dionysos est un objet de pieuse vénération et de modèle de conduite pour les poètes, si éloigné du dieu des Bacchantes. Sa noirceur que Bollack dénonce a plutôt été partagée par Kleist, dans le récit de la mise à mort d’Achille par Penthésilée18. Kleist est d’emblée beaucoup plus proche de l’issue de la pièce que ne pourrait l’être Hölderlin pour qui Dionysos est le dieu d’une Hespérie qui retrouve « la trace des dieux enfuis »19 grâce à lui, le médiateur entre les périodes du jour et celles de la nuit. Jamais, avant Bollack, je n’avais pu aller jusqu’au bout de la vision d’un « désespoir absolu » où « le noir l’emporte »20. Peut-être qu’il a fallu s’approprier l’œuvre de Celan pour aller à la rencontre d’un pareil degré de monstruosité. Je vois une continuité dans le refus de toute version lénifiante. Le constat brutal ne supporte pas de contradiction. Nous sommes les spectateurs livrés à la merci d’une destruction généralisée.

9Cette voix de Jean Bollack, conséquente, déterminée, vaut certainement pour cette pièce. Elle nous rappelle plusieurs siècles de tentatives répétées de compromis, d’adoucissements, de diplomatie. Ici, rien de tel n’a sa place. C’est une position sans ambiguïté.

4.

10J’ai connu, avec Mayotte et Jean Bollack, d’abord l’émerveillement d’une découverte exploratrice, qui m’a fait voir de nouveaux continents de la poésie du XXe siècle. J’ai assisté ensuite à la découverte par Jean Bollack de la particularité de la facture des poèmes celaniens, de la rigueur des lois qui ont présidé à l’évolution allant de Sand aus den Urnen jusqu’à Zeitgehöft. Les tentatives de lectures à plusieurs, inspirées par une discipline dictée par les textes, ont transformé ma propre compréhension de cette poésie. Enfin, j’ai assisté à la représentation des Bacchantes à la Comédie Française et étudié aussi bien la traduction que le commentaire, après avoir interprété, des décennies avant, l’usage que Hölderlin et Kleist en ont fait. J’étais jusqu’ici aussi sous l’influence d’interprètes évitant le constat nu d’un état de terreur qui ne permettait aucune compromission. Et je ne vois pas, aujourd’hui, comment on peut ne pas se ranger à ces évidences.

11Ces trois moments d’une rencontre avec Jean Bollack ont été décisifs pour ma propre évolution, de 1950 à 2007, période qui englobe de très nombreux événements que nous avons partagés.

5. Épilogue autobiographique : l’année parisienne 1950/51

12Ce qui précède s’est déroulé à partir de 1959. Mais il fut une période bien antérieure dont les conséquences se sont fait sentir beaucoup plus tard :

  • 21 Wilhelm von Humboldt, Über die gegenwärtige Französische tragische Bühne, Gesammelte Schriften, vol (...)

13Jean Bollack, mandaté par mon parrain, son ami, l’historien de l’art Wilhelm Stein, disciple de Stefan George, de s’occuper de mon début d’études à Paris, en 1950/51, a entrepris la mission difficile de me rendre conscient des limitations de perception qui résultaient de mon éducation dans le milieu des amis bernois du poète George. Il a combattu leur esthéticisme fondé sur des valeurs prônées par Winckelmann. Il m’a ouvert des portes vers l’art contemporain. Il m’a mis en rapport avec la libraire Adrienne Monnier, qui avait connu personnellement les plus grands écrivains du XXe siècle. Il m’a indiqué les meilleures représentations du théâtre classique et moderne, comme l’inoubliable Tartuffe de Jouvet d’où est née ma passion pour la langue du XVIIe siècle français et ses prolongements au-delà de la France, jusque dans la création d’un Goethe racinien, auteur de la Fille naturelle qui représente aussi l’apport du théâtre français au classicisme allemand, promu par un essai de Wilhelm von Humboldt21 et par les traductions que Goethe fit de deux drames de Voltaire, Mahomet et Tancred.

14Ce premier long séjour à Paris fut le début d’un détachement progressif des valeurs incarnées par de grands modèles vénérés par mes amis de Berne parce qu’ils étaient censés transcender la réalité historique dont ils étaient issus. Jean Bollack m’a ouvert les yeux sur l’immense influence des courants dominant une éducation et du milieu dont était issu celui qui se croyait en accord avec des valeurs intemporelles. Sans être historien, Bollack m’a donné le sens de la dépendance de la perception du monde de facteurs beaucoup plus restreignants que je ne l’imaginais. Il a détruit des certitudes et transformé un jeune poète sans expérience de la vie et dominé par des modèles anachroniques en un contemporain doutant de ses dons et prêt à sacrifier la création poétique à une critique littéraire qui n’en serait pas coupée. Les mois passés en la compagnie de Jean Bollack se ressentirent plus tard dans mes travaux qui demeuraient inspirés par ses questions, par ses mises en perspective. C’est bien à cause de ce début que décrit cette esquisse autobiographique qu’il m’importait de jeter un regard sur des activités de Bollack proches de mes propres domaines, en signe de gratitude.

Notes

1 Von Baudelaire bis Saint-John Perse. Französische Gedichte und deutsche Prosaübertragungen. Ausgewählt von Mayotte Bollack, übersetzt von Bernhard Böschenstein und Jean Bollack, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1962.

2 Stéphane Mallarmé, Prose (pour des Esseintes), Œuvres complètes, éd. Bertrand Marchal, Paris, Gallimard, 1998, vol. I, p. 30, vers 48.

3 Charles Baudelaire, La Chevelure, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallmard, 1975, vol. I, p. 26, vers 6sq. et 25.

4 Op. cit., p. 102, vers 40.

5 Valery Larbaud, Ode, Oeuvres, éd. G. Jean-Aubry et Robert Mallet, Paris, Gallimard, 1977, p. 44sq., vers 24 et 20.

6 Henri Michaux, Je vous écris d’un pays lointain, Oeuvres complètes, éd. Raymond Bellour, Paris, Gallimard, 1998, vol. I, p. 590-595.

7 Saint-John Perse, Vents, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1972, p. 238.

8 Jean Bollack, Pierre de coeur.

9 Paul Celan, Gesammelte Werke (GW) in sieben Bänden, vol. VII, éd. B. Badiou, J.-C. Rambach et B. Wiedemann, Francfort-sur-le- Main, Suhrkamp, 2000, p. 96sq.

10 Paul Celan, GW I, p. 121

11 Friedrich Hölderlin, Sämtliche Werke und Briefe, éd. J. Schmidt, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1992, vol. I, p. 360-362.

12 Op. cit., p. 365, vers 35sq.

13 Hölderlin, Œuvres, éd. Philippe Jaccottet, Paris, Gallimard, 1967, p. 880.

14 Cf. note 11, vol. II, p. 690, vers 11.

15 Ce titre combine deux publications : 1) Euripide, Les Bacchantes. Traduit par Jean et Mayotte Bollack, Paris, Les Éditions de Minuit, 2005. 2) Jean Bollack, Dionysos et la tragédie.

16 Cf. note 11, vol. II, p. 690, vers 1-24.

17 Le reflet se trouve dans Dichterberuf (Vocation du poète), au vers 40 : « Feil, wie gefangenes Wild, ihn treibest ». Cf. note 11, vol. I, p. 306, vers 40.

18 Heinrichch von Kleist, Sämtliche Werke und Briefe, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1987, vol. II, p. 239-241, vers 2606-2674.

19 Cf. note 11, vol. I, p. 291, vers 147sq. (Brot und Wein).

20 Cf. note 15, p. 109 du commentaire.

21 Wilhelm von Humboldt, Über die gegenwärtige Französische tragische Bühne, Gesammelte Schriften, vol. 2, Berlin, 1904, p. 377-400.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540