Versión clásicaVersión móvil

La traduction épistémique : entre poésie et prose

 | 
Tatiana Milliaressi

Chapitre IV. Traduction comme transcréation poétique

Traduire la poésie signée

Pénélope Houwenaghel y Annie Risler

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Les recherches littéraires et linguistiques se sont jusqu’à présent assez peu intéressées à la traduction de la poésie signée. Pour le lecteur novice, le terme même de poésie signée peut apparaitre comme une incongruité voire un barbarisme. Nous parlons ici de la littérature poétique en langue des signes. Les premières recherches portant sur la poésie signée sont relativement récentes et s’attachent à classifier les œuvres et à observer les effets stylistiques produits par les poètes. Nous tenterons de dépasser ces questions pour essayer de comprendre ce que la poésie signée, et la traduction de ces œuvres, nous dit des langues signées en général. En effet, la recherche peine à délimiter dans la performance poétique signée la part verbale, non-verbale et para-verbale. Si les frontières sont floues, comment comprendre le travail des traducteurs ? Comment opèrent-ils ? Comment passer d’un texte à une forme signée et vice-versa ? Les travaux de poètes, d’interprètes et de traducteurs é...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search