Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traduction épistémique : entre poésie et prose

 | 
Tatiana Milliaressi

Chapitre IV. Traduction comme transcréation poétique

Poïétique et politique de la traduction. Avec et d’après Wolfson

Philippe Sabot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les remarques qui vont suivre ne visent pas à produire une quelconque théorie de la traduction. Une telle démarche présupposerait que les opérations relevant des processus de traduction ont une unité ou une cohérence alors que celle-ci est problématique, et mérite sans doute de le rester si l’on veut poursuivre des investigations concrètes sur de tels processus, différenciés tant dans leurs visées que dans leur nature propre. Notre contribution se fixera par conséquent des objectifs plus modestes : celui, d’une part, de rendre compte de la place déterminante qu’ont pu occuper les opérations de traduction dans l’expérience tout à fait singulière de Louis Wolfson, telle qu’il l’a lui-même consignée dans son ouvrage Le Schizo et les langues (1970) ; celui, d’autre part, de s’interroger sur la dimension psychique, linguistique mais aussi sur la portée poïétique et politique de ces opérations en tant qu’elles définissent un certain mode d’appropriation ou de réappropriation d’une langue ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540