Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La traduction épistémique : entre poésie et prose

 | 
Tatiana Milliaressi

Chapitre II. Traduction épistémique des textes anciens

Traduire l’atticisme : Comment adapter en français une langue artificielle ?

Valentin Decloquement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’Empire romain, un pan entier de l’élite hellénophone composait ses discours et ses textes dans une langue partiellement artificielle qui se nomme l’atticisme. Aux Ier-IIIe siècles, alors que le grec couramment parlé s’était simplifié sur un plan linguistique, les auteurs appartenant au mouvement intellectuel de la Seconde sophistique avaient recours à une langue archaïsante, marquée par de nombreux emprunts aux grandes figures du canon classique. L’objectif du présent article est de mettre en exergue l’écart culturel auquel peut se heurter le traducteur moderne lorsqu’il cherche à réadapter les composantes stylistiques de l’atticisme en français. À ce jour, ce phénomène n’a pas été appréhendé dans une optique traductologique. Les études modernes ont surtout porté leur attention sur deux aspects. À la fin du XIXe siècle, les philologues allemands ont surtout tenté d’en définir les règles lexicographiques, syntaxiques et esthétiques1. Plus récemment, les chercheurs l’ont surtou...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540